Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 17:14

La dette de la France : Les CDS sur la Grèce déclenchés !
 
Les CDS sur la Grèce déclenchés !

 

Posted: 10 Mar 2012 05:05 AM PST


Le plan grec déjà à l’eau ?

L’ISDA, l’organisme privé qui gère les CDS, vient de décider que – finalement – ceux-ci seraient déclenchés (Les Echos, communiqué de l'ISDA) ! Il avait pourtant donné un avis contraire il y a quelques jours, s’appuyant sur le fait que les créanciers de la Grèce acceptaient « volontairement » de perdre 75 % de leur mise.

 

Sur l’insistante pression des Etats, les banques et les assurances avaient en effet accepté ce plan de restructuration, au final plus des trois quarts des investisseurs ont signé cet accord, jeudi dernier.

Quelques uns résistaient encore et Athènes, sûr de son bon droit, engageait alors des poursuites (une clause d’action collective) pour les forcer à signer.

Erreur ! L’ISDA considère désormais qu’il s’agit d’un défaut en bonne et due forme et déclenche les CDS.

 

Pour celui qui en possède, il s’agit d’une bonne affaire : son emprunt grec est remboursé à 25% par la Grèce, les 75 % restant sont payés par la banque qui lui a vendu les CDS, bingo !

Pour celui qui les paye (qui a vendu les CDS), ce n'est pas une bonne nouvelle, il faut payer immédiatement de grosses sommes d'argent (c'est de cette façon qu'AIG a fait faillite en 2008)...

Les montants en jeu seraient faibles, ce qui ne ferait pas peser de risque systémique sur le système financier.

 

Cependant les CDS sont un produit de gré à gré et l’ISDA ne connaît pas forcément tous ceux qui ont été signés…

 

Première indication lundi, mais les marchés risquent de ne pas aimer.

> Suivez l’actualité de la crise sur Facebook ou Twitter.

Philippe Herlin

Repost 0
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 15:10
Vendredi 9 mars 2012 5 09 /03 /Mars /2012 18:27

          François Hollande à la maternité des Lilas, jeudi 8 mars.

 

 A l'occasion de la Journée internationale de la femme, François Hollande a proposé lors d'un meeting à Reims (Marne), jeudi 8 mars, que tous les centres hospitaliers "puissent être dotés d'un centre d'interruption de grossesse".

 

Il a également rappelé qu'il voulait que l'IVG soit "remboursée à 100 %"

 

Quelle proposition malsaine ! C'est vraiment tout ce que le Parti Socialiste a trouvé pour fêter la journée de la femme : une culture de mort !

 

Le seul candidat qui soit pour la vie et la famille est Carl Lang, président du Parti de la France, candidat à l'élection présidentielle pour l'Union de la Droite Nationale.

 

Voici ce que Carl Lang a déclaré dans un entretien avec Jeanne Smits pour le quotidien "Présent" lors de la "Marche pour la Vie" en janvier 2012 : « Nous proposons l’abrogation de la loi Veil et son remplacement par une loi d’accueil de la vie [...] je crois qu’il faut remplacer la législation sur l’avortement par une législation de protection de la mère de famille et de protection de l’enfant ; la mise en place d’une législation d’accueil de la vie pourrait permettre de tourner définitivement le dos à une législation de la mort et de la culture de mort. »

 


Repost 0
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 13:49
Photos de Christophe Cheron

Suite à une agression ayant eu lieu le Vendredi 9 mars, a 1h15 exactement, devan...t l'école de police, voici mon état. 4x fractures au sinus gauche, avec peut-être opération à la clef, et une fracture du maxillaire gauche.

Nous étions deux, à rentrer du Bar du BEFORE, quand trois voitures s'arrètent au feu pour en direction du parc du golfe (surement le bubble), feu pour aller au au centre commercial de cliscouet.

Les 12 sont sortis de leur voiture.

Ils se sont mis à nous lancer des cailloux, nous nous sommes mis a courir et séparés.

11 d'entre eux nous ont poursuivis.

5 d’entre eux m’ont rattrapés, puis mis a terre et frappé main et pieds, seulement à la tête. Une fille qui les accompagnait les a rejoint et leur a dit d'arrêter.

Ils sont repartis en courant puis ont continué leur route.

