Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 janvier 2014 3 01 /01 /janvier /2014 11:13

Les "Bonnets rouges" annoncent de nouvelles actions dimanche

Le collectif Vivre, décider et travailler en Bretagne veut déposer des
bonnets rouges sur tous les ponts enjambant les autoroutes de la
régio
n.

Le collectif Vivre, décider et travailler en Bretagne avait mobilisé plusieurs dizaines de

milliers de personnes contre l'écotaxe à Quimper et à Carhaix (Finistère), en novembre.

Par Francetv info avec AFP

Mis à jour le 31/12/2013 | 20:58 , publié le 31/12/2013 | 20:49

PARTAGER

Les "Bonnets rouges" veulent commencer l'année 2014 pied au plancher. Le collectif Vivre décider et travailler en Bretagne, à l'origine du mouvement contre l'écotaxe, a annoncé

mardi 31 décembre de nouvelles actions "symboliques" dimanche, tout en assurant vouloir respecter la trêve des confiseurs d'ici là.

L'un des responsables du collectif a ainsi annoncé que dimanche, "de 13 à 17 heures", des bonnets rouges seraient déposés "sur tous les ponts enjambant les quatre-voies des cinq départements bretons". "Il s'agira d'une action symbolique, bon enfant, sans violence, sans blocage et sans opération escargot, simplement avec des bonnets rouges et des Gwen ha

du [le drapeau breton]", a précisé le chargé de communication du collectif.

L'opération, baptisée "Chacun son pont", est destinée à exiger "la suppression de l'écotaxe et le maintien de la gratuité des routes en Bretagne".

D'ici là, le collectif n'appelle à aucune action pendant les fêtes. "Nous voulons respecter la trêve des confiseurs. (...) Méfiez-vous des imitations", a ajouté le responsable, en référence aux appels à des actions relayées sur internet par des "Bonnets rouges" non liés à son mouvement.

source et publication: http://www.francetvinfo.fr/economie/transports/ecotaxe/les-bonnets-rouges-annoncent-de-nouvelles-actions-dimanche_494716.html#xtor=EPR-2-[newsletterquotidienne]-20140101-[lestitres-coldroite/titre4]-[]

Repost 0
31 décembre 2013 2 31 /12 /décembre /2013 14:43

Chers amis,

je vous souhaite à tous une Bonne et Heureuse Année 2014 !



Cette fin d’année a été difficile pour notre pays : attaques sur la famille, sur le pouvoir d’achat des ménages, sur la cohésion nationale avec le rapport sur l’intégration commandé par notre Premier Ministre, sur la souveraineté des Etats !



Les combats à venir sont encore nombreux.

L’année prochaine, nous serons là, Délégués, Élus, CARL LANG Président du Parti de la France, pour faire entendre votre voix, pour porter les valeurs qui vous et qui nous sont chères.

En 2013, les Français se sont mobilisés massivement contre es idéologies mortifères de ce gouvernement.

Nous avons gagné certains combats, nous en avons perdu d’autres : ensemble, continuons d’avancer, continuons de nous
battre !

Pour cela venez nombreux à notre Déjeuner / Débat avec Martine LE HIDEUX le 26 Janvier dans le Morbihan !

A l'invitation des quatres délégués départementaux du PdF et de Jean-Marie Lebraud, délégué régional du PdF pour la Bretagne, Martine LE HIDEUX présidera un déjeuner-débat le Dimanche 26 JANVIER 2014

Martine LEHIDEUX

Conseiller régional de Paris, préside au Conseil régional d'Ile de France le groupe des Nationaux et Indépendants.

Engagée depuis des années dans le combat pour la Vie et pour la Famille, Martine LEHIDEUX a créé le Cercle National des Femmes d'Europe.

Membre fondateur en 1972 du Front National, Martine LEHIDEUX a été de 1994 à 2007 vice-président de ce parti, dans le bureau politique duquel elle a siégé jusqu'à ce qu'elle rejoigne en 2009, lors de sa création, Le Parti de la France.

Député au Parlement européen de 1984 à 1994, Martine LEHIDEUX est conseiller régional d'Ile de France depuis 1992.

Membre du Bureau Politique du PdF.

Avec la présence de Michel MADORE Secrétaire Général du Cercle National des Combattants !

Pour le déjeuner débats :

La participation aux frais est de 27 €.

RÉSERVATIONS " OBLIGATOIRES " ET RÈGLEMENTS AVANT LE 20 JANVIER 2014

Les chèques faisant foi de réservations !

Attention: Places Limitées !

Pour tous renseignements et réservations :

DANIEL LUCAS Délégués Départemental du PDF et Délégué du C N C 22 !

Tel : 06 65 61 08 62

Blog : http://pdf.bretagne.over-blog.com/

Mail : pdfbretagne@orange.fr


Co-voiturage possible à partir de Rennes,St Malo, St Brieuc, Quimper, Brest, Lorient


Rassemblons la Droite nationale sur ses valeurs et organisons l’Alliance des Patriotes.

Jean-Marie LEBRAUD, Délégué du Morbihan (56)

Responsable Régional sur la Bretagne

Membre élu du Bureau Politique

Membre élu du Conseil national

Mail : j-m.lebraud@orange.fr

Je compte sur vous, vous pouvez compter sur moi !

Jean-Marie Lebraud

Repost 0
31 décembre 2013 2 31 /12 /décembre /2013 14:20

Mardi 31 décembre 2013

Temps partiel: une mesure en trompe l’œil de l’ANI entre en application

Au premier janvier va entrer en vigueur une mesure de la loi sur la sécurisation de l’emploi qui a transposé l’ANI (Accord National Interprofessionnel), signé par le Medef et la CFDT.

Les temps partiels devront être d’au moins 24 H par semaine.

Ce qui concerne 4 millions d’employé(e)s.

Cette mesure a été présentée par la CFDT comme une avancée pour réduire le recours au temps partiel subi. Il apparaît aujourd’hui que son impact sera très limité.


En effet, la loi prévoit que seul les nouveaux contrats signés sont concernés en 2014, et seulement en 2016 pour tous.

