Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 janvier 2014 4 09 /01 /janvier /2014 10:36

Le 8 janvier 2014

L’ordonnance 2001-377 dispense de payer la CSG et la CRDS ceux qui choisissent un organisme dans un autre pays européen, et cela est caché...

La fin du monopole de la Sécurité sociale…

Manuel Gomez

Ecrivain

Il n’est pas question, dans cet article, d’inciter à fuir notre régime d’assurance obligatoire… cela est interdit par l’article L114-18 (2006) du Code de la sécurité sociale…

Cependant, il n’est pas inutile de rappeler les éléments suivants…

La Commission européenne a confirmé la fin du monopole des retraites et, implicitement, de la Sécurité sociale en France instaurée par de Gaulle en 1945 sous l’influence du Parti communiste français et des syndicats très puissants à l’époque.

Nos avantages sociaux ont tenu bon durant plus de 60 ans tout en creusant régulièrement le trou de leur déficit.

La Sécurité sociale est un État dans l’État et son budget est comparable à celui de la France. Son déficit entraîne le pays vers des profondeurs abyssales.

Il est plus que probable qu’elle ne tardera pas à exploser, et il est donc urgent de rechercher des solutions avant l’effondrement total du monopole.

Des solutions existent et elles permettraient même de réaliser de substantielles économies. Le monopole détenu par les organismes publics d’assurances maladie de la Sécurité sociale est tombé depuis la libre circulation des citoyens et l’ouverture à la concurrence imposée par les traités européens.

Ainsi, depuis l’ordonnance du 19 avril 2001 et la loi du 17 juillet 2001, toute personne résidant en France a le droit de s’assurer pour l’ensemble des risques sociaux (maladie, retraite, etc.) auprès d’un organisme européen bénéficiant d’un agrément dans son pays.

Quand un étranger s’installe en France, il est déjà assuré dans son propre pays et on ne peut lui imposer de clore son contrat ou lui infliger une double cotisation. Le cas est identique pour un Français s’installant à l’étranger.

Il est donc dorénavant possible, pour tout assuré, de choisir un autre organisme d’assurance obligatoire – soit français, soit étranger – pour la branche maladie, autre que la Sécurité sociale française.

Des milliers de citoyens français ont déjà choisi cette solution et, comme on ne quitte pas un système avantageux, c’est qu’ils trouvent aussi bien et moins cher ailleurs (CQFD). Voici donc un exemple qui permet de mieux comprendre les économies des « courageux » qui sont allés voir ailleurs.

Sans trop entrer dans les détails, il existe des contrats identiques à ceux de notre Sécurité sociale (par exemple amariz.fr).

La cotisation annuelle s’élève à environ 2000 euros alors que pour un salarié touchant le SMIC (1439,81), il lui en coûte à la Sécu 305 euros par mois, soit 3660 euros.

Économie annuelle d’environ 1660 euros.

Mais ce n’est pas fini !

L’ordonnance 2001-377 de mai 2001 dispense de payer la CSG et la CRDS ceux qui choisissent un organisme dans un autre pays européen, et cela est soigneusement caché.

La CSG a terriblement augmenté ces dernières années et si, comme cela est prévisible, les allocations familiales sont retirées des charges sociales patronales (ce qui est une bonne décision), elles seront automatiquement incorporées à la CSG.

Il est cependant fort regrettable pour nous, Français, de verser des cotisations dans un pays autre que le nôtre alors qu’il existe chez nous des assurances maladie privées couvrant au premier euro tout comme la Sécu.

Par collusion ou par peur de représailles, ces assurances privées ne proposent le plus souvent leurs services qu’aux étrangers et pas aux Français, et c’est bien dommageable (par exemple APRIL ou ACS).

Une certitude : elles ne creuseront jamais de « trou » car elles n’assurent ni les illégaux ni les indigents qui sont couverts à 100 % par l’AME.

À noter qu’il est toujours possible de cotiser avec sa mutuelle française même en adhérant à une société étrangère et, cerise sur le gâteau, dans le pire des cas, la Sécurité sociale est dans l’obligation de vous reprendre.

Il est fortement conseillé de ne pas accomplir les démarches seul et ces sites peuvent vous diriger : www.libreassurancemaladie.eu ; MLPS ; QLSS, etc.

Je terminerai par l’introduction de mon article : « Il n’est nullement destiné à inciter les citoyens à quitter un régime d’assurance “obligatoire” ». Bien évidemment.

