Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 décembre 2013 7 15 /12 /décembre /2013 08:35

Roubaix: réseau de 17 cambrioleurs démantelé – tous remis en liberté (pour pouvoir continuer ?)

Posted On 14 déc 2013

By : Hervé Roubaix

Mi-novembre, une cinquantaine d’enquêteurs de la sûreté départementale de Lille et Roubaix fait une descente chez des voyous. Une bande écumait la région depuis avril et volait des ordinateurs et des tablettes dans les entreprises de la région – une quarantaine en tout.

Dans la planque, la police découvre une trentaine d’ordinateurs et d’Ipad. Six racailles sont mises en examen, sur dix sept interpelées. Le réseau est enfin démantelé.

Enfin… presque.

Car la police a sous estimé le pouvoir de nuisance des juges rouges : tous les voyous ont été laissés en liberté, et ils vont pouvoir reprendre leur lucratif commerce et continuer à punir ces sales entreprises capitalistes qui exploitent les travailleurs.

8 mois d’enquête dont le coût pour la société civile est loin d’être modique, puis une victoire, une arrestation record. Et la justice a tout foutu en l’air en quelques minutes. Le laxisme judiciaire a créé un véritable malaise chez la police qui se demande à quoi sert leur métier, à quoi cela sert de pourchasser les délinquants, de « travailler comme des fous» sur le dossier, à identifier la bande, si c’est pour relâcher les renards dans le poulailler.

Le montant des vols de la bande a été estimé à 500 000 euros. Pour les enquêteurs, la pilule est dure à avaler. Pour les PME volées, mieux vaut faire profil bas si elles ne veulent pas se retrouver sur le mur des cons de la magistrature du nord.

« De telles enquêtes, c’est un investissement lourd en heures, en dispositifs et en moyens, avec des filatures qui peuvent durer des nuits entières », souligne un enquêteur. « Comment s’étonner que le flic qui enquête depuis plusieurs mois, jour et nuit quelques fois, éprouve un ras-le-bol ? On est un peu amers.»

Le syndicat de police Alliance a également exprimé son dégoût : « Les policiers avaient beaucoup d’éléments.

La plupart des suspects avaient déjà été interpellés puis réinterpellés. Ce flop est inadmissible », tonne Olivier Berton, délégué d’Alliance.

« Un signal d’impunité a été adressé à des délinquants. On ne comprend pas, d’autant que les cambriolages explosent et sont une priorité. Il y a eu un loupé judiciaire quelque part,» ajoute Berton qui semble ne pas comprendre qu’il n’y a aucun loupé mais une intention de nuire aux bourgeois exploiteurs de la part d’une corporation hyper-politisée à l’extrême gauche revancharde.

Le parquet de Lille a demandé plusieurs placements en détention: « Cela nous semblait justifié au regard des faits, des investigations et du risque de renouvellement des infractions. Le juge d’instruction avait globalement suivi nos réquisitions [mais] le juge des libertés et de la détention (JLD) a décidé les libérations, sous contrôle judiciaire. »

Jérôme Sacchi, PDG de Prodcast, société de production audiovisuelle à Marcq-en-Barœul, et qui fait partie des cambriolés a expliqué à la Voix du Nord : « On crée de l’emploi, de la richesse, on innove (…) Notre rôle n’est pas de se dire tous les matins Est-ce qu’on va être cambriolés ou pas ? »

Lassé, Jérôme Sacchi pense à déménager. Son « ras-le-bol » est palpable. « On a fait notre enquête.

On a vu nos appareils, très spécifiques, sur leboncoin.fr ». Une salariée a par exemple reconnu son clavier, auquel il manquait une touche, retrouvée d’ailleurs dans les locaux juste après les faits. »

(merci maury)

COMMENTAIRE

Jacques

Vue / Voir 17 heures

Dans une démocratie représentative, le peuple a les politiciens et les juges qu’il mérite.

Nous, peuple de France, nous nous plaignons, à raison, d’être confrontés à des situations de non-droit de plus plus inadmissibles. Et que faisons-nous ? Nous continuons à voter, en majorité, pour les mêmes corrompus qui sont entrain de précipiter la France dans une situation à la grecque.

Autrement dit, vous voulez que cela change vraiment – pas un changement cosmétique, de surface – un changement en profondeur et durable avec un impact sur les juges et magistrats truands/commissaires du peuple, alors votez dans ce sens. Il faut commencer par changer les lois – toutes les lois – qui sont contraires au simple bon sens. Des délinquants ou pire, des criminels, récidivistes ou multirécidivistes, n’ont pas à se promener en liberté et représenter ainsi une menace constante pour les autres citoyens de ce pays. Leurs « droits » à l’insertion, à une « deuxième, troisième, quatrième, etc… chance » ne doivent pas se faire au détriment de la sécurité de la société civile qui les accueille. C’est une règle de simple bon sens que, nos magistrats-comissaires du peuple, ne veulent ni entendre ni comprendre. La gauche de ce pays est devenue complètement folle, enragée, subversive, destructrice des valeurs qui ont véritablement contribué à la construction et à la cohésion de la France. Cette gauche pourrie, corrompue, relativiste, européiste, multiculturaliste, homoïdolâtre – et sa soeur jumelle du centre droit – doivent impérativement être mises en échec et mises hors d’état de nuire sur le plan, législatif, exécutif et judiciaire. Comment faire ?

Il n’y a qu’une seule solution démocratiquement acceptable : le bulletin électoral !

A tous les Français qui lisent ces lignes :

Notre classe politicarde a confisqué le pouvoir qu’il ne peut détenir que par la volonté du peuple de France. Notre classe politique, tous partis confondus, a, depuis près de 40 ans (quarante !) tout essayé pour sortir notre pays de la crise. Cette crise, personnellement, j’en entends parler depuis la fin des années 1970, début des années 1980. Nous sommes aujourd’hui, bientôt, en 2014. L’histoire politique de la France de ces 40 dernières années, est l’histoire d’un extraordinaire, lamentable, misérable, pathétique, aveu de faiblesse, d’impuissance, d’incompétence, de corruption, d’aveuglement, d’errement, d’opportunisme, d’arrivisme, de gabegie, d’incurie de la classe politicarde et journalistico-propagandiste.

Posez-vous une question de simple bon sens : est-ce que ceux qui ont conduit les affaires de la France depuis plus de 40 ans et qui, depuis tout ce temps n’ont rien pu faire pour sortir la France d’une crise ininterrompue depuis le milieu des années 1970, est-ce que vous allez leur confier – à nouveau – les rênes du pouvoir local, national et européen ?

Si la réponse à cette question est OUI, alors soyez conséquent, logique, avec votre choix et cessez de vous plaindre.

Si la réponse est NON, alors votez avec votre tête et non pas avec vos émotions – émotions manipulées, conditionnées, formatées, par nos propagandistes/commissaires du peuple, déguisés en kapo- journalistes pravda.

Vous savez ce qu’il vous reste à faire et maintenant que vous savez, vous êtes sans excuses !

Hollande dégage, toi et ta troupe de cirque, fossoyeurs de la France !

Vivement les élections de 2014 !

-

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Hervé Roubaix pour Dreuz.info.

