Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 novembre 2012 3 14 /11 /novembre /2012 10:06

Les salariés étrangers à bas salaires déferlent en France

Le nombre de salariés à bas salaires venus de l’Union européenne pour travailler en France aurait été multiplié par près de dix à 300.000, selon une note du ministère du Travail, citée par Le Parisien-Aujourd’hui-en-France.

En pleine crise du marché du travail, la polémique sur le recrutement des salariés étrangers «low-cost» refait surface.

Selon une note confidentielle du ministère du Travail révélée par Le Parisien-Aujourd’hui-en-France, le nombre de ces employés aurait été multiplié par dix en quatre ans.

De près de 30.000 en 2006, il est comprisentre 220.000 et 330.000 en 2010.

Et aurait même augmenté de 15% en 2011.

 
«C’est un phénomène qui est connu, qui est extrêmement présent, notamment dans le bâtiment et dans les départements frontaliers, comme le Nord, et c’est un phénomène qui est illégal», a réagi ce mardi matin sur France 2 le ministre du Travail, Michel Sapin.

De son côté, la Fédération française du bâtiment (FFB) ne confirme n’infirme ces chiffres qui selon elle, «ne sont pas absurdes». «En Alsace, par exemple, les employés à bas salaires représentent 25% de l’ensemble des salariés du bâtiment», affirme Didier Ridoret, président de la FFB.

Depuis un décret de 2007, le recours à des entreprises étrangères prestataires de services installées dans d’autres pays de l’Union européenne est légal en France. Mais celles-ci doivent respecter le droit du travail français, en matière notamment de rémunérations, ce qui est loin d’être le cas selon les syndicats.

«Le problème, c’est que nous constatons de nombreuses fraudes», explique Alexandra Rettien de la CFDT Construction, citée par Le Parisien. «Être payé au smic polonais (336 euros en Pologne contre 1398 euros pour la France, ndlr) sur le territoire français, c’est illégal. Ça existe parce qu’il y a aussi des voleurs de pommes qui existent, qui sont poursuivis et qui sont ensuite jugés et condamnés», ajoute Michel Sapin.

En plus des Polonais, les Espagnols et les Portugais touchés par la crise, seraient peu à peu venus grossir les rangs des nouveaux entrants dans l’Union européenne. «Il y a maintenant des emplois que l’on perd en raison d’étrangers qui viennent nous concurrencer sur notre propre territoire», dénonce Jean Arthuis, sénateur de la Mayenne, cité par le journal. Il affirme qu’entre 2010 et 2012, le nombre de salariés embauchés par des prestataires étrangers a été multiplié par trois, à 650.

Dans ce contexte, le premier ministre, Jean-Marc Ayrault doit dévoiler ce mardi un plan pour contrôler les prestataires étrangers en France. La FFB tire la sonnette d’alarme et alerte le gouvernement. «Nous sommes très inquiets. Que va devenir notre savoir-faire ? Quel avenir pour nos jeunes ? Quid de nos modèles de protection sociale», s’interroge Didier Ridoret.

La FFB demande également aux pouvois publics de créer un certificat délivré par la Caisse de congés intempéries du PTP afin que les maîtres d’ouvrage vérifient la régularité des entreprises étrangères. «Nous réclamons également plus d’inspecteurs du travail pour contrôler ces sociétés étrangères», ajoute le président de la FFB.

Autre exigence de la FFB: interdire aux sous-traitants qui viennent travailler en France de facturer la TVA. «L’Etat ne sera ainsi pas lésé financièrement et la société indélicate ne se fera pas de marges», explique Dominique Tessier du service fiscal de la FFB. Et d’ajouter: «Bercy n’est pas hostile à cette mesure. Nous faisons juste face à une résistance de la part des sous-traitants». Le temps presse, la colère monte chez les entrepreneurs. 

Selon la FFB, près d’un chef d’entreprise sur deux (44%) dénonce la concurrence déloyale, comme celle des sociétés étrangères et l’auto-entreprenariat.

Source et publication : Le Figaro        http://fortune.fdesouche.com/288485-les-salaries-etrangers-bas-salaires-deferlent-en-france

Repost 0
14 novembre 2012 3 14 /11 /novembre /2012 07:00

 

Une manifestation patriotique pour les valeurs et la culture françaises étouffée par nos médias politiquement « corrects ».

 

 

 


    Repost 0
    14 novembre 2012 3 14 /11 /novembre /2012 06:56

    Une terrible postmodernité dans la maison casapound...

    par Francois-xavier Rochette, mardi 13 novembre 2012, 10:23 · 

    L’ouvrage est épais, dense… 370 pages compactes de lignes et de lignes interminables écrites par un fier Italien de 32 ans qui, incontestablement, ne transige pas avec la réputation de bavards qu’endossent assez justement nos voisins transalpins. Pourtant la forme d’abécédaire choisi pour le bouquin aurait pu permettre à son auteur d’économiser en l’occurrence non sa salive mais l’encre de son imprimante qui doit être elle-aussi plus ou moins italienne…

     

    Bon, vous l’aurez compris chers lecteurs, je n’ai pas trouvé dans l’ouvrage étudié ici de l’avoine nourrissante ou je ne sais quelle source d’inspiration, ou encore une problématique à creuser, enfin quelques choses à se mettre sous la dent. Et je dois l’avouer, c’est bien le troisième livre écrit par un Transalpin ces derniers mois qui me déçoit profondément, qui n’apporte rien ou presque de nouveau ou de pertinent à la petite bibliothèque nationaliste que nous essayons d’enrichir utilement. Mais dans ce cas, je suis exposé à un problème d’une autre ampleur, à une question terriblement lancinante : Le livre est ennuyant, certes, la forme est assommante,  mais le défaut rédhibitoire de la chose ne provient-il pas non seulement de son argumentation (et pas seulement de sa forme) mais de son objet même ?

     

    Et je suis si anxieux devant cette conjecture que j’en oublie de citer tout simplement le titre du bouquin italien, parfois si mal traduit, qu’il en devient loufoque. Tant pis, je me jette à l’eau : Casapound, une terrible beauté est née. Un livre d’Adriano Scianca qui prétend présenter en 40 mots la révolution en devenir (sic) de la « maison d’Ezra » (Pound). Voilà, j’ai osé affirmer d’emblée ma perplexité devant un « manuel » relatant « poétiquement » l’aventure urbaine de Casapound, et tant qu’à être franc soyons-le avec audace, c’est, je crois, Casapound en tant que telle que je n’apprécie pas outre-mesure.

     

    Oh l’hérétique iconoclaste que je suis ! J’entends déjà certains lecteurs sidérés grogner leur mécontentement estimant que ce François-Xavier Rochette a le don de voir la petite bête qui fâche partout et de n’être pas gentil avec ces jeunes gens si dynamiques, qui organisent plein de concerts de rock et qui se tatouent tous le symbole de la Casa, une tortue, sur le bras…

    Et que dire de tous ces tee-shirts super à la mode confectionnés par les poundistes entre deux tags ou graphs immortalisant leur formidable volonté de puissance nietzschéenne. Ah ce ringard de Rochette poursuit, ironique, ses diatribes pour ne pas dire ses objurgations ! Entends-je !

     

     Nous allons être plus clairs. Le livre, que j’ai eu le courage de lire en espérant y trouver des réponses doctrinales sérieuses à mes questions concernant la généalogie idéologique de cette association juvénile, constitue une somme de prosopopées « irrationnelles » d’ailleurs présentées comme telles à travers certains passages (ou endroits) du texte ! J’aurais certainement du prendre plus au sérieux les avertissements de Gabriele Adinolfi, préfacier dudit ouvrage, pour éviter pareil écueil.

    Relisons-les : « Le livre est important mais quelques avertissements sont nécessaires pour nos cousins de l’Hexagone. Je connais bien l’esprit français qui aime à expliquer le monde d’une manière cartésienne et systématique. » Ce qui signifie : « Si vous ne comprenez pas les propos de l’auteur, ou si vous les trouvez un brin légers, c’est parce que vous, Français, êtes dépourvus de cette faculté de saisir l’énergie sidérale de la communauté commune de la Polis ». Oh, encore cette vilaine ironie provocatrice ! 