Source et publication: http://www.bvoltaire.fr/manuelgomez/la-fin-du-monopole-de-la-securite-sociale,46679?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=040e9a2f29-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-040e9a2f29-30403221

Repost 0
9 janvier 2014 4 09 /01 /janvier /2014 10:32

18 et 19 JANVIER 2014 : GRAND WEEK-END D'ACTION FRANÇAISE


SAMEDI 18 JANVIER 2014 : CARREFOUR ROYAL avec des invités prestigieux

Maison des Mines, 270 rue St-Jacques - Paris (RER : Port-Royal)


14 h : Ouverture des portes

14 h 30 - 15 h 30 : Table ronde « La souveraineté, l'Europe, la Nation » - À l'heure où des cités-États émergent dans le monde entier et où la mondialisation semble consacrer l'avènement d'un capitalisme maitrisant tous les champs de la vie sociale, quelle est la validité du concept de Nation : permet-il de penser une action politique spécifique ? Les nations existent-elles encore ? Et quelle est/serait la nation France ?

Animateur : Elie HATEM,
avocat et journaliste

  • Aymeric CHAUPRADE, écrivain, politologue et géopoliticien. Partisan d'une approche réaliste en géopolitique, souverainiste, Aymeric Chauprade défend l'idée d'une identité française et de la nécessité d'un bien commun supérieur aux individus.
  • Roland DUMAS, avocat, ancien ministre des affaires étrangères et ancien président du Conseil Constitutionnel. En tant que diplomate, Roland Dumas porte un regard libre et averti sur la politique étrangère de la France depuis 30 ans.
  • E. MARSALA, universitaire et écrivain, est professeur agrégé de droit constitutionnel à Paris V. Ses travaux portent sur le droit de l'Etat, l'histoire des idées, les notions de progrès et d'utopie.
  • Jean-Claude MARTINEZ, universitaire et ancien député français. Ancien professeur de droit et de science politique à Paris II, spécialiste des finances publiques et de la fiscalité, il réfléchit sur la mondialisation et le capitalisme.
  • Camel BECHIKH, président de Fils de France. Français musulman, membre de l'UOIF, il a créé Fils de France pour défendre un islam français et patriote dans un souci d'unité nationale.
  • Jean-François MATTEI, universitaire et philosophe
  • Maître Jacques TREMOLET de VILLERS, avocat, écrivain et journaliste
  • Elie HATEM, avocat et journaliste
  • Eric LETTY, journaliste
  • Philippe MESNARD, journaliste
  • Charles de MEYER, blogueur
  • 7 euros au tarif normal et 3 euros pour les étudiants et lycéens
  • 25 euros au tarif normal et 20 euros pour les étudiants et lycéens
Repost 0
9 janvier 2014 4 09 /01 /janvier /2014 10:12

Jeudi 9 janvier 2014

L’ISLAM EST-IL UN PÉRIL POUR LA FRANCE COMME LE FUT NAGUÈRE LE PÉRIL NAZI ?

C’est la première dans l’histoire de la V e république qu’un Ministre de l’Intérieur en l’occurrence Manuel Valls se fait fort de rappeler l’incompatibilité de l’islam avec la démocratie et le place au cœur des vrais dangers qui menacent les fondements de la république dans les 10 prochaines années et met l’accent sur les effets secondaires du regroupement familial.

En ce qui me concerne, j’estime que l’on a trop tergiversé et que le mal est fait mais il n’en demeure pas moins que l’on doit le circonscrire à défaut de l’éradiquer définitivement.

Il est plus qu’impérieux de faire du péril musulman un véritable enjeu politique qui fait peser des réels risques sur la pérennité humaine et culturelle de la France.


Il se pose comme étant le défi majeur auquel la République doit faire face d’ores et déjà.

Bien plus grave et urgent que l’insécurité et le chômage.

Ses propos n’ont pas manqué bien évidement de provoquer un tollé général au sein de son camp politique acquis certainement à la cause de l’islamisation rampante de la France qui y voit des relents droitistes.

Si défendre la patrie face à l’invasion démographique et idéologique de l’islam c’est être de droite, alors que ce sont les communistes qui ont payé un lourd tribut face à la peste nazie, alors que tous les français et tous les défenseurs des valeurs de la république de toutes origines et confessions le soient aussi.

La patrie n’est ni de droite ni de gauche, c’est le laxisme et l’angélisme de droite comme de gauche qui sont ses ennemis et les alliés de l’islam qui vise à la détruire pour la vider de son identité et de sa substance pour la diluer dans son nouvel ordre mondial oummien.

Repost 0
9 janvier 2014 4 09 /01 /janvier /2014 09:49

TRIBUNE LIBRE

Réflexion sur la mainmise politico-idéologique réussie sur le Front National par son

véritable conducteur, Florian PHILIPPOT

Par Bernard ANTONY

« Nous sommes aujourd’hui un parti clairement gaulliste » a déclaré, en décembre 2013, au Figaro le vice-président du Front National Florian Philippot qui a magistralement réussi une entreprise dans laquelle Bruno Mégret avait échoué.