Mais ne seront pas concernés les jeunes de moins de 26 ans, les intérimaires, les employés des particuliers.

Les salariés qui en font la demande écrite auprès de leur employeur ne sont pas non plus concernés.

Enfin la loi permet au patron de refuser le passage aux 24H pour raisons économiques.


Actuellement 70% des travailleurs de la propreté sont à temps partiel et en deçà de ce seuil de 24H. De même dans les commerces, ils sont très nombreux pour permettre d’ouvrir 6 jours sur 7.

L’Eglise catholique emploie 14000 salariés dont beaucoup ne travaillent que quelques heures.

La secrétaire générale adjointe de la Conférence des évêques de France craint des destructions d’emplois dans les mois à venir.

Ce genre de déclaration confirme le bien fondé des propos de Agnès le Bot, responsable des négociateurs de la CGT à propos de la demande écrite du salarié : on peut douter du « degré de volontarisme » des travailleurs dans une situation marqué par un chômage massif et durable

source: http://www.citoyens-et-francais.fr/article-temps-partiel-une-mesure-en-trompe-l-oeil-de-l-ani-entre-en-application-121841678.html

Repost 0
30 décembre 2013 1 30 /12 /décembre /2013 15:21

Samedi 28 décembre 2013

Lionel Vinquant, nouveau chargé de mission du Parti de la France pour la Meurthe-et-Moselle

Cet agent de sécurité de 46 ans, marié et père de 3 enfants, est le nouveau chargé de mission du Parti de la France pour le département de la Meurthe-et-Moselle (54).

Ancien militant, webmaster, cadre et candidat du Front National, déçu par les lamentables dérives humaines et idéologiques de la direction de ce parti, ce Toulois a décidé de poursuivre le combat national auprès de Carl Lang et du PdF.

Lionel Vinquant aura pour mission de recruter et de d'animer les activités militantes du PdF dans son département.

Pour le contacter :06.88.88.95.46 ou lionelvinquant@orange.fr

Repost 0
30 décembre 2013 1 30 /12 /décembre /2013 13:15

1,6 million d’euros pour loger 12 familles de gens du voyage à Dijon

Publié le 30 décembre 2013 par Anthonin

Un programme d’habitat collectif va être lancé derrière Castorama, à Marsannay-la-Côte, par Dijon Habitat. Il sera réservé à l’accueil des gens du voyage en voie de sédentarisation.

Il s’agira d’une première en Côte-d’Or : douze pavillons « adaptés à l’accueil et à la sédentarisation des gens du voyage » vont pousser sur la commune de Marsannay-la-Côte.

Porté par Dijon Habitat et l’association Relais gestion des aires d’accueil, le programme immobilier s’étalera sur un tènement foncier libre d’occupation de 5 300 m², situé derrière Castorama, sur le site de la Rente-Logerot, pour être précis.

Le Grand Dijon, la Caisse des dépôts et consignations et l’État mettront la main au portefeuille pour financer ce dispositif unique, d’un montant d’1,6 million d’euros.

Le début du chantier est prévu pour février. Sa livraison, en décembre 2014.

Suivi spécifique des locataires

« Quand on parle de pavillon, on est bien loin de la conception que l’on peut en avoir », prévient immédiatement Jean-Pierre Pirocca, directeur général de Dijon Habitat. « Il y aura, en tout, cinq logements de 38 m² réservés à des personnes seules ou des couples.

Ensuite, sept autres logements de 65 m² seront réservés à des familles avec enfants », détaille le directeur général.

Ces pavillons bénéficieront d’aménagements spéciaux, tels que la possibilité d’ajouter un poêle de chauffage, des auvents et des parcelles de terrains libres pour permettre « le stationnement des caravanes ». L’ensemble sera, bien sûr, relié à l’eau courante et l’électricité.

Les locataires, choisis sur dossier, devront s’acquitter, chaque mois, d’un loyer dont le montant a été fixé à 5,04 € du mètre carré. Soit, selon un simple calcul, un peu plus de 190 € pour les logements plus petits et 327 € pour les plus grandes surfaces.

À noter que les aides aux logements pourront être attribuées à ces nouveaux riverains.

« Une commission de suivi très particulière sera également mise en place avec les différents porteurs du projet pour suivre l’évolution de cette opération expérimentale sur le département », précise Jean-Pierre Pirocca, ajoutant qu’une « quinzaine de familles » a déjà marqué son intérêt pour ce projet.

« Une frange des gens du voyage ne bouge plus tellement et est de moins en moins itinérante.

De ce fait, certaines aires d’accueil ne sont, aujourd’hui, plus tellement adaptées à leurs besoins », argumente le directeur.

« Ces logements,conviendront mieux à leurs attentes », ajoute-t-il….

Bien public, merci à SanyBrailleur

Source : http://www.fdesouche.com/412192-16-million-deuros-pour-loger-12-familles-de-gens-du-voyage-a-dijon

Repost 0
30 décembre 2013 1 30 /12 /décembre /2013 11:26

30/12/2013

Coût de l'immigration: les économistes contredisent le libéral François de Closet


Mis à contribution par le Figaro Magazine vendredi 27 décembre pour décrédibiliser les analyses du FN, l'essayiste libéral François de Closet se veut rassurant: la France serait "un des pays d'Europe qui accueille le moins d'immigration", et la présence immigrée rapporterait annuellement "selon les études les plus sérieuses" jusqu'à 10 milliards d'euros, ou en couterait 10 maximum...

Le chiffre de 70 milliards d'euros de coût global avancé par Marine Le Pen serait "fantasmatique" (il provient de l'étude Laulan).

- 2013 L'étude de l'expert comptable André Posokow pour la fondation Polémia chiffre à 84 Milliards d'euros le coût annuel de la présence immigrée en France.

- 2011 actualisation de l'étude du professeur d'économie (Dauphine/Paris II/Polytechnique) Yves Marie Laulan : de 70 à 80 Milliards en incluant les coûts annexes hors comptes sociaux (police, justice etc.).