    Mais ma petite acrobatie verbale décrit assez justement l’argument d’Adinolfi. Le fascisme, pour notre préfacier comme pour Adriano Scianca, n’est pas dogmatique mais une manière de vivre intensément une philosophie existentialiste des plus caricaturales, « l’essence de cette différence ontologique que l’on pressent sans la comprendre », une sorte d’anarchisme (sic), un futurisme où l’acteur « hurle, parce que le hurlement est auto-affirmation, dépassement du bavardage (il semble être plutôt ici poussé à l’extrême), moquerie de la banalité. » L’un des objectifs de Casapound est ainsi de favoriser l’émergence d’une nouvelle rationalité… Une rationalité en quelque sorte irrationnelle…

     

    Evidemment, derrière une telle phraséologie qui ne se distingue que par son emphase fatigante, on trouve la crypto-sociologie de l’inénarrable Michel Maffesoli. Une farce. D’autant plus que le jeune Adriano ne semble pas avoir eu le temps de la digérer... Il n’y a qu’à l’étranger d’ailleurs qu’on se réfère explicitement à Maffesoli tant ce drôlet est totalement discrédité en France, dans ce pays si rationnel… « Culte du corps, langage de l’image, exaltation de la tribu. C’est l’incarnation de la post-modernité communautaire, de l’icône, de la fête dont parle Michel Maffesoli dans plusieurs de ses œuvres. » Et notre auteur de singer le maçon au nœud papillon. L’effervescence qui crée du liant dans une ambiance de nihilisme joyeux,  le devenir en gestation, le mystère de la communauté de conscience… Jusqu’à l’ineptie la plus ridicule qui aurait fait toussoter l’historien israélite Zeev Sternhell, généalogiste de l’irrationalité fasciste : « Pour un mouvement identitaire d’inspiration fasciste, donc toujours existentialiste et jamais essentialiste (!), écrit en effet irrationnellement notre Romain, l’identité n’est pas un simple fait tenu pour acquis dont il suffirait d’affirmer tautologiquement la présence ! Au contraire ! ».  Tout est à construire ou à reconstruire, tout, même la nation… La nation est aussi à imaginer dans cet univers denihilisme actif… Que disent, que pensent, que veulent penser Scianca et ces adolescents vivant dans une fiction perpétuelle ? : « La nation apparaît comme quelque chose qui n’existe pas, sinon en ce que l’on fait. C’est celle que nous faisons avec notre travail sérieux, avec nos efforts, en ne croyant jamais qu’elle existe déjà, en pensant justement le contraire ! La nation n’existe jamais et il faut sans cesse la créer. »  Voyez-vous, avec la fête, le mélange, l’effervescence, l’imaginaire, la culture, surtout la bande dessinée et (encore) le maçon Hugo Pratt, le club de moto (sic), un phénomène mystérieux s’élabore (spontanément) alimentant une certaine idée de la nation…

     

    Un anticonformisme ?

     

    En fait, leur fascisme ressemble davantage à une sorte de culture urbaine postmoderne qu’à un courant politique cohérent. Ceux-là mêmes qui étrillent le national-socialisme responsable de l’Holocauste (sic), s’amusent par exemple à idolâtrer David Bowie et les Sex Pistols parce qu’ils ont eu le toupet de mimer « la geste » nazie lors de quelques concerts…

    Pareille dévotion à l’égard du groupe Led Zeppelin avec son chanteur androgyne chantant des chansons non engagées et donc combattant de fait la propagande communiste… Et peu importe si Page (le chanteur du groupe) et ses acolytes louaient dans leurs texte le Prince de ce Monde… Trop provocateurs les mecs !


    Mais l’ « anticonformisme » de Casapound en prend un coup Page 136. Il existe en effet des sujets pour lesquels il ne peut être question d’anticonformisme ! Un peu de dignité, zut ! C’est le cas bien évidemment pour la question juive. L’anticonformisme  en arborant des images d’Albator ?

    Oui ! L’indécence ? Non ! L’auteur sort l’argument passe-partout  philosémite qui fait tant rire Hervé Ryssen : « Le juif italien, en général, était un fervent patriote ».

    Mieux ! Il est plus patriote, plus italien que l’Italien de base ! Lisez et croyez (si vous le pouvez) : « Proportionnellement, les juifs donneront aux guerres pour l’indépendance italienne et aux troupes garibaldiennes, une contribution trente fois supérieure à celle du reste de la population. »

    Encore une fois, l’auteur met en exergue l’anti-antisémitisme mussolinien pour légitimer sa pusillanimité à l’égard de la communauté. « Mussolini ironisait sur l’antisémitisme dogmatique et les antisémites fanatiques (nous sommes tous les fanatiques de l’autre…) qu’il considérait comme un phénomène ‘allemand’, trop allemand’, et donc rigide, pesant et schématique. »

     L’anticonformisme de Casapound s’arrête également au seuil de la thématique shoatique. Le leader barbu de l’association italienne, Gianluca Iannone, s’explique : « Vous me parlez des chambres à gaz ?...Que dire ? Bien entendu, certaines images me provoquent le dégoût. Qui pourrait éprouver de la joie ou de l’indifférence devant un tel massacre ? Ce fut une tragédie. » Inutile de commenter cette marque de liberté…

     

    Casapound se montre aussi très sage sur le sujet conspirationniste ou plutôt anti-complotiste. Par principe, Casapound refuse l’idée de complot. Oui, par principe… Estimant être bien trop pure pour croire en de telles balivernes.

    Oui, l’incrédulité complotiste est un postulat cosmétique pour les « intellectuels » de la Casa qui ne manquent pas de figures rhétoriques pour éviter tout débat sur le sujet. Le « complot hébraïque », « existe-t-il ou pas ? Ce qui est sûr, c’est qu’il fait référence à une base psychique, qui a bien peu à voir avec le fascisme, lequel est décidément trop solaire et pragmatique pour tomber dans la paranoïa du complot et son animus soupçonneux et fielleux. » Incroyable argument qui consiste à postuler que le complot ne peut exister puisqu’il ne serait pas digne de la lumière fasciste !

     

    Décidément, l’esthétique célébrée par les intellectuels de Casapound constitue  une échappatoire commode. A moins que ma rationalité gauloise ne m’autorise à appréhender la profondeur de la pensée de nos nihilistes actifs… Qui sait ?

     

    Casapound pragmatique…

     

    J’entends quelques lecteurs qui avaient été préalablement séduits par l’expérience romaine me rétorquer que Casapound est avant tout une matrice d’actions qui rassemble des individus qui agissent sur le terrain, dans les rues des villes, les mains dans le cambouis, etc. Nos Italiens n’ont-ils pas pris d’assaut des bâtiments inoccupés pour en faire de jolis squats hygiéniques (pas crasseux comme ceux des communistes nous indique-t-on) et pour loger quelques familles. Des actions en fait symboliques destinées à promouvoir leur combat politique contre l’usure. La seule proposition tangible et solide présentée dans ce bouquin fastidieux…

    Mais que penser de leurs occupations de maisons privées perpétrées au nom de la solidarité italienne ? Si les locaux « volés » ou réquisitionnés servaient exclusivement à l’hébergement d’Italiens italiens SDF, nous comprendrions aisément la spécificité de la démarche de nos néo-fascistes. Mais ce n’est pas le cas ! La preuve avec cet article du  numéro 1 du Choc du mois nouvelle version de mai 2006.

    A la fin d’un article sur la Casa signé Jacques Cognerais (qui fit le voyage à Rome avant de rédiger son papier), nous sommes tombés sur un passage… assez surprenant. Page 65 : « Face à la pénurie de logements à Rome et dans sa périphérie, les militants néo-fascistes n’hésitent pas non plus à occuper des immeubles à l’abandon afin d’y reloger des familles sans toit, qu’elles soient d’ailleurs italiennes ou… immigrées ! » Explication tout aussi surprenante d’un responsable romain : « Quels qu’ils soient, les plus démunis n’ont pas à vivre au milieu des seringues qui jonchent les squats gauchistes… ». La fonction de Casapound, en matière de solidarité, serait-elle de faciliter la vie des allogènes clandestins ? Voilà en tout cas certainement le fruit d’un pragmatisme romantique résumé par ces propos naïfs d’Adriano Scianca : « La vérité est que nous, nous raisonnons avec le cœur. Uniquement avec le cœur ».  Ou l’on finit par ne plus raisonner du tout…

     

    François-Xavier Rochette.