Moyennant quoi, il proclame, sans être contredit publiquement par les autres pseudo-dirigeants de ce parti, un ancrage historico-idéologique non seulement passéiste mais profondément regrettable.

Monsieur Philippot fait fi de la vérité historique notamment par une position objectivement occultationniste et donc négationniste de l’immense crime gaulliste d’un très volontaire « laissez faire » face au crime génocidaire perpétré en Algérie en 1962 contre la communauté des français musulmans fidèles à la France et notamment contre les harkis ; face aussi aux crimes contre l’humanité, massacres, tortures et enlèvements dont des milliers de nos compatriotes pieds-noirs furent victimes pour la seule raison d’appartenance au peuple français.

Les dirigeants de l’Institut du Pays Libre, dans la continuité de leurs maîtres et amis, grands hommes de la seconde guerre mondiale et de la Résistance tels que Jean-Baptiste Biaggi, Jean-Jacques Plat, Albert Chambon et tant d’autres, reconnaissent que le général De Gaulle de la France Libre a eu un rôle éminent et à bien des égards admirables quoique terni par des actes très regrettables. Mais ils ne sauraient suivre Florian Philippot lorsqu’il évoque « le projet du général De Gaulle pour la France », celui donc du retour au pouvoir en 1958, avec les mots « d’indépendance nationale », de « grandeur » et de « pacte social affirmé ».

Encore une fois comment peut-on parler de « grandeur » alors que le général De Gaulle a sciemment, au mépris de toute morale et sans aucune contrainte, abandonné l’Algérie dans les pires conditions d’une cynique non assistance à communautés françaises en danger de génocide ?

Comment peut-on parler « d’indépendance nationale » alors que toute autre solution d’avenir, à la fois humaine et politiquement réaliste, et dans l’intérêt commun des peuples de France et d’Algérie, eut pu permettre de conserver à la France une large part de son indépendance énergétique et de maintenir aussi les bases militaires stratégiques qui nous font tant défaut aujourd’hui ?

Comment peut-on parler de « pacte social affirmé » alors qu’avec Edgar Faure notre enseignement fut livré à la gabegie et à la dictature marxiste, qu’avec Egdar Pisani fut planifiée la destruction eurocratique de notre agriculture, qu’avec André Malraux et ses « maisons de la culture » fut abandonnée la culture à la gauche, et que, tout au long des années au pouvoir du général De Gaulle, se renforça la main-mise du syndicalisme révolutionnaire sur les entreprises nationales et les administrations ?

La solution politique française en 2014 ne passe pas plus par une étiquette gaulliste que par une étiquette pétainiste ou par les vieilles idées jacobines de Mr Philippot !

Les responsables de l’Institut du Pays Libre éprouvent beaucoup de compassion pour les dirigeants et responsables du Front National, surtout pour ceux se proclamant si proches des drames des Pieds-Noirs, qui, avec à peine peut être quelque embarras de déglutition, doivent avaler la couleuvre gaullolâtrique de Florian Philippot.

Bernard Antony

mailto : chretientesolidarite.fr@gmail.com

Cliquez sur : Reconquête Diffusion

mailto : contact@lagrif.fr

Repost 0
9 janvier 2014 4 09 /01 /janvier /2014 09:44

« Dernière combine en date (avril 2013) évoquée pour refinancer les agents en difficulté sans toucher à la dette publique centrale :
la mise à contribution forcée de l’assurance vie des particuliers pour soutenir les entreprises en difficult
é.


On parle là d’un détournement de près de 100 milliards »

Entretien avec Christophe Poitou, auteur du Totalitarisme économique (éditions de L’Æncre) (Propos recueillis par Fabrice Dutilleul)

Dans votre livre, vous prophétisez une sorte d’Apocalypse froide : ce qui nous menacerait serait non pas une crise financière cataclysmique, mais au contraire la fin des crises financières…

L’oligarchie est mauvaise perdante. Elle ne laissera pas ce qu’on appel le système, qui est un « tout subtil et maléfique », se faire balayer par une crise économique, ce qui pourtant serait logique.

Elle s’est laissé surprendre en 2008 par Lehman, mais ne se fera probablement pas avoir ainsi deux fois, elle prendra toutes les mesures nécessaires.

À commencer par le refinancement ad libitum des agents financiers en difficulté présentant un risque systémique. Il s’agit d’éviter une crise trop monstrueuse qui se transformerait en crise politique majeure avec éventuellement l’arrivée au pouvoir de partis de sensibilité nationale ou l’avènement de telle ou telle situation qui la dérangerait trop.