- 2008: Contribuables Associés publie une monographie réalisée par le spécialiste des migrations Jean-Paul Gourevitch (bio) évaluant le coût de l'immigration à 26 Milliards (hypothèse basse).

- 2005 Etude des professeurs d'économie Jacques Bichot (Lyon III), Gérard Lafay (Panthéon Assas Paris II) et Yves-Marie Laulan (Dauphine/Paris II/Polytechnique) pour l'Institut Géopolitique des Populations : le Pr. Bichot aboutit à une estimation "plancher" de 24 Md€ du surcoût de l'immigration pour les finances publiques en 2005.

Cette estimation du "surcoût immigré" se présente ainsi : Justice : +3,61 Md€, Police et Gendarmerie : +0,86 Md€, Enseignement primaire et secondaire : +9,42 Md€, Enseignement supérieur : +0,22 Md€, Protection sociale : +8,5 Md€, Politiques de la ville hors Etat : +0,45 Md€, Logement : +0,42 Md€, Transports en commun : +0,5 Md€ (voir l'étude PDF)

- 2004 Gérard Pince Docteur en économie du développement, à partir des chiffres de l’INSEE, réalise une étude sur les coûts de l’immigration de ce qu’il appelle « les pays tiers » , c’est à dire non-européens, qui aboutissait à un déficit annuel de 50 milliards d’euros. .

- 1998 L'économiste Christian Saint-Etienne (UDI) choisit de se pencher sur le coût annuel d'accueil d'un immigré sans formation (santé, de logement, de scolarité, de formation, prestation familiales, etc) en l'estimant à 1 million de francs par an.

- 1990 et 1999 Les deux "rapports Milloz" de Pierre Milloz alors inspecteur général honoraire du ministère de l'Industrie (Énarque, docteur d'État en droit, diplômé de l'IEP de Paris) l'évaluent à 42 Milliards annuels.

- 1990, le Prix Nobel d'Economie Maurice Allais expliquait que lorsqu'un nouveau travailleur immigré entre en France, il est nécessaire de réaliser certaines infrastructures de logements, d'hôpitaux, d'écoles, de réseaux de transport, d'installations industrielles, etc.

Il estimait que ces dépenses publiques représentaient "une épargne supplémentaire égale à quatre fois le salaire annuel de ce travailleur".

Et Allais de poursuivre que "si ce travailleur arrive avec sa femme et trois enfants, l'épargne nécessaire sera égale à vingt fois son salaire annuel, ce qui manifestement représente une charge très difficile à supporter".

Source et Publié dans 12- IMMIGRATION http://www.islamisation.fr/archive/2013/12/29/cout-de-l-immigration-5-etudes-d-economistes-qui-contredisen-5258242.html

Repost 0
30 décembre 2013 1 30 /12 /décembre /2013 11:19

Vous allez sauter au plafond en lisant la liste des experts commandités par le Premier Ministre (français ?) de la République (encore ?) française…

Tout simplement

IMPENSABLE !

INCONCEVABLE !

INTOLERABLE !

AUCUN RACISME, ni soupçon d’incompétence, juste un constat sur la liste

des « experts » ayant contribué au rapport sur l’intégration remis au Premier

Ministre :

http://www.gouvernement.fr/presse/refondation-de-la-politique-d-integration-

releve-de-conclusions

LIVRE 1

Salah AMOKRANE, Coordonnateur de l’association TACKTICOLLECTIF

Karim BOURSALI, Étudiant

Mohand HAMOUMOU, Maire de Volvic

Abdelkader HAROUNE, Président de l’association «Les Chemins de la Réussite»

Jamel OUBECHOU, Président de l’association «Génériques»

Alain BESSAHA, Cabinet du Ministère des Sports, de la Jeunesse, de l’Éducation

populaire

et de la Vie associative

Ratiba BENDJOUDI, Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances

Fadila MEHAL, Agence Nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances

Najette REZAG-CHARPENTIER, Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité

des chances

Sarah ZOUHEIR, Cabinet du Ministère délégué à la Ville

Kader ATTOU, Directeur du Centre chorégraphique national de la Rochelle

Ali BOUKACEM, Directeur des affaires culturelles et de la communication, Ville de Grenay

Zineb BOUZIANE, Médiatrice culturelle du quartier de la République à Avion

Jean DJEMAD, Fondateur de la Compagnie « Black, Blanc, Beur »

Faiza GUELAMINE, Sociologue, Responsable de formation à l’Association Nationale

des Cadres du Social – ANDESI

Nacira GUENIF-SOUILAMAS, Sociologue et Anthropologue, Maître de conférences HDR

à l’Université Paris-XIII, Vice-présidente de l’Institut des cultures d’Islam

Abdel, Bakir et Nordine BARAKA, Compagnie les Atellanes

Abderradak JANATI, Recteur de la Mosquée de Lens

Abdellatif CHAOUITE, Association Adate, Région Rhône-Alpes

Hédi CHENCHABI, Secrétaire général, Réseau Mémoires-Histoires en Île-de-France

Mohammed OUADDANE, Délégué général, Réseau Mémoires-Histoires en Île-de-France

LIVRE 2

Fadéla BENRABIA, conseillère intégration et asile, Ministère de l’Intérieur

AZAHOUM Boualam, Divers-cité/Rhône-Alpes

BENIA Djamel, Association Adice

BENCHARIF Lela , Vice-présidente du Conseil régional du Rhône-Alpes / déléguée à

la démocratie participative, à la vie associative et à l’éducation populaire

BOUBEKER Ahmed (co-président) Professeur des universités à l’Université Jean Monnet de St Etienne

CHAOUCHI Karim Collectif Vivre ensemble l’égalité (Lormont)

M’RAD Azzedine Adjoint au directeur de la DRJSCS Franche-Comté

SBAHI Fatima, Membre du Collectif « sorties scolaires : avec nous ! »

SONZOGNI Djamila Conseil régional d’Alsace (EELV), présidente de l’Association

de Lutte contre les Discriminations en Alsace (ALDA)

