Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 janvier 2014 4 30 /01 /janvier /2014 07:13

On se demandait pourquoi la Cour des Comptes préconise

de désindexer NOS retraites !

Voila ce que coûte un ex-Président de la République aux contribuables,

d’après le journal "Le Monde"

Ce qu'un président français a droit après sa fin de mandat

Sarkozy n’est plus président et il a dit qu’il redevenait un Français parmi les autres....

Ah oui ?

* Indemnité forfaitaire mensuelle de 6000 €

* Indemnité de retraite mensuelle de 11500 €

* Voiture/entretien/essence à vie...............payé par les contribuables

* 2 chauffeurs garde du corps à vie..................payé par les contribuables

* 1 bureau (combien de m2 et pour quoi faire ?) à vie......payé par les contribuables

* 7 collaborateurs à vie (rien de moins et pour quoi faire ?) ....payé par les contribuables

* Train en 1ère classe gratuit, à vie et à volonté..................payé par les contribuables

* Avion en 1ère gratuit à vie et à volonté.................payé par les contribuables

*Accès libre et officiel à toute les Ambassades de France à travers le monde (et pour quoi faire)

Etc…..etc…….la liste est longue et non exhaustive …………

Ce que va officiellement couter N. Sarkozy aux contribuables que nous sommes :

1 500 000 Euros annuels MINIMUM

Je me pose donc cette question :

"Au total combien de SMIC, combien de chômeurs en fin de droit, combien de minimas retraite…"

De plus, je vous rappelle que nous en avons 3 à charge :

Giscard, Chirac, Sarkozy

et......... dans 4 ans peut-être un 4ème. ?

Et on nous demande des sacrifices pour réduire la dette ?

Faudrait peut-être arrêter de nous prendre pour des « imbéciles » !

Elle n’est pas belle notre grande devise ? "Liberté/Égalité/Fraternité

Merci Chantal

Repost 0
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 16:25

La France va alléger sa participation à l’opération européenne de lutte contre la piraterie somalienne

29 janvier 2014 – 15:29

En 2011, la Marine nationale avait connu quelques difficultés pour assurer la continuité de sa présence dans l’océan Indien en raison de sa participation importante à l’opération Harmattan, lancée en mars de cette année-là en Libye.

Plus tard, lors d’une audition devant une commission parlementaire, son chef d’état-major (CEMM), l’amiral Bernard Rogel, avait parlé d’un “format juste suffisant pour répondre aux ambitions de défense et de sécurité” de la France.

Et il avait ainsi déploré “l’interruption de la présence d’Atlantique 2 en Océan indien suite aux déploiements au Sahel puis en Libye, (…) l’absence de SNA en Atlantique pendant quatre mois, la réduction de la présence en Océan indien à un seul bâtiment de surface à compter du mois de juin, le gel de la mission Corymbe dans le golfe de Guinée en juillet 2011 ainsi que l’annulation de deux missions sur quatre de lutte contre le narcotrafic en Méditerranée”.

Depuis 2008, année de son lancement, la Marine nationale a toujours pris part à l’opération Atalante, la mission de l’Union européenne visant à lutter contre la piraterie au large de la corne de l’Afrique et dans l’océan Indien.

Mais les choses vont prochainement changer.

Alors que les actes de piraterie ont considérablement diminué au cours des ces derniers mois, grâce à une combinaison de plusieurs facteurs (présence de forces navales, gardes armés embarqués, soutien aux autorités somaliennes, procédures, etc), Catherine Ashton, Haut Représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, a récemment appelé la communauté internationale “à continuer à oeuver ensemble pour éradiquer la piraterie et consolider les progrès déjà accomplis”. Par conséquent, l’opération Atalant, dont le TCD Siroco est actuellement le navire amiral, devrait être reconduite.

Seulement, la France va y alléger sa participation afin de réaliser 10 millions d’économies au titre des surcoûts des opérations extérieures. L’annonce en a été faite par le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, lors deux auditions à l’Assemblée nationale.