En fait, si on prend les choses avec du recul on peut dire que d’une certaine manière l’oligarchie se refinance elle-même dès qu’elle est en difficulté. Dans les faits, ce à quoi nous assistons depuis quelques temps.

Elle ne peut donc en quelques sorte jamais être en difficulté ni être en passe être renversée ?

Un krach obligataire dantesque aurait déjà du éclater en 2009/2010. Cela n’a pas été le cas. Certes, Sarkozy, Papandréou, Berlusconi ou Monti ont sauté, mais ça ne change pas grand-chose.

Le système lui-même, lui, est toujours là. L’oligarchie a pris les mesures nécessaires sans la moindre légitimité ou consultation démocratique pour se maintenir et empêcher toute crise grave.

Quelles sont ces mesures ?

Ce sont ces mesures – en fait, ces sales méthodes – que j’examine une par une dans mon livre : la création monétaire dans ces diverses variantes, l’allongement de la maturité des titres, le partage forcé de la valeur ajoutée, l’extorsion fiscale, l’exportation de l’inflation, les manipulations des taux de change, ainsi que la manipulation à mon avis la plus satanique de toutes : les taux d’intérêt inversés ou négatifs. J’examine aussi les diverses formes de répression financière dont le cas de Chypre fournit actuellement un exemple incroyable.

La méga-gaffe récente du commissaire européen Jeroen Dijsselbloem sur le fait que la répression financière à Chypre pourrait être éventuellement transposé chez nous fait froid dans le dos !

Le masque tombe…

À vrai dire, c’est déjà en partie le cas.

On s’apprête en France à puiser de force dans l’épargne de M. et Mme Dupont pour financer les HLM faute de pouvoir faire de la création monétaire et de la dette comme avant !

Dernière combine en date (avril 2013) évoquée pour refinancer les agents en difficulté sans toucher à la dette publique centrale : la mise à contribution forcée de l’assurance vie des particuliers pour soutenir les entreprises en difficulté.

On parle là d’un détournement de près de 100 milliards. Rapport à attendre entre la notation financière du titre et la santé de l’entreprise : probablement très faible !… Soit du mensonge pur et simple !

Une crise majeure n’est donc pas envisageable ?

Si, peut-être qu’en dépit de toutes ces mesures oligarchiques, une crise éclatera quand même… Ça ne me dérangerait pas d’ailleurs. Je dirais même que j’espère me tromper ! Vivement un monstrueux ouragan obligataire qui fasse valdinguer les puissants et emporte tout sur son passage de son souffle puissant et vengeur.

Mais je n’y crois pas trop, hélas…

Le rôle des apatrides cosmopolites est d’ailleurs significatif dans cette stabilisation totalitaire que nous voyons actuellement : ils sont massivement pour la création monétaire en occident car elle préserve le système tel qu’il est et dans lequel ils ont de bonnes places…

Ils ne vont donc pas se tirer une balle dans le pied et se limoger eux-mêmes ?

Évidemment… En revanche, lorsque qu’ils n’ont pas de places assez bonnes à leur goût ou n’arrivent pas à se saisir d’actif réels, c’est l’inverse, ils essaient de renverser le système et non de le maintenir.

Logique ! Ils utilisent alors la déflation et non la création monétaire, à savoir la fuite des capitaux ou alors des phénomènes déstabilisants : sortie de capitaux, par exemple… Ils font régulièrement le coup en Russie…

C’était le cas avant 1917 et c’est le cas actuellement sous Poutine…

Chez nous, c’est le contraire, ils essaient de stabiliser de force le système.

Qu’en concluez-vous ?

Certes, techniquement nous pouvons vivre sur l’héritage de nos ancêtres encore un peu. L’économie peut continuer quelques temps toute seule comme un poulet sans tête, sans son noyau spirituel, car elle est très mécanisée et rodée dans ces process.

Hop ! vous appuyez sur le bouton d’une machine à laver et ça marche tout seul pendant une heure…

Mais l’économie ne survivra pas éternellement à l’affaiblissement de sa cause, c’est-à-dire à l’affaiblissement de la population française de souche qui l’a créée.

Bonne question, ça : qui a créé l’économie française ?

Les banquiers qui sont souvent des gros mégalomanes vous diront parfois qu’ils ont à eux tous seuls financé et créé la sidérurgie ou les chemins de fer.

La vérité, c’est plutôt que c’est le dur labeur des paysans au cours des siècles qui a fondamentalement accru les rendements et dégagé une main-d’œuvre qui a permis l’essor de l’industrie.