- See more at: http://www.dreuz.info/2013/12/roubaix-reseau-de-17-cambrioleurs-demantele-tous-remis-en-liberte-pour-pouvoir-continuer/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+drzz%2FPxvu+%28Dreuz%29#sthash.3HUV3x0B.dpuf

Repost 0
15 décembre 2013 7 15 /12 /décembre /2013 08:23

vendredi 13 décembre 2013, par Canal ER

Et des français.

C’est pathologique chez les socialistes.

Zéro 1er a annoncé la future création d’un haut commissariat à l’intégration républicaine.

Un nouvel organisme scélérat et ruineux qui aura pour mission d’en finir une fois pour toute avec la France et son peuple.

De la folie furieuse, oui en partie, en partie seulement.
Certes cette doctrine racialiste qui dénie l’existence d’une nation et d’un peuple français est une jobardise totalitai
re.

Il y a aussi les idéologues gauchistes qui veulent détruire l’ordre bourgeois grâce à l’immigration de masse.

Mais il n’y a pas que ça, cette politique est aussi l’application cynique, écœurante, ordurière, putassière, de la théorie préconisée par le groupe de réflexion Ps Terra Nova qui vise à remplacer le peuple français qui ne vote plus pour eux par les immigrés censés devenir leur nouvel électorat.

C’est le grand remplacement voulu par nos dirigeants pour se maintenir au pouvoir.

Il n’y aucun humanisme là dedans, le sort des immigrés ces salauds mondains s’en foutent complètement, ce qu’ils veulent c’est grâce à eux garder leurs privilèges.
C’est purement un réflexe de sauvegarde des vermines de la cas
te.

Un pari stupide à terme, les nouveaux arrivants une fois assez nombreux élimineront leurs "bienfaiteurs".

C’est toujours ainsi que ça se termine.

Les socialopes s’en foutent ils ne voient que leurs intérêts matériels et financiers.

Brecht (encore une belle fripuoille) disait " il faut dissoudre le peuple"...

Les crapules socialistes le font.

La propagande culpabilisante va donc s’accentuer.

Les nouvelles campagnes politico merdiatique contre le racisme des salauds de FDS s’inscrivent dans cette politique. Rien n’est anodin...

On va entendre à nouveau les ritournelles sur la France terre d’immigration, des français qui ont tous des ancêtres immigrés, ces derniers ont reconstruit la France après l’avoir libéré du nazisme, alors que les français ne voulaient pas travailler. Racistes et fainéants, quelle population immonde que les FDS...

Enfin on va vous expliquer qu’en en tant que peuple vous n’existez pas.

Aux oubliettes plus de 1.500 ans d’histoire, Vercingétorix, Clovis, Jeanne d Arc, les différents rois de France, pardon la France n’a jamais existé selon nos révisionnistes...


Terminés les épisodes napoléonien, les découvertes scientifiques.

A la poubelle les grands écrivains, les musiciens, les poètes, les chefs d’œuvre religieux romans ou gothiques.


A ce sujet, là aussi c’est pas anodin, on observe une frénésie destructrice d’églises chez de nombreux maires de la gauche putride.

Fini l’art culinaire, les petits plaisirs de la vie. Le vin devient suspect, ils vont le taxer, comme ils ont commencé avec la bière, le cochon devient un met raciste, des petits moments bien franchouillards comme le Beaujolais nouveau sont dénigrés ou vite occultés comme cette année.


Par contre l’Aîd, le ramadan, voilà de vrais moments de convivialité, de mieux vivre ensemble.

Nous devons tout aux immigrés mettez vous ça dans la tête bande d’ignobles fascistes, xénophobes, racistes !

Heureusement Mimolette 1er et le premier droit commun de France Zéro 1er veillent.

Voici un échantillon des mesures préconisées par les futurs membres de ce conseil à la désintégration :

Le port du voile à l’école autorisé, faut une laïcité de compromis comme ils disent...
Et puis stigmatiser c’est vilain
...

Le caractère arabo-musulman du pays ( ce qu’il en reste) précisé.

Il faut supprimer les textes discriminatoires, devinez qui sont les concernés...

Dès l’école lavage de cerveau, pardon rappel des crimes commis par les occidentaux racistes, c’est un pléonasme un occidental étant par définition raciste, et de l’apport bénéfique de l’immigration.
Ainsi il est proposé d’intégrer dans les programmes scolaires "l’histoire des mouvements de population dans leur globalité", "ceux liés à l’esclavage et à la traite négrière, aux colonisation, à l’immigration économique.
.."

Apprentissage d’une langue africaine ( laquelle !!!!) au collège.

Valoriser l’arabe, au fait les cons lequel ? Le littéraire y a 10% à tout casser des arabes qui le connaissent...

Les médias ont beau faire des efforts, il faut les surveiller, donc il est prévu des sanctions pour les contraindre à la non désignation des différences.

Donner des noms de rues à des figures de l’immigration. Léonarda, Merah, Fofana ?

Comme par hasard, là aussi c’est pas anodin ce bon gouvernement pourri vient d’étendre la surveillance du net comme en Chine leur modèle puisqu’il parait que Nosfefabius envisage de leur prêter la Liberté de Delacroix...

Du passé il doit être fait table rase !

L’important est de mettre dans les esprits que la France et les français n’ont jamais existé.

Et ainsi faire admettre au populo qu’il doit s’adapter aux mœurs, religions, modes de vie des nouveaux venus.

C’est le peuple nouveau qui arrive.

Bon la mosquée la plus proche elle est où ?

Ben oui je m’adapte...

Source et publication: http://euro-reconquista.com/site/spip.php?article572

Repost 0
15 décembre 2013 7 15 /12 /décembre /2013 08:02

Ecrit le 14 déc 2013 à 13:51 par Henri Dubreuil dans Poing de vue

Les cinq mirages de 2013

Un vent d’optimisme souffle chez tous ceux qui depuis des années espèrent un profond changement en France. Les faits s’accumulent.

Un million de manifestants contre le mariage pour tous. Hollande qui teste chaque semaine de nouveaux points bas dans les sondages.

Le ras-le-bol fiscal qui ne cesse d’enfler avec les pigeons, les moineaux ou les moutons. Des symboles publics vandalisés. Une parole qui s’est quelque peu libérée sur l’immigration, l’assistanat et autres totems de la « bien-pensance ».

Le mouvement de la quenelle qui fait plusieurs centaines de milliers d’adeptes à travers tout le pays.

Un FN désormais premier parti de France dans les enquêtes d’opinion.

Dans cet environnement en apparente ébullition, chacun y va de sa prévision sur la date du début de la grève de l’impôt, du départ de Hollande, voire de la prochaine révolution. Mon petit doigt me dit pourtant que nous sommes bien loin de tout cela et qu’au milieu du désert français, les mirages sont rois.

Premier mirage, depuis son arrivée à la tête du pays et malgré son impopularité croissante, la gauche n’a aucunement amorcé la moindre inflexion politique.

Dans le domaine sociétal, après s’être moquée de plus d’un million de manifestants et de leurs ballons roses, elle s’emploie à faire avancer les dossiers de la GPA et de l’euthanasie.

Dans le domaine du logement, la loi Duflot vient tranquillement achever le marché immobilier et punir les propriétaires avec la garantie des loyers et autres délires.

