Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 juin 2012 5 22 /06 /juin /2012 18:29
Un touriste tchèque, depuis le promontoire de la Pointe du Raz, dans le Cap-Sizun, a filmé l'impressionnant naufrage du Brisant, il y a un mois.
Il a posté la vidéo sur YouTube en fin de semaine dernière.
  
 
 
 Extrait de Ouest-France :
 
En fin d’après-midi, le vendredi 18 mai, Sylvain Normant, 45 ans, un marin-pêcheur professionnel d’Audierne, pêchait le bar dans le Raz de Sein, entre la Pointe du Raz et le phare de la Vieille. Des parages très tourmentés, aux courants violents, un monde dantesque par mauvais temps.
 
Ce jour-là, la houle était forte et le vent de suroît soutenu. Alors qu’il manœuvrait, une vague plus violente que les autres a pris son bateau de 8 mètres par le travers. Le Brisant a litttéralement été retourné comme une crêpe.
Le marin pêcheur, seul à bord a été projeté à l’eau mais est parvenu à s’accrocher à la coque retournée de son ligneur.
 
Ronan Thomas, patron de l’Altaïr, témoin du drame, a immédiatement coupé sa ligne de pêche pour se porter au secours de son collègue et lui jeter une bouée.
Après dix minutes passées dans une eau très froide, Sylvain Normant sera hissé à bord de l’Altaïr.
Sauf ! Il était temps, avouera-t-il, « Je n’avais plus de force, mes muscles étaient tétanisés par le froid ». Le marin a aussi dû son salut au fait qu’il portait une veste à flottabilité intégrée (VFI).

Un touriste tchèque, depuis le promontoire de la Pointe du Raz, dans le Cap-Sizun, a filmé toute la scène, le naufrage et le sauvetage du pêcheur de bar dont le bateau a fini par sombrer

Site : http://jean-marielebraud.hautetfort.com/
Blog : http://pdf.bretagne.over-blog.com/

 

Repost 0
22 juin 2012 5 22 /06 /juin /2012 18:24

 Chers amis,

Voici la vidéo du Libre Journal du Parti de la France.

 

 Invités de cette quinzaine, Pierre Descaves, Président de France Résistance et Roger Holeindre, Président du Cercle National des Combattants.


Ils annoncent le grand rassemblement patriotique d'hommage à l'armée française du samedi 30 Juin prochain.


http://www.dailymotion.com/embed/video/xroa8y

Bonne lecture.


Bien cordialement

-- 
Le Parti de la France 
Email : contact@parti-de-la-france.fr
Site : http://www.parti-de-la-france.fr
Adhérez ! : http://www.parti-de-la-france
Repost 0
22 juin 2012 5 22 /06 /juin /2012 10:13

22.06.2012

Quelle spiritualité pour la Nation Européenne ? par Thomas Stahler

« Quel sujet plus périlleux que d’évoquer la question religieuse en Europe ? En effet, entre les tenants de la tradition païenne et ceux de [l'Eglise*] un combat perdure, et pas seulement d’idées. Et pourtant ici je vais me faire l’avocat de la paix, de la réconciliation entre ces deux “traditions”, toutes autant légitimes l’une que l’autre. Car chacun a, à sa manière, raison. Mais je serai clair, la tradition chrétienne que j’évoquerai n’est pas une version archaïque du “droit de l’hommisme”. Il paraît évident que le christianisme originel, celui que les Romains connurent et haïrent, fut une doctrine particulièrement détestable, qui a contribué d’une manière significative au déclin de l’empire romain. Mais il y eut par la suite un autre christianisme, le pagano-christianisme du Moyen-Âge, un christianisme de combat et de courage, bien loin de l’angélisme nihiliste des premiers chrétiens. Ce christianisme des cathédrales et des croisades fut une formidable synthèse de l’esprit européen.

La filiation entre l’Europe* païenne, qui constitue tout de même 95% de l’histoire européenne, et l’Europe chrétienne, est indiscutable. Les lieux les plus sacrés de la France chrétienne étaient aussi ceux de la tradition druidique de la Gaule. Le Mont Saint-Michel était jadis le sanctuaire principal du dieu* Belenos, dieu celte de la lumière et du soleil. La Cathédrale de Chartres fut construite en lieu et place du haut conseil druidique qui se réunissait chaque année sur le territoire des Carnutes. Saint-Denis, qui abrite les sépultures des rois de France, était le sanctuaire national gaulois du dieu Taranis, dieu celte* de l’orage et de la guerre. Une chose amusante me vient d’ailleurs à l’esprit. Jeanne d’Arc, héroïne française, naquit à Domrémy, où existait un important sanctuaire de Taranis. Celle-ci a entendu ses voix l’incitant à combattre pour libérer la France sous un chêne, or le chêne était l’arbre sacré de Taranis. Coïncidence ? Je vous laisse juge. Et le nom de Lyon, Lugudunon, signifie ” ville du dieu Lug “, Lug étant le dieu gaulois du ciel. Lyon, la capitale des Gaules, le cœur de l’épiscopat français, était une ville sainte du temps du druidisme. Ce qui est vrai pour la France l’est tout autant pour nos frères européens. Saint-Oswald, saint important des Allemands, a deux loups et deux corbeaux comme compagnons; on reconnaît là Wotan*-Odin et ses animaux sacrés*. Les saintes les plus importantes des Iles Britanniques sont Sainte-Anne et Sainte-Brigitte. En fait il s’agit des deux déesses celtiques les plus honorées, Ana ou Dana, déesse de la terre, et Brighid, déesse guerrière proche de la Minerve romaine. Le combat de Saint-Georges et du dragon* rappelle celui entre le dieu Taranis et le dragon Tarascus. De même Saint-Michel n’a fait que se substituer à Belenos. Chez les Russes, Saint-Elie est en fait le dieu orageux Perun et Saint- Blaise cache en réalité la figure du dieu-berger Volos. Chez les Albanais, Sainte Prenda est en fait la déesse de l’amour Prenda, et Perendi, dieu de l’orage et de la guerre, est le nom qu’ils donnent au Dieu chrétien. Chez les Lituaniens, le dieu païen du ciel et le dieu chrétien portent le même nom, Dievas, de même racine que Zeus, le Tyr germanique et Jupiter.

