Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 février 2014 6 08 /02 /février /2014 07:54

Le Rassemblement Bleu Marine sonde les Valenciennois

La concurrence s’annonce féroce à la droite de la droite, aux municipales, dans la ville centre.

En s’acoquinant avec « l’ennemi de l’intérieur » Dominique Slabolepszy, Frédéric Delplace s’est mis de lui-même en marge du Front national (notre édition du 2 février).

À l’entendre, il aurait trouvé le moyen d’amener avec lui, sur la liste qu’il mènera quand même avec la bénédiction de Carl Lang, une quinzaine de ses colistiers pressentis.

Une belle épine dans le pied de son successeur à la tête de « Valenciennes Bleu Marine », Jean Luc François Laurent.

Même pas mal, répond en substance ce dernier, après avoir fait distribuer dans les boîtes à lettres un questionnaire adressé aux Valenciennois. « Vous sentez-vous en sécurité dans notre ville ? », « À Valenciennes, l’immigration vous semble excessive, raisonnable, insuffisante ? », « Y a-t-il des problèmes persistants dans l’établissement scolaire (de votre enfant) ? »…

Il faut cocher les cases et renvoyer le document à la tête de liste (à une adresse marlysienne…).

À part ça, le projet municipal de JLFL sera présenté, paraît-il, « courant février 2014 » aux Valenciennois. Ça urge !

La suite http://www.lavoixdunord.fr/region/les-echos-de-l-escaut-ia27b0n1902942

Repost 0
7 février 2014 5 07 /02 /février /2014 16:56

TRIBUNE LIBRE ET POINT DE VUE !

Michel Santi | 26/01/2014, 23:21

La conversion époustouflante de François Hollande à l'économie de l'offre montre que la gauche française est incapable d'articuler une politique économique correspondant à la situation actuelle.

Par Michel Santi*

« Le temps est venu de régler le principal problème de la France : sa production. (…) C'est donc sur l'offre qu'il faut agir.

Sur l'offre ! Ce n'est pas contradictoire avec la demande.

L'offre crée même la demande." Tel est le verbatim de François Hollande lors de sa conférence de presse du 14 janvier dernier.

L'électrochoc qu'il entend appliquer à l'économie française afin de la tirer de sa profonde récession se décline donc en mesures visant essentiellement à s'attirer les faveurs du patronat et du milieu des affaires en général, tout en rétrécissant l'Etat.

L'austérité précipitera la France dans une nouvelle dépression

Ce ne sont cependant pas les 30 milliards d'euros d'économies (fin des cotisations familiales) offertes aux entreprises à l'horizon 2017 qui sont choquantes.

Pas plus que la servilité française vis-à-vis des diktats allemands et bruxellois pour la poursuite, voire pour l'amplification, d'une austérité dont on sait pourtant désormais qu'elle précipitera la France dans une nouvelle dépression.

En effet, qui est aujourd'hui capable de nier que c'est les économies et autres réductions budgétaires de l'ordre de 1.8 points de P.I.B. réalisées en France en 2013 qui y ont propulsé le chômage à des niveaux records de près de 11% ?

Une reconversion époustouflante du président français

En réalité, cette reconversion abrupte du Président français à la loi de l'offre est surtout époustouflante car François Hollande conditionne la croissance à la production.

En d'autres termes, il part du principe selon lequel la croissance ne repartira que dès lors que les entreprises produiront plus ! Et adopte ainsi les enseignements pour le moins controversés de Jean-Baptiste Say (1767-1832) selon lesquels seules l'offre et la production stimulent la croissance.

La demande, quant à elle, étant supposée suivre nécessairement…

Les néoclassiques dépassés sur leur droite

Ce faisant, François Hollande dépasse sur sa droite les néoclassiques comme John Stuart Mill qui reconnaissait dans ses « Principes d'économie politique » qu'il n'était possible de doubler les capacités de production d'un pays qu'en doublant le pouvoir d'achat des consommateurs !

A moins que le Président ne destine en fait l'ensemble de l'augmentation de la production de nos entreprises à l'exportation, transformant ainsi la France en une seconde Allemagne ?

Toujours est-il que François Hollande ignore ostensiblement la révolution keynésienne ayant ringardisé Say et Ricardo, et ayant décrédibilisé le dogme selon lequel c'est l'offre qui induit sa demande propre.

Les économistes néoclassiques ne vont-ils pas jusqu'à affirmer qu'il ne peut y avoir de réduction de la consommation car les gens doivent bien dépenser leur revenu pour acheter des biens… ?

Une consommation et une demande agrégée anémiques

Une observation simple de la conjoncture française aurait pourtant montré que le travail et que l'investissement y sont déficients, non du fait d'un manque de ressources ou de biens produits, mais bien du fait d'une consommation et d'une demande agrégée anémiques.

En réalité, la conversion de l'exécutif français à cette loi de l'offre - qui réfute catégoriquement qu'une économie puisse souffrir d'un déclin de la demande agrégée - justifie du coup la posture des néolibéraux qui sont convaincus que le chômage est accentué par les aides sociales.

Ce tournant idéologique de François Hollande passe également sous silence l'existence de phénomènes appelés « récessions » - comme celle que nous subissons depuis 2007 - et qui ont pour effet d'appauvrir les nations.

La dépense publique n'est pas en compétition avec la dépense privée

On sait pourtant depuis Keynes qu'une économie peut bel et bien souffrir d'un effondrement généralisé de sa consommation et de son investissement, et que la dépense publique n'est nullement en compétition avec la dépense privée.

Au contraire, le tassement de la dépense publique conduit nécessairement à une régression de la dépense privée, dans le cadre de crises aigües comme celle que nous traversons aujourd'hui.

C'est, du reste, exactement ce que nous conte l'histoire de l'austérité appliquée dans nombre de pays européens, et qui se traduit aujourd'hui par une menace très sérieuse de déflation à la japonaise en Europe périphérique, y compris en France.

Il faut relancer la consommation

Car seules la relance de sa consommation et de sa demande agrégée - et non la réduction de ses dépenses - permettront de rétablir la croissance en France.