     

    Casapound, une terrible beauté est née, Editions Rubicon, 370 pages, 24 euros. 

    Repost 0
    14 novembre 2012 3 14 /11 /novembre /2012 06:38

    mardi, 13 novembre 2012

    Chronique de la France asservie et résistante...

    P1020934.JPGRobert Spieler

    RIVAROL N° 3068 du 09/11/2012

     


    ABDELAZZIZ Al-cheik est le fort sympathique grand mufti d’Arabie Séoudite, pays que notre ami Yves Darchicourt appelle le « royaume chamelier ». Enfin, sympathique, c’est une façon de parler… Dans un prêche vomi il y a deux semaines sur le mont Arafat près de La Mecque à l’occasion du pèlerinage, il a vigoureusement appelé à la destruction de ce qui restait d’édifices religieux chrétiens dans toute la péninsule arabique.

     

    APPEL À LA DESTRUCTION DES DERNIERS ÉDIFICES CHRÉTIENS EN ARABIE

     

    Abdelaziz a rappelé ce que nous savions déjà : « La charia doit être la source unique de toute législation et elle s’applique à tous les aspects de la vie, en tout lieu et en tout temps. » Ces paroles, prononcées devant 2,5 millions de pèlerins n’ont évidemment pas été répercutées par les media français, d’autant que le prédicateur avait insisté sur la nécessité pour la « nation islamique » de s’ancrer dans son identité. Et en Egypte, quelles sont les dernières nouvelles ? « Nous imposerons la charia, que les chrétiens le veuillent ou non ». Ce sont les propos tenus sur la chaîne de télévision égyptienne Al-Rahma par le cheikh Alaa Said, qui au passage s’est allègrement moqué du Christ et a prévenu que l’islam allait s’imposer en Egypte envers et contre tous, ciblant notamment les journalistes laïcs égyptiens. « Il est temps que les Français apprennent l’arabe ». C’est le puissant conseil asséné aux Français par Montcef Marzouki, le président de la Tunisie islamiste, en marge du Sommet de la francophonie qui se tenait à Kinshasa (Congo). Interrogé par un journaliste de TV5Monde qui évoquait une Tunisie métamorphosée par l’arrivée des islamistes au pouvoir, et privilégiant l’emploi de la langue arabe à celle du français, il a dit : « Moi aussi je préfère la langue arabe », invitant les Français à l’apprendre…

     

    DISPARITION D’UN RÉSISTANT

     

    Luc Bellanger était un très cher ami. Il avait été un des piliers de l’organisation de la soupe au cochon de Strasbourg qui fit beaucoup de bruit et suscita des articles dans la presse internationale, russe, iranienne, japonaise, etc… Cet ancien officier du Corps franco-allemand, qui fit plusieurs séjours en Bosnie fut, à mes côtés, avec son épouse Judith, un des combattants déterminés de la résistance nationale et européenne en Alsace. Il était d’un formidable courage. Il y a quelques années, alors qu’il faisait ses courses dans un hypermarché, il assiste à un hold-up commis par deux “Jeunes” dans le bureau de poste de la galerie marchande. Il s’élance à leur poursuite, en rattrape un sur le parking et l’immobilise. Les vigiles interviennent et ramènent le “Jeune” dans le Centre. Une foule hostile, dont on devine l’origine ethnique, les entoure. Les vigiles le relâchent et il s’enfuit à nouveau. Luc Bellanger se lance à nouveau à sa poursuite, le maîtrise sur le parking et lui fait passer toute espérance de se relever de sitôt. Sur ces entrefaites, la police arrive enfin. Luc Bellanger sera décoré par le Préfet de la médaille du courage national. Il vient de nous quitter à l’âge de 59 ans. Il marche désormais en esprit dans nos rangs.

     

    LE PEUPLE SE RÉVOLTE DANS LE NORD

     

    C’est à Hellemmes, dans la banlieue de Lille, que la population a fini par se révolter contre l’implantation prochaine d’un « village d’insertion » pour des familles Rroms. Ce projet est bien entendu soutenu par le maire collabo, Frédéric Marchand. Deux cents manifestants ont marché sur la mairie, où ils ont fini par trouver le maire, planqué dans une salle communale. Ce dernier eut droit à un nombre assez considérable de noms d’oiseaux et fut invité à accueillir les Rroms dans son jardin et à aider les « vrais Hellemmois. » Le peu courageux petit bonhomme a hoqueté face aux caméras de France 3 : « J’ai failli me faire lapider ». Il a certes été lapidé de mots. Aucune pierre n’a encore volé. Pour l’instant, camarade Marchand, pour l’instant…

     

    Spieler.jpg

    REJET DE LA COLONISATION MUSULMANE

     

    Un sondage IFOP réalisé pour Le Figaro montre une augmentation considérable du rejet de la colonisation musulmane dans l’opinion. 43 % des sondés considèrent que l’islam est une « menace ». 60 % pensent que cette religion a désormais « trop d’importance ». Il n’y a plus que 18 % des sondés qui se déclarent favorables à la construction de mosquées, alors qu’ils étaient 33 % en 1989. Pour le voile dans la rue, 63 % d’opposants (contre 31 % en 1989). Quant au voile à l’école, 89 % des sondés se déclarent clairement contre… Un début de prise de conscience ?

     

    M6 PROMEUT LE “MARIAGE” HOMOSEXUEL

     

    Une nouvelle série débute sur M6. Son titre : Modern Family. Elle fait la promotion d’un couple très sympathique ayant adopté une petite Vietnamienne. Un couple gay, of course. La présentation des personnages sur le site de M6 est des plus émouvantes : « Mitchell et Cameron sont ensemble depuis cinq ans. Ils viennent juste de sauter le pas en adoptant une petite fille de nationalité vietnamienne, Lily. Cameron a une sacrée personnalité et s’emballe très vite alors que Mitchell, lui, est le plus sérieux des deux. Chacun apporte quelque chose à l’autre et ils sont déjà des pères très doués… » C’est pas beau, çà ?

     

    LE GRAND RABBIN HOMOPHOBE ?

     

    C’est l’effrayante question que se pose le site du Monde. Question d’autant plus traumatisante que le grand rabbin de France avait été, avec son homologue bouddhiste, un des rares hauts dignitaires religieux à signer la déclaration contre l’homophobie à l’occasion de la journée mondiale contre l’homophobie en 2011. Il avait même diffusé cette déclaration auprès de tous les rabbins consistoriaux. Cette déclaration solennelle condamnait notamment tout acte de violence verbale et physique à l’encontre des homosexuels. Bref, le rabbin avait tout fait pour complaire au système dominant. Patatras ! On se demande quelle mouche l’a piqué. Voici que le grand rabbin publie un essai violemment “homophobe”, usant de l’expression « cheval de Troie »à propos de l’homosexualité, accusant les militants homosexuels d’avoir pour objectif de «réaliser un ambitieux projet », la destruction pure et simple de la famille et du mariage, et de vouloir dynamiter les fondements hétérosexuels de notre société. A quoi tient ce changement radical de position ? On l’ignore, mais Le Monde fronce les sourcils, évoquant la “terreur” du rabbin face aux homosexuels.