En matière de justice, les folies de Taubira continuent de défiler avec l’amnistie de tous les délinquants et la pénalisation de tous les gens honnêtes.

Sur la fiscalité enfin, Moscovici ne sait plus quel impôt inventer ou quelle taxe alourdir pour rassasier une sphère publique toujours plus affamée.

Deuxième mirage, face à ce pouvoir sans scrupule, certains s’attachent à relever tout guilleret les revendications qui fleurissent dans le pays.

Malheureusement, tous ces mouvements doivent être ramenés à leur stricte valeur. Il s’agit encore et toujours de revendications catégorielles et nullement d’une contestation de l’État obèse.

Il n’y a aucune différence entre un cheminot de la SNCF défilant pour sa retraite à 60 ans, un céréalier exigeant le maintien de ses subventions ou un directeur de centre équestre réclamant la conservation de sa TVA à 7%.

Tous s’accrochent à leurs avantages financés par l’impôt.

Aucun ne souhaite une remise en cause des dépenses publiques pléthoriques et de notre si cher modèle social.

Plus globalement, le Français moyen est encore bien trop moyen pour mériter de sortir de son déclin.

Et ce Français est partout, attaché à son petit pavillon, à son écran plat, à ses subsides publics et à ses pseudo libertés (loisirs et sexe en priorité).

Tant que l’État assurera le service minimum des allocations (j’ai déjà démontré à plusieurs reprises qu’il en avait encore la faculté pour longtemps) et que TF1 ou Canal Plus retransmettront les matches de foot, le Français moyen se complaira dans ce système.

Troisième mirage, il n’existe pas de force politique susceptible de relever ce pays.

Les deux partis de gouvernement – UMP et PS – et leurs rabatteurs que sont l’UDI et les Verts ont d’une part prouvé leur incompétence depuis 40 ans, mais surtout partagent une même vision du monde qui consiste en la suppression des libertés individuelles et économiques, la promotion de l’internationalisme (immigration et disparition de la nation), enfin l’arrachement de l’homme à toutes ses lois naturelles (respect de la vie, filiation et altérité).

Évidemment, il reste de bon ton de s’étriper sur les plateaux de télévision pour savoir s’il faut cotiser 42 ou 43 ans pour sa retraite, s’il faut renvoyer 20 000 ou 30 000 clandestins par an, s’il faut rembourser la pilule à 100% ou 90%, s’il faut condamner les délinquants au bout de la deuxième ou de la troisième récidive.

Pour faire simple, la gauche prend l’autoroute pour détruite ce pays quand la droite se contente d’une départementale.

Reste le FN, considéré par certains comme l’espoir absolu. Je vais briser leurs rêves, voire faire sortir de leurs gonds les autres.

Mais Marine Le Pen n’est qu’une boutiquière, avec un peu de talent, certes.

Elle a hérité du nom de Papa, de la maison de Papa et du parti de Papa.

Comme tous ses congénères politiques, son image et son petit confort comptent bien trop pour se salir les mains.

Elle préfèrerait mille fois être élue maire dans un arrondissement bobo de Paris que dans une ville de ploucs comme Hénin Beaumont !

Malheureusement pour elle, son électeur n’est pas homosexuel branché mais ouvrier ringard.

Surtout, Marine Le Pen reste dans la demi-mesure et n’a nullement l’étoffe et le courage d’une femme d’État comme Margareth Thatcher, l’exemple parfait du dirigeant qui affronta son peuple pour relever son pays !

En 2012, elle devait renverser la table avec sa stratégie de dédiabolisation. Elle a péniblement atteint les 18%, score similaire à son père dix ans plus tôt.

Et même si demain elle atteignait 30% des voix, ce qui serait un vrai succès pour son parti, elle ne gouvernera jamais, sauf à dénaturer les quelques mesures ambitieuses de son programme !

Quatrième mirage, contrairement à ce que beaucoup pensent, Hollande est malin pour servir ses ambitions.

En bon Chirac de gauche, il sait précisément ce qu’il doit faire pour sauver sa peau. À moins d’une reprise miraculeuse de la croissance venue de l’extérieur, le pays va poursuivre son lent décrochage et ce n’est pas la danse du ventre d’Ayrault sur la fiscalité qui changera quoique ce soit.

Les Français mécontents sanctionneront le PS dans les urnes en 2014. Il ne restera plus à Hollande qu’à cueillir le fruit mûr, c’est-à-dire dissoudre l’Assemblée nationale en invoquant une rupture de confiance avec le peuple.

Il devra certes encaisser la déroute de son camp aux législatives mais il pourra se poser en homme responsable, se faire oublier durant trois ans, envoyer l’UMP sans programme et sans leader au pouvoir, tuer dans l’œuf le retour de Sarkozy et surtout assurer sa réélection en 2017.

Cinquième et dernier mirage, la caste de nos dirigeants est consanguine et défendra jusqu’à la mort ses postes et prébendes.

Tous ont ainsi à cœur de s’entraider et de s’échanger les places ou les occasions.

Quel plus bel exemple que le dîner du Siècle où tout ce que la France compte d’élites se retrouvent pour discuter de la marche du monde et surtout de la sauvegarde de leurs intérêts.

Pour ceux qui n’auraient pu être présents, il reste les loges maçonniques pour copiner avec un élu, un technocrate, un journaliste, un intellectuel, un artiste, un chef d’entreprise ou un syndicaliste.

Quel membre de cette caste serait assez fou pour remettre en cause un système qui l’enrichit et lui donne le pouvoir ?

2013 s’achève sur des mirages de renouveau et il est fort à parier que 2014 sera la pâle copie de cette année écoulée.

Ainsi va la vie en France !

Source et publication : http://www.ndf.fr/poing-de-vue/14-12-2013/les-cinq-mirages-2013

31

Les cinq mirages de 2013

Un vent d’optimisme souffle chez tous ceux qui depuis des années espèrent un profond changement en France. Les faits s’accumulent. Un million de manifestants contre le mariage pour tous. Hollande qui teste chaque semaine de nouveaux points bas dans les sondages. Le ras-le-bol fiscal qui ne cesse d’enfler avec les pigeons, les moineaux ou les moutons. Des symboles publics vandalisés. Une parole qui s’est quelque peu libérée sur l’immigration, l’assistanat et autres totems de la « bien-pensance ». Le mouvement de la quenelle qui fait plusieurs centaines de milliers d’adeptes à travers tout le pays. Un FN désormais premier parti de France dans les enquêtes d’opinion.

Dans cet environnement en apparente ébullition, chacun y va de sa prévision sur la date du début de la grève de l’impôt, du départ de Hollande, voire de la prochaine révolution. Mon petit doigt me dit pourtant que nous sommes bien loin de tout cela et qu’au milieu du désert français, les mirages sont rois.

Premier mirage, depuis son arrivée à la tête du pays et malgré son impopularité croissante, la gauche n’a aucunement amorcé la moindre inflexion politique. Dans le domaine sociétal, après s’être moquée de plus d’un million de manifestants et de leurs ballons roses, elle s’emploie à faire avancer les dossiers de la GPA et de l’euthanasie. Dans le domaine du logement, la loi Duflot vient tranquillement achever le marché immobilier et punir les propriétaires avec la garantie des loyers et autres délires. En matière de justice, les folies de Taubira continuent de défiler avec l’amnistie de tous les délinquants et la pénalisation de tous les gens honnêtes. Sur la fiscalité enfin, Moscovici ne sait plus quel impôt inventer ou quelle taxe alourdir pour rassasier une sphère publique toujours plus affamée.

