Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 décembre 2013 1 30 /12 /décembre /2013 10:20

Lundi 30 décembre 2013

Un aumônier para témoigne sans langue de buis

Alors que l’armée française est de nouveau engagée sur le théâtre africain, l’abbé Christian Venard, aumônier parachutiste, offre un saisissant témoignage sur son engagement sacerdotal et militaire dans « Un prêtre à la guerre ».

Dans un livre d’entretiens avec le journaliste Guillaume Zeller, il raconte le cheminement de sa vocation dans un contexte difficile – les années 80 et 90, son arrivée au sein du diocèse aux armées, et les différentes opérations extérieures – les « opex » - auxquelles il a participé, du Kosovo au Mali en passant par la Côte d’Ivoire, l’Afghanistan ou le Liban.

Sur un ton d’une grande liberté, mais dans une totale fidélité à Rome et une entière loyauté à l’égard de l’institution militaire, il témoigne aussi des difficultés de son ministère, inspiré par la figure de Charles de Foucauld.

Un chapitre consacré à l’application du Motu Proprio aux écoles militaires de Saint-Cyr est particulièrement révélateur…

Mais les pages les plus émouvantes de ce livre sont sans doute celles qui font le récit des moments tragiques au cours desquels l’abbé Venard – appelé « Padre » - doit annoncer aux familles la mort de leurs proches, tués en Afghanistan.

Point culminant de l’ouvrage : ce 15 mars 2012, lorsque Mohamed Merah frappe à Montauban, tirant sur deux parachutistes qui expirent dans les bras du « Padre ».

Et le Padre fustige la presse de caniveau, peu pressée de s'intéresser aux militaires :

"Toutes ces nuances échappent aux grands médias qui nous agacent profondément. Avec leurs oeillères habituelles, ils placent les trois victimes dans un même lot.

En dépit de toute évidence et sans vérifier leurs informations, ils décrètent que les trois victimes sont d'origine maghrébine, ce qui était faux pour Loïc, et de confession musulmane, ce qui était faux pour Loïc et Abel.

Ce racisme inversé qui procède par amalgame amène les médias à privilégier à chaud, sans la moindre enquête sérieuse, la fameuse "piste d'extrême droite".

Malgré ma foi chrétienne, je voudrais dire le mépris le plus profond que j'éprouve à l'encontre de certains journalistes qui ont repris en choeur cette prétendue piste, mettant en cause des camarades parachutistes.

Ils ont fait preuve d'une indignité absolue et ont donné une image honteuse de leur profession : celle, parfois trop vraie, d'une corporation de charognards.

Aucun rectificatif n'a jamais été publié depuis. Cet épisode pose beaucoup de questions sur la manière dont le journalisme est pratqiué dans notre pays, sur son indépendance réelle et sur l'absence trop fréquente de déontologie au sein de cette profession."

Un bel hommage aux prêtres et aux soldats d’aujourd’hui et, incontestablement, un cadeau à faire .

source http://www.citoyens-et-francais.fr/article-un-aumonier-para-temoigne-sans-langue-de-buis-121712864.html

Repost 0
30 décembre 2013 1 30 /12 /décembre /2013 10:05

Par: Déborah Laurent
30/12/13 - 08h13© thinkstoc
k.

Demain, 2013 touchera à sa fin.

L'heure des bonnes résolutions a sonné.

Voici celles à ne pas prendre.

Quitter son job sur un coup de tête. Vous pensez que risquer le tout pour le tout va provoquer votre chance et que le job de rêve va se présenter à vous parce que vous avez os
é ?

Oubliez, le marché du travail est instable. Accrochez-vous à votre boulot pour le moment mais développez votre carrière en suivant, par exemple, des cours de langues.

Perdre cinq kilos
Beyoncé, Adèle et Nicki Minaj nous rappellent chaque jour que les courbes sont belles.

Reconquérir votre ex
Celui qui vous a largué avec un post-it (cfr "Sex and the City")? On vous suggère plutôt de dépenser votre énergie à vous en remettre. Et à aller
de l'avant.

"L'avant" étant Bruno, l'ami de votre copine Séverine, celui avec les petites fossettes adorables et qui, détail non-négligeable, est célibataire.

Etre à la mode
La mode n'est qu'un éternel recommencement. Ne soyez pas esclave des dernières tendances. Il y a probablement mieux à faire de votre argent.

Changer de mec ou de femme
Vous aimez le danger, le mystère,
l'inconnu.

Vous connaissez Marcel ou Annie depuis deux ans, il est gentil, fidèle, marrant mais il ne vous fait pas/plus vibrer.

Avant de quitter la proie pour l'ombre, réfléchissez bien.

Des hommes qui veulent s'engager, qui font des projets d'avenir sans trembler, ça existe mais ça ne court pas les rues.

Arrêter la malbouffe
Soyons honnête: vous avez beau être pleine de bonne volonté, quand vous rentrerez du travail à 21 heures, après une journée éreintante, vous n'aurez que le courage de glisser une pizza dans le four pour vous subsen
ter.

Autant l'admettre: ça vous évitera de culpabiliser lors de la digestion.

Economiser
C'est un beau projet. Mais vous avez une vie à vivre et il ne vous reste plus grand-chose une fois que vous avez payé le gaz, l'électricité, le loyer et votre facture de téléphone. Si vous arrivez à mettre les quelques euros qu'il vous reste sur un compte épargne, c'est bien. Mais n'oubliez pas que la vie, c'est maintenant que ça se passe et que parfois, on est plus heureux en dépensant ses derniers deniers dans un resto avec ses amis qu'en les transférant sur un compte pour qu'ils y do
rment.

ADHEREZ AU PARTI DE LA FRANCE

Site : http://jean-marielebraud.hautetfort.com/

Blog : http://pdf.bretagne.over-blog.com/

Mail : pdfbretagne@orange.fr

Tel : 06 65 61 08 62

Repost 0
30 décembre 2013 1 30 /12 /décembre /2013 09:40

Le 29 décembre 2013

Par

Philippe Bilger

Magistrat honoraire et président de l'Institut de la parole

La gauche – elle l’a assez assené à la droite ! – se voulait, se rêvait consubstantiellement liée aux libertés au point d’en être le défenseur naturel. Pas une atteinte, pas une offense à la liberté ne devait lui demeurer étrangère et toute transgression par rapport à ce principe démocratique allait la trouver en émoi, en révolte. Ce n’est plus vrai du tout, si cela l’a jamais été.

La double face de Manuel Valls : ministre écartelé entre, d’une part, sa mission d’assurer la sécurité et l’intégrité de ses concitoyens et, d’autre part, ses démangeaisons éthiques. Un travail dur, harassant et mal récompensé d’un côté et, de l’autre, la certitude d’encouragements et d’applaudissements démagogiques.

