Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 13:52

mercredi, 29 janvier 2014

URGENT : Béatrice Bourges victime de pressions policières

Communiqué de Jour de Colère cliquez ici :

URGENT : Depuis hier soir, la police a reçu l’ordre d’empêcher Béatrice Bourges, et une autre personne venue se joindre à son jeûne pour la France, de poursuivre leur action.

Entraves à la liberté de déplacement, pressions psychologiques, privation de sommeil ont été leur lot pendant toute la soirée et la nuit.

Cette situation est intolérable !

Malgré cela, elles ont toutes deux rejoint ce matin la Place Edouard Hérriot, à proximité immédiate de l’Assemblée Nationale, où elles entendent rester toute la journée.

Les députés sont aujourd’hui dans l’hémicycle. Ils doivent intervenir !

Nous vous demandons dès maintenant d’envoyer un mail ou même d’appeler au téléphone (standard téléphonique : 01 40 63 60 00, puis demander à parler à l’assistant parlementaire de votre député) pour enjoindre votre député de sortir du Palais Bourbon aujourd’hui et aller rencontrer Béatrice Bourges, pour parler avec elle et entendre le message qu’elle adresse, à travers son jeûne, à la représentation nationale.

Il y a URGENCE.

Le gouvernement cherche à étouffer la voix des Français en colère.

Merci de votre mobilisation immédiate auprès de votre député.

L’équipe de Jour de Colère

PS : Vous pouvez aussi appeler l’attention de la presse sur ce qui se passe aujourd’hui à Paris, digne de Kiev et bientôt de Damas.

Envoyez un mail aux rédactions, commentez les articles qui parlent de notre action (retrouver la liste en tapant « Béatrice Bourges » sur Google news : https://news.google.fr/).

Faites aussi pression sur les journalistes. Merci.

12:36 Publié dans Combat nationaliste et identitaire

Repost 0
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 12:46

INFO OU INTOX ???

C'est à Berry-Bouy, à côté de Bourges, que la grand-mère de Julie Gayet, Ortense Gayet habite, une maison coquette, depuis 1953.

Discrète, Ortense, âgée de 85 ans, a gardé dans le regard cette malice qui fait d'elle une grand-mère audacieuse et ouverte sur le monde d'aujourd'hui.

Toutefois, un voile balaie son visage.

Car ce qu'elle a entendu à la radio, à la télévision et ce qu'elle a pu lire, depuis 5 heures du matin, sur son I.Pad, a rempli sa matinée d'une imposante couche nuageuse."Ma petite fille est une femme libre, comme je ne l'ai pas été. Elle a parfaitement le droit d'avoir une vie privée. D'ailleurs François Hollande m'a offert une boîte de chocolat, à Noël."

La boîte en question, achetée dans une célèbre chocolaterie parisienne, a fait un drôle de voyage jusqu'à Berry-Bouy ! "Quelqu'un a sonné à ma porte, deux hommes en costume m'ont demandé si j'étais bien Mme Gayet. J'ai répondu oui et ils m'ont tendu la boîte emballée dans un très joli papier cadeau. L'un des deux hommes m'a juste dit, de la part du Président. Je lui ai répondu : dites-lui que le pot-au-feu sera prêt."

La grand-mère de Julie Gayet qui refuse de s'immiscer dans la vie de sa petite fille, avoue avec une moue amusée que "le Président est venu jusqu'ici.Dans ma maison. Julie m'avait averti qu'elle souhaitait me présenter quelqu'un mais qu'elle arriverait très tard, peut-être même dans la nuit. Comme elle a une clef de la maison, je me suis couchée et elle est venue me réveiller, en pleine nuit. Je me suis quand même apprêtée et quand je suis entrée dans le salon, il était assis dans le canapé. Il avait apporté des croissants et Julie a fait du café."

Ortense est intarissable. "Quand je l'ai vu, je me suis exclamé, mais c'est le Président ! Julie m'a dit oui, Mamie, c'est lui."Je me suis assise à ses côtés et nous avons parlé des atouts de la France et du sourire de Julie, de cuisine et de politique.

