Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 avril 2012 3 25 /04 /avril /2012 09:56

77 rue Pigalle, 75009 Paris


Comité de liaison du Mémorial de l’Honneur Français

 
APPEL SOLENNEL
--
  Au associations d’anciens combattants,
--
 aux associations patriotiques,
--
à toutes les associations de Français d’Algérie ainsi, qu’individuellement, à tous les patriotes,

 

C’EST DANS UNE OPTIQUE NATIONALE, que nous lançons cet appel.


Nous avons sciemment attendu que les élections soient passées pour ne pas mélanger les genres.


Nous étions nombreux à penser que le cinquantenaire de la fin de la guerre d’Algérie vaudrait à notre pays... un déluge de récits tronqués et une falsification éhontée de l’histoire de ce conflit.


Nous sommes servis ! Et, si depuis des années notre armée est couverte d’injures... aujourd’hui, la totalité des médias prennent fait et cause pour nos adversaires d’hier et, sans aucun scrupule, écrivent cette « histoire » telle qu’elle n’a pas été, donnant toujours le mauvais rôle à la France et à son armée.


Il n’est que temps de faire stopper ces délires. C’est-à-dire... :
--
Ces « anciens » qui viennent pleurer sur les chaînes télévisées, prétendant que l’on a exigé d’eux... des choses ignobles !
--
Ces poseuses de bombes du FLN, qui se glorifient de leurs actions criminelles sur nos antennes... sans jamais la moindre compassion pour leurs victimes... femmes... enfants...
--
Ces porteurs de valises... fiers d’avoir trahi notre armée, envoyée au combat par des gouvernements démocratiquement élus, et que le FLN décore dans son ambassade et ses consulats !


Il faut mettre un coup d’arrêt à tout cela, car :
--
l’armée française a fait la guerre au terrorisme et non au « peuple » algérien,
--
il y avait dix fois plus de français musulmans dans notre armée que dans les rangs des rebelles,
--
l’armée française a gagné la guerre contre l’ALN dans les djebels, et contre le FLN dans les villes.


La grande majorité des Algériens était contre l’indépendance, et seule la terreur du FLN et les « louvoiements » de Paris ont permis à nos adversaires de triompher... par le sang versé impunément... et à flots !


Nous proposons donc... hors toutes organisations politiques... hors tous partis, de nous rassembler le SAMEDI
30 JUIN 2012... dans un lieu approprié, et que nous désignerons bientôt... uniquement sur les thèmes...
--
Honneur à l’armée d’Algérie
--
50 ans de mensonges, ça suffit !
--
L’armée française a gagné la guerre.


--
Assez de repentance

 

Les seuls drapeaux autorisés seront les drapeaux français.


Tout autre slogan sera interdit !


Si nous le voulons, nous pouvons être des milliers... unis... soudés... en mémoire de tous nos morts... chrétiens... juifs... musulmans.

Repost 0
25 avril 2012 3 25 /04 /avril /2012 09:47
Eglise catholique : Vers une réconciliation avec la Fraternité Saint-Pie X ?
 

Eglise catholique : Vers une réconciliation avec la Fraternité Saint-Pie X ?

 

24/04/2012 – 16h30


PARIS (NOVOpress via Infos Bordeaux) -

 

La nouvelle a agité la semaine dernière les milieux catholiques.

 

La Fraternité Saint-Pie X serait sur le point d’accepter la main tendue par le Pape Benoit XVI, ce qui mettrait fin à une brouille vieille de plus de 20 ans.

Fondée en 1970 par Mgr Lefebvre, celle-ci critique les orientations prises suite au Concile Vatican II, et s’attache exclusivement à l’ancien rite, dit « extraordinaire ».

 

La rupture a lieu en 1988, avec l’ordination de quatre évêques sans l’accord de Rome. Depuis quelques années, les relations se sont améliorées, grâce notamment à la levée de l’excommunication frappant les prélats de la fraternité, ainsi qu’à la libéralisation du rite tridentin par le motu proprio en 2007.

 

La Fraternité Saint-Pie X regrouperait plusieurs centaines de milliers de fidèles dans le monde, dont une majorité en France.

 

Forte de près de 600 prêtres et de plusieurs centaines de séminaristes, elle a développé en France son réseau d’écoles, de lieux de culte et de mouvements associés.

 

[cc] Novopress.info, 2012, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine [http://fr.novopress.info/]
Repost 0
25 avril 2012 3 25 /04 /avril /2012 09:02

 LÉGISLATIVES

 

24/04 | 16:01 | mis à jour à 19:36 | Elsa Freyssenet 

64% des électeurs de Nicolas Sarkozy favorables à un accord avec le FN

Une large majorité des électeurs de Nicolas Sarkozy souhaitent un accord avec le FN avant les législatives indique le baromètre OpinionWay Fiducial pour « Les Echos » et Radio Classique.

