Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 avril 2014 6 26 /04 /avril /2014 09:34

Le National Emancipé 2014

Qui est responsable du carnage de Maïdan ?!

Posted: 25 Apr 2014 05:35 AM PDT

Le réseau de chaînes publiques régionales allemande ARD a enquêté sur le carnage de la place Maïdan, à Kiev, le jeudi 20 février : 30 personnes ont été tuées par balles ce jour-là.

Or, selon ARD, des tirs semblaient venir non pas des snipers du pouvoir prorusse, mais de l'hôtel Ukraina où se trouvait le QG de l'opposition.

Sans attendre les résultats de l'enquête sur l'événement, le nouveau procureur général d'Ukraine, Oleg Makhnitski, membre de Svoboda, parti issu du néonazisme qui participe à la coalition gouvernementale, avait affirmé que ce massacre avait été commis par des membres de l'unité spéciale des Berkout, placée sous l'autorité de Viktor Ianoukovitch, qui était alors le Président.

Mais plusieurs éléments soulèvent selon ARD des doutes extrêmement sérieux :

•le témoignage d'un manifestant, Mikola, qui parle de tirs depuis «le huitième ou le neuvième étage de l'hôtel Ukraina» ;

•le témoignage d'un enquêteur, qui remet en cause la version officielle ;

•l'analyse des vidéos qui suggère que des balles sont venues de derrière ;

•l'analyse des impacts de balles dans les arbres ;

•les conversations enregistrées entre les snipers de Berkout : on les entend s'émouvoir qu'un tireur vise «des manifestants désarmés». Ou encore : «Il y a d'autres tireurs. Mais qui sont-ils ?»

•une vidéo de Russia Today dans laquelle on voit des snipers dans une chambre de l'hôtel en question ;

•l'absence de transparence manifeste de l'enquête officielle.

Les journalistes allemands ont posé la question à Makhnitski : «Vous savez qu'il y avait des snipers à l'hôtel Ukraina ? » L'autre se contente de répondre : «Nous enquêtons sur ce point.»

Diffusée le 11 avril, la vidéo a été mise en ligne par LesCrises.fr dans une version sous-titrée en français.

La thèse des Russes renforcée

Le site Russia Today suggère depuis le début que les snipers qui ont tiré sur la foule étaient issus du mouvement contestataire...

Début mars, il avait diffusé un enregistrement piraté d'une conversation téléphonique entre la responsable de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, et le ministre des Affaires étrangères de l'Estonie, Urmas Paet, allant dans ce sens.

On entend ce dernier formuler clairement le soupçon d'une opération montée par «quelqu'un de la coalition».

Sur cet enregistrement (vers 8'30), il rapporte les propos d'une femme, «Olga», médecin en charge de la clinique mobile au moment des premiers tirs de snipers :

«Ce qui est très perturbant, c'est que cette même Olga dit que les éléments de preuve montrent que les gens qui ont été tués par les snipers, des deux côtés, parmi les policiers et parmi les gens dans les rues... Que ce sont les même snipers qui tuent des gens des deux côtés. [...]

Elle m'a aussi montré des photos, on peut dire que c'est la même signature, c'est le même type de balles.

C'est vraiment troublant que la nouvelle coalition ne veuille pas enquêter sur ce qui s'est passé exactement, de sorte qu'il est de plus en plus évident que derrière les snipers, ce n'était pas Ianoukovitch mais quelqu'un de la nouvelle coalition.»

La conversation Paet-Ashton

Le Telegraph de Londres avait par la suite retrouvé «Olga», qui avait démenti avoir dit à Paet que les policiers et les manifestants ont été victimes des mêmes blessures :

«Je n'ai examiné que les manifestants. Je ne sais pas quel type de blessures ont été infligées aux militaires. Je n'avais pas accès à ces personnes.»

Le document diffusé par ARD jette un nouveau soupçon très sérieux sur la manière dont l'enquête est menée par le nouveau pouvoir à Kiev et, au-delà, sur la légitimité de ce pouvoir que soutiennent les gouvernements européens et américain.

Seule une enquête menée sérieusement et dans la transparence pourrait dissiper ce soupçon et permettre de retrouver tous les criminels de Maïdan.

Source : Rue89

Repost 0
26 avril 2014 6 26 /04 /avril /2014 09:19

TRIBUNE LIBRE ET POINT DE VUE !

Samedi 26 avril 2014

Robert Redeker : Comment l’immigré a remplacé le prolétaire autochtone aux yeux de la gauche

Le philosophe Robert Redeker s’interroge sur la mutation de l’imaginaire de gauche.

Dans celui-ci l’immigré a pris la place de la classe ouvrière autochtone, punie pour avoir abandonné la lutte des classes.

Le vocabulaire de la gauche a profité des trois dernières décennies pour évincer les termes de prolétariat et de prolétaire.

Exhumés des souvenirs de la Rome antique, ces mots s’étaient imposés, malgré le dégoût qu’ils suscitaient, dans la langue politique au XIXème siècle. […]

Pourquoi ne pas le remplacer, cet ingrat prolétaire autochtone, par de nouveaux levains de l’histoire?