Deuxième mirage, face à ce pouvoir sans scrupule, certains s’attachent à relever tout guilleret les revendications qui fleurissent dans le pays. Malheureusement, tous ces mouvements doivent être ramenés à leur stricte valeur. Il s’agit encore et toujours de revendications catégorielles et nullement d’une contestation de l’État obèse. Il n’y a aucune différence entre un cheminot de la SNCF défilant pour sa retraite à 60 ans, un céréalier exigeant le maintien de ses subventions ou un directeur de centre équestre réclamant la conservation de sa TVA à 7%. Tous s’accrochent à leurs avantages financés par l’impôt. Aucun ne souhaite une remise en cause des dépenses publiques pléthoriques et de notre si cher modèle social.

Plus globalement, le Français moyen est encore bien trop moyen pour mériter de sortir de son déclin. Et ce Français est partout, attaché à son petit pavillon, à son écran plat, à ses subsides publics et à ses pseudo libertés (loisirs et sexe en priorité). Tant que l’État assurera le service minimum des allocations (j’ai déjà démontré à plusieurs reprises qu’il en avait encore la faculté pour longtemps) et que TF1 ou Canal Plus retransmettront les matches de foot, le Français moyen se complaira dans ce système.

Troisième mirage, il n’existe pas de force politique susceptible de relever ce pays. Les deux partis de gouvernement – UMP et PS – et leurs rabatteurs que sont l’UDI et les Verts ont d’une part prouvé leur incompétence depuis 40 ans, mais surtout partagent une même vision du monde qui consiste en la suppression des libertés individuelles et économiques, la promotion de l’internationalisme (immigration et disparition de la nation), enfin l’arrachement de l’homme à toutes ses lois naturelles (respect de la vie, filiation et altérité). Évidemment, il reste de bon ton de s’étriper sur les plateaux de télévision pour savoir s’il faut cotiser 42 ou 43 ans pour sa retraite, s’il faut renvoyer 20 000 ou 30 000 clandestins par an, s’il faut rembourser la pilule à 100% ou 90%, s’il faut condamner les délinquants au bout de la deuxième ou de la troisième récidive. Pour faire simple, la gauche prend l’autoroute pour détruite ce pays quand la droite se contente d’une départementale.

Reste le FN, considéré par certains comme l’espoir absolu. Je vais briser leurs rêves, voire faire sortir de leurs gonds les autres. Mais Marine Le Pen n’est qu’une boutiquière, avec un peu de talent, certes. Elle a hérité du nom de Papa, de la maison de Papa et du parti de Papa. Comme tous ses congénères politiques, son image et son petit confort comptent bien trop pour se salir les mains. Elle préfèrerait mille fois être élue maire dans un arrondissement bobo de Paris que dans une ville de ploucs comme Hénin Beaumont ! Malheureusement pour elle, son électeur n’est pas homosexuel branché mais ouvrier ringard. Surtout, Marine Le Pen reste dans la demi-mesure et n’a nullement l’étoffe et le courage d’une femme d’État comme Margareth Thatcher, l’exemple parfait du dirigeant qui affronta son peuple pour relever son pays ! En 2012, elle devait renverser la table avec sa stratégie de dédiabolisation. Elle a péniblement atteint les 18%, score similaire à son père dix ans plus tôt. Et même si demain elle atteignait 30% des voix, ce qui serait un vrai succès pour son parti, elle ne gouvernera jamais, sauf à dénaturer les quelques mesures ambitieuses de son programme !

Quatrième mirage, contrairement à ce que beaucoup pensent, Hollande est malin pour servir ses ambitions. En bon Chirac de gauche, il sait précisément ce qu’il doit faire pour sauver sa peau. À moins d’une reprise miraculeuse de la croissance venue de l’extérieur, le pays va poursuivre son lent décrochage et ce n’est pas la danse du ventre d’Ayrault sur la fiscalité qui changera quoique ce soit. Les Français mécontents sanctionneront le PS dans les urnes en 2014. Il ne restera plus à Hollande qu’à cueillir le fruit mûr, c’est-à-dire dissoudre l’Assemblée nationale en invoquant une rupture de confiance avec le peuple. Il devra certes encaisser la déroute de son camp aux législatives mais il pourra se poser en homme responsable, se faire oublier durant trois ans, envoyer l’UMP sans programme et sans leader au pouvoir, tuer dans l’œuf le retour de Sarkozy et surtout assurer sa réélection en 2017.

Cinquième et dernier mirage, la caste de nos dirigeants est consanguine et défendra jusqu’à la mort ses postes et prébendes. Tous ont ainsi à cœur de s’entraider et de s’échanger les places ou les occasions. Quel plus bel exemple que le dîner du Siècle où tout ce que la France compte d’élites se retrouvent pour discuter de la marche du monde et surtout de la sauvegarde de leurs intérêts. Pour ceux qui n’auraient pu être présents, il reste les loges maçonniques pour copiner avec un élu, un technocrate, un journaliste, un intellectuel, un artiste, un chef d’entreprise ou un syndicaliste. Quel membre de cette caste serait assez fou pour remettre en cause un système qui l’enrichit et lui donne le pouvoir ?

2013 s’achève sur des mirages de renouveau et il est fort à parier que 2014 sera la pâle copie de cette année écoulée. Ainsi va la vie en France !

Repost 0
14 décembre 2013 6 14 /12 /décembre /2013 15:41



Chers amis,

Il y a deux mois un multirécidiviste de 16 ans était accusé d'avoir essayé de tuer un policier en lui roulant dessus avec une voiture à Lyon.

Pourtant, la justice a refusé de l'incarcérer, considérant « qu'il n'y avait pas lieu à le mettre en détention, car une précédente incarcération en établissement pour mineurs en mars 2013, dans le cadre d'une autre affaire, ne l'a pas empêché de commettre de nouveaux faits » [1].

Plutôt que de mettre hors d'état de nuire ce danger public, elle l'a confié... à un éducateur. Evidemment, il en a profité pour s'enfuir en toute impunité. Ce qui a détruit le travail des policiers qui l'ont arrêté au péril de leur vie.

Mais aujourd'hui la justice fait pire encore. Elle vient d'interdire à tous les policiers de géolocaliser les criminels, y compris les plus dangereux, car ce serait... « une atteinte à leur vie privée » (sic) !

Dans le même temps, Christiane Taubira demande officiellement aux magistrats de ficher les manifestants contre les nouvelles taxes prévues par le gouvernement.

Je n'exagère pas : dans une circulaire ministérielle datant du 12 novembre 2013, Christiane Taubira exige que tous les moyens de la police et de la justice soient mobilisés pour identifier, ficher, poursuivre et sanctionner lourdement toutes ces personnes [2] !

Mais au moment même où elle a demandé que les magistrats fassent preuve de la plus grande fermeté à l'égard des bonnets rouges ou de tous ceux qui contestent l'écotaxe ou les radars automatiques, elle prépare la loi la plus laxiste et dangereuse des quarante dernières années.

