Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 février 2014 1 10 /02 /février /2014 20:03

Je pense que ce qui se passe depuis environ un an en France du point de vue du militantisme "nationaliste" est une véritable catastrophe.

Je pense que l'on ne s'aperçoit pas que notre pire ennemi, qui reste la bourgeoisie française acquise au mondialiste dans ses deux fractions "classique" et "bobo", est en train de nous ronger, de nous bouffer, de nous avoir d'une manière définitive. Elle nous ronge d'une manière discrète qui ne semble pas avoir été vraiment remarquée :elle nous impose une conception de la politique, une conception infantile, stérile et déshonorante de la politique et du militantisme politique.

Je doute qu'il puisse y avoir encore un militantisme efficient contre le mondialisme si les hommes dignes de ce nom ne sortent pas rapidement des formes de militantisme infantiles et dégradantes dans lesquelles ils sont invités à se vautrer et à s'oublier en tant qu'hommes faits et pensants depuis un an environ.

Pour prouver ce que j'avance, je dois faire un bref détour historique.

L'Eglise invente au XIXe siècle sa "doctrine sociale", la fameuse "doctrine sociale de l'Eglise".

Mais, contrairement à ce que l'on pense souvent, cette doctrine ne constitue pas du tout un traité de politique.

Il s'agit tout au plus d'un ensemble de préceptes condamnant les nouvelles doctrines (libéralisme et socialisme), et visant à la restauration de la chrétienté, notamment par le corporatisme. Cette doctrine tardive et disparate ne permet en aucun cas d'aborder les vrais grands problèmes de la politique moderne : les conflits, la guerre, l'emprise de l'économie, le capitalisme financier.

La doctrine sociale de l'Eglise ne constitue pas un traité de politique, c'est grosso modo un ensemble de recettes.

Plus tard encore, au XXe siècle, contrainte et forcée, l'Eglise moderniste se centrera de plus en plus sur la domestique (c'est à dire la morale du foyer, qui deviendra finalement la morale du couple, la "famille fantôme").

Cette fois, cela n'a plus rien à voir avec le politique, qui est jeté aux oubliettes, mais bien plutôt avec une collusion désespérée entre l'Eglise moderniste aux abois, définitivement rejetée par le peuple, et la bourgeoisie !

Cette "politique du couple" prenant la place du politique est requise par les bourgeois, les "catholiques de façade", qui admettent quelques petites concessions hypocrites dans la sphère de la vie privée pour mieux poursuivre à loisir leur pratique "libérale" (c'est à dire parfaitement cupide) dans la sphère économique.

Pratique libérale que l'Eglise moderniste ne va évidemment plus questionner sérieusement : elle n'en a plus ni les moyens, ni l'intention, si elle veut survivre.

Le deal entre la bourgeoisie et l'Eglise moderniste est donc : tu t'interroges pas trop sur l'économie et les malheurs des non-bourgeois, tu t'en tiens à un bavardage de routine sur la morale privée, que tu regardes d'ailleurs pas de trop près en ce qui nous concerne, et nous, on continue à te payer et à fréquenter un peu les églises : après tout, çà permet de parler fric discrètement et surtout çà en jette auprès de la populace.

En résumé, l'Eglise moderniste est depuis longtemps réduite à une morale domestique et n'a aucune théorisation politique pour affronter les problématiques du capitalisme mondialisé.

C'est évident mais encore faut il le dire et en tirer les conséquences.

Car c'est bien un modèle de pensée et d'action pseudo-politique directement issu de l'Eglise catholique qui sert depuis un an de courroie d'entrainement pour de braves militants anticapitalistes et antimondialistes.

Le pire, c'est que cela semble aller de soi : on suit les directives de l'Eglise comme si elle était devenue soudainement maîtresse en stratégie politique et en lutte antimondialiste !

Mais l'Eglise moderniste, mes pauvres amis, elle n'a qu'un souci : la préservation des fortunes bourgeoises, condition de sa propre survie. Et elle ne peut vous embaucher que pour les défendre, pas pour autre chose ! Si : elle peut vous déviriliser, vous rendre onctueux et insipides.

Et c'est cela le plus inquiétant dans le cas présent.

Car la vieille bourgeoisie fait coup double : elle mobilise de braves gens pour la défense de ses intérêts de classe, et elle castre les vrais militants qu'elle invite au ridicule de ses "manifestations".

Cet embrigadement de braves gens derrière la bourgeoisie d'argent et ses clercs est une catastrophe théorique puisqu'elle habitue discrètement et inconsciemment des militants, des hommes faits et adultes à confondre la politique avec une doctrine cléricale, étriquée et onctueuse construite par une Eglise moderniste dépourvue de pensée.

En gros, les militants issus du peuple sont discrètement invités à défendre les pauvres foyers bourgeois richissimes en danger.

C'est aussi une catastrophe d'un point de vue plus pratique car les militants s'habituent à côtoyer la grossièreté et la stupidité des cagots d'argent (sous prétexte de défendre la civilisation !) et cela est gravissime.

Des jeunes militants sains et courageux sont amenés à "militer" avec des spectres moisis vitrifiés par la cupidité et des hystériques oisives à demi-folles : que peut-il y avoir de plus grave et de plus destructeur pour la suite du combat ?

Mais il faut aller plus loin et tracer l'ensemble du schéma.

Les bourgeois catholiques gâteux n'ont évidemment aucune autonomie mentale là-dedans.

Ils auraient été incapables de construire aujourd'hui une telle stratégie contre le peuple.

Ils ne forment plus la classe dominante. Que s'est-il donc passé ?