Pourquoi pas par le travailleur immigré?

Par le sans-papier? Par le jeune de banlieue? Pourquoi pas par le Rom?

L’échec de mai 68 a causé la péjoration du peuple.

De héros, d’idole, de substitut du Christ pour assurer le salut de l’homme dans l’histoire, il devint le Beauf, il devint Dupont-Lajoie, il devint le sujet méprisé du populisme.

Les mots prolétaire et prolétariat en sont venus à passer de vie à trépas aussi pour une autre raison: les prolétaires – comprenons : les prolétaires autochtones, européens – n’étaient pas au rendez-vous.

Dans les années 70 une formule devenue cliché méprisant s’est répandue chez les intellectuels de gauche: «le peuple manque».

Il n’est jamais au rendez-vous que la théorie a fixé pour lui. En mai 68, puis dans les années 70, les prolétaires, ces ingrats, ont manqué.

On – c’est-à-dire les battus de mai – a commencé dès lors à le haïr, le peuple! On a commencé dès lors à le désaimer, le prolétaire.

De héros, d’idole, de substitut du Christ pour assurer le salut de l’homme dans l’histoire, il devint le Beauf, il devint Dupont-Lajoie, il devint le sujet méprisé du populisme.

La formule des bourgeois apeurés par les partageux d’autrefois était reprise, implicitement, par ceux qui allaient donner naissance au nouvel antiracisme: «salauds de pauvres!»

Salauds de prolétaires au gros rouge qui tache! Salauds de souchiens pue-la-sueur! Ils n’ont pas voulu de la révolution, ces Dupont-Ducon!

Eh bien nous nous tournerons vers d’autres!

Ainsi, l’immigré devint le mime raté du prolétaire. Il en est perçu aussi comme la punition: la promotion de l’immigré est la punition infligée au prolétaire pour avoir manqué à son devoir historique ! […]

Pour assurer le salut de l’humanité, il y eut, chez Saint-Simon, les savants et les industriels ; les travailleurs et les femmes, chez Auguste Comte ; les prolétaires, chez Marx ; les étudiants, chez Marcuse.

Nous rencontrons dans la gauche actuelle les immigrés comme étant la nouvelle figure du groupe chargé d’opérer le basculement de l’histoire.

Auprès de ce fantôme de la gauche qu’est la gauche morale et sociétale contemporaine, l’immigré, le sans-papiers, le Rom, endossent le double rôle d’ersatz et de Père Fouettard du prolétaire.

Le Figaro

source http://www.citoyens-et-francais.fr/article-robert-redeker-comment-l-immigre-a-remplace-le-proletaire-autochtone-aux-yeux-de-la-gauche-123381914.html

Repost 0
26 avril 2014 6 26 /04 /avril /2014 09:11

Samedi 26 avril 2014

On veut saigner le peuple français à blanc ?

Les informations circulent de-ci de-là, l’eau frémit mais ne bout pas encore, les préparatifs vont bon train chez nos gouvernants et nos décideurs, en vue de donner un énième coup de poignard dans le dos des Français, et de mettre fin définitivement au peu qu’il nous reste de nos acquis sociaux.

Déremboursement envisagé pour les consultations chez le généraliste, suppression possible des aides personnalisées au logement pour les étudiants non boursiers et, plus récemment, la remise en cause du SMIC.

Début avril, Pascal Lamy, ancien commissaire européen socialiste et ex-directeur de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), dit vouloir plus de « flexibilité » en encourageant les jobs payés en dessous du SMIC.

Mardi 15 avril, c’est au tour du trublion Pierre Gattaz, président du MEDEF, de relancer le débat en proposant un « SMIC intermédiaire« . S’ajoute à cela la proposition de Jean-François Copé qui suggère, lui, la création d’un « SMIC jeunes ».

Ils pensent sans doute les Français trop cher payés. Il ne fait aucun doute qu’ils seront écoutés attentivement par nos dirigeants.

Car, en réalité, Bercy ne fait qu’appliquer ce que lui dicte son véritable mentor, le MEDEF.

Les européennes arrivent à grands pas. Il s’agira de bien voter, si l’on ne veut pas continuer à subir les desiderata des puissants irrévérencieux.

Une nouvelle cure d’austérité et non des moindres est à venir, 50 milliards d’euros sont à trouver au plus vite, ce sont les exigences de l’Union européenne.

Alors pas question de tergiverser face aux ordres émanant de Bruxelles. Une fois n’est pas coutume, ce sont les classes moyennes qui vont devoir payer.

Compétitivité vis-à-vis des pays émergents employant à bas prix, recherche perpétuelle de la croissance, maximisation du profit, ils n’ont que ces mots-là à la bouche.

L’humain n’est qu’un pion sans saveur, au service des puissants et du grand patronat.