Rétablir le matricule pour les policiers et les gendarmes est une excellente initiative. Pour une fois, je me trouve en désaccord avec les syndicats.

En aucun cas, permettre à un citoyen d’identifier le fonctionnaire qui l’aura interpellé, contrôlé, bien ou mal traité ne peut être assimilé à une démarche de défiance et de stigmatisation à l’encontre des forces de l’ordre, sauf à considérer que rien, jamais, ne devrait les régir sur le plan de leur comportement quotidien.

Le matricule, qui n’imposera aucun effort supplémentaire aux policiers et aux gendarmes puisque, sur eux, le matricule n’aura qu’à être relevé par la personne qui l’estimera nécessaire, n’a rien à voir avec le projet précédent heureusement abandonné qui, lui, de fait, accentuait la charge du fonctionnaire, n’était pas loin de présumer sa faute et amplifiait un sentiment d’humiliation au sein d’un corps déjà fortement fragilisé.

Continuer à protester contre le retour du matricule risquerait de démontrer, de la part de la police et de la gendarmerie, un refus par principe de la moindre vigilance démocratique.

Manuel Valls, ministre de l’Intérieur. Mais Manuel Valls, aussi ministre de la morale. Pourquoi, soudain, Dieudonné, toutes affaires cessantes, au cœur de l’appareil d’État comme si la lutte contre le racisme et l’antisémitisme justifiait tout, et d’abord une démarche d’interdiction dangereuse pour la République ?

Pourquoi un ministre en général compétent et clairvoyant qui se permet de définir qui est humoriste et qui ne l’est plus ?

Et je n’ai même pas besoin de me justifier en déclarant que Dieudonné n’est pas mon comique ni mon militant préféré.

Manuel Valls met le doigt, l’esprit, la politique dans un engrenage dangereux. Pour se « payer » Dieudonné, pour obtenir à bon compte un succès facile et confortable, il annonce que ses équipes travaillent – tant le péril est imminent ! – sur les possibilités juridiques d’interdire les réunions publiques de Dieudonné. Il n’a pas d’autres chats plus impérieux, plus urgents, plus quotidiens à fouetter ?

Mais Manuel Valls a raison sur ce point : la gauche se tait, approuve par inconscience ou distraction. Toute dénonciation politique – et celle de Valls moins que toute autre – est rarement exclusivement morale. En l’occurrence, le ton soudainement comminatoire du ministre n’est qu’un procédé trop usité pour parer d’oripeaux éthiques une opération néfaste pour la République et de diversion pour le pouvoir.

Manuel Valls, qui est un homme honnête, aurait dû se rappeler l’avertissement du nouveau président du CRIF regrettant que la « quenelle », à la supposer de tonalité nazie, ne puisse sans doute pas être réprimée juridiquement. Le ministre lui-même, répondant à une question « sur la liberté de création et d’expression susceptible d’être invoquée ou non », n’avance pas de manière péremptoire : « Non, je ne crois pas. » (Le Parisien)

Comment, si prudent dans sa formulation, peut-il cependant, avec plus d’autoritarisme que de fermeté, mettre en branle un processus dévastateur à terme pour nos libertés, Dieudonné ou pas ? On ne lui demande pas d’être ministre de la morale. Mais ministre de l’Intérieur.

Cela suffit largement à ses devoirs.

PS : selon un sondage BVA publié le 27 décembre, la loi sur « le mariage pour tous » divise toujours autant qu’au moment de sa promulgation : 50 % des Français y sont « plutôt opposés », contre 48 % qui y sont « plutôt favorables ».

http://www.bvoltaire.fr/philippebilger/manuel-valls-ministre-de-linterieur-ou-de-la-morale,45816?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=80e01b62f6-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-80e01b62f6-30403221

Repost 0
29 décembre 2013 7 29 /12 /décembre /2013 16:05

Israël a lancé un programme de « sauvetage » des juifs de France

Posted On 29 déc 2013

By : Jean-Patrick Grumberg

Israël vient de lancer un premier programme de trois ans, ambitieux et réaliste, pour le « sauvetage » de 42 000 juifs de France.

Lorsqu’on pense juif français et émigration, on pense immédiatement Israël.

La réalité est différente.

Des dizaines de milliers de Juifs ont déjà quitté la patrie des droits de l’homme. Mais ils sont partis principalement (dans l’ordre) pour le Canada, pour Londres, pour les Etats Unis, et enfin pour Israël (environ 3 000 par an, plus que des Etats Unis où la communauté est vingt fois plus importante).

On n’imagine pas que les juifs français allaient laisser leurs enfants se faire tirer comme des lapins par les néo-nazis de l’islam, ces chances pour la France, n’est ce pas ?

Et une profonde lame de fond, une irritation montante, a gagné la communauté juive depuis des années en raison du traitement systématiquement biaisé du conflit arabo-israélien par les médias français.

Les Juifs, dont le cœur bat pour Israël, et qui sont habités d’un humanisme multi millénaire, ne se sont pas uniquement sentis traités comme des chiens par les journalistes, ils ont aussi et surtout réagi comme tout être humain face à la désinformation et au mensonge : par le dégoût que la liberté d’expression dans les médias soit réservée aux pro-palestiniens.

Puis il y a eu la violence de l’antisémitisme.

Les agressions antisémites, de plus en plus nombreuses, toutes commises sans exception par des jeunes musulmans et des noirs d’origine africaine bénéficiant d’une insupportable mansuétude de la justice, ont culminé avec les abominations du jihadiste Mohammed Merah, se sont poursuivies avec le traitement ordurier des médias qui ont médiatisé la vie du criminel, sa famille, son enfance, ont fait disparaître le mobile des crimes : l’islam, et se sont terminées par les promesses si visiblement creuses du gouvernement.

Enfin, les jeunes juifs à l’esprit entrepreneur et créatif, les bâtisseurs qui ne se voient pas fonctionnaires d’une administration, ont trouvé à la sortie des études un tissu économique en lambeaux, un gouvernement qui n’aime pas les riches, qui punit ceux qui réussissent, et une société jalouse qui ne leur permet pas de jouir ouvertement du fruit de leur succès. « Vivons heureux vivons cachés » ne correspond plus au siècle.

Le gouvernement israélien a déterminé que pour faire venir les juifs français en Israël, il devait répondre à leurs demandes principales : l’emploi, le logement, et la qualité de l’éducation. Les juifs français, à l’instar de la population, habitués à être pris en charge par un Etat maman, ont une kit de survie moins complet que celui des émigrants en Israël venant d’autres pays.