A Berry-Bouy, personne n'est au courant de la visite impromptue du chef de l'Etat. Un convoi de trois voitures a traversé le village au coeur de la nuit pour se garer hors de portée de vue des habitants. Plusieurs hommes ont discrètement quadrillé le secteur et ouvert la route, à pied, à François Hollande et Julie Gayet, nous raconte Ortense, d'après le récit de sa petite-fille.

"Le Président est resté deux heures environ, le temps de discuter, de se poser et de visiter la chambre que Julie a conservé ici." Si Ortense accepte de parler à la rédaction deLerrybeRit.fr, c'est parce que la presse a maintenant révélé le secret qu'elle gardait précieusement pour elle. "Désormais, explique Ortense, il semble délicat que le Président revienne me rendre visite. Toutefois, s'ils ont besoin de se cacher..."

Ortense continue de regarder, minute par minute, sur sa tablette, l'évolution de l'histoire aujourd'hui révélée entre sa petite-fille et le Président de la République. "Il m'a raconté toute une série d'histoire drôles et je serai bien en peine de vous les répéter toutes."

Ortense, le sourire aux lèvres, nous livre une dernière confidence : "il m'a promis de me faire visiter l'Elysée ! Je lui ai promis de lui cuisiner un pot-au-feu."

===============================Commentaire :

Les chocolats, les croissants, les 3 voitures d'escorte, tous ces frais payés avec l'argent des contribuables, ça ne fait pas vraiment partie de la "vie privée".

Le julot ne se prive de rien !

En plus, il traîne la nuit, ce n'est pas étonnant qu'il ne fasse rien de bon dans la journée !

Merci Jean-Claude G.

Repost 0
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 12:34

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/01/26/01016-20140126ARTFIG00134

-quand-les-professeurs-peinent-a-enseigner-la-shoah.php

Quand les professeurs peinent à enseigner la Shoah

Des élèves contestent l'évocation du génocide juif. L'affaire Dieudonné a

ravivé un antisémitisme latent.

Avec l'affaire Dieudonné, une digue morale vient de sauter dans les

établissements scolaires, selon certains enseignants interrogés par "Le

Figaro". "La Shoah, j'en suis gavé depuis la classe de troisième. Entre les

émissions de télé, les séries, l'école, on ne parle que de ça. Moi, ça me

fait du bien d'en rire avec Dieudonné."

Voici ce qu'a entendu la semaine dernière un professeur d'histoire parisien lors d'un cours consacré à la Seconde Guerre mondiale.

"Pourquoi parle-t-on tout le temps du génocide juif

et pas du génocide rwandais ou cambodgien?", écrit une élève à la fin d'un

devoir d'histoire sans vouloir réaliser, apparemment, qu'elle vit en France.

Le mois dernier, une enseignante, professeur contractuelle

d'histoire-géographie dans un lycée de Saint-Priest (Rhône), a déposé

plainte en raison d'attaques à caractère antisémite de ses élèves. Elle

s'est ainsi entendu dire: "On ne veut pas d'une juive comme professeur dans

notre classe."

Sur certaines photos de classe abondamment médiatisées, des élèves font,

depuis deux ans environ, le signe de ralliement à Dieudonné, la "quenelle",

ce geste que le ministre de l'Intérieur a récemment qualifié d'antisémite

mais que les élèves revendiquent plutôt comme "antisystème". Déjà en 2009,

alors qu'un enseignant de mathématiques du Blanc-Mesnil avait été la cible

d'une inscription anti-juive, la conseillère principale d'éducation du lycée

y voyait l'influence de Dieudonné: "Son auteur aurait été influencé par des

idées véhiculées dans les banlieues, et par le polémiste qui y fait parfois

figure d'idole", estimait-elle.

"Dans certains endroits, il est difficile d'enseigner tout court, ce

sont ces endroits où les élèves sont trop éloignés de l'école. Ailleurs, il

n'y a pas de difficulté spécifique à enseigner la Shoah", estime toutefois

Sophie Ernst, professeur de philosophie, enseignante dans le Val-de-Marne.