La bourgeoisie mondialiste culturelle ("bobo") a parfaitement compris qu'en entraînant les nationalistes et les résistants occidentaux derrière son adversaire, la bourgeoisie "classique" ("catholique"), dans son opposition névrotique et délirante aux revendications des gays, elle dévirilisait, castrait et cassait toute résistance sérieuse au mondialisme, parce qu'elle entraînait les derniers hommes virils et courageux sur le terrain onctueux et pharisien de la "morale domestique".

La bourgeoisie culturelle a donc agacé et énervé son adversaire, la bourgeoisie "classique" de telle manière que celle ci a réussi à transmettre son irritation antigays à de braves gens qui n'ont évidemment strictement rien à faire dans ce conflit entre les deux conceptions de l'égoïsme et de l'hypocrisie, "catholique" et "bobo".

Sous une forme plus ramassée et plus lapidaire : la bourgeoisie culturelle avancée a agacé et irrité à fond de vieux bourgeois gâteux pour se débarrasser de toute intelligence politique possible contre le capitalisme mondialisé : elle a en effet perçu que ces gâteux pouvaient encore avoir une influence et un effet d'entrainement sur les classes populaires saines, les abrutir, les castrer et les corrompre.

Et hélas, cela fonctionne parfaitement.

source et publication:

pense que ce qui se passe depuis environ un an en France du point de vue du militantisme "nationaliste" est une véritable catastrophe. Je pense que l'on ne s'aperçoit pas que notre pire ennemi, qui reste la bourgeoisie française

acquise au mondialiste dans ses deux fractions "classique" et "bobo", est en train de nous ronger, de nous bouffer, de nous avoir d'une manière définitive. Elle nous ronge d'une manière discrète qui ne semble pas avoir été vraiment remarquée :elle nous impose une conception de la politique, une conception infantile, stérile et déshonorante de la politique et du militantisme politique.

Je doute qu'il puisse y avoir encore un militantisme efficient contre le mondialisme si les hommes dignes de ce nom ne sortent pas rapidement des formes de militantisme infantiles et dégradantes dans lesquelles ils sont invités à se vautrer et à s'oublier en tant qu'hommes faits et pensants depuis un an environ. Pour prouver ce que j'avance, je dois faire un bref détour historique.

L'Eglise invente au XIXe siècle sa "doctrine sociale", la fameuse "doctrine sociale de l'Eglise".

Mais, contrairement à ce que l'on pense souvent, cette doctrine ne constitue pas du tout un traité de politique.

Il s'agit tout au plus d'un ensemble de préceptes condamnant les nouvelles doctrines (libéralisme et socialisme), et visant à la restauration de la chrétienté, notamment par le corporatisme. Cette doctrine tardive et disparate ne permet en aucun cas d'aborder les vrais grands problèmes de la politique moderne : les conflits, la guerre, l'emprise de l'économie, le capitalisme financier. La doctrine sociale de l'Eglise ne constitue pas un traité de politique, c'est grosso modo un ensemble de recettes.

Plus tard encore, au XXe siècle, contrainte et forcée, l'Eglise moderniste se centrera de plus en plus sur la domestique (c'est à dire la morale du foyer, qui deviendra finalement la morale du couple, la "famille fantôme"). Cette fois, cela n'a plus rien à voir avec le politique, qui est jeté aux oubliettes, mais bien plutôt avec une collusion désespérée entre l'Eglise moderniste aux abois, définitivement rejetée par le peuple, et la bourgeoisie !

Cette "politique du couple" prenant la place du politique est requise par les bourgeois, les "catholiques de façade", qui admettent quelques petites concessions hypocrites dans la sphère de la vie privée pour mieux poursuivre à loisir leur pratique "libérale" (c'est à dire parfaitement cupide) dans la sphère économique. Pratique libérale que l'Eglise moderniste ne va évidemment plus questionner sérieusement : elle n'en a plus ni les moyens, ni l'intention, si elle veut survivre.

Le deal entre la bourgeoisie et l'Eglise moderniste est donc : tu t'interroges pas trop sur l'économie et les malheurs des non-bourgeois, tu t'en tiens à un bavardage de routine sur la morale privée, que tu regardes d'ailleurs pas de trop près en ce qui nous concerne, et nous, on continue à te payer et à fréquenter un peu les églises : après tout, çà permet de parler fric discrètement et surtout çà en jette auprès de la populace.

En résumé, l'Eglise moderniste est depuis longtemps réduite à une morale domestique et n'a aucune théorisation politique pour affronter les problématiques du capitalisme mondialisé. C'est évident mais encore faut il le dire et en tirer les conséquences. Car c'est bien un modèle de pensée et d'action pseudo-politique directement issu de l'Eglise catholique qui sert depuis un an de courroie d'entrainement pour de braves militants anticapitalistes et antimondialistes. Le pire, c'est que cela semble aller de soi : on suit les directives de l'Eglise comme si elle était devenue soudainement maîtresse en stratégie politique et en lutte antimondialiste !

Mais l'Eglise moderniste, mes pauvres amis, elle n'a qu'un souci : la préservation des fortunes bourgeoises, condition de sa propre survie. Et elle ne peut vous embaucher que pour les défendre, pas pour autre chose ! Si : elle peut vous déviriliser, vous rendre onctueux et insipides. Et c'est cela le plus inquiétant dans le cas présent.

Car la vieille bourgeoisie fait coup double : elle mobilise de braves gens pour la défense de ses intérêts de classe, et elle castre les vrais militants qu'elle invite au ridicule de ses "manifestations".

Cet embrigadement de braves gens derrière la bourgeoisie d'argent et ses clercs est une catastrophe théorique puisqu'elle habitue discrètement et inconsciemment des militants, des hommes faits et adultes à confondre la politique avec une doctrine cléricale, étriquée et onctueuse construite par une Eglise moderniste dépourvue de pensée.