     

    SACRÉ CHIRAC…

     

    Le grand athlète britannique Sebastian Coe, qui fut à la tête du comité d’organisation des JO de Londres, vient d’écrire sa biographie. Il raconte que Chirac avait commis une déclaration quelque peu hasardeuse sur la nourriture anglaise et avait sérieusement contribué à l’échec de la candidature de Paris. En 2005, quelques jours avant de se rendre à Singapour pour y défendre la candidature de Paris, il avait rencontré Vladimir Poutine et Gerhard Schroeder. Il leur avait déclaré en toute simplicité : « Vous ne pouvez pas vous fier à un peuple qui cuisine aussi mal que ça. » Fureur de Cherie Blair, l’épouse du Premier ministre britannique. Selon Sebastian Coe, elle se dirigea, lors d’une réception à Singapour, « comme la tête chercheuse d’un missile » vers la délégation française et se mit à hurler « comme un putois » à l’encontre de Chirac. Il paraît que ce dernier, très gêné, se retira avant même de tenter de convaincre des responsables du CIO de voter en faveur de la candidature de Paris…

     

    LA CONVENTION IDENTITAIRE BOUDÉE PAR LES PARTIS EUROPÉENS

     

    Le Bloc Identitaire organisait sa IVe Convention identitaire les samedi 3 et dimanche 4 novembre à Orange. Ils avaient annoncé la présence d’une délégation du Vlaams Belang flamand, du Fpoe autrichien et de Plataforma Catalunya. En fait aucun représentant de ces partis ne fut présent. La raison ? Marine Le Pen avait pris contact avec les Flamands et les Autrichiens, leur demandant instamment de ne pas s’y rendre. Elle mène aussi, par l’intermédiaire de son concubin Louis Aliot, une vigoureuse campagne contre le mouvement catalan Plataforma Catalunya accusé de vouloir s’implanter en Catalogne du nord, dans les Pyrénées-Orientales, et encore plus grave à ses yeux, d’abriter des “extrémistes” voire des “néo-nazis” en son sein. Le Bloc Identitaire, qui avait tenté de multiples approches auprès du FN et qui ne doute de rien, avait aussi invité Marion Le Pen, l’unique députée encartée au FN. Celle-ci a décliné l’invitation, affirmant ne pas avoir « de grandes affinités avec les Identitaires » supposés être « européistes et régionalistes. » Philippe Vardon, le numéro deux des Identitaires, mais sans doute le vrai “patron”, geint et se plaint de tant d’injustice, soutenant que si Marion Le Pen n’apprécie pas les Identitaires, ces derniers ont « plutôt de la sympathie pour elle et méritent certainement un peu mieux que ce commentaire tranchant. » Les dirigeants du Bloc adoreraient pouvoir coopérer avec le Rassemblement Bleu Marine dans la perspective des élections municipales de 2014. Mais Marine Le Pen a répondu, sans pitié, qu’à ses yeux « une telle hypothèse n’était pas d’actualité ». Il est, certes, très difficile de tenir un double langage : la radicalité d’un côté, la respectabilité de l’autre. Exemple : le bouillant Mario Borghezio, député de la Ligue du Nord (que Marine Le Pen n’aime pas, au demeurant), était présent, lui. Les participants se souviendront de son discours : « Il faut être avec les livres, les idées mais aussi avec le baston. Il faut bastonner quand il faut ! […] Un peuple c’est le sang, une ethnie, des traditions et nos ancêtres ! […] Vive les blancs en Europe ! Vive notre ethnie ! Vive notre race ! », a-t-il ainsi harangué sous les hourras de la salle. Par la suite il s’est référé à son « maître Julius Evola » et a indiqué qu’il faudrait aujourd’hui « un poète comme Brasillach » pour « s’enthousiasmer ». Gêne chez les dirigeants du Bloc. L’AFP a évidemment relayé l’information. Fureur de Fabrice Robert qui a interdit le lendemain l’entrée de la Convention au journaliste incriminé. Du coup, les autres journalistes se sont retirés. Brillant résultat… Le Bloc Identitaire, qui cherche désespérément à entrer dans le système, a cependant l’immense satisfaction de recueillir des commentaires des plus élogieux sur le site ultra-sioniste Dreuz.info. Mais en attendant, le député-maire d’Orange, Jacques Bompard, a lui aussi fait faux bond, alors que sa présence avait été tonitruée (pardon pour le néologisme) par le Bloc. Le président du Bloc Identitaire, Fabrice Robert qui fut un des dirigeants d’Unité Radicale, mouvement dissous suite à l’“attentat” contre Chirac, apprendra à ses dépens que les reptations ne servent à rien. Facho un jour, facho toujours…

     

    LES COUACS À RÉPÉTITION D’AYRAULT

     

    Ayrault commence sérieusement à acquérir, lentement mais sûrement, la réputation de Premier ministre le plus calamiteux et le plus gaffeur de la Vème République. Pire qu’Edith Cresson, ce qui n’est pas peu dire. Ayrault avait décidé de recadrer ses ministres qui se lançaient dans une joyeuse cacophonie, leur demandant de se maîtriser. Il déclarait martialement, mardi 30 octobre : « Je vous le dis, des fois que ça ne serait pas compris, mais maintenant ça l’est : c’est quelque chose qui ne peut pas se reproduire. Vous jugerez sur pièce. Je pense que ce temps-là, il est terminé (celui des couacs). » Les ministres tremblaient devant un ton aussi viril. Et boum, dans les heures qui suivent, voici Ayrault qui se prend les pieds dans le tapis. A un lecteur duParisien qui l’interroge sur un possible retour aux 39 heures, et, bien sûr sur la remise en cause des sacro-saintes 35 heures, il répond candidement : « Il n’y a pas de sujet tabou ». Inutile de dire que certains ministres qui avaient été recadrés pour des déclarations jugées intempestives rient sous cape, que la gauche est très gênée aux entournures et que la droite parlementaire exulte. Un député socialiste ose même cette cruelle comparaison : « Ayrault, c’est Human Bomb. Il se fait sauter une fois par semaine. » Un autre soupire : « Il a été maladroit, et on se retrouve avec une nouvelle polémique, tout le monde en a un peu marre. » Le pauvre Ayrault n’a certainement pas fini de souffrir…

     

    HOLLANDE ET AYRAULT : LA DESCENTE AUX ENFERS

     

    Les cotes de confiance de François Hollande et de Jean-Marc Ayrault tombent respectivement à 36 % et 34 %, selon un sondage TNS Sofres réalisé pour le compte du Figaro Magazine. Le Premier ministre s’approche dangereusement des 30 % d’opinions favorables, atteints par Edith Cresson, alors calamiteux Premier ministre de François Mitterrand en 1991, qui la remercia dix mois à peine après son entrée en fonctions. Problème de Hollande : Il est quasiment aussi impopulaire qu’Ayrault. Il n’y a que 5 % des Français à lui faire « tout à fait confiance ». Du coup la cohérence voudrait qu’il démissionnât lui-même en même temps que son Premier ministre. Est-ce raisonnable de l’espérer ? Certainement pas…

     

    SÉGOLÈNE ROYAL LES MARTYRISE

     

    Les photographes accrédités pour suivre le couple présidentiel l’ont noté avec amusement. Ségolène Royal ne manque pas une occasion de croiser François Hollande et Valérie Trierweiler lors de leurs déplacements. J’avais évoqué dans ces colonnes la pantalonnade de New-York, à l’ONU, où François Hollande avait rebroussé chemin au moment de pénétrer dans le hall où Ségolène accordait une interview à la presse. Cette dernière, sadique en diable, était aussi récemment sur le chemin de Hollande et du Rottweiler, lors de leur visite de l’exposition Edward Hopper au Grand Palais. Certains, forcément paranoïaques, évoquent l’hypothèse que Ségolène Royal pourrait être renseignée sur les déplacements du couple présidentiel…

     

    Chaque vendredi, retrouvez la chronique de Robert Spieler dans Rivarol...

    Repost 0
    14 novembre 2012 3 14 /11 /novembre /2012 06:15
    Ces imbéciles qui prétendent nous gouverner !


    C’est vraiment le foutoir ! Le vendredi 12 octobre 2012, M. Le Président de la République française…“Normal 1er” débarque en Afrique, à Dakar, accompagné de sa concubine… ce qui fait très couleur locale… bien qu’ici les maîtresses sont désignées officiellement comme “2e Bureau”.


    Sa “compagne” n’étant pas divorcée officiellement, lui-même ne s’étant pas marié avec une autre femme à qui il a fait quatre enfants… pourrait ajouter à ses discours pendant son déplacement que la francophonie, comme il le clame… c’est la liberté dans la démocratie, et aussi dans la polygamie… d’autant plus que dans notre belle France…beaucoup de musulmans non intégrés, de leur propre fait, nous expliquent déjà que… s’ils ont plusieurs femmes, ils ne font que copier ce que fait le Président de la République !

    Bien sûr… il en a remis une couche sur la fin de la Françafrique… « (…) Le temps de la Françafrique est révolu. Il y a la France et il y a l’Afrique. Il y a le partenariat avec des relations fondées sur le respect, la clarté et la solidarité (…) Les émissaires, les intermédiaires et les officines trouvent désormais porte close à la présidence de la République française, comme dans les ministères… »

    Dans son costume trop grand pour lui… Il oublie tout simplement qu’aucun pays au monde, à part la France, n’a jamais abandonné des marchés en Afrique ou dans le monde, de son plein gré. Aujourd’hui, les Chinois “achètent” l’Afrique.