“Nous allégerons par ailleurs notre participation à l’opération Atalante sur la corne d’Afrique : elle a donné de bons résultats et, là aussi, certains de nos partenaires en assurent la bonne continuité”, a-t-il ainsi affirmé devant les députés de la commission de la Défense et des Forces armées, lors d’une audition dédiée à l’opération Sangaris, le 14 janvier.

“Si notre participation à l’opération Atalante sera réduite, c’est parce que d’autres pays s’associeront à la lutte contre la piraterie dans cette zone, à commencer par le Japon. Il faudra en revanche renforcer la protection maritime dans le golfe de Guinée ; certains États riverains doivent nous y aider”, a-t-il encore précisé.

Deux jours plus, s’exprimant cette fois devant les députés de la commission des Finances, M. Le Drian s’est expliqué sur l’enveloppe de 450 millions d’euros prévues annuellement par la Loi de Programmation Militaire (LPM) 2014-2019 devant financer les surcoûts des opérations extérieures. Pour beaucoup, ce montant apparaît comme sous-évalué.

La Cour des comptes, dans un récent rapport, avait d’ailleurs pointé la sous-estimation chronique de cette ligne de dépenses, la différence étant prise sur la réserve de précaution interministérielle, abondée par des gels de crédits annuels…

Cela étant, le ministre a fait valoir que les surcoûts liés aux interventions militaires à l’étranger diminueront avec “l’adaptation du dispositif, arrêtée à la fin de l’année 2013 en conseil de défense”, ce qui “se traduira d’une part par un désengagement des forces françaises des opérations extérieures à dimension militaire faible, voire nulle, et d’autre part par un réaménagement des forces prépositionnées”, notamment dans la bande Sahélienne et dans le golfe arabo-persique (Emirats).

Ainsi, la France continuera son désengagement d’Afghanistan (fin de la gestion de l’aéroport de Kaboul et de l’hôpital militaire d’ici décembre 2014), mettra un terme à sa présence militaire au Kosovo, dans la mesure, dixit le M. Le Drian “où les conditions sécuritaires et politiques dans ce pays ne rendent plus nécessaire une capacité de réaction militaire” et allégera, donc, sa participation à l’opération Atalante.

“Notre dispositif de lutte contre la piraterie au large de la Corne de l’Afrique sera également allégé, non parce que nous le considérons comme secondaire – vous m’avez souvent entendu souligner la nécessité d’assurer la sécurité du trafic maritime dans cette région –, mais en raison de son efficacité, qui a permis de réduire le nombre d’actes de piraterie d’environ 2 00 en 2010 à seulement 7 en 2013.

De plus, les pays participant à la mission Atalante sont désormais plus nombreux”, a-t-il assuré. “Il ne s’agit pas d’un abandon : simplement, nous passons d’une présence permanente à une présence intermittente, assurée en alternance avec d’autres”, a-t-il insisté.

Reste que, après avoir demandé aux Etats membres de l’Union européenne de s’engager en Centrafrique pour soutenir l’opération Sangaris, cette annonce risque d’être mal prise.

D’ailleurs, le député UMP Pierre Lellouche en a fait la remarque. “Même si cela vous permet d’économiser une dizaine de millions, il me paraît regrettable que la France, seule à porter véritablement le projet d’une défense européenne, se désengage en partie de l’unique opération efficace mise en œuvre par l’Union”, a-t-il déploré.

source et publication: http://www.opex360.com/

Repost 0
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 16:11

Les dessous du nationalisme ukrainien

Publié le 28 janvier 2014 par Jean-Marc Desanti - Article du nº 340

Au moment même où par le monde, il n’y a plus d’indépendance pour les états, limités qu’ils sont dans l’exercice réel de leur liberté par les contraintes financières et les pressions politiques, où Jacques Attali indique dans La Tribune :« Les métropoles devront savoir attirer une classe moyenne grandissante, mais aussi composer avec une élite hypernomade et sans attache, et avec des populations de travailleurs toujours plus itinérantes, déménageant au gré de la demande de main d’œuvre. Elles supplanteront les nations », on assiste paradoxalement à une montée des nationalismes qui vient des profondeurs et se manifeste par des violences apparemment incontrôlables.

C’est le cas de l’Ukraine depuis plusieurs mois.

On nous vend un conflit entre des pro UE et des nostalgiques de l’Urss.

