Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 août 2012 4 30 /08 /août /2012 15:27

Le Figaro fait du Libé, et amalgame sentiment identitaire à racisme

Tous les quotidiens présents sur la toile présentent sur la page d’accueil de leur site la liste des articles proposés, avec pour chacun d’entre eux le titre et un sous-titre synthétique en une ou deux phrases.

L’intitulé de ce titre et du sous-titre l’accompagnant sont importants, car ils permettent à chaque lecteur d’opérer plus rapidement ses choix de lecture et d’autre part, dans le cas où le lecteur ne lit pas le contenu de l’article, il aura tout de même eu une connaissance, même très superficielle du fait évoqué.

Ce que font d’ailleurs énormément de lecteurs pressés, qui ne peuvent tout lire.

Dans l’édition de lundi du Figaro, une de ces accroches effectue un lamentable rapprochement entre sentiment identitaire et racisme.

L’article titre : « En Grèce, la crise réveille le sentiment identitaire », le sous-titre indiquant que « L’ONU et certaines ONG dénoncent une augmentation des agressions racistes » (1). Le lecteur pressé et même celui qui lit l’article, mais sans faire preuve d’esprit critique, établiront donc un lien entre l’existence d’un sentiment identitaire et l’existence de sentiments racistes.

La vision exprimée là par l’auteur de l’article est mensongèrement réductrice. Dire que ressentir une identité collective nationale conduit à pratiquer des agressions racistes est une calomnie à l’égard des millions de Grecs ou de patriotes dans le monde s’identifiant aux pratiques culturelles de leur pays.

Une calomnie puisque l’écrasante majorité des gens ressentant une identité nationale ne pratiqueront jamais d’odieuses agressions racistes.

Il serait temps que ceux qui voient du nauséabond tout autour d’eux, prennent conscience que ceux qui éprouvent l’amour de leur pays n’en sont pas moins ouverts sur le reste du monde.

Au niveau individuel, on sait bien qu’il faut s’aimer soi-même pour aimer les autres. Celui qui ne s’aime pas sera incapable d’apprécier les autres.

Au niveau collectif, il en est de même. Pour s’ouvrir aux autres cultures, il faut déjà estimer sa propre culture (2).

Certes, il existe des racistes pathologiques, qui n’entretiennent que des préjugés négatifs à l’égard des autres peuples. Mais ils sont loin de constituer la majorité de ceux qui éprouvent un sentiment identitaire. Et ils ne sont pas seulement l’apanage d’adhérents à une identité nationale.

D’ailleurs, sans jusqu’à parler de racisme, que penser de ces donneurs de leçon qui vous tiennent des raisonnements appelant à une solidarité internationale et à l’accueil de tous les immigrés, et qui sont, psychologiquement ou socialement, si fermés qu’ils n’ont parmi leurs fréquentations aucun représentant de la diversité, mot qu’ils chérissent tant, alors qu’il est si facile dans la France contemporaine de s’ouvrir à autrui ?

Et que penser de ces défenseurs d’immigrés clandestins qui, lors de chaque expulsion, nous suggèrent que le retour dans le pays d’origine est une perspective horrible ? Leur assimilation du pays africain ou asiatique à une contrée où il serait indigne de vivre ne pue-t-elle pas un déplorable sentiment de supériorité ?

Il y en a donc marre de ce soupçon injustifié à l’égard des citoyens attachés à leur identité nationale. Pourquoi ce dédain à leur égard alors qu’à l’inverse la mise en avant d’une identité musulmane, d’identités régionales, de fiertés homosexuelles sont-elles honorées et encensées ? Si ce n’est que le but ultime est de saper les fondements de notre République, en déniant à ses citoyens le droit de l’aimer et d’en être fiers.

Pour en revenir à des détails de l’article, et au rapport de l’ONG Human Rights Watch (3), il s’avère que la plupart des agressions à l’égard des immigrés sont le fait de néo-nazis du parti Aube Dorée, authentiques racistes, ou de gangs, qui considèrent les immigrés comme des proies plus faciles.  On est donc loin de l’ensemble des Grecs, qui effectivement, avec la crise, sont de plus en plus nombreux à revendiquer leur identité hellène.

Mais la Grèce, c’est loin, et peu iront vérifier ce qu’il en est exactement. En condamnant faussement l’attachement à l’identité grecque d’être la source des agressions racistes, il s’agit encore de culpabiliser en le soupçonnant de racisme, celui qui, en France, serait tenté de réaffirmer son identité française.

Et dire que le Figaro est considéré comme un journal de droite !