Il se prépare un drame social majeur en France, avec la volonté de serrer encore davantage la vis, en nous confisquant nombre de droits sociaux.

la possibilité de supprimer les APL aux étudiants non boursiers, le secrétaire d’État à l’enseignement supérieur Geneviève Fioraso a fait marche arrière ce lundi, suite à la forte mobilisation des Français.

Il faudra agir de la sorte à chaque fois que le danger frappera à nos portes.

Les européennes arrivent à grands pas, ce sera l’occasion pour nous de nous faire entendre.

Il s’agira de bien voter, si l’on ne veut pas continuer à subir les desiderata des puissants irrévérencieux.

source http://www.citoyens-et-francais.fr/article-on-veut-saigner-le-peuple-fran-ais-a-blanc-123400052.html

Site : http://jean-marielebraud.hautetfort.com/

Blog : http://pdf.bretagne.over-blog.com/

Mail : pdfbretagne@orange.fr

Site : http://jean-marielebraud.hautetfort.com/

Blog : http://pdf.bretagne.over-blog.com/

Mail : pdfbretagne@orange.fr

Repost 0
26 avril 2014 6 26 /04 /avril /2014 09:06

TRIBUNE LIBRE ET POINT DE VUE !

Samedi 26 avril 2014

Etre chrétien, est-ce politiquement incorrect ?

Les Chrétiens sont attaqués, et pas seulement dans les pays musulmans, mais aussi aux Etats Unis et en Europe, dit Franklin Graham, président de l’Association évangélique Billy Graham, responsable de l’ONG Samaritan’s Purse, et fils du révérend Billy Graham.

Franklin Graham: « Nous voyons les positions anti-chrétienne dans ce pays [Les Etats Unis].

Nous les voyons tellement dans le monde du cinéma, et dans les médias d’information. »

Franklin Graham: « Les Chrétiens sont attaqués, on le voit en Europe. L’antisémitisme, ça ne se discute même pas, il est là. Nous vivons dans un monde qui change, et c’est effrayant de voir à quelle vitesse il change, et nous allons voir que cela a de vraies répercutions sur les Chrétiens et sur les Juifs dans les années à venir ».

Selon Graham, les Chrétiens ne doivent pas renoncer à leurs croyances spirituelles, même face à la croissance de « l’apathie religieuse ».

Franklin Graham: « J’encourage les Chrétiens à ne pas reculer, mais à tenir ferme, à partager leur foi, à relever la tête pour leur foi, à ne pas être effrayé par les laïcs qui se moquent de vous.

Vous savez, nous vivons dans un monde où nous voulons être politiquement corrects, nous vivons dans un monde où les gens veulent être acceptés tout en se tenant du coté de Jesus Christ.

Vous ne serez pas accepté dans certains cercles, et vous devez tout simplement être prêt à accepter cela. »

Franklin Graham: « Mais n’ayez pas peur. J’aimerai encourager les Chrétiens à se redresser et à être fiers de leur foi, à ne pas être timide, et à dire aux autres ce que Dieu a fait pour vous, ce que le Christ a fait lorsqu’il est mort sur la croix, et s’est relevé de sa tombe. Faites en sorte que les gens le sachent, c’est extrêmement important. »

Maintenant plus que jamais, explique Graham, les Chrétiens devraient embrasser le concept de charité et amour envers le prochain.

Franklin Graham: « Suivez l’exemple de Jesus Christ. Jesus nourrit le peuple, il soigna le peuple, il utilisa son pouvoir en tant que fils de Dieu pour élever le peuple, mais il n’a pas fait cela seulement parce qu’il voulait donner au peuple une meilleure vie, il a fait cela pour que le peuple mette sa foi et sa croyance entre ses mains en tant que fils de Dieu, mais en même temps, Jésus avait de la compassion pour la souffrance et il a soigné le peuple, il s’occupait du peuple.

Je pense que nous, en tant que Chrétiens, aujourd’hui, devrions faire la même chose. »

Franklin Graham: « Nous devrions nous sentir concernés par notre prochain, nous devrions donner, nous devrions faire la charité, nous devrions nous occuper de ceux qui ont faim. Dans ce pays [les Etats Unis], les églises faisaient cela, et maintenant nous avons laissé le gouvernement s’en occuper. »

Franklin Graham: « Le gouvernement ne s’occupait pas de faire la charité il y a 100 ans, mais maintenant, les églises sont complètement en dehors de ça, et c’est le gouvernement qui tente de s’occuper de la santé des gens, alors que c’étaient les églises qui s’en occupait.

Et les églises faisaient un bien meilleur travail que le gouvernement aujourd’hui. »

Franklin Graham: « Nous travaillons en ce moment même en Ukraine.

Nous avons des groupes dans le sud Soudan où il y a une guerre civile. Il y a beaucoup de souffrance partout dans le monde. »

Franklin Graham: « Nous travaillons au Liberia avec Ebola, nos avions volent pour l’Organisation mondiale de la santé, et différents groupes permettent à des gens de sortir de ces régions. Mais notre ONG Samaritan’s Purse, nous… nous le faisons au nom de Jesus Christ. »

Franklin Graham: « Nous opérons dans plus de 100 pays, et nous avons besoin des prières des gens, nous avons besoin de la bonne santé financière des gens, nous ne pouvons pas faire notre travail sans cela.