Comme il va de soi que le rétrécissement du champ d'action de l'Etat dans un contexte où notre économie est loin - très loin ! - du plein emploi est absolument contre-productif.

Il est certes crucial d'améliorer la compétitivité de nos entreprises et d'alléger certaines de leurs charges, mais il est tout aussi fondamental pour un gouvernement de séquencer judicieusement les réformes.

En l'occurrence, la priorité des priorités reste le rétablissement de la consommation, qui se répercutera forcément sur une amélioration de la production, et donc de l'offre.

L'incapacité de la gauche à articuler une politique économique

L'Europe se retrouve privée de munitions traditionnelles (du fait de taux d'intérêt à zéro) pour combattre un taux de chômage épouvantable.

La déclaration extraordinaire du Président français selon laquelle l'offre induit naturellement sa demande prouve en creux l'incapacité de la gauche à articuler une politique économique qui tienne la route.

Et nous indique que nos déboires actuels ne sont pas uniquement la faute de politiques mises en œuvre en leur temps par des gouvernements de droite.

* Michel Santi, économiste franco-suisse, conseille des banques centrales de pays émergents. Il est membre du World Economic Forum, de l'IFRI et est membre de l'O.N.G. "Finance Watch".

Vient de paraître : une édition étoffée et mise à jour des "Splendeurs et misères du libéralisme" avec une préface de Patrick Artus et, en anglais, "Capitalism without conscience".

Vient de paraître :"L'Europe, chronique d'un fiasco politique et économique"

Source:: http://www.latribune.fr/opinions/tribunes/20140126trib000811947/le-fossoyeur-de-la-gauche-francaise.html?

Repost 0
7 février 2014 5 07 /02 /février /2014 15:17

Francis Bocquillet https://www.facebook.com/jeanfrancis.bocquillet/posts/10200629716944321

Bruno Mégret : après la scission du FN, « j'aurais pu changer la donne politique »


AFP - 23 janvier 2014.


Propos recueillis par Guillaume DAUDIN.

L'ancien délégué général du FN, Bruno Mégret, estime qu'il aurait "pu changer la donne politique" après la scission fracassante du parti, en janvier 1999 au congrès extraordinaire de Marignane, où une partie des cadres l'avaient suivi tandis que l'autre restait fidèle à Jean-Marie Le Pen.

QUESTION : Quinze ans après, comment expliquez-vous la scission ?

REPONSE : A l'époque, on a présenté la scission comme une opération montée par Mégret qui voulait prendre la place de Le Pen. Mais la réalité est très
différente.

Deux lignes s’affrontaient. Quand Le Pen a vu mon poids devenu déterminant au FN après la victoire de Vitrolles, il a décidé de m'éliminer.

L'évènement déclencheur, ce sont ses déclarations annonçant que s'il était inéligible aux européennes, il confierait la tête de liste à sa femme Jany.

Ce choix montrait un mépris total pour le mouvement. Ca a rendu les cadres furieux.

Je me suis donc fait leur porte-parole en déclarant que c’était une mauvaise idée… Un crime de lèse-majesté qui a rendu Le Pen fou de rage et lui a servi de prétexte pour amorcer mon éviction.

Et lorsque j’ai eu la conviction qu’il voulait purger son mouvement, nous avons lancé non pas une scission, mais demandé un congrès extraordinaire (ndlr: à Marignane).

On voulait lui faire accepter par le rapport de forces l'évolution de son mouvement. Il l’a refusée et 60% des cadres sont partis avec moi.

Q : Quel regard portez-vous rétrospectivement sur Jean-Marie Le Pen ?

R : Quand je l'ai connu en 1985, il voulait vraiment rénover la politique et se donner les moyens de go
uverner.

Mais, après le "point de détail" (le 13 septembre 1987, Jean-Marie Le Pen dit sur RTL que les chambres à gaz sont "un point de détail de l'histoire de la Deuxième Guerre mondiale", ndlr) il s'est rendu compte qu'il n'y arriverait pas.

Il a alors adopté la posture de quelqu'un se contentant de jouir de sa position : profiter de sa célébrité, voyager, détenir des mandats, avoir de l'argent, dire ce qu'il pense.

Pour lui, le parti était un accessoire. Les cadres du FN considéraient que ses dérapages étaient néfastes, mais lui les commettait sciemment par provocation antisystème.

C’est tout de même un homme cultivé, qui a du sens politique et qui, au moins pendant un temps, a su s’entourer de gens de qualité.

Q : Et l'après-scission ?

R : Le système politico-médiatique préférait conserver Le Pen. C’était la garantie que le FN resterait circonscrit et donc cont
rôlable.

Si je l’avais emporté, j'aurais pratiqué la dédiabolisation, tendu la main au RPR, multiplié les alliances. Cela aurait pu changer la donne politique. Le système l'a donc soutenu à fond.

La décision de justice qui lui donnait le monopole du sigle FN a été rendue avec une célérité stupéfiante.

Lui seul avait la légitimité judiciaire et financière juste avant les européennes.

Au final, le résultat des élections s’est joué à très peu mais les jeux étaient faits.

Aujourd’hui, je ne fais plus de politique mais, si les circonstances le rendaient possible et nécessaire, je n’exclus pas un nouvel engagement."



Bruno Mégret: le FN "un gâchis terrible" (vidéo) :
http://www.youtube.com/watch?v=9
h1kqxp8mG0

Repost 0
7 février 2014 5 07 /02 /février /2014 14:53

6 février 1945, la France fusille ses poètes !