Avant la forte médiatisation du bras de fer mené par Manuel Valls pour

annuler la nouvelle tournée de Dieudonné, avance-t-elle, "une bonne moitié

d'élèves" n'avaient jamais entendu le nom du personnage. "Depuis, certaines

voix se sont élevées pour dire qu'on en parlait beaucoup parce que les juifs

étaient visés."

"Aujourd'hui, la mémoire est devenue l'affaire de chaque communauté

souffrante. Chacun réclame son droit à l'histoire", regrette la philosophe

qui propose de réinscrire l'enseignement de la mémoire dans celui de la

morale laïque. "On a communautarisé la mémoire, alors que la visée aurait dû

rester universaliste."

Rapportant les propos de professeurs démunis face à l'affaire Dieudonné,

Vincent Peillon estime que "cette situation n'est pas tolérable".

L'enseignement de la Shoah doit-il être remis en question? Pour nombre

d'historiens, on a trop souvent considéré l'évocation de cette période de

l'histoire comme un moyen de lutter contre l'antisémitisme. Au risque de

mélanger les genres. Cet enseignement a aujourd'hui adopté une approche

résolument scientifique.

Mais pour Iannis Roder (*), professeur d'histoire en Seine-Saint-Denis et formateur au Mémorial de la Shoah, des progrès considérables restent à faire.

Les professeurs qu'il voit passer - environ 1 000 par an - viennent

rechercher des contenus. "Le discours public laisse à penser que l'on

connaît tout sur cette période.

Nous sommes abreuvés de Shoah, mais les choses sont mal dites." Iannis Roder combat ce qu'il appelle "la pédagogie de l'horreur". "En choquant, on paralyse la pensée", poursuit celui qui

bannit le film "Nuit et Brouillard" pourtant souvent diffusé en classe de

troisième ainsi que "les pèlerinages doloristes à Auschwitz".

D'aucuns estiment même que ces voyages pensés comme des vaccins antiracistes sont un ratage complet. "Il faut entrer dans cette question par le nazisme, par la

politique.

Si les souffrances ne peuvent être comparées, les systèmes politiques peuvent l'être", résume l'enseignant qui entend ainsi couper court aux interrogations communautaristes classiques formulées par certainsélèves(*) L'un des auteurs de l'ouvrage "Les territoires perdus de la République",paru en 2002.

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/01/26/01016-20140126ARTFIG00134

-quand-les-professeurs-peinent-a-enseigner-la-shoah.php

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/01/26/01016-20140126ARTFIG00134
-quand-les-professeurs-peinent-a-enseigner-la-shoah.p
hp