Et comme l’économie d’Israël se porte bien depuis des années (alors que la manne des gisements de gaz commencent à peine à produire de sa richesse) le gouvernement a pu trouver les moyens de financer l’ambitieux programme.

Ainsi, Israël va reconnaitre l’équivalence des diplômes médicaux et des métiers comptables, et assister les patrons qui le souhaitent à transférer leurs entreprises en Israël.

Et les juifs français vont se voir garantir une place dans les meilleures écoles.

La stratégie est de créer une fenêtre d’opportunité de 3 ans pour les juifs de France par un message clair : venez en Israël maintenant que les conditions sont bonnes, car nous ne pourrons pas forcément vous garantir ces conditions dans le futur. 6 000 juifs sont attendus en 2014, 12 000 en 2015, et 24 000 en 2016.

Soit 42 000 français juifs que la France a trouvé plus astucieux de remplacer par 600 000 arabo-musulmans.

Et puisque la décision a été prise par les brillantes élites, ne doutons pas de sa pertinence.

Chacun voit midi à sa porte.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

- See more at: http://www.dreuz.info/2013/12/israel-a-lance-un-programme-de-sauvetage-des-juifs-de-france/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+drzz%2FPxvu+%28Dreuz%29#sthash.92Fh01Q6.dpuf

COMMENTAIRE

Gérard 29 décembre 2013 at 10:12 Reply

Ariel Sharon aussi avait en son temps annoncé qu’il allait « sauver » les Juifs de France en les emmenant en Israël.

Echec sur toute la ligne : la situation de conflit et le faible niveau de vie en Israël n’eurent guère d’attrait pour les Français de confession juive.

Ce que le gouvernement israélien cherche réellement à faire, c’est masquer le fait que l’immigration en Israël s’est tarie.

Si la vie en Israël avait des attraits pour les communautés juives de pays pauvres comme la Russie et L’Ethiopie, elle en a beaucoup moins auprès des communautés juives européennes ou américaines, parfaitement intégrées et pas forcément tentées par une installation au coeur de la poudrière du Moyen-Orient, surtout à un moment où les partis religieux pèsent de tout leur poids en Israël, battant en brèche quelques principes laïcs.

thom_19 29 décembre 2013 at 10:50

Il est tout à fait sain de montrer les quatre visages des martyrs de Toulouse de manière à rappeler l’ignominie de ce qui s’est passé.
Il n’y a qu’une seule communauté religieuse de laquelle émerge de tels monstres. Les asiatiques n’en produisent pas, les antillais non plus, les portugais non plus, les italiens non plus,les philippins non plus, les polonais non plus, les hindous non plus, les « celtes » non plus .
Je me rappellerai longtemps de cette manifestation de Toulouse où l’on a vu défilé qu’un seul imam: Chalgho
umi.


ILS NE VEULENT PAS LA PAIX. Que ce soit ici ou en Judée Samarie, ils veulent CONQUERIR ET SOUMETTRE, y compris en explosant les têtes de gamins de cinq ans.
Les européens croient intimement qu’en condamnant Israel et les Juifs ils apaisent la haine islamique contre eux. Ils se trompent car ils auront quand même la haine en plus du déshonneur d’avoir renouer avec l’antisémitism
e.


En tant que patriote français, je suis atterré et révolté de voir que de plus en plus de juifs ne voient comme solution que l’émigration. Cela en dit long sur l’état de notre pays qui de jour en jour recule devant l’avancée de l’islam qui a comme corollaire le retour de la haine du Juif, haine du juif que cherchent à récupérer les quelques antisémites gaulois qui restent et qui veulent prendre leur revanche.


Au fond, rien ne sépare Mérah des terroristes que ce déshonorent à honorer les municipalités du parti des 50 millions de morts.

Bientôt une avenue Mérah à Bagnolet?

- See more at: http://www.dreuz.info/2013/12/israel-a-lance-un-programme-de-sauvetage-des-juifs-de-france/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+drzz%2FPxvu+%28Dreuz%29#sthash.92Fh01Q6.dpuf

Repost 0
29 décembre 2013 7 29 /12 /décembre /2013 11:27

Ecrit le 29 déc 2013 à 0:15 par Maxime de La Devèze dans Poing de vue

À ceux qui doutent…

…de l’efficacité de la mobilisation contre le mariage homo en général et de la Manif pour Tous en particulier.

Le pouvoir avait gagné la première manche législative, contorsionnant nos institutions, influençant les votes par ses réseaux occultes, dressant le chapiteau du cirque médiatique pour nous faire « changer de civilisation ».

La loi est votée et promulguée. Les « unions » homosexuelles sont « célébrées » en mairie.

Les manifs roses bonbons des « bisounours » ont échoué lamentablement. Aussi faut-il enterrer ce mouvement de perdants dans les poubelles de l’histoire.

Ce pouvoir cynique nous présente comme sa victoire politique ce qui est une défaite institutionnelle. La réalité qui trouble le système partisan et les conventions idéologiques est que la Manif pour Tous a gagné la deuxième manche.

Pourquoi ? Car le pouvoir disposait de 6 mois et pas un jour de plus pour prendre les ordonnances et décrets d’applications qui organisent la mise en œuvre d’une loi promulguée et son insertion dans le corpus législatif et règlementaire. Cela n’a pas été fait. Aujourd’hui le gouvernement est forclos, hors délai. Il est trop tard.

Ce délai dépassé, la constitution impose un autre vote parlementaire. Il faudra repasser au Parlement pour réformer les dizaines de codes, de textes et de règlements qui régissent le droit de la famille.

Certes, cette revanche n’est qu’un sursis. Mais le sujet est renvoyé aux calendes grecques.

De fait, le « mariage homosexuel » est pour le moment en quarantaine dans un vide juridique, une zone de non droit, non régulée.

Restons mobilisés et ces « mariages » homosexuels resteront dans le domaine du symbolique, de l’épiphénomène, de la provocation institutionnelle.

Un hochet pour la bonne conscience bobo, une sale farce, sorte de brimade géante à l’égard du vieux fonds catholique de la France.

L’opinion l’a compris : selon le sondage BVA du 28 décembre 2013, le rejet de la loi Taubira a augmenté depuis le 26 mai 2013.

BRAVO à vous, les centaines de milliers de manifestants anonymes et paisibles, les comités d’accueil, les volontaires de la Manif pour Tous, les Veilleurs, les Sentinelles, les mères veilleuses, les « Hommen », les Salopards, les Mariannes et les autres.

Le travail de terrain inlassable, quotidien, pacifique, des militants, des sympathisants et celui de tous a payé.
BRAVO car devant la puissance de ce mouvement, son calme et son organisation le pouvoir a préféré enterrer honteusement sa piteuse réforme qui touche à l’essence même de nos vies de familles. Vies de familles déjà bien amochées par la crise et les difficultés du quotidie
n.