Robert Brasillach
CHANT POUR ANDRÉ CHÉNIER (1774-194
4)


Debout sur le lourd tombereau,
A travers Paris surchauffé,
Au front la pâleur des cachots,
Au coeur le dernier chant d'Orphée,
Tu t'en allais vers l'échafaud,
O mon frère au col dégrafé!
Dans la prison où les eaux suintent
Près de toi, les héros légers
Qui furent Tircis ou Aminte,
Riaient de ceux qui les jugeaient,
Refusaient le cri et la plainte,
Et souriaient aux noirs dangers.
La chandelle jetait aux murs
Leurs ombres comme à la dérive.
Les cartes et les jeux impurs
Animaient les jours qui se suivent,
Toi, tu rêvais d'un sort moins dur
Et chantais les jeunes captives.
Le soleil des îles de Grèce
Rayonnait au ciel pluvieux.
Perçait les fenêtres épaisses,
Et les filles aux beaux cheveux
Nageaient autour de toi sans cesse
Sur les vagues, avec les dieux.
Tu souhaitais dans les nuits noires
Une aube encor pour t'éclairer,
Pour pouvoir attendrir l'histoire
Sur tant de justes massacrés,
Pour embarquer sur ta mémoire
Tant de trésors prêts à sombrer.
Avec les flots de l'aventure,
A travers les jours variés,
Les heures vives ou obscures,
Un siècle et demi a passé.
La saison est encore moins sûre,
Voici le temps d'André Chénier.
Sur la prison fermée et pleine
Un monde encore a disparu.
O soleil noir de notre peine,
Une autre foule est dans la rue,
Comme dans la vieille semaine
Demandant toujours que l'on tue.
Dans la cellule où l'eau suinte
Un autre que toi reste assis,
Dédaigneux des cris et des plaintes,
Evoquant les bonheurs enfuis,
Et ranimant dans son enceinte,
Comme toi, les mers de jadis.
Au revers de quelque rempart,
Au fond des faubourgs de nos villes,
Près des murs dressés quelque part,
Les fusils des gardes mobiles
Abattent au jeu du hasard
Nos frères des guerres civiles.
J'entends dans les noirs corridors
Résonner des pas biens pareils
A ceux que tu entends encor
Jusque dans ton pâle sommeil,
Et comme toi le soir je dors
Avec en moi mon vrai soleil.
Près de nous tous, ressuscité,
Le coeur plein de justes colères,
Dans la nuit on t'entend monter,
Du fond de l'ombre froide et claire,
O frère des sanglants étés,
O sang trop pur des vieilles guerres
Et ceux que l'on mène au poteau,
Dans le petit matin gla
cé,
Au front la pâleur des cachots,
Au coeur le dernier chant d'Orphée,
Tu leur tends la main sans un mot,
O mon frère au col dégrafé...

Source : Merci Georges Celdran

Repost 0
7 février 2014 5 07 /02 /février /2014 14:19

« Samedi 8 février, à 12 h 00, sur Radio Courtoisie : |

vendredi, 07 février 2014

MENTEZ, MENTEZ, CAR VOUS PENSEZ QU'IL EN RESTERA TOUJOURS QUELQUE CHOSE !

Roland Hélie

Directeur de Synthèse nationale

« Lorsque tu veux tuer ton chien, affirme qu’il a la rage… ».

Ce vieux dicton bien de chez nous pourrait très bien illustrer ce qui est arrivé, ces jours derniers, au porte-parole du courant solidariste français, notre camarade Serge Ayoub.

Les faits : mardi matin une escouade de flics débarque au domicile de ce responsable nationaliste atypique aux idées affirmées sous prétexte qu’il aurait « giflé sa femme ».

À l’origine de cette accusation, une jeune fille ramassée quelques heures auparavant sur la voie publique en état d’ébriété et qui aurait prétendu être « la femme de Serge Ayoub ».

Il n’en fallut pas plus pour que dix argousins soient immédiatement envoyés au domicile de l’intéressé afin de l’interpeler sur le champ.

Un tel déploiement pour une simple affaire conjugale, cela peut sembler un tantinet exagéré.

Mais lorsqu’il s’agit d’arrêter un patriote, la police sait se montrer bien plus zélée que lorsqu’il y a du grabuge dans les banlieues… mais passons. Il est donc signifié à Serge les raisons d’un tel tintouin, et là apparait le côté surréaliste de cette affaire.

En effet, il se trouve que Serge Ayoub est célibataire, et que, par conséquent, il n’a (momentanément souhaitons-lui) ni femme, ni même une concubine, qu’il aurait pu gifler si tant est que cela corresponde à ses habitudes…

Normalement, l’affaire aurait donc dû s’arrêter là. Ce d’autant plus qu’entre-temps la jeune fille, après avoir dessaoulé, était revenue sur ses accusations et avait subitement quitté le commissariat sans déposer plainte.

La suite le prouve, le pire est toujours devant nous.

Au lieu de libérer Serge Ayoub et de lui présenter leurs excuses, les flics de Valls persistent. Ils le mettent en garde à vue car ils lui reprochent maintenant, ce qui est un comble, de ne pas s’être laissé docilement embarquer. Il y restera plus de 24 heures.

Une perquisition sera effectuée chez lui pour vérifier qu’aucune trace de bagarres ou de présences féminines récentes ne viennent justifier leur descente du matin. On est en plein acharnement politico-policier.

On se croirait revenu dans la Russie stalinienne si chère à Valls et aux socialistes…

Vexés sans doute de n'avoir rien trouvé à reprocher à Serge Ayoub, les finauds qui servent de stratèges au ministère de l’Intérieur ne vont pas en rester là. Ils vont se venger de la manière la plus dégueulasse qui soit en laissant circuler une information auprès des media à leurs bottes (qui s’empresseront de la divulguer largement toute la soirée) selon laquelle « le militant d’extrême droite Serge Ayoub est en prison pour avoir battu sa femme ». Mentez, mentez, car vous pensez qu'il en restera toujours quelque chose.

C’est ainsi que le gouvernement français, en ce début de XXIe siècle, salit l’honneur de l’un de ses opposants les plus déterminés.

Le mensonge au service du pouvoir, vous connaissez ?

Ce n’est pas nouveau.

Souvenez-vous, il y a six mois, de l’affaire Méric…En effet, ce que Valls reproche à Ayoub, c’est justement son attitude digne et offensive au moment de cette affaire scabreuse qui devait tant servir les socialistes au moment où les manifestations populaires du printemps dernier commençaient à les mettre en difficultés, et qui, finalement, s’est bel et bien retournée contre eux. Serge Ayoub ne s’est pas laissé abattre par les mensonges et les calomnies véhiculés alors contre lui et ses mouvements par la presse aux ordres.