TALEB Issam Chef adjoint de cabinet au Ministère de la fonction publique

ZOUHEIR Sarah Chargée de mission, Cabinet Ministère délégué à la Ville

LIVRE 3

Abderrahmane DJELLAL, Adjoint au maire de Grenoble chargé de l’emploi, de

l’économie, de la recherche, de l’insertion et de la formation professionnelle

Amine SOUSSI, Mission locale de l’Etang de Berre

Béligh NABLI, cabinet de la ministre déléguée à la réussite éducative – co-responsable

du groupe de travail

Fathi TLILI, Force ouvrière (FO)

Hakim HALLOUCH, Responsable du pôle « Diversité » à Science Po Paris

Khalid HAMDANI, Directeur de l’Institut Ethique et Diversité – co-directeur du groupe

de travail

Mahrez OKBA, Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques

du ministère du Travail et de l’emploi (DARES)

Majda CHERKAOUI, Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des

chances (ACSE)

Mohamed YAZID, Collectif « Vivre ensemble l’égalité » de Lormont

Nabil BOUGHRIBA, Collectif « Vivre ensemble l’égalité » de Lormont

Ommar BENFAID, Confédération française du travail (CFDT)

Zahra BOUDJEMAI, chargée des questions de suivi de la scolarisation des enfants

Roms à la Délégation interministérielle à l’hébergement et à l’accès au logement (DIHAL)

Mamadou DISSA, directeur, et Dominique REVEL, chargée de la lutte contre les

discriminations à la mission locale de Villeurbanne

LIVRE 4

Agnès El Majeri, cabinet de Mme Touraine

Association Schebba à Marseille : Haciba Redjdal

CAF de Seine-Saint-Denis (Rosny) : Tahar Bel Mounes

CNLE 8e collège : Khalid Alaoui, Djemila Mahmoudi

Boualam Azahoum, directeur de l’association El Ghorba à Villeurbanne

LIVRE 5

Chaynesse Khirouni, Députée

Adil Jazouli, Sociologue, SGCI

Sarah Zouheir, Chargée de mission, Ministre délégué chargé de la ville

Aïcha Sissoko, Directrice Association des Femmes Africaines du Val d’Oise

Fatiha Mlati, Directrice intégration, emploi-logement, France Terre d’Asile

Mohamed Benazzouz, Responsable exploitation, association d’insertion par

le logement,ARALI

Silahm Zobir, Chargée de mission , emploi, économie, habitat, médiation, ACSE


> >
> > Lire la suite: http://www.israel-flash.com/2013/12/france-liste-des-experts-ayant-participation-a-lelaboration-du-rapport-sur-lintegration-ayrault-prend-les-francais-pour-des-imbeciles/#ixzz2ogrN9
9c8

--
> > +33(0)6 20 26 86
92

+33(0)1 43 70 00 71

Merci Hervé L G.

Repost 0
30 décembre 2013 1 30 /12 /décembre /2013 10:41

Ecrit le 30 déc 2013 à 8:58 par Eric Martin dans Nos brèves

L’Agenda 2014 pour tous : entretenir et former la dissidence au quotidien

On le sait, les signes d’appartenance et de ralliement (sweats LMPT, quenelles, etc.) sont essentiels dans les combats identitaires que nous menons.

Mais quand, en plus, ils sont utiles au quotidien, élégants et forment (à coup de citations et d’interventions succinctes mais toujours originales et pertinentes de dizaines de personnalités de la galaxie pro-vie et pro-famille), on ne peut qu’applaudir.

Bravo, donc, à Grégoire Boucher, des éditions Terra Mare, pour son « Agenda 2014 pour tous ».

Dès la première de couverture, il annonce la couleur : « On ne lâchera rien, jamais ! » Et tient parole, puisqu’il réussit la prouesse de rassembler tout ce petit monde de la défense des valeurs traditionnelles, malgré des divergences que personne n’ignore.

Autre point fort : la préface de Reynald Secher, qui commence par citer Charette pour mieux faire remarquer la similitude entre l’actuelle tentative de créer un « homme nouveau » à coup de théorie du genre, d’interventions étatiques déplacées, de socialisme à haute dose mâtiné de répression policière et celle de 1789.

C’est qu’on phosphore dans, que dis-je, grâce à cet agenda ! Et parce qu’une photo vaut mille mots, il est magnifiquement illustré de clichés du véritable et seul avenir possible de notre France : tous ces jeunes, toutes ces familles, tous ces nationaux qui ont dit, chacun selon sa sensibilité, ses talents ou sa vocation, leur refus de la dénaturation du mariage et, plus généralement, de l’idéologie.

On regrette juste la couverture cartonnée de l’Agenda Benoît XVI de 2013 (lui aussi édité par Terra Mare). Il faut bien trouver une critique…

À acheter pour soi et à offrir à vos jeunes, à vos filleuls ou même à votre neveu accro à la Playstation 4, parce que vous l’aimez quand même et ne lui souhaitez pas de devenir ça.

http://www.ndf.fr/nos-breves/30-12-2013/lagenda-2014-pour-tous-entretenir-et-former-la-dissidence-au-quotidien

Repost 0
30 décembre 2013 1 30 /12 /décembre /2013 10:34

Ecrit le 29 déc 2013 à 23:50 par Guillaume de Thieulloy dans Poing de vue

C’est notre survie qui est en jeu ! Pourquoi je manifesterai le 26 janvier

Comme tous les observateurs de la vie politique, je constate une exaspération croissante dans la société française.

Mais je ne suis pas sûr que tous les Français exaspérés se soient encore rendu compte que c’était bel et bien notre survie comme nation, comme peuple et comme civilisation qui était en jeu.

N’en donnons que deux ou trois exemples, sachant bien que c’est toute la politique de l’actuel gouvernement qu’il faut rejeter en bloc – précisément parce qu’elle menace l’être même de la France.

Le plus frappant réside sans doute dans ce que l’on appelle maintenant la substitution de population.