Quoique les communicants ukrainiens pro UE savent y faire : ils peuvent sortir de leur sac une charmante jeune femme au discours bien calibré.

Nataliya Gumenyuk, boursière du gouvernement suédois, qui à 21 ans fit un master de journalisme à l’université d’Örebro, ancienne journaliste de la télévision publique ukrainienne, créatrice de la télé libre sur internet le jour des premières manifestations, invitée à Davos dans le groupe des « Global Shapers » (ces jeunes élites dont le Forum économique mondial considère qu’elles sont déjà en train de façonner le monde de demain) vient de demander une aide concrète de l’UE en développant une argumentation imparable : « le problème n’est pas la Russie mais l’injustice, la corruption, le népotisme et l’intolérance ».

Les pions de l’UE sont donc placés.

Tout d’abord le sympathique et courageux boxeur Vitali Klitschko qui déclare bien avoir une carte de résidant en Allemagne mais ajoute qu’il est néanmoins un patriote et n’est guidé que par les intérêts de son pays … Guidé dit-il ?

Pourquoi ne pas préciser alors à ses concitoyens qu’il n’a pu créer son parti Udar que grâce à la « Fondation Konrad Adenauer » piloté par le Bundesnachrichtendienst (BND ) le service de renseignement allemand directement placé sous l’autorité de la Chancelière ?

Le créateur et premier chef de ce remarquable « service » ne fut autre que Reinhard Gehlen, général de brigade sous le troisième Reich, chargé des opérations de renseignement et d’action à l’Est, puis travaillant avec Allan Dulles, patron de l’OSS ( la future CIA ) au soutien des Werwölfe ( les loups-Garous ) groupes clandestins agissant dans les pays de l’Est spécialement en Ukraine ( le pays frontière ) avec le « Werwolf Edelweiss Piraten » formé d’ancien SS encadrant l’Armée Insurgée Ukrainienne.

On comprendrait peut-être mieux alors ses hésitations quant à son positionnement avec le parti Svoboda dont les milices font preuve d’une extrême violence et sont en première ligne pour la prise des édifices gouvernementaux, dont le chef Oleh Tyahnybok, dans son fameux discours de 2004 à la mémoire de l’Armée Insurgée Ukrainienne, combattant les soviétiques dès 1942, massacrant de nombreuses communautés juives et active jusqu’en 1954, glorifie « ces hommes des bois pourchassant les youpins ».

Le même sbire qui en avril 2005 demanda dans une lettre ouverte une enquête parlementaire sur « les «activités criminelles de la communauté juive en Ukraine », et dont « l’idéologue » Yuriy Mykhalchyshyn dans son livre « le social-nationalisme » qualifie l’holocauste comme « une période de lumière dans l’histoire » ….

.Mais dont le programme comprend « l’adhésion à l’OTAN ».

Bien entendu rien de choquant dans tout cela.

La CIA fait son travail, et de plus en plus en toute lumière, que ce soit lors des révolutions orange (déjà en Ukraine en 2004) , dans le programme de formation des cadres des gouvernements occidentaux (Young Leaders) ou dans la pénétration des milieux de « jeunes issus de l’immigration » dans les cités européennes avec l’aide et l’argent du Qatar et de l’Arabie Saoudite.

D’ailleurs la CIA est devenue une ONG. On la visite, elle conseille et produit rapports et statistiques de bonne valeur qu’il convient de ne pas mépriser.

Qui n’a pas connu, ne connaît ou ne connaîtra pas un « agent » de l’honorable agence ? Certes , convenons qu’elle se fait discrète pour les coups vraiment tordus … Ceux-ci sont assez rares quantitativement parlant.

Le secret est très largement d’un autre siècle : WikiLeaks ? Snowden ? Tiens on vient de libérer Anat Kam, la “Snowden” israélienne … Et alors rien ne bouge.

Les peuples décimés dans leur identité ont tellement de mal à s’unir, à surmonter leurs divisions pour se muer en force de frappe …

Aujourd’hui les « agences » « managent » le présent.

En Ukraine c’est bien le quotidien des « affaires » que l’on gère.