En gros, les militants issus du peuple sont discrètement invités à défendre les pauvres foyers bourgeois richissimes en danger.

C'est aussi une catastrophe d'un point de vue plus pratique car les militants s'habituent à côtoyer la grossièreté et la stupidité des cagots d'argent (sous prétexte de défendre la civilisation !) et cela est gravissime. Des jeunes militants sains et courageux sont amenés à "militer" avec des spectres moisis vitrifiés par la cupidité et des hystériques oisives à demi-folles : que peut-il y avoir de plus grave et de plus destructeur pour la suite du combat ?

Mais il faut aller plus loin et tracer l'ensemble du schéma. Les bourgeois catholiques gâteux n'ont évidemment aucune autonomie mentale là-dedans. Ils auraient été incapables de construire aujourd'hui une telle stratégie contre le peuple.

Ils ne forment plus la classe dominante. Que s'est-il donc passé ?

La bourgeoisie mondialiste culturelle ("bobo") a parfaitement compris qu'en entraînant les nationalistes et les résistants occidentaux derrière son adversaire, la bourgeoisie "classique" ("catholique"), dans son opposition névrotique et délirante aux revendications des gays, elle dévirilisait, castrait et cassait toute résistance sérieuse au mondialisme, parce qu'elle entraînait les derniers hommes virils et courageux sur le terrain onctueux et pharisien de la "morale domestique".

La bourgeoisie culturelle a donc agacé et énervé son adversaire, la bourgeoisie "classique" de telle manière que celle ci a réussi à transmettre son irritation antigays à de braves gens qui n'ont évidemment strictement rien à faire dans ce conflit entre les deux conceptions de l'égoïsme et de l'hypocrisie, "catholique" et "bobo".

Sous une forme plus ramassée et plus lapidaire : la bourgeoisie culturelle avancée a agacé et irrité à fond de vieux bourgeois gâteux pour se débarrasser de toute intelligence politique possible contre le capitalisme mondialisé : elle a en effet perçu que ces gâteux pouvaient encore avoir une influence et un effet d'entrainement sur les classes populaires saines, les abrutir, les castrer et les corrompre. Et hélas, cela fonctionne parfaitement.

source et publication: jacques-yves Rossignol

Repost 0
10 février 2014 1 10 /02 /février /2014 19:59

Rennes : les 4 miliciens antifas ont été relâchés

Les quatre personnes interpellées samedi soir à Rennes lors de la manifestation violente contre une réunion du Front national ont été relâchées.

Des policiers avaient été atteints par des jets de pavés, avant de faire usage de gaz lacrymogènes et d'un canon à eau.

Dans un communiqué, le maire PS de Rennes, Daniel Delaveau, a condamné ces violences, tout en portant la responsabilité sur le FN (sic), qui aurait choisi la provocation en organisant la réunion dans un lieu symbolique des luttes sociales à Rennes...

"Le Front national, qui n'est pas un parti comme les autres, a choisi de tenir un meeting salle de la Cité, avec le sens de la provocation don
t il est coutumier.

Ses mensonges et son esprit polémique ne sauraient duper personne".

Jacques Bompard pose 2 questions écrites au ministre de l'Intérieur et du désordre :

"M. Jacques Bompard attire l'attention de M. le ministre de l'intérieur sur les violences perpétrées par des groupuscules d'extrême gauche à Rennes le samedi 8 fév
rier 2014.

Ces groupes violents d'extrême gauche dénommés anti-fas ont pris prétexte de l'organisation d'une réunion publique du Front National dans le cadre de la campagne pour l'élection municipale de Rennes pour ravager le centre-ville de Rennes.

Il semble que la violence soit autorisée et légitime aux yeux de Monsieur le ministre de l'intérieur lorsqu'elle est le fait de groupes d'extrême gauche, alors même qu'il organise de véritables rafles de manifestants pacifiques lorsqu'il s'agit d'opposants à la politique gouvernementale, que ce soit lors des nombreuses Manif Pour Tous ou lors du Jour de Colère du 26 janvier 2014.

A Rennes, des voitures ont été brûlées, des vitrines saccagées, des pavés et des bouteilles ont été jetées sur les forces de l'ordre, dont cinq membres ont été blessés.

M. Jacques Bompard demande à M. le ministre de l'intérieur de condamner enfin les groupuscules d'extrême gauche et de mettre fin à l'impunité dont ils jouissent actuellement, et lui demande combien de personnes ont été placées en garde à vue lors de ces incidents de Rennes."

"M. Jacques Bompard attire l'attention de M. le ministre de l'intérieur sur l'attaque subie par la librairie Facta dans le neuvième arrondissement de Paris, vandalisée pour la deuxième fois en moins de trois m
ois.

Cette librairie a été vandalisée en marge d'une manifestation d'extrême gauche autorisée par la préfecture de police.

Cette manifestation entendait protester contre la montée de la droite.

Monsieur le ministre de l'intérieur a condamné de prétendues violences lors de la dispersion de la manifestation du 26 janvier 2014 organisée par le collectif Jour de Colère " alors même qu'il n'y a eu à déplorer, lors de cette manifestation, ni voiture brûlée, ni vitrine brisée.

Le saccage d'une librairie n'est pas un acte anodin.

Il s'agit d'une atteinte à la culture qui rappelle les heures les plus sombres de notre histoire. Jacques Bompard est surpris que Monsieur le ministre de l'intérieur, si prompt à dénoncer des violences imaginaires lors de la manifestation Jour de colère du 26 janvier dernier et qui avait alors décidé d'arrêter sans motif plusieurs e 250 manifestants pacifiques, n'ait toujours pas condamné les violences en marge de la manifestation d'extrême gauche du 9 février et que les forces de l'ordre n'aient procédé à aucune interpellation malgré cette attaque d'une librairie.

