Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 janvier 2013 6 05 /01 /janvier /2013 09:03

Notules pour servir à une théorie de la guerre idéologique et culturelle

 

Jacques-Yves Rossignol

 

 

 

La politique est une affaire d’intelligence. Mieux : c’est une affaire d’intelligence  totalisante.

 

Or, il faut croire que la théorie et la pratique des défenseurs de la civilisation occidentale présentent de sérieuses lacunes puisque depuis trente ans environ, nous n’avons cessé de perdre du terrain et de regarder, quasi impuissants, les jeunes occidentaux en particulier adhérer implicitement, presque automatiquement et sans réflexion, au mode de vie et surtout à la néo-morale dictés par le mondialisme marchand.

 

C’est pourquoi je pense qu’il ne faut avoir aucun scrupule à tenter de compléter ou d’approfondir nos doctrines, surtout par l’approche de terrains peu explorés, quitte à être un peu abrupts dans cette exploration afin de susciter des réactions et des commentaires qui conduiront à affiner et nuancer les hypothèses.

 

C’est dans cette optique que je livre ici ces notes courtes et rapides, consciemment fragmentaires, et dont le seul lien profond est donc la volonté de rendre efficace le combat pour un monde à la fois juste et spirituel.

 

1

 

La vie quotidienne devient étrangement limitée, angoissante par son aspect rudimentaire, pour celui qui se souvient de la France d’avant le grand malheur (1).

Par exemple, dans les grandes villes en fin de semaine, on passe de phases d’excitation le soir à des phases de dépression, d’atonie en matinée et début d’après midi inconnues jusqu’alors, puis recommence cette montée en puissance d’une excitation artificielle et programmée. On a une sorte de vie à rythme binaire, cyclothymique, répétitive et prédictible, sans joie et sans malheurs, qui n’est pas perçue pour ce qu’elle est : entièrement fabriquée par la culture culturelle. Dans ce paysage morne et au milieu de ces rythmes accablants, ces expériences que les bobos nomment des « transgressions » ou des « performances » font vraiment figure de pétards mouillés.

 

2

 

On se heurte à un monde que l’on ne comprend pas et sur lequel on ne peut avoir aucune emprise. D’où une foultitude d’attitudes qui dénotent ce désarmement face à une réalité incomprise et fuyante : théâtralisme, histrionisme, hystérie, froideur, glaciation mentale, épanchements soudains, instabilité affective. Bien qu’on ne puisse établir au sens strict aucun lien de causalité, il faut alors admettre que l’affectivité est entièrement, quoique très indirectement, déterminée par le marché mondial. On ne perçoit aucune autonomie mentale ou morale face aux exhortations, cependant en principe non formulées et en théorie inaudibles, du marché.

 

3

 

Bien plus que la violence (je n’ignore pas que des types de violence très spécifiques caractérisent aussi ce monde), c’est l’apathie, l’amorphisme, le somnambulisme, le conformisme pseudo-moral à son paroxysme, la déambulation spectrale, l’aboulie et ainsi de suite (je serai volontiers intarissable sur le sujet parce qu’il a été peu étudié, je crois) qui caractérisent nos villes ! Que l’on regarde attentivement. Et l’on constatera entre autres que les violents ne sont très souvent que des amorphes, ou des larves, en crise.

 

 

4

 

Une violence très particulière s’exerce tout à fait ailleurs. Impunément. Ce sont les travaux irresponsables et cyniques de déconstruction de « philosophes » et d’intellectuels mondains. Ils participent, à leur modeste place, à la production du désarroi et de l’insipidité contemporaines en relativisant ou en déstructurant certains acquis de la civilisation.

Ce sont les mêmes qui déploreront un peu plus tard l’inadéquation des enseignements scolaires (et la sottise et la naïveté des enseignants de petites classes) à un monde qu’ils ont largement contribué à créer en minant, en sapant discrètement d’une manière en apparence quasi capricieuse, mais puissamment téléguidée, certains aspects du monde ancien, celui des certitudes morales et doctrinales. 