Les admirateurs de Poutine, ceux qui n’ont pas assez marché au pas en cadence et qui préfèrent le parrain mafieux chassant l’ours au black dégingandé qui tance pour rire la NSA ne comprennent pas ou font mine d’oublier que Poutine n’est rien d’autre que ce mystérieux coupe-jarrets d’Eltsine, ripaillant et passant d’agréables vacances avec les oligarques d’alors en se disputant leurs putes ukrainiennes.

Les causes de la crise sont apparemment élémentaires : un accord d’association et de libre-échange avec l’UE contre un projet d’Union douanière avec la Russie ayant vocation à devenir une union économique eurasiatique.

Sauf que la violence se catalyse aujourd’hui autour du projet d’intégrer l’OTAN comme cela a été le cas en Géorgie.

Il n’y a pas de risque de guerre entre la Russie et les USA , l’OTAN marque la limite des impérialismes.

On pouvait croire que le capitalisme transnational avait triomphé et que les États n’en étaient plus les objets de convoitises . C’est en partie vrai mais il demeure des tenanciers de banques régionales.

C’est comme à Lyon, Marseille, Grenoble, Naples… Il y a des accords solides entre le grand banditisme mais dans les quartiers de petits caïds veulent leur part du gâteau… Après tout, ce sont eux qui veillent à la bonne marche des affaires et font le sale boulot, assez dévalorisant, au quotidien.

Alors la mafia leur concède quelques miettes mais s’ils sont trop gourmands….

Dans ce jeu pervers étatique de récolte de fonds pour la Banque c’est la même chose. Des hobereaux veulent leur part et le grand boss doit en tenir compte.

Poutine a ses féodaux ainsi que l’UE et Obama.

Dans tout système qui marche il y a des intermédiaires plus ou moins gourmands et fidèles. Mais on habille ces bassesses d’idéologie… Ça occupe les peuples.

Le mouton veut bien encore se faire tondre et mourir pour le drapeau, ne lui dites pas que c’est pour des cyniques plaisantant et fumant des havanes sur des canapés en cuir… Pourtant la mèche a été vendue il y a bien longtemps par Marx , Anatole France ou Jünger et Henry Kissinger, cette vieille canaille, nous le rappelle à sa manière dans White House Years : « Le profane spécule en terme d’absolu. Pour lui le bien et le mal sont nettement définis. Le leader politique ne peut s’offrir ce luxe. Il atteint son but par étapes et chaque pas est toujours moralement imparfait. Le mal et la barbarie perdent leur caractère d’absolu. ».

Mais alors comment se fait-il que l’on puisse trouver encore des officiers, des femmes et des hommes d’élites qui se prennent au jeu de ces manipulations putrides au service d’êtres dépravés ?

Francis Lennox , ancien responsable de l’antenne asiatique de la CIA de 1951 à 1967 y répond : « L’humanité ne saura jamais à quoi elle a échappé … Toute la suffisance qui nous animait tient dans cette profession de foi, cette escroquerie d’idéologues . L’aveuglante certitude.

Le mal perd son nom au service du bien. En cela la foi qui nous guidait était celle dont se gavaient les prêtres de l’Inquisition pour aller jusqu’au bout de leurs crimes. Il y a pire. Je sais aujourd’hui que le dédain vertigineux que nous inspirait la naïveté de ces simples mortels dont nous avions la garde n’avait d’autre raison que de masquer notre propre puérilité. Nous étions des joueurs infantiles prêts à tout pour ne pas laisser se terminer la partie. La cause ne comptait plus.

L’essentiel était de poursuivre le jeu. Le jeu délectable de la guerre : le Krisgsspiel. »

Il est, dit-on, des choses qui ne sont pas bonnes à remuer. On ne dérange pas le tigre. Je pense le contraire.

Je pense que l’Histoire est dépourvue de raison, de sens et de morale. Elle n’a de vérités que celle que lui prêtent les hommes. Sûrement que les questions qu’elle soulève n’appellent pas de réponses.

Seulement d’autres questions et cela à l’infini.

C’est ainsi, déroutant et effrayant, nous risquons le sort d’Icare mais c’est notre prix pour une simple esquisse de liberté.