Après les tambours et trompettes de Sarkozy qui les rangea si prestement après un début de débat mal préparé et éreinté par l’opposition de gauche, il semble qu’on ne puisse guère compter sur les ténors et journalistes inféodés au PS et à l’UMP pour défendre sérieusement l’identité nationale.

Militants de ces partis et d’ailleurs, convainquez les en relançant le débat, déjà autour de vous, dans votre entourage.

Source et publication: Jean Pavée / R L

 

(1)    http://www.lefigaro.fr/international/2012/08/27/01003-20120827ARTFIG00479-en-grece-la-crise-reveille-le-sentiment-identitaire.php

(2)    Bien sûr, il est des exceptions ; certains qui haïssent la France de leurs ancêtres adhèrent subitement et avec enthousiasme à une autre culture, mais en général, c’est pour mieux s’enfermer dans celle-là, et on ne les voit pas alors aborder d’autres rivages culturels.

Cela leur est impossible, le différend psychologique avec eux-mêmes ou la mère-culture n’ayant toujours pas été résolu.

(3)    http://www.hrw.org/fr/news/2012/07/10/gr-ce-les-migrants-d-crivent-la-peur-r-gnant-dans-les-rues

Repost 0
30 août 2012 4 30 /08 /août /2012 15:24

Filip Dewinter mènera la liste du Vlaams belang aux municipales à Anvers...

1196871310_5.jpg

Au mois d'octobre se dérouleront en Flandre les élections municipales. Nos amis du Vlaams belang entendent faire de ces élections le point de départ de la reconquête de l'électorat identitaire flamand quelque peu malmené depuis plusieurs scrutins.

En effet, il faut savoir que le VB subit depuis 2004 la concurrence active d'un mouvement libéral qui moissonne sur ses terres en usurpant ses thèmes traditionnels de campagne (immigration, insécurité…), une sorte de Sarkozy local pour faire simple…

 

Filip Dewinter, l’homme fort du parti, sera tête de liste du Vlaams belang à Anvers cliquez là. Il va mener une campagne dynamique et faire ainsi de ce grand port du Nord de l'Europe un véritable bastion de résistance face à l’islamisation de notre continent.

 

Vous pourrez suivre l’évolution de sa campagne sur notre siteSynthèse nationale ou sur le site de Lionel Baland cliquez ici qui vous tiendra régulièrement informés sur celle-ci.

 

909006931.jpg

 

Source et 19:02 Publié dans En Europe et ailleurs.../ http://synthesenationale.hautetfort.com/archive/2012/08/23/filip-dewinter-menera-la-liste-du-vlaams-belang-aux-municipa.html 

 

Repost 0
30 août 2012 4 30 /08 /août /2012 15:21

REVUE DE PRESSE

L'UE n'exclut plus de fermer ses frontières en cas de forte pression migratoire

L'UE n'exclut plus de fermer ses frontières en cas de forte pression migratoire

L'espace Schengen pourrait être remis en cause en cas de fortes pressions migratoires en direction de l'Union européenne. Une mesure extrême qui sera soumise à des conditions très strictes, selon les dirigeants européens.

Par Dépêche (texte)

AFP - Les pays membres de l'espace Schengen se sont entendus jeudi à Luxembourg sur la possibilité de rétablir, de façon temporaire, les contrôles aux frontières nationales en cas de pression migratoire incontrôlable à une de leurs frontières extérieures, a annoncé la présidence danoise de l'UE.

Il s'agit d'une "mesure extrême, dont la mise en oeuvre est soumise à des conditions très strictes", assurent les dirigeants français et allemands qui l'ont réclamée.

"Nous avons accepté le compromis présenté par la présidence danoise car il permet de faire face à des situations graves qui peuvent arriver", a expliqué le ministre français de l'Interieur Manuel Valls, citant en exemple les possibles conséquences de la crise en Syrie.

"La situation à la frontière gréco-turque montre que l'on a besoin d'un mécanisme d'action très claire dans l'espace Schengen", a pour sa part souligné la ministre autrichienne de l'Intérieur Johanna Mikl-Leitner.

Les Etats ont déjà la possibilité de rétablir temporairement des contrôles à leurs frontières nationales pour des raisons de sécurité et d'ordre public. La Pologne vient de le faire pour l'Euro-2012 de football.

Mais rien n'était prévu en cas de pression migratoire incontrôlable entraînant une défaillance dans le contrôle d'une frontière extérieure de l'Espace, comme c'est le cas actuellement en Grèce.

L'accord déplait à la commissaire européenne en charge des Affaires intérieures Cecilia Malmström. "Ce n'est pas un mécanisme européen", a-t-elle dénoncé. "Cet accord nous met à la merci de pressions populistes" dans les Etats, a-t-elle ajouté.