    Personne, parmi nos grands spécialistes écologistes, personne parmi les “kmers verts”, ne s’avise de signaler qu’ils ravagent aussi des pays entiers du fait que leurs coutumes et leur pharmacopée sont délirantes, en ce qui concerne les remèdes ou potions, soi-disant aphrodisiaques, qui vont de l’aileron de requin (dont ils jettent le reste), aux cornes de rhinocéros, en passant par certains fruits de mer.

    Les derniers grands trafics de défenses d’éléphants sont aussi de leur fait.

    Tous les marchés juteux de la planète s’obtiennent contre de grosses enveloppes, et même nos “alliés” font passer leurs intérêts avant les nôtres… et ils ont raison !

    C’est exactement la même chose avec les pays qui composent l’Europe, où chacun protège au mieux ses usines.

    Il faut d’ailleurs remarquer que toutes ces déclarations de morale n’ont pas soulevé des clameurs de satisfaction, mais simplement quelques applaudissements polis… surtout de la part de la concubine qui doit quand même servir à quelque chose.

    Une fois de plus, ce fut l’octroi de visas pour la France qui domina les discussions en coulisse… et là, “Normal 1er” fut sublime… d’une intelligence politique bien digne de l’énarque qu’il est, il se dépassa… « J’entends mettre fin à ce paradoxe absurde, qui fait que la France dans un passé récent ait trop souvent fermé la porte à ceux qui voulaient y créer des emplois, y développer des échanges ».

    Cela va certainement faire plaisir aux centaines de vendeurs clandestins de Tour Eiffel en aluminium, fabriquées en Chine, et à ceux qui vendent des objets en ivoire qui ne sont que des copies en plastique venant, elles aussi, d’Extrême Orient… qui font la chasse aux touristes étrangers dans tous les hauts lieux de Paris.

    Puis, ne sachant peut être que faire de symbolique avant de quitter le Sénégal, il fut le premier chef d’Etat français à se rendre sur l’île de Gorée, au large de Dakar… pour pleurer, une fois encore, sur l’esclavage… oubliant que la colonisation française… a fait cesser la traite des noirs partout où elle s’installait… et que c’est en combattant le plus grand organisateur de razzias de bois d’ébène, que le commandant Lamy mourut au combat, à l’endroit où naquit la ville de Fort Lamy, aujourd’hui N’Djamena.

    Si M. Hollande n’avait pas fait l’ENA, et si ses conseillers élyséens, bardés de diplômes (obtenus en écrivant l’histoire de France telle qu’elle est enseignée depuis quelques années… c’est-à-dire fausse !), ils auraient tous pris la peine de lire les bons dictionnaires, encore écrits par des non trotskistes, et ils auraient appris dans Le Mourre,par exemple, que ce marchand de nègres s’appelait Rabah…

    « Rabah (… Koussri, région du lac Tchad, 22.IV.1900). Chef africain. Ancien lieutenant du trafiquant d’esclaves égyptien Zobéïr, il se rendit indépendant en emmenant des troupes et des armes avec lui et entreprit de se tailler un  royaume dans le Soudan central, entre le Nil et le lac Tchad.

    Disputant au Ouadaï le trafic des esclaves, il s’empara du Dar Kouti, qu’il confia à Mohammed es-Senoussi, puis ravagea toute la zone comprise entre l’Oubangui et le Tchad, soumit le Baguirmi (1892), puis conquit le Bornou (1893), dont il se proclama émir.Les princes locaux qu’il dépossédait firent alors appel à l’intervention française.Après six ans de guerre, Rabah fut vaincu et tué à la bataille de Koussri. La lutte contre Rabah fut l’origine de la colonisation française au Tchad et en Oubangui-Chari. »

    Le plus honteux, c’est qu’une fois de plus, il relança ce combat inutile et néfaste pour la paix sociale en France… surtout avec Mme Taubira au gouvernement, à un poste éminent, celui de la Justice, et les “kmers verts” dans les ministères.

    Monsieur le Président… une fois de plus, s’essuya les pieds sur notre pays et écrivit sur le livre d’or… « Au nom du peuple français, je rends hommage à la mémoire des innombrables victimes de l’esclavage. Le rappel de cette tragédie lie à jamais l’Europe, l’Afrique, l’Amérique et les Caraïbes. Il nous oblige à lutter sans relâche contre toutes les formes d’exploitation de l’être humain. »

    Le peuple français a bon dos, mais toutes ces pleurnicheries risquent de lui couter cher !

    En effet, nous savons aujourd’hui qu’avant le voyage du président en Afrique, le cabinet du Premier ministre avait organisé une réunion avec un collectif d’associations pour qu’il fasse des propositions (sic) sur ce qui peut être fait en termes de réparations !

    Derrière tout cela, au point de vue association, on retrouve Louis George Tin, qui n’est autre que le Président du Conseil représentatif des associations noires (le CRAN) qui, ayant eu deux longues réunions avec les représentants du gouvernement, pensait avoir convaincu de la nécessité de “réparations” sonnantes et trébuchantes… et d’accuser “Normal 1er”… « M. Hollande rétropédale le jour même où il se rend à Gorée… C’est honteux ! »

    Bien sûr, tous ces braves gens, dont certains appellent les Français d’origine… lessous-chiens… font mine d’ignorer la véritable histoire de l’esclavage.

    Ainsi, par une nouvelle entourloupette de la falsification historique, on ressort la loi Taubira qui veut faire payer à la France la traite négrière, dont elle ne commença la pratique qu’à la fin du XVIIe siècle, en occultant l’esclavage arabe et la traite négrière interafricaine qui se sont étalés, eux, plus longuement dans le temps, depuis l’antiquité, et qui furent terribles quant au nombre de morts dans les convois vers la côte pour les ventes, ou vers les pays d’Orient.

    Il faut quand même savoir qu’après plusieurs voyages de repentance à Alger, où les représentants des porteurs de valises n’ont cessé de s’excuser et de cracher sur la France… des excités du FLN avancent aujourd’hui… la nécessité pour la France… si elle veut vraiment être pardonnée… le versement d’au moins trois milliards d’euros. Voici peu de temps, une délégation du FLN s’est rendue au Viet Nam pour rencontrer des dirigeants à Hanoi. Cette visite avait pour but de demander aux ex viet minh de se joindre à l’Algérie pour constituer un “front anti français”, une sorte de “tribunal international”, afin d’obtenir des réparations pour l’Algérie et pour le Viet Nam. Hanoi a éconduit avec agacement cette délégation de mendiants.

    Mais je pense que ce n’est que partie remise, et que les gens qui soi-disant nous dirigent, sont seulement capables d’une chose… nous faire condamner au nom de la repentance !

    Car ces messieurs y vont avec vigueur. Toutes les occasions sont bonnes et nous voilà repartis sur les lamentations.

    Devant se rendre à Alger en décembre 2012, “Normal 1er” profite du 51ème anniversaire de la répression anti FLN de Paris, pour, à nouveau, nous rouler dans la fange.

    Une fois de plus, comme ses prédécesseurs d’ailleurs, il passe sur les crimes du FLN, en Algérie et en Métropole… pour attaquer la police parisienne et la couvrir d’opprobres, alors qu’elle n’a, en pleine guerre civile, fait que son devoir. Du coup, même les forces du maintien de l’ordre deviennent … « la police de Papon ». C’était tout simplement la police de De Gaulle… tout comme le S.A.C. était la police parallèle du grand homme.

    Il est aberrant que ces imbéciles qui se sont emparé du pouvoir grâce à la bêtise d’un nombre incroyable d’ « idiots utiles », et au vote communautaire musulman, continuent à dénigrer et à salir notre pays, alors qu’une grande partie de la population immigrée ne se sent pas française, et prend pour argent comptant toutes les élucubrations politicardes de ces marchands de vent et de haine.

    Nous avons fait la “guerre d’Algérie” contre le terrorisme du FLN… qui pendant des années a tué, égorgé, éventré des dizaines de milliers de musulmans qui ne désiraient que rester Français !