Ce sont des lâches qui s'attaquent à plusieurs sur une seule personne, n’ont aucun honneur, et ne font ça pour aucune raison, car quand j'ai essayé de leur demander, ils n'ont rien répondu... Merci pour la violence gratuite.

Peut-être ont-ils fait ça pour se croire fort? Je dirais plutôt qu'ils sont très faible, car ils sont obligés d'être plusieurs pour accomplir leurs actes et qu'après ils n'ont pas le courage d'affronter les conséquences de leurs actes.

Merci de faire tourner ceci à grande échelle afin de peut-être pouvoir retrouver un témoignage, ou un aveu de leur part (ce qui m'étonnerai fortement vu la petitesse de leur honneur)

PS: je retourne lundi au CHU de Rennes pour savoir si j'ai besoin d'une opération. 

Repost 0
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 13:42

 

samedi, 10 mars 2012

Lire absolument : le remarquable entretien entre Carl Lang et Jérôme Bourbon dans Rivarol de cette semaine...

  Dans le numéro 3037 de Rivarol du 9 mars 2012 (actuellement en kiosques - 3,50 €), vous pourrez lire, et faire lire, le remarquable entretien entre Carl Lang, candidat de l'Union de la Droite nationale, et Jérôme Bourbon, directeur de Rivarol.

Cet entretien est ainsi résumé : "Dire des vérités qui dérangent plutôt que des mensonges qui rassurent".

Nous sommes là aux antipodes de la Blédine mariniste...

 

Foncez chez votre marchand de journaux, vous ne le regrettrez pas...

 

  4 08 /03 /Mars /2012 22:06

 

http://www.rivarol.com/Rivarol_files/3037.jpg

 

-- EXCLUSIF ! Une interview de Carl Lang, le candidat de l'Union de la Droite Nationale : "Dire des vérités qui dérangent plutôt que des mensonges qui rassurent".

Vous pouvez en lire un court extrait ci-dessous:

 

RIVAROL : Pourquoi êtes-vous candidat à l’élection présidentielle et sur quels axes programmatiques et stratégiques ?


CARL LANG : Contrairement à un cer- tain nombre de vrais-faux candidats qui ont fait un tour de piste avant d’annoncer leur retrait médiatique et médiatisé, Nihous, Boutin, Morin qui ont bénéficié pendant des mois d’une présence à la radio et à la télévision avant de se déballonner lamen- tablement et d’appeler à voter Sarkozy, je souhaite porter, comme je l’avais annoncé lors de ma déclaration de candidature le 13 septembre 2011, un projet de droite nationale et européenne, un projet de rup- ture avec toute la classe politique en place et c’ est probablement la raison pour laquelle je suis censuré par la totalité des media nationaux. Je crois que cette candi- dature de droite nationale et européenne répond à une nécessité voire à une urgence et que par ailleurs elle est crédible pour proposer au pays un projet de reconquête nationale et européenne. Cette candidature répond à un enjeu de civilisation. La ques- tion n’est pas simplement de savoir quel président de la République nous allons élire ni même de savoir si l’on choisit tel ou tel modèle de société mais si l’on opte pour tel ou tel modèle de civilisation. Dans les années qui viennent, au maximum dans les 20 ans qui viennent, selon les choix du peuple de France et des peuples d’Europe, nous saurons si nous vivrons dans une société porteuse de nos valeurs de civilisa- tion européenne et chrétienne ou si nous aurons basculé dans un modèle de civilisa- tion qui sera à des années-lumières de notre héritage, de nos traditions, de nos valeurs et de notre culture.  

 

 

-- Dans les pages internationales, Léon Camus pose cette question rhétorique : "La guerre contre l'Iran est-elle imminente?" Entrevue entre Obama et Netanyahou, mise à l'écart de la Russie via la contestation des élections, élections législatives en Iran... sous la plume de Camus, tous les éléments de l'actualité internationale récente se mettent en place pour montrer comment la guerre est à notre porte. Jim Reeves quant à lui décortique les résultats du "Super mardi" des primaires américaines.

 

-- Retrouvez comme d'habitude votre chronique de la France asservie... et résistante, par Robert Spieler.

 

-- N'oublions pas également la chronique d'Hannibal, dans laquelle il revient sur "50 ans de malheur", à savoir l'abandon de l'Algérie.