Un scénario rejeté par deux tiers des Français.

Ecrit par Elsa Freyssenet 
64% des électeurs de Nicolas Sarkozy favorables à un accord avec le FN

Les proportions sont exactement inverses.

Selon le baromètre OpinionWay Fiducial pour « Les Echos » et Radio Classique, 64 % des Français sont opposés à un accord entre l'UMP et le Front national avant les élections législatives.

 

A l'inverse 64 % des électeurs de Nicolas Sarkozy y sont favorables.

Trois enseignements

Selon Bruno Jeanbart, le directeur des études politiques et d'opinion de l'institut, l'ampleur de ce résultat est d'abord motivé par la volonté des électeurs du président-candidat de le voir remporter la présidentielle, même s'il faut en passer par un rapprochement avec le Front national.

 

Et d'en tirer trois enseignements : « le signe que cette alliance n'est plus un sujet tabou » ; « Marine Le Pen a réussi à modifier l'image du FN » et « l'électorat de droite traditionnelle s'est radicalisé ».

 

Les électeurs de Marine le Pen, eux, sont un peu moins nombreux (59 %) à souhaiter un tel accord car, explique le sondeur, « c'est un électorat composite qui inclut des anti-sarkozystes ».

 

Le fait que 41 % d'entre eux soient opposés à une telle alliance est, selon Bruno Jeanbart, un « indicateur de la difficulté de la tâche de Nicolas Sarkozy pour convaincre ces électeurs » dans la perspective du second tour de la présidentielle.

 

DOCUMENT L'intégralité des résultats du baromètre OpinionWay Fiducial «Les Echos» d'avril

 

Source et publication:  http://www.lesechos.fr/economie-politique/election-presidentielle-2012/ump/0202028581630-une-grosse-majorite-d-electeurs-de-nicolas-sarkozy-favorables-a-un-accord-avec-le-fn-316039.php?utm_medium=twitter&utm_source=twitterfeed

Repost 0
25 avril 2012 3 25 /04 /avril /2012 08:32

Prenez garde, M. Hollande, les patriotes savent que vous avez bénéficié du vote musulman

Tellement dans le programme gôche et contraire aux intérêts de la France qu’on ne sait où donner de la tête, mais il y a un point d’extrême gravité qui n’échappe en rien aux patriotes, d’où une mise en garde nécessaire.

 

Monsieur Hollande, ne vous pavanez surtout pas trop car il faut que vous fassiez face au fait que ce ne sont pas les patriotes qui ont voté pour vous au premier tour, bien au contraire. Les Droites combinées sont majoritairement contre vous, non avec vous, et gare au second tour.

Regardons les choses en face et apportons une vérité blessante: vous pouvez dire grand merci aux musulmans, car ils vous ont sérieusement aidé, et ce non dans votre intérêt et celui de la France, mais  dans le leur. Pourquoi? Car en bons musulmans, ils ont fait ce que leurs imams leur ont dit de faire : voter pour vous. Ce fait est du domaine public, et donc vérifiable. Pourquoi obéir? Car ils en ont marre de ne pas obtenir ce qu’ils veulent avec la droite, marre que beaucoup de Français osent refuser de se plier à leurs exigences et mode de vie CONTRAIRES A LA FRANCE ET SES VALEURS.

 

Leur seul recours pour forcer sur la République LEUR mode de vie et dogme religieux est à travers vous: ils exigeront que leurs revendications passent, que ce soit par la force ou la douceur mensongère, car c’est exactement ce qui se produit dans TOUS les pays occidentaux, et nier ou ignorer ce fait est simplement refuser de regarder la réalité en face, sans parler de complicité à la destruction de son pays et de son peuple, lentement mais sûrement.

 

Vous leur rendrez la tâche bien facile, vu que vous voulez imposer aux Français, entre autres, le droit de vote aux étrangers, encore plus d’immigration et vous vous garderez bien de froisser une minorité communautariste – qui ne restera pas minorité bien longtemps avec vous aux commandes- qui se fiche royalement de la France et de ses lois qu’ils n’ont nulle intention de reconnaître pour encore bien longtemps, et ne se gênent de bafouer tous azimuts.

Pour preuves, les incessantes revendications et cris de protestations quand ils n’obtiennent ce qu’ils veulent, PARTOUT en Occident. Et bien entendu, un sens unique car réciprocité ne fait nullement partie de leur langage. Et qu’ils n’aient le culot de prétendre le contraire, car cherchez-la la réciprocité dans les pays musulmans. Faites-nous savoir où elle se cache, pour que l’on puisse la mettre au grand jour !