Source et publication: Jean-Marc DESANTI

Repost 0
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 15:57

Philippe El Shennawy est libre...

Oui, libre, alors qu'il a été condamné à 16 ans de prison en 2008 et que c'était la sixième fois qu'il se retrouvait en cour d'assises.

Alors qu'il a causé de nombreuses victimes traumatisées à vie de s'être retrouvées avec une arme à feu pointée sur elles.

Alors que les experts ont indiqué tout récemment que M. El Shennawy était « paranoïaque » et « dangereux » !!!

Le scandale n'est pas seulement qu'il a été libéré alors que sa peine courait jus
qu'en 2032.

Ce qui est encore plus révoltant, c'est que la plupart de nos médias ont présenté Philippe El Shennawy en star et en martyr.

A sa sortie de prison, une forêt de caméras et de micros l'ont accueilli pour s'inquiéter de sa santé et lui demander un « diagnostic » sur l'état des prisons en France.

A aucun moment ils n'ont daigné interroger les victimes qu'il a f
aites.

Et dans leur présentation, ils ont « oublié » de préciser :

Source

Repost 0
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 15:30

Front national de Nice : les « historiques », écartés et indignés

Posted on 29 janvier 2014

Le 6 janvier, jour de l’annonce officielle de la liste menée par Marie-Christine Arnautu « Nice Bleu Marine », plusieurs « historiques » du mouvement se sont « étranglés ».

Ils se retrouvaient écartés au profit de personnes parachutées et ou non encartées.

Pas d’affiche de campagne municipale sur la permanence « Nice Bleu Marine« ; pourtant, c’est dans ce but que Marie-Christine Arnautu a été parachutée de Paris l’été dernier, soutenue par Jean Marie Le Pen.

Voila quelques uns des nombreux reproches fait par le collectif « Les indignés du Front national de Nice« qui ne se reconnaissent plus dans cette section locale.

Les frontistes niçois revendiquent leur légitimité et leur nombre.


De son coté, la candidate officielle minimise l’influence des « indignés » au sein du parti.

Deux des membres du collectif viennent d’être officiellement suspendus du FN.

Les « Indignés du Front national de Nice », envisagent de déposer une liste, seuls, ou avec d’autres.

Des tractations sont en cour, des rapprochements pourraient bien voir le jour.

.

Repost 0
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 14:47

Interview de Carl LANG, Président du Parti de la France

Dans l’état de délabrement généralisé de la France et devant les incertitudes et l’angoisse montante des Français, il est nécessaire de proposer au pays un projet de Droite nationale et européenne qui permette de relever les défis de ce siècle.

Parmi les candidats déclarés, aucun ne se revendique de la Droite nationale et européenne.

Nicolas Sarkozy représente la droite mondialiste et ultralibérale, Dupont-Aignan, le courant dit « Gaulliste » et Marine Le Pen se déclare ni de droite ni de gauche mais, dans le domaine social, plus à gauche qu’Obama et « proche » du socialiste Montebourg.

C’est dire l’urgence et la nécessité de porter un projet de reconquête globale en affirmant nos convictions de Droite nationale, notre culture française et les valeurs de notre civilisation européenne et Chrétienne.

On ne pourra pas résoudre les difficultés d’aujourd’hui avec les vieilles recettes économiques, idéologiques ou doctrinales du siècle passé. Il faut prendre en compte la phénoménale évolution qui a transformé le monde entre 1914 et 2011.


L’équilibre des puissances n’a cessé d’évoluer et l’explosion démographique a bouleversé les rapports de force.

Le monde issu de la deuxième guerre mondiale s’est heureusement métamorphosé avec l’effondrement du mur de Berlin, de l’URSS et du bloc de l’Est.

La dernière crise financière et économique apparue en 2008 fait prendre conscience aux pays occidentaux la réalité de leur fragilité et de leur déclin.

La vieille Europe industrielle est aujourd’hui dépassée par l’émergence de nouvelles puissances économiques et démographiques qui seront demain des puissances politiques et militaires.

NOUS AVONS BESOIN DE VOUS !

VOUS POUVEZ NOUS ADRESSER VOS " DONS " 10,20,50 EUROS ET PLUS .....