Le Parlement européen a également dénoncé la décision "unilatérale" des ministres de l'Intérieur. "La libre circulation dans un espace sans frontière intérieure est un des piliers de l'UE", a affirmé le président du Parlement européen, Martin Schulz.

"Face à des situations de crise, à des situations exceptionnelles, les Etats membres de Schengen doivent pouvoir retrouver leur souveraineté", a répondu le ministre français. Il a également souligné que "dans de tels cas, les Etats doivent décider ensemble, pas de manière unilatérale".

"L'accord donne à la Commission le rôle qui doit être le sien, faire des propositions, et il préserve les compétences des Etats dans des domaines qui sont très sensibles", a-t-il ajouté.

"La décision finale reste aux Etats membres, parce que nous sommes responsables de la sécurité de nos citoyens. C'est très important pour tous les ministres de l'Intérieur", a pour sa part insisté le ministre de l'Intérieur allemand Hans-Peter Friedrich.

L'accord, dont l'AFP a obtenu copie, prévoit un mécanisme d'évaluation pour prévenir les crises et la possibilité pour les Etats membres de Schengen de rétablir des contrôles à leurs frontières nationales "pour une durée de six mois pouvant être prolongée de six mois supplémentaires", "lorsque le contrôle d'une frontière externe de l'Espace n'est plus assuré à cause de circonstances exceptionnelles".

"Cela doit être en tout dernier ressort, une fois que tout ce qui a été tenté pour remédier à la situation a échoué, et il doit s'agir de circonstances exceptionnelles", a insisté Mme Malmström.

Manuel Valls, socialiste, a déploré l'instrumentalisation de ce débat par le précédent gouvernement. La proposition de rétablir de façon temporaire les frontières intérieures avait en effet été réclamée par l'ancienne majorité de droite pour lutter contre "l'Europe passoire" .

Cet argument a constitué un des axes de campagne de l'ancien président conservateur Nicolas Sarkozy, qui a demandé à pouvoir agir unilatéralement et menacé de faire sortir la France de Schengen s'il n'obtenait pas satisfaction.

 

Source:   www.france24.com

Syndiquer le contenuUNION EUROPÉENNE
Repost 0
29 août 2012 3 29 /08 /août /2012 11:09

29 août 2012

UMP : les adhérents manifestent une volonté de rupture avec l’idéologie de gauche du parti

Philippe Herlin, adhérent de l’UMP depuis le 7 mai 2012, ancien du Front national (candidat aux élections régionales en Ile-de-France en 2004) qu’il a quitté en raison de sa « dérive étatiste », libéral-conservateur, économiste et musicologue, âgé de 45 ans, est candidat à la tête de l'UMP.

Il explique à Minute:

H"Je suis candidat pour des motifs politiques. La raison principale est que, parmi les candidats déclarés, il n’y en a aucun qui soit libéral en économie, conservateur sur les questions de société et ouvert à des accords locaux avec le Front national, ce qui sont mes trois axes de campagne interne. [...]

Vous espérez être élu ?

Je me suis rendu compte en tout cas que les idées que je porte correspondent à une attente. J’ai été agréablement surpris par le nombre de messages d’encouragements que j’ai reçus. Quel que soit le résultat du scrutin, qui dépend aussi de considérations tactiques, les adhérents de l’UMP manifestent une nette volonté de rupture avec l’idéologie dominante de la gauche qui imprègne encore l’UMP. Voyez NKM… [...]

Vous vous dites libéral à un moment où le libéralisme est accusé de tous les maux et est synonyme de mondialisation, de désindustrialisation, etc.

Qu'est-ce pour vous qu’être libéral en économie ?

Le mot « libéral » est en effet devenu une insulte. Comme toujours, la première étape est de gagner la bataille du vocabulaire.

Je demande ni plus ni moins que l’Etat se concentre sur ses fonctions régaliennes et cesse son interventionnisme tous azimuts.

Le taux de prélèvements obligatoires tourne autour de 45 %, ce qui veut dire que près de la moitié de la richesse nationale est captée par l’Etat. Comment voulez-vous rester ou redevenir compétitif dans ces conditions ?

Je demande à ce qu’on en revienne à un taux de 35 %, qui était le chiffre d’avant la crise de 1973. [...]

J’ai pris ma carte [de l'UMP] le lundi 7 mai 2012 sur Internet. Cela peut vous paraître bizarre mais cela a été une démarche d’adhésion à la campagne de Nicolas Sarkozy qui a été très bonne, comme celle de 2007, et qui a eu au moins le mérite de faire bouger les lignes, de placer le combat dans le domaine sémantique, de bousculer bon nombre de tabous, de ne pas céder devant les cris d’orfraie de la gauche, raisons pour lesquelles j’avais voté pour lui dès le premier tour.