 

 

5

 

Le mondialisme achève de faire la guerre aux communautés « organiques » de race blanche. Tous les liens courts, solides, charnels ont été à peu près dissous et remplacés par des liens anonymes, abstraits, lointains.

Cela revient à dire en gros que l’on a tué ce qu’il y avait d’humain dans nos pays, dans nos villes et dans nos campagnes et, à vrai dire, ce qui se passe ensuite n’a plus qu’un intérêt très restreint (hystérie et sexualités téléguidées, bisexuels, trans, genders, art dérisoire et compulsif, fécondation artificielle, clonage et ainsi de suite : quel fouillis !) puisque qu’il s’agit d’un effondrement purement mécanique, automatique, après la perte, ou l’abdication, de l’intelligence et de l’esprit. On n’a pas assez souligné l’aspect sinistre, triste et surtout ennuyeux, fastidieux qui est comme la spécificité, la signature (terme trop « chaud », il faudrait dire le mot de passe) de cette déclension ; il n’y a, par exemple, qu’une chose et une seule à dire sur toute cette quincaillerie génique que nous invente des médecins aliénés et le fleuve de bavardages pseudo-éthiques de moralistes autoproclamés qui suit inévitablement : cela vient après (2).

 

 

6

 

Le capitalisme peut donc en principe dissoudre les relations « chaudes » des sociétés quelles qu’elles soient. Quels que soient leur niveau de civilisation et leur valeur civilisatrice car : « qui peut le plus peut le moins ».

Que les liens courts, solides et charnels d’une compagnie d’anthropophages soient empêchés ce serait une excellente nouvelle pour la civilisation. Qu’il en soit de même pour les liens d’une communauté spirituelle occidentale de haute tradition, eh bien, ce serait une perte irremplaçable, une défaite de l’esprit.

 

Mais, ordonnancement énigmatique, ce sont les anthropophages qui sont invités et encouragés à persévérer dans l’être et à conserver leurs affriolantes coutumes, alors que les occidentaux sont invités à déposer les leurs au plus vite.

Pourquoi donc cette curieuse dissimilitude dans le traitement des cultures ? Mais tout simplement parce que les anthropophages sont des hommes de main indispensables (encore indispensables) à la destruction de l’intelligence et de la civilisation occidentales. Les pauvres idiots utiles que sont les ethnologues ne semblent pas capables de comprendre que leurs chers primitifs sont appréciés et protégés par le capitalisme non pas en tant qu’ « ethnies » ou je ne sais pas trop quoi de ce genre, mais en tant qu’exécuteurs de la civilisation occidentale. Ils sont trop fascinés (ordinairement en transe) devant le primitivisme pour remarquer que le mondialisme n’accorde un délai de survie qu’aux mœurs primitives pleinement utilisables contre la race blanche et sa civilisation.

 

Les primitifs ont droit à un sursis avant la destruction définitive de leur « culture » tout simplement parce qu’ainsi, ils sont en pleine possession de leurs moyens pour détruire l’occident chrétien qui reste le gros morceau à avaler, le gros obstacle à la crétinisation mondialiste générale.

 

 Il n’est pas besoin d’être grand clerc pour prédire que les ethnologues et autres spécialistes et experts vendus au mondialisme seront récompensés de leurs hauts faits, une contribution certaine à l’assassinat du processus de civilisation et de l’intelligence humaine, par des procès de crétinisation tout à fait adaptés à leur cas.

 

 

7

 

 « Il aime les Tartares pour être dispensé d’aimer ses voisins. » J-J. Rousseau

 « Il nous dit d’aimer tout d’un pôle à l’autre pour n’aimer rien autour de lui. » A. Barruel

Ce triste schéma fait plus de ravages et de malheurs que jamais. Il faudrait en élucider totalement le mécanisme.