Le récent rapport remis au Premier ministre sur la politique d’intégration (lisez : désintégration !) en est un nouveau signe. « Nos » dirigeants ne veulent pas admettre que la France est d’abord faite par… des Français.

Ils veulent nous forcer à reconnaître des apports civilisationnels parfaitement imaginaires, nous contraindre à avoir honte de notre histoire et de nos aïeux.

Et, corollairement, de repentance en laxisme judiciaire, ils n’ont jamais assez d’excuses pour les barbares qui terrorisent tant de nos villes et villages.

Les réformes « sociétales » engagées depuis mai 2012 ont été également pensées comme des « changements de civilisation » selon le mot de Mme Taubira.

Faire de la filiation une pure construction de l’imagination est d’une redoutable efficacité pour priver chacun de ses racines familiales. Mais ce que veut le gouvernement socialiste, c’est la guerre de tous contre tous, la loi de la jungle dans tous les recoins de la société.

Il veut nous apprendre à haïr nos parents, à assassiner nos anciens qui coûtent trop cher à une Sécu déjà exsangue, ou aduler les assassins multi-récidivistes (« malheureuses victimes d’une société répressive, patriarcale et réactionnaire », n’est-ce pas ?) – le tout, comme toujours, sous les délicieux atours compassionnels qui ont si bien fonctionné depuis la révolution de mai 68.

La fiscalité elle-même est envisagée par les tenants du totalitarisme « soft » comme une arme massive de destruction de toute inégalité, de toute propriété et donc de toute indépendance à l’égard du Moloch étatique.

Les fous furieux qui nous gouvernent si mal prétendent vouloir étendre sans limite la progressivité de l’impôt.

Et, comme toujours en régime marxiste-léniniste, ce qui en ressort, ce n’est pas la société sans classe ; c’est l’appauvrissement généralisé et une nomenklatura arrogante qui se goinfre sur le dos du peuple.

« Nous sommes ici chez nous. Nos aïeux ont fait ce pays.
Nous voulons y vivre, y travailler et y mourir.
Si vous ne le comprenez pas, c’est vous qui dégagerez ! »

On pourrait encore évoquer la haine anti-chrétienne de tant de ministres, la politique étrangère anti-nationale ou les coupes suicidaires dans le budget de la Défense qui nous livrent aux barbares et nous contraignent à la vassalisation…

On pourrait évoquer tant de sujets. À vrai dire, on pourrait évoquer toutes les politiques menées depuis bientôt deux ans. Je dis bien : toutes !

Oui, il est urgent de mettre un terme à cette politique.

Et, pour cela, je ne vois qu’une seule solution : utiliser tous les moyens à notre disposition pour résister et accélérer la prise de conscience de nos compatriotes.

Il faut naturellement profiter des campagnes électorales pour dénoncer sans relâche cette politique nihiliste.

Mais il faut, plus encore, harceler le gouvernement.

Qu’il sache que les Français, non seulement ne lâchent rien, comme le dit très bien le slogan du grand mouvement populaire que nous avons vu avec émerveillement se lever l’année dernière, mais ne les lâcheront pas avant qu’ils ne soient partis ou qu’ils n’aient radicalement changé de politique.

Cette stratégie de harcèlement doit nécessairement être aussi subsidiaire que possible.

On n’agit pas de la même façon en milieu rural ou à Paris, selon que l’on proteste contre la spoliation fiscale ou que l’on défend le droit des enfants, ou selon que l’on manifeste à Nantes ou à Lyon.

Contrairement à ce que j’entends souvent, je crois qu’il est extrêmement sain et souhaitable que les mouvements soient nombreux et variés.

Je ne crois pas aux vertus du « centralisme bureaucratique ».

Mais il faut aussi, de temps en temps, montrer que nous sommes capables d’avoir une vision globale de la société et que, pour notre survie, nous sommes capables, par-delà nos différences, de nous réunir pour une gigantesque clameur de protestation.

C’est la raison pour laquelle je serai le 26 janvier à Paris pour participer au Jour de Colère qui s’y organise.

Non, nous ne voulons pas que la civilisation française disparaisse.

Monsieur le Président, ne comptez pas sur nous pour rester impassibles devant vos incessantes agressions contre notre patrie, notre peuple, notre histoire, notre religion – notre civilisation en un mot !

Je puis vous prédire une chose, sans risque de me tromper : notre colère, que vous pourrez constater par vous-même le 26 janvier, ne va pas cesser d’enfler.

Devant cette vague gigantesque, devant ce tsunami, vous n’aurez qu’un choix : vous soumettre ou vous démettre (ou être démis par vos « amis »…).

Je suis certes conscient qu’il s’agit là d’un dilemme pénible et je veux bien éprouver toute la compassion dont je suis capable pour un homme, que je suppose sympathique.

Mais vous-même ne nous laissez qu’un choix : la valise ou le cercueil.

Or, nous sommes ici chez nous. Nos aïeux ont fait ce pays. Nous voulons y vivre, y travailler et y mourir.

Si vous ne le comprenez pas, c’est vous qui dégagerez !

Source et publication:http://www.ndf.fr/poing-de-vue/29-12-2013/cest-notre-survie-qui-est-en-jeu-pourquoi-je-manifesterai-le-26-janvier?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+ndf-fr+%28Nouvelles+de+France%29

Repost 0
30 décembre 2013 1 30 /12 /décembre /2013 10:26

TRIBUNE LIBRE

Le pape François, l’islam et les musulmans (1)

POSTED ON 29 DÉCEMBRE 2013 BY RIPOSTE IN EGLISE UNIVERSELLE, EN UNE, RIPOSTE CATHOLIQUE

Share on facebookShare on twitterShare on emailShare on pinterest_shareMore Sharing Services49

Des catholiques “de souche”, mais aussi des convertis musulmans au catholicisme, ont été troublés par des déclarations du pape François sur l’islam et les musulmans.