Mais je recherche toujours la prière des gens plus que n’importe quoi d’autre. »

Source et Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Hervé Roubaix pour Dreuz.info.

Repost 0
26 avril 2014 6 26 /04 /avril /2014 09:02

Samedi 26 avril 2014

La Légion d’honneur pour le président du Secours Islamique France


Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a remis les insignes de Chevalier de l’Ordre de la Légion d’Honneur au Franco-marocain Rachid Lahlou, président du Secours Islamique France (SIF) en présence de personnalités du monde humanitaire et de la diplomatie, apprend-on jeudi auprès du SIF.

Le SIF indique dans un communiqué que le chef de la diplomatie française a saisi cette occasion pour saluer le parcours du récipiendaire, acteur humanitaire à la tête d’une organisation « qui puise les fondements de ses actions dans l’Islam et porte l’image et la solidarité de la France auprès des populations ».

Après avoir rappelé les actions majeures du SIF, en France, dans les territoires palestiniens, en Syrie, au Tchad et en Tchétchénie, M. Fabius a souligné que cette distinction, qui est personnelle, est aussi « un moyen pour la France d’honorer à travers le récipiendaire, l’engagement inlassable de son équipe, de ses bénévoles ainsi que de la communauté islamique française tout entière ».

Pour sa part, M. Rachid Lahlou a rendu hommage »à tous ceux qui ont confié leurs biens pour les porter à d’autres femmes et à d’autres hommes afin de leur venir en aide et leur dire que, par-delà des frontières réelles ou imaginaires, culturelles ou idéologiques, ils ne les oublient pas ».

Fondé en décembre 1991, le Secours Islamique France est une organisation non gouvernementale de Solidarité internationale à vocation sociale et humanitaire. Il soutient les populations défavorisées dans plus de 30 pays.

Le SIF se consacre à atténuer les souffrances des plus démunis en France et dans le monde et intervient là où les besoins humanitaires et sociaux l’exigent par la mobilisation de secours d’urgence et la mise en place d’actions de développement.

Ses champs d’action privilégiés concernent la Sécurité alimentaire, l’eau, l’hygiène et l’assainissement et l’Enfance.

http://www.atlasinfo.fr/La-Legion-d-honneur-pour-le-president-du-Secours-Islamique-France_a51210.html

Repost 0
26 avril 2014 6 26 /04 /avril /2014 08:36

Vendredi 25 avril 2014

La France orange mécanique à Évry (suite) : il paraît que les immigrés n’aiment pas la France, et que c’est de sa faute…

Le 17 avril, Atlantico publiait un article relatant un fait divers dans lequel les violeurs d'une jeune fille avaient justifié leurs actes par cette phrase : "toutes les françaises sont des putes".

Un article qui a suscité de nombreuses réactions dont certaines résument de façon accablante la pensée des vestales médiatiques et politiques.

L’article « La France orange mécanique à Évry : “violée parce que toutes les Françaises sont des putes” » a suscité beaucoup de commentaires. En voici un :

Que de haine, que de préjugés, que d’incompréhensions mutuelles.Vous ne vous rendez pas compte que si ces gosses ont fait cette monstruosité, ce n’est pas du fait de leur origine, mais parce qu’ils n’ont reçu aucune éducation, aucun repère, et que leur horizon familial, social et culturel est totalement bouché.

>>Lire l'article : La France orange mécanique à Evry : "violée parce que toutes les Françaises sont des putes"<<

[....]La France coupable un jour, la France coupable toujours.

La France a parqué et entassé les immigrés dans des HLM ? Oui. Mais ils habitaient où, avant ? Chez eux, ou chez nous, dans des bidonvilles (il y en avait encore à Nanterre dans les années 60) crasseux, glauques, sans eau ni électricité. La France les a fait marner pour des salaires de misère ?

Oui. Mais chez eux ils mouraient de faim, et la durée de vie de beaucoup de leurs enfants n’excédait souvent pas celle d’un papillon, faute de soins. L’administration française, les fonctionnaires des préfectures, les guichetières de la Sécu, les policiers n’étaient guère prévenants à leur égard ? Oui. Mais chez eux ils étaient traités comme du bétail, pas de Sécu, et les policiers locaux battaient et torturaient dans les commissariats.

Il n’est pas facile d’être immigré en France. Mais cela n’est facile nulle part.

Les Italiens, qui sont venus chez nous chercher du travail, en ont fait l’amère expérience à Aigues-Mortes quand, au croisement des XIX et XXe siècles, nombre d’entre eux ont été tués dans une émeute xénophobe. Les Espagnols, des maçons venus construire nos maisons, des femmes de ménage, des concierges, ont été à peine mieux traités : des salaires de misère et des remarques peu flatteuses sur l’origine des espingouins.