Ce type d’hypocrites paroxystiques est plus puissant et plus organisé qu’aucun empire ne l’a jamais été pour dissoudre les civilisations et les pays civilisés L’idéologie meurtrière de l’engouement affectif pour le lointain et, corrélativement, du rejet inique et sans appel du prochain s’avère indispensable à la destruction de l’esprit humain et est donc relayée partout. Elle est instillée par un maintien dans un état d’immaturité affective et d’irrationalisme et par un dressage, de type fascination hypnotique, à l'idolâtrie de l’exotisme et du primitivisme.

C’est une idéologie de maîtres, c’est celle de ceux qui emploient et récompensent les violateurs psychiques en charge de la destruction des nations chrétiennes.

Soulignons particulièrement le coup de l’amour du lointain et de la haine du prochain lorsque ce dernier est blanc. Il faudra décidément savoir d’où provient cette monomanie, très souvent masochiste, cette phobie définitive, cette haine prodigieuse de l’homme blanc (3).

 

 

8

 

Les littérateurs pédérastes et amateurs d’exotisme (Gide fut l’inoubliable et retors initiateur de cette race (4)) sont évidemment des militants implicites du métissage, du « brassage des cultures », du multiculturalisme (5) et ainsi de suite. Hélas, leur dérisoire philosophie du plaisir n’est que la rationalisation de leurs névroses de désoeuvrés fastueux et n’a rien à voir avec une pensée politique élaborée, évidemment.  Leur discours compte donc très exactement pour du beurre.

Les surréalistes eux furent les initiateurs de l’art cynique, apolitique, fragmentaire, et corrélativement les révélateurs de l’« art primitif », de ces choses pour brocanteurs, si pesantes, si harassantes, si plombantes !

 

 

 

 

9

 

Ce que les athées (les marxistes essentiellement) qui cherchaient sincèrement à améliorer le monde par la recherche de la justice sociale ne semblent pas avoir saisi, c’est que leur recherche s’enchâssait, se « branchait » inévitablement sur une longue tradition civilisationnelle, essentiellement, qu’ils le veuillent ou non, chrétienne. Tradition civilisationnelle constituée de doctrine, mais aussi d’habitudes (l’examen de conscience, implicite ou explicite) et d’attitudes (la charité, la mansuétude, la bénignité, la prudence). Ils n’ont pas compris qu’en contribuant peu ou prou à achever la vieille civilisation chrétienne, ils sciaient très exactement l’arbre porteur de la frêle et jeune branche sur laquelle ils étaient assis (la critique des injustices sociales) et qu’après leur inévitable chute ils allaient se retrouver face à face avec l’ennemi, plus que jamais désarmés, et contraints d’utiliser pour tenter de survivre les armes frelatées et fabriquées pour l’occasion que consentirait à lui jeter celui-ci : le juridisme, le scientisme, la culture culturelle, le primitivisme et tous les pièges répugnants auxquels ils ne cessent de se laisser prendre, sous les yeux gourmands des primitifs conviés à la curée.

Parce que les primitifs sont de retour, et en force, depuis que les susdits scient avec une application laborieuse digne de meilleures causes le tronc de l’arbre sus-évoqué.

 

 

10

 

Ajoutons ceci, qui est si rarement remarqué : non seulement les innombrables amis des primitifs contribuent avec une efficacité indéniable à détruire l’occident mais accessoirement ils interdisent définitivement l’accès de leurs chers protégés à la civilisation et les maintiennent à demeure à l’état de bouffons de l’industrie culturelle mondialiste, de  pitres acéphales. Ils sont peut-être après tout des adeptes plus ou moins inconscients du fatalisme biologique et racial. Heureusement que les amis des primitifs ne pensent pas : s’ils avaient les capacités mentales des hommes faits, comme il en existait avant 1981, ils s’apercevraient, non sans effroi, qu’ils accumulent drôlement, comiquement les injustices.