    Ils ont, par ailleurs, réservé le même sort aux pieds noirs qui avaient bâti ce pays et qui, dans leur grande majorité, étaient des gens humbles, ne possédant que leurs mains et leur volonté de travail… et dont beaucoup votaient communiste.

    M. Sarkozy, avant Hollande, avait cru nécessaire de proclamer, voici cinq ans, à Dakar, devant une assemblée africaine…

     « Nous vous avons pillés…

    « Nous vous avons volés

    « Nous vous avons colonisés… ce qui était une erreur…

    « Mais (sic) nous avons construit des ponts… »

    Nous avons fait bien d’autres choses !


    D’abord en Afrique noire, comme déjà écrit…nous avons stoppé l’esclavage… nous avons amené la paix… fait cesser les éternelles luttes tribales et le cannibalisme.

    Nous avons combattu la lèpre, la maladie du sommeil, et des dizaines d’infections purement africaines, grâce à la médecine coloniale, présente partout.

    Nous avons traité les populations… toutes… correctement, et elles n’ont jamais connu la famine.

    A notre départ, il restait dans les colonies européennes 1 800 000 éléphants. La forêt était quasiment intacte.

    Nous n’avons jamais pompé le pétrole… car nous ne l’avions pas découvert… sauf au Sahara français… ce qui nous valu la guerre d’Algérie.

    D’ailleurs, si nous avions été des chiens… même des sous-chiens… des tueurs… des esclavagistes… pourquoi tous ces gens voudraient-ils venir chez nous ?

    Ils sont presque tous indépendants depuis 50 ou 60 ans… Les problèmes de leurs pays sont aujourd’hui leurs problèmes.

    Nous leur avons laissé de jeunes nations en état de marche… certaines même prospères… Aux Algériens, nous avons abandonné le Sahara qui n’a jamais été algérien, notre gaz et notre pétrole, après avoir investi des milliards. S’ils ne s’en sortent pas, ce n’est pas de notre faute… mais la leur !

    Deux pays ont été rasés, nitratés… l’Allemagne et le Japon. Ce dernier atomisé.  Ils sont parmi les premières économies du monde.

    Alors, assez de jérémiades. Assez de repentance ! Que nos gouvernants cessent de s’occuper d’hier ou d’avant–hier, et ne pensent qu’à demain… en réglant d’abord les problèmes d’aujourd’hui.

    Ce n’est pas à eux de décréter si la France est coupable ou non. Pas plus M. Hollande aujourd’hui, que M. Chirac hier ! Laissons les vrais historiens faire leur travail !

    Cessons de nous plaindre… de gémir… de nous lamenter. Redonnons à notre jeunesse le goût de l’effort… des raisons d’être fiers de leur pays, et que ceux qui sont contre tout cela… fassent leur valise, car en France les frontières qui permettent à tout le monde d’entrer… sont encore plus ouvertes pour ceux qui veulent partir !

    Ceux qui prétendent que la France est un pays raciste, sont des affabulateurs et des menteurs. Certains penseront peut-être qu’en traitant nos dirigeants d’imbéciles… j’exagère… Non ! Je minimise la chose… le drame. Car en vérité, en prenant constamment parti pour nos adversaires d’hier… ils nous amèneront la guerre civile.


    Alors, il vaut mieux que je les traite d’imbéciles que de traitres… ce qu’ils sont en réalité vis-à-vis de notre pays, qui est de moins en moins la France… et de notre peuple, qui se sent de moins en moins chez lui !

     

    Roger HOLEINDRE

    Président du Cercle National des Combattants

    et membre directeur du Comité du Mémorial de l’Honneur français

    Repost 0
    14 novembre 2012 3 14 /11 /novembre /2012 06:13

    Aéroport de Notre-Dame-des-Landes : un vigile brûlé par des opposants

    Un agent de sécurité chargé de surveiller une maison près du site du futur aéroport de Nantes a été blessé dans la nuit de lundi à mardi par une vingtaine d’opposants qui ont brûlé sa voiture.Le vigile, employé par la société Aéroport Grand Ouest, surveillait une maison acquise par le conseil général de Loire-Atlantique, à Fay-de-Bretagne, dans une zone proche du site du futur aéroport. Il a été pris à partie à 02h45 par « une vingtaine d’individus cagoulés et armés de gourdins », a expliqué Mikaël Doré, sous-préfet.

    Blessé aux avant-bras et aux mains

    Alors qu’il se trouvait dans sa voiture, les agresseurs ont brisé les vitres du véhicule avant d’y déverser un liquide inflammable.

    Selon les explications de la victime, les agresseurs, dont certains parlaient français et d’autres anglais, ont hésité à le laisser dans la voiture avant d’y mettre le feu.

    Ils l’ont finalement extrait du véhicule qu’ils ont embrasé avant de rouer de coups l’agent de sécurité, qui a fini par s’enfuir pieds nus et appeler les secours.

    L’homme a été blessé aux avant-bras et aux mains. Il a été transféré au CHU de Nantes.

    Une enquête de la gendarmerie est en cours.Depuis la mi-octobre, des opérations d’évacuation des squats occupés par les opposants à la construction de l’aéroport ont donné lieu à de violents affrontements entre forces de l’ordre et squateurs sur le site.

    BFM.tv

    http://www.bfmtv.com/societe/aeroport-notre-dame-des-landes-un-vigile-brule-opposants-381302.html

    (merci @ « Clarisse JOLY »
    )

    Repost 0
    14 novembre 2012 3 14 /11 /novembre /2012 05:55
    Ce ne sont plus les blondes, - ce sont les brunes !...

    CE NE SONT PLUS LES BLONDES,


    ce sont les brunes !...



    Michel Lhomme 
    le 09/11/2012 
    modifié le 10/11/2012 à 13:13h 
    Dans le dernier Valeurs Actuelles, Denis Tillinac nous a un peu devancés mais l’idée nous trainait derrière la tête depuis qu’on avait d’abord entendu la porte-parole du gouvernement émettre l’hypothèse d’une suppression de la prostitution.

    Denis Tillinac
    Puis, lors d’un entretien accordé au magazine Têtu, le 22 octobre, Najat Vallaud-Belkacem, ministre des Droits des Femmes et porte-parole du gouvernement, a exprimé son souhait de mentionner l’homosexualité des personnages historiques ou des célébrités du passé dans les manuels scolaires. Soyons sérieux : il ne faut pas être sexiste.
    Nous ne dirons pas qu’elle « gloussait » encore comme le suggère Jean Ansar mais non, la dame, la ministre, la porte-parole, la brune, vous savez ce qu’elle faisait : elle pensait.
    Najat Vallaud-Belkacem à Têtu
    Ecoutez : « Aujourd'hui, les manuels s'obstinent à passer sous silence l'orientation LGBT (lesbienne, gay, bi et trans) de certains personnages historiques ou auteurs, même quand elle explique une grande partie de leur œuvre comme Rimbaud » ; elle ajoute un peu plus loin : « la difficulté de beaucoup de nos enfants qui se découvrent cette orientation homosexuelle, c'est qu'ils ne peuvent s'identifier à personne et qu'ils se considèrent donc comme anormaux et c'est cette souffrance-là qu'il faut prendre en considération ».
    En fait, l’idée ne me semble pas du tout saugrenue mais vous n’imaginerez pas pourquoi ? Je crois que pour certaines, il faudra me faire enfermer tout de suite et alerter la gendarmerie !

    Henri III et ses mignons
    En fait, je me suis imaginé préparant un nouveau cours et très obéissant, concoctant donc une sélection gay pour l’école, des séquences d’éducation au genre ! Regardez comme elle aurait de la gueule !
    D’abord, on commencerait par Platon, l’androgynie bien sûr, avec au passage la critique de la démocratie puis on ferait un long détour historique par Sparte et on en rajouterait sur ses amants guerriers, sa structure militaire, son système politique.
    Cela vaut mieux qu’Athènes (disait déjà Aristophane et Rousseau !). 