Est-ce que quelqu’un, une association, un ministère, un SOS quelconque, un CFCM, un CRAN pourrait nous indiquer si les groupes humains cités ci-dessus ont manifesté par quelque moyen que ce soit un désir de vengeance, une haine de la France ?

L’autre jour à la télévision, le philosophe Edgar Morin, qui, de manière himalayesque, illustre la phrase du général de Gaulle sur Pétain (« La vieillesse, quel naufrage ! »), apostrophait violemment Alain Finkielkraut. Il lui reprochait d’être « obsédé par les musulmans ».

Et se demandait, sur un ton qui se voulait patelin, comment il était possible que « le fils d’un Juif polonais » si bien intégré refuse cette intégration aux Maghrébins.

Personne n’a interrompu Morin. On aurait pu cependant l’interroger afin de savoir combien de millions étaient les Juifs polonais débarqués en France.

LIRE LA SUITE >>

Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/france-orange-mecanique-evry-parait-que-immigres-aiment-pas-france-et-que-c-est-faute-benoit-rayski-1051786.html#I8IsVWdaqV9cAFxZ.99

Repost 0
26 avril 2014 6 26 /04 /avril /2014 08:30

Agression sexuelle dans le métro à Lille : oui, les tournées de sécurisation sont utiles et nécessaires ::

Communiqué du 25 avril 2014

La sordide agression dont a été victime une jeune femme dans le métro lillois mardi soir vient infliger un sérieux démenti à tous ceux qui nous ont expliqué depuis des semaines que nos initiatives de solidarité populaire face à la racaille étaient inutiles.

Pendant trente minutes et sous les yeux de témoin totalement passifs, Abdelnour Benaicha, un Marocain de 19 ans, a infligé à cette femme un véritable calvaire.

Des insultes, des violences, et même des attouchements sexuels pendant TRENTE longues minutes !

Que l'on vienne nous reparler de la vidéosurveillance ou des forces de sécurité qui seraient en nombre suffisant.

Oui, face à ce déferlement d'ultra-violence, face à l'insécurité qui règne dans notre pays et en particulier dans les transports en commun, les tournées de sécurisation initiées à Lille, Lyon et Paris par les militants de Génération Identitaire sont non seulement utiles mais nécessaires.

Utiles et nécessaires car il est évident qu'en la présence de nos militants, jamais une telle agression n'aurait pu se produire.

Utiles et nécessaires car - alors que dans le cadre de cette agression c'est bien la passivité, voire la lâcheté, qui semblent avoir régné parmi les témoins - il est grand temps de réapprendre aux Français à réagir et agir.

Les prédateurs ne sont forts que de notre faiblesse.

C'est pourquoi nous comptons bien continuer, et même amplifier, nos tournées de sécurisation.

Venez nous rejoindre !

Génération Identitaire contact@pro-diffusion.com

Repost 0
26 avril 2014 6 26 /04 /avril /2014 08:25

Alain de Benoist : « Les guerres idéologiques modernes ont pris le relais des anciennes guerres de religion »

Entretien avec Alain de Benoist paru sur Boulevard Voltaire le 24/04/2014 – Nicolas Gauthier pour Boulevard Voltaire. – (…) Grande est l’impression que, désormais, non content de battre l’ennemi, il faut l’annihiler, le criminaliser, voire le convertir…

N’assistons-nous pas à des parodies de croisade, les droits de l’homme ayant remplacé les Évangiles ?

Dès que l’on se situe sur le terrain de la morale, une telle évolution est inévitable.

Les guerres de religion sont par définition les plus meurtrières, parce que l’ennemi n’y est plus perçu comme un adversaire du moment, qui pourrait éventuellement devenir un allié si les circonstances changeaient, mais comme une figure du Mal.

C’est pour en finir avec les guerres de religion qu’au lendemain des traités de Westphalie (1648) un nouveau droit de la guerre (jus ad bellum), lié à l’avènement de ce qu’on a appelé le jus publicum europaeum, a vu le jour. Son but explicite était d’humaniser la guerre, de la « mettre en forme », selon l’expression de Vattel.

C’était une guerre à justus hostis : on admettait que celui-là même que l’on combattait pouvait avoir ses raisons. Il était l’ennemi, mais il n’était pas le Mal. La victoire s’accompagnait d’un traité de paix, et nul ne cherchait à perpétuer, au lendemain des combats, une hostilité qui n’avait plus lieu d’être.

Les guerres idéologiques modernes ont pris le relais des anciennes guerres de religion, avec lesquelles elles ont une évidente parenté : il y est toujours question du Bien et du Mal.

Ces guerres modernes ressuscitent le modèle médiéval de la guerre à justa causa, de la « guerre juste », c’est-à-dire de la guerre qui tire sa légitimité de ce qu’elle défend une « juste cause ».

L’ennemi est, dès lors, nécessairement tenu pour un criminel, un délinquant, qu’il ne faut pas seulement vaincre, mais dont on doit aussi éradiquer tout ce qu’il représente.