Les choses sont claires aujourd'hui : on ne demande aucune sanction réelle contre les trafiquants, les cambrioleurs ou les agresseurs, mais une sévérité maximale contre tous ceux qui désapprouvent la politique du gouvernement, ou qui sont financièrement solvables.

Nous devons réagir contre cette injustice avant qu'il ne soit trop tard. Si vous ne l'avez pas encore fait, participez augrand Référendum national sur la Justice, ne perdez plus un instant et rendez-vous ici.

Vous pouvez également faire un don pour nous permettre de diffuser ce mail en vous rendant ici.

Seul votre soutien nous permettra de continuer à vous informer en toute indépendance et avec courage de tout ce qui se trame dans les coulisses du pouvoir. Si vous le pouvez, faites un don.

Un grand merci de votre soutien.

Laurence Havel
Secrétaire nationale.

---------------------------------------
[1] www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/10/10/97001-20131010FILWWW00466-lyonjusticeun-adolescent-prend-la-fuite.php

[2] www.lepoint.fr/soc
iete/la-justice-a-deux-vitesses-de-christiane-taubira-15-11-2013-1757443_23.php

Source : http://webmail1k.orange.fr/webmail/fr_FR/read.html?FOLDER=SF_JUNK&IDMSG=3761&check=&SORTBY=1

Repost 0
14 décembre 2013 6 14 /12 /décembre /2013 11:19

http://e.institutpourlajustice.org/a/?F=zs9vjgbkl3v78eacxrh3mjapyph5wxbbsrd5xyqfyqet8x7jlqx89az-4611687

Chers amis,

Il y a deux mois *un multirécidiviste de 16 ans était accusé d'avoir essayé de tuer un policier* en lui roulant dessus avec une voiture à Lyon.

Pourtant, la justice a refusé de l'incarcérer, considérant « qu'il n'y avait pas lieu à le mettre en détention, car une précédente incarcération en établissement pour mineurs en mars 2013, dans le cadre d'une autre affaire, ne l'a pas empêché de commettre de nouveaux faits » [1]:

http://e.institutpourlajustice.org/r/?

F=zs9vjgbkl3v78eacxrh3mjapyp3tluknaferskqzbhg2p2rd9jdfqg2-4611687 .

Plutôt que de mettre hors d'état de nuire ce danger public, elle l'a confié... à un éducateur.

*Evidemment, il en a profité pour s'enfuir en toute impunité*. Ce qui a détruit le travail des policiers qui l'ont arrêté au péril de leur vie.

Mais aujourd'hui la justice fait pire encore. Elle vient d'interdire à tous les policiers de géolocaliser les criminels, y compris les plus dangereux, car ce serait... « une atteinte à leur vie privée » (sic) !

Dans le même temps, Christiane Taubira demande officiellement aux magistrats de ficher les manifestants contre les nouvelles taxes prévues par le gouvernement.

Je n'exagère pas : dans une circulaire ministérielle datant du 12 novembre 2013, Christiane Taubira exige que *tous les moyens de la police et de la justice soient mobilisés pour identifier, ficher, poursuivre et sanctionner lourdement toutes ces personnes* [2]: http://e.institutpourlajustice.org/r/?F=zs9vjgbkl3v78eacxrh3mjapyp4f46jkmgn8qbwpgbuqpwgh3gphpg2-

4611687

!

Mais au moment même où elle a demandé que les magistrats fassent preuve de la plus grande fermeté à l'égard des bonnets rouges ou de tous ceux qui contestent l'écotaxe ou les radars automatiques, elle prépare la loi la plus laxiste et dangereuse des quarante dernières années.

Les choses sont claires aujourd'hui : on ne demande aucune sanction réelle contre les trafiquants, les cambrioleurs ou les agresseurs, mais une sévérité maximale contre tous ceux qui désapprouvent la politique du gouvernement, ou qui sont financièrement solvables.

Nous devons réagir contre cette injustice avant qu'il ne soit trop tard.

Si vous ne l'avez pas encore fait, participez au grand Référendum national sur la Justice: http://e.institutpourlajustice.org/r/?

Repost 0
14 décembre 2013 6 14 /12 /décembre /2013 10:29

TRIBUNE LIBRE ET POINT DE VUE !

Objet : Article court "Le gros argent nous appelle à son secours, ne tardons pas !"

Que d'études et d'analyses sur nos adversaires et nos ennemis "extra-occidentaux" !

Qui ne sont pourtant pas toujours très intéressants, sans vouloir être offenser personne.

Comme s'il était question de former des spécialistes en ethnologie de nos adversaires et de nos ennemis "extra-occidentaux". Bizarre, tout de même.

Comme s'il était question surtout d'éluder d'autres interrogations plus gênantes et, à mon humble avis, beaucoup plus importantes et beaucoup plus essentielles et que je résumerai en une seule question : que sommes nous donc devenus ?

Sommes nous à ce point convertis à la morale de la grande fraternité humaine que nous n'osons pas dire quelque chose de cohérent sur nous même ?

Peut être, mais il y a un blocage autrement sérieux : analyser précisément notre histoire en cours, cela imposerait surtout de rompre avec bien des "mythes", des idéologies qui, en apparence nous protègent et nous servent, mais qui, j'en suis persuadé, bloquent en réalité nos pensées et nos actions.

Exemple.

La France pays de vieille tradition catholique ? C'est ça mon coco.

En quarante ans, une bourgeoisie odieuse a transformé le catholicisme en une religion pour hypocrites rassis et consommés et chassé les derniers paroissiens normaux et humains des églises.

Cette bourgeoisie a inventé un truc terrible : l'amour des embryons et des cellules embryonnaires : ça permet de se pâmer en permanence sur ce qui n'existe pas et de ne pas regarder ce qui existe, hommes et bêtes, et qui, souvent, souffre.

Abasourdis par une telle hypocrisie, incapables de s'opposer à cette emprise de l'argent pur, les braves gens ont fuit les églises.

Le catholicisme conciliaire en France, c'est la religion réservée d'une caste d'argent, tordue et vraiment méchante.

Et c'est cette même bourgeoisie d'argent qui, périodiquement, vient chougnotter lorsque ses intérêts matériels sont en jeu.

Tant qu'il est question de millions de pauvres dans les rues, elle reste évidemment barricadée dans ses forteresses, mais si l'on touche à ce qu'elle appelle la famille, c'est à dire le mode d'accumulation clanique de l'argent qui lui est spécifique, elle réunit ses troupes et sonne la charge.

Pire : elle tente de mobiliser au delà de la caste et de faire pleurer sur son sort !

Cela crée hélas bien des confusions dans l'esprit de certains défenseurs de la civilisation, qui peuvent devenir passagèrement les défenseurs de leurs pires bourreaux !

Car c'est bien cette même bourgeoisie qui a tué la France rurale, généralisé les mouvements de populations et ainsi de suite, toujours pour la même raison : son fric.

Il y a longtemps que l'argent fou a rendu haineuses et quasi-folles des fractions entières de la population occidentale.

Cela il faut le saisir et le comprendre pour tracer et nuancer le schéma des conflits très complexes et très bizarres à l'intérieur desquelles nous sommes pris.

Mais ce n'est qu'un petit exemple de ce que nous persistons à vouloir ignorer.