Ces déclarations méritent quelques éclaircissements. Nous allons nous y attacher avec trois commentaires différents dont voici le premier : une “lettre ouverte” de l’intrépide abbé Guy Pagès…

Très Saint Père,

C’est avec une peine redoublée, et avec tout le respect filial que je vous dois, au nom de nombreuses personnes troublées par vos propos relatifs à l’islam, et en vertu du canon 212 § 3[1], que je vous adresse cette nouvelle Lettre, puisque non seulement je n’ai reçu aucune réponse à celle que je vous ai adressée concernant votre Message aux musulmans pour la fin du ramadan, d’abord envoyée en privé ‒ et à trois reprises ‒ et ensuite publiquement, mais encore parce que dans votre exhortation apostolique Evangelii Gaudium vous venez d’écrire que : « le véritable Islam et une adéquate interprétation du Coran s’opposent à toute violence. » (n°253).

Une telle affirmation, certainement motivée par votre paternelle sollicitude pour nos frères persécutés en pays d’islam, apparaît cependant comme une terrifiante contrevérité.

En effet, comment affirmer que « le véritable Islam et une adéquate interprétation du Coran s’opposent à toute violence », puisque :

  • « Allah seul connaît l’interprétation du Coran. » (Coran 3.7) ;
  • Les versets réputés « tolérants » de l’immuable Coran ont tous été abrogés par « le verset du sabre » (Coran 9.5,29) ;
  • Si « le véritable Islam et une adéquate interprétation du Coran s’opposent à toute violence. », alors Mahomet n’a pas incarné la véritable interprétation de l’islam, et sa conduite ne peut pas être normative pour les musulmans (Coran 33.21) ;
  • A la différence du Christ ayant confié Son autorité à Pierre dont vous êtes le légitime successeur, il n’y a pas en Islam de magistère qui puisse vous donner, à vous ou à quiconque, avec une autorité infaillible, la définition de ce qu’est ou n’est pas « le véritable Islam et une adéquate interprétation du Coran », d’où les incessantes guerres intestines du monde musulman au nom d’une interprétation toujours plus « authentique » ;
  • Il suffit d’ouvrir un Coran, même dans une des traductions édulcorées à l’usage des lecteurs occidentaux, pour voir que sur les 6235 versets du Coran, plus de la moitié vouent à l’exécration tous ceux qui ne sont pas musulmans, et expriment la funeste intention de les tuer ou de les soumettre ;
  • L’histoire et l’actualité démentent à l’envi, malheureusement, votre affirmation ;
  • Quelle autre religion que l’islam Jésus pouvait-Il avoir en vue lorsqu’Il annonçait :« Vient un temps où ceux qui vous tueront penseront rendre un culte à Dieu. »(Jn 16.2) ? Quelle autre religion en effet que l’islam promeut, comme un devoir religieux, le jihad contre les chrétiens ? « Tuez les associateurs [les chrétiens] où que vous les trouviez. Prenez-les, assiégez-les et restez aux aguets contre eux. » (Coran 9.4,5) ;
  • Tout chrétien sait, du seul fait qu’il est chrétien, que celui qui cherche son salut dans l’islam se damne : « Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé, celui qui refusera de croire sera con-damné. » (Mc 16.16) ; « Si nous-mêmes, si un ange venu du Ciel vous annonçait un Évangile différent de celui que nous vous avons prêché, qu’il soit maudit ! Nous l’avons déjà dit, et aujourd’hui je le répète : si quelqu’un vous annonce un Évangile différent de celui que vous avez reçu, qu’il soit maudit ! » (Ga 1.8-9 ; Mt 24.4,11,24 ; 1 Jn 2.22-24 ; 4.2-4)… Or, si l’islam damne, n’est-ce pas qu’il est mauvais, et si « aucun arbre mauvais ne donne de bons fruits » (Mt 7.18), comment l’islam pourrait-il porter les bons fruits de paix que vous lui attribuez ?

Très Saint-Père, il est frappant de constater que votre propos répond exactement à la demande formulée, au début du mois de juin 2013, par M. Mahmoud Abdel Gawad, le conseiller diplomatique de M. Ahmed Al-Tayeb, grand imam de la mosquée d’Al-Azhar, ayant déclaré attendre de vous « une intervention où [vous diriez] que l’Islam est une religion pacifique, que les musulmans ne cherchent ni la guerre ni la violence », comme condition au rétablissement des relations diplomatiques entre le Saint-Siège et cette institution représentative de l’islam sunnite qu’est l’Université d’Al-Azar…

Et pourquoi M. Ahmed Al-Tayeb voulait-il une telle déclaration ? Pour que vous expiiez la « faute » de votre prédécesseur Benoît XVI ayant osé illustrer en 2006 à l’université de Ratisbonne cette vérité élémentaire que la violence est incompatible avec la vraie religion, contraire à la vraie nature de Dieu, par cette question de l’empereur Manuel II Paléologue à un savant musulman : « Montrez-moi ce que Mahomet a apporté de nouveau. Vous ne trouverez que ces choses mauvaises et inhumaines, comme le droit de défendre par l’épée la foi qu’il prêchait. » (Les réactions de violence du monde musulman n’ont d’ailleurs pas manqué de confirmer aussitôt la vérité enseignée par le Pape…).

Benoît XVI avait ensuite aggravé son cas en 2009 en appelant à protéger les minorités chrétiennes après un énième et terrible attentat à la bombe contre une église à Alexandrie, ce qui avait constitué aux yeux du destinataire de votre lettre, « une interférence occidentale indue ». Ainsi, en répondant au désir du grand imam ― et l’islam veut dire « soumission » ―, souffrant de « réparer » la « faute » de votre vénéré prédécesseur, non seulement vos propos sont interprétés comme une condamnation de son témoignage rendu à la vérité, mais vous n’obtiendrez pas la mansuétude que vous escomptez pour les chrétiens vivant en pays devenus musulmans, car, comme l’exprimait lucidement un autre de vos prédécesseurs, le Pape Pie II, dans sa Lettre au Sultan turc Mehmet II : « La concorde ne sera donc que dans les mots ; sur le fond, c’est la guerre. »[2].

Qui peut venir en effet après le Christ, sinon l’Antichrist ?