 

           ... Et bien d'autres articles, pour 3,50 euros en kiosque dès vendredi, ou 2,50 euros, en pdf depuis la boutique en ligne de RIVAROL !

Repost 0
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 09:45

France 3 : reportage sur les guerres de Vendée

Vendredi 09.03.2012

 

Résumé : « Entre 1793 et 1796, la Vendée fut le théâtre d’affrontements d’une rare violence entre des paysans insurgés et le pouvoir révolutionnaire dirigé par Robespierre.

 

170 000 Vendéens furent massacrés par les armées de la République, au point que certains historiens n’hésitent pas à employer aujourd’hui le terme de génocide !

La population Vendéenne a-t-elle fait l’objet d’une élimination méthodique et programmée ?


Que s’est-il réellement passé durant ces trois années de combat ? »

 


Reportage à visionner ici.

 

 

source : http://www.contre-info.com/

 

COMMENTAIRES   

 

 

C'est parti : demande de loi reconnaissant le génocide vendéen !
 
   
    • Pierre Premier Probablement trois connards de députés de la "droite pop" qui, s'inquiètant pour leur siège de député, se sont dit que pour se donner une bonne image droitière, conservatrice et patriote, ça ne mangeait pas de pain de proposer cette nouvelle loi mémorielle...
      Il y a 2 heures ·

    • Pierre Premier L'autre grenouille de Marseille, Boyer, qui a proposé la loi sur le génocide arménien avait la même motivation : faire parler d'elle, et tenter de plaire à l'importante communauté d'origine arménienne dans la région; ça me rappelle les malheureux harkis qui se laissent embobiner à chaque élection par les hétitiers spirituels de ceux qui les ont trahis à l'époque de l'Algérie française...
      Il y a 2 heures · · 2
    • Sébastien Derouen Effrayant. Qu'ils nous fassent un manuel d'histoire sainte laïque et républicaine, ça ira plus vite. Là, on voit bien comment une dynamique interne inhérente à la démocratie conduit insensiblement à des formes de totalitarisme, à partir de l'exigence de reconnaître la souffrance des victimes, bla bla bla.
      Il y a 2 heures ·
    • Guy Berthou toutefois il faut faire reconnaitre ce génocide et l imputer à la république
      Il y a environ une heure · · 1

    • Pierre Premier Ce n'est pas à la loi d'écrire l'histoire, mais aux historiens : il faut supprimer toutes ces lois, et laisser travailler les historiens, qui confrontent les documents et les sources...
      Il y a environ une heure · · 2

    •  
      Sébastien Derouen Il ne faut pas la faire reconnaître par la loi, qui n'a rien à faire avec la vérité en histoire. Il faut supprimer toutes les lois mémorielles, et que les historiens travaillent à rectifier les mythes historiques en tout genre, jusqu'au point où la réalité aura été restituée, dans une proportion raisonnable, dans les manuels scolaires (je dis dans une proportion raisonnable au sens où il ne s'agit pas non plus de faire des classes de collège et de lycée le lieu d'expression des dernières avancées de la recherche). La connerie typiquement droitière consiste dans le raisonnement suivant : nous sommes faibles à l'université mais forts au parlement, donc nous allons botter le cul aux savants en abusant de la loi. — Il vaudrait mieux produire des intellectuels de grande qualité qui finiraient par s'imposer par la supériorité de leurs travaux, même si c'est longtemps après leur mort, hélas…
      Il y a environ une heure ·
    • Sébastien Derouen Le problème-clef, c'est aussi la faiblesse intellectuelle consternante du « camp national »… On a beau jeu de pleurnicher sur la censure, sur l'omnipotence d'un magistère « de gauche » à l'université : force est de constater que ce dispositif social a au moins produit un résultat, c'est que presque tout ce qu'il y a d'à peu près savant, rigoureux, solide, est du côté de la défense de certaines erreurs. C'est cela qui rend la situation très épineuse. Les intellectuels ne mordent pas la main qui les nourrit, et ceux qui la mordent sont souvent ceux qu'elle ne nourrit pas, et pas seulement parce qu'ils sont « mal-pensants », mais aussi parce qu'ils sont nuls. Il faut avoir le courage de le reconnaître même si c'est douloureux.
Repost 0
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 09:32

 

« Dans quelques jours sera fêté – dans un déluge de mensonges – le cinquantième anniversaire du soi-disant « cessez-le-feu » en Algérie.