Cette victoire est humble, discrète, à la mesure de ce mouvement « trop bien élevé » et « trop catho ».

Cette victoire ne triomphe pas, ne fait pas la une des JT ni de la presse people. Comment en serait-il autrement de la part de ceux dont une majorité croit en un Dieu qui a envoyé son Fils dans le dénuement et la simplicité de la crèche ?

Mais cette victoire est bien réelle. La contre-offensive de la Manif pour Tous a donné un coup d’arrêt à un processus législatif et réglementaire d’ordinaire implacable.

Le pouvoir s’est raccroché aux symboles, a sauvé son orgueil en promulguant cette loi inique, dans un ultime mépris dominateur envers les manifestants.

Alors que les grincheux se réjouissent, que les douteux se motivent, ne boudons pas notre plaisir, ne nous laissons pas voler une première victoire. Les efforts ont commencé à donner des fruits.

Cette loi débile a jeté la lumière sur une autre réalité bien plus grave, celle du désastre du mariage « républicain », incapable de protéger les enfants, de maintenir unies les familles, ni de préserver les liens entre parents et enfants.

Les promoteurs du « mariage pour tous » haïssent la famille et les liens du sang pour les mêmes raisons qu’ils haïssent la nation française.

Cette France qui s’est levée pacifiquement hier pour défendre ses familles pourrait bien demain se lever en armes si la nation était menacée dans son existence.

Au fond du cœur de chacun des opposants à la loi Taubira doit s’ancrer une fierté : Ils ont eu leur revanche et brillamment remporté la deuxième manche dans la rue.

Ils ne laisseront plus faire.

Ils contesteront la politique familiale de ce gouvernement et des précédents. Ils défendront leurs familles.

Et plus encore s’il le fallait.

Après cette revanche, en 2014, sans aucun doute, la belle sera très belle…

ET AUSSI

Ecrit le 28 déc 2013 à 22:16 par Athanase Ducayla dans Poing de vue

Pour en finir avec la collaboration…

… Et ceux qui par pacifisme refusent la résistance réelle et corporelle et finissent par collaborer, sans parfois s’en rendre compte (1).

Réponse à Maxime de La Devèze.

Il semblerait que La Manif pour Tous, ou du moins l’un de ses fidèles soutiens, se décide enfin à se poser des questions quant à la raison de la concurrence dont elle fait l’objet.

Monsieur de La Devèze reproche à l’agitation des blogs réactionnaires de ne rien produire du tout en termes de mobilisation insurrectionnelle concrète.

C’est vrai, mais ne voit-il pas que toute cette nébuleuse est en train de former ses lecteurs ?

Ne voit-il pas que cette nébuleuse révèle la véritable nature du régime républicain, qui saigne la France depuis 1791 (2) ?

Pour l’instant, les Français sont domptés par l’intérêt personnel, la menace fiscale, la menace policière, mais combien de temps cela tiendra-t-il ?

L’explosion est inéluctable, et le régime le sait très bien, aussi abat-il son dernier jeu.

À voir Manuel Valls hausser son menton comme un guignol mussoliniesque, on ne doute plus de son fascisme (= fascination du pouvoir) et on ne serait pas étonné qu’il fasse tirer dans la foule, afin de sauver sa Putain-République avec qui il continue d’entretenir ce qui s’apparente à une véritable passion.

Telle Salomé demandant à Hérode, contre une belle danse, la tête de saint Jean-Baptiste, la République continuera d’exiger le sang français (le carnage républicain est surtout spirituel, mais l’histoire a montré qu’il est aussi corporel) pour maintenir son idéologie, en échange du désir du pouvoir et du fric tous les deux rassasiés.

Il est temps de montrer que la force n’est pas la violence, et que nous n’avons d’autre choix que d’exercer petit à petit la force contre la violence de l’État républicain.

Nous sommes excédés par cette espèce de morale bourgeoise (morale absolument pas catholique mais en vérité pharisienne) qui maintient des valeurs par principes, sans les faire se conforter au réel. Cette morale bourgeoise qui interdit l’usage de la force est la plus grande hypocrisie contemporaine.

La véritable morale est en accord avec la réalité, c’est-à-dire ce qui est. Elle est, en somme, le respect de l’être.

Or, il se trouve que le régime Républicain ne fait que violer la réalité depuis sa création, notamment par la suppression du régime corporatif, régime qui permettait depuis le XIIe siècle d’assurer la sécurité et la dignité du travail, et non pas d’être asservi aux caprices de la « main invisible » du capitalisme.

De plus, c’est bien la République qui légalisa l’avortement, autrement dit le plus grand crime organisé de l’Histoire, c’est bien la République qui est sur le point de légaliser l’euthanasie…

Faudra-t-il attendre le IVe Reich pour enfin réagir ? Et ce coup de poing Godwin est parfaitement justifié, comme je le démontrais déjà par le passé.

Contre le fascisme républicain, la royauté !

En vérité, l’insurrection est morale, elle est même une nécessité absolue. Mais pas n’importe comment.

La République gouverne mal mais se défend bien, comme le disait Anatole France, aussi faut-il procéder petit à petit, en exerçant des épreuves de force, plus ou moins actives, mais de plus en plus conséquentes.

S’en tenir à de la musique de supermarché et faire la fête, si cela était nécessaire au début (on peut en douter mais passons…), ne l’est plus maintenant, et cela est même idiot, car le combat est ainsi banalisé et rendu cool, alors que les enjeux sont extrêmement graves. Il est sûr que l’armée finira par prendre les choses en main, et nous comptons ouvertement sur elle, parce qu’il faudra un gouvernement fort pour procéder aux réformes nécessaires en pleine guerre civile.

En attendant, Marine Le Pen ? Pourquoi pas, ce sera toujours mieux que l’UMPS, mais Marine Le Pen reste républicaine.

« Le professionnalisme avec lequel ont été organisées ces manifestations a fait l’unanimité. Dans un questionnaire auprès de 40 000 participants, la bonne tenue des cortèges et de l’organisation ont été plébiscités à 95%. »

Voilà une formule digne d’un prospectus du Club Med, et dont l’insouciance est scandaleuse ! Sommes-nous là pour nous amuser ?

Sommes-nous là pour le bon plaisir de chacun ? Il faudrait bien que les gens comprennent que nos ancêtres n’ont pas gagné leurs batailles sans pertes, sans coups et sans blessures.

Nous ne revendiquons pas un combat passionnel (la passion a suffisamment détruit l’Occident, comme le démontre brillamment Denis de Rougemont dans L’amour et l’Occident) et héroïque mais efficace.