Très Saint-Père, vous nous demandez d’« accueillir avec affection les immigrés de l’Islam qui arrivent dans nos pays » (n°253), mais le but de l’islam n’est-il pas de se substituer au christianisme et d’instaurer partout la charia ? C’est Allah qui le dit : « Combattez-les jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de subversion[3] et que la religion appartienne uniquement à Allah » (Coran 2.193).

Ses disciples, aujourd’hui, ne disent pas autre chose, tel M. Alija Izetbegovic, chef d’État de Bosnie-Herzégovine de 1990 à 2000, qui, dans sa « Déclaration islamique » a le mérite de la clarté : « Il ne peut y avoir ni paix ni coexistence entre la religion islamique et des institutions politiques et sociales non-islamiques. […]

La renaissance islamique ne peut commencer sans une révolution religieuse, mais elle ne peut se poursuivre et être menée à bien sans révolution politique. Notre première tâche doit être de gagner non le pouvoir mais les hommes. […]

Le soutien qu’un peuple musulman apporte effectivement à un régime en place est directement proportionnel au caractère islamique de ce dernier. […] Nous devons être des prêcheurs et ensuite des soldats. […]

Le mouvement islamique doit prendre le pouvoir dès qu’il est en situation morale et numérique suffisante pour lui permettre de renverser le gouvernement non-islamique. »… Voulons-nous vraiment que s’accomplisse la prophétie du président algérien, M. Houari Boumediene qui, en avril 1974, déclarait à la tribune de l’ONU : « Un jour, des millions d’hommes quitteront l’hémisphère sud pour aller dans l’hémisphère nord. Et ils n’iront pas là-bas en tant qu’amis. Parce qu’ils iront là-bas pour le conquérir.

Et ils le conquerront avec leurs fils. Le ventre de nos femmes nous donnera la victoire. »[4] ?

Certes, il n’est pas question de se fermer à l’accueil des miséreux, pour autant que nous puissions leur porter secours, mais il est exclu de les naturaliser, selon le conseil même de feu le Commandeur des Croyants, le roi Hassan II, roi du Maroc : « N’essayez pas de faire des Français avec des musulmans, vous n’y arriverez pas. Vous ne ferez que de mauvais Français et de mauvais Musulmans. ».[5]

Jugement qui corrobore l’enseignement des Apôtres :« Si quelqu’un vient à vous sans apporter cette doctrine [l’Évangile, que l’islam se fait une gloire de rejeter], ne le recevez pas chez vous et abstenez-vous de le saluer. » (2 Jn 1.10) ; « Ne formez pas d’attelage disparate avec des infidèles. Quel rapport en effet entre la justice et l’impiété ? Quelle union entre la lumière et les ténèbres ? » (2 Co 6.14) ?…

Aussi nous appartient-il de ne pas transiger avec l’islam. Nos Pères ne se sont pas battus pendant des siècles pour repousser ce malheur qu’est l’islam et pouvoir développer hors d’atteinte de sa mortifère influence l’admirable civilisation chrétienne dont le monde entier profite de nos jours, pour que nous ouvrions aujourd’hui nos portes à l’islam !

Ou alors l’islam aurait-il changé entre temps ? Non, il ne le peut pas, car « les coutumes d’Allah ne changent pas » (Coran 33.62 ; 35.43 ; 48.23).

Je suis pareillement surpris et terriblement gêné pour nos frères chrétiens que, dans votre exhortation apostolique, vous demandiez à ce qu’ils soient « accueillis et respectés dans les pays de tradition islamique », comme s’ils n’étaient justement pas chez eux !

N’est-ce pas infiniment triste de tenir pour un fait acquis la conquête musulmane de ces pays autrefois chrétiens, et de compter pour rien la tradition chrétienne qui y survit aujourd’hui encore sous le joug toujours renaissant et insupportable de la dhimmitude ?

Et si les « épisodes de fondamentalisme violent qui nous inquiètent » sont effectivement à déplorer, il ne faut pas chercher longtemps pour en trouver la source : « Faites-leur la guerre jusqu’à ce qu’ilspayent le tribut de leurs propres mains et qu’ils soient soumis et humiliés »(Coran 9.29). Aussi, ce n’est pas « l’affection envers les vrais croyants de l’Islam » qui « doit nous porter à éviter d’odieuses généralisations », mais l’amour envers nos ennemis (Mt 5.44).

Quant au fait que les musulmans « professent avoir la foi d’Abraham, adorent avec nous le Dieu unique, miséricordieux, futur juge des hommes au dernier jour. » (n°252), il faut bien préciser qu’il ne s’agit pas de la même adoration, aussi vrai que nul ne va au Père que par Jésus (Jn 14.6), et que les musulmans ne prenant pas pour chemin Jésus, leur adoration ne va pas non plus au Père…

Nous adorons ce que nous connaissons, eux adorent ce qu’ils ne connaissent pas (Jn 4.22), et c’est pourquoi, acceptant d’adorer celui qu’ils ne connaissent pas, ils adorent celui qui se cache dans les ténèbres, le Père du mensonge (Jn 8.44), le Prince de ce monde, assez orgueilleux et fou pour se présenter à eux comme l’unique et vrai Dieu (Mt 4.8-9).

Si Evangelii Gaudium s’adressait aux musulmans pour leur dire que « Les écrits sacrés de l’Islam gardent une partie des enseignements chrétiens ; Jésus Christ et Marie [y étant] objet de profonde vénération » (n°252), nous pourrions comprendre que vous entendez vous servir d’une apparente similitude entre nos traditions respectives comme d’une base commune possible à un dialogue souhaité.

Mais du fait que vous vous adressez à des chrétiens, un tel rapprochement laisse entendre qu’il y aurait effectivement quelque chose de chrétien dans la « révélation » coranique… alors qu’il n’en est, bien évidemment, rien du tout !