Le Renouveau français organise à Paris une manifestation « non au 19 mars 1962 » :
rendez-vous le 19 mars 2012 à 19h30, place Valhuret (en face de la gare d’Austerlitz), pour une manifestation aux flambeaux.


Le 19 mars 1962 est le premier jour d’entrée en vigueur des accords d’Evian, par lesquels la République française a abandonné la province aux terroristes du FLN pourtant vaincus militairement.

A partir de cette date présentée mensongèrement comme un « cessez-le-feu », auront lieu d’atroces massacres d’Européens et de musulmans pro-français. Des milliers d’Européens et environ 150 000 harkis seront tués sans que l’État français ne lève le petit doigt.


Pour beaucoup, les Pieds-noirs arriveront en France sans rien, leurs biens étant volés par les nouvelles autorités algériennes.
Cinquante ans après cette honte nationale, il est plus que temps de rétablir la vérité historique sur l’œuvre française en Algérie, mais aussi d’exiger justice et réparation pour les Pieds-Noirs, les harkis et tous les défenseurs de l’honneur français victimes de la répression gaulliste.


Le 19 mars 2012, retrouvons-nous à 19h30 place Valhubert (côté Jardin des plantes, en face de la gare d’Austerlitz), pour une manifestation aux flambeaux.

Manifestation autorisée par le préfecture. »

 Le Renouveau Francais soutient Carl Lang

 

source: 
http://www.renouveaufrancais.com

Repost 0
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 09:22
«Le cosmopolitisme ou la France» de Pierre Milloz
  «Le cosmopolitisme ou la France» de Pierre Milloz

Tel est le titre du dernier livre publié par Pierre Milloz, qui fut l’auteur du fameux rapport sur le coût de l’immigration, le premier du genre.

 

Cette fois cet auteur traite un sujet plus vaste. Il montre que la Vè République, rompant avec la ligne suivie par tous les régimes qui l’ont précédée, n’a pas pour politique d’affirmer la personnalité française face au monde extérieur.

Depuis les années 1970, ses gouvernants successifs s’efforcent au contraire, au nom de l’idéologie cosmopolite et de la fraternité universelle, d’estomper cette personnalité française, comme si son objectif était de fondre le pays dans l’humanité.

La préférence nationale : une évidence de la monarchie et de la République

La manière dont elle a éliminé la notion de « préférence nationale » est révélatrice. De tous temps, dans tous les pays, il a paru naturel de favoriser les nationaux par rapport aux étrangers.

En France une telle préférence a toujours existé.

Elle portait sur les droits politiques qui étaient tout naturellement réservés aux Français.

 

Elle portait aussi sur les droits civils. On n’évoquera ici que l’un des exemples cités par P. Milloz. celui de l’article 11 du Code Civil. Cet article est très intéressant car il pose explicitement le principe de la préférence nationale : il n’accorde à l’étranger d’autres droits civils que ceux dont, en vertu d’un traité, peut jouir le Français dans la nation dont relève le dit étranger. Autrement dit, en l’absence de réciprocité diplomatique, le Code Civil dénie tout droit civil à l’étranger.

 

La préférence portait enfin sur les droits publics et semi-publics (droit d’aller et venir, de travailler, de participer à la vie sociale etc. comme les nationaux). L’auteur fait ici un inventaire des innombrables textes qui depuis le XIVè siècle se sont succédé pour maintenir les étrangers dans une situation minorée (et surtout pendant la Révolution et la IIIè République).

Après 1945 l’idée cosmopolite a commencé à s’imposer

«Le cosmopolitisme ou la France» de Pierre MillozOr après 1945 l’idée cosmopolite a commencé à s’imposer. Dès 1948, la Cour de Cassation donnait de l’article 11 du Code Civil une interprétation qui revenait à l’abroger puisqu’elle décidait contre la lettre même du texte qu’ « il est de principe que les étrangers jouissent en France des droits qui ne leur sont pas spécialement refusés ».