 

 

11

 

Il s’agit en dernière instance d’adapter les hommes au capitalisme mondialiste. Le blanc acéphale peut donc lui aussi trouver sa place dans cette grande foire au profit. Il s’agit peut être plus d’un « intelligencicide » que d’un « racialicide ». Les blancs acceptant de se comporter en primitifs ne sont finalement pas si exclus que cela de cette grande fête. Il ne s’agit peut être après tout que d’abdiquer des spécificités de sa race et d’oublier son intelligence raciale spécifique : on s’aperçoit que lorsqu’on est ainsi devenu un énervé réagissant correctement aux stimuli de la culture culturelle, on n’est pas mal accueilli du tout dans le monde néo-bourgeois. Converti à l’abrutissement mondialiste, un blanc rentre dans les lieux les plus prestigieux de l’Etat, de la politique. De la culture et de l’art, même ! Si, je vous assure !

Ne soyons donc pas injustes et pessimistes. Il ne s’agit peut être pas tant d’éradiquer la grand race blanche (sauf les récalcitrants, évidemment) que de la maintenir en état permanent d’abrutissement et d’hébétude.

 

 

 

12

 

On peut dire que c’est la vie entière, l’existence pleine et entière de l’homme blanc, qui est  minée, rongée, grignotée, sabotée, ruinée. A toute instant, la pensée peut être interrompue, l’intelligence peut être interdite d’exercice par les drogues sonores de l’industrie culturelle. C’est ainsi, et pas autrement qu’on est arrivé au point de crétinisation que l’on sait. Guerre d’usure, d’exténuation par les innombrables primitifs et néo-primitifs associés et qui ne laisse pas un instant de repos car l’ennemi est partout, y compris sous la forme en principe amène des femmes de race blanche, très très souvent « séduites » par les produits les plus consternants de l’industrie culturelle et donc implicitement acquises à la cause des assassins de leur civilisation.

 

13

 

Des sortes de conjurations féminines-féministes monolithiques, sans esprit et sans humour, logorrhéiques et schizoïdes, existent ainsi déjà dans le monde du droit ( !) de l’éducation, du journalisme, de l’édition. L’équipement mental est le même partout, c’est celui qui s’oppose à toute compréhension du monde et à toute production de vérité. C’est celui qui, dès qu’il est question de penser, ce qui arrive quand même parfois (presque toujours dans l’ordre du droit le plus bourgeois et le plus trivial), butte sur le monde incompris, tourne en rond longuement avant de trouver le coupable idéal : l’homme blanc qui a forgé un monde viable, tendanciellement raisonnable, celui que ces pauvres mécaniques mentales refusent parce qu’elles ont entendu un jour le tamtam et ses geignardises, produits fabriqués industriellement depuis presque un siècle déjà dans les bureaux des agents culturels des maîtres du monde. 

 

 

14

 

On sait que le grand pervers susceptible de « passer à l’acte » est très très rare. Et on doit se demander si certaines modes journalistiques autour de la pédophilie, du viol et des « agressions sexuelles » ne participent pas, inconsciemment ou consciemment, de la chasse à l’homme blanc civilisé organisée depuis trente ans en Occident.

On reconnaîtrait en tous cas ces campagnes injustes et intéressées à la hargne et à la fabrication artificielle et grossière des slogans, et surtout à la distance entre le « style » des plaintes des victimes non encore soumises au dressage anti-masculin, s’il s’en trouve, et le style « pubard-bobos », hargneux et mécanique, méchant et ricaneur, de ces campagnes.

Je dis bien ici qu’il y a souvent un viol psychique par les campagnes « contre » le viol physique, c’est bien ce que je dis !

 

Campagnes par ailleurs évidemment d’une inefficacité absolue, il suffit d’avoir un tout petit peu de culture psychiatrique pour le deviner (le violeur est, en gros, soit un laissé-pour-compte, soit un fanfaron, soit un pervers, soit encore un éconduit furibond, on ne voit pas très bien comment agir par ces campagnes de « prévention » sur ces catégories, mais on voit parfaitement bien les cibles des féministes demi-folles : figurez-vous que ce ne sont ni les pervers, ni les éconduits furibonds !).