Quand les professeurs peinent à enseigner la Shoah

Des élèves contestent l'évocation du génocide juif. L'affaire Dieudonné a
ravivé un antisémitisme latent.
Avec l'affaire Dieudonné, une digue morale vient de sauter dans les
établissements scolaires, selon certains enseignants interrogés par "Le
Figaro". "La Shoah, j'en suis gavé depuis la classe de troisième. Entre les
émissions de télé, les séries, l'école, on ne parle que de ça. Moi, ça me
fait du bien d'en rire avec Dieudonné." Voici ce qu'a entendu la semaine
dernière un professeur d'histoire parisien lors d'un cours consacré à la
Seconde Guerre mondiale. "Pourquoi parle-t-on tout le temps du génocide juif
et pas du génocide rwandais ou cambodgien?", écrit une élève à la fin d'un
devoir d'histoire sans vouloir réaliser, apparemment, qu'elle vit en France.
Le mois dernier, une enseignante, professeur contractuelle
d'histoire-géographie dans un lycée de Saint-Priest (Rhône), a déposé
plainte en raison d'attaques à caractère antisémite de ses élèves. Elle
s'est ainsi entendu dire: "On ne veut pas d'une juive comme professeur dans
notre classe."
Sur certaines photos de classe abondamment médiatisées, des élèves font,
depuis deux ans environ, le signe de ralliement à Dieudonné, la "quenelle",
ce geste que le ministre de l'Intérieur a récemment qualifié d'antisémite
mais que les élèves revendiquent plutôt comme "antisystème". Déjà en 2009,
alors qu'un enseignant de mathématiques du Blanc-Mesnil avait été la cible
d'une inscription anti-juive, la conseillère principale d'éducation du lycée
y voyait l'influence de Dieudonné: "Son auteur aurait été influencé par des
idées véhiculées dans les banlieues, et par le polémiste qui y fait parfois
figure d'idole", estimait-elle.
"Dans certains endroits, il est difficile d'enseigner tout court, ce
sont ces endroits où les élèves sont trop éloignés de l'école. Ailleurs, il
n'y a pas de difficulté spécifique à enseigner la Shoah", estime toutefois
Sophie Ernst, professeur de philosophie, enseignante dans le Val-de-Marne.
Avant la forte médiatisation du bras de fer mené par Manuel Valls pour
annuler la nouvelle tournée de Dieudonné, avance-t-elle, "une bonne moitié
d'élèves" n'avaient jamais entendu le nom du personnage. "Depuis, certaines
voix se sont élevées pour dire qu'on en parlait beaucoup parce que les juifs
étaient visés."
"Aujourd'hui, la mémoire est devenue l'affaire de chaque communauté
souffrante. Chacun réclame son droit à l'histoire", regrette la philosophe
qui propose de réinscrire l'enseignement de la mémoire dans celui de la
morale laïque. "On a communautarisé la mémoire, alors que la visée aurait dû
rester universaliste."
Rapportant les propos de professeurs démunis face à l'affaire Dieudonné,
Vincent Peillon estime que "cette situation n'est pas tolérable".
L'enseignement de la Shoah doit-il être remis en question? Pour nombre
d'historiens, on a trop souvent considéré l'évocation de cette période de
l'histoire comme un moyen de lutter contre l'antisémitisme. Au risque de
mélanger les genres. Cet enseignement a aujourd'hui adopté une approche
résolument scientifique. Mais pour Iannis Roder (*), professeur d'histoire
en Seine-Saint-Denis et formateur au Mémorial de la Shoah, des progrès
considérables restent à faire.
Les professeurs qu'il voit passer - environ 1 000 par an - viennent
rechercher des contenus. "Le discours public laisse à penser que l'on
connaît tout sur cette période. Nous sommes abreuvés de Shoah, mais les
choses sont mal dites." Iannis Roder combat ce qu'il appelle "la pédagogie
de l'horreur". "En choquant, on paralyse la pensée", poursuit celui qui
bannit le film "Nuit et Brouillard" pourtant souvent diffusé en classe de
troisième ainsi que "les pèlerinages doloristes à Auschwitz". D'aucuns
estiment même que ces voyages pensés comme des vaccins antiracistes sont un
ratage complet. "Il faut entrer dans cette question par le nazisme, par la
politique. Si les souffrances ne peuvent être comparées, les systèmes
politiques peuvent l'être", résume l'enseignant qui entend ainsi couper
court aux interrogations communautaristes classiques formulées par certains
élèves.
(*) L'un des auteurs de l'ouvrage "Les territoires perdus de la République",
paru en 2002.

Repost 0
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 10:47

Ce morceau de bravoure vaut d' être vu …

vous ne le verrez pas à la télé !

François Hollande, humilié par un député à l' assemblée nationale …

La vidéo est excellente,

Même Najat Vallaud-Belkasem rigole … !

Si vous avez quelques instants, regardez et écoutez cette vidéo,

c'est un régal … !

BRAVO Mr le député !

A noter que Mr Bartelone, Président de l'Assemblée Nationale, abasourdi par cette diatribe,ne réagit que tardivement, et ce sur le conseil d'un huissier... qui lui a soufflé 3 mots a l'oreille...!

C’ est juste la vidéo d' un député qui reprend les 7 jours de la création biblique

et en fait les sept jours de la présidence de notre président ! il a du cran ! et il faut que ça circule, car vous ne l'entendrez pas aux JT, ni sur la Chaîne Parlementaire !

Nos médias et journalistes tiennent trop à leur déduction fiscale de 40 %

http://www.youtube.com/watch?v=HITjlPZe_Dk

Merci Marc A.