Les guerres « humanitaires » d’aujourd’hui sont des guerres au nom de l’humanité : qui se bat au nom de l’humanité tend nécessairement à regarder ceux qu’il combat comme hors humanité.

Contre un tel ennemi, tous les moyens deviennent bons, à commencer par les bombardements de masse.

Dès lors s’effacent toutes les distinctions traditionnelles : entre les combattants et les civils, le front et l’arrière, la police et l’armée (les guerres deviennent des « opérations de police internationale ») et finalement la guerre et la paix, puisque avec la « rééducation » des populations conquises, la guerre se prolonge en temps de paix.

Quant au soldat, comme l’écrit Robert Redeker, l’auteur du Soldat impossible, il est « remplacé par un mixte de policier, de gendarme, d’intervenant humanitaire, d’assistance sociale, d’infirmier et de pédagogue », chargé de « convertir, en punissant les récalcitrants, tous les États aux droits de l’homme et à la démocratie ».

Ce n’est plus qu’une apparence de soldat. (…)

Texte intégral : bvoltaire.fr/alaindebenoist/les-guerres-ideologiques-modernes-pris-relais-anciennes-guerres-religion,56814

Publié le 25 avril 2014 - Modifié le 25 avril 2014

Repost 0
26 avril 2014 6 26 /04 /avril /2014 08:20

Contentieux des étrangers : deux poids, deux mesures

Préférence pour les juges immigrationnistes, défiance pour les juges légalistes.

♦ Depuis trente ans, ce ne sont plus les parlementaires qui font les lois sur l’immigration, ce sont les juges qui imposent leur jurisprudence en interprétant les textes internationaux. Or les hommes qui ont imposé cette évolution – les Belorgey, les Genevois, les Tuot – ne sont pas neutres, ce sont des militants immigrationnistes.

C’est cette même dictature militante qui a obtenu qu’un magistrat administratif de Lyon, François Lagarde, se voie dessaisi de tout dossier sur le contentieux des étrangers.

Son crime ? Avoir reçu comme élu UMP à Orléans une délégation à la lutte contre l’immigration clandestine : une responsabilité légale considérée comme une faute.

En clair, un magistrat qui veut simplement appliquer la loi là où il est élu ne peut la dire là où il juge. En revanche, un militant qui combat les lois limitant l’immigration se voit chargé, lui, de les interpréter ! Ainsi fonctionnent le Conseil d’Etat et les tribunaux administratifs.

C’est deux poids, deux mesures : les immigrationnistes peuvent juger, les légalistes sont interdits de jugement.

En 1789, les Français ont abattu les parlements d’Ancien Régime pour moins que cela.


Polémia.

Réélu au premier tour des élections municipales, le maire UMP d’Orléans, Serge Grouard, a annoncé la nomination d’un conseiller municipal en charge de « la lutte contre l’immigration clandestine ».

Ce conseiller municipal est par ailleurs magistrat au tribunal administratif de Lyon qui a pour principale activité de juger les étrangers qui contestent leur expulsion et il avait demandé sa mise en disponibilité à partir de janvier 2014 pour faire campagne. Il s’apprête à revenir siéger au tribunal administratif au début du mois de mai.

Cette annonce n’est pas passée inaperçue. L’opposition de gauche comme les militants des droits de l’homme ont lancé une dénonciation citoyenne d’une « idéologie qui n’est même pas celle du FN ».

L’info est devenue un feuilleton de la presse locale et a été reprise par les radios nationales, notamment par RMC, et par Rue 89-Lyon. Elle a commencé à circuler mercredi 16 avril dans le petit milieu des avocats qui assurent la défense des étrangers en situation irrégulière.

Ce jeudi, la commission du barreau de Lyon s’est saisie de la question pour envisager des suites à donner. Du côté du Syndicat des avocats de France (SAF, classé à gauche), le président de la section de Lyon explique que « d’autres juges peuvent avoir le même type d’opinion. La différence c’est qu’il sort du bois ».

Il ajoute surtout que le SAF regardera de près le retour du juge en mai prochain : « Quand il reviendra en mai prochain au tribunal de Lyon, ce magistrat ne doit plus juger de contentieux sur les étrangers pour qu’il n’y ait pas de suspicion sur les décisions qui vont être rendues ».

Ainsi il reviendrait à des avocats dévoués à la cause des étrangers en situation irrégulière, en d’autres termes les clandestins, d’imposer des magistrats de leur bord et de récuser ceux qui ne leur plaisent pas au nom de la lutte contre le racisme et le populisme.
Il serait effectivement plus simple et plus commode pour l’exercice de leur activité d’avoir affaire à des juges acquis à la cause immigrationniste qu’à un magistrat déterminé à faire appliquer les lois sur les étrangers et l’immigratio
n.