 

Mais prenez garde, monsieur Hollande, car même si, encore trop de gens sont encore bien trop endormis pour l’instant et ont l’attention détournée des sujets qui portent atteinte à sa sécurité intérieure, n’ayez aucun doute que le peuple Français ne vous permettra jamais de faciliter l’islamisation de son pays, et réfléchissez bien avant de faire quoi que ce soit qui pourrait nuire à la France, si elle avait le malheur de se retrouver avec vous aux commandes.

 

Posez-vous la question de savoir si vous voulez être responsable d’amener un jour notre pays qui, rappelez-vous, est aussi le vôtre, au mieux en révolte, au pire à la guerre civile.

 

Prenez garde et apprenez la leçon qui vous a été présentée au premier tour et qui parait si choquante à beaucoup.

En quoi est-ce choquant que la France – heureusement pour elle- comporte encore autant de patriotes? Vous ne voudriez pas nous qualifier de traîtres parce que nous aimons, nous voulons défendre et préserver notre pays et ses valeurs peut-être? Parce que si c’est le cas, vous feriez mieux de vous regarder dans le miroir !

 

Vous pouvez vous aussi nous mépriser, monsieur Hollande, comme le font si bien média et autres politiques, mais attention car notre nombre n’est pas des moindres et il est grand temps que vous respectiez la France et ses patriotes, et que vous gardiez bien à l’esprit que beaucoup de Français qui encore aujourd’hui ont peur d’élever leur voix pour la joindre à la nôtre, n’hésiteront pas eux non plus à se faire enfin entendre le cas échéant. Homme averti en vaut deux, vous êtes maintenant averti.

 

Source et publication: Alain Mercier /   http://ripostelaique.com/prenez-garde-m-hollande-les-patriotes-savent-que-vous-avez-beneficie-du-vote-musulman.html

Repost 0
25 avril 2012 3 25 /04 /avril /2012 07:26
Guillaume Peltier au service de Sarkozy ou comment siphonner les voix populistes
 

Guillaume Peltier au service de Sarkozy ou comment siphonner les voix populistes

 

24/04/2012 – 08h00


PARIS (NOVOpress) – Selon Guillaume Peltier, l’un des secrétaires nationaux de l’UMP, « la France n’a jamais été à ce point sur les thématiques que nous développons : protection, patriotisme économique, besoin d’autorité ».

 

Dimanche soir, lors de la proclamation des résultats du premier tour de l’élection présidentielle, Guillaume Peltier ajoutait : « Si on n’avait pas parlé d’autorité et de protection, Marine Le Pen serait plus haute ».

 

Dans un entretien accordé à la Nouvelle République  en janvier dernier, Guillaume Peltier, au « sommet de l’UMP », soulignait son ambition d’aujourd’hui et « la préparation de demain », préférant évoquer des « égarements passagers » relatifs à son ex-parcours populiste. Frontiste, mégrétiste, conseiller et principal collaborateur de Philippe de Villiers au début des années 2000…

 

Guillaume Peltier est aimanté par le jeu politicien et les virages à 360 degrés.


Le porte-parole de Nicolas Sarkozy incarne l’ambition politicienne de droite, celle de tous les reniements afin de toucher du doigt les ors de la République.

 

Comme Patrick Buisson , l’autre conseiller de l’hôte de l’Elysée, le jeune politicien est ainsi chargé de donner un vernis populiste à Nicolas Sarkozy.

 

Pas sûr que les électeurs du Front national tombent dans le panneau comme en 2007.

Crédit photo : UMP Photos via Flickr, licence CC.

[cc] Novopress.info, 2012, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine [http://fr.novopress.info/]
Repost 0
25 avril 2012 3 25 /04 /avril /2012 07:14


Entretien avec Alain Renault

(propos recueillis par Fabrice Dutilleul)

 

Beaucoup d’études ont été publiées sur le Fascisme, quel est l’intérêt de celles de François Duprat ?

Le terme de « fascisme » recouvre des réalités différentes.

 

Duprat étudie des « fascismes » méconnus dans la perspective des combats d’aujourd’hui car il considère que « des leçons bien précises peuvent être tirés de l’histoire du mouvement nationaliste-révolutionnaire dans le monde ».

 

Ses monographies portent donc moins sur l’idéologie, marquée par le temps et l’espace, de ces différentes formations que sur leur action, leurs rapports face à la « droite » et la « gauche », leur capacité à recruter et à mobiliser, les raisons de leurs échecs ou de leurs succès.

Mais le Fascisme ne se confond pas avec le nationalisme-révolutionnaire, étiquette revendiquée par Duprat ?

Non, et d’ailleurs seul un imbécile n’ayant d’ailleurs rien compris à l’essence du Fascisme, mènerait aujourd’hui et en France une action politique en s’en réclamant…

 

Comme l’a écrit Duprat « le nationalisme doit être considéré aujourd’hui puisque nous sommes des relativistes et que nous croyons à l’obligation pour les formulations idéologiques de s’adapter aux situations changeantes ». Mais, quelle que soit l’étiquette retenue, il n’en demeure pas moins que certains principes perdurent même si certains font du « fascisme » sans le savoir, voire en s’en défendant.