Ignorance qui rend tout combat efficient presque impossible.

Jacques-Yves Rossignol

Que d'études et d'analyses sur nos adversaires et nos ennemis "extra-occidentaux" ! Qui ne sont pourtant pas toujours très intéressants, sans vouloir être offenser personne.

Comme s'il était question de former des spécialistes en ethnologie de nos adversaires et de nos ennemis "extra-occidentaux". Bizarre, tout de même.

Comme s'il était question surtout d'éluder d'autres interrogations plus gênantes et, à mon humble avis, beaucoup plus importantes et beaucoup plus essentielles et que je résumerai en une seule question : que sommes nous donc devenus ?

Sommes nous à ce point convertis à la morale de la grande fraternité humaine que nous n'osons pas dire quelque chose de cohérent sur nous même ? Peut être, mais il y a un blocage autrement sérieux : analyser précisément notre histoire en cours, cela imposerait surtout de rompre avec bien des "mythes", des idéologies qui, en apparence nous protègent et nous servent, mais qui, j'en suis persuadé, bloquent en réalité nos pensées et nos actions. Exemple.

La France pays de vieille tradition catholique ? C'est ça mon coco.

En quarante ans, une bourgeoisie odieuse a transformé le catholicisme en une religion pour hypocrites rassis et consommés et chassé les derniers paroissiens normaux et humains des églises. Cette bourgeoisie a inventé un truc terrible : l'amour des embryons et des cellules embryonnaires : ça permet de se pâmer en permanence sur ce qui n'existe pas et de ne pas regarder ce qui existe, hommes et bêtes, et qui, souvent, souffre. Abasourdis par une telle hypocrisie, incapables de s'opposer à cette emprise de l'argent pur, les braves gens ont fuit les églises. Le catholicisme conciliaire en France, c'est la religion réservée d'une caste d'argent, tordue et vraiment méchante.

Et c'est cette même bourgeoisie d'argent qui, périodiquement, vient chougnotter lorsque ses intérêts matériels sont en jeu. Tant qu'il est question de millions de pauvres dans les rues, elle reste évidemment barricadée dans ses forteresses, mais si l'on touche à ce qu'elle appelle la famille, c'est à dire le mode d'accumulation clanique de l'argent qui lui est spécifique, elle réunit ses troupes et sonne la charge. Pire : elle tente de mobiliser au delà de la caste et de faire pleurer sur son sort ! Cela crée hélas bien des confusions dans l'esprit de certains défenseurs de la civilisation, qui peuvent devenir passagèrement les défenseurs de leurs pires bourreaux ! Car c'est bien cette même bourgeoisie qui a tué la France rurale, généralisé les mouvements de populations et ainsi de suite, toujours pour la même raison : son fric.

Il y a longtemps que l'argent fou a rendu haineuses et quasi-folles des fractions entières de la population occidentale.

Cela il faut le saisir et le comprendre pour tracer et nuancer le schéma des conflits très complexes et très bizarres à l'intérieur desquelles nous sommes pris. Mais ce n'est qu'un petit exemple de ce que nous persistons à vouloir ignorer. Ignorance qui rend tout combat efficient presque impossible.

Repost 0
14 décembre 2013 6 14 /12 /décembre /2013 10:20

Ecrit le 14 déc 2013 à 9:56 par Eric Martin dans Nos brèves

Vers un rapprochement entre La Manif pour Tous et le Jour de Colère du 26 janvier 2014 ?

Les appels du pied se multiplient pour que La Manif Pour Tous rejoigne le Jour de Colère du 26 janvier.

Après la tribune de Boulevard Voltaire, c’est au tour d’un des fidèles soutiens de LMPT, François Billot de Lochner, auteur du livre La répression pour tous ? (préface de Ludovine de La Rochère, Édition Lethielleux, 18 juin 2013), de plaider en ce sens dans un entretien accordé à nos confrères du Salon Beige.

Le chef d’entreprise, par ailleurs Président de Liberté Politique et de France Audace, appelle ouvertement à ce que les responsables du grand mouvement qui s’est levé l’année dernière incitent ses militants à défiler le 26 janvier prochain.

Selon lui, les différents mouvements de contestation « ont intérêt à s’entendre et à s’unifier sur la base de leurs points communs, qui sont nombreux, afin de peser encore plus dans le rapport de force que le gouvernement a décidé d’instaurer. »

Son analyse est la suivante : « les militants défilant derrière la bannière « Famille en colère » ont toute leur place au Jour de Colère. »

En effet, ces familles sont particulièrement visées par le matraquage fiscal, un des points du manifeste (1) du Jour de Colère.

Ludovine de la Rochère entendra-t-elle son appel, ainsi que celui de ces militants qui sont de plus en plus nombreux à réclamer une extension des revendications ?

1. « Parce que nous avons tous au moins une raison d’être en colère contre ce gouvernement qui :

N’écoute pas le peuple
Matraque les contribuables
Affame nos paysans
Enterre notre armée
Libère les délinquants
Déboussole nos enfants
Réduit nos libertés
Assassine notre identité
Détr
uit nos familles


Tous à Paris le 26 janvier ! »

Source : http://www.ndf.fr/nos-breves/14-12-2013/vers-rapprochement-manif-jour-colere-du-26-janvier-2014

Repost 0
14 décembre 2013 6 14 /12 /décembre /2013 10:14

TRIBUNE LIBRE ,POINT DE VUE ET CONSTAT !

La 3e guerre mondiale a commencé, c’est le jihadisme international

Publié le 13 décembre 2013

par Bernard Dick - Article du nº 333

Mêlés à divers titres aux guerres localisées de Tchétchénie, d’Afghanistan, d’Irak, aux « printemps arabes » de Libye, de Tunisie, d’Égypte et maintenant de Syrie, l’Europe, la Russie, la Chine et les États-Unis, commencent à prendre conscience qu’une troisième guerre mondiale a commencé sous la forme du jihadisme international et à tirer la sonnette d’alarme.

Auparavant, les autres pays étaient concernés.

Maintenant, nous le serons aussi, sur notre propre territoire : une 5e colonne terrée dans nos grandes villes, nos banlieues, nos infrastructures, nos grandes entreprises a constitué un terreau stratégique.

A Riposte Laïque que nous n’avons cessé de dénoncer et de mettre en garde population et politiques.

Dans l’article suivant, le journal libanais al-Diyâr, met l’accent sur cette inquiétude.

Combattants du Front al-Nousra (Syrie)

(Bientôt chez-nous ?)

Le journal al-Dyâr (10/12/2013) dirigé par Charles Ayoub et réputé bien informé, a divulgué des informations affirmant que « les États-Unis et la Russie vont ajouter à l’ordre du jour de la Conférence Genève 2 un chapitre intitulé « Lutte contre le terrorisme ». Cette demande a reçu aussi l’agrément des États européens ainsi que le consensus des chefs du Renseignement de ces États.

Le journal al-Dyâr attire aussi l’attention sur une « réunion sécuritaire tenue à Damas entre les responsables des services du Renseignement des États européens, et plus précisément allemands, britanniques, espagnols et italiens (1), avec les dirigeants des services de sécurité syriens.