Dans le domaine des droits publics, le retournement fut plus grave car il touche à l’âme de la Nation : en 1972 intervenait la loi Pleven, présentée comme une loi antiraciste, mais qui, sous prétexte de prohiber les discriminations, assimile le patriotisme au racisme et interdit de distinguer entre un Français et un étranger. Or interdire de distinguer entre les membres et les non-membres d’un groupement, supprimer la frontière entre le dedans et le dehors, confondre l’intérieur et l’extérieur, c’est condamner le groupement à se dissoudre dans le monde. Et en attendant la France est un pays où préférer un compatriote est un délit qui vous conduit en correctionnelle !

En matière de droits politiques aussi, le principe de la préférence nationale fut abandonné et c’était la première fois dans notre histoire : les étrangers citoyens d’un Etat de l’UE et résidant en France participent depuis 1992 à l’élection de certains de nos parlementaires (directement pour le Parlement européen, indirectement pour le Sénat).

Abandon des politiques démographiques et naturalisations massives

P. Milloz montre aussi que cette volonté de dissoudre la spécificité française s’est manifestée dans les domaines de la démographie et de la nationalité.

Le vieillissement de la population française appelait dès la fin du XIXè siècle un effort de redressement auquel la IIIè République ne se consacra qu’en 1939 avec le Code de la famille. Ce Code dont les ambitions natalistes étaient avérées eut dans les 15 années qui suivirent la fin de la guerre des résultats remarquables. Malheureusement la Vè République en affaiblit la vigueur dès les années 1960 : le pourcentage des prestations familiales sur le PIB qui était de 3,4% en 1950 était descendu à 2,2 en 1970 et à 1,9 en 2002, soit une diminution de 45%.

 

Renonçant donc à la politique énergique du Code de la Famille, nos gouvernants s’efforcent de combler notre déficit démographique en se tournant vers l’étranger. La politique des naturalisations en est une première manifestation. Limitées autrefois à quelques unités (Ancien Régime) ou à quelques milliers (débuts de la IIIè République), les naturalisations furent multipliées de 1927 à 1939 : on atteignit alors le chiffre de 50.000 par an que le régime de Vichy, qui en avait entrepris un examen rétroactif, entérina pour 97%. De 1945 à 1981, les gouvernements s’en tinrent au même ordre de grandeur. La présidence Mitterrand accrut un peu ce chiffre qu’elle porta à 62000 par an.

 

Mais ce sont les présidences de Jacques Chirac qui bouleversèrent les données du sujet puisque la moyenne annuelle fut portée à 132.000 (avec des pointes à 168.000 en 2004 et 155.000 en 2005), soit trois fois et demi le chiffre du général de Gaulle, plus du double de celui de Mitterrand. Immigration de peuplement et « intégration »

 

L’accueil fait à l’immigration actuelle est une autre manière d’atténuer la spécificité française. M. Milloz montre que le mot immigration couvre des réalités différentes. La France avait affaire avant la guerre à une immigration de travail où les femmes ne représentaient qu’une minorité, d’un effectif modéré et comprenant des populations de culture et de religion voisines des nôtres. Autant d’atouts propres à favoriser l’assimilation des arrivants.

 

Aujourd’hui il s’agit au contraire d’une immigration de peuplement où les femmes font la moitié des arrivants, dont les entrées annuelles atteignent le double de celles d’avant-guerre et dont la proximité culturelle ethnique et religieuse est faible. Et surtout on peut dire qu’il s’agit d’un de ces mouvements tectoniques de populations comme il s’en produit dans l’histoire de l’humanité.

Comme on a vu les Germains poussés par les Asiatiques menacer Rome ou les Européens déferler sur les Amériques, on voit aujourd’hui le continent africain très peuplé et relativement pauvre chercher tout naturellement dans une Europe peu peuplée un espace de vie meilleure. Il appartiendrait aux Européens d’aider l’Afrique à se développer jusqu’à éliminer la tentation du départ.

 

Mais l’idée cosmopolite refuse cette analyse. Elle prétend interpréter l’immigration des quarante dernières années comme elle interprétait les modestes arrivées de Belges, d’Italiens, de Polonais et elle entend l’encourager : le décret Chirac de 1976 instituant le droit au regroupement familial est de ce point de vue symbolique d’une politique cosmopolite de l’immigration.