Les analyses de Duprat restent-elles actuelles, 34 ans après sa mort ?

En tous cas, sa méthode, son logiciel de pensée, sont d’une actualité permanente. J’ai d’ailleurs sélectionné ces monographies, et les enseignements pratiques que l’on peut en tirer, pour l’action de notre temps. Ma préface les inscrit dans le combat actuel et dans l’analyse politique plus générale de Duprat.

Celui-ci semble avoir été très en avance dans sa prédiction des crises économique et identitaire qui commence seulement à apparaître.

Quelles leçons générales à tirer de l’ouvrage ?

Chacun peut en tirer des leçons individuelles par ses propres réflexions sachant que « la réflexion est ACTION si elle sait déboucher sur l’amélioration qualitative de l’action pure » en étudiant les erreurs qui mènent à l’échec et, plus positivement, les méthodes qui peuvent mener aux succès sachant que les conditions de ceux-ci ne les garantissent aucunement. « Si nous ne savons profiter des événements historiques en cours ce sera la preuve non pas que l’Histoire ne devait pas aller dans notre sens, mais que nous avons été, au moment voulu, incapables de profiter de notre chance. »

Histoire des Fascismes, de François Duprat, Préface, sélection, présentation et annexes par Alain Renault, éditions Déterna, Collection « Documents pour l’Histoire », dirigée par Philippe Randa, 310 pages, 29 euros.

 

Des mêmes auteurs, chez le même éditeur :

Les Fascismes américains – 1920-1944, de François Duprat et Alain Renault (328 pages, 31 euros) : Cette étude porte sur l’action de ces mouvements entre le début du XXe siècle et l’entrée des États-Unis dans la Deuxième Guerre mondiale : les précurseurs, la campagne antisémite de Ford, les « démagogues », produits de la crise de 1929, les mouvements purement fascistes de Shirts, le « Bund Germano-américain » et diverses organisations du même type, la lutte contre la guerre et la répression des « menées fascistes ».

Ordre Nouveau, préface d’Alain Renault (465 pages, 35 euros) : Son histoire, ses idées, son programme ont fait l’objet des deux ouvrages publiés successivement par le Mouvement, en juin 1972 et en juin 1973 dont l’intérêt suscite cette réédition.

 

BON DE COMMANDE

Je souhaite commander :

… ex. Histoire des Fascismes au prix de 29 euros.

… ex.  Les Fascismes américains – 1920-1944 au prix de 31 euros.

… ex. . Ordre Nouveau au prix de 35 euros.

Participation aux frais d’envoi :

Pour la France :

5 euros (1 livre) 6 euros (2 livres) 7 euros (3 livres ou plus)

Pour l’Étranger :

10 euros (1 livre) 15 euros (2 livres) 20 euros (3 livres ou plus)

À partir de 200 euros d’achat, frais de port gratuits

(pour envoi en colissimo recommandé + 5 euros)

 

Veuillez trouver ci-joint mon règlement de …… euros à l'ordre de Francephi.

 

Nom : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Prénom : . . . . . . . . . . . . . .

 

Rue : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

 

Code postal : . . . . . . . . Ville : . . . . . . . . . . . . . . . . . . Pays : . . . . . . . . . . . .

 

Tel : . . . . . . . . . . . . . . . . . . Adresse internet : . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . .. . . .

 

Veuillez trouver ci-joint mon règlement à l’ordre de « Francephi » par :

 

– Chèque bancaire ou postal

 

– Carte bancaire n° /__/__/__/__/ /__/__/__/__/ /__/__/__/__/ /__/__/__/__/

 

Expire fin /__/__/__/__/ 3 n° verso carte : .....… Signature : .................................

 

à renvoyer à : FrancePhi Diffusion

Boite 37 - 16 bis rue d'Odessa - 75014 Paris

Tél. 09 52 95 13 34 - Fax. 09 57 95 13 34 - Mél. diffusion@francephi.com

 Commande par internet (paiement sécurisé par carte bancaire ou paypal) sur notre site www.francephi.com

Repost 0
25 avril 2012 3 25 /04 /avril /2012 07:06

 

faire-part…

FRONT NATIONAL : AVIS DE DISPARITION ?

mardi 24 avril 2012, par Pierre Picace


Le site Challenges.fr révèle le nom que pourrait prendre le Front national après les élections législatives.

« Le 2 janvier dernier, en toute discrétion, Louis Aliot, a déposé à l’INPI le nom "Alliance pour un rassemblement national". ».

 

Une opération qui n’aurait pas reçu l’aval du président d’honneur du FN, pour qui : "On fonde un autre parti quand on a fait faillite, pas quand on a du succès !".