Il est regrettable que l’Eglise* n’ait que trop souvent nié ces évidences. Or le christianisme a emprunté énormément de choses au paganisme* qui l’a précédé. Les mythes* consacrés à Jésus sont en fait des mythes païens qui lui furent attribués. Jésus, crucifié pour sauver l’humanité, rappelle les sacrifices des dieux païens en faveur des hommes. Asclépios, qui avait délivré l’homme de la mort, fut foudroyé. Héraclès, qui avait débarrassé le monde des monstres, ennemis des hommes, mourut sur le bûcher du Mont Oeta. Et la résurrection du Christ rappelle celle de Dionysos, tué par les Titans, et à qui Zeus a rendu la vie et l’a fait accéder au rang des dieux olympiens. La virginité de Marie, niée par les musulmans qui pourtant reconnaissent Jésus comme prophète, est évidemment la récupération des déesses-vierges de la Grèce païenne. La tradition dit que Marie est morte à Ephèse, Ephèse cité de la déesse-vierge Artémis. Hasard, je ne crois pas. Et pourquoi donc le Parthénon, c’est à dire le temple ” de la vierge (Athéna) ” fut transformé en Eglise dédiée à la Vierge Marie ? Là encore la filiation est évidente. Le culte de Marie s’est aussi substitué à celui de la déesse-mère* basque* Mari, comme à celui de la déesse lituanienne Mara.

Les chrétiens n’honorent pas le Seigneur en l’appelant du nom de Yahweh alors pourtant que le christianisme est d’origine judaïque. Ils l’honorent en l’appelant Dieu*, mot apparenté au nom du dieu suprême des Grecs, Zeus, de même origine indo-européenne*. Déjà les Romains appelaient Deus (Dieu) leur Jupiter, le dieu-père du ciel et de la lumière diurne.

On l’a vu donc, le christianisme européen est au fond la forme prise par le paganisme, une coloration chrétienne à une âme païenne. Le Dieu chrétien n’est autre que Zeus-Jupiter, le ciel-père des Européens. Les saints cachent mal la figure des dieux anciens. Dès lors il n’y a pas lieu d’opposer le paganisme indo-européen à un christianisme qui ne le serait pas. Le christianisme européen n’a finalement que peu de rapports avec le judaïsme qui serait à sa source. Dès lors, paganisme et christianisme peuvent cohabiter sans haine mais avec compréhension sur le sol d’Europe.

Ce qui est vrai du christianisme ne l’est pas de l’islam et il faut s’opposer avec la plus grande énergie à l’implantation de cette religion sur notre sol. L’islam a par deux fois attaqué l’Europe, une première fois au VIIIème siècle en envahissant l’Espagne wisigothique et en envoyant ses soldats jusqu’à Poitiers, une seconde fois à partir du XVème siècle sous l’impulsion des Turcs Ottomans. Partout en Europe où il y a guerre, l’islam y est. Tchétchénie, Kosovo, Bosnie, Chypre, partout l’islam s’y trouve. Je ne crois pas qu’il faille y voir un hasard. L’islam est profondément incompatible avec la civilisation et la culture européenne. Ses valeurs* ne sont pas les nôtres. Cette religion* ne s’est jamais implantée par la conviction mais bien par la force. Il n’y a pas un seul pays musulman aujourd’hui qui n’ait pas été converti à l’islam autrement que par ce biais. L’Egypte, la Perse, le Pakistan, ont abandonné leurs propres traditions par la coercition exercée par l’islam et les conquérants arabes. Le cas de l’Afghanistan en est une illustration remarquable. Les statues des Bouddha géants détruits par la folie des Talibans sont une mise en garde. Devrions-nous assister sans rien faire à la destruction des temples ” idolâtres ” que sont le Parthénon, le Panthéon, Notre-Dame de Paris ? »

texte tiré de racines.traditions.free.fr

merci à Michel D.

Arnold HUMBERT

Repost 0
22 juin 2012 5 22 /06 /juin /2012 10:10

Chronique de la France asservie et… résistante

3350149693.jpgBernard-Henri Lévy vient de commettre un nouveau film, tout à sa gloire, dont le titre est «Le serment de Tobrouk », référence majestueuse au serment de Koufra prononcé par Leclerc qui jurait que les couleurs tricolores flotteraient sur la cathédrale de Strasbourg.

BHL EN GLOIRE

On n’y voit que lui, on n’entend que lui, avec toutefois quelques personnages secondaires tels Hillary Clinton, David Cameron, Benyamin Netanyahou ou Nicolas Sarkozy. On savait déjà que BHL avait libéré à lui tout seul la Libye. On en a confirmation. On découvre un Sarkozy qui justifie ainsi l’intervention française : « J’avais le sentiment d’être en retard sur la Tunisie, d’être périphérique sur l’Egypte… » Voici comment des guerres se déclenchent : le sentiment d’être en retard. Il y a des scènes amusantes cependant, dans le film. Une pastèque manque de tomber sur la tête de notre génie de la géopolitique. Dommage, elle l’a raté... On y découvre la scène, baroque au possible, où BHL s’adresse aux représentants des tribus, déguisés comme dans Nabbucco, où il leur annonce sa judaïté : « Je suis moi-même l’héritier d’une très ancienne tribu