M. Jacques Bompard demande à M. le ministre de l'intérieur d'agir contre les milices d'extrême gauche qui font régner la terreur et vandalisent régulièrement les centre-ville de Paris ou d'autres grandes villes, au lieu de s'acharner contre les manifestations pacifiques de La Manif pour Tous ou de Jour de Colère qui, en seize mois, n'ont donné lieux à aucune violence réelle puisqu'on ne dénombre ni vitrine brisée, ni voiture brûlée, ni commerce saccagé, leur seul tort étant de s'opposer à la politique du gouvernement socialiste."


Michel Janva

Repost 0
10 février 2014 1 10 /02 /février /2014 09:22

Lundi 10 février 2014

Allocution de Carl Lang lors de la manifestation du 8 février pour la dissolution des Femen

Merci à vous tous d’être ici présents pour clamer votre indignation et montrer notre volonté de résistance française face à l’idéologie abjecte et aux agressions répétées et sacrilèges du groupuscule haineux des Femen.

Car ce qui caractérise en effet le mieux ces Femen, ce qu’elles véhiculent, ce qu’elles portent par leurs discours et leurs attitudes, c’est la haine !

Femen, la haine !

La haine de Dieu, la haine du sacré, la haine de l’homme, la haine de la France et de l’Europe chrétienne.

A chacune de leurs apparitions elles me font penser aux harpies de la mythologie grecque : mauvais génies, sortes de monstres à tête de femme, aux griffes crochues et acérées et d’odeur infecte.

Ce sont celles qui tourmentent les âmes par des méchancetés incessantes et qui sont les ravisseuses de l’âme des enfants.

Ces harpies, pourvoyeuses de l’enfer, parties diaboliques des énergies cosmiques et symboles de toutes les passions vicieuses de l’humanité.

Aujourd’hui, ces furies agissent en Europe en toute impunité, et souvent avec la complaisance des pouvoirs publics.

Leurs actions sauvages et sacrilèges se multiplient et se transforment, comme à Madrid contre le cardinal VARELA, en agressions physiques. Il aura fallu une énième sauvagerie dans l’église de la Madeleine, avec un simulacre infâme d’avortement de la mère du Christ pour que VALLS le sectaire, le ministre de l’intérieur et des cultes, considère qu’il s’agit, je cite : « d’une provocation inutile ».

Mais ce monsieur VALLS s’est bien gardé de condamner publiquement et d’agir contre ce groupuscule de la haine.

Et pour cause. L’idéologie de VALLS et celle des Femen est la même et celles-ci ne sont qu’un symptôme visible de plus de la même infection des esprits.

C’est l’idéologie de destruction de l’ordre naturel, de destruction des lois naturelles, de destruction de l’identité française et chrétienne, de destruction de nos valeurs de civilisation, de nos traditions, de notre histoire et de notre patrie des terroirs et des clochers.

Ce n’est pas seulement le culte de l’homme sans Dieu, mais le culte de l’homme contre Dieu que ces gens pratiquent.

Face à la révolution permanente et à la subversion véhiculée par ces fanatiques, nous allons devoir opposer la contre-révolution permanente, et face à leurs actions de destruction de la famille et de la cité, opposer la réaction du peuple français.

En réaction à leurs actions barbares et à leurs idéologies de mort je suis, quant à moi, fier d’être un réactionnaire.

Voilà, mes amis, en quelques mots, ce que je souhaitais vous dire. Je suis particulièrement heureux d’être aujourd’hui à vos côtés et aux côtés de l’Agrif et de Bernard Antony qui, une fois de plus, ont pris l’excellente initiative d’appeler à ce rassemblement de riposte et de reconquête.

Rassemblons-nous, organisons-nous, agissons et ensemble faisons entendre haut et fort, aujourd’hui et demain, la voix de la France française et éternelle.

Repost 0
10 février 2014 1 10 /02 /février /2014 09:09

Il faut tirer son chapeau à l'hebdomadaire "Rivarol" (Tour Ancône, 82
boulevard Masséna, 75013 Paris) dont la livraison n° 3127 du 6 février
porte, en grosse manchette, "Shoah et théorie du genre: trop c'est tro
p !"


Petit extrait:

< START>
Matin, midi et soir nous sommes en effet abreuvés de Shoah, cela devient
insupportable, irrespirable. Et lorsque ce n'est pas "l'Holocauste" c'est
l'homosexualisme militant, la théori
e du genre.

L'on en a plus qu'assez de voir se déverser sur nos têtes et sur celles de nos enfants des tonnes de mensonges et d'impostures, d'inepties et de pourritures en tout genre. (...)
le combat contre [les assassins des âmes] et leur système de mort est sans merc
i.


jeromebourbon@yahoo.fr>
<END>

Quel journal aujourd'hui, EN FRANCE, aurait un tel courage?
Profitez des tarifs d'abonnement qui ont été prolongés
jusqu'au 2
8 février.

Voyez:

http://www.rivarol.com

Repost 0
9 février 2014 7 09 /02 /février /2014 14:25

dimanche, 09 février 2014

Décès de notre Ami Gilbert Sincyr

Nous venons d'apprendre avec tristesse le décès, à la suite d'une douloureuse maladie, de Gilbert Sincyr le 6 février dernier.

Fidèle Ami de Synthèse nationale, Gilbert Sincyr avait été de toutes les aventures de la Droite nationaliste depuis sa jeunesse, au moment du combat pour l'Algérie française.