Au cours de cette réunion, une présentation complète et précise a été faite sur le déploiement des forces de l’EIIC (État Islamique d’Irak et du Châm, branche d’al Qaeda) et d’al-Nousra (« Le Soutien », affilié à al-Qaeda) sur le territoire syrien et sur l’importance du nombre des combattants étrangers en Syrie, particulièrement des Européens. Leur nombre est d’environ 1.400 combattants.

Un responsable allemand a même exposé d’une façon claire l’importance du risque que ces combattants, à leur retour, font courir à la sécurité en Europe et la possibilité de voir leur nombre augmenter pour atteindre environ 15.000, ce qui devrait créer des tensions en Allemagne et dans toute l’Europe en raison de leur aptitude au combat, leur organisation et leur capacité à monter des opérations-suicides ».

Et le journal poursuit : « Les chefs des services européens du Renseignement ont consulté des dossiers du Renseignement [syrien] relatifs aux éléments du commandement de EIIC et à leurs aveux sur les cellules dormantes qui existent en Europe », ajoutant que « les services du Renseignement ont interrogé ces dirigeants takfiris (2) sur leurs déplacements.

Ces aveux ont constitué des informations utiles aux services du Renseignement européens de même que les révélations de leurs intentions de planifier des opérations en Europe ».

Par ailleurs, « ces délégations sont restés plusieurs jours à Damas et même de hauts-gradés du Renseignement des États européens séjourneront d’une façon permanente dans les ambassades de leur pays à Damas afin de suivre les dossiers des éléments terroristes et ceux de leurs dirigeants qui ont des liens avec des cellules dormantes en Europe.

Le Renseignement russe a joué aussi un rôle en expliquant le danger des terroristes tchétchènes pour la Russie et pour les pays européens et le rôle joué par une cellule tchétchène dans le kidnapping de deux évêques d’Alep ».

Bernard Dick

(1) Nous remarquons que les Français ne sont pas cités dans cet article. Nous ignorons les raisons de leur absence. S’agit-il d’un oubli de la part du journal al-Dyâr ou bien la Syrie a-t-elle refusé de recevoir la délégation française en raison de la position de notre pays comme fer de lance du soutien à la rébellion ?

Laurent Fabius doit connaître la réponse.

(2) Takfiris : terme générique attribué aux fondamentalistes intolérants de l’islam qui lancent l’anathème sur tous ceux qui ne suivent pas leur idéologie.

De façon plus restrictive, les takfiris sont les adeptes de l’idéologie islamiste Takfir wa al-Hijra (Anathème et Émigration).

source : http://ripostelaique.com/la-3e-guerre-mondiale-a-commence-cest-le-jihadisme-international.html

Repost 0
14 décembre 2013 6 14 /12 /décembre /2013 10:09

Sylvie Goulard en guerre contre la gabegie de l’argent public

13/12/2013 – 14h15
BRUXELLES (NOVOpress) - Interrogée ce vendredi matin sur BFM Business, la députée européenne Sylvie Goulard (MoDem) n’a pas mâché ses mots pour dénoncer le gaspillage de l’argent public jeté « par les fenêtres », s’insurgeant entre autres contre les sommes faramineuses engagées pour la formation professionnelle et qui, au final, « ne servent pas à former les gens qui en en besoin
».

« On est quand même dans un pays dans lequel on a un député qui a fait un rapport sur la formation professionnelle qui a été interdit (le rapport Perruchot, ndlr) et dont on n’a pas le droit de dire le nom !

Mais c’est hallucinant dans une démocratie !

Quand vous avez 32 milliards d’un côté du tuyau et pas de formation de qualité au bout, c’est qu’il y a des fuites dans le tuyau… 32 milliards, c’est énorme, ça fait à peu près un tiers du budget de l’Union européenne par an ! »

Source (voir à la 10e minute puis à la 14e minute) : www.bfmtv.com

Publié le 13 décembre 2013 - Modifié le 13 décembre 2013

Repost 0
14 décembre 2013 6 14 /12 /décembre /2013 10:02

ASSISTANCE FINANCIÈRE / EUROPE

Le Mécanisme européen de stabilité (#MES) en 2013

on 14 décembre 2013 at 01:21

Dans une rue secondaire, au bout du quartier européen à Luxembourg se trouve un bâtiment blanc à trois étages. Les travaux de la façade sont encore en cours et l’immeuble affiche un sigle discret, visible aux yeux des passants attentifs : ESM. C’est un bâtiment comme les autres, flanqués de bureaux et abritant les principaux établissements financiers mondiaux et des établissements commerciaux.

A l’intérieur, cependant, quelque chose de singulier se passe : plus de 100 personnes travaillent à l’une des réalisations les plus impressionnantes des gouvernements européens pendant la crise.

Voici comment débute l’excellent article publié par Rui Peres Jorge le 5 décembre dernier dans le Jornal de negocios (Portugal).

La lecture, vivement conseillée, m’a poussée à faire un point sur ce mécanisme méconnu. Il avait largement soulevé inquiétudes et protestations en mars 2011 lors de son adoption par le Parlement français.

Depuis, plus personne ne semble s’intéresser à lui alors qu’il manie chaque semaine des milliards d’euros et joue un rôle fondamental dans les plans d’aides européens.

Ce qui a démarré l’été 2010 comme un véhicule d’investissement prévoyant une équipe de 15 personnes et qui ne serait jamais utilisé, est devenu un des principaux émetteurs de dette publique européens, finançant des programmes d’ajustement évalués à 240 milliards d’euros dans cinq pays et doté d’une structure de plus de 100 personnes.

Historique du Mécanisme européen de stabilité (MES)

Le 11 juillet 2011, les ministres des Finances de la zone euro ont signé le traité établissant le Mécanisme européen de stabilité. Une nouvelle version a été signée le 2 février 2012. Ce traité a reçu l’aval de l’Assemblée nationale le 21 février, et du Sénat le 28 février.

Pour être précis, deux textes relatifs au MES étaient en fait portés à la ratification des Etats membres de la zone euro :

  1. La loi autorisant la ratification du traité instituant le mécanisme européen de stabilité
  2. La loi autorisant la ratification de la décision du Conseil européen modifiant l’article 136 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (TFUE)

Afin de bénéficier de la procédure de révision simplifiée du Traité, ce mécanisme a été mis en place en dehors du cadre européen. C’est pour cela qu’il s’agit d’un Traité intergouvernemental et non d’un Traité européen.

Ratifié par les 17 Etats membres de la zone euro, le Traité établissant le MES est entré en vigueur le 27 septembre 2012 et le MES a été inauguré le 8 octobre 2012.

À compter du 1er Juillet 2013, le MES est devenu le seul mécanisme permanent visant à répondre aux demandes d’aide financière des États membres de la zone euro. Le FESF a cessé d’accorder de nouveaux plans d’aide mais ce dernier reste actif dans le financement des programmes en cours au Portugal, en Grèce et, jusqu’à récemment, en Irlande.

A ce jour, les seuls programmes d’aide financés par le MES ont été accordé à Chypre et aux banques espagnoles.

Les flous juridiques

Pour mettre en place le MES, tous les États européens (c’est à dire les « 27″) ont du modifier l’article 136 du TFUE afin d’y introduire les dispositions suivantes :

Les États Membres dont la monnaie est l’euro peuvent établir un mécanisme de stabilité pouvant, si nécessaire, être activé dans le but de préserver la stabilité de la zone euro dans son ensemble. L’octroi de toute aide financière en vertu du mécanisme sera soumis à de strictes conditionnalités.