Avec reçu fiscal ou don: attention les espèces ne donnent pas droit à un reçu fiscal

  • Les dons sont plafonnés à 7500 euros par personne et par an.
  • Les dons sont interdits aux personnes morales.
  • chèque à l'ordre de : "Mme Myriam BAECKEROOT mandataire financier du PDF"
  • virement à l'ordre de : "Mme Myriam BAECKEROOT mandataire financier du PDF"
    Banque LCL 30002 00453 0000691807 F 22 Paris Anjou

Le Parti de la France
6, Allée des Templiers
78860 Saint Nom La Bret
èche

Tel : 09 67 17 81 36 - Fax : 01 41 10 81 36
Email : lepdf@orange.fr

Interview de Carl LANG, Président du Parti de la France, accordée au Magazine Séniors

Vous avez annoncé votre candidature à l’élection présidentielle de 2012. Pourquoi ?
Dans l’état de délabrement généralisé de la France et devant les incertitudes et l’angoisse montante des Français, il est nécessaire de proposer au pays un projet de Droite nationale et européenne qui permette de relever les défis de ce siècle.

Parmi les candidats déclarés, aucun ne se revendique de la Droite nationale et européenne. Nicolas Sarkozy représente la droite mondialiste et ultralibérale, Dupont-Aignan, le courant dit « Gaulliste » et Marine Le Pen se déclare ni de droite ni de gauche mais, dans le domaine social, plus à gauche qu’Obama et « proche » du socialiste Montebourg. C’est dire l’urgence et la nécessité de porter un projet de reconquête globale en affirmant nos convictions de Droite nationale, notre culture française et les valeurs de notre civilisation européenne et Chrétienne.

Repost 0
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 14:42

LE PARTI DE LA FRANCE

Nous prenons le parti de la France, nous avons donc créé le Parti de la France.

Au moment où le peuple français subit de plein fouet les conséquences de la crise financière, économique et sociale, les partis du système, la vieille classe politique et le pouvoir sont incapables de faire face à l'état de choc économique et social.

Les politiques mondialistes menées depuis trente ans en Europe et en France sous la forme libérale ou social-démocrate sont directement responsables de la crise.

Le dogme du marché ouvert et de la dictature du libre échange ont permis et facilité cette bérézina financière.

Voilà pourquoi le temps de la rupture avec le vieux système économique et politique est venu. Voilà pourquoi, le peuple français est en droit d'exiger des comptes du système et en droit d'espérer en un nouveau projet national, populaire, social et européen de redressement et de reconquête.

Telle est l'ambition du Parti de la France : offrir une véritable alternative globale qui garantisse d'abord les droits du peuple français par le patriotisme social et la préférence française et qui permette la reconquête économique par un protectionnisme européen.

Aux ravages du mondialisme financier s'ajoutent les ravages du mondialisme migratoire qui détruit l'identité de nos peuples d'Europe et engendre une immigration de peuplement qui se transforme en immigration de remplacement.

Face à cette situation, l'affirmation des principes de préférence française et européenne sont une nécessité vitale.

Les droits du peuple français à disposer de lui-même et à rester lui-même doivent être réaffirmés. Les droits de la France à préserver sa souveraineté, ses libertés, son identité, sa sécurité et sa prospérité doivent être revendiqués.

Nos identités et nos cultures provinciales et nationales, nos valeurs communes, helléniques, latines, humanistes et chrétiennes qui fondent la civilisation européenne doivent forger le socle d’un nouveau modèle politique européen pour le XXIème siècle.

Nous sommes le parti de la France et nous sommes le parti du peuple français.

Nous allons répondre aux défis de ce siècle et aux enjeux de civilisation en offrant une nouvelle espérance et un nouveau souffle aux millions de Français qui se sentent aujourd'hui livrés à eux-mêmes et sont à juste titre angoissés pour leur avenir et celui de leurs enfants. Il n'y a pas de fatalité au déclin. Il n'y a que de mauvaises politiques responsables du déclin.

Les hommes et les femmes d'expérience et de conviction qui fondent le Parti de la France ont l'énergie et la détermination nécessaires pour initier et porter l'espérance du renouveau national.