 

Source: Le Nouveau N-H

 

Marine Le Pen gomme la flamme…


954956-1128548.jpg

 

 Pour sa soirée électorale, Marine Le Pen a joué la prudence. L’accès de la salle est réservé aux militants et aux cadres du FN, inscrits sur une liste nominative. Pour voir leur candidate, les frontistes ont réservé leur place.

Si bien qu’il y a presque autant de journalistes que de partisans de Marine Le Pen dans cette salle du 15ème arrondissement de Paris.

 

Avant l’annonce des résultats, l’ambiance est plutôt tendue. Le FN n’était guère optimiste dans les derniers jours de la campagne. Rares sont ceux qui s’aventurent à demander aux journalistes les informations qui circulent depuis 18 heures.


Informée, la direction du FN fait durer le suspense et s’enferme dans une pièce à part pour « élaborer sa stratégie ». Les militants regardent le compte à rebours sur l’écran qui retransmet en alternance TF1 et BFM TV. Premier à émerger du conclave, Bruno Gollnisch se trouve séparé des militants par les caméras.

Il lâche : « L’UMP ne survivra pas à cet échec ». L’objectif se dessine, mais la foule attend toujours, crispée, le résultat de son héroïne.


À 20 heures, des huées accueillent l’annonce des duettistes du second tour. Puis, c’est une explosion de joie. Non seulement Marine Le Pen est bien en troisième position, mais elle porte le FN au plus haut score de son histoire. (Ndlf: ce qui est faux.)Les militants exultent.


Marine ne se montre toujours pas, l’apparition de Jean-Luc Mélenchon sur les écrans déclenche des huées et quelques « communistes assassins ». Mais au fond de la salle les applaudissements saluent Jean-Marie Le Pen qui fait son entrée.

Il expédie les journalistes et s’installe à une table pour trinquer au succès et évoquer la situation nouvelle, en jouant ostensiblement de propos de café du commerce. Le second tour n’a guère d’importance. Pour lui, Sarkozy est déjà battu.

 

Le Pen évoque les législatives, le désastre prévisible de l’UMP et la recomposition de la droite.

Marine Le Pen, enfin se montre, saluée par une ovation. Elle est désormais la patronne incontestée du Front National.

 

Et peut-être d’autre chose, tant les signes d’identification « frontistes » disparaissent sous l’image omniprésente de Marine Le Pen.

La célèbre flamme est discrète. Les invités se voient offrir un badge scintillant au nom de Marine Le Pen et un fond de teint tricolore, comme dans les matches de foot.

C’est tout juste si l’on parle encore du Front National, comme parti. Ce soir, il y a, d’abord, la maison Le Pen, le père fondateur et la fille prodige. L’image militante du parti est gommée et tout le monde parle d’un rassemblement beaucoup plus large. Marine Le Pen parle brièvement.

 

La salle est un peu surprise lorsqu’elle termine son discours par le vieux slogan de mai 68 « ce n’est qu’un début, continuons le combat ». Ils ne sont qu’une poignée à le reprendre timidement.

  Heureusement, Marine entonne La Marseillaise. Scander ce vieux truc gauchiste pour terminer la présidentielle 2012, tout de même, c’était trop demander !

 


En fin de soirée, on apprenait que, comme Marine Le Pen l’avait annoncé au congrès du Siel, le parti de Paul-Marie Couteau, le Front National s’effacerait au profit de listes de Rassemblement Bleu Marine pour les prochaines élections législatives.


Source et publication: La Flamme

 

 

 

Adieu ma France… Tu n’es plus celle que j’ai connue, le pays du respect des valeurs, de l’hymne et du drapeau, le pays de la fierté d’être français.

 

Adieu ma France des trafics en tous genres, du chômage, de l’islamisme, de la polygamie, du laxisme, de la permissivité, de la famille décomposée…

 

Adieu ma France réduite à l’état d’urgence, ma France déconstruite, en guerre avec elle-même.

 

Je veux, néanmoins, demeurer optimiste et croire en ton sursaut. Mais qui te sauvera?"
 
Général Marcel Bigeard
 

Repost 0
25 avril 2012 3 25 /04 /avril /2012 07:00

Marion Maréchal-Le Pen, bientôt candidate aux législatives ?

Publié le 25/04/2012 | 07:16 , mis à jour le 25/04/2012 | 07:22

Moins connue que son grand-père et sa tante, Marion Maréchal-Le Pen commence cependant à se faire un prénom.

 

Des propos tenus par Jean-Marie Le Pen lundi 23 avril laissent penser qu'elle sera bien candidate à Carpentras, dans le Vaucluse, où le Front national a réalisé l'un de ses meilleurs scores au premier tour de la présidentielle.

Marine Le Pen espère transformer en juin l'essai du premier tour de la présidentielle en faisant entrer des députés à l'Assemblée nationale pour la première fois depuis 1986.