Ça va, on avait compris... Il y a dans le film un moment grandiose, quand BHL s’avance lentement, accompagné de quatre chefs rebelles, dans les allées du cimetière militaire français de Tobrouk. Réunis sous la croix de Lorraine, ils jurent de «ne pas se séparer tant que la Libye ne sera pas engagée sur le chemin de la démocratie.» BHL en plagiaire du serment de Koufra... On découvre aussi un BHL qui pense et qui s’en remet à la sagesse juive en déclarant : «Ce qui va plus loin que tes oeuvres, ne t’en mêle pas.» Je n’ai absolument rien compris à cette déclaration, apparemment d’une grande profondeur, et remercie les lecteurs de RIVAROL qui pourraient m’éclairer... Revenons au film. Tous ceux qui l’ont vu le jugent nul. Aussi nul que celui que BHL avait consacré à son héroïque intervention en Bosnie. Pour une fois, rendons hommage à Audrey Pulvar, qui n’est certes pas de nos amies, qui n’a pas hésité à dire, dans l’émission « On n’est pas couché » tout le mal qu’elle pensait du film : « On ne voit que vous. Vous masquez le peuple libyen dans ce film et, notamment, ce qui est dommage, c’est  qu’on sent très bien que ce film est là pour convaincre les sceptiques que vous avez vraiment fait ce que vous avez fait », avant de l’assassiner proprement en déclarant : «On a des plans magnifiques sur votre poitrine, sur votre bronzage, sur votre chevelure et quand on a des interviews, c’est “Bernard-Henri Lévy était là ». Bien vu !

En attendant de libérer la Syrie à lui tout seul, BHL s’autorise une petite échappée en France, tendance équipée de la 2e DB. Quand il n’est pas attablé au café de Flore,où il a ses habitudes, il part en croisade, tirant à boulets rouges contre Marine Le Pen et ses électeurs. Il vient de déclarer sur RMC : « Les électeurs FN sont obsédés par des chiffres généralement faux des immigrations, des flux, des machins… (C’est quoi des “machins” ?) ils savent ce qu’ils font. Et c’est pas du tout un vote de défiance, c’est un vote d’adhésion à des idées qui sont des idées dégueulasses, racistes, antisémites, haine de la France, parce que c’est quand même ça que respire Marine Le Pen : la haine de la France !» En attendant, BHL ne respire certes pas la haine d’Israël, puisqu’il a déclaré à propos de son intervention en Libye : « J’ai porté en étendard ma fidélité à mon nom et ma fidélité au sionisme et à Israël. » C’est pas beau ça ?

 

mon cinema.jpg

 

BHL ET LE BOIS D’ÉBÈNE

On sait que le « bois d’ébène » qualifiait le trafic d’esclaves. Dans la famille Lévy, on s’y connaît en bois, en exploitation du bois et en exploitation des Africains. On connaît BHL, on connaît sa fille Justine, auteur à bobos, on connaît sa deuxième épouse, Arielle Dombasle, mais qui connaît son père, André ? Il est vrai que BHL se montre plutôt discret quant à cet oiseau. Il traita pourtant de très juteuses affaires africaines, exploitant le bois précieux de Côte d’Ivoire, du Cameroun et du Gabon. C’est une histoire déjà racontée par deux journalistes, Nicolas Beau et Olivier Toscer, qui avaient publié en 2006 une enquête intitulée fort judicieusement «Une imposture française ». Mais il n’y a pas de mal à se faire du bien en rappelant quelques petits détails. Les conditions de vie et de travail imposées aux ouvriers dans les concessions gérées par l’entreprisedes Lévy, la Becob, étaient ignobles : salaires en retard, équipements sanitaires déplorables, un ruisseau pollué pour s’alimenteren eau. Cela ne traumatisa pas outre-mesure BHL, qui fut chargé de la communication interne, et fut même le dirigeant pendant deux ans. C’est ainsi que la sueur africaine alimenta généreusement le compte en banque des Lévy. Jusqu’au jour où les affaires périclitèrent. Mais pas de souci. Grâce à ses relations, BHL obtint un prêt de plusieurs millions de francs, à un taux particulièrement avantageux, avant d’obtenir de François Pinault le rachat de l’entreprise. Pour, il est vrai, une somme modeste : 120 millions d’euros.

LA LICRA EN ÉMOI

Les récentes agressions antisémites, notamment celle de trois juifs par une bande de Maghrébins à Villeurbanne, ont pour curieux effet de lui ouvrir les yeux. Voici les récentes déclarations de l’avocat Gilles-William Goldnadel : « Aujourd’hui, dans l’immense majorité des cas, cet antisémitisme violent est issu de la communauté maghrébine. » Et puis, tenez-vous bien : « Il ne faut pas non plus sous-estimer une sorte de racisme anti-français, une sorte de racisme anti-Blancs. » Quant au patron de la Licra, Alain Jakubowicz, connu pour sa haine des nationalistes qui osent s’opposer à l’invasion islamique en France, lisez ce petit chef-d’oeuvre de contorsion et de souffrance : « Je peux vous dire que pour le président de la Licra que je suis, ce n’est pas facile à dire. Mais il faut le dire parce que je crois que nos hommes politiques, mais également les services de police, ne nomment pas suffisamment les choses (mais quelles choses ?). Il y a une forme d’angélisme, on est en pleine campagne électorale, et aujourd’hui on veut ménager les Juifs, on veut ménager les Arabes, on veut ménager ceci, cela… Et du coup, on ne dit pas les choses.» Mais quelles choses ?

MAIS QUE FAIT LA LICRA ?

Israël vient d’autoriser l’expulsion de 1 500 illégaux du Soudan du Sud. Cette décision, prise par le tribunal administratif de Jérusalem, a été saluée par le ministre de l’Intérieur, Eli Yishai, qui a déclaré : « J’espère que ce n’est que la première des nombreuses étapes qui nous permettront également d’expulser ceux de l’Erythrée et [du Nord] Soudan. »

Le député Danny Danon (Likoud), qui est le président du Comité de l’Immigration, de l’Intégration et de la diaspora, était également enthousiaste quant à la décision du tribunal. A la suite de l’annonce de la Cour, Danon aurait dit à Yishai, « pas de bavardages, il est temps d’agir. Expulsons-les immédiatement ! » Danon, qui est d’évidence un grand humaniste, a ajouté que « les coeurs saignants des gauchistes ont échoué dans leurs tentatives pour empêcher l’expulsion » et que « il n’y a absolument aucune raison pour que 3 000 Soudanais du sud ne soient pas expulsés dans les deux prochaines semaines. »

Il y a actuellement environ 35 000 migrants en provenance d’Érythrée qui vivent en Israël, et 15 000 en provenance du Soudan. Au cours du mois passé, les tensions ont été particulièrement élevées entre les Israéliens et les clandestins africains, ce qui entraîne de grandes manifestations et parfois même des violences, principalement dans le quartier Hatikva au sud de Tel-Aviv.