Une autre raison de mon adhésion est la volonté affichée par la direction de l’UMP de démocratiser son fonctionnement, en permettant aux militants de choisir leurs candidats. 

Dans la mesure où les militants sont plus à droite (ou, tout simplement, sont de droite) que l’état major qui incline vers le centre gauche, j’ai pensé qu’il y avait là la possibilité d’avoir un parti de droite qui soit vraiment à droite. Nous verrons, à l’avenir, ce qu’il en est réellement.

Pour vous, Copé et Fillon, c’est blanc bonnet et bonnet blanc ?

Il y a une différence dans la mesure où Jean-François Copé a dit qu’il s’inscrivait dans la continuité de Nicolas Sarkozy et qu’il n’a jamais critiqué ce qu’on a appelé « la droitisation de la campagne », alors que François Fillon, lui, a pris plusieurs fois ses distances, notamment lorsque Nicolas Sarkozy s’en était pris aux syndicats. [...]

Quoi qu’il advienne, j’aurai créé quelque chose que je maintiendrai par la suite pour que les idées libéral-conservatrices puissent se faire entendre et se propager au sein de l’UMP et ailleurs, dans toute la société."

Posté le 29 août 2012 à 08h54 par Michel Janva |

Repost 0
29 août 2012 3 29 /08 /août /2012 10:29

Immatriculation "doublettes", comment réagir ?

 

« Doublettes » (P.V. reçus à cause de quelqu'un qui utilise frauduleusement

une plaque minéralogique identique à la vôtre).

La solution pour éviter les ennuis

 

Vous êtes victime de « Doublettes » - Surtout ne prenez pas à la légère le «PV ».

Cela peut vous mettre dans des situations catastrophiques.

Réagissez très vite! En suivant la procédure indiquée ci-dessous.

 

1ère étape :

 

Réunir toutes les preuves justifiant qu'il n'était pas possible que vous

soyez sur les lieux au moment de l'infraction. (Travail, achats,

rendez-vous.)

 

Si vous avez été flashé, rien de plus simple, demandez le cliché. L'adresse

du service photographies est indiquée au dos de la contravention.

 

2ème étape :

 

Une fois toutes les preuves réunies ; Allez déposer plainte à la Gendarmerie

la plus proche pour « Usurpation de plaques d'immatriculation »

Code NATINF 25123.

Demandez un récépissé et une copie de la plainte.

 

3ème étape

 

Passez à votre Préfecture avec la copie de la plainte et demandez une

nouvelle immatriculation. C'est impératif sinon, vous serez toujours embêté.

 

4ème étape :

 

Remplissez correctement la requête en exonération, joignez copie du

récépissé de la plainte, copie de tous les justificatifs et envoyez le tout

en recommandé avec accusé de réception à l'Officier du Ministère Public dont

l'adresse figure sur la contravention.

Logiquement, vous n'aurez plus de problème.

 

Cette procédure est l'œuvre de l'ANDEVI, association de défenses des

victimes de P. V. établis de façon injuste. Voici l'adresse de leur blog :

 

http://www.andevi.info/article-doublettes-l-andevi-vous-donne-la-solution-84127238.html

Bonne journée à vous / N'hésitez pas à faire tourner ce message.

Il peutservir à l'un de vos amis.

Contacts : A.N.D.E.V.I : 02.51.63.57.74 ou 06.69.53.01.08

www.andevi.info

email: andevi@sfr.fr

 

Merci Hervé

Repost 0
29 août 2012 3 29 /08 /août /2012 09:31

Le chichon, ça rend c… et c’est désormais prouvé !

Fumer du cannabis pendant l’adolescence diminue les capacités cognitives. 

Une étude réalisée sur 1 037 habitants de la ville de Dunedin (Nouvelle-Zélande) nés en 1972-1973 et testés régulièrement à 5, 7, 9, 11, 13, 15, 18, 21, 26, 32 et 38 ans, montre que, durant ces années, les fumeurs réguliers ont vu leur quotient intellectuel baisser (jusqu’à 8 points de moins) tandis que le QI des non-fumeurs était stable (et même en hausse de quelques dizièmes).

Les fumeurs qui ont freiné leur consommation peu avant la fin de l’étude ne sont pas mieux lotis que ceux qui persistent tandis que ceux qui ont commencé la fumette après l’adolescence ne souffrent pas d’un tel écart de QI avec les « abstinents ».