    Platon et l'androgynie
    On soulignerait ensuite les rites chevaleresques, le baiser des templiers en faisant apprendre par cœur - pourquoi pas ? - leur chant en atelier de latin. Puis, on relèverait le dérèglement d’Henri III et de ses mignons pour mieux souligner la posture d’un Alexandre le Grand ou d’un César car on serait forcé aussi d’évoquer les débuts tumultueux de Frédéric II de Prusse avec son père, l’exécution de son amant puis le caractère stoïque de sa réforme mais décisif de toute sa politique qui serait comme un bon exemple à suivre pour redresser la France, vous imaginez un modèle gay de redressement !
    Les damnés de Visconti
    On citerait Rimbaud pour montrer qu’après avoir fait la pute, il se fit marchand d’esclaves en Ethiopie. On n’oublierait pas l’Europe pour évoquer les amours de Garcia Lorca et surtout son dernier amant, Juan Ramirez de Lucas, l’amant phalangiste. « Les créatures ne veulent pas être des ombres». 

    Arthur Rimbaud
    On décrirait alors la phalange et ferait lire notre maître, José Antonio Primo de Rivera ! On passerait forcément à un moment par la Nuit des longs couteaux en projetant Les Damnés de Luchino Visconti pour évoquer Röhm, les S.A puis, pour ne pas être trop obsédé, on visionnerait la filmographie du grand réalisateur italien, Mort à Venise, son Louis II de Bavière, le nietzschéisme de toute une époque nihiliste sans oublier un clin d’œil sur Les Dieux du Stade de Leni Riefenstahl. 

    Mais quel programme ? 
    J’en bande déjà ! Ce ne serait pas Harvey Milk ou Philadelphia, ce ne serait pas Rocky Horror Picture Show (quoique j’adore !) et encore moins du Pierre Palmade ! Ce serait Jean Daniélou ou François Augiéras, les amours cachés de Mauriac et d’Aragon comme paradigme du complexe d’homophobie intériorisé avec en prime quelques pages sulfureuses de Marcel Jouhandeau ou les textes pro-palestiniens de Jean Genêt, l’anarchisme de Daniel Guérin, la pédophilie militante de Tony Duvert, la garde prétorienne de Yukio Mishima….
    sculptures d’Arno Breker               Les dieux du stade de leni Riefenstahl
    Pour distraire et faire nouvelle technologie, on passerait « Il n’avait que 18 ans », chanté par Dalida pour relever que son livre de chevet était, selon ses propres propos, La Métaphysique du Sexe de Julius Evola dont on donnerait en photocopie une bibliographie détaillée.
    On pourrait discrètement faire des sorties en moto à la campagne avec un Saint-Loup en poche et contrebalancer Freud par les théories du bund masculin et ainsi faire lire (quel délice !) Hans Blüher. On terminerait, mode oblige, par du contemporain, La Lettre ouverte à ceux qui sont passés du col Mao au Rotary de Guy Hocquenghem et les indispensables Ecrits Corsaires de Pier Paolo Pasolini pour l’analyse de la pensée 68. Enfin, pour être dans le vent, on citerait Renaud Camus et son parti de l’Innocence. On projetterait Lily Marleen de Fassbinder.
    On montrerait les sculptures d’Arno Breker pour l’éducation homophile et projetterait l’album de Patrick Safarty, Stadium.
    Alors oui, nous soutenons ‘Belle qui s’aime’ puisque nous sommes d’accord avec elle, il s’avère important de connaître les penchants affectifs ou sexuels des hommes et des femmes qui ont marqué l’Histoire, la littérature ou les arts.
    Notre porte-parole y apprendrait alors avec effroi que les gays, pas ceux qui défilent en tutus roses sur les chars, mais les créatifs, les intellectuels sont rarement là où on aurait cru les trouver.
    On dit d’ailleurs que le gay a un niveau de QI plus élevé que l’ordinaire. Autrefois, à Arcadie dont il faudrait retracer la thématique, on parlait parfois de l’élitisme d’une élection quasi théologique, l’exemplarité d’une orientation métapolitique. 
    Mais oseront-ils ? 
    Oseront-ils refaire les dictionnaires pour y inscrire « x, « Homme politique français, hétérosexuel, né le… ». Simone de Beauvoir  « bisexuelle » et Jeanne d’Arc, tiens je l’avais oublié  - quelle honte, vous voyez bien que je manque de formation LGBT ! – un prototype de la pucelle c’est-à-dire forcément de la lesbienne refoulée ou qui sait, pire encore, une vraie transe suçeuse de soldats et amazone hystérique !
    En fait, on aura remarqué que notre ingénieuse ministre n’a cru devoir citer que deux exemples d’auteurs qu’on ne saurait apprécier sans connaître les labyrinthes de leur sexualité : Verlaine et Rimbaud. Il ne faut sans doute pas trop forcer, chez les brunes, sur la culture générale !
    Comme le notait Denis Tillinac dimanche, ‘’Les sanglots longs /Des violons /De l’automne […]’’, de tels sanglots sont forcément des sanglots de folles, il n’y a pas à s’y tromper. « Petit-Poucet rêveur, j'égrenais dans ma course /Des rimes […] ». Ce poucet ne saurait être trivialement hétéro et il égrènerait sans doute quelques gouttes du précieux liquide ! Pourquoi les profs et les inspecteurs ont-ils si longtemps mis sous le boisseau des vérités aussi capitales et aussi essentielles ? Mais Denis Tillinac dans le même article avance autre chose et souligne, à juste titre, que la proposition n’est peut-être pas si superflue que cela car elle avancerait subrepticement, dans les « esprits » formatés, l’idée d’une parité homo/hétéro à définir en politique, qui consacrerait cette fois, pour de bon  - enfin mais qu’on ne traîne pas ! -, le mythe égalitariste de la représentation. A chaque poste, un homme et une femme et dans chaque cas, on ajusterait un hétéro, un homo ! 

    Yukio Mishima
    Car, c’est bien de cela qu’il s’agit, par-delà l’idiotie ou la « préciosité », il s’agit de céder partout dans le discours aux valeurs égalitaristes et d’une espèce de parité homophile. Ainsi, nous avions relevé dans une brève note que Michèle Delaunay, Ministre aux personnes âgées et à l’autonomie avait proposé sur son blog de ne plus dire « vieillir » mais d’« avancer en âge ». C’est une proposition qu’elle avait faite déjà publiquement, lors du premier conseil des ministres européens où le thème examiné était « Comment être actif et en bonne santé, l’âge venant ? ». Notre ministre avait pris la parole pour, - mais c’est difficile pour une brune ! - « philosopher » : « Le mot ‘’vieillissement’’ ne convient pas car il comporte obligatoirement une connotation négative. Je propose donc « avancer en âge » (sic). Michèle Delaunay ne s’arrêta pas là. 
    La gaystitude
    Elle suggéra, un peu plus tard, sur son blog que l’on ne dise plus « tomber amoureux » mais « monter en amour » puisque selon elle, l’expression « convient mieux à l’esprit de légèreté et à l’énergie de cette circonstance favorable » (sic !).
    Elle partait ainsi en guerre contre - imaginez en effet, l’affreuse expression ! -, « tomber enceinte » qui soulignerait trop la passivité de la femme ou selon elle, l’idée de « fille-mère » et de « femme abusée ».
    Ceci étant, l’intelligence des brunes s’arrête vite car elles ne semblent pas capable de proposer un nouveau mot de substitution à l’expression « tomber enceinte » alors qu’il fallait peut-être, comme pour l’amour, reprendre tout simplement son expression à l’envers et dire « monter enceinte ». Mais entre « monter enceinte » et « se faire monter », les nouvelles femmes savantes et la porte-parole du gouvernement y perdraient au passage sans doute leur porte d’entrée égalitariste, qu’on devrait du coup remplacer aussitôt par un autre trou !
    On rit de tout cela mais attention, je vous assure, d’autres en pleurent ! Pourtant, l’inversion sémantique est un puissant moteur de décomposition des mœurs.
    Par un glissement de sens insidieux, les mots perdent, en effet, leur signification originelle et naturelle. Ils ne recouvrent plus que des réalités falsifiées.
    C’est le propre de la novlangue nihiliste, du totalitarisme soft, de s’offusquer et de ne plus prononcer, par exemple, le joli mot de « pédé ». 
    Source et publication:   http://metamag.fr/metamag-1032-Ce-ne-sont-plus-les-blondes--ce-sont-les-brunes--....html
    Repost 0
    14 novembre 2012 3 14 /11 /novembre /2012 05:52

    Lyon : une soirée “Beaujolais nouveau” placée sous le signe de la solidarité

    13 novembre 2012

    Lyon : une soirée “Beaujolais nouveau” placée sous le signe de la solidarité

     

    Mon-Blason.fr

    Publicité

    La maison de l’identité lyonnaise La Traboule organise une soirée Beaujolais Nouveau ce jeudi 15 novembre, en partenariat avec le Cœur de la Joyeuse Garde qui interprétera des chants traditionnels.