Ingénieur de formation, ce Toulousain passionné a été successivement vice Président du Front national à la fin des années 70 puis Secrétaire général du GRECE dans les années 80.

Il fut l'auteur de plusieurs ouvrages consacrés entre autres au paganisme, à l'islamisation de notre pays ou à l'Histoire de la civilisation européenne édités chez Dualpha cliquez là.

Toujours enthousiaste à chaque fois que nous le sollicitions, Gilbert Sincyr a apporté, à plusieurs reprises, des contributions à nos publications.

En particulier dans l'ouvrage collectif que nous avons consacré, en novembre 2012, à l'Europe face à la crise cliquez ici ainsi qu'au livre édité en août 2013 en hommage à Dominique Venner cliquez là.

Il sera incinéré le 14 février prochain.

Roland Hélie http://synthesenationale.hautetfort.com/archive/2014/02/09/temp-aac31ab3934a5d9508bdd95885fb9391-5293995.html

Repost 0
9 février 2014 7 09 /02 /février /2014 14:16
L'ENJEU UKRAINIEN

Pierre Vial

Président de Terre et peuple

Le Monde (3 février) fait le portrait flatteur d’un « jeune père prêt à prendre les armes » : « ce libéral de gauche » ( qui affirme croire en la vertu des cocktails Molotov … ) « incarne la contestation ukrainienne ».

Agé de 37 ans, « il a toujours le visage poupin, l’allure frêle et douce, mais une flamme nouvelle brille dans ses yeux : celle de la rage de celui qui n’en peut plus d’attendre ».

On apprend, incidemment, que cet intéressant garçon est juif. Il confie : « Quand j’habitais en Israël, je votais pour les Verts ».

Mais il n’explique pas pourquoi il a quitté Israël…

Lors d’une réunion tenue à Bruxelles le 28 janvier entre, d’un côté, Herman Van Rompuy et José Manuel Barroso, présidents du Conseil et de la Commission de l’Union européenne et, d’autre part, le président russe Vladimir Poutine et son ministre des affaires étrangères Sergueï Lavrov, Poutine a dénoncé vertement « l’ingérence » de l’UE en Ukraine.

Cette ingérence se traduit, entre autres, par des « conseils techniques » donnés aux émeutiers par de discrets émissaires américains et par le soutien apporté par l’Allemagne (auxiliaire zélée des USA) à l’organisation-clé de l’agitation entretenue à Kiev, le parti UDAR (Alliance démocratique ukrainienne pour la réforme) dirigé par Viktor Klitschko et financé depuis 2010 par la richissime Fondation Konrad Adenauer, principal think tank de la CDU et liée de très longue date aux services secrets américains.

Ceci correspondant aux manœuvres américaines destinées à affaiblir l’influence russe.

Car voilà la clé de l’affaire ukrainienne : il faut empêcher la Russie de reconstruire sa puissance impériale et l’Ukraine est, sur l’échiquier eurasiatique, une pièce maîtresse.

La tentative de déstabilisation du président ukrainien Ianoukovitch – qui aime rappeler qu’il a été démocratiquement élu – a commencé le 25 novembre 2013, lorsque le président a refusé de signer un accord de libre-échange avec l’Union européenne.

Ce qui a été perçu comme un crime de lèse-majesté à Bruxelles, entravant de manière insupportable la mainmise du libéralisme capitaliste sur l’Europe de l’Est.

Il fallait faire payer cela à Ianoukovtich, en organisant sa mise hors jeu – au nom, bien entendu, de l’habituel couplet des droits de l’homme…

Poutine a annoncé clairement la couleur : si une équipe hostile à la Russie arrivait au pouvoir à Kiev, elle devrait rembourser sans délai les 11 milliards d’euros prêtés à l’Ukraine par Moscou et l’étalement du paiement de la (lourde) dette gazière deviendrait impossible…

Avec certainement d’autres mauvaises surprises. Alors, à qui de jouer ?

Source : http://synthesenationale.hautetfort.com/archive/2014/02/07/l-enjeu-ukrainien-5292749.html

Repost 0
9 février 2014 7 09 /02 /février /2014 14:06

Michel Dantan

Le nouveau NH cliquez ici

Plusieurs associations et personnalités de la mouvance patriotique et catholique se sont donnés rendez vous samedi après midi pour réclamer à l’appel de l’AGRIF la dissolution des femen.

Tous les intervenants qui se sont succédés à la tribune ont chacun leur tour avec force décliné les raisons de leur colère face au scandale des profanations d’églises et des provocations scabreuses auxquelles depuis des mois les FEMEN se livrent contre les catholiques.

L’impunité a assez duré se sont indignés les orateurs pointant du doigt les collusions entre le pouvoir et le groupe d’agitateurs qui s’est installé en France pour y commettre des actes motivés par un anti christianisme que l’on croyait appartenir à des temps révolus.

Blessés dans leurs foi et se sentant à juste titre victimes de persécutions, les catholiques ont répondu en grand nombre à cette première convocation qui sera suivie d’autres manifestations a tenu à préciser Bernard Anthony, le Président de l’AGRIF, pour qui le combat continue tant que les femen ne seront pas par voie judiciaire empêcher de nuire.

Un combat qui au-delà des femen concerne aussi la défense de la famille et des traditions chrétiennes de la France soumises de plus en plus aux attaques sournoises du pouvoir.