Madeleine Meier, psychologue à la Duke University (Caroline du Nord) et l’un des auteurs de cette étude réalisée avec des chercheurs néo-zélandais et du King’s College de Londres, publiée dans les Actes de l’Académie américaine des sciences, rappelle que « l’adolescence est une période très sensible du développement du cerveau » et que « quelqu’un qui perd huit points de QI durant son adolescence et à la vingtaine peut se retrouver désavantagé par rapport à ses pairs du même âge pour de nombreux aspects majeurs de la vie ».

Car, « l’arrêt ne restaure pas complètement les fonctions neuropsychologiques de ceux qui ont commencé à l’adolescence »

Dans un souci d’égalité des chances, la gauche devrait donc combattre la légalisation du cannabis (ou, au choix, forcer tout le monde à en consommer régulièrement).

 

Source et publication: http://www.ndf.fr/nos-breves/28-08-2012/le-chichon-ca-rend-c-et-cest-desormais-prouve?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+ndf-fr+%28Nouvelles+de+France%29

Repost 0
29 août 2012 3 29 /08 /août /2012 09:09
“Les droites radicales en Europe, 1900-1960 – Le souvenir d’un élan héroïque” par Dominique Venner
 
 2

Nouvelle Revue d’Histoire droites radicale EuropeEdito de la Nouvelle Revue d’Histoire n°62 – septembre-octobre 2012 (En kiosque à partir du 1er septembre 2012)

 

Ceux qui ont été happés dans leur jeunesse par les sortilèges de l’action politique restent souvent tentés de rechercher des solutions politiques à l’effondrement de notre ancienne civilisation européenne, en témoins stupéfaits et révoltés.

 

À eux se pose l’éternelle question du « Que faire ? »

Qu’est-ce que notre époque peut retirer des exemples et des échecs des « droites radicales » européennes d’autrefois ? Certainement pas des recettes politiques. On ne reverra plus ce qu’elles ont vécu, pas plus qu’on ne reverra le siècle de Louis XIV ou celui des Hohenstaufen. Il n’y aura plus jamais en Europe de « Grand Soir » à la façon de 1917, ni de révolution « immense et rouge » sur le mode fasciste.

 

Non seulement c’est fini, mais nous savons que les espérances placées dans ces révolutions ont souvent très mal tourné, les meilleures intentions ayant souvent viré au cauchemar et aux catastrophes. Ce qui subsiste, c’est la constante leçon de l’hétérotélie : un grand projet volontariste aboutit souvent à des résultats opposés aux intentions.

L’espérance libératrice de 1789 accoucha de la Terreur puis de la dictature napoléonienne. L’espoir d’une révolution communiste égalitaire aboutit aux tueries du stalinisme puis au colossal échec de 1989.

L’espérance d’une nouvelle chevalerie présente dans le fascisme et le national-socialisme enfanta les boucheries de la Seconde Guerre mondiale et la destruction de toute une civilisation…

 

Alors ? Ce qui subsiste des « droites radicales » c’est le souvenir d’un élan héroïque pour s’arracher aux pesanteurs du matérialisme, aux lois de l’économie, comme disaient les réprouvés d’Ernst von Salomon.

Un élan poétique vers un horizon de grandeur et de beauté. Cela peut subsister dans des cœurs ardents, non pour imiter ce qui ne sera plus, mais pour inspirer de nouvelles énergies.

Devant le vide sous nos pieds, la voracité démente du système financier, que faire pour y mettre fin sans revenir aux erreurs et horreurs du socialisme réel que fut le stalinisme ? La réponse n’est pas claire… C’est qu’il y a peu de vraies réponses politiques, sociales ou économiques à la folie de l’illimité. Les catastrophes prévisibles échappent au politique.

Désolé pour ceux qui ont besoin de rêver à un système parfait, à une nouvelle utopie. Et je ne doute pas que de nouvelles utopies puissent encore surgir, bien que les Européens aient épuisé toutes les illusions sorties de leur cerveau imaginatif entre le XVIème et le XXème siècle. Mais sait-on jamais. L’oubli aidant, on verra sans doute resurgir ici ou là un « Front de gauche » rêvant d’un nouveau 1917, ou encore un « Front de droite » imaginant un humanisme viril, comme disaient les jeunes soldats de la Classe soixante.

Pour me faire comprendre, je vais dire les choses autrement. Quand on est affronté à un système perçu comme insupportable ou catastrophique, un mouvement élémentaire de révolte et de bonne santé conduit à imaginer deux types de solution. La solution systémique ou la solution spiritualiste.

La première imagine un autre système politique et social à travers une révolution.

La seconde vise à une transformation des hommes par la propagation d’une autre vision de la vie, d’une autre spiritualité ou d’une autre philosophie.