Voyez aussi ce qui se passe en Afrique du Sud. En dépit des taux de croissance nominaux flatteurs qui ne veulent pas dire grand-chose, le pays entre dans une phase de délabrement grave car les Sud-Africains d’origine européenne qui ont créé cette économie s’en vont. Un article est paru d’ailleurs sur ce thème dans le pourtant très politiquement correct The Economist : South Africa cry the beloved country.

Le totalitarisme économique de Christophe Poitou, éditions de L’Æncre, collection « À nouveau siècle, nouveaux enjeux », dirigée par Philippe Randa, 250 pages, 25 euros.

BON DE COMMANDE

Je souhaite commander :

… ex de Le totalitarisme économique (25 euros)

Les autres livres sur le même sujet :

… ex de Solutions nationales à la crise mondiale d’André Gandillon (18 euros)

… ex de Les Acteurs de la comédie politique de Nicolas Gauthier, Philippe Randa (29 euros)

… ex de Identité nationale. Du sentiment à la conscience de Jean-Michel Thouvenin (23 euros)

… ex d’Avant-Guerre. Chronique d’un cataclysme annoncé de Guillaume Faye (31 euros)

Frais postaux France et Union européenne : 5 euros (1 livre)/6 euros (2 livres)/7 euros (3 livres ou plus)

Autres destinations : 10 euros (1 livre)/15 euros (2 livres)/20 euros (3 livres ou plus)

Règlement à l’ordre de Francephi par chèque, carte bancaire, virement bancaire ou par paypal.

Nom : ..............………................

Prénom : ..............…................

Adresse : ..............….....................................

..............…............................................................

..............…..............................…...........................

..............…..............................…..............................….

Code Postal : .............………........

Ville : .............………........

Téléphone : .............….…………….………........……

Adresse internet : .............………...............……

Règlement par carte bancaire

téléphone (obligatoire pour règlement par carte bancaire) : ……

CB… Visa… MasterCard… (autres)… : ......................

numéro /__/__/__/__/ /__/__/__/__/ /__/__/__/__/ /__/__/__/__/

Expire le : /__/__/__/__/ 3 Nos code sécurité : /__/__/__/

à renvoyer à : Francephi diffusion - Boite 37 - 16 bis rue d’Odessa - 75014 Paris - Tél. 09 52 95 13 34 - Fax. 09 57 95 13 34 – Mél. diffusion@francephi.com

Commande par internet (paiement 100 % sécurisé par paypal ou carte bancaire) sur notre site www.francephi.com.

Repost 0
9 janvier 2014 4 09 /01 /janvier /2014 09:00

TRIBUNE LIBRE !

Ecrit le 8 jan 2014 à 13:38 par Claude Picard dans Poing de vue

La quenelle, la banane et le cochon

La quenelle, c’est délicieux, surtout à la sauce Nantua.

La banane, c’est nourrissant mais il ne faut pas manger la peau et ne pas la glisser sous les pieds de votre collègue.

Le cochon, c’est bien connu, tout est bon et on peut tout utiliser : le gras, le maigre, le sang, la tête, les pieds, etc.

Toute cette nourriture ne s’accommode pas forcément ensemble quoique… le porc à la banane, ça existe !

Mais bientôt, la quenelle va être interdite : c’est Manuel Valls, ministre de l’Intérieur qui nous l’annonce.

La banane, attention, il faut ne pas trop en rire : c’est Christiane Taubira, ministre de la Justice qui nous le demande gentiment.

Quant au porc, il est très mal vu dans nos cantines scolaires et nos soupes populaires, et ça, ce sont les islamistes, avec l’assentiment des socialistes, qui exigent son interdiction pure et simple.

Bref, on va nous mettre au régime. Régime sec ou régime vichyssois ?

En tout cas, toutes ces nourritures mobilisent un ministre de l’Intérieur, une ministre de la Justice et des islamistes. Dangereuse coalition et cocktail explosif (encore de la bouffe !).

Tout ceci devient risible et il vaut mieux en rire. Malheureusement, la dérive très grave contre les libertés qui se met en place nous oblige à la plus grande vigilance.

Que les socialistes manquent d’humour, ça, tout le monde s’en est rendu compte depuis longtemps ; ce qui est nouveau, c’est leur peur panique et là… attention !

Quand la bête à peur, elle mord ! Et peut encore faire mal.

Derrière tous ces mouvements d’humeur, se cache le désarroi réel d’un état-major socialiste au bord de la crise de nerf.

Confronté aux pires échecs d’une politique inconséquente dans tous les domaines – sécuritaires, économiques, culturels ou sociétaux – le gouvernement perd son sang-froid.

Bien que borné, le pouvoir est assez intelligent pour savoir que les Français sont à bout et qu’ils sont prêts à une nouvelle aventure politique… sans les socialistes. Plus jamais !