La plupart des personnalités qui ces dernières années se sont distinguées par leur volonté de combattre la christianophobie ambiante en France avaient répondu présent :

Alain Escada, le Président de Civitas, Roger Holeindre, Président du Cercle National des Combattants, Martial Bild, Rédacteur en Chef de TV Libertés, Carl Lang, le Président du Parti de la France, Béatrice Bourges, porte parole du Printemps français, Daniel Hamiche, animateur de l’Observatoire de la christianophobie, Guillaume de Thieulloy, animateur du site internet le Salon Beige, Vivien Hoch, responsable de la com.

De l’AGRIF, Jeanne Smith, directrice de Présent, Frédéric Pichon et M. Triomphe, avocats.

http://synthesenationale.hautetfort.com/archive/2014/02/09/les-femen-mobilisent-les-patriotes-contre-elles-5293862.html

et aussi

Guillaume Faye

J'ai tout compris cliquez ici

Ce mouvement pseudo-féministe, qui fonctionne selon la logique minoritaire bien connue de l’ ”agit-prop”, consiste en gros à organiser des happenings de filles aux seins nus avec des slogans antichrétiens (en anglais, pour la médiatisation internationale) peints sur leur buste. Leur cible principale est l’Église catholique, cible facile et sans défense, et leur procédé est la profanation de lieux de cultes catholiques. Avec des manifestations dont la vulgarité provocatrice détruit au fond le caractère choquant et finira par s’avérer contre productive. Le pouvoir actuel, dont l’idéologie est celle de la destruction en douceur de l’identité ethno-culturelle autochtone, non seulement laisse faire, ne sanctionne pas, mais aide avec complicité : en effet, la question se pose de savoir qui finance les Femen ; de même, cette idée d’imprimer un timbre de La Poste à l’effigie de la passionaria Inna Shevchenko, égérie du mouvement, permet tous les soupçons. Essayons de comprendre.

Tout d’abord, les Femen agissent en complicité totale avec un gouvernement et une idéologie dominante dont un des objectifs est la destruction en douceur de l’identité et des racines de la France dont le catholicisme fait partie. L’affaire du timbre-poste officiel à l’effigie d’IS est parlante. Son concepteur, Olivier Ciappa avouait dans le Huffington Post, (15/07/2013) : « Le dessin que j’ai fait met en scène une Marianne arborant les traits de la leader des Femen, Inna Shevchenko. Elle incarne le mieux les valeurs de la République, liberté, égalité, fraternité. Et la Marianne au temps de la Révolution, était seins nus, alors pourquoi ne pas rendre hommage à cette fabuleuse Femen ? »Autrement dit, la République ”laïque” incarne les valeurs des Femen, c’est-à-dire principalement la profanation d’églises, comme en …1793, sous la Terreur. D’ailleurs, Claude Bartolone, le président de l’Assemblée nationale, a déclaré à propos des actes des Femen que dans la loi « le blasphème n’est pas mentionné comme un délit ». Il voulait signifier par là le blasphème contre le catholicisme. Sur le compte Twitter des Femen, on pouvait d’ailleurs lire, signe d’une complicité avec l’État PS : « Femen est fière d’être devenue un symbole officiel de la France ! Liberté, Égalité, Femen ».

Les Femen ne font qu’un avec les Pussy Riots qui, à Moscou, avaient profané la cathédrale du Saint-Sauveur, lieu de culte orthodoxe extrêmement important pour les Russes. (1) M. Poutine a été bien aimable de gracier les trois femmes qui avaient été condamnées, à juste titre, à de la prison ferme. On peut d’ailleurs déplorer cette mansuétude, provoquée par la communication autour des jeux de Sotchi. Leur motivation, sous des prétextes politiques bas de gamme, est uniquement de faire du buzz médiatique pour devenir des stars et gagner de l’argent, en dépit ou à cause de leur nullité artistique absolue.

En France, le message des Femen est articulé autour de deux clichés : la lutte ”antifasciste” (vieux fantasme gauchiste éculé) et la protestation contre la supposée répression sexuelle et l’antiféminisme de cette pauvre Église qui prend tous les coups dans la figure sans oser en rendre. (2)

On est là en face du degré zéro du féminisme. La tolérance de l’État PS (dont la colonne vertébrale est la vieille lubie soixante-huitarde, comme un crocodile qui tarde à trépasser) envers les Femen relève de la même lâcheté, de la même duplicité que ces dernières. Car enfin, imaginons que les Femen aient profané desmosquées, seins nus, et slogans débiles en anglais peints sur leur corps, elles se seraient probablement retrouvées en prison pour ”islamophobie”, le nouveau péché capital. Puisque la ”République” peureuse et pseudo-laïque protège en fait l’islam intouchable, rusé et invasif.

Et pourtant, s’il est bien une idéologie religieuse en pleine expansion qui prône le sexisme, le puritanisme, l’anti-féminisme, l’obscurantisme dans tous les domaines, et qui ne se caractérise pas par son amour de la démocratie, c’est bien l’islam. Et non pas le christianisme. Mais les Femen appartiennent à cette catégorie désespérante des lâches et des collaborateurs, qui n’osent pas s’en prendre aux puissants mais s’acharnent sur les faibles. En pensant qu’ils ne risquent rien. À une seule reprise, sur son compte Twitter personnel, la passionaria Shevchenko avait posté en anglais un message dont la traduction est : « Qu’est-ce qui peut être plus stupide que le Ramadan ? Qu’est-ce qui peut être plus horrible que cette religion ? ». Immédiatement, comprenant qu’elle avait gaffé, elle a effacé le tweet incorrect.

Mais les Femen et l’État PS qui les protège commettent une lourde erreur : cette stratégie de provocation, d’insultes et d’humiliations sans risques peut réveiller un volcan éteint en apparence, mais dont l’éruption imprévue peut se révéler dévastatrice.