Quelle leçon tirer du fait que trois fois un million de personnes dans la rue soient moins efficaces que 30 000 Bonnets rouges qui exercent une force légitime contre l’État ?

La leçon qu’il faut tirer de cela, c’est que l’usage de la force est nécessaire. La force n’est pas la violence. La force, c’est la lumière dissipant les ténèbres en se contentant d’être. La force c’est le refus de se faire désintégrer, de se laisser violenter par la Gueuse avec son bonnet de nuit rouge.

Comment faut-il faire comprendre cela à la bande de démocrates-chrétiens bourgeois qui s’occupe de LMPT ?

« N’imaginons pas une seconde que la mort d’un vieillard ou d’un enfant en bas âge aurait eu quelque effet sur la cause.

Bien au contraire, les organisateurs en auraient supporté l’entière responsabilité politique et judiciaire. Et cela aurait définitivement donné raison au sinistre Valls et son préfet Boucault qui n’ont eu de cesse d’alerter les braves gens sur les menaces qui planaient sur leur intégrité physique en participant à une « Manif pour Tous ». »

La mort d’un militant ne doit pas être un principe recherché, cela serait criminel, mais cela fait tout simplement partie des risques. Rappelons qu’il n’y a pas si longtemps, lorsque nous n’étions pas encore émasculés, les morts dans les manifestations étaient monnaie courante.

Sommes-nous devenus des couards ?

Bien sûr, tout le monde a peur de mourir, tout le monde a une famille, mais le bien commun n’est-il pas une cause supérieure ? C’est la guerre, et c’est la République qui a commencé. Le responsable d’un tel accident lié à ce cas de légitime défense du bien commun serait alors le régime républicain, et non pas LMPT.

Ne tombons pas dans ce que René Girard appelle l’Antéchrist, c’est-à-dire dans la condamnation de toute force de l’être (autrement dit intégrité) comme une violence.

La République n’est pas, elle est une idéologie, et c’est pourquoi elle est par nature violente, et c’est pourquoi elle doit être détruite, pour revenir à une politique naturelle : une véritable « corpologie », la société organique, autrement dit le royalisme.

Le royalisme, c’est le pouvoir donné en accord avec le corps de chacun et de chaque groupe : les libertés en bas, l’autorité en haut comme le professait Charles Maurras.

Le royalisme est antifasciste, parce qu’il empêche le désir du pouvoir que cause le régime électif.

Contre le fascisme républicain, la royauté !

1. Le 4 septembre 1971, l’abolition de la royauté, qui prend la forme d’une monarchie constitutionnelle.
2. Cf. le travail de Simon Epstein sur le pacifisme et la collaboration pendant la Deuxième Guerre mondial
e.

Source : http://www.ndf.fr/poing-de-vue/28-12-2013/pour-en-finir-avec-la-collaboration

Repost 0
29 décembre 2013 7 29 /12 /décembre /2013 11:22

Ecrit le 28 déc 2013 à 10:15 par Philippe Alain dans Poing de vue

Valls se met à la quenelle

C’est sous la forme d’un communiqué de presse que Manuel Valls glisse une belle quenelle à Dieudonné (1).

Prenant la défense de deux journalistes pourtant encore bien vivants, il dénonce les attaques insupportables contre les victimes de la Shoah et affirme sa volonté d’interdire les spectacles de l’humoriste.

Valls, attaché de manière éternelle à Israël

Entre Manuel Valls et Israël, c’est une longue histoire d’amour.

Dieudonné l’a donc bien cherché. Il n’avait qu’à se renseigner.

En effet, Valls n’est pas attaché de manière éternelle à la France, ni même à l’Espagne. Il est attaché de manière éternelle à Israël.

Le 17 juin 2011, alors qu’il vient tout juste de se porter candidat aux primaires socialistes avec le score extraordinaire qu’on connaît (5%), il déclare sur une radio : « Par ma femme, je suis lié de manière éternelle à la communauté juive et à Israël, quand même… » (2).

Entendre publiquement Manuel Valls, l’apôtre de la laïcité, Manuel Valls, à l’époque élu de la République, aujourd’hui ministre de l’Intérieur et des Cultes afficher sa préférence pour une religion au détriment des autres, c’est quand même assez ahurissant.

Imaginez un ministre français déclarer aujourd’hui : « Par ma femme je suis attaché de manière éternelle à la communauté musulmane et à la Syrie».

Ou encore : « Par ma femme je suis attaché de manière éternelle à la communauté chrétienne et au Vatican ».

Vous parlez d’une quenelle ! Toute la gauche bien-pensante lui tomberait dessus et exigerait sa démission immédiate au nom des valeurs de la laïcité.

Là, non. Rien, ça ne gêne personne.

Sauf peut-être Manuel Valls lui-même, qui s’efforce depuis cette date de faire disparaître la vidéo.

Et oui, pour tous ceux qui ne l’ont pas encore compris, en France socialiste, les religions n’ont pas toutes le même poids. Rire de l’une ou de l’autre n’a donc pas les mêmes conséquences.

L’Islam à droit à sa loi anti-voile, uniquement dirigée contre les femmes musulmanes.

La religion chrétienne, elle, a droit à une répression farouche, avec des gazages d’enfants, des arrestations arbitraires, des garde-à-vue, y compris de prêtres (3).

La religion juive, elle, va avoir droit à sa loi anti-humoristes.

Valls, 1er humoriste de France

A défaut de lutter efficacement contre la délinquance, les vols et les violences, le ministre de l’Intérieur veut lutter contre les humoristes.

Et si c’était pour prendre leur place ?

Depuis qu’il est ministre de l’Intérieur, le bilan de Manuel Valls est catastrophique (4). Jugez plutôt : atteintes à l’intégrité physique: +2,9%, dont violences sexuelles : +10,4%, atteintes aux biens : +3,5%, dont cambriolages : +9,3%, infractions économiques et financières : +5,9%.

Dans la rubrique comique, les socialistes sont champions et la concurrence est rude pour Valls.

On a eu droit à Jérôme Cahuzac, ministre socialiste du Budget, chargé entre autres de la lutte contre la fraude fiscale qui possédait un compte en Suisse. Il est aujourd’hui mis en examen pour blanchiment de fraude fiscale.

On a eu droit à l’affaire Léonarda. Une adolescente de 15 ans qui tient en haleine toutes les télévisions françaises et provoque une sortie hilarante de Hollande qui invente le dégroupement familial. Tu peux revenir en France, mais pas tes parents. Ton avenir ou ta famille, tu dois choisir.

Même Harlem Désir, 1er secrétaire du parti socialiste, ancien président de SOS Racisme, en rigole encore… jaune.

Et maintenant on a Manuel Valls. Ministre de l’Intérieur, 1er flic de France, qui ne connaît pas la législation française.