Ce sont ces mêmes avocats auxquels fait très nettement allusion le rapport d’octobre 2013 sur « l’évolution et la maîtrise des dépenses de contentieux à la charge du ministère de l’Intérieur » réalisé par l’Inspection générale de l’Administration à la demande du ministère de l’Intérieur, du ministère des Finances et du ministre délégué chargé du Budget sur le contentieux des étrangers. Ce rapport déplore la juridictionnalisation du droit des étrangers qui entraîne un coût insupportable et émet un avis fortement réprobateur sur le rôle des avocats spécialisés :

- - « Certains avocats se sont spécialisés dans ce contentieux avec des motivations politiques ou humanistes, en lien avec le monde associatif qui soutient les étrangers. Par contre, il semblerait que d’autres avocats voient dans le contentieux des étrangers, contentieux plutôt simple techniquement et répétitif, une source lucrative de revenus. Plusieurs interlocuteurs de la mission, y compris des magistrats administratifs, lui ont ainsi indiqué avoir régulièrement constaté que des requérants ignoraient être conseillés par un avocat. »

- - « La mission a en outre constaté qu’en matière de contentieux des étrangers, le juge d’appel annulait fréquemment la décision de première instance. Si celle-ci a donné lieu au versement par l’Etat de frais irrépétibles, ils devraient être reversés au comptable public par le bénéficiaire. Certains avocats refusent, sans qu’aucune suite ne soit donnée, au motif que ce ne sont pas eux qui étaient destinataires des frais irrépétibles mais leur client alors que ce dernier leur versait cette somme. »

La lutte pour l’immigration humanitaire a bon dos.

Le président du tribunal administratif de Lyon a saisi le « collège de déontologie » qui siège auprès du Conseil d’Etat. On peut le comprendre. Il est cependant dommage que sa démarche apparaisse isolée car il existe beaucoup d’autres cas où un « collège de déontologie » aurait pu ou pourrait être saisi. Donnons quelques exemples.

Le GISTI, association particulièrement active d’information et de soutien des immigrés, a été fondé au début des années 1970 par quatre jeunes énarques, pourtant astreints à un devoir de réserve. Des magistrats participent à la rédaction de documents du GISTI. C’est le cas de Patrick Henriot, magistrat et membre du Syndicat de la magistrature qui a rédigé les articles suivants :

« Cette gauche qui a horreur du vide » pour le n° 97 de la revuePlein Droit de juin 2013 dont le thème était : « Les étrangers attendent la gauche », sujet politique s’il en est ;
« Les Sages capitulent » pour le n° 90 de la même revue dédié aux « réfugiés clandestins ».

Certains de ces magistrats participent à des colloques comme celui de novembre 2008 consacré à « la défense de la cause des étrangers en justice
» :

- Bruno Genevois, président de section au Conseil d’Etat, sur l’histoire du GISTI ;
- Jean-Michel Belorgey, président de la section des rapports et des études du Conseil d’Etat, sur l’insuffisance des moyens d’exécution ;
- Ronny Abraham, conseiller d’Etat, et Olivier Jaulin, vice-président du Syndicat de la magistrature, sur les retombées collatérales du contentieux des étranger
s.

Prenons le cas de France Terre d’Asile dont l’objet est « la promotion du droit d’asile et des droits des migrants en France et en Europe ». Le président est Jacques Ribs, conseiller d’Etat honoraire. Frédéric Tiberghien, maître des requêtes au Conseil d’Etat et membre du Conseil supérieur de la magistrature est membre du bureau.

Jean-Michel Belorgey, déjà cité, est membre du Conseil d’Etat dont il présida la Section du rapport et des études jusqu’au 3 novembre 2009. Il a été président du conseil d’administration du Fonds d’aide et de soutien pour l’intégration et la lutte contre les discriminations (FASILD).
Membre de la Cour nationale de droit d’asile (CNDA) il a, selon le Figaro, beaucoup heurté ses pairs en déclarant dans Télérama que ses collègues étaient « des chasseurs, des exterminateurs d’hommes » au prétexte qu’ils y regardaient à deux fois avant d’accorder le statut de réfugié et qu’ils faisaient tout simplement leur travai
l.

Manifestons une pensée émue pour Bernard Stirn, président de la section du contentieux du Conseil d’Etat qui prit si vite une décision le 9 janvier 2014 dans l’affaire Dieudonné, et pour Thierry Tuot, auteur du rapport La Grande Nation, pour une société inclusive sur l’intégration des immigrés.

Enfin, concernant la déontologie, comment ne pas évoquer la mise en examen de Madame Martres, présidente du Syndicat de la magistrature, dans l’affaire de l’infâme et terrifiant « Mur des cons » ?

Eh bien oui, que toutes les « commissions de déontologie » soient saisies.

Que tout le système soit revu et tous les cas étudiés.
Que toutes les structures associatives et publiques soient auditées.
Que tous les conflits d’intérêt moral et déontologique soient résolus.
Que l’on aille jusqu’au bout et à fond.
Qu’il n’y ait pas deux poids deux mesures.
Que les Français soient assurés que de hauts fonctionnaires et de hauts magistrats, qui ont pour devoir d’appliquer les lois et qui sont payés (bien) pour cela, se comportent en serviteurs loyaux de l’Etat et du peuple français et ne jouent pas un double et confortable jeu de révolutionnaires de dossiers en interprétant les textes sur les étrangers et l’immigration avec laxisme et com
plaisance.