 

 S'il obtient le même score qu'à la présidentielle, le parti sera en mesure de se maintenir au second tour dans plus de 350 circonsciptions, provoquant autant de triangulaires néfastes pour l'UMP. 

"J'irai faire la campagne de ma petite fille aux législatives à Carpentras"


Le président d'honneur du FN a laissé entendre à des journalistes qu'il ne serait pas candidat dans le Vaucluse, comme cela avait été évoqué. "Moi, j'irai faire la campagne de ma petite fille aux législatives à Carpentras", a-t-il lâché. 

 

Un membre de la direction du parti a ensuite confirmé mardi que Jean-Marie Le Pen "ne [souhaitait] pas être candidat."

En revanche, la candidature de sa petite fille, Marion Maréchal-Le Pen, si elle n'a pas encore été confirmée par la commission d'investiture, semble de plus en plus probable.

 

Elle pourrait concourir avec des chances d'être élue dans le Vaucluse, un département où le FN a fait élire ses deux conseillers généraux.

 

Fille de Yann Le Pen, la fille cadette de Jean-Marie Le Pen, et de Samuel Maréchal, qui fut longtemps l'un des cadres du parti, elle s'était déjà présentée en 2010 aux élections régionales en Ile-de-France, à seulement 19 ans.

 

 

Source et publcation: FTVi avec Reuters

Repost 0
25 avril 2012 3 25 /04 /avril /2012 06:54

Le 6 mai, une gauche minoritaire risque de l’emporter contre une droite divisée

Tribune libre d’Yvan Blot*

 

Les résultats du 22 avril 2012 montrent une très grande stabilité du corps électoral français, où la gauche reste minoritaire. Mais 18% seulement des Français ont confiance dans les partis politiques.

 Il manque pour l’instant en France un grand parti qui soit à la fois libéral en économie, favorable aux référendums populaires, patriote sur le plan national et conservateur sur le plan des valeurs morales et chrétiennes .

 

 

La gauche reste minoritaire

La gauche représentée par les candidats Hollande, Mélenchon, Joly, Poutou et Arthaud atteint au total 43,50% des voix. Elle n’est pas majoritaire et ne l’était pas non plus il y a dix ou vingt ans.

C’est la rupture entre le Front national et la droite modérée qui donne ses chances à la gauche, comme l’ancien président socialiste François Mitterrand l’avait bien vu et instrumentalisé en son temps (voir mon livre Mitterrand, Le Pen, le Piège paru en 2007.)

Le Parti socialiste fait toujours autour de 30% et l’extrême-gauche entre 11 et 15% des voix.

Mélenchon, Poutou et Arthaud totalisent 12,79%  ce qui n’est pas une surprise. Certes, les Verts ont fait un mauvais score (2,26%) surtout au profit de Hollande.

A droite, c’est, on pourrait dire le retour à la normale. Les centristes sont autour de 10%. Sarkozy avait réussi lors des dernières présidentielles à capturer la moitié des voix du Front national mais celui-ci a retrouvé ses voix de 2002. Sarkozy a été sanctionné pour avoir déçu cet électorat qui est revenu à son niveau habituel.

 

 

Le Front National est stable 

 

Par rapport à 2002, Marine Le Pen, avec 18,27% des voix, est en retrait de 0,93%  par rapport au total des voix Le Pen plus Mégret qui était de 19,20%. Si l’on ne compte pas les voix de Mégret, ce qui est une erreur car son électorat est le même que celui du FN, Marine Le Pen ne gagne que 1,41 point par rapport au score de son père en 2002 (16,86%).

Marine Le Pen a su sauver l’héritage mais n’a pas su faire progresser son parti qui en reste au même point qu’il y a dix ans.

 

 

La permanence des mauvais reports à droite : un problème « affectif »

L’exemple de Jean-Luc Mélenchon ou d’Eva Joly appelant le soir des élections leurs électeurs à voter contre Nicolas Sarkozy montre l’excellente discipline solidaire de la gauche, même sans la moindre négociation.

A droite, comme depuis la victoire de François Mitterrand en 1981, les mauvais reports favorisent la victoire de la gauche. Il faut dire que la droite est affectivement très divisée : ce n’est pas un problème intellectuel mais affectif, donc beaucoup plus grave.

L’UMP, le parti de Sarkozy, compte des gens proches de la sensibilité populiste du Front National, comme les députés de la Droite populaire et mais il en compte d’autres plutôt d’une sensibilité proche des oligarques de centre gauche, comme le conseiller du président Henri Guaino ou Nathalie Kosciusko-Morizet voire même Alain Juppé.

Ces oligarques ne peuvent s’empêcher de faire sentir leur morgue et leur mépris, voire pour certains leur haine, à l’égard des électeurs « populistes », notamment du FN. Ces derniers, humiliés, sont donc hostiles en retour.