Interdire les spectacles d’un humoriste, c’est possible… dans les dictatures. Pas encore en France.

Les mairies qui se risquent à interdire les spectacles de Dieudonné sont condamnées par la justice.

Pour interdire un spectacle, il ne suffit pas d’appeler cela une réunion publique comme le fait notre candidat comique, il faut aussi démontrer le trouble à l’ordre public.

C’est là qu’interviennent les amis de Valls, vous savez, ceux à qui il voue un attachement éternel.

Klarsfeld appelle à troubler l’ordre public

Arno Klarsfeld, ex-petit ami de Carla Bruni, ex-président de l’OFII (Office Français de l’Immigration et de l’Intégration), ex-soldat de Tsahal, l’armée israélienne, vient au secours de Manuel Valls.

Dans une déclaration télévisée, il rappelle au petit Manuel la loi et appelle tout simplement à des manifestations destinées à troubler l’ordre public devant les salles de spectacle de Dieudonné (5).

« Les bases légales c’est un trouble à l’ordre public et l’ordre public ne peut être troublé que si des gens manifestent pour dire : on n’en peut plus ».
Valls, appuyé par Klarsfeld qui lui donne le mode d’emploi, est donc en train de fabriquer un climat de guerre civile autour d’un homme et d’un gest
e.


À Lyon, des « justiciers de la communauté juive » ont traqué sur internet 4 auteurs de la quenelle.

Ils ont pris d’assaut un restaurant en lançant du gaz lacrymogène sur les clients pour tenter d’attraper un des auteurs du geste controversé.

Repoussés par la sécurité, ils ont attrapé un homme le lendemain, frappé et l’auraient séquestré dans le coffre d’une voiture (6)

Le 26 décembre, à la FNAC des Ternes, la LDJ (Ligue de Défense Juive), organisation considérée comme terroriste et interdite aux États-Unis et en Israël, manifestait contre la vente de billets pour le spectacle de Dieudonné.

Voilà, la boucle est bouclée.

On ne peut pas interdire les spectacles de Dieudonné, donc on va provoquer les conditions d’une interdiction. Un peu comme les flics en civil qui cassent des vitrines pour ensuite interpeller à la pelle et dénoncer la violence des manifestants.

Rien de nouveau en Hollandie, vous me direz. Sauf que cette fois, ça va beaucoup trop loin.

La déclaration de Valls intervient le lendemain des chiffres catastrophiques du chômage qui démontrent l’incapacité du gouvernement socialiste à nous sortir de la crise économique dans laquelle ils nous enfoncent un peu plus chaque jour.

Dormez tranquille bon peuple de France, en cette fin 2013, la priorité des priorités c’est de faire taire un humoriste.

Pour le chômage et la crise, revenez plus tard.

Tenez, prenez-la cette quenelle, vous la sentez bien ?

Spéciale dédicace de Valls, Cahuzac, Strauss-Khan et tous ces socialistes liés de manière éternelle à la France.

> le blog de Philippe Alain

1. http://www.interieur.gouv.fr/Actualites/Communiques/Condamnation-des-propos-racistes-et-antisemites-de-Dieudonne-M-BALA-M-BALA
2. http://www.youtube.com/watch?v=Y9Bs3tF1jj0
3. http://www.ndf.fr/poing-de-vue/30-06-2013/les-cathos-ces-nouveaux-delinquants-qui-menacent-la-democratie
4. http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/09/09/01016-20130909ARTFIG00820-securite-les-mauvais-chiffres-de-manuel-valls.php
5. http://www.youtube.com/watch?v=RGyBmKoJ2vU
6. http://www.huffingtonpost.fr/2013/12/25/quenelle-lyon-expeditions-punitives_n_45
01011.html

Repost 0
29 décembre 2013 7 29 /12 /décembre /2013 10:58

Le 29 décembre 2013

Par

Gabrielle Cluzel

Ecrivain, journaliste

Son blog

FN new-look : Jean-Marie Le Pen fait de la résistance…

Jean-Marie Le Pen, dans son Journal de bord hebdomadaire vidéo, diffusé sur Internet, vient de dénoncer un possible changement de nom du FN, dont l’éventualité a été évoquée ces derniers temps par Louis Aliot, Florian Philippot et Marine Le Pen elle-même.

Et il ne mâche pas ses mots : « complètement débile », « scandaleux », « indécent », « impensable ».

Toujours dans ce même Journal de bord, alors qu’on l’interroge sur sa condamnation à 5.000 euros d’amende suite à ses propos sur les Roms qui, « comme les oiseaux », « voleraient naturellement », il persiste et signe : « Ça veut dire que [les Roms] volent à travers les frontières pour venir jusqu’à chez nous ».

Via son tout nouveau compte Twitter, enfin, Jean-Marie Le Pen a commenté, il y a quelques jours, l’adoption en Espagne du projet de loi relatif à l’avortement, saluant « le souci du respect de la vie », et une décision « prouvant que l’on peut agir en la matière avec mesure, intelligence et souci du respect de la vie », en complète opposition, donc, avec Florian Philippot qui déclarait la veille de Noël sur RTL qu’il n’y avait « aucune restriction du droit à l’avortement dans le projet FN », que l’on discutait là « du sexe des anges », ce thème de l’avortement étant « un sujet de diversion ».

Bref, si l’on comptait sur Jean-Marie Le Pen dans le rôle de l’aïeul auquel on donne un doigt de champagne le soir de Noël et que l’on sort gentiment de son fauteuil à minuit pour « Voulez-vous danser grand-mère ? », c’est râpé, c’est mort, inutile d’y compter.

Jean-Marie Le Pen, ce n’est pas le Père Goriot qui a filé le magot à sa fille chérie et se réjouit tendrement, depuis un modeste réduit, de la voir faire sa baronne en jetant un voile de respectabilité sur un héritage dont elle juge l’origine encombrante.

Alors que la fille entend donner des bonnes manières au mouvement, des quartiers de noblesse pour accéder à la cour des grands, celle des partis présidentiables, le père qui s’est fait tout seul et sent un peu fort sous les aisselles, que les gents damoiseaux proprets de l’UMP et du PS trouvent même si « nauséabond » qu’ils changent de trottoir quand ils le croisent, veut que l’on rende à César ce qui est à César : Dis-donc, petite, qui t’a faite reine ?

Le Pen entend rester le roc, le pic, le cap, la péninsule.

Le pic pour Marine qui, redoutant comme la peste, sur les réseaux sociaux, les débordement de ses candidats (dont l’épluchage des comptes Facebook et Twitter est devenu le sport préféré des journalistes), s’efforce de tout contrôler, mais ne peut rien contre les saillies en ligne d’un père n’ayant rien perdu de son goût pour la petite phrase provocatrice et dont le sens de la formule s’accordera sans doute à merveille des 140 caractères imposés par Twitter.