Repost 0
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 10:14

L’UMP n’est pas à la hauteur des enjeux

Posted: 27 Jan 2014 02:37 AM PST

L’UMP réunissait son Conseil national ce samedi 24 janvier.

Il s’agissait notamment de valider ses "mesures d’urgence pour redresser l’économie française" et qui avaient été présentées le 18 décembre dernier.

Il y a de bonnes idées comme la fin des 35 heures, la fusion du CDI et du CDD, ainsi que diverses mesures de simplification administrative.

Mais cela reste un peu léger face à la gravité de la situation.

On y lit de bonnes intentions comme la fin de l’emploi à vie dans la fonction publique (mais d’ampleur très limitée car les nouveaux entrants "pourront choisir la voie contractuelle", non, il faut que ce soit obligatoire) ou la cession de logements sociaux (mais sans remettre en cause la loi SRU qui oblige à construire 20% de logements sociaux dans les communes).

On y trouve aussi de belles promesses comme réduire les dépenses publiques de 130 milliards mais sans que soit précisé les moyens d’y parvenir… Il y a aussi, en contradiction avec la volonté affichée de faire des économies, un pur jeu de bonneteau : baisser les charges sociales pesant sur le travail en supprimant les cotisations famille (idée reprise par Hollande !), cette baisse de recette étant compensée par une hausse de la TVA, pompeusement appelée "TVA anti-délocalisation".

Malgré tout, ce timide programme a été jugé trop libéral par Alain Juppé et François Baroin, on croit rêver.

Sur les questions de société c’est encore pire, Hervé Mariton "a dû reporter ses propositions en faveur de la famille" selon Le Hufftington Post : "Je me suis incliné devant le sentiment majoritaire : l'UMP a considéré qu'il ne fallait pas cliver trop fort"
.

On est heureux d’apprendre que la famille est un sujet "clivant" au sein de l’UMP… Il est vrai que Jean-François Copé, après avoir manifesté contre le "mariage pour tous", a déclaré qu’il n’avait jamais été opposé au mariage homosexuel, et que François Fillon confirme qu’il ne veut pas abroger la loi Taubira.

L’UMP n’est vraiment pas à la hauteur des enjeux, raison de plus pour se retrouver en masse à La Manif Pour Tous ce dimanche à Paris ou à Lyon, et aussi, pour ceux qui le souhaitent, de m’aider à faire progresser les idées libérales-conservatrices au sein de cette formation qui en a bien besoin.

> Suivez ma revue de presse économique et mon actu sur Facebook ou Twitter

Philippe
Herlin

Repost 0
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 09:53

Ecrit le 28 jan 2014 à 15:20 par Eric Martin dans Nos brèves

Lutte contre la théorie du genre à l’école : 20% des enfants de Meaux étaient absents des classes ce lundi

Selon Le Parisien, 20% des enfants scolarisés à Meaux n’ont pas été accompagnés à l’école ce lundi.

Tous seraient des petits musulmans dont les parents, sensibilisés par Farida Belghoul (une figure des mouvements anti-racistes des années 80 et fondatrice du collectif« Journée de retrait de l’école »), demandent l’interdiction de la théorie du gender à l’école.

Le principe de cette initiative inédite ? Retirer ses enfants de l’établissement une fois par mois et expliquer dans leur carnet de correspondance pourquoi.

Surtout, le faire dans la mesure du possible en coordination avec d’autres parents du même établissement si possible.

L’objectif ? Ambitieux, il est d’obtenir l’interdiction de la théorie dugender à l’école.

Il y a du pain sur la planche quand on sait que la propagande homosexuelle, pratiquée dans 600 écoles cette année, doit être généralisée dans tous les établissements scolaires à partir de la rentrée 2014.

Évidemment, le pouvoir tente de faire croire que le programme ABCD n’a rien à voir avec le lobby homosexuel et la théorie du genre : « Il y a un certain nombre de parents qui ont été inquiets et qui se sont laissés prendre par cette rumeur complètement mensongère.