La Bérézina est annoncée pour le Parti socialiste aux prochaines élections, tant municipales qu’européennes.

Tous les observateurs le disent… un peu trop. Et là aussi, attention ! Les Français sont mûrs pour une nouvelle politique mais peut-être pas suffisamment.

Le gouvernement et ses alliés, médias et autres relais, le savent très bien et vont essayer par tous les moyens, tous les stratagèmes, de renverser la tendance : au pied du mur ils n’ont plus rien à perdre.

On commence par museler la liberté d’expression et on finit en dictature… soviétique (avec les socialistes, c’est logique). Donc, le seul moyen pour faire reculer le pouvoir dans ces tendances suicidaires, c’est l’unité.

L’unité de tous les patriotes, de gauche, de droite et d’ailleurs. Tous, sans exception, sans a priori, sans distinction de couleur de peau, de religion, de sexe ou de sexualité. TOUS !

Que tous les patriotes, attachés aux valeurs de notre civilisation, le comprennent bien : nous sommes à la croisée des chemins.

Le sort de notre civilisation est en jeu car c’est bien de cela qu’il s’agit. Le démantèlement, de l’État, de l’économie, de la famille (mariage gay et GPA), de l’intégration et de l’assimilation, est en marche pour créer une société différente, diverse et multiculturelle, où les individus n’ayant plus rien en commun à défendre, ne deviendront plus que des robots économiques, bons à faire marcher la soupe mondialiste aux mains des financiers.

Ce ne sera plus l’économie au service de l’homme, mais l’homme au service de l’économie.

C’est déjà le cas mais il nous restait un peu de liberté. Bientôt, même cela ne sera plus qu’un souvenir. Le souvenir du temps où la France était le pays des droits de l’Homme et de l’esprit des Lumières.

De profundis ?

Ah, non ! Mille fois, non !

Source :http://www.ndf.fr/poing-de-vue/08-01-2014/la-quenelle-la-banane-et-le-cochon

Repost 0
9 janvier 2014 4 09 /01 /janvier /2014 08:54

Mon billet d’humeur…

Par José CASTANO

Qu’ajouter de plus à cette perspicace réflexion de Bernard Antony ? Qui mieux que cet ancien cadre et député européen du Front National, actuel président de l’Alliance Générale contre le Racisme et pour le Respect de l’Identité Française et Chrétienne (AGRIF) pouvait analyser avec une telle objectivité la nouvelle orientation politique de ce Mouvement ?

Qui aurait pu imaginer que le FN « new look » de Marine Le pen aurait fait d’un gaulliste pur et dur le numéro deux d’un parti politique, jadis, emblématiquement adversaire de de Gaulle ? Mais il est vrai cependant que sitôt investie à la tête du FN, Marine Le pen n’hésita pas à se réclamer du « grand homme » de Colombey, allant jusqu’à réaliser une véritable captation d’héritage sous l’œil médusé ou incrédule de bon nombre de militants représentant la « vieille garde » antigaulliste.

Aujourd’hui, au grand dam de certains, à la grande satisfaction d’autres, le catéchisme gaullien est de notoriété au QG de Nanterre.

On recrute à tour de bras les « déçus » de l’UMP, du PS et autres spéculateurs arrivistes et on écarte sans le moindre ménagement les « nostalgiques de l’Algérie française » et ceux considérés désormais comme « trop radicaux »... autant de voix qui rejoignent au fil des scrutins locaux et nationaux la longue cohorte des abstentionnistes.

Et pour réussir le holdup parfait, on pousse vers la sortie les « anciens » –cadres ou simples militants- dont la loyauté ne s’est jamais démentie, pour nommer en lieu et place de « jeunes loups » représentant la « jeune vague bleu marine » sans le moindre charisme… mais redoutablement assoiffés d’ambition et de pouvoir.

C’est ainsi que dans l’Hérault, pour exemple, tous les anciens ayant fait les beaux jours du FN 34 ont quitté, désabusés, le Mouvement en voyant émerger une faune de jeunes arrivistes, opportunistes et courtisans aux « dents longues » qui n’ont de cesse de tirer vanité de « leurs bonnes relations » en se parant grossièrement des plumes du paon.

Ces roturiers, inguérissables de ne point s’extraire de leur petitesse, ont ce besoin primitif qu’ont les âmes désemparées, de réduire par tous les moyens ceux qui leur portent ombrage en les empêchant d’accéder à cette reconnaissance dont ils rêvent tant : Un statut social avec les lueurs pâles des feux de la rampe que leur permettrait d’obtenir un mandat électoral… C’est que, quand on ne sait rien faire, il faut avoir de l’ambition !...