On en est loin.

Dès le 22 avril 2014 la commission de déontologie a confirmé qu’il fallait dessaisir le juge Lagarde compte tenu de l’émoi médiatique. Les juges immigrationnistes, eux, pourront continuer à rendre des jugements.

André Posokhow

Voir aussi :
Article du 18 décembre 2013, « Les traîtres de l’histoire de France
»

Source: http://fr.novopress.info/164295/contentieux-etrangers-poids-mesures/

Repost 0
26 avril 2014 6 26 /04 /avril /2014 08:11

Mise en examen du transgenre trotskiste qui préside Act Up

DANS SOCIÉTÉ / PAR PIERRE-ALAIN DEPAUW / LE 25 AVRIL 2014 À 3:22 /

Celui qui se fait appeler Laure Pora et qui préside l’association extrémiste (et subventionnée) Act Up, a été mise en examen pour injures publiques contre la «Manif pour tous».

Le 4 août 2013, une dizaine de militants d’Act Up avait vandalisé le siège de la fondation Jérôme-Lejeune, dont Ludovine de la Rochère est la directrice de communication.

Des militants de la Manif pour Tous avaient déposé une plainte contre Act Up-Paris. Le Parti chrétien-démocrate, dont Christine Boutin est présidente d’honneur, avait exigé la dissolution d’Act Up.

Pour mieux cerner qui préside Act Up, il faut relire les confessions publiques de l’intéressé publiées sur le Forum féministe.

Il s’agit d’un homme complètement perdu (il l’admet lui-même dans plusieurs posts) qui se prend pour et se comporte comme une femme, qui milite aussi au NPA, et qui est persuadé que « le couple est une institution à détruire dans une perspective féministe » et que « la misandrie, comme l’hétérophobie, est une stratégie de résistance ». « Je suis féministe, ça consiste à critiquer d’abord les mecs zétéros cis qui ont le pouvoir, et seulement après les femmes pas assez intelligentes pour se libérer », écrit-il par exemple. « Je suis une folle, je pratique une sexualité que je qualifie de pédée, et je regarde pas mal de ‘porno gay’ », continue-t-il entre deux considérations sur la sodomie et les poils ou des coups de gueule contre la « transphobie » des féministes…

Oui, il est temps de dissoudre Act Up et d’au moins lui couper les subventions !

http://medias-presse.info/mise-en-examen-du-transgenre-troskiste-qui-preside-act-up/9197

ET AUSSI

Laure Pora, la présidente d'Act Up Paris, a été mise en examen début avril.

Cette décision fait suite aux agissements de l'association le 4 août dernier, où certains militants avaient attaqué la façade de la Fondation Jérôme-Lejeune, dont la communication est dirigée par la présidente de la Manif pour tous Ludovine De La Rochère.

La Manif pour Tous s'est très vite félicitée de cette décision, au travers d'un communiqué. "La mise en examen de Laure Pora montre que toutes les méthodes ne sont pas acceptables.

On ne peut pas proférer impunément des insultes graves ni heurter nos concitoyens" y estime Ludovine de La Rochère.

"L'invective ne peut pas tenir lieu d'argument.

La Manif Pour Tous a toujours exprimé clairement son opposition à toute forme d'homophobie que ce soit au cours de ses manifestations ou dans toutes ses prises de paroles publiques" précise-t-elle en outre.

"D'aucuns en avaient conclu un peu rapidement que l'on peut qualifier quelqu'un d'homophobe sans rien risquer.

Ce n'est pas le cas", commente quant à lui un des avocats de la Manif pour tous, Henri de Beauregard.

Laure Pora, la présidente d'Act Up Paris, a été mise en examen début avril. Cette décision fait suite aux agissements de l'association le 4 août dernier, où certains militants avaient attaqué la façade de la Fondation Jérôme-Lejeune, dont la communication est dirigée par la présidente de la Manif pour tous Ludovine De La Rochère.

La Manif pour Tous s'est très vite félicitée de cette décision, au travers d'un communiqué. "La mise en examen de Laure Pora montre que toutes les méthodes ne sont pas acceptables. On ne peut pas proférer impunément des insultes graves ni heurter nos concitoyens" y estime Ludovine de La Rochère. "L'invective ne peut pas tenir lieu d'argument. La Manif Pour Tous a toujours exprimé clairement son opposition à toute forme d'homophobie que ce soit au cours de ses manifestations ou dans toutes ses prises de paroles publiques" précise-t-elle en outre.

"D'aucuns en avaient conclu un peu rapidement que l'on peut qualifier quelqu'un d'homophobe sans rien risquer. Ce n'est pas le cas", commente quant à lui un des avocats de la Manif pour tous, Henri de Beauregard.

Repost 0