C’est une politique qui ne prétend même plus rechercher l’assimilation des arrivants et souhaite seulement leur « intégration », sans jamais clairement définir cette notion et qui a pour ligne directrice d’accepter la submersion progressive de la population ancienne par une population nouvelle et la substitution future de la seconde à la première : il apparaît que d’ores et déjà les immigrés, seconde génération comprise, représentent quelque 20% de la population résidente.

L’idéologie cosmopolite : libérer l’homme en l’arrachant à son enracinement

Quelle est donc l’ultima ratio de cette idéologie cosmopolite ? Selon P. Milloz, le cosmopolitisme n’a pas spécifiquement la nation comme objectif, il ne l’atteint qu’au titre d’une ambition plus large. Il veut libérer l’homme en l’arrachant à son enracinement, en l’extrayant de son clan, en le soustrayant aux impératifs des traditions et des normes reçues des générations antérieures. Il appelle l’homme à mettre en valeur ce qu’il a de commun avec ses semblables et qui fait sa singularité et sa noblesse dans la création : sa capacité de jugement, la liberté qu’il a d’échapper aux programmes dont il est porteur.

Pour jouir de cette liberté, il lui faut échapper à la diversité des usages, notamment nationaux, et ainsi atteindre à l’universel.

Quoi qu’il en dise, le cosmopolitisme vise ainsi une dépersonnalisation de la société des hommes : la nation n’est pas seule visée par cette pensée, le sont aussi bien d’autres aspects de l’activité humaine. P. Milloz montre notamment comment l’idée cosmopolite peut influer sur la création artistique (musique, architecture, peinture) en la privant de tout enracinement et en la portant à l’abstraction.

 

Cette forme de pensée, si on revient à l’organisation sociale, a pour objectif fondamental d’obtenir le déracinement (qu’elle estime libérateur) de l’homme en rompant le lien de filiation ou plus exactement en contestant la signification que l’humanité attribue depuis ses origines à ce lien, c’est à dire en brisant la solidarité entre les générations. P. Milloz cite entre autres une phrase d’un conseiller de l’actuel président de la République très représentative de ce courant de pensée et qui contribue à expliquer l’évolution de la politique de la France depuis une quarantaine d’années : « En République, la filiation est juridique et non biologique ».

 

L’ouvrage de P. Milloz original par ses recherches historiques l’est donc aussi par le souci d’expliquer la politique contemporaine par une analyse de la philosophie cosmopolite.

 

Par Guillaume Bénec’h


*** Pierre Milloz Cosmopolitisme ou la France, éd. Godefroy de Bouillon, 2011 – 236 pages, 24 €

 

 

Source Polémia.
Repost 0
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 09:18

 

« Il y a un choix de civilisation à faire » 

Publié le vendredi 09 mars 2012 à 14H00 - Vu 39 fois

Carl Lang (au centre) s'oppose au « gaucho-lepénisme » de Marine Le Pen à qui il reproche d'être « plus à gauche que le PS et le modem de François Bayrou ». (A gauche, Thomas Joly secrétaire général du Parti de la France, à droite, un représentant du Mouvement national républicain).

Carl Lang (au centre) s'oppose au « gaucho-lepénisme » de Marine Le Pen à qui il reproche d'être « plus à gauche que le PS et le modem de François Bayrou ».

 

(A gauche, Thomas Joly secrétaire général du Parti de la France, à droite, un représentant du Mouvement national républicain).


AISNE - Ancien frontiste, Carl Lang, candidat de l’Union de la droite nationale, de passage mardi à Saint-Quentin, ne veut pas d’un « peuple français minoritaire. »

 

Au fil de la campagne présidentielle, Saint-Quentin s'affirme comme une ville de passage prisée pour les « petits candidats ». Après Nicolas Dupont-Aignan, (Debout la république), Nathalie Arthaud (Lutte ouvrière), Jacques Cheminade (Solidarité et progrès), Carl Lang, président du Parti de la France a tenu une conférence de presse à l'espace Matisse mardi… au lendemain de la visite de Nicolas Sarkozy à l'établissement public d'insertion de la Défense (Epide).