Bonaparte, Premier Consul, soutenait que le crime le plus grave en politique était d’avoir des ambitions plus grandes que ses capacités…

Dans la 9ème circonscription de l’Hérault où, candidat FN investi, j’ai connu lors des dernières élections législatives, la délation, la démagogie et la trahison de mes « camarades » frontistes -notamment à Lunel, Mauguio et La Grande Motte- les prétendants au trône ont fait de ces localités leur laboratoire expérimental.

En ces lieux, le FN a préféré investir dans des crétins et des thuriféraires de niveau antédiluvien plutôt que dans des maréchaux d’empire sur quoi se dressent les belles aventures…

Ces courtisans dans l’âme, quémandeurs et carriéristes sans talent auxquels des petits malins ont donné un os à ronger qu’ils ne lâcheront pour rien au monde, ferment la marche d’un long répertoire de marionnettes qui remplissent les cases d’un damier sur lequel évoluent sans le moindre scrupule ces nouveaux intrigants. Ils incarnent à merveille cette race de prétendants au trône sans valeur, sans envergure, sans talent, sans charisme… Ils sont comme une velléité de pensée, un fœtus avorté de pensée, un borborygme de pensée préférant, au débat public (dont ils sont inaptes), le soliloque du miroir.

Campagne électorale aidant, ils s’actualisent au jour le jour comme la méduse au ras du flot. Ils vivotent dans l’éventuel, dans l’irréel, dégagés de tout acte supérieur à tout objet, à tout concept même.

Ils surnagent dans l’attente… dans l’attente d’une pensée, dans l’attente de la vie, dans l’attente d’une promotion usurpée… d’un succès improbable, dans l’attente de se voir, une seule fois, face à face avec leur néant et leur mauvaise odeur d’âme.

Ces arrogants qui piétinent pour mieux se hisser, sont maîtres dans l’art de louer.

Un lilliputien s’il sait se rabaisser assez, les bras chargés de lauriers, et se grandir assez pour piétiner dans les éliminatoires, se retrouve vite au premier rang du défilé sur le trottoir du 14 Juillet.

A Mauguio, Lunel et La Grande Motte, ils ne sauraient y parader…

José CASTANO

mailto : joseph.castano0508@orange.fr

« Ne craignez jamais de vous faire des ennemis ; si vous n’en avez pas, c’est que vous n’avez rien fait » (Georges Clemenceau)

Ma biographie, cliquer sur : - Ma Biographie -

Mes ouvrages, cliquez sur : -Ma Bibliographie –

Repost 0
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 17:30

Le Parti de la France / Bretagne est en forte progression en nombre d' adhérents ! le renfort de quelques cadres ( anciens Responsables Départementaux ) issue de l' ancien FN historique en sont la preuve !

Nombreux sont les responsables et militants issus de cette mouvance ( FN/Extrême Droite ) ont été écartés et rejoignent le Parti de la France .

le Parti Socialiste au pouvoir est en pleine déliquescence et apparaît de plus en plus, à tort ou à raison, incapable de gérer une situation économique et sociale qu'il n'a pas anticipée .

Le Parti de la France ne pourra plus se contenter de défendre ses positions européennes ( rétablissement des frontières, protectionnisme intelligent), d'affirmer qu'il faut combattre l'immigration clandestine, lutter efficacement contre l'islamisme radical, diminuer le train de vie de l'Etat.

Il va devoir, dans la perspective des élections régionales et cantonales de 2015 et surtout des échéances électorales de 2017, étoffer notre programme, élargir la base militante, agrandir le cercle de ses responsables nationaux, convaincre les partenaires potentiels ( Droites Patriotes ) et d'accepter d'être des compagnons de route.

Il lui faudra encore présenter une ligne véritable et claire en matière de politique étrangère.

Les responsables régionaux et les Délégué Départementaux vont devoir s'investir !

Bref, il nous reste beaucoup à faire pour être une alternative crédible de gouvernement.

Certains de nos adversaires, prisonniers des schémas politiciens imaginent que le PARTI DE LA FRANCE doit devoir choisir entre la tendance "droitière" et "extrême-droitière" pour aller plus loin dans la conquête du pouvoir.

On peut penser que cette analyse est dépassée par l'évolution de notre mouvance.

Il ne se passe pas de jour sans que les observateurs objectifs ne notent que les thèmes qui pourraient rappeler ceux de l'extrême-droite sont plus écoutées !

Que ce soit sur l' immigration, le chômage, l' économie et la préférence nationale et européenne !

Le Parti de la France est à un moment décisif de son évolution.

S'il parvient à franchir victorieusement les obstacles qui vont se dresser devant lui , l'avenir de la France peut lui appartenir.