Le roc, le cap, la péninsule pour la vieille garde, le canal historique, le socle électoral traditionnel du Front national, auxquels certaines déclarations récentes de Florian Philippot – comme celle sur l’avortement – tendent à faire perdre le nord et à laisser imaginer que la direction du FN elle-même a changé de boussole.

À un journaliste, qui évoquait, au printemps 2012, l’idée de son départ de la vie politique, il cita, en fin lettré, le vieillard Siméon : « Nunc Dimittis… ». Mais il faut croire qu’en dépit de la période, Jean-Marie Le Pen n’a pas vu le petit Jésus, ni encore reconnu en sa fille son sauveur.

Car tout porte à croire qu’il n’est pas près de tirer sa révérence.

source et publication: http://www.bvoltaire.fr/gabriellecluzel/fn-new-look-jean-marie-le-pen-fait-de-la-resistance,45823?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=adb2eae6bf-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-adb2eae6bf-30403221

Repost 0
29 décembre 2013 7 29 /12 /décembre /2013 10:35

28/12/2013 – 18h20
PARIS (NOVOpress)
- Plutôt prompte à invoquer ad nauseam les racines de la Révolution française, la gauche hexagonale – notamment le PS – a pourtant un problème avec les libertés, et au premier rang desquelles la liberté d’expression.

Dernier exemple, la volonté affichée de Manuel Valls de vouloir faire interdire les spectacles de Dieudonné, sous prétexte de trouble supposé à l’ordre public.

En fait, ce souhait manifeste de censure montre – par-delà des jugements que l’on peut porter sur l’humour de Dieudonné – que le gouvernement tendrait à vouloir museler ses opposants.

Opposants forts nombreux au vu de l’impopularité massive de ce gouvernement socialiste.

Une bien mauvaise nouvelle pour la France qui semble de moins en moins être la patrie des droits de l’homme…

Cette annonce de Manuel Valls n’a pas manqué bien entendu de faire réagir.

http://fr.novopress.info/150683/probleme-essentiel-manuel-valls-nest-pas-linsecurite-dieudonne/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+novopressfrance+%28%3A%3A+Novopress.info+%7C+Agence+de+presse+indépendante%29

Repost 0
29 décembre 2013 7 29 /12 /décembre /2013 10:18

Le Portique Ecotaxe de Pontorson a été incendié

Le portique écotaxe de Pontorson, situé sur la RN176 au sud de la Manche à quelques kilomètres de la Bretagne, a été incendié ce samedi soir à partir de 18h30.

La RN176 qu'il enjambe à été fermée à la circulation, et les voitures déviées par le centre-ville de Pontorson.

Le portique n'est pas tombé mais il est hors d'usage et devrait être démonté dans les prochains jours.

Sur les 163 portiques installés en France (consulter notre carte exclusive des portiques écotaxe), 6 ont été détruits à ce jour.

Dans la soirée du 28 décembre, entre 16h30 et 19h30, il y a eu aussi un rassemblement de bonnets rouges au pied du portique de Jugon les Lacs. Une vingtaine de bonnets rouges s'y sont rendus malgré la pluie; 10 minutes après leur rassemblement sur place, 80 gendarmes sont arrivés. Le rassemblement des bonnets rouges n'a donc pas entrepris d'action contre le portique de Jugon.

Les hostilités ont commencé début août avec l'abattage du portique de Guiclan, en nord-Finistère (RN12) pendant une manifestation de producteurs et de paysans.

Au sud du Finistère, le portique de Melgven près Concarneau a été scié et déboulonné dans la nuit du 7 au 8 octobre 2013 ; il a du être démonté.

Le 26 octobre, une manifestation monstre donne lieu à de violents combats au pied du portique de Pont de Buis ; l'Etat recule et préfère le démonter le 31, faisant du Finistère le premier département français libéré de l'écotaxe.

Le 2 novembre, c'est le portique de Saint-Allouestre dans le Morbihan qui est brûlé, suivi du portique de Lanrodec le lendemain.

Après cela, l'Etat fait garder par des gendarmes mobiles et des CRS tous les portiques des quatre départements de Bretagne administrative, tout en annonçant la suspension de l'écotaxe, au moins jusque mi-2014 si ce n'est début 2015.

Une précaution qui ne suffit pas puisque le portique de Pontorson, situé au sud de la Manche, donc hors des frontières bretonnes, est incendié à son tour ce soir.

LOUIS-BENOIT GREFFE

article n 7342 |


le portique de saint-allouestre en f
eu

Le Portique Ecotaxe de Pontorson a été incendié

Le portique écotaxe de Pontorson, situé sur la RN176 au sud de la Manche à quelques kilomètres de la Bretagne, a été incendié ce samedi soir à partir de 18h30. La RN176 qu'il enjambe à été fermée à la circulation, et les voitures déviées par le centre-ville de Pontorson. Le portique n'est pas tombé mais il est hors d'usage et devrait être démonté dans les prochains jours. Sur les 163 portiques installés en France (consulter notre carte exclusive des portiques écotaxe), 6 ont été détruits à ce jour.

Dans la soirée du 28 décembre, entre 16h30 et 19h30, il y a eu aussi un rassemblement de bonnets rouges au pied du portique de Jugon les Lacs. Une vingtaine de bonnets rouges s'y sont rendus malgré la pluie; 10 minutes après leur rassemblement sur place, 80 gendarmes sont arrivés. Le rassemblement des bonnets rouges n'a donc pas entrepris d'action contre le portique de Jugon.

Les hostilités ont commencé début août avec l'abattage du portique de Guiclan, en nord-Finistère (RN12) pendant une manifestation de producteurs et de paysans. Au sud du Finistère, le portique de Melgven près Concarneau a été scié et déboulonné dans la nuit du 7 au 8 octobre 2013 ; il a du être démonté. Le 26 octobre, une manifestation monstre donne lieu à de violents combats au pied du portique de Pont de Buis ; l'Etat recule et préfère le démonter le 31, faisant du Finistère le premier département français libéré de l'écotaxe. Le 2 novembre, c'est le portique de Saint-Allouestre dans le Morbihan qui est brûlé, suivi du portique de Lanrodec le lendemain.

Après cela, l'Etat fait garder par des gendarmes mobiles et des CRS tous les portiques des quatre départements de Bretagne administrative, tout en annonçant la suspension de l'écotaxe, au moins jusque mi-2014 si ce n'est début 2015. Une précaution qui ne suffit pas puisque le portique de Pontorson, situé au sud de la Manche, donc hors des frontières bretonnes, est incendié à son tour ce soir.