Ancien numéro trois du Front national, Carl Lang avait été exclu du parti fondé par Jean-Marie Le Pen lors des élections européennes de 2009, car il présentait dans la circonscription Nord-ouest une liste dissidente de celle menée par Marine Le Pen.


Dans la foulée, il crée le Parti de la France, toujours bien ancré à l'extrême droite, « seule représentante de la droite nationale européenne » qui veut répondre à la « triple colonisation, financière, migratoire, et islamique ».
Opposé à une sortie de l'euro - contrairement à Marine Le Pen « qui n'aurait que des inconvénients immédiats », il est le candidat de l'Union de la droite nationale qui rassemble le parti de la France, le Mouvement national républicain (MNR), et la Nouvelle droite populaire. A noter qu'Yvan Bendetti, président de l'Œuvre française - mouvement nationaliste qui prône « la France aux Français » et veut que l'économie, la finance, et même la presse « soit aux mains de Français authentiques, serviteurs de la patrie et non de Bruxelles et Washington ou Jérusalem » - le soutient.

 

Vous marchez dans les pas de Nicolas Sarkozy qui a visité l'Epide de Saint-Quentin, lundi. Simple hasard de calendrier ?
C'est un hasard de calendrier. Je devais venir la semaine dernière au départ, et j'ai dû reporter, de toute façon, je ne cale pas mon agenda par rapport aux candidats du système.

 

Pour Nicolas Sarkozy, « Le premier sujet de préoccupation des Français, c'est cette question de la viande halal » Vous êtes d'accord ?
La question de la viande halal est secondaire, c'est la question de l'islamisation, de l'identité française et européenne. Il faut répondre à cette question à travers l'islamisation de la France et de l'Europe. Il y a un processus révolutionnaire d'une certaine communauté qui veut imposer son bloc culturel selon l'Islam et s'organiser selon les règles de la charia.

 

Par contre, vous êtes exactement sur la même ligne que le président de la République qui s'oppose au droit de vote des étrangers.
Le droit de vote doit rester accessible aux nationaux, car le peuple reste souverain, c'est un élément qui n'est pas négociable.

 

C'est donc un point de convergence avec Nicolas Sarkozy…
- Thomas Joly, semblant légèrement excédé, prend la parole.
Oui, enfin quand on voit le nombre de fois où il a changé d'avis…

 

Sur le site internet de votre parti vous déclarez « si la volonté de décolonisation n'est pas portée par le peuple français, la France sera dans 20 ans à l'image de la Seine-Saint-Denis. Vous trouvez qu'il y a trop d'immigrés en Seine-Saint-Denis ?
Il y a un choix de civilisation à faire, et moi, j'assure que nos valeurs ne sont pas compatibles à celles portées par la charia.

 

Qu'est-ce que vous répondez aux personnes qui accusent l'extrême droite de tenir des propos racistes ?
Si on ne change pas de politique, le Français ne sera plus maître chez lui, le peuple français sera minoritaire. Il est important de savoir si la France veut rester française.

 

En fin de semaine dernière, vous indiquiez à la presse nationale disposer de 380 parrainages, et aujourd'hui ?
Nous en sommes à 400.

 

Si vous n'arrivez pas à vous présenter, vous appellerez à voter Marine Le Pen ?
Très probablement, si nous ne sommes pas présents, nous ne laisserons pas la démocratie confisquer par les partis. Nous ne donnerons pas de consignes, car nous ne nous retrouvons pas dans le discours de Marine Le Pen.

 

 

Source et publication : Propos recueillis par Jérôme POINSU /

Repost 0
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 09:12

Parrainages. Plus qu'une semaine pour rassembler 500 signatures


Le compte à rebours a commencé pour les candidats qui n'ont pas encore rassemblé les 500 parrainages d'élus nécessaires pour pouvoir se présenter au premier tour de la présidentielle : il ne leur reste qu'une semaine, jusqu'au 16 mars à 18 h 00, pour rassembler les précieux sésames.



Nathalie Arthaud et Jacques Cheminade ont déjà déposé leurs signatures

Si Nathalie Arthaud (Lutte ouvrière) et Jacques Cheminade, un candidat indépendant, ont déjà déposé leurs parrainages au Conseil constitutionnel, Marine Le Pen, pourtant placée 3e dans les sondages après François Hollande (PS) et Nicolas Sarkozy (UMP), dit qu'il lui en manque encore une trentaine.