Il a réagi en rendant publique sa vérité, qui depuis a été confirmée par les faits, et en cassant les accusations émanant de la bien-pensance institutionnalisée.

En procédant à l’auto-dissolution de Troisième Voie et des JNR et en devançant ainsi la décision du Conseil des ministres, il n’a pas laissé à Manuel Valls la joie d’achever les organisations patriotiques.

Aujourd’hui, mesquinement, Valls et ses sbires règlent leurs comptes en diffusant des mensonges éhontés…

C’est bas et c’est minable, mais cela ne nous ébranle pas car nous savons que, comme il est dit dans un chant qui nous est cher, « un jour viendra où leurs auteurs paieront »…

NDLR :

Le livre de Serge Ayoub, L'affaire Clément Méric, du fait divers au scandale politique, est en vente aux Bouquins de Synthèse nationale cliquez ici

Pour l'acheter en ligne, cliquez là

http://synthesenationale.hautetfort.com/archive/2014/02/07/temp-4f4195db8c6afd14858fd44057890777-5292307.html

Voir les commentaires

Repost 0
7 février 2014 5 07 /02 /février /2014 11:08

MANIFESTATIONS:

Ecrit le 6 fév 2014 à 11:08 par Henri Dubreuil dans Poing de vue

Sommes-nous capable de durer et d’endurer ?

Et de trois. Trois manifestations en trois semaines. La première pour la défense de la vie. La deuxième pour le jour de colère. La troisième pour la sauvegarde de la famille. Plusieurs centaines de milliers de personnes se sont ainsi mobilisées avec des convictions certes différentes mais unies dans leur rejet d’un système nauséabond, déshumanisant et dirigé par des esprits malades. Un système dont l’ultime vue est la fabrication d’un homme neuf, coupé de ses racines biologiques et familiales, rééduqué par l’école, assisté par l’État, apatride, consommateur et inapte à toute réflexion autonome.

Beaucoup d’optimisme et de joie ont agité les cortèges. Tant mieux, car l’espoir fait vivre. Du moins, il permet d’avancer. Mais il ne serait pas sain de préjuger de l’effondrement prochain d’un système terriblement efficace et animé par une caste dirigeante solidement implantée. La bataille pour la sauvegarde de valeurs devenues ringardes et pourtant bien saines – famille, identité, libre-arbitre, initiative individuelle – ne fait que débuter. Elle s’annonce longue et difficile, car nos adversaires ne sont ni des novices, ni des naïfs. La franc-maçonnerie – visage identifiable parmi d’autres – affiche déjà plusieurs siècles d’histoire au compteur et charrie depuis longtemps cette idée de l’homme neuf. Elle est aujourd’hui fermement incrustée dans tous les piliers du pouvoir : magistrature, enseignement, diplomatie, médias, culture, patronat, cabinets ministériels ou représentation nationale. Elle a lentement mais sûrement tissé une toile dont les ramifications piègent désormais une grande partie des élites.

Il n’est donc pas question de croire qu’une, deux, trois ou même dix manifestation inverseront le cours de l’histoire. De nouvelles défaites se profilent. PMA, GPA, euthanasie, théorie du genre, fiscalisme, assistanat, fichage, mondialisme, censure, réécriture de l’histoire, enfouissement de notre identité. Tel est le destin de notre pays et de beaucoup d’autres à plus ou moins brève échéance.

Il est permis d’interpréter un tel propos comme le triomphe d’un pessimisme ravageur et démobilisateur. Pourtant, je m’accroche également à la vieille rengaine de l’espoir qui fait vivre. Je la conditionne cependant à une interrogation. Sommes-nous prêts à durer et à endurer ?

« L’ogre maçonnique et ses multiples flatulences ne se laisseront pas impunément contrarier. »

Durer ? Pour espérer renverser ce cours de l’histoire qui nous est si défavorable, il est nécessaire à notre tour de tisser notre toile. Or, tant que toutes ces évolutions restent positivement perçues par le subconscient d’une majorité de citoyens, ce sens de l’histoire ne peut que se prolonger. Il ne s’inversera que lorsque ces folies seront précisément rejetées par cette majorité. Pour ce faire, rien n’est moins nécessaire que l’engagement professionnel massif de jeunes (et de moins jeunes) dans la magistrature, l’enseignement, la haute administration et les médias afin de porter haut et fort nos valeurs, socle de l’indispensable guerre culturelle, elle même préalable nécessaire à toute victoire politique.

Le réalisme exige ainsi de considérer qu’il faudra plusieurs années avant d’espérer récolter les fruits de ces efforts.

La déchristianisation des esprits et la disparition des références qu’elle a engendrée ne se sont pas accomplies en quelques mois. Elles ont reposé sur des décennies de lutte culturelle et politique de la part de nos adversaires pour laisser place à présent au retour d’une civilisation barbare (loi du plus fort). Une certaines forme de « rechristianisation » de la société, mais surtout la réapparition de valeurs humanistes et respectueuses de l’ordre naturel nécessiteront tout autant de patience et d’engagement !

Endurer ? Le chemin de la reconquête qui se profile est tout sauf un long fleuve tranquille. L’ogre maçonnique et ses multiples flatulences ne se laisseront pas impunément contrarier. Jusqu’à présent, nous restons ordinairement au stade des railleries et des insultes. Les contestataires de l’ordre établi et de son sens de l’histoire sont publiquement désignés comme réactionnaires ou obscurantistes. Pourtant déjà, les plus critiques subissent la garde à vue politique ou sont clairement ostracisés professionnellement et médiatiquement.

Toutefois, tout cela n’est rien à côté de ce que nous pouvons redouter pour demain. Il nous faudra vraisemblablement souffrir la multiplication des arrestations arbitraires, le fichage généralisé, l’interdit bancaire, la mise au ban de la société, voire purement et simplement l’élimination physique. Certains sourient probablement à la lecture de ces lignes. Malheureusement, des esprits malades et malfaisants sont capables de bien des atrocités pour servir leurs idéologies et leurs intérêts.