Dans son communiqué de presse, Yishai a réitéré sa position selon laquelle jusqu’à ce que tous les migrants africains soient expulsés, ils devraient être logés dans des centres de détention spécialement construits, ainsi que dans des villes de tentes, afin de maintenir les migrants concentrés dans une région. Il ne s’agit évidemment pas de camps de concentration. Où êtes-vous allés chercher cela ?

FRANÇOIS HOLLANDE EN PRÉSIDENT NORMAL

Ce qui est étonnant avec les Tartuffes, c’est que, pour paraphraser Audiard, dans les Tontons flingueurs, ils osent tout et que c’est à ça qu’on les reconnaît. Notre Président “normal” s’est rendu à Caen à l’occasion de la commémoration du débarquement des alliés le 6 juin 1944. Parti en voiture, il n’a visiblement pas roulé de façon “normale” puisqu’il a régulièrement atteint la vitesse de 160 km/h avec des pointes à 180 km/h. La voiture de François Hollande avait déjà atteint les 140 km/h dans le tunnel passant sous la Défense, dans les Hauts-de-Seine, alors que la vitesse y est limitée à… 70 km/h. Par la suite, les équipes de BFMTV qui suivaient le cortège à moto « ont pu constater que la voiture présidentielle avait roulé pendant de nombreux kilomètres à plus de 160 km/h », alors que la vitesse est limitée à 130 km/h.

Arrivé sur place, François Hollande n’a pu éviter les questions sur le trajet. « Vous avez pris la voiture pour venir au mémorial ? », a d’abord demandé un reporter de BFMTV. Réponse du président : «Il valait mieux parce qu’il y a un gros problème avec le train ici, je ne vous parle pas de l’avion, qui ne correspond pas à mon mode de déplacement ». « Pas d’excès de vitesse ? », relance un journaliste de RTL. Et puis, la bouche en cul de poule, notre Tartuffe en chef de répondre : « Pas d’excès de vitesse, je ne sais pas. Cela a été signalé ? ».

Dès les premiers kilomètres, le convoi du président avait bafoué les règles imposées par la « charte de déontologie » voulue par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault. Celle-ci stipule en effet que Président et ministres doivent, dans la mesure du possible, se déplacer en train ou en voiture et respecter le code de la route. Hollande vat-il être sanctionné par son Premier ministre ?

Valérie Trierweiler en appelle aux lecteurs de RIVAROL. Il s’agit évidemment d’une petite exagération de ma part. Mais ce qui suit est tout à fait sérieux. La concubine de François Hollande cherche un nouveau terme pour remplacer celui de « première dame ». « Ce n’est pas que je n’aime pas », dit-elle dans une interview diffusée sur France Inter, « mais je trouve ça un petit peu désuet. » Et la première petite amie de France de poursuivre, avec une grande profondeur : « Comme je souhaite un petit peu changer les choses, je trouve qu’il faudrait renouveler ce terme », ajoutant qu’elle trouve “parfait” qu’on l’appelle par son nom, Valérie Trierweiler.

Mais comment, diable, pourrait-on l’appeler autrement que par son nom ? Valérie Rottweiler, comme certains plaisantins se sont amusés à le faire ? Question du journaliste : « A-t-elle une idée pour remplacer l’expression “première dame” ? »

Non, pas encore. Elle dit recevoir des propositions de Français qui lui écrivent. Un lèche-botte de chez lèches-bottes lui aurait proposé : « L’atout coeur de France, première journaliste »…

LA BELLE VIE DES ANCIENS PRÉSIDENTS

Nicolas Sarkozy n’a pas réellement de souci à se faire quant à son avenir, sur le plan financier. Il touchera une retraite de 6 000 euros mais aussi le droit de siéger au Conseil constitutionnel (12 000 euros supplémentaires). Mais cela n’est rien par rapport aux avantages annexes. La République met à sa disposition un appartement de onze pièces, de 323 mètres carrés, au premier étage d’un immeuble haussmannien, rue de Miromesnil, au coeur du Paris luxueux. Le loyer, 15 000 euros par mois, est pris en charge par l’État, en plus des frais annexes (eau, électricité, gaz, téléphone). Sarkozy aura droit à sept collaborateurs à temps complet, plus deux domestiques et deux fonctionnaires de la Police nationale, chargés de sa sécurité. Il disposera d’une voiture de fonction avec deux chauffeurs, et ses voyages en train ou en avion ne lui coûteront rien, pas davantage qu’à son épouse. Si d’aventure il lui venait une petite velléité de se rendre à l’étranger, pas de problème : l’ambassadeur du coin sera chargé de l’héberger. Giscard d’Estaing se signale par sa rapacité. Lui qui cumule de multiples retraites et émoluments (Conseil constitutionnel, ancien Président de la République, député, inspecteur des Finances, conseiller régional et conseiller général), soit 30 000 euros par mois, vient d’obtenir deux domestiques supplémentaires pour ses gigantesques bureaux du boulevard Saint- Germain. Voilà comment cela se passe dans cette République.