LOUIS-BENOIT GREFFE

Réagissez, commentez !

Jean-pierre SALON :28/12/2013 23:59:15Curieusement, celui de Prinqiau- entre Donges et Savenay- ne semble pas particulièrement surveillé. Mais c'est vrai que, tout comme Pontorson, Prinquiau n'est pas considéré comme étant en Bretagne....

LOUIS-BENOIT GREFFE :28/12/2013 23:17:42Si ma mémoire est bonne, il y avait des CRS à certains portiques et des GM à d'autres. A Auray et Elven, c'étaient des CRS, à Jugon les Lacs des gendarmes mobiles, ainsi qu'à Bain de Bretagne. Quant aux portiques du 44, il y a plus de patrouilles qui y passent, mais à effectifs constants (quand la gendarmerie, ou la police pour les trois qui sont sur le périph' nantais, fait ça, elle n'est pas ailleurs.

Thibaut FERRY :28/12/2013 22:44:16pour info ce ne sont pas des CRS qui gardent les portiques ce sont des gendarmes mobiles
camions blanc marqués crs en bleu blanc rouge = CRS (compagnie républicaine de sécurité)
camion bleus pas forcement d'inscription Gendarmerie

Partagez cette information :

Partager

@MAIL

Permalien :

Repost 0
28 décembre 2013 6 28 /12 /décembre /2013 15:54
Tribune libre à la Confédération nationale des automobilistes : Les automobilistes traités comme des délinquants ou des vaches à lait. Assez !

Odile Wenger

Présidente de la CNA cliquez ici

« Ras le bol d’être une « vache à lait » ! »

« Ras le bol d’avoir, continuellement, la sensation d’êtreracketté, rançonné, agressé, … ! »

« Ras le bol de l’injustice ! »

« Ras le bol d’être montré du doigt comme étant le coupable, leresponsable de tous les maux de notre Société ! »

« Le déficit, la pollution, les excès, …, tout m’est imputé ! »

« J’en ai assez d’être poursuivi, humilié, condamné … »

« Marre des Taxes ! »

« Payer, toujours payer, et en plus on me vole des points … »

« La double peine, la triple peine, ce n’est pas pour les truands, c’est pour moi ! »

« Et si le rôle de la Police et de la Gendarmerie c’était de lutter plus contre la criminalité et la délinquance que de remplir les caisses du Ministère des Finances avec nos sous ! »

« Le racket institutionnel du stationnement payant ! »

« Le prix de l’essence rendu excessif par toujours plus de taxes ! »

Ces sensations, ces réflexions, ces certitudes, ces injustices je les partage avec plus de quarante millions d’automobilistes, de conducteurs vivant en France. Il n’est plus que temps de se relever et d’adresser à nos édiles un message fort, clair et net.

C’est le rôle que s’est imposé la CONFEDERATION NATIONALE DES AUTOMOBILISTES : « défendre et servir » les automobilistes contre tous ceux qui les considèrent comme une réserve infinie d’argent.

Il y a de nombreuses questions à poser, des interrogations légitimes à formuler et des réponses claires à obtenir.

Nous, nous comptons les exprimer, faire affirmer des évidences et communiquer les réponses obtenues.

Comment se fait-il que dans un pays au bord de la banqueroute on passe son temps à attaquer une des rares industries qui fonctionne encore ?

Devons-nous réellement croire que l’objectif de nos dirigeants soit de suicider l’industrie automobile Française qui fait vivre et travailler, directement et indirectement des millions de travailleurs Français pour les remplacer par une production famélique de vélos fabriqués à quatre vingt dix neuf pour cent en Chine ?

Comment devons-nous considérer des responsables politiques qui n’ont de cesse de nous ponctionner avec des taxes, des amendes, des procès-verbaux, des procès ?

N’ont-ils pas d’autre solution pour remplir leurs caisses que de s’en prendre prioritairement à nous, citoyens modèles, qui achetons, en payant des taxes, des véhicules

– pour lesquels nous devrons ensuite payer de l’essence ou du diésel,

– pour lesquels nous acquitterons la TICPE (Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Energétiques) qui se monte à près de 60% du prix de l’essence,

– pour lesquels nous devrons payer encore et toujours des frais liés aux stationnements,

– des frais pour rouler avec des péages censés à l’origine servir à rembourser leur construction et que les Automobilistes ont déjà payé plus de dix fois…,

– des PV pour chaque infraction à une réglementation tatillonne et de plus en plus restrictive,

– des amendes auxquels s’ajouteront en double peine la suppression de points sur un permis de conduire qui devient ainsi friable et précaire et quelque fois, en triple peine, avec des condamnations de justice.

L’Etat, les régions, les Communes n’ont de cesse de nous ponctionner. Les taxes, les amendes, les PV, sont là, non pour nous sauver mais pour nous appauvrir.

Aujourd’hui, nous réclamons un retour sur les investissements que nous et nos prédécesseurs avons payé depuis le début du siècle précédant, à savoir :

– Le droit au stationnement gratuit dans les villes.

– Le droit de pouvoir rouler.

– Le droit de pouvoir travailler avec nos véhicules.

– Le droit de pouvoir aller travailler avec nos véhicules sans que des obstacles soient systématiquement mis en place pour nous en dissuader.

– La suppression des blocages routiers.

– La suppression du permis à point ou… des amendes.

– Le contrôle gratuit des véhicules.

– Le permis de conduire est un diplôme d’état, en tant que tel on ne peut le perdre ou se le voir retiré pour de petites infractions, même cumulées. Seule des fautes très importantes avec décision de justice peuvent justifier une telle sanction.

– La gratuité des autoroutes ou la mise en place d’une carte annuelle, dont le montant ne devrait pas excéder 50€, qui autoriserait une utilisation illimitée des autoroutes sur l’ensemble du territoire (Cf. la Suisse).

– La baisse du montant des PV et la limitation du nombre que l’on peut recevoir par jour.

– La baisse substantielle des taxes sur l’essence et le diésel.

– etc.

Pour ce faire nous avons besoin de vous.

Nous sommes plus de quarante millions d’automobilistes.

Près de quarante millions d’électeurs.

Nous pouvons faire pression sur le politique pour que les choses changent et nous voulons les faire changer.

L’automobiliste n’est pas un coupable, il est un citoyen qui a le pouvoir de faire bouger les choses et de les faire avancer.

C’est ce que nous voulons faire et avec vous.

Tous unis nous ferons plier les soit-disantes bonnes consciences et nous ferons évoluer ce regard porté sur les automobilistes.

Rejoignez-nous. Adhérez !

Nous avons besoin de vous.

Le combat ne fait que commencer.

Repost 0