Posez-vous cette simple question. En 1984, quel citoyen lambda aurait pu imaginer que la France permettrait trente ans plus tard à un enfant d’être privé de mère tout en disposant de deux pères ? Quel citoyen lambda aurait anticipé un débat sur la location d’utérus ? Quel citoyen lambda aurait pu concevoir que de nombreux sujets (immigration, avortement, homosexualité, communautarisme, réchauffement climatique…) deviendraient des tabous du débat public ?

Et si vous souhaitez vraiment vous faire peur, appliquez à notre société actuelle un rythme de changement similaire à celui des dix dernières années écoulées puis imaginez-la en 2050… Vous pouvez frissonner, en effet !

Alors oui, l’espoir de lendemains qui changent est permis. Mais le principe de réalisme conduit à admettre qu’il faudra du temps, de l’énergie et de la souffrance… à supposer qu’une armée entière d’hommes et de femmes se lève pour reprendre entre ses mains le destin d’une humanité malmenée.

Sinon, il ne restera plus que de lointains souvenirs d’un monde révolu. Un monde où l’homme était plus libre qu’aujourd’hui. Un monde où l’homme était fier de ses racines et de sa culture. Un monde où l’homme était élevé tant bien que mal par un père et une mère. Un monde où les plus faibles étaient considérés et non éliminés. Un monde où le travail était respecté. Un monde où la nature était préservée. Un monde certes bien imparfait mais qui ne cherchait pas à s’arroger systématiquement le droit de redéfinir et de contrôler le genre humain.

Un monde probablement un peu plus humble, tout simplement…

source : http://www.ndf.fr/poing-de-vue/06-02-2014/sommes-nous-capable-de-durer-et-dendurer

Et la quatrième

Le 8 février, manifestation nationale pour la dissolution des Femen

L’AGRIFappelle à une grande manifestation nationale, le samedi 8 février, pour exiger la dissolution du groupuscule terroriste et raciste anti-chrétien des Femen.

Carl LANG, président du Parti de la France, prendra la parole lors de cet événement. Les militants, adhérents et sympathisants du PdF sont invités à se joindre à cette manifesta
tion.

La manifestation pour la dissolution des femen aura finalement lieu place Vauban (Paris VIIème) ce samedi à partir de 14h 45

--

Le Parti de la France

Email : contact@parti-de-la-france.fr
Site : http://www.parti-de-la-france.fr
Adhérez ! : http://www.parti-de-la-france.fr/adhesions
Repost 0
7 février 2014 5 07 /02 /février /2014 11:03

06 février 2014

Malika Sorel dénonce la préférence étrangère

Malika Sorel-Sutter, ancien membre du collège du Haut Conseil à l'Intégration et de sa mission Laïcité, administrateur de l'association de Défense et de géopolitique Géostratégies 2000, répond à Figarovox au sujet de la feuille de route sur l'intégration :

"Elle consiste à attribuer la responsabilité de l'échec de l'intégration aux Français qui entraveraient la réussite des immigrés et de leurs descendants et c'est à ce titre qu'il convient de lutter contre les discriminations. [...]

Oui, le pouvoir bascule vers la préférence étrangère.

Cela se lit très bien au travers de plusieurs mesures comme, entre autres, la mesure 29: «Cette démarche conduira le gouvernement à promouvoir l'obtention du Label Diversité par l'ensemble des administrations publiques (...).

A retenir en particulier: la mise en place de classes préparatoires intégrées, la formation des membres de jury de concours sur les stéréotypes, le développement des recrutements hors concours (...)» De nombreuses mesures sont destinées à donner la préférence aux personnes d'origine extra-européenne.

Ce qui se traduira mécaniquement par le fait que des Français de souche européenne seront mis de côté uniquement parce qu'ils ne sont pas de la bonne ascendance biologique. C'est du racisme anti-Français.

[...] Nous sommes confrontés à une volonté de changer le peuple au travers du changement en profondeur de tout son référentiel culturel.

Il n'y a d'ailleurs pas que dans ce domaine de l'intégration que cette idéologie est à l'oeuvre. Nous la voyons également se déployer dans le registre de l'égalité hommes/femmes avec les fameux ABCD de l'égalité qui ne sont pas autre chose, par certains aspects, qu'une entreprise de lavage de cerveau des enfants.

Pour avoir travaillé sur cette question de l'égalité hommes/femmes, je peux dire que, là aussi, le gouvernement fait fausse route. [...]"

Source et Posté le 6 février 2014 à 21h46 par Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2014/02/malika-sorel-dénonce-la-préférence-étrangère.html

Repost 0
7 février 2014 5 07 /02 /février /2014 10:49

Entretien avec Camel Bechikh

Il est naturel que les Français musulmans défendent la famille traditionnelle

Le 7 février 2014

Entretien réalisé par Nicolas Gauthier.

Dans la Manif pour tous de ce dimanche dernier, une banderole portant l’inscription « Les Français musulmans disent non au mariage homosexuel » a fait couler un peu d’encre, au motif qu’elle était surtitrée en arabe. Votre réaction ?

Cette banderole était le fait du Collectif musulman pour l’enfance, une petite organisation fraîchement créée dans le sillage de la Manif pour tous.

Quant à ce surtitrage en arabe, je l’ai trouvé aussi inutile que ridicule, comme souvent les fausses bonnes idées.

Les musulmans de France sont français. L’initiative était d’autant plus ridicule que l’écrasante majorité des Français musulmans, qu’ils soient d’origine maghrébine ou non, ne lit pas l’arabe classique.

Tout au plus baragouinent-ils l’arabe dialectal ; lequel se parle mais ne s’écrit pas.

Les dirigeants de la Manif pour tous sont majoritairement catholiques.

Vous qui êtes de confession musulmane, les rapports sont-ils bons ?

Ils sont parfaitement normaux, parce qu’il est naturel que les Français musulmans participent à ce combat commun.

Les Fils de France, en tant que patriotes et indéfectiblement attachés à la famille traditionnelle, nous nous trouvons donc en parfaite harmonie avec nos amis catholiques, juifs, agnostiques, athées, qu’ils soient hétérosexuels ou homosexuels.