Il n’y a pas de théorie du genre enseignée à l’école. Je veux rassurer les parents : ne vous inquiétez pas, c’est une éducation à l’égalité fille-garçon et rien de plus », a ainsi affirmé sur Europe 1 Vincent Peillon, qu’on a connu plus franc, plus explicite.

Et les médias mainstream (Europe 1, Le Parisien, etc.), que l’on sait infestés par le lobby gay, d’abonder dans son sens en évoquant « une rumeur ».

Comme nous, Farida Belghoul pense que le ministère de l’Éducation nationale devrait s’appeler ministère de l’Instruction publique et que l’État n’a pas à éduquer nos enfants.

Soutenons son initiative et, une fois par mois, retirons nous aussi nos enfants des écoles publiques.

Source : http://www.ndf.fr/nos-breves/28-01-2014/lutte-contre-la-theorie-du-genre-lecole-20-des-enfants-de-meaux-etaient-absents-lundi

Repost 0
28 janvier 2014 2 28 /01 /janvier /2014 07:04

Modalités de règlement

Adhésions :

  • Adhésion simple : 30 €
  • Adhésion de soutien : 50 €
  • Bienfaiteur : 100 € (ou plus)

Trois modes de règlement possibles : espèces, chèque ou virement, (le virement peut être mensuel ou trimestriel mais ne peut être inférieur à dix euros).

IMPORTANT : pour obtenir un reçu fiscal, (réduction d'impôt de 66%), il faut effectuer le règlement à l'ordre de Mme Myriam BAECKEROOT mandataire financier du P.D.F. (Parti de la France)

  • adhésion sans reçu fiscal :
    • chèque à l'ordre de : "Le Parti de la France"
    • virement à l'ordre de : "Le Parti de la France"
      Banque LCL 30002 00453 0000008220U 92 Paris Anjou
      (déclaration préfecture des Yvelines le 12/01/0
      9)
  • adhésion avec reçu fiscal ou don: attention les espèces ne donnent pas droit à un reçu fiscal
    • Les dons sont plafonnés à 7500 euros par personne et par an.
    • Les dons sont interdits aux personnes morales.
    • chèque à l'ordre de : "Mme Myriam BAECKEROOT mandataire financier du PDF"
    • virement à l'ordre de : "Mme Myriam BAECKEROOT mandataire financier du PDF"
      Banque LCL 30002 00453 0000691807 F 22 Paris Anjo
      u

Bulletin papier

» Bulletin d'adhésion au format PDF, à télécharger et à imprimer. Une fois complété, renvoyer le bulletin à l'adresse suivante :

Le Parti de la France
6, Allée des Templiers
78860 Saint Nom La Br
etèche

Tel : 09 67 17 81 36 - Fax : 01 41 10 81 36
Email : lepdf@orange
.fr

APPEL AUX DONS

Repost 0
27 janvier 2014 1 27 /01 /janvier /2014 18:40

Jour de colère dans Paris

Lundi 27/01/2014

Dimanche, de la Bastille aux Invalides, c’était Jour de colère.

Alors ils sont tous venus, la carpe et le lapin, de Sarcelles à Versailles, avec leur colère en bandoulière, sous une pluie assortie à leur humeur.

17.000 selon la police, 160.000 selon les organisateurs. Des organisateurs que personne ne connaît. Car aucun parti politique, aucun mouvement d’envergure, ni bonnets rouges ni LMPT, n’a appelé à manifester.

Le succès n’en est que plus inattendu, déconcertant, inquiétant… À cette manif un peu foutraque, pas de « tenue correcte », ni de carton d’invitation exigé à l’entrée.

On y vient dans son jus, comme on est, avec la pancarte qu’on s’est bricolée sur un coin de table. Suffit d’être en colère. C’est le principe.

Beaucoup de jeunes, énormément de jeunes. Derrière la banderole « lycéens et étudiants en colère », il y a les Hommen. Une trentaine de jeunes gens marchent symboliquement enchaînés par un homme casqué en scooter… Au-dessus de leur pantalon coloré, ils sont torse nu, certains grelottent, mais ils crient pour se tenir chaud.