    Les bénéfices de la soirée seront reversés à la caisse de solidarité pour les 4 militants identitaires inculpés à Poitiers lors de l’occupation du chantier d’une mosquée.


     

    [cc] Novopress.info, 2012. Les dépêches de Novopress sont libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine. La licence creative commons ne s'applique pas aux articles repris depuis d'autres sites [http://fr.novopress.info/]
    Repost 0
    14 novembre 2012 3 14 /11 /novembre /2012 05:35

    Dimanche prochain 18 novembre : mobilisation contre le "mariage" et l'adoption par les couples homos...

    3893990750_3.png

    Carl Lang et le Parti de la France participeront à la grande manifestation organisée par l'institut Civitas le 18 novembre à Paris contre la dénaturation du mariage et l'adoption par des couples homosexuels.

    Tous les patriotes attachés à la famille, à l'ordre naturel et à nos valeurs de notre civilisation sont invités à se mobiliser contre les aberrations sociétales de la gauche au pouvoir.

    Tous présents à Paris le 18 novembre pour défendre la Famille, le mariage et l'enfant ! RDV à 14 h 30, devant le Ministère de la Famille, avenue Duquesne, Paris VIIe (métro : Ecole Militaire).

    Rassemblement des militants du Parti de la France à 14 h 15-14 h 30 devant l'Eglise Saint-François Xavier (métro Saint-François Xavier).

    Repost 0
    14 novembre 2012 3 14 /11 /novembre /2012 05:09

    Tocqueville Magazine
    LE FLASH

    LUNDI  12 NOVEMBRE 2012

    COMPETITIVITE : L'IDOLE FRACASSEE

     

    C'est à une nouvelle histoire bien française que nous assistons médusés. Dès son arrivée, le nouveau pouvoir a montré sa haine des riches et des patrons en la concrétisant par des impôts et des réglementations contraignantes. C'était une attaque frontale contre la compétitivité ; la seule excuse était  l'ignorance de ce  pouvoir : ce n'est pas à l'ENA que l'on apprend quoi que ce soit d'utile et de concret  sur les entreprises et sur le fonctionnement d'une économie libre.  

    Soudain, le pouvoir se réveille sentant le parquet qui s'effondre, il commande un rapport. Les rapports répondent à un usage bien établi de la « République Fromagère ou R.F. « pour se débarrasser d'une calamité  souvent causée par lui-même ; parfois le rapport est conçu pour être long à rédiger ce qui favorise un camarade en peine. L'élu pour la compétitivité était sans danger : Louis Gallois est un haut fonctionnaire socialiste n'ayant pas l'expérience de la direction d'entreprise capitaliste, mais uniquement d’entreprise publique comme la SNCF. Il ne peut donc connaître le fonctionnement réel des entreprises privées. 

    Il a, d'ailleurs, montré son incompétence en brandissant son rapport sur le perron de l'Elysée avec 22 mesures. Ces  22 mesures  ne sont que du copier-coller de nombreux rapports antérieurs sur le même sujet et ressemblent toutes à des usines à gaz. Elles ne peuvent  remédier à la désindustrialisation, au chômage en conséquence et à la paupérisation.

     

    LES INTENTIONS DU POUVOIR

    Le pouvoir, avec sagesse, a enfermé le rapport Gallois dans le placard doré des milliers de rapports inutiles et a énoncé ses intentions. Ce faisant il renchérit sur les défauts visibles du rapport Gallois. 

    Sans sourire, il va proposer 35 mesures ! Il n'est plus question de choc : les  principales mesures sont annoncées pour le budget 2013. Alors que des entreprises meurent tous les jours, on leur  promet des lendemains qui chanteront en 2014 ! L'illisibilité est totale ; personne ne peut comprendre le mécanisme du crédit d'impôt annoncé et de belles empoignades juridiques sont probables dans la foulée. Il est impossible de prévoir son impact réel ; cela n'empêche pas le gouvernement de prétendre chiffrer à 300 000  le nombre des futurs emplois qui seront créés : un ordinateur peut tourner comme un fou, mais il ne finira que refléter les hypothèses fournies par les manipulateurs qui le dirigent. En outre, motus sur le nombre d'empois détruits par l'ouragan fiscal annoncé. Les futures décisions éventuelles exhalent une telle odeur d'usines à gaz que des députés de la majorité s'en inquiètent à juste titre. 

    Le pouvoir d'achat va être sérieusement amputé par les hausses de TVA prévues avec de nouveaux taux intermédiaires. Là encore l'ordinateur nous apprend que cela ne fera pas fléchir la consommation. Le fléchissement du pouvoir d'achat  signifie les progrès de la paupérisation donc moins de clients pour les entreprises qui y perdront de la compétitivité.

    Indépendamment de la TVA, bien d'autres impôts nous menacent sans que des chiffres puissent être cités car cela bouge tous les jours. Cet acharnement fiscal se profile après un salut rapide et poli aux économies d'argent public que l'on ne fera pas. Justement chemin faisant, l'on ne manque pas de prévoir de nouveaux organismes comme un fonds spécial de 500 millions d'euros pour les PME en difficulté. Le rôle des comités d'entreprises va être renforcé puisqu'ils auront le droit de vérifier l'usage du crédit d'impôt.

    L'espoir déraisonnable est, en manipulant adroitement les compteurs de la galaxie d'usines à gaz super étatiques, de faire surgir du gaz là où il n'y en a pas.

    L'origine historique de tous ces désordres est que le manque de compétitivité viendrait exclusivement du poids insupportable des charges sociales. Les chiffres cités ici ou là montrent bien un écart important avec nos voisins s'accompagnant de coûts de main d'œuvre excessifs. Il faudrait donc décharger les entreprises et faire porter le fardeau par d'autres, ce qui est parfaitement illusoire. Il n'y a jamais de bons impôts : si les entreprises espèrent échapper, d'une façon incertaine au demeurant, aux charges sociales, elles seront rattrapées par ailleurs.

     

    LA SOLUTION 

    L'Etat socialiste envahit depuis longtemps 70 % de la vie nationale et tous les comptes sont solidaires. Faute de la politique adéquate, si l'on décharge les uns, d'autres seront tapés et la paupérisation continuera. 

    Les réactions du MEDEF, de la CGPME et d'autres organisations patronales sont étranges ; le plan est approuvé globalement car la fronde des patrons aurait fait fléchir le gouvernement. Une question terrible se pose devant cette attitude : y-a-il ignorance ou complicité active ? Peut-être les deux. 

    Les lecteurs habituels de ces flashs connaissent la voie royale ouverte pour redonner au peuple français la prospérité à laquelle il a droit, au lieu de la cruelle austérité qui lui est imposée. Cela passe évidemment par la libération des entreprises seules créatrices de richesse. 

    A cette fin, il faut supprimer un ou deux grands impôts, pas en 2013 mais tout de suite. Parallèlement il ne faut pas saluer poliment les économies mais les faire.  Elles doivent être liquides, immédiates et massives.

    L'histoire du TITANIC est instructive. Le capitaine était seul maître à bord comme le veut l'usage. Il a mal analysé les faits et, surtout, s'est obstiné dans l'erreur : la suite est connue.

    Par un pur hasard électoral, le capitaine du vaisseau France a tous les pouvoirs, ce qui est très rare. S'il s'obstine dans l'erreur, il va précipiter les passagers contre l'iceberg dur de la réalité.

     

    MICHEL de PONCINS
    ________________________________________________________________

                

    Pour envoyer un commentaire ou inscrire des amis même en nombre :

    micheldeponcins@orange.fr

    ______________________________________________________________________

                        Pour comprendre le chômage, lire du même auteur

                              CHOMAGE, FILS DU SOCIALISME

                                      (La vérité, les remèdes)
     

    Le livre édité par les éditions de l’œil est disponible chez l'auteur. Adresser un chèque de 23 euros au 5 rue Dufrenoy 75116 Paris
     ________________________________________________________

    Repost 0