Notes

(1) Détruite par le pouvoir totalitaire communiste et remplacée par une piscine, la cathédrale orthodoxe du Saint-Sauveur a été reconstruite à l’identique par Eltsine, après la chute de la dictature soviétique. Elle symbolise le renouveau de la liberté religieuse en Russie et aussi l’âme d’un peuple. La profanation de l’autel central par les Pussy Riots (sous un prétexte anti-poutinien ridicule) n’a pas du tout été considérée par le peuple russe comme une affirmation libertaire mais comme une agression contre les sentiments profonds du peuple et, au fond, comme un retour masqué de l’anti christianisme communiste.

(2) Je dis tout cela d’autant plus volontiers que je n’appartiens absolument pas à la mouvance catholique.

Repost 0
9 février 2014 7 09 /02 /février /2014 12:39

REVUE DE PRESSE

Riches ! Libéraux ! Accusés, levez-vous !

En dépit des évidences, et malgré le reflux des idées keynésiennes, certains ne désarment pas : le profit, l’appât du gain et l’ultralibéralisme expliqueraient la crise, et l’Etat affaibli ne pourrait contrôler le pouvoir des riches.

Mais qui croit encore à cette fable ? L’opinion publique ouvre enfin les yeux.

Il n’y a rien de pire en France que d’être riche et libéral.

C’est la conclusion de plusieurs ouvrages qui viennent de sortir, et donnent une lecture décalée de la crise et de ses origines.

L’originalité de la chose, c’est que les auteurs ne passaient pas jusqu’à présent pour des doctrinaires de gauche.

Sommaire

>La crise, c’est Friedman et l’ultralibéralisme des Chicago boys

>La crise, c’est la conquête du pouvoir par les riches, conséquence de l’impuissance de l’Etat

La crise, c’est Friedman et l’ultralibéralisme des Chicago boys

Le premier ouvrage : La Caste cannibale. Quand le capitalisme devient fou (Editions Albin Michel) s’en prend aux représentants de l’ « ultralibéralisme », entre autres, coupables selon les auteurs, d’avoir dévoyé l’économie de marché.

Il s’agirait là d’une « petite élite » qui a donné naissance à un « système carnivore », dont les seuls objectifs se résument à la recherche du profit.

Les membres de cette « caste cannibale » ont un « temple », le département d’économie de l’université de Chicago et un « gourou », l’économiste Milton Friedman.

Ce sont ces fameux Chicago Boys qui ont répandu la théorie du « laissez faire » un peu partout dans le monde.

Ces accusations auraient pu nous laisser indifférents si elles étaient venues de la part d’un Jean-Luc Mélenchon, mais hélas ! les auteurs de l’ouvrage sont deux journalistes connus pour leurs enquêtes de grande qualité, menées auparavant : Sophie Coignard et Romain Gubert.

Voyons maintenant en quoi Milton Friedman et l’Ecole de Chicago seraient responsables de la crise économique actuelle ?

De toute évidence, les deux auteurs n’ont jamais lu Friedman.

Car, c’est bien cet économiste qui avait mis en garde contre la planche à billets des banques centrales et contre le fait de ne pas jouer avec les taux d’intérêt.

Il avait même prédit la grave crise de la zone euro que nous sommes en train de vivre aujourd’hui… Pour lui, comme pour Hayek d’ailleurs, la monnaie est un produit qui doit avoir une valeur réelle et la stabilité monétaire est la condition essentielle pour la croissance économique.

Non, les « Chicago Boys » ne sont pour rien dans la crise actuelle, au contraire, ils l’avaient vu venir.

La crise, c’est la conquête du pouvoir par les riches, conséquence de l’impuissance de l’Etat

Un autre ouvrage, qui fait la Une des médias, est celui de Jean-Louis Servan-Schreiber, qui est consacré aux riches : Pourquoi les riches ont gagné (Editions Albin Michel).

L’idée centrale se résume au fait que les riches auraient pris le pouvoir et seraient en train de dominer le monde.

Pour autant, si c’était vrai, faudrait-il s’en plaindre ? Nous ne le pensons pas, mais l’auteur, en revanche, le pense. Il a l’air de regretter la période des Etats forts qui contrôlaient l’économie. Il semble déplorer que "l ’on s’en prenne aux gouvernants plutôt qu’aux possédants ».

Et les Etats n’ont plus « les moyens de faire la guerre aux riches ». Visiblement, Jean-Louis Servan-Schreiber n’a pas lu l’ouvrage que nous avons consacré (Jean-Philippe Delsol et moi-même) aux riches :A quoi servent les riches (J.C.Lattès 2013).

Il a préféré s’en tenir à la mode idéologique ambiante qui attaque les plus fortunés. Il aurait pu apprendre que les plus riches d’aujourd’hui n’ont rien de ce que suggère l’image obsolète du rentier.

Que sur les 200 personnes les plus riches, les multimilliardaires, le dernier de la liste dispose d’une fortune estimée à 6.38 Milliards de dollars, 140 sont des entrepreneurs.

Ils ont bâti leur fortune grâce à l’entreprise qu’ils ont créée. Sur les 50 premières fortunes mondiales, 40 sont des entrepreneurs et sur les 10 plus riches au monde, 9 sont des entrepreneurs.

Ces riches qui ont « pris le pouvoir » ont créé des millions d’emplois partout dans le monde. Il n’en reste pas moins vrai que certains Etats – surtout l’Etat français – ne cessent de les combattre.

Avec les résultats que l’on peut constater : ils quittent le pays et des milliers d’emplois sont perdus !