Les choses sont aussi compliquées pour l'écologiste Corinne Lepage (Cap21), pour Carl Lang, candidat de l'Union de la droite nationale (UDN) qui fédère plusieurs mouvements d'extrême droite, et même pour l'ancien Premier ministre, Dominique de Villepin.

En revanche, Jean-Luc Mélenchon, Eva Joly, François Hollande, François Bayrou et Nicolas Sarkozy sont assurés d'avoir leurs parrainages.


Marine Le Pen est «inquiète»

« Je cherche, je trouve difficilement », a déclaré jeudi Mme Le Pen en faisant ses comptes. La veille, elle s'était dit « inquiète », expliquant sur Twitter qu'elle venait de passer « 3 heures au téléphone » avec des maires.      

Marine Le Pen s'inquiète de ne pas pouvoir réunir ses 500 parrainages depuis plusieurs semaines. Elle s'était adressée au Conseil constitutionnel pour demander un rétablissement de l'anonymat des parrainages, mais la haute juridiction l'a déboutée le 21 février.

La présidente du Front national a cependant concédé que la situation était proche de celle rencontrée par son père, Jean-Marie Le Pen, lors de la présidentielle de 2007. Il avait fini par recueillir 507 signatures.


Des petits candidats en difficulté

Des petits candidats rencontrent les mêmes difficultés. Selon le « M. Parrainages » de Carl Lang, Fernand Le Rachinel, « on a passé les 400, c'est pas évident, mais c'est pas perdu ».


Pour Nicolas Dupont-Aignan, « c'est une certitude à 99,9 %, mais je ne les ai pas encore ».

Dominique de Villepin dit avoir « dépassé les 450 ».


« C'est sur le fil », a confié Mme Lepage, faisant état cependant de difficultés : « J'ai des retraits considérables et je sais qu'il y a des pressions de l'appareil vert sur l'appareil socialiste pour m'empêcher d'avoir des signatures », a-t-elle accusé. « Je rencontre aussi une palanquée de maires abstentionnistes, qui disent qu'ils ne font pas de politique, ce que je trouve préoccupant pour la vie politique ».

 

« Enfin je trouve étrange qu'un candidat 'sulfureux' comme Jacques Cheminade fasse le plein des signatures ».

 


Treize candidats ?

A une semaine de l'échéance - avant que la liste définitive des candidats soit annoncée le 19 mars par le Conseil constitutionnel -, on dénombrait vendredi onze candidats potentiellement sur la ligne de départ au nom d'un parti comptant sur l'échiquier politique).

 

Il s'agit de Nicolas Sarkozy (UMP), François Bayrou (MoDem), Dominique de Villepin (ex-UMP, République solidaire), Nicolas Dupont-Aignan (ex-UMP, Debout la République), Corinne Lepage (Cap21), Marine Le Pen (FN), François Hollande (PS), Eva Joly (EELV), Jean-Luc Mélenchon (Front de Gauche), Nathalie Arthaud (L0), Philippe Poutou (NPA), Jacques Cheminade (Solidarité et Progrès), Carl Lang (Parti de la France). 

 

source et publication:     http://presidentielle2012.ouest-france.fr/actualite/plus-quune-semaine-pour-rassembler-500-signatures-09-03-2012-528

Repost 0
9 mars 2012 5 09 /03 /mars /2012 18:13
Vendredi 9 mars 2012 5 09 /03 /Mars /2012 17:30

http://parfum-discount.org/wp-content/uploads/2011/07/parfum-guerlain-insolence.jpg

 

 

Faut-il créer une cellule psychologique de soutien pour les trois pauvres hères victimes des foudres du parfumeur ?


Sans doute, car après avoir sous-entendu sur le plateau d'une Elise Lucet hilare que les nègres étaient paresseux, voilà qu'il a déclaré que la France était un pays de merde (jusque là, ça va) et que ... "en plus on n'est servi que par des immigrés".


"Choqués", c'est le mot du Figaro, les trois témoins de cet accès de colère (Guerlain, en retard, s'est vu refuser l'accès à l'Eurostar) ont bien entendu porté plainte.

 

Espérons qu'ils se remettront vite de cet horrible drame.

Repost 0