La cassure entre le peuple et l’oligarchie passe au milieu de la droite, et il n’y a pas de phénomène aussi fort à gauche même si cette cassure existe aussi (quoi de commun entre l’oligarque Laurent Fabius et le populiste Jean-Luc Mélenchon ?)

Avec les sondages de report des voix, il semble qu’Hollande devrait gagner le deuxième tour. En effet, avec un stock de 43,50% des voix clairement de gauche, Hollande peut espérer avoir 3% de voix parmi les électeurs du centriste Bayrou (soit un tiers) et 3,6% de voix venant de l’électorat de Marine Le Pen, ce qui fait un total de 50,10%. Certes, la marge est faible.

Le discours actuel du président Sarkozy, qui consiste à dire que les électeurs du Front National sont des électeurs qui souffrent n’est pas faux mais semble insuffisant pour créer une réconciliation tellement ces électeurs se sentent considérés comme des Français de deuxième classe.

Suspectés souvent à tort de racisme, ces électeurs supportent mal la condescendance des élites politiques qui forment la majorité de l’entourage du président Sarkozy malgré la présence d’hommes de tact et de bons sens comme le conseiller catholique de droite Patrick Buisson ou le ministre de l’intérieur Claude Guéant.

Le pronostic du 2ème tour reste donc favorable à Hollande, même si le score peut-être serré.

 

 

La question de fond : pourquoi l’électorat est-il si stable ?

C’est la question la plus intéressante du point de vue de la science politique. En effet, la société française connaît de nombreuses mutations. Les jeunes électeurs votent de plus en plus pour le Front national (nationaliste) ou le Front de Gauche (marxiste).

Cela traduit les inquiétudes des jeunes électeurs tant sur des sujets comme l’immigration ou l’insécurité que sur l’économie ou le chômage. Cela dit, cette montée des jeunes (limitée par la crise démographique) semble être compensée par une grande fidélité des électeurs plus âgés vers les partis traditionnels, l’UMP, les centristes et le parti socialiste.

C’est ce qui expliquerait la stabilité actuelle mais qui ne durera pas toujours si l’économie venait à s’effondrer.

Enfin, si l’on cesse de voir les appartenances partisanes, on constate une méfiance générale croissante envers l’oligarchie politique française, très liée aux États-Unis et à leurs modes idéologiques : 38%  des citoyens seulement disent avoir confiance dans les députés, et le chiffre est le même pour les syndicats.

 

Mais 18% seulement ont confiance dans les partis politiques (source : CNRS ; Bréchon et Tchernia). Sur des sujets ponctuels comme l’immigration ou l’insécurité, les citoyens sont nettement plus radicaux (vers la droite) que les élites politiques.

 

Ils souhaitent aussi pouvoir être consultés par référendums (il y en a de moins en moins depuis le départ de De Gaulle). Il manque pour l’instant en France un grand parti qui soit à la fois libéral en économie, favorable aux référendums populaires, patriote sur le plan national et conservateur sur le plan des valeurs morales et chrétiennes.


Bref, personne n’a en France une ligne comme celle du Président Poutine en Russie. Le dernier fut De Gaulle. C’est un grand inconvénient. L’émergence d’une telle force soit par la réforme des partis existants soit par l’apparition de nouvelles organisations est un sujet essentiel pour moderniser la vie de la démocratie française.

 

 

Car il y a des urgences : il faut notamment redresser l’économie et les finances de la France, juguler l’immigration de masse et l’insécurité, et redonner à la France sa souveraineté malmenée depuis le départ du général De Gaulle. Il y va de la confiance des Français dans leurs politiciens professionnels qui, ces dernières années, les ont beaucoup déçus.

 


*Yvan Blot est docteur ès sciences économiques, ancien élève de l’ENA, haut-fonctionnaire, ancien député du Pas-de-Calais, auteur des livres Les Racines de la Liberté, Albin Michel (1985), La Démocratie Confisquée, Jean Picollec (1988) et Herbert Spencer, un évolutionniste contre l’étatisme, Les Belles Lettres, Prix du livre libéral 2007.

 

source et publication:   http://www.ndf.fr/poing-de-vue/24-04-2012/le-6-mai-une-gauche-minoritaire-risque-de-lemporter-contre-une-droite-divisee?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+ndf-fr+%28Nouvelles+de+France%29

Repost 0
25 avril 2012 3 25 /04 /avril /2012 06:48

REVUE DE PRESSE: TRIBUNE LIBRE

Le FN va-t-il laisser gagner la gauche ?

Il apparaît difficile pour le parti de Marine le Pen de soutenir le Président sortant. Une chose est sûre : les haines sont tenaces en politique.