Certains le craignent, d'autres l'espèrent.

Jean-Marie Lebraud

Site : http://jean-marielebraud.hautetfort.com/

Blog : http://pdf.bretagne.over-blog.com/

Mail : pdfbretagne@orange.fr

Tel : 06 65 61 08 62

Le Parti de la France / Bretagne est en forte progression en nombre d' adhérents ! le renfort de quelques cadres ( anciens Responsables Départementaux ) issue de l' ancien FN historique en sont la preuve !

Nombreux sont les responsables et militants issus de cette mouvance ( FN/Extrême Droite ) ont été écartés et rejoignent le Parti de la France .

le Parti Socialiste au pouvoir est en pleine déliquescence et apparaît de plus en plus, à tort ou à raison, incapable de gérer une situation économique et sociale qu'il n'a pas anticipée .

Le Parti de la France ne pourra plus se contenter de défendre ses positions européennes ( rétablissement des frontières, protectionnisme intelligent), d'affirmer qu'il faut combattre l'immigration clandestine, lutter efficacement contre l'islamisme radical, diminuer le train de vie de l'Etat.

Il va devoir, dans la perspective des élections régionales et cantonales de 2015 et surtout des échéances électorales de 2017, étoffer notre programme, élargir la base militante, agrandir le cercle de ses responsables nationaux, convaincre les partenaires potentiels ( Droites Patriotes ) d'accepter d'être des compagnons de route.

Il lui faudra encore présenter une ligne véritable et claire en matière de politique étrangère.

Les responsables régionaux et les Délégué Départementaux vont devoir s'investir !

Bref, il nous reste beaucoup à faire pour être une alternative crédible de gouvernement.

Certains de nos adversaires, prisonniers des schémas politiciens imaginent que le PARTI DE LA FRANCE doit devoir choisir entre la tendance "droitière" et "extrême-droitière" pour aller plus loin dans la conquête du pouvoir.

On peut penser que cette analyse est dépassée par l'évolution de notre mouvance.

Il ne se passe pas de jour sans que les observateurs objectifs ne notent que les thèmes qui pourraient rappeler ceux de l'extrême-droite sont plus écoutées ! que ce soit sur l' immigration, le chômage, l' économie et la préférence nationale et européenne !

Le Parti de la France est à un moment décisif de son évolution.

S'il parvient à franchir victorieusement les obstacles qui vont se dresser devant lui , l'avenir de la France peut lui appartenir.

Certains le craignent, d'autres l'espèrent.

Jean-Marie Lebraud

Site : http://jean-marielebraud.hautetfort.com/

Blog : http://pdf.bretagne.over-blog.com/

Mail : pdfbretagne@orange.fr

Tel : 06 65 61 08 62

Repost 0
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 16:55

La France vue par Newsweek –

Les Français sont vexés

TRIBUNE LIBRE !

Pepe

Nous n’avons malheureusement pas attendu Hollande pour être dans la merde.

Quatorze années sous la coupe du plus grand escroc que la France ait connu, Mitterrand, suivies de douze années sous celle d’un autre escroc de haut vol, Chirac le nullissime, qui a laissé la place à l’agité du bocal pendant cinq années, ce qui fait qu’après le quinquennat de Hollande cela fera trente-six années que nous nous enfonçons.

Il sera très dur de remonter à la surface. Il est logique que nous soyons critiqués, c’est amplement mérité, même si considérer tous les Français comme de parfaits abrutis c’est quand même faire un amalgame un peu rapide.

J’ai toujours rejeté les socialistes, les vrais du PS ou ceux déguisés en RPR ou autre UMP.

La France, politique ou industrielle, est dirigée par une minorité d’individus, dans une entreprise de 1000 salariés, 50 couillons de la CGT ou de FO font la pluie et le beau temps, en toute impunité, allez comprendre pourquoi.


La France est morte, elle s’abrutit devant la télé-réalité et avale les discours formatés de la propagande, mes compatriotes sont heureux, on pense pour eux, on décide pour eux, que demande le peuple ?

- See more at: http://www.dreuz.info/2014/01/la-france-vue-par-newsweek-les-francais-sont-vexes/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+drzz%2FPxvu+%28Dreuz%29#sthash.9tzjL6o5.dpuf

La France vue par Newsweek – Les Français sont vexés

Repost 0
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 16:43

mardi 7 janvier 2014

Réaction tardive de cocu de l'Algérie française contre Marine Le Pen et son mentor !

- See more at: http://chardon-ardent.blogspot.fr/2014/01/reaction-pathetique-des-cocus-de.html#sthash.fpyJz4NZ.frXpesRd.dpuf

Repost 0