CES ÉTONNANTS IMPOSTEURS

Nous avions déjà, dans ces colonnes, pu nous pencher sur quelques étonnants imposteurs. L’auteur de ces lignes avoue sa fascination pour l’incroyable capacité de mensonge, de duplicité, de mythomanie et d’imposture dont certaines personnes sont capables. Il compte écrire un livre, peut-être sous une forme romancée, pour raconter ses expériences dans l’étonnant monde du mensonge et de la mythomanie. En attendant, lisez ce livre «Histoire d’imposteurs », de Philippe Di Falco (La Librairie Vuibert, 224 pages, 15,90 euros). Il évoque notamment la figure de Louis de Rougemont, remarquable explorateur des terres australes, dont un magazine, qui eut un succès fou, compila des dizaines de reportages, dans les années 1898. Rougemont se présentait comme un explorateur intrépide qui avait baroudé urbi et orbi. Sauf que… tout était faux. Il n’avait jamais mis les pieds hors de sa chambre. Le 20 avril 1983, paraît dans le magazine allemand Stern, l’équivalent de Paris-Match, le scoop du siècle : « Le journal intime d’Adolf Hitler ». Ce sont « 62 carnets noirs couverts d’une écriture nerveuse, celle d’un hypocondriaque qui évoque plus volontiers ses chiens, sa femme et ses maladies que la guerre » qui seront publiés. Passionnant. Sauf que c’était un faux, confectionné par Konrad Kujau, brocanteur, laveur de vitres et accessoirement faussaire. Un faussaire de très grand talent. Comme le sont, au demeurant, souvent les mythomanes, les menteurs patentés et les manipulateurs. Un monde vraiment étonnant.

 


Par Robert SPIELER

 

 

 

Mercredi 27 juin : REUNION DE LA DELEGATION FRANCILIENNE DE LA NDP...

NDP Réunion 27 06 12.jpg

Participation : ndp@club-internet.fr

 


source: N D P    I D F
Repost 0
22 juin 2012 5 22 /06 /juin /2012 09:30

Longue mémoire européenne : à l'heure du solstice d'été, par Jean Mabire

“21 juin à l’aube. la nuit disparait devant le jour naissant.

Là-bas, vers l’est, le ciel se colore de vert émeraude, tel un océan paisible. Puis tout vire au rose, comme si mille fleurs aux tendres pétales éclataient au milieu des nuages gris. Enfin du sol même de la vieille Angleterre semble surgir le disque du soleil, rouge vif. Aujourd’hui il va accomplir sa course la plus longue. Jamais comme au solstice d’été il ne s’attarde ainsi parmi les hommes, avec une telle chaleur, une telle force, une telle puissance. Le soleil tient enfin la promesse des longs mois d’hiver. Il revient parmi nous. Il nous réchauffe et nous éclaire. Il protège l’océan des blés et annonce l’or des moissons.

En ce matin sacré, nous sommes à Stonehenge (photo ci-dessus, note de Novo), sur les hautes terres dénudées de la plaine de Salisbury. Au nord, le pays de Galles et ses vertes collines. Au sud, la presqu’île de Cornouailles et ses rochers roux. Derrière nous vers l’ouest, l’océan où va, ce soir, au terme de sa plus longue journée de labeur, sombrer le soleil. Quand il aura fini sa course, il disparaitra dans la mer où dorment à jamais, dans les grands fonds, les temples et les hommes de l’Hyperborée. De la pierre de l’autel, au centre du monument mégalithique de Stonehenge, on voit le soleil se lever sur la pointe d’un menhir, du nom de Heel stone, dressé dans le prolongement de l’avenue principale. Ici, depuis trente ou quarante siècles, des hommes sont venus, en ce jour unique de l’année, assister au lever du soleil créateur, du soleil invaincu, du soleil souverain.(…)

Dans ce temple à ciel ouvert qui n’avait pas d’autre dieu que le soleil, ceux qui nous ont précédé célébraient le grand mariage de la terre et du feu, le grand culte tellurique de la seule force qui ne mente pas et de la seule vie qui soit éternelle. La science ne s’oppose pas à la foi. Elle l’éclaire et la renforce. On sait aujourd’hui que Stonehenge n’est pas seulement un monument élevé pour découvrir le soleil du solstice d’été au nord-est, mais aussi pour saluer celui du solstice d’hiver au sud-ouest.(…)

Le passé et l’avenir avancent du même pas. La vie semble mourir au solstice d’hiver et elle renaît au solstice d’été. Stonehenge n’est pas le témoignage impressionnant d’un culte disparu mais le point précis où peuvent désormais s’ancrer notre certitude et notre espérance.

Ce que les hommes aperçoivent dans Sun stone, la pierre du soleil, ce n’est pas le signe maudit de la fin du monde, c’est la présence vivante de l’éternel retour.”

Jean Mabire, cité dans “Fêtes païennes des quatre saisons”, sous la direction de Pierre Vial. Éditions de la Forêt.

Crédit photo : Andrew Dunn/Wikipédia sous licence CC

[cc] Novopress.info, 2012, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine [http://fr.novopress.info/]

Repost 0
21 juin 2012 4 21 /06 /juin /2012 09:14

Pas toujours facile de dormir en centre-ville !

Je parle ici de Rennes, mais sans doute observe-t-on le même phénomène dans la plupart des métropoles régionales, à l’instar des quartiers animés de Paris.

En 5 ans de vie dans la capitale bretonne, les nuits troublées par des évènements extérieurs à mon appartement se comptent par dizaines malgré le double vitrage.   Petit florilège...

Comme chacun sait, la population jeune de Bretagne, et particulièrement celle de la métropole rennaise se situe au top en matière d’alcoolisation à la bière et à la vodka. Elle flirte également avec les cimes de la consommation de cannabis. Elle se caractérise en outre par un goût prononcé pour la « teuf ». Pas de quoi s’en inquiéter car, paradoxalement, le mix de ces trois « stimulants » semble être un moteur particulièrement efficace pour la réussite des élèves et des étudiants : depuis longtemps, la région Bretagne collectionne en effet les excellents résultats scolaires et universitaires, au point de truster, année après année, les premières places et les podiums dans les palmarès nationaux. Mais chut, je ne vous ai rien dit : inutile de divulguer les recettes de cette insolente réussite aux autres régions françaises.