C’est ce que fit le stoïcisme dans la Rome impériale ou le confucianisme auprès des élites chinoises. C’est aussi ce que fit le christianisme après son adoption comme religion d’État de l’Empire romain. Les effets n’ont pas toujours coïncidé avec les intentions, mais le stoïcisme, par exemple, a continué d’imprégner fortement toute une part de l’éducation chrétienne puis laïque pendant des siècles, n’ayant rien perdu de son pouvoir formateur. C’est dire la force des « réformes intellectuelles et morales » quand elles répondent à une attente.

 

Que notre époque, en Europe, soit en demande d’une profonde réforme intellectuelle et morale, c’est l’évidence. Mais, pour se réformer, suffit-il de s’indigner comme l’a proposé un trop habile pamphlet, caressant les molles aspirations des bobos ? J’en doute. À l’inverse, l’élan d’énergie qui animait la meilleure part des « droites radicales » d’autrefois pourrait-il contribuer à une telle réforme ?

C’est une question que l’on peut poser.

 

[cc] Novopress.info, 2012, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine [http://fr.novopress.info/]
Repost 0
29 août 2012 3 29 /08 /août /2012 08:53

L’immense crétinisme de la gauche française

 

Je l’ai déjà dit. Je m’informe en lisant les journaux américains, israéliens, britanniques, parfois les journaux allemands ou italiens, plus rarement les journaux espagnols.

Je lis aussi les journaux australiens ou indiens. Ce que je lis en dernier est la presse française, et c’est uniquement pour voir à quel degré les informations seront broyées et passées à l’essoreuse.

Le Monde me déçoit rarement : c’est quasiment le journal officiel de l’antisionisme subtil, qui n’est, bien sûr, pas du tout un antisémitisme, même s’il lui arrive d’en avoir l’apparence.

Si Le monde n’existait pas, quel journal donnerait une tribune à l’ambassadeur d’Iran pour tendre la main à la France juste après une diatribe haineuse et négationniste d’Ahmadinejad ?

Le Figaro a encore une ou deux pages acceptables, les jours où paraît la chronique d’Ivan Rioufol surtout.

Et le site du Figaro abrite l’inénarrable Obamazoom. Le blog de la gauche bon chic bon genre qui brûle chaque jour des cierges à l’effigie de son saint homme, le glorieux Barack Premier, petit fils adultérin du père Ubu.

Quand l’Obamazoom ne s’extasie pas sur la dernière robe de grand couturier portée par sainte Michelle, petite fille par raccroc de la mère Ubu, et adepte du jardinage comme Marie-Antoinette en son temps, il colporte les rumeurs ramassées au fond des poubelles les plus sales de la campagne Obama, mais le fait avec les gestes distingués qu’on apprend quand on a reçu une éducation dans les meilleurs établissements de Passy.

Dans Le Point, je parcours en général la chronique du grand stratège Bernard Henri Levy, ex éminence grise de Ségolène Royal et de Nicolas Sarkozy, ami d’Israël paraît-il, mais qui n’hésite pas à être contre des gens liés à al Qaida, tout contre. J’aimerais lire plus souvent des articles de Michel Onfray : quand il parle des Juifs, il m’arrive d’avoir l’impression de retrouver les accents de Louis-Ferdinand Céline à l’époque où il écrivait Bagatelles pour un massacre. Et tout cela, ça fait d’excellents français comme chantait Maurice Chevalier au temps du maréchal.

Je fréquente Marianne à dose homéopathique, tout comme le Nouvel Observateur, à un certain degré de mauvaise foi, je crains l’overdose.

Je lis peu Libération. La couverture du numéro de ce lundi n’en a pas moins retenu mon attention, car elle indique sans doute ce qui va suivre dans les semaines à venir. La page est divisée en deux. En haut, il y a une photo de Neil Armstrong. Et l’inscription : Armstrong, le rêve américain. En dessous, figure une photo de Mitt Romney, assortie d’une autre inscription : Romney, l’horreur américaine. Je dirai que tout l’immense crétinisme de la gauche française (j’ai failli écrire la gauche intellectuelle et journalistique française, mais ce serait insulter ceux qui font effectivement un travail intellectuel et journalistique) est là.

Il n’est, semble-t-il, pas passé une seule seconde par la tête de ceux qui ont fabriqué cette couverture, que Neil Armstrong est un homme qui a marché sur la lune parce qu’il y avait la Nasa, l’armée américaine, la puissance économique capitaliste américaine, la créativité et la quête de l’excellence qu’a su rassembler l’Amérique.

Il ne leur est pas non plus passé par la tête que Neil Armstrong était officier supérieur de l’armée américaine, imprégné de valeurs conservatrices, et s’était élevé avec vigueur, voici deux ans, contre l’abandon des projets de conquête spatiale par Barack Obama, l’homme que Libération idolatre.