Pour répondre plus précisément à votre question, il s’agit de différents instruments qui jouent la même musique française ; ce, sous la direction d’un chef d’orchestre exceptionnel : Ludovine de la Rochère.

Le 3 février, sur Boulevard Voltaire, Élisabeth Lalesart, d’origine iranienne, faisait le parallèle entre cette fameuse banderole et la révolution de Téhéran, en 1979, assurant qu’elle avait eu à souffrir de l’arrivée au pouvoir de l’ayatollah Khomeiny.

Cette comparaison est-elle véritablement pertinente ?

Que les gens puissent porter en eux des douleurs intimes, c’est un fait. Mais qu’ils en fassent ensuite des paradigmes d’analyses civilisationnelles, c’est du grand n’importe quoi.

Car avec un simple trajet personnel, on peut démontrer tout et son contraire.

Comme l’écrivait François-René de Chateaubriand dans Le Génie du Christianisme, en toutes choses il faut se garder « du diabolisme et de l’angélisme ». Saint Thomas d’Aquin disait : « Là où il y a de l’homme, il y a de l’hommerie… »

Source et publication: http://www.bvoltaire.fr/camelbechikh/il-naturel-que-les-francais-musulmans-defendent-la-famille-traditionnelle,49871?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=0f5d617841-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-0f5d617841-30403221

Le 7 février 2014

Entretien réalisé par Nicolas Gauthier.

Dans la Manif pour tous de ce dimanche dernier, une banderole portant l’inscription « Les Français musulmans disent non au mariage homosexuel » a fait couler un peu d’encre, au motif qu’elle était surtitrée en arabe. Votre réaction ?

Cette banderole était le fait du Collectif musulman pour l’enfance, une petite organisation fraîchement créée dans le sillage de la Manif pour tous. Quant à ce surtitrage en arabe, je l’ai trouvé aussi inutile que ridicule, comme souvent les fausses bonnes idées. Les musulmans de France sont français. L’initiative était d’autant plus ridicule que l’écrasante majorité des Français musulmans, qu’ils soient d’origine maghrébine ou non, ne lit pas l’arabe classique. Tout au plus baragouinent-ils l’arabe dialectal ; lequel se parle mais ne s’écrit pas.

Les dirigeants de la Manif pour tous sont majoritairement catholiques. Vous qui êtes de confession musulmane, les rapports sont-ils bons ?

Ils sont parfaitement normaux, parce qu’il est naturel que les Français musulmans participent à ce combat commun. Les Fils de France, en tant que patriotes et indéfectiblement attachés à la famille traditionnelle, nous nous trouvons donc en parfaite harmonie avec nos amis catholiques, juifs, agnostiques, athées, qu’ils soient hétérosexuels ou homosexuels. Pour répondre plus précisément à votre question, il s’agit de différents instruments qui jouent la même musique française ; ce, sous la direction d’un chef d’orchestre exceptionnel : Ludovine de la Rochère.

Le 3 février, sur Boulevard Voltaire, Élisabeth Lalesart, d’origine iranienne, faisait le parallèle entre cette fameuse banderole et la révolution de Téhéran, en 1979, assurant qu’elle avait eu à souffrir de l’arrivée au pouvoir de l’ayatollah Khomeiny. Cette comparaison est-elle véritablement pertinente ?

Que les gens puissent porter en eux des douleurs intimes, c’est un fait. Mais qu’ils en fassent ensuite des paradigmes d’analyses civilisationnelles, c’est du grand n’importe quoi. Car avec un simple trajet personnel, on peut démontrer tout et son contraire. Comme l’écrivait François-René de Chateaubriand dansLe Génie du Christianisme, en toutes choses il faut se garder « du diabolisme et de l’angélisme ». Saint Thomas d’Aquin disait : « Là où il y a de l’homme, il y a de l’hommerie… »

Repost 0
7 février 2014 5 07 /02 /février /2014 10:24

Comment [certains] Chinois de France lessivent des sommes colossales grâce aux tickets resto

Publié le 5 février 2014 par Martine

[extraits]

(…) Le ticket restaurant permet la mise en place d’une économie parallèle échappant totalement aux contraintes fiscales et sociale
s.

Cette méthode est fondée sur la mise en place d’un système de financement interne à la communauté chinoise – une sorte de tontine – permettant d’éviter tout recours au système bancaire traditionnel (emprunt, découvert bancaire, etc.) par la mise en place d’un système occulte de paiement interne des transactions.

Tout ce système se fonde sur l’utilisation des tickets restaurant. Dans cette économie, les tickets restaurant sont une sorte de lessiveuse à pognon, et même l’argent sale de la drogue sent comme des draps propres.

Le système est alimenté par les nombreux restaurants chinois installés dans le 13e qui encaissent une grosse partie de leurs prestations en tickets resto et qui n’en déclarent qu’une infime partie dans leurs recettes comptables.

Ainsi une quantité importante de TR non déclarés vient alimenter un réseau de financement parallèle.

Les restaurateurs paient les coiffeurs, les coiffeurs paient les fournisseurs, les fournisseurs paient les comptables, etc.

Les tickets resto passent de main en main et les commerçants ne paient ni TVA, ni commission de 1,5 % sur les tickets resto une fois mis en banque.

Il s’agit de sommes colossales qui ne laissent aucune trace ; il n’y a donc ni impôt, ni charges sociales sur leurs revenus.


Et la magouille va beaucoup plus loin : la communauté a mis au point une banque interne du ticket restaurant.

Vice.com – merci sehnsucht3
————
• Relire : Comment les Chinois conquièrent la France
• Relire : « la communauté asiatique, et [ses] tontines, ces banques informelles (…) L’Express
• Relire : « Racket, travail forcé, prostitution, assassinats… » La mafia chinoise infiltre la fra
nce

Ce contenu a été publié dans En bref, Immigration, Société par Martine,

http://www.fdesouche.com/419540-comment-les-chinois-de-france-lessivent-des-sommes-colossales-grace-aux-tickets-resto

Repost 0
7 février 2014 5 07 /02 /février /2014 09:52

Les Grands Entretiens de Novopress – Lionel Baland “Une réussite populiste, l’exemple de Jörg Haider” (3/3)

06/04/2014 – 13h30
BRUXELLES (NOVOpress)
- Polyglotte, Lionel Baland, spécialiste des droites européennes, réalise depuis de nombreuses années un travail minutieux de veille et d’analyse des partis populistes en Europ
e.