Naturellement, il y a un prix à payer pour cette excellence. La facture est présentée sous la forme de quelques atteintes à la tranquillité des résidents, notamment le jeudi soir lorsqu’une bonne partie des 60 000 étudiants de Rennes (un quart de la population !) se lâche dans les bars du centre-ville. Il semble pourtant bien tranquille, le quartier où j’habite, avec son Conservatoire de musique, son école des Beaux Arts et ses façades classées. Rien à voir avec la médiévale « rue de la Soif » et les places qui l’environnent ; des lieux où, à l’exception du dimanche et des jours fériés, les riverains doivent s’habituer : soit à ne pas se coucher avant 2 heures du matin, soit à s’équiper toutes les nuits de Boules Quiès® régulièrement renouvelées pour le bonheur des pharmaciens locaux. Vendre ou louer un appartement dans ce secteur est d’ailleurs une véritable galère dont tous les agents immobiliers se font l’écho avec fatalisme. Mais revenons à mon domicile et à mon quinquennat rennais...

Le ton a été donné, dès mon emménagement, par la rentrée universitaire : arrosage et bizutage étant les deux mamelles bien connues de l’exercice, j’ai d’emblée dû faire face à de joyeux chahuts estudiantins, à la fois bruyants et croquignolets, à l’image de ces bains nocturnes à poil dans la fontaine de la place Hoche sur laquelle donnent mes fenêtres.

Impossible évidemment de comptabiliser tous les réveils intempestifs liés à des hurlements dans la nuit, pas toujours – il est important de le souligner – le fait des étudiants, mais aussi de fêtards bien déchirés et à peu près aussi soucieux de la tranquillité du voisinage que des chats en rut. Un comportement (je parle de celui des fêtards, pas de celui des matous) qui s’inscrit, paraît-il, dans l’air du temps, comme l’on souligné d’éminents sociologues.

Les vocalises de Caruso

Sans doute pourrait-on s’habituer à ces pics nocturnes de décibels alcoolisés s’ils étaient furtifs et surtout s’ils n’étaient pas, de temps à autre, complétés par des manifestations à caractère culturel. Passe encore pour le duo irlandais de flûte et de bodhran qui m’a, une nuit de printemps, tiré de mon sommeil. Beaucoup plus redoutable : le récital de djembé que j’ai dû longuement subir à partir de 3 heures du matin ; énervé au bout de 10 minutes, je frisais la démence une demi-heure plus tard ! Plus supportables, bien que tout aussi déplacées au cœur de la nuit, les vocalises de « Caruso », un ténor ayant parfois tendance, pour interpréter La Traviata, à confondre la rue rennaise avec la scène de l’opéra.

Si la musique est au programme des nuits de la métropole bretonne, c’est également le cas du sport, tantôt sous la forme d’une compète improvisée de frisbee, tantôt sous celle d’un tournoi de foot, quand ce ne sont pas des figures exécutées par des adeptes de la planche à roulettes, le tout systématiquement ponctué de cris de satisfaction ou de dépit dont il est important que tout le quartier profite.

En général, tout cela se passe malgré tout dans un calme relatif, et les disputes sérieuses sont plutôt rares. Mais elles peuvent parfois prendre un tour périlleux, comme cette fois où deux jeunes noctambules se sont affrontés sous mes fenêtres, l’un vociférant, l’autre mutique. Problème : le mutique pointait, en tremblant d’une colère mal contenue, un couteau de cuisine d’une trentaine de centimètres sur le vociférant, ce dont celui-ci n’avait cure, emporté par son agressivité largement imbibée de vodka. L’arrivée opportune d’une patrouille de flics a mis fin sans dommage à l’algarade avant même que j’aie eu le temps de réagir. Rarement je n’avais été si content de voir surgir les keufs !

Passons sur les aboiements de chiens, qu’ils s’agisse de ceux des SDF ou de ceux des vigiles affectés à la garde des barnums implantés sur la place pour fait d’animation publicitaire ou artisanale, pour en venir aux démarrages de moto à fond les décibels : un seul démarrage de ce type, et ce sont des centaines de riverains qui, à chaque fois, sont brutalement tirés de leur sommeil pour le seul plaisir d’un individu.

Dans le genre insupportable, la palme revient toutefois aux soirées techno régulièrement organisées, toutes fenêtres grandes ouvertes, par un groupe de jeunes en mal d’ivresse sonore. Des jeunes qui, de leur propre aveu à des voisins excédés, n’ont « rien à battre » du repos des riverains à 2 ou 3 heures du matin, comme si toute la société devait se conformer à leurs horaires de « teuf ».

Notez bien que l’on finit malgré tout par se rendormir, épuisés par le boum-boum de la techno, les vrombissements des motos, le lancinant tam-tam du djembé ou les hurlements nocturnes. Mais c’est pour subir alors, entre 6 h 30 et 7 h, l’incroyable raffut des engins de nettoiement dont on se demande comment, en 2012, ils peuvent encore être aussi bruyants. Et cela sans oublier les moteurs des camions de livraison frigorifiques, stationnés dès potron-minet en attendant l’ouverture de la supérette du quartier, ou les violents coups portés à l’aide d’une grosse clé métallique par le livreur de la minoterie pour faire tomber la farine qui adhère aux parois de la citerne lorsqu’il livre le boulanger.

Et dire que certains se plaignent du calme de la campagne…


Sur le même thème

Source:  Fergus         http://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/pas-toujours-facile-de-dormir-en-118803

Repost 0
21 juin 2012 4 21 /06 /juin /2012 08:59

 Mort des deux gendarmes dans le Var : le ministère de la Justice dément tout dysfonctionnement

LE MARDI 19 JUIN 2012 À 18:09

Le meurtrier des deux femmes gendarmes du Var avait échappé à la prison quelques jours plus tôt. Sa famille estime qu'il aurait dû être interné en psychiatrie. Mais pour le ministère de la Justice, il n'y a eu aucun dysfonctionnement de l'institution, et il n'y aura pas d'enquête administrative.

Des gendarmes de la caserne de Pierrefeu, collègues des deux femmes gendarmes abattues dimanche © Maxppp

L'homme qui a abattu, dimanche dans le Var, deux femmes gendarmes avec leur arme de service, avait été jugé la semaine dernière en comparution immédiate par le tribunal correctionnel de Toulon, pour des violences commises sur sa propre mère. Il encourait en théorie une "peine-plancher" de prison ferme.
Le tribunal l'avait finalement condamné à six mois de prison avec sursis, une peine assortie d'une mise à l'épreuve de trois ans avec obligation de soins psychiatriques.