Rejoignez-nous. Adhérez.

  • Adhésion simple : 30 €
  • Adhésion de soutien : 50 €
  • Bienfaiteur : 100 € (ou plus)

Trois modes de règlement possibles : espèces, chèque ou virement, (le virement peut être mensuel ou trimestriel mais ne peut être inférieur à dix euros).

Le Parti de la France
6, Allée des Templiers
78860 Saint Nom La Bret
èche

Tel : 09 67 17 81 36 - Fax : 01 41 10 81 36
Email : lepdf@orange.
fr

Participez à la création de cette force nationale nouvelle. Faites le choix d'un avenir français.

Carl Lang

Repost 0
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 14:30

Liens et blogs amis :

Presse recommandée :

Repost 0
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 14:24

Immigration : la votation suisse qui défie l’Union européenne

Mercredi 29/01/2014

Dimanche 9 février, il va se passer quelque chose d’inimaginable dans aucun autre pays : une votation demandera l’avis du peuple suisse, sur l’immigration de masse.

En effet, depuis 2007, le Conseil fédéral, sous pression de l’Union européenne, a autorisé la libre circulation des personnes.

Pour faire passer la pilule, les dirigeants avaient promis qu’il n’y aurait pas davantage que 8.000 entrées par an.

Six ans plus tard, on en est à 80.000, soit, pour un pays de 8 millions d’habitants, l’équivalent de 650.000 entrées d’immigrés par an en France !

L’Union démocratique du centre (UDC) a donc recueilli les 100.000 signatures nécessaires à l’organisation d’une votation, dans les 26 cantons de la Confédération helvétique. Et le débat démocratique est lancé.

Le parti d’Oskar Freysinger explique qu’en 1980, la Suisse comptait 5,4 millions d’habitants. Depuis cette date s’y sont ajoutés 1,8 million d’immigrés, dont 800.000 ont obtenu la nationalité suisse.

Ce pays compte aujourd’hui sur son territoire 23 % d’étrangers. Si l’évolution de la population se poursuit au même rythme, la Suisse comptera, en 2035, 10 millions d’habitants.

L’UDC ajoute que 80.000 nouveaux venus, cela représente l’équivalent annuel de 34.500 logements supplémentaires, 300 classes d’école, 42.000 voitures, 150 éoliennes…

La situation suisse est pourtant fort différente de celle de notre pays : seulement 3 % de chômeurs helvètes, et 6 % de chômeurs étrangers. Mais ceux-ci bénéficient de 47 % des aides sociales, et 70 % des délits sont le fait de nouveaux venus.

Chose inenvisageable en France, des débats contradictoires ont lieu, souvent à l’invitation de l’UDC, qui invite des représentants du PS, hostiles à l’initiative, à développer leurs arguments. J’ai ainsi assisté, près de Sion, devant 500 auditeurs attentifs, à un débat opposant le président de l’UDC, Christoph Blocher, à un jeune élu socialiste de 26 ans.

Les mots « raciste », « fasciste », « extrême droite » n’ont jamais été prononcés.

Chacun a écouté l’autre, aucun sifflet et, à la fin, les gens ont bu un coup ensemble. Imaginons, sur l’immigration, en France, le FN inviter le PS, et un débat entre Florian Philippot et Harlem Désir se dérouler courtoisement…

L’initiative de l’UDC est malgré tout condamnée par l’ensemble de la classe politique, par les grands patrons et par les organisations syndicales, dans un curieux consensus. Mais c’est surtout de l’Union européenne que viennent les menaces les plus vives.

Ainsi, l’inimitable commissaire Viviane Reding, celle qui comparaît les expulsions de Roms en situation irrégulière, en France, aux rafles des juifs en 1940, a-t-elle fait savoir aux Suisses que Bruxelles ne tiendrait pas compte de leur vote du 9 février, parce que la libre circulation était un principe intangible, en Europe.

Les Helvètes se voient, d’autre part, menacés sur les 60 % d’exportation réalisées dans les autres pays européens. On leur explique à mots couverts que s’ils votaient mal, leurs produits pourraient rester bloqués à la frontière !