 

 

15

 

Dans ces domaines si délicats et si complexes, l’indigence intellectuelle et spirituelle n’est pas toujours là où l’on croit l’y déceler et il faut toujours mettre à l’épreuve ces innombrables écrits de « psychologie », « psychiatrie » et ainsi de suite. Ces « spécialistes » sont parfois d’une stupéfiante indigence intellectuelle et spirituelle ! Centrés sur la personne, ils ne sont pas prédisposés à avoir une vision historique et politique du monde, d’où d’invraisemblables théories ignorant la complexité des rapports de force entre les groupes, les civilisations, les classes !

 

Les théories mécaniques, réductionnistes, scientistes ou parfois simplistes et saugrenues du fonctionnement de l’esprit foisonnent, surabondent.

 

Et ces théoriciens d’université dégénérée vont par exemple stigmatiser une fois encore les pauvres types, genre violeur rural, le pauvre type frustré, l’éternel cible des féministes et psychiatres associés, mais quasiment aduler les grands pervers du monde culturel et du cinéma, et épargner évidemment les grands manipulateurs du capitalisme mondialiste, dont ils ne soupçonnent peut être pas même l’existence  (6).

 

Nous éviterons, pour notre part, de mettre tout le monde dans le même sac.

Je me souviens d’un livre écrit par un collectif de féministes où deux ou trois malheureux provençaux du cru, auteurs d’un double viol, c’est vrai, étaient poursuivis sur quatre cents pages par la haine insensée de bourgeoises hystériques, genre avocates, les mêmes qui admirent, évidemment, les cinéastes les plus tordus et les plus faux c'est-à-dire quelques-uns des pires violateurs psychiques de cette planète.

La guillotine était une peine d’une autre tenue que le déchaînement de la fureur hystérique. C’est sans aucun doute pour cela qu’elle a été dès la victoire de l’hystérocratie aussi vite mise au rebut.

 

 

16

 

Le rapport à l’Etat et à ses appareils est extrêmement ambivalent et rien moins que clair : alors que l’Etat occupé par les grands malades drogués placés par les maîtres du monde multiplie les législations iniques et meurtrières, les résistants occidentaux continuent à prôner, explicitement et en toute candeur le « respect » des « forces de l’ordre » qui sont (c’est un peu difficile à avaler, je l’admets) qui sont donc désormais chargées de les stigmatiser, de les torturer mentalement, de les éliminer, de les éradiquer. Les juristes, les magistrats, les roussins et les argousins, les mouchards et les agents, (évidemment supervisés par des personnages d’une autre carrure mentale !), font corps pour en finir avec l’homme blanc raisonnable.

Qu’il reste quelques braves gendarmes de campagne pour maintenir l’illusion de vivre dans un pays civilisé ne change rien aux processus historiques qui s’imposent à tout observateur : la plupart des agents de l’Etat, en particulier les magistrats, sont devenus les complices de l’élimination de leurs propres compatriotes. La haine qu’ils ont développée vis à vis des blancs pauvres et leur soif de les voir souffrir semble donc primer désormais sur leur appétence pour la civilisation, la raison, la justice

Mais voilà le plus drôle : cette haine des blancs pauvres et de la civilisation, ils l’ont développée le plus souvent insidieusement, mécaniquement, à leur insu, et sans rien y comprendre du tout. Finalement, quand on y réfléchit, avec leur haine des blancs, ils sont, mentalement, un peu comme les primitifs avec leurs fétiches !

 

 

17

 

L’homme blanc est toujours, selon nos chères agitées, à tout moment et en tout lieu, un violeur potentiel, un pédophile en puissance, un auteur d’inceste virtuel. Une ordure, un salaud veillerait-il ainsi à tout moment en chaque mâle de l’espèce humaine ? En chaque mâle ? Pas vraiment. L’ancien esclave, par exemple, a été si rudement exploité qu’il a bien droit à quelques petites compensations surtout lorsqu’il a violé psychiquement (par sa « musique », évidemment) des centaines de milliers, des millions d’individus.