Le « rêve américain » auquel Libération prétend rendre hommage est le fruit de tout ce que Libération méprise : et Neil Armstrong incarne lui-même des valeurs et des idées que Libération ne cesse de traîner dans la fange. Imposture, dites-vous ? Quand à Mitt Romney, censé incarner l’ « horreur américaine », il fait partie des hommes grâce à qui le « rêve américain » censé être incarné par Neil Armstrong a été possible et reste vivant. Mitt Romney est un entrepreneur capitaliste qui a réussi parce qu’il a su être créatif, lucide, déterminé. Il a fait fortune par lui-même après avoir distribué l’intégralité de l’héritage reçu de ses parents à des œuvres de charité. Sa biographie montre qu’il a été sa vie durant un homme exemplaire, pleinement digne d’accéder à la présidence de son pays, imprégné des valeurs qui ont fait l’Amérique.

Que lui reproche Libération ?

J’ai lu les articles censés donner de la substance au titre. Je n’ai trouvé que le vide sidéral qu’on rencontre dans la presse française lorsqu’il s’agit de politique : analyse de la situation économique américaine ? Non, pas un mot. Analyse de la situation géopolitique mondiale ? Pas un mot non plus.

Dans un pays où l’on se passionne pour savoir si Martine Aubry va garder son poste ou non et où l’on se demande si Jean-François Copé est plus gaulliste que François Fillon, ce néant de la réflexion est normal, aussi normal que l’encéphalogramme plat qui serait celui d’un canard à qui on a coupé la tête.

Dans les articles figurent, par contre, des affirmations fausses que je n’admettrais pas dans la copie d’un de mes étudiants de première année à l’université.

L’un des auteurs (auteurs ?) prête à Mitt Romney des comptes en banque qu’il n’a jamais eus et des propos sur l’avortement qu’il n’a jamais tenus. Mitt Romney est accusé d’extrémisme : nombre d’Américains craignaient qu’il soit trop modéré, et moi aussi. Libération, le peuple américain et moi ne devons pas être sur la même planète : dès lors que Libération rêve de la lune et pense qu’on y va par la gauche, en faisant les poches de contribuables au passage, et en assignant pour nouvelle mission à la Nasa d’expliquer leur propre grandeur aux pays islamiques, le peuple américain, moi, et Libération ne pouvons pas être sur la même planète, je sais.

Libération se scandalise des propos de Todd Akin sur le viol, mais ne dit pas un mot sur le fait qu’Obama approuve l’ « avortement » au septième, huitième et neuvième mois. Sans doute que l’ « avortement » au neuvième mois n’est pas une horreur pour Libération, mais un « rêve ». On a les rêves qu’on peut.

Si vous vous étonnez du niveau consternant de connaissance de la population française concernant l’économie, la géopolitique, la finance, et une multitude d’autres sujets qu’il serait trop long d’énumérer, si vous vous étonnez que la France ait encore un parti qui s’appelle parti socialiste après que le socialisme ait été discrédité partout sur terre, si vous vous étonnez qu’elle puisse avoir porté au pouvoir un ectoplasme appelé François Hollande et que le programme de l’UMP ressemble désespérément à une enveloppe presque vide, jetez un coup d’œil à la presse française. Un livre paru voici quelques années s’appelait La fabrique du crétin. En lisant certains journaux, on voit ce que deviennent les crétins après qu’ils aient été fabriqués.

Je reviendrai dans les jours qui viennent sur la convention républicaine, sur le Proche-Orient, sur la crise européenne qui s’aggrave, et sur mon dernier livre, mais il est des jours où je suis en colère. Aujourd’hui est l’un de ces jours.

Reproduction autorisée et vivement encouragée, avec la mention suivante et le lien ci dessous :
© Guy Millière pour www.Dreuz.info

Repost 0
29 août 2012 3 29 /08 /août /2012 08:20

 

27.08.2012

POUR QUE LES CHOSES SOIENT CLAIRES. Considérations sur le blanc. Par Pierre SIDOS

270812_060144_PEEL_7CJZ8w.jpg

Le continent européen - limité par l'Atlantique, l'Oural, l'Arctique, le nord de la Méditerranée - est le berceau géographique de l'épanouissement de la civilisation européenne.

La civilisation européenne, de nature helléno-romano-chrétienne, est incarnée dans une catégorie d'êtres humains, bien caractérisés par la finesse des traits physiques et d'exceptionnelles qualités intellectuelles, laquelle constitue une famille raciale particulière dite européenne.

La race européenne, au cours de son développement historique, s'est répartie en activités nationales distinctes, avec en plus une participation collective à la propagation sur les autres continents des bienfaits évidents du génie de l'Occident.