Le parquet n'avait pas requis de "peine-plancher" car les faits — une querelle familiale — ne constituaient pas une récidive des délits qui lui avaient déjà valu six ans de prison ferme, à savoir des violences commises en marge d'un trafic de stupéfiants. Par ailleurs, la mère de l'individu avait rapidement retiré sa plainte.
Pour la Chancellerie, il n'y a donc pas eu de dysfonctionnement de la justice. Aucune raison de lancer une inspection ou une enquête interne, que réclament de concert le Front national et des groupements proches de la droite, comme l'Institut pour la justice.

Lecture à rebours

L'Union syndicale des magistrats estime également que la décision des juges ne pose pas de problème au regard des faits et de la personnalité de l'homme. "Dans aucun tribunal de France, probablement, la peine-plancher n'aurait été retenue et prononcée", selon Christophe Régnard, son président. Et l'USM condamne la démarche consistant à relire à rebours le parcours d'un criminel à la lumière des faits qui lui sont imputés en dernier.

L'individu, qui a reconnu les faits sans pour autant être en mesure de fournir d'explication à ses gestes, a été mis en examen pour homicide volontaire et assassinat avec circonstances aggravantes.

Source: France Info

 

ET AUSSI

 

Déjà condamné à plusieurs reprises pour infractions avec violences, Abdallah Boumezaar, interpellé après les meurtres, dimanche, de deux gendarmes à Collobrières (1), a reconnu être l’auteur des coups de feu, selon le procureur de la République de Toulon.

Cet homme de 30 ans était sorti de prison en septembre après 6 ans d’incarcération, a précisé le procureur Xavier Tarabeux.

La semaine dernière, il avait été condamné à une peine de sursis/mise à l’épreuve pour violences commises sur sa mère.

Le jour où l’on aura durci nos lois, où l’on aura déchu les "français de plastique" d’une nationalité qu’ils ne méritent pas et qu’on les aura expulsé du territoire, il y aura encore des meurtres, des viols, des agressions ; mais moins ; beaucoup moins....

La Faute à Rousseau

 

(1) : Alicia Champlon, adjudante de 29 ans, et Audrey Berthaut, maréchal des logis-chef de 35 ans, mère de deux filles de 5 et 13 ans.

 

Source: A F

Repost 0
21 juin 2012 4 21 /06 /juin /2012 08:00

Les Communistes français élèvent la vermine terroriste Georges Ibrahim Abdallah au rang de citoyen d’honneur

 

Le communisme est l’idéologie du crime. Il a ce talent pour dénicher les pires vermines du monde et les soutenir avec fierté.

Ainsi le terroriste Georges Ibrahim Abdallah vient d’être fait citoyen d’honneur de Grenay, une petite ville du Pas-de-Calais.

Non, ce n’est pas un canular. Oui la ville est communiste. Oui le conseil municipal a voté à l’unanimité. Oui Abdallah a du sang sur les mains. Oui les communistes encouragent le meurtre, le terrorisme, la dictature autoritaire, la suppression des libertés, le mensonge et la manipulation, le lavage des cerveaux et la torture, la souffrance des peuples, s’ils peuvent servir leur idéologie de mort. Oui cela ressemble à l’Islam. Oui c’est pour détruire l’occident, les pays libres et démocratiques que les communistes sont la catin de l’Islam. Oui l’islam leur crache dessus, et oui encore, les communistes feignent de ne pas le voir, tant cette alliance diabolique sert leurs desseins.

Georges Ibrahim Abdallah est incarcéré en France depuis 27 ans pour complicité dans l’assassinat de deux diplomates.

Assassinat ? Les communistes s’en moquent. C’est de la résistance, de l’activisme, un « geste » de ce membre du FPLP (Front populaire de libération de la Palestine). Les victimes étaient citoyens du « lobby de la finance internationale » et de ce capitalisme qu’ils accusent de détruire la civilisation comme les Verts accusent l’homme de détruire la terre.

Cet Abdallah là avait été arrêté le 24 octobre 1984, puis condamné à perpétuité en 1987, pour complicité dans les assassinats de deux diplomates, l’Américain Charles Robert Day et l’Israélien Yacov Barsimantov.

Georges Ibrahim Abdallah : pouris en prison puis brûle en enfer.

Reproduction autorisée, et même vivement encouragée, avec la mention suivante et impérativement le lien html ci dessous :
© Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info

Repost 0
21 juin 2012 4 21 /06 /juin /2012 07:46
Jeudi 21 juin 2012
Marine Le Pen lors de la conférence de presse qui s'est tenue à Nanterre mardi 19 juin

Marine Le Pen lors de la conférence de presse qui s'est tenue à Nanterre mardi 19 juin 

 

Marine Le Pen a annoncé mardi 19 juin qu'elle allait opérer une réorganisation du Front national pour le rendre "le plus performant possible". Sa nièce, Marion Maréchal-Le Pen devrait ainsi faire son entrée au bureau politique du parti.

Marine Le Pen a annoncé qu'elle allait réorganiser le Front national lors d'une conférence de presse qui s'est tenue à Nanterre à l'issue du bureau politique mardi 19 juin. Objectif : le rendre "le plus performant possible" et "intégrer ceux qui ont montré leur plus-value" pendant les campagnes de l'élection présidentielle et des élections législatives.

Celle-ci pourrait avoir lieu après les universités d'été du FN, à la rentrée de septembre.

Marion Maréchal-Le Pen au bureau politique

Parmi les "talents" à intégrer, Florian Philippot. Le porte-parole du Front national pour la campagne des législatives devrait se voir "confier des responsabilités".

Marion Maréchal-Le Pen, fraîchement élue députée à 22 ans dans la 3e circonscription du Vaucluse, fera elle son entrée au bureau politique du FN. "Les relations entre le mouvement et ses députés doivent être les plus proches possibles et les plus efficaces", a déclaré Mme Le Pen.