Son blog lionelbaland.hautetfort.com propose de nombreuses traductions, souvent inédites pour le public francophone.

Il est l’auteur de “Jörg Haider, le phénix” paru en 2012 aux Éditions des Cimes.

La première partie de cet entretien est disponible ici. La seconde partie, . Pour la troisième et dernière partie, Lionel Baland revient sur la figure de Jörg Haider.

Propos recueillis par Pierre Saint-Servant.

Lionel Baland, vous étudiez les populismes européens depuis de nombreuses années, pourquoi avoir choisi de traiter dans votre dernier ouvrage de sa dimension autrichienne, c’est à dire du FPÖ et de son leader charismatique Jorg Haider ?

Lorsque j’étais adolescent, Jörg Haider faisait de temps à autre, lors de ses victoires électorales, la « Une » de la presse. À l’époque, peu de partis patriotiques en Europe engrangeaient des succès. J’ai suivi au fil du temps les exploits électoraux de Jorg Haider. Le samedi 11 octobre 2008, étant sorti en discothèque la veille, je me suis levé tard. J’ai alors appris le décès de cet homme extraordinaire qui a profondément modifié le paysage politique de son pays.

Disposant d’un blog consacré à l’actualité des partis patriotiques en Europe, j’avais suivi au cours des semaines précédentes sa campagne électorale pour les élections législatives de 2008. J’ai relaté son décès et les événements politiques qui y ont fait suite.

Je me suis rendu quelques mois plus tard en Carinthie, le bastion de Jörg Haider dont il a été durant de nombreuses années le gouverneur. Visitant les bureaux de celui qui à l’époque lui avait succédé et qui appartenait à la même famille politique, j’ai été enchanté par l’accueil reçu et la visite des lieux que j’ai pu réaliser avec une des proches collaboratrices de Jörg Haider.

Ayant constaté qu’il n’existait pas d’ouvrage en français sur la vie de Jörg Haider, j’ai décidé d’en écrire un.

Le fait que je parle le français, néerlandais, allemand et anglais m’a permis de traiter de nombreuses sources. J’ai étendu le sujet de l’ouvrage à l’ensemble de l’histoire de la famille patriotique en Autriche. Au fil de l’écriture, je me suis rendu compte que la presse francophone raconte de nombreuses inepties sur Jörg Haider.

Le FPÖ n’est pas historiquement un parti de contestation, il a participé à plusieurs gouvernements de coalition, que ce soit avec les socialistes du SPÖ ou avec les conservateurs de l’ÖVP, ce qui est assez rare pour un parti populiste, comment l’expliquer ?

Le FPÖ est un parti libéral qui a été membre de l’Internationale libérale. Lors de la révolution (allemande) libérale de 1848, les libéraux réclament des mesures libérales (droit d’association, de réunion,..) mais également des mesures sociales. Ils sont anticléricaux. Ils désirent unifier l’ensemble des germanophones au sein d’un État et s’opposent à l’Allemagne des princes, composée de nombreux États. La révolution libérale de 1848 échoue. Pourtant, ce sont les conservateurs, ennemis des libéraux, qui vont réaliser l’unification du pays : Otto von Bismarck forge l’Allemagne.

Si en Allemagne, le parti libéral FDP n’est plus nationaliste, en Autriche, le parti libéral FPÖ est toujours nationaliste grand-allemand. Au sein du FPÖ, les deux ailes, la libérale et la conservatrice, ont cohabité difficilement.

En 1986, le FPÖ est au bord de l’anéantissement électoral. Le 13 septembre 1986, lors du congrès d’Innsbruck, Jörg Haider, soutenu par la tendance nationaliste du parti, est élu à la tête du FPÖ face à Norbert Steger qui est défait. Dès la prise du pouvoir au sein du parti par Jörg Haider, le FPÖ commence son ascension électorale qui va durer 15 ans.

Lors des élections législatives de 1999, le FPÖ obtient 26,9 % des voix et devient le deuxième parti d’Autriche.

Au début de l’année 2000, le FPÖ et le Parti conservateur ÖVP forment un gouvernement. La pression internationale qui pèse alors sur le gouvernement est énorme. Les patriotes participent durant sept années, avec les conservateurs, à la direction du pays.

En 2008, lors des élections législatives anticipées, les deux partis nationalistes, le FPÖ dirigé par Heinz-Christian Strache et le BZÖ fondé en 2005 par Jörg Haider, gagnent. La formation d’un gouvernement regroupant les deux partis nationalistes et le Parti conservateur est envisagée. Jörg Haider décède dans un accident de voiture. Suite à cet événement, le Parti conservateur et le Parti social-démocrate forment un gouvernement.

Le début des années 1990 voit un véritable tournant idéologique du FPÖ sous l’influence de Jörg Haider, pouvez-vous nous en expliquer le contexte et sa concrétisation dans le programme du parti ?

Jörg Haider attaque frontalement les deux partis du système, le SPÖ et l’ÖVP. Il réclame plus de démocratie directe. Jörg Haider exige la fin des privilèges, de la politisation et de la lotisation. Il s’érige contre la mauvaise utilisation de l’industrie étatique et en faveur d’une fiscalité plus juste, ainsi que d’une politique proche du citoyen. Il instrumentalise la question de l’immigration.

Jörg Haider a très tôt souhaité s’ancrer localement – en Carinthie – avant de conquérir les sièges du pouvoir national, cette stratégie était-elle nouvelle en Autriche ?

Tout homme politique qui joue un rôle au niveau national sait qu’il doit travailler le terrain au sein de sa circonscription électorale. Jörg Haider est allé beaucoup plus loin dans ce domaine.