 

Pendant des années, le FN a été diabolisé. Voué aux gémonies par la gauche, suivie en cela par la droite parlementaire, le FN a gagné ses lettres d’infréquentablité. « Face à l’intolérance et à la haine, il n’y a pas de compromis possible, il n’y a pas de débat possible », affirmait Jacques Chirac entre les deux tours de l’élection présidentielle de 2002. Après avoir tant diabolisé le Front national et ses soutiens, il ne faut pas s’étonner que ceux-ci soient rétifs à une alliance éventuelle, même officieuse, avec l’UMP qui les a si souvent toisés.

 

Il fut un temps, sous l’ère Chirac, où voter FN relevait de la quasi pathologie. Avec l’arrivée de Nicolas Sarkozy, les perceptions ont quelque peu évolué. Conscient que le candidat de droite devait d’abord rassembler son camp, l’actuel Président avait, en 2007, tendu la main à ces électeurs en surfant sans complexes sur les thèmes privilégiés du Front national. Le résultat a été sans appel : une partie de l’électorat frontiste a été siphonné par la droite parlementaire. Ces brebis égarées avaient retrouvé la bergerie, l’UMP s’en félicitait, il ne fallait plus les mépriser.

 

Le Front national, en revanche, avait toujours droit au mépris émanant de la gauche et repris comme un écho par la droite. Dimanche soir, on a vu sur TF1 une droite gênée qui semblait marcher sur une corde raide. Il ne fallait pas faire alliance avec le Front national mais il ne fallait plus l’attaquer non plus. 19% des voix, ça se dorlote. 

 

Le FN est devenu un faiseur de rois potentiel : Jean-François Copé, excellant dans cet exercice, l’a très bien compris en appuyant sur l’immigration et le droit de vote des étrangers promus par les socialistes tout en prenant bien soin de ne pas égratigner le parti de Marine Le Pen.

 

Nadine Morano, prenant le relais, semblait vouloir materner les électeurs qui ont voté Front national « parce qu’ils souffrent », prenant bien soin de distinguer les électeurs fréquentables de l’infréquentable parti pour lequel ils avaient voté. Les frontistes ne sont plus des pestiférés, le Front national si. Ce n’est pas la panacée mais il y a un mieux.

 

Une autre chose est sûre : les haines et les grands principes s’effacent vite devant les considérations électorales.

Malgré toute la confiance que l’on peut avoir dans les déclarations des hommes politiques, l’expérience démontre que la première ambition de ceux-ci est de se faire élire. Les grands principes viennent après.

On se souvient du tohu-bohu provoqué par le Front national en 1998 lorsqu’il avait permis à la droite de gouverner les régions en lui apportant ses voix.

La droite s’est alors divisée entre ceux qui estimaient qu’il leur fallait accepter ces voix (souvent ceux qui en avaient besoin) et ceux qui prétendaient qu’il fallait les rejeter. Cette dernière option a finalement prévalu, non sans laisser de profondes blessures au sein des partis de droite.

Les élus UMP sont-il prêts à ne plus être élus au nom d’une question de principe ? Il y a peu de chances. La droite n’acceptera pas longtemps de perdre ses sièges au prix d’une morale imposée par le politiquement correct de gauche. L’UMP doit s’allier au FN pour conserver ses mandats et elle le sait.

 

Le problème aujourd’hui est l’intérêt du FN. Est-il de faire gagner la droite ou d’essayer de faire imploser l’UMP ?


On peut se poser la question. Au zénith de ses scores électoraux, le Front national est plus que jamais incontournable et il le sait.

Le parti créé par Jean-Marie Le Pen peut avoir des élus aux législatives en cas d’accord avec l’UMP. Va-t-il prendre ce chemin et rentrer à l’Assemblée nationale ou va-t-il continuer sur la stratégie qui lui a été imposé de ne jamais faire d’alliance ?

Si le FN fait alliance, il peut revenir au Palais Bourbon aux prochaines législatives. Toutefois le parti de Marine Le Pen peut considérer un autre intérêt à moyen terme, celui de faire imploser l’UMP. Il pourrait paraître préférable au parti frontiste de voir la droite parlementaire s’effriter afin d’en récupérer les morceaux. Stratégie solitaire, égoïste mais compréhensible au vu de la manière dont il a toujours été traité.

Stratégie dangereuse pour l’intérêt de la France qui se remettra difficilement de 5 ans de socialisme, et même pour le FN qui n’a pas intérêt à voir les étrangers voter, une promesse de François Hollande. Intérêt du parti ou intérêt du pays ?

 

Telle est la question.

 

Entre l’appel à l’abstention de 2007 et le « Pas une voix pour Mitterrand » de 1988, le FN va devoir choisir. Réponse le 1er mai prochain.

 

Source et publication:    http://www.ndf.fr/poing-de-vue/24-04-2012/le-fn-va-t-il-laisser-gagner-la-gauche?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+ndf-fr+%28Nouvelles+de+France%29

Repost 0