Dans la foule qui marche, les slogans sont souvent drôles, parfois graveleux, actualité oblige. Hasard de manif, des mères de familles cathos marchent derrière un « Pendant que la France part en c… Hollande promène les siennes ».

Si vous croyez que ça dérange les petites dames… La respectabilité, le bon goût, l’impression que l’on va faire au 20 h sur les médias de bon aloi, on finit par s’en battre les roupettes, justement.

Parce que quoi qu’on fasse, quoi qu’on dise, on aura toujours tout faux. Parce que même en mettant un tutu rose, en faisant les pointes devant la caméra, en ayant l’air jeune, sympa, sexy et ouvert d’esprit, on sera toujours un facho. Parce que quand la maison brûle, on ne fait pas taire le p’tit gars qui crie « au feu » avec vous, sous prétexte qu’il mettrait ses coudes sur la table ou aurait fait une quenelle au lycée.

Car des quenelliers, il y en avait quelques-uns. Et même des quenelliers « de la diversité ». Mais quel était donc le ciment de cette manif bigarrée ? Quel était donc l’improbable point commun entre Renaud Camus, Christine Boutin, des militants LMPT et des aficionados de Dieudonné venus de la banlieue ? La détestation de Hollande, bien sûr… Et surtout une immense soif de liberté d’expression.

Quand un jour l’étau se sera desserré – s’il se desserre un jour –, n’ayez crainte, tout ce monde-là se remettra sur la gueule. Mais en attendant, ils partagent leur colère. Hollande, au moins, aura réussi ça.

Le « vivre ensemble » pour des populations aux antipodes. La cohésion négative. Aux fenêtres des « beaux quartiers », comme dit Aragon, des électeurs d’Anne Hidalgo leur font parfois des « doigts ».

Puis rentrent en fermant soigneusement les rideaux. Comme si cette colère qu’ils méprisent leur faisait vaguement peur.

À l’arrivée, place Vauban, les orateurs n’en sont pas. Mais dans leurs discours, ils déballent leurs tripes… Le chômage, l’exclusion, la famille persécutée, les impôts. La mère de famille succède à l’étudiant, le chômeur au petit patron. Hollande ne veut pas les entendre ? Eux ne veulent plus le voir. Il faut qu’il parte. Démocratiquement.

Avec l’énergie un peu folle du désespoir. Car ils croient avoir trouvé la faille, le biais, l’issue de secours : l’article 68 de la Constitution qui permet aux deux Assemblées d’engager la procédure de destitution du président de la République pour « manquement grave ».

Et pour convaincre les députés, Béatrice Bourges entame une grève de la faim au Mur pour la Paix, sur le Champ-de-Mars.

Jusqu’au départ de Hollande. Portée par la colère de ces milliers de manifestants.

À 18 h, l’ordre de dispersion est lancé. À 18 h 10, les forces de l’ordre bloquent les avenues donnant sur la place et balancent les premiers gaz lacrymogènes. Pour apaiser la colère, sans doute ?

Les grands médias, eux, n’ont rien vu, rien entendu. Quelle manif ? Quelle colère ?

Préfèrent parler du dîner de gala à Bombay de madame Trierweiler que du jeûne de madame Bourges.

source :

Repost 0
27 janvier 2014 1 27 /01 /janvier /2014 10:26

Tout va bien,…

La dette s'envole, 4900 milliards, +89% du PIB,

Moscovici, Sapin, contents !

1023 voitures brûlées le 31 décembre,

Manuel Valls est satisfait.

27 % d'augmentation d'actes délictueux en 2013,

Manuel Valls, Taubira sont satisfaits.

Taubira libère les condamnés jusqu’à cinq ans de prison : 19.000 condamnés libérés.

4000 PME qui déposent le bilan chaque mois, ( La Tribune)

Explosion de la CMU... Plus de 900 millions d'euros...

+ 25 % d’équitaxe , +18 % écotaxe

Deux guerres, Mali, Centrafrique déclenchées par le pouvoir socialiste.

12 soldats Français morts.

Dépassement des budgets "Servaĺ" : 450 millions d'euros.