Lorsqu’il n’était pas actif au niveau national, il quadrillait le terrain en Carinthie. C’est ce qui lui a permis de jouer sur les deux tableaux. Il s’est servi au niveau national de la Carinthie, dont il a été gouverneur, en tant que vitrine de ses réussites. D’autre part, cette situation lui a permis de se retirer, quand il le désirait, de la politique nationale pour ensuite y revenir.

Des parallèles peuvent-ils être établis entre la stratégie de conquête du pouvoir de Jörg Haider dans les années 1990 et celle conduite par Marine Le Pen actuellement en France ?

Le FPÖ, dirigé par Heinz-Christian Strache, et le Front National entretiennent des relations. Les deux partis échangent des informations à propos de leurs actions politiques.

Le FPÖ bénéficie d’une longue expérience du pouvoir au niveau local, régional et national alors que le Front national a été privé, à l’exception de la gestion de quelques mairies, de tout accès à des exécutifs.

Cependant, le système politique et la société sont totalement différents au sein des deux pays et la situation, tant du point de vue du chômage, de l’exclusion sociale, de l’immigration et de la délinquance, est nettement moins grave en Autriche.

Jörg Haider en tant que gouverneur de Carinthie était le dirigeant d’un Land, c’est-à-dire d’un État. Il n’existe pas de situation comparable au sein de la France centralisée.

Si des parallèles peuvent être établis entre l’action politique de Jörg Haider et celle de Jean-Marie Le Pen, il n’y a pas, par contre, vraiment de points communs avec celle de Marine Le Pen.

La personne à laquelle Marine Le Pen peut être comparée est Pim Fortuyn, personnage peu connu en France mais qui a joué un rôle au sein de la politique néerlandaise avant d’être assassiné en 2002. Curieusement, le nationalisme aux Pays-Bas a connu un développement similaire à celui de la France.

Le 11 octobre 2008, Jörg Haider se tue en pleine nuit au volant de sa voiture. Le pouvoir judiciaire et les médias autrichiens invoquent une forte consommation d’alcool et une vitesse excessive.

De nombreuses zones sombres entourent cet accident, vous faites partie de ceux qui contestent la thèse officielle, pourquoi ?

Jörg Haider décède alors que les deux partis nationalistes viennent de gagner les élections et qu’un gouvernement regroupant les conservateurs et les nationalistes peut voir le jour.

La Volkswagen Phaeton conduite par Jörg Haider est une des voitures les plus sûres du marché, prévue pour que le conducteur puisse survivre lorsque la voiture heurte un pilier en béton.

Or, près de l’endroit de l’accident il n’y a pas d’élément en béton ou en pierre. Les dégâts occasionnés à la voiture ne correspondent pas au lieu de l’accident. Jörg Haider, qui était un homme politique hors du commun et dont toute l’existence a été orientée vers cette activité, savait que s’il était contrôlé par la police avec un fort taux d’alcoolémie, cela signifiait la fin de sa carrière politique. C’est ce qui était d’ailleurs arrivé à un de ses plus proches amis politique, Reinhart Gaugg.

L’influence politique de Jörg Haider au niveau national et ses relations politiques internationales, la sophistication des méthodes d’attentat, la probable future formation d’un gouvernement englobant les deux partis patriotiques et le Parti conservateur,… sont des éléments qui auraient dû conduire à une enquête poussée. Le parquet de Klagenfurt a très rapidement refermé le dossier et conclu à un accident de la route.

Quelle est la situation actuelle du populisme autrichien ? A-t-il retrouvé son unité après les scissions qui l’ont secoué dans les années 2000 ?

Jörg Haider a fondé le BZÖ en 2005. Heinz-Christian Strache a alors pris le contrôle du FPÖ. Les deux partis ont coexisté, le BZÖ occupant une position plus centriste sur l’échiquier politique que le FPÖ.

Après le décès de Jörg Haider, une partie importante des membres du BZÖ de Carinthie, le bastion du parti, ont rejoint l’orbite du FPÖ. Le BZÖ existe toujours, mais ne représente plus rien au niveau électoral. Les électeurs du BZÖ ont rejoint massivement le FPÖ.

Le président du FPÖ Heinz-Christian Strache, bien qu’ayant été en dispute avec Jörg Haider, est clairement son successeur. Sa méthode consiste à faire du « Haider sans Haider », bien qu’il développe de plus en plus son style propre.

Le Front National et le FPÖ ont toujours conservé une certaine distance, voire fait preuve de défiance, qu’en est-il aujourd’hui ?

Jörg Haider et Jean-Marie Le Pen ont évité de se fréquenter. La probable raison de cette situation est le fait que la presse « extrémise » les partis patriotiques étrangers et que Jörg Haider a été présenté d’une manière erronée par les médias francophone.

Jean-Marie Le Pen a lui aussi été victime sur le plan international de cette pratique.

De nos jours, le FPÖ et le Front national entretiennent des relations publiques. Le président du FPÖ s’est rendu à Paris et Marine Le Pen à Vienne.

Ces deux partis ne pourraient-ils pas grâce à leurs résultats lors des prochaines élections européennes constituer le navire amiral d’une armada populiste en construction ? Que disent les sondages ?

Le FPÖ et le Front national ont le vent en poupe dans les sondages. Ils sont donnés premier ou deuxième parti de leur pays respectif. Une future alliance est en voie de constitution.

Outre le FPÖ et le Front national, le PVV de Geert Wilders (Pays-Bas), le Vlaams Belang (Flandre-Belgique), la Ligue du Nord (Italie), les Démocrates suédois doivent en faire partie. Le Parti du Peuple danois et l’UKIP (Royaume-Uni) ont par contre décliné, pour le moment, l’offre. Ils pourraient peut-être changer d’avis après les élections.

Afin de former un groupe au Parlement européen à l’issue du scrutin de mai 2014, les patriotes doivent rassembler 25 députés européens issus de 7 États membres différents.

D’autres élus européens pourraient rejoindre ce groupe.

Lionel Baland, merci.

source et Publié le 6 février 2014 - Modifié le 6 février 2014 http://fr.novopress.info/155512/les-grands-entretiens-novopress-lionel-baland-reussite-populiste-lexemple-jorg-haider-33

Repost 0