Les personnages de « Issa » et de « Maryam » ne s’identifient absolument pas avec ceux de Jésus et de Marie, comme en témoignent les anachronismes et incohérences coraniques, mais servent de miroirs aux alouettes, d’attrape-nigauds, pour légitimer l’islam aux yeux des chrétiens[6], et les conduire ainsi à apostasier leur foi, celle-ci étant pour l’islam le seul péché à jamais impardonnable (Coran 4.48), qui réduit les chrétiens à n’être qu’impureté (Coran 9.28) en sorte qu’en les éliminant l’islam rend gloire à Allah (Coran 9.30).

Vous trouvez « admirable de voir que des jeunes et des anciens, des hommes et des femmes de l’Islam sont capables de consacrer du temps chaque jour à la prière, et de participer fidèlement à leurs rites religieux.

En même temps, beaucoup d’entre eux ont la profonde conviction que leur vie, dans sa totalité, vient de Dieu et est pour lui.

Ils reconnaissent aussi la nécessité de répondre à Dieu par un engagement éthique et d’agir avec miséricorde envers les plus pauvres. » (n°252), mais, outre que les pauvres dont vous parlez doivent nécessairement être musulmans, ces éléments positifs de piété et de religiosité relèvent du seul désir naturel de bien que Dieu a mis dans le cœur de tout homme et que l’islam exploite pour masquer sa fin essentielle qui est d’éloigner les âmes du salut donné seulement en et par Jésus (Jn 14.6).

Si donc les pratiques de l’islam peuvent servir de support à la religiosité humaine, il faut aussi considérer qu’elles enferment l’individu dans une pensée farouchement antichristique, qui le damne (Mc 16.16). Comme l’enseignait saint Paul : « Ne prends pas, ne goûte pas, ne touche pas’, tout cela pour des choses vouées à périr par leur usage même !

Voilà bien des prescriptions et doctrines humaines ! Ces sortes de règles peuvent faire figure de sagesse par leur affectation de religiosité et d’humilité qui ne ménage pas le corps, en fait elles n’ont aucune valeur contre l’insolence de la chair. » (Col 2.21-23).

Très Saint-Père, en acceptant de jouer le rôle de faire valoir (Ga 1.4)[7] que l’islam attend de vous et de tous, pensez-vous vraiment aider les musulmans à prendre conscience qu’ils sont en train de se damner, ou bien pensez-vous qu’il soit indifférent pour leur salut d’être musulman ?

En louant l’islam, ne craignez-vous pas de conforter les musulmans à rester musulmans et donc à se damner, mais encore, avez-vous pensé que vous détruisiez ainsi les défenses de ceux qui refusent de perdre leur salut éternel par l’accueil de l’islam (2 Co 6.14-18) et leur mise en esclavage par la charia ? En effet, si l’islam est pacifique, portant de bons fruits, il n’est donc pas un faux-prophète (Mt 7.18), et s’il n’est pas un faux-prophète il est un vrai prophète, et donc ce qu’il dit au sujet du christianisme est vrai : Jésus n’est pas mort et ressuscité, croire à la Trinité est une abomination, et il n’y a de salut que dans l’islam…

Peut-on à la fois amasser avec le Christ et louer celui qui dissipe Son héritage (Mt 12.30) ?

« Méfiez-vous des faux prophètes, qui viennent à vous déguisés en brebis, mais au-dedans sont des loups rapaces. » (Mt 7.15).

Que peut-il arriver au troupeau dont le berger traite avec le loup comme avec un de ses agneaux ? Il semble qu’en cette affaire il vous revienne de marcher derrière le troupeau, et non pas devant, comme vous en évoquez la possibilité dans cette même exhortation apostolique (n°31), et de laisser les brebis trouver seules leur chemin… tant il est vrai que les vraies brebis du Seigneur ne suivent pas la voix d’un étranger, mais le fuient au contraire (Jn 10.5)…

Au moment de conclure, considérant votre désir d’offrir à l’Église de profondes réformes, permettez à l’humble prêtre que je suis, étudiant depuis plusieurs années l’islam, de vous suggérer de renouveler de fond en comble l’équipe de vos conseillers en matière d’islamologie et de dialogue christiano-musulman.

Très Saint-Père, renouvelant l’engagement de ma fidélité à la Chaire de saint Pierre, dans la foi en son infaillible magistère, laquelle n’est pas engagée en dehors de ce qui concerne la Foi catholique et la vie morale, ayant le désir de voir tous les catholiques ébranlés dans leur foi par vos remarques au sujet de l’islam, faire de même, je prie Notre Dame des Victoires de vous obtenir la force dont saint Paul a fait preuve face aux faux-frères désireux de réduire les chrétiens en servitude.

Il refusa de reconnaître la bonté de leur doctrine « fût-ce un moment, fût-ce par déférence, afin de sauvegarder pour vous la vérité de l’Évangile » (Ga 2.4-5).

Abbé Guy Pagès

Notes

[1] « Selon le savoir, la compétence et le prestige dont ils jouissent, ils ont le droit et même parfois le devoir de donner aux Pasteurs sacrés leur opinion sur ce qui touche le bien de l’Église et de la faire connaître aux autres fidèles, restant sauves l’intégrité de la foi et des mœurs et la révérence due aux pasteurs, et en tenant compte de l’utilité commune et de la dignité des personnes. » (Can. 212 § 3).

[2] Enea Silvio Piccolomini, Lettre à Mahomet II, Payot & Rivages, 2002, p.48. « Entre nous et vous, c’est l’inimitié et la haine à jamais, jusqu’à ce que vous croyez en Allah, seul. » (Coran 60.4)

[3] La « subversion », en langage musulman, désigne tout ce qui n’est pas musulman.

[4] Nous pourrions citer encore tant d’autres déclarations du même genre, telle celle-ci de Mouammar Kadhafi, Président de la Lybie : « Sans épée, sans fusil, sans conquêtes, les 50 millions de musulmans en Europe la transformeront bientôt en continent musulman ! » (Le Figaro, 19/12/2006)

Source et publicatioin: http://www.riposte-catholique.fr/riposte-catholique-blog/le-pape-francois-lislam-et-les-musulmans-1

Repost 0