Il faut noter que le MES est entré en vigueur à l’automne 2012, avant même que cette modification du TFUE ait été ratifiée par l’ensemble des Etats européens. La République Tchèque n’a ratifié cet élément qu’au printemps dernier. On peut donc se questionner sur l’intérêt d’une telle modification ou alors, sur la légalité de l’entrée en vigueur du MES.

Par un arrêt du 27 septembre 2012, la Cour de Justice de l’Union européenne est venue clore définitivement les débats remettant en question la légalité du Traité MES et son processus d’adoption.
Pour le juge européen, le MES ne méconnaît pas la clause de « non-renflouement » posée par l’article 125 TFUE car l’État bénéficiant de l’assistance financière reste responsable de ses engagements créanciers. Ainsi, selon la CJUE, le MES ne prend pas à sa charge la dette de l’État membre bénéficiaire.
Néanmoins, cet arrêt de la CJUE a ainsi laissé grandes ouvertes les portes à ceux qui, le jour où leur État se verrait contraint de rembourser une dette contractée via le MES par un autre État, penseront à saisir leur juge pour soulever la clause de « non-renflouement ».
Car si, dans ses principes, le Traité MES ne soustrait pas les Etats aidés de leurs responsabilités, il n’est cependant pas exclu que, dans la pratique, les Etats aient à prendre en charge la dette d’un partena
ire.

Le fonctionnement du MES

Le MES est un mécanisme d’aide permanent visant à soulager les États en difficulté dans le remboursement de leur dette.
Ce mécanisme permet notamment, grâce à la garantie des États européens, d’obtenir des taux d’emprunt moins onéreux pour les États ayant des difficulté à rembourser leur dette.
Plus simplement: lorsqu’un État sera dans l’incapacité d’emprunter à des taux corrects, il fera appel au MES qui empruntera à sa pl
ace.

L’emprunt étant garanti par les autres États européens, l’État emprunteur bénéficie ainsi, via le MES, de taux d’intérêts bien plus intéressants.
Dans cette opération, les États européens s’engagent à rembourser les créanciers en cas de défaut de l’État emprunteu
r.

Deux principes clés à retenir:

  • en principe, le MES ne prête pas son propre argent aux États en difficulté. Il se base sur un capital garanti par les Etats membres pour pouvoir emprunter sur les marchés.
  • pour avoir accès à l’assistance du MES, les Etats devront respecter les règles relatives au Pacte de stabilité et de croissance.

A noter que le lien avec le TSCG est uniquement politique, et non juridique.

En mai 2013, les deux règlements constitutifs du Two-Pack sont entrés en vigueur. L’un d’eux est venu formaliser les mécanismes de surveillance des Etats disposant d’aides financières européennes, jusqu’ici établis au cas par cas par la fameuse Troika.
Récemment un article irlandais est cependant venu rappeler que lorsqu’un plan d’aide touche à sa fin, la Troika cesse son travail de contrôle mais les organismes de soutien financier (FESF-MES, Commission, FMI) continuent pendant plusieurs décennies à contrôler de leur coté la capacité de remboursement de la dett
e.

Nous devons nous assurer que l’argent est prévu dans le budget. Tant que c’est le cas [...] il n’y aura pas de demandes. Cependant, si nous arrivons à la conclusion que les paiements ne sont pas prévus, nous aurions alors une conversation sérieuse avec le gouvernement, mais je ne m’attends pas à ce que cela arrive.

M. Regling, directeur général du MES

Qui décide ?

Le MES est composé :

  • d’un Conseil d’Administration présidé par un Directeur Général et dont le travail sera de gérer les affaires courantes et techniques
  • d’un Conseil des Gouverneurs chargé de prendre les décisions importantes. Ce dernier, regroupant les ministres des finances des États membres, élira son président pour un mandat de 2 ans renouvelable, et nommera aussi le Directeur Général du Conseil d’Administration pour un mandat de 5 ans renouvelable une fois.
Le contrôle parlementaire

On peut dire sans se tromper que le Traité donne un pouvoir considérable aux ministres des finances qui peuvent, à huis clos, décider à l’unanimité de mobiliser des sommes astronomiques.

En France, cette réalité est d’autant plus amplifiée que le Parlement ne dispose pas, en amont, de pouvoir de contrôle des positions tenues par le ministre des finances français. Le Parlement est uniquement consulté au moment du vote des lois de finances qui permettent de mettre à disposition les sommes convenues dans le cadre du MES.
En Allemagne par exemple, la situation est plus satisfaisante, le Bundestag ayant adopté en même temps que le Traité une loi permettant aux parlementaires allemands de contrôler en amont les décisions prises par le ministre.
Le juge constitutionnel allemand est également venu apporter des réserves au Traité en rappelant que tout dépassement du plafond du capital-actions garanti par l’Allemagne, soit 190 milliards d’euros, ne pourra se faire sans approbation express du Parlement allem
and.

Combien cela coute-t-il ?

Le capital garanti et le capital libéré

Le capital garanti s’élève au total à 700 milliards d’euros dont 11% seulement (80 milliards d’euros) sont réellement versés durant les 5 années suivant la ratification du traité.
On distingue deux types de capital : d’une part, le MES dispose de fonds mobilisables qu’on appelle capital libéré (c’est l’argent que les états auront vraiment donné au MES) d’un montant initial de 80 milliards d’euros, d’autre part un capital non libéré (il est sujet à appel mais n’est pas versé tant qu’on n’en a pas besoin) d’un montant initial de 620 milliards d’euro
s.

La contribution des états est répartie entre eux via une clé de contribution. En utilisant cette clé de contribution on comprend que la France doit engager en tout 142,7 milliards d’euros, dont 16,3 milliards de capital à libérer dans les 5 ans: 6,5 milliards d’euros en 2012, 6,5 en 2013 et 3,3 en 2014.

Pour en savoir plus sur les possibilités et modalités de modification du capital garanti: cliquez ici.
A noter que la modification des montants correspondant au capital libéré ou non libéré nécessite l’unanimité du Conseil des Gouverneurs, contrairement aux thèses répandues par les partis de gauch
e.

Les programmes d’aide accordés via le MES

En avril 2013, le premier programme financé par le MES a été dévolu à la crise chypriote, à hauteur de 9 milliards d’euros (auxquels se sont ajouté 1 milliard d’euros du FMI) au maximum, dont 4,5 milliards ont déjà été effectivement déboursés.

Plus récemment, le MES a « récupéré » le programme de recapitalisation du secteur bancaire espagnol, convenu à 100 milliards d’euros en juillet 2012 et géré au départ par le FESF. Sur ces 100 milliards, seuls 41 ont été effectivement utilisés.

Combien cela rapporte-t-il ?

Le MES n’est pas uniquement destiné à offrir des programmes de soutien aux Etats en difficulté. C’est également un organisme qui permet aux Etats contributeurs d’en tirer des bénéfices sur 1) les créances accordées, 2) les fonds versés au MES et investis par ce dernier.

Lire la suite http://www.contrelacour.fr/mecanisme-europeen-stabilite-mes-2013/

Repost 0