Peillon ajoute le mercredi pour 1h30 d'école en moyenne le matin, surcoût de cantine, de surveillance, de transports coût : + 480 millions d'euros sous estimés.

Et toujours 2 mois et 3 semaines de vacances pour le secondaire (centre d'examens) l'été...

Gratuité de la visite chez le médecin, prise en charge des retraites Aspa (Allocation de solidarité pour personnes agées) 777 euros pour toutes personnes se présentant en France au-delà de 65 ans, 1005 euros pour un couple même n'ayant jamais cotisé en France...

Marisol Touraine heureuse...

Les plus vieux retraités de France habitent...l'Algérie ! 22.000 personnes, moyenne d'âge 118 ans !

Etc, etc...

Et pendant ce temps, Normal 1er, au plus bas des sondages, se trimballe en scooter dans Paris en pleine nuit, détenteur des codes de sécurité nucléaires, avec un seul agent de sécurité, pour aller apporter des croissants et fricoter avec la bobo showbiz, l'actrice Julie Gayet...

Non mais on rêve là ???

On est ou ?

Qui dirige le pays ??

Braves Gens dormez tranquille………..JE SUIS EN PLACE !!

Merci Jean-Claude G.

Tout va bien,…

La dette s'envole, 4900 milliards, +89% du PIB,

Moscovici, Sapin, contents !

1023 voitures brûlées le 31 décembre,

Manuel Valls est satisfait.

27 % d'augmentation d'actes délictueuxen 2013,

Manuel Valls, Taubira sont satisfaits.

Taubira libère les condamnés jusqu’àcinq ans de prison : 19.000 condamnés libérés.

4000 PME qui déposent le bilan chaque mois, ( La Tribune)

Explosion de la CMU... Plus de 900 millions d'euros...

+ 25 % d’équitaxe , +18 % écotaxe

Deux guerres, Mali, Centrafriquedéclenchées par le pouvoir socialiste.

12 soldats Français morts.

Dépassement des budgets "Servaĺ" : 450 millions d'euros.

Peillon ajoute le mercredi pour 1h30 d'école en moyenne le matin, surcoût de cantine, de surveillance, de transports coût : + 480 millions d'euros sous estimés.

Et toujours 2 mois et 3 semaines de vacances pour le secondaire (centre d'examens) l'été...

Gratuité de la visite chez le médecin, prise en charge des retraites Aspa (Allocation de solidarité pour personnes agées) 777 euros pour toutes personnes se présentant en France au-delà de 65 ans, 1005 euros pour un couple même n'ayant jamais cotisé en France...

Marisol Touraine heureuse...

Les plus vieux retraités de France habitent...l'Algérie ! 22.000 personnes, moyenne d'âge 118 ans !

Etc, etc...

Et pendant ce temps, Normal 1er, au plus bas des sondages, se trimballe en scooter dans Paris en pleine nuit, détenteur des codes de sécurité nucléaires, avec un seul agent de sécurité, pour aller apporter des croissants et fricoter avec la bobo showbiz, l'actrice Julie Gayet...

Non mais on rêve là ???

On est ou ?

Qui dirige le pays ??

Braves Gens dormez tranquille………..JE SUIS EN PLACE !!

Repost 0
27 janvier 2014 1 27 /01 /janvier /2014 10:21

lundi, 27 janvier 2014

25 000 tracts pour Synthèse nationale distribués pendant la manif...

Malgré la pluie nous avons distribué tout au long de l'après-midi 25 000 tracts de Synthèse nationale appelant à la lutte contre le mondialisme.

De nombreux manifestants sont venus spontanément nous proposer leur aide. Synthèse nationale a ainsi pu juger sa grande popularité auprès des Français en colère.

Merci à tous ceux qui nous ont donné un coup de main.

Le tract de Synthèse nationale cliquez ici

NDLR :

Abonnez-vous à la revue nationaliste et identitaire Synthèse nationale.

Au sommaire du dernier numéro cliquez là

Bulletin d'abonnement cliquez ici

Abonnez-vous en ligne cliquez là

09:00 Publié dans La vie de l'association Synthèse nationale |

Repost 0