Cette abondante littérature antilibérale (et anti-riches) se nourrit de l’ignorance économique de ceux qui en France font métier de parler d’économie.

alimente à son tour la désinformation véhiculée par certains médias et par la classe politique, qui peuvent se permettre ainsi d’accuser l’économie libérale d’être à l’origine de la crise actuelle.

Néanmoins, les Français semblent de plus en lucides car les sondages d’opinion montrent qu’ils sont bien plus méfiants à l’égard de la classe politique qu’envers le monde des entreprises.

Repost 0
9 février 2014 7 09 /02 /février /2014 11:40

Caprices d'avril font tomber les fleurs, Et trembler les laboureurs.

Le CNC Bretagne/35 se réunira le Dimanche 27 Avril 2014 au Lieu-dit

"Le Vallon"

35230 NOYAL-CHATILLON

PROGRAMME DE LA JOURNEE

11H30

ACCUEIL

12H30

REPAS

14H30

Assemblée Générale

Vous pouvez poser des questions avec votre inscription ; elles seront étudiées avant l’A.G..

Entre RENNES ET CHARTRES de BRETAGNE, Au Feu rouge devant Matériaux DENIS

Au Sud de RENNES à 1 Km de la rocade.(grand parking).

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

COUPON A RETOURNER, accompagné de votre règlement par chèque à l’ordre du C.N.C. 35 avant le 21Avril 2014 à

: Michel MADORÉ, 46 Rue de Châteaubriant, 35770 VERN /SEICHE.

02.99.00.49.50 ou 06.17.64.19.60 ou madore.michel@sfr.fr

Monsieur, Madame : ____________________________________________________

Assisteront N’assisteront pas

Cocher la case choisie avec le nombre, Merci (NOTER VOS CHOIX)

KIR ou nature

Cassolettes de Coquilles ST JACQUES.

Plats au choix

□ Filet mignon de porc caramélisé. :

OU

□ Pavé de bœuf sauce bordelaise. :

Accompagnement

□ Gratin dauphinois, fagot de haricot :

OU

□ Frites :

Assiette de fromage, salade

Trilogie de dessert, café

Boissons : Eau, vins blanc, rosé et rouge.,

Animations, loterie surprise

Nombre de personnes………………………..X 20€ =……………€

Nombre d’enfants (- de 12 ans)………… .X 12€ =……………€

Merci de répondre.

Mise à jour des cotisations pour les oublis.

Repost 0
9 février 2014 7 09 /02 /février /2014 11:22

Allocution de Carl Lang

8 février 2014 : manifestation pour la dissolution des Femen

Merci à vous tous d’être ici présents pour clamer votre indignation et montrer notre volonté de résistance française face à l’idéologie abjecte et aux agressions répétées et sacrilèges du groupuscule haineux des Femen.

Car ce qui caractérise en effet le mieux ces Femen, ce qu’elles véhiculent, ce qu’elles portent par leurs discours et leurs attitudes, c’est la haine !

Femen, la haine !

La haine de Dieu, la haine du sacré, la haine de l’homme, la haine de la France et de l’Europe chrétienne.

A chacune de leurs apparitions elles me font penser aux harpies de la mythologie grecque : mauvais génies, sortes de monstres à tête de femme, aux griffes crochues et acérées et d’odeur infecte.

Ce sont celles qui tourmentent les âmes par des méchancetés incessantes et qui sont les ravisseuses de l’âme des enfants.

Ces harpies, pourvoyeuses de l’enfer, parties diaboliques des énergies cosmiques et symboles de toutes les passions vicieuses de l’humanité.

Aujourd’hui, ces furies agissent en Europe en toute impunité, et souvent avec la complaisance des pouvoirs publics.

Leurs actions sauvages et sacrilèges se multiplient et se transforment, comme à Madrid contre le cardinal VARELA, en agressions physiques.

Il aura fallu une énième sauvagerie dans l’église de la Madeleine, avec un simulacre infâme d’avortement de la mère du Christ pour que VALLS le sectaire, le ministre de l’intérieur et des cultes, considère qu’il s’agit, je cite : « d’une provocation inutile ».

Mais ce monsieur VALLS s’est bien gardé de condamner publiquement et d’agir contre ce groupuscule de la haine.

Et pour cause. L’idéologie de VALLS et celle des Femen est la même et celles-ci ne sont qu’un symptôme visible de plus de la même infection des esprits.

C’est l’idéologie de destruction de l’ordre naturel, de destruction des lois naturelles, de destruction de l’identité française et chrétienne, de destruction de nos valeurs de civilisation, de nos traditions, de notre histoire et de notre patrie des terroirs et des clochers.

Ce n’est pas seulement le culte de l’homme sans Dieu, mais le culte de l’homme contre Dieu que ces gens pratiquent.

Face à la révolution permanente et à la subversion véhiculée par ces fanatiques, nous allons devoir opposer la contre-révolution permanente, et face à leurs actions de destruction de la famille et de la cité, opposer la réaction du peuple français.

En réaction à leurs actions barbares et à leurs idéologies de mort je suis, quant à moi, fier d’être un réactionnaire.

Voilà, mes amis, en quelques mots, ce que je souhaitais vous dire.

Je suis particulièrement heureux d’être aujourd’hui à vos côtés et aux côtés de l’Agrif et de Bernard Antony qui, une fois de plus, ont pris l’excellente initiative d’appeler à ce rassemblement de riposte et de reconquête.

Rassemblons-nous, organisons-nous, agissons et ensemble faisons entendre haut et fort, aujourd’hui et demain, la voix de la France française et éternelle.

--

Le Parti de la France 
Email : contact@parti-de-la-france.fr
Site : http://www.parti-de-la-france.fr
Adhérez ! : http://www.parti-de-la-france.fr/adhesions
Repost 0