Il est vrai qu’à chaque fois qu’on a donné la parole au peuple suisse, celui-ci s’est particulièrement mal tenu à table. Ainsi, en 1992, seul contre tous, le président-fondateur de l’UDC, Christoph Blocher, avait convaincu ses compatriotes de refuser l’entrée dans l’Union européenne. Personne n’a oublié la votation sur les minarets, en 2009, et l’onde de choc qu’elle a provoquée en France.

Caroline Fourest, envoyée en mission, avait qualifié les Suisse de « talibans », Libération avait titré sur « le vote de la honte », et le grand démocrate Cohn-Bendit avait, lui, exigé que les électeurs revotent jusqu’à ce qu’ils se ressaisissent !

L’Union européenne multiplie donc les menaces, mais fait également brûler des cierges pour que, enfin, les électeurs suisses rentrent dans le rang.

On imagine sans peine la victoire symbolique que représenterait, pour les européistes, le vote du peuple le plus euro-sceptique du Vieux Continent, sur un sujet aussi sensible que l’immigration.

Les commissaires européens ne paraissent pas rassurés par les derniers sondages, qui donnent pourtant l’initiative de l’UDC à seulement 40 % d’intention de vote… exactement les mêmes chiffres qu’en 2009, avec le résultat que l’on sait : victoire du oui, à 57 % !

Pour qui connaît bien les Suisses, leur attachement à la démocratie directe et à leur souveraineté, il pourrait y avoir des gueules de bois, le dimanche 9 février au soir, lors de l’annonce des premiers résultats.

Chez moi, la bouteille de champagne est au frais…

Repost 0
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 14:09

Lundi 27 janvier 2014

L’ex-président de la LDH et celui du CRIF ont des comptes en Suisse. Préface Gérard Brazon

A quand des mesures pour que ces gens "droits de l'hommiste" qui passent leur temps à nous faire de la morale, à complexer notre peuple de France, le rendre éternellement coupable.

A utiliser toutes les ficelles de la victimisation, et qui finalement réveillent des haines endormies.

Tous ces braves donneurs de leçons qui d'aprés le Monde ont planqué leur argent en Suisse où ailleurs, vont-ils enfin avoir honte ?

Cesser de nous bassiner avec leurs antiennes antiracistes et antisémites.

Réalisent-ils enfin qu'a secouer le monstre, il finira par se réveiller.

Je suis allé dans cette manifestation. J'ai vu de ces débiles scandant la quenelle, j'ai même vu un ananas tenu à bout de bras. A qui la faute si ce n'est à ces cuisiniers du diable qui, en rameutant le ban et l'arrière ban des cuisines électorales, risquent la vie d'innocents de demain.

Un policier est gravement blessé. C'est vraiment dommage.

Un manifestant de 70 ans fut tabassé dit-on par les policiers. C'est vraiment dommage aussi mais pas un mot dans la bonne presse.

C'était sûrement un membre de la fachosphère dirait la Fourest.

Moi qui étais dans cette manifestation, qui suis loin d'être un fasciste, un antisémite, je fus interpelé par un policier qui m'a demandé pour quelle colère je venais.

De quel droit ? Fallait-il que je présente mes papiers également. Que je demande l'autorisation d'exercer mon droit de manifester contre l'islamisation de mon pays?

Lors de la manifestation, toutes les voies adjacentes étaient fermées le long du cortège. Bizarre tout de même.

Rétroactivement, on était tous dans une chaussette dont les doigts de pied se trouvaient Place Vauban où d'autres policiers allaient nous les casser menu, menu.

Alors provocations ou pas, ce type de configuration se prêtait au conflit. Si en plus des provocateurs policiers comme l'affirment certains étaient là, alors la bonne presse avait de quoi se réjouir et faire les Unes sur les salauds de fascistes et autres antisémites.

Dommage pour ce policier... dommage mais à qui la faute.

Responsable mas pas coupable encore une fois ?

Source et publication: Gérard Brazon http://www.gerard-brazon.com/article-l-ex-president-de-la-ldh-et-celui-du-crif-ont-des-comptes-en-suisse-preface-gerard-brazon-122275944.html

Repost 0