L'unité du genre humain n'implique pas la recherche de l'uniformisation contre-nature des êtres, qui conduit au chaos universel. À l'inverse, c'est la reconnaissance de ce qui est naturel, qui assure l'ordre du monde. Et, si l'origine génétique de chacun est l'élément irrécusable de son identité, le point de départ de son identification foncière doit se rapporter à un continent : l'Europe pour le Blanc (ou leucoderme, ou caucasoïde), l'Afrique pour le Noir (ou mélanoderme, ou négroïde), l'Asie pour le Jaune (ou xanthoderme, ou mongoloïde).

La coloration claire de la peau des Européens, comparée à celle des autres habitants de la planète, les a classés comme étant blancs. Ainsi,l'Européen est ordinairement qualifié de Blanc, et le peuple de France étant fondamentalement européen, n'est pas un Français naturel celui qui n'est pas Blanc.

* * * *


De toutes les couleurs, le blanc est celle dont les vertus sont les plus manifestes, les plus rayonnantes. Le blanc reste l'apanage des héros, de la fiancée fidèle, du coeur pur, de l'âme forte et fière.

La lumière nous apparaît blanche, alors qu'elle est composée de sept couleurs (rappel : le spectre solaire comprend le violet, l'indigo, le bleu, le vert, le jaune, l'orange, le rouge).

De tous temps la couleur blanche est le symbole de la pureté, de la vertu, de la candeur. Les vestales romaines, vénérées du peuple, étaient vêtues de blanc. Dans la Gaule de la même époque les druides cueillant le gui portaient des tuniques blanches. Les premiers chrétiens ensevelissaient leurs morts aux catacombes dans un linceul blanc, et c'est en souvenir de cette pratique que les prêtres chantant la messe en latin passèrent un surplis blanc sur leur soutane noire. Aux XVIIème et XVIIIème siècles le blanc fut la nuance dominante dans l'uniforme de l'infanterie française. Dans les cimetières les tombes et les croix des enfants morts sont blanches. Le jour de la Toussaint la plupart des orchidées déposées ce jour-là sont blanches, une préférence nette vis-à-vis des autres teintes de cette fleur altière, sobre, durable. Et si la race blanche est celle qui de toutes a fait le plus dans le domaine des arts et de la connaissance, peut-être n'est-ce pas un hasard ou une coïncidence.

* * * *


Le blanc est la couleur centrale de l'emblème de France : le drapeau national tricolore bleu-blanc-rouge, formé de trois bandes verticales de largeur égale. Toute addition symbolique en surcharge étant à proscrire, ainsi que la mise en berne en signe de deuil.

La croix celtique stylisée, expression graphique du nationalisme régénéré, doit toujours être représentée en utilisant la couleur blanche. Cette blancheur a une signification exemplaire de clarté à l'opposé, entre autres variations, d'un coloriage en noir ou d'une disposition sur fond de couleur noire.

Le fait de revêtir une pièce d'habillement de couleur blanche, lors d'évènements importants de la vie sociale, indique clairement une pensée saine, une intention délicate. Dans cet esprit, les personnes adhérant aux idées lumineuses de la doctrine nationaliste - les jeunes hommes tout d'abord - se doivent, en certaines circonstances, de porter une chemise blanche visible comme tenue d'honneur.


Pierre SIDOS,

Fondateur de l'Œuvre française,

040512_214857_PEEL_MUy6Kz.jpg

 

Jeune Nation.JPG

Repost 0
28 août 2012 2 28 /08 /août /2012 17:01
  •  PARACHUTISME
  • http://www.speedairparachutisme.fr    
  •  Voir le Site: http://www.speedairparachutisme.fr/V3/ Normandie 06 14 32 23 19 
  • Bretagne 06 66 25 61 43
  • SPEEDAIRPARACHUTISME

 

 

Une idée originale de cadeau et inoubliable ...!

 

l'ivresse sans le stress!

 

<< LE GRAND SAUT >> dans le monde des oiseaux, à 1500m ,ouverture...et 6 minutes à contempler le paysage Breton et Normand avant de retrouver le fameux plancher des 

vaches !!! .


Pour en savoir plus ,Contactez : Lorient ,JEAN-JACQUES ,0666256143 ;jjlepocher@speedair.biz
ou Caen Carpiquet, XAVIER ,0614322319 ;jxcsoulard@speedair.biz.
20 minutes de vol avec une ballade au dessus d'un site magnifique...,
ça y est, le rêve approche ...!
Site : http://jean-marielebraud.hautetfort.com/
Blog : http://pdf.bretagne.over-blog.com/
Repost 0