Gilbert Collard ne prendra pas sa carte au FN

Elle a affirmé avoir "suggéré" à Gilbert Collard, élu sous les couleurs du "Rassemblement bleu marine" dans la 2e circonscription du Gard dimanche, d'intégrer le parti. "Ca ne serait pas illégitime puisqu'il va être amené à défendre nos idées à l'Assemblée", a-t-elle ajouté.

Jean-Marie Le Pen a lui confié : "Gilbert Collard est un roublard, quelqu'un avec qui on n'a pas forcément envie d'être indulgent. On peut avoir de la considération pour lui et pas de la sympathie."

Invité sur RTL le soir même, l'avocat médiatique a de son côté déclaré qu'il ne comptait pas adhérer au parti. "Pour l'instant, je reste dans le Rassemblement bleu marine, on ne m'a pas demandé de prendre ma carte et je n'ai pas demandé de la prendre", a-t-il affirmé.

Et de préciser les objectifs de son mouvement : "Le rassemblement regroupe des gens qui viennent d'un peu partout, des gaullistes, des chevènementistes, des souverainistes, et il a pour mission de réunir des gens qui se trouvent dans une idée de la Nation, dans une idée de la défense de la patrie tel que le programme de Marine Le Pen le définit sans pour autant être adhérent au Front National c'est-à-dire sans pour autant entrer dans la structure politique du front".

Par ailleurs, M. Collard a toujours affirmé être opposé à la peine de mort et favorable à l'avortement, deux points de divergence avec Mme Le Pen.

Un changement de nom ?

Interrogée sur un éventuel changement de nom du parti, Marine Le Pen a répondu que cette question n'était pas d'actualité. "Ca aurait peut-être été le cas si nous avions obtenu un groupe de députés à l'Assemblée. Mais c'est une discussion que nous aurons", a-t-elle précisé.

Jean-Marie Le Pen y est lui opposé : "Il n'y a que les maisons en faillite qui changent de nom". "Je défendrai le maintien d'un nom très honorable dont j'ai été le fondateur et que j'ai piloté pendant 40 ans", a-t-il ajouté.

Marine Le Pen veut réorganiser le FN sans demander l'avis des adhérents.Le but serait-il de faire disparaitre le camps des traditionnels ?

En donnant plus de responsabilitées à  Florian Philippot, qui son guide spirituel est le Général De Gaulle, ne cherche t-elle pas a UMPéiser le FN ?

Ceux qui est sur c'est que la Franc Maçonnerie qui voit son parti politique ( l'UMP) se déchirer a su s'infiltrer au sein du parti de la famille Le Pen, par le biais de la fille et de son grand ami Collard, va pouvoir en toute tranquilité le modeler à sa façon.

 

source : Merci Richard

 

Repost 0
21 juin 2012 4 21 /06 /juin /2012 07:20

mercredi, 20 juin 2012

Où les communistes passent à l’attaque au Sénat...

 

115167144_l-association-disparait-mais-reste-a-la-145098.jpgPar Luc Pécharman

Le groupe communiste au Sénat vient de déposer deux propositions de loi. Fort de la victoire de la gauche à l’élection présidentielle, et sans doute espérant jouer un rôle de premier plan au sein de l’Assemblée Nationale (ces deux propositions ayant été déposées après l’élection de Hollande mais avant les législatives) le groupe communiste retrouve ses chevaux de bataille habituels : l’école privée et les immigrés illégaux.

La lutte contre l’école privée, et plus largement contre le libre choix de l’école par les parents d’élèves.

Cette première proposition, intitulée « proposition de loi tendant à abroger les dispositions tendant à garantir la parité de financement entre les écoles élémentaires publiques et privées sous contrat d'association lorsqu'elles accueillent des élèves scolarisés hors de leur commune de résidence » vise à l’abrogation de deux lois qui, selon les rouges, sous prétexte de parité entre l'école publique et privée, constituent une remise en cause du principe de laïcité. Mais personne n’est dupe, si la laïcité était au cœur des préoccupations des communistes, ce n’est pas dans leurs villes qu’on verrait fleurir nombre de mosquées, comme à Grigny (Rhône), Bagnolet, Gentilly et tant d’autres.
Non, leur préoccupation de toujours est que les familles les plus modestes n’aient plus d’autre choix que de confier leurs enfants à la toute puissante éducation nationale (dont mes habituels lecteurs savent tout le bien que je pense).
Nul doute que sur un tel projet de société, visant à la fois à accroitre l’emprise de la pensée unique sur les gamins et à leur imposer le « vivre-ensemble » propre à en faire de bons petits militants, leurs alliés socialistes et verts ne devraient pas trop rechigner à donner satisfaction à leurs camarades.

Le droit au logement fait lui l’objet d’une « proposition de loi relative aux expulsions locatives et à la garantie d'un droit au logement effectif » qui n’est pas mal non plus. Je faisais référence au début de mon propos à un texte en faveur des immigrés illégaux. C’en est bien un, mais au détour d’un sujet autrement plus sérieux.

Car si le texte prévoit l’obligation de relogement avant de procéder à l’expulsion locative d’une famille, il pose en préambule dans son article premier de redéfinir le droit au logement comme un droit universel, accessible à tous, peu importe leur situation juridique sur le sol français. In fine, une loi d’apparence humaniste, dont on pourrait penser qu’elle s’adresse à ceux de nos concitoyens qui souffrent le plus, n’est qu’une proposition immigrationniste visant à draguer un futur électorat d’ailleurs déjà tout acquis à leur cause.
Et visant, en voulant gommer les inégalités naturelles entre citoyens et immigrés illégaux, à accentuer un peu plus les avantages réels de ces derniers sur les premiers.
Et de renforcer encore les illusions des candidats à l’immigration, etc.
Le cercle vicieux est bien entretenu.

Comme quoi, des communistes dans les assemblées législatives, même en 2012, ce n’est jamais anodin.

Source cliquez ici
Repost 0