 

Ce qui est singulier, c’est qu’on se soit enfin avisé de ces extrêmes danger de l’homme (du mâle blanc de l’espèce humaine, je veux dire) au moment précis où le capitalisme mondialiste passe à un nouveau stade quasi hégémonique qui ne voudra plus avoir à faire avec l’intelligence, qui ne voudra plus supporter aucune critique rationnelle. Mieux : un psychiatre ayant du cran et du sens critique date l’invention du mythe de l’inceste généralisé : été 1996. Avant cette date, les pères n’étaient pas vraiment dangereux pour leurs filles.

 

Cet invraisemblable arsenal « juridique » et psychiatrique, conforté par quelques statistiques indécidables, appuyé par quelques productions bobos tordues genre bandes dessinées ou dessins de presse, permet d’avoir toujours sous la main un chef d’accusation quelconque disponible contre les derniers civilisés réfractaires à la crétinisation mondialiste, tentant encore d’user de leur intelligence et de leur raison.

 

« Tous ces beaufs blancs racistes colonialistes violeurs de petites filles » : une telle légèreté dans l'insinuation laisse entr’apercevoir le niveau de consomption mentale de nos intellectuels et de ceux qui acceptent de leur faire allégeance.

 

 

18

 

La femme non « raisonnée » est l’injustice à l’état pur, c’est hélas ainsi. C’est un fait que je constate et que je ne cherche pas à expliquer ici.

La justice est une longue et difficile conquête qui se fait contre les affinités et les affections « spontanées » et plus encore contre les affinités et les affections induites en contrebande (« artistes » geignards et pleurnicheurs, séducteurs et abuseurs de tous genres). La justice passe par l’exercice de la raison et hélas rien ne semble plus étranger à la femme non civilisée par un dogme ou du moins une morale que l’exercice de la raison.

 

Or, c’est au moment historique précis où tout montre que la femme non civilisée au sens que je viens d’indiquer est le sexe malléable par excellence, non simplement manipulable comme par jeu sensuel, mais bel et bien manipulable comme une chose (7), prêt à épouser les « idées » les plus démentielles et les plus incohérentes et par-dessus tout les plus injustes et les plus meurtrières (8) par simple effet de séduction, et le sexe manipulé à temps plein et en toutes circonstances, que les femmes se trouvent persuadées d’avoir atteint quelque chose comme la liberté.

 

Mais la liberté caractérise uniquement les hommes (au sens de membres de l’espèce humaine,

 

cette fois : la déraison féminine n’est pas une fatalité, mais le combat contre la déraison et pour la raison est une conquête difficile et non un donné) faits. Il n’y a pas de liberté immature, de liberté d’adolescents attardés, de liberté d’irresponsables professionnels (artistes, esthètes), de liberté politiquement et historiquement irresponsable, de liberté sans raison. Cette doctrine classique de la liberté que je suis contraint de rappeler ici, se trouve dans tous les manuels de philosophie publiés avant 1981.

  

 

19

 

C’est la culture culturelle, c'est-à-dire un flux permanent de sensations, d’images et d’œuvres dérisoires, courtes, compulsives et ne laissant aucun répit pour l’exercice des facultés mentales supérieures, qui assure l’essentiel de la socialisation depuis longtemps déjà.

C’est toute l’histoire de la diffusion planétaire de la culture culturelle, de l’abrutissement culturel et notamment des drogues sonores chargées de maintenir les populations anciennement civilisées en état permanent d’hébétude et d’ahurissement. 

Une socialisation de type coercitive (par la conscription militaire par exemple) ne se laisse même plus penser (9).  Il s’agit désormais de former des immatures dévirilisés et atrophiés mentalement, essentiellement par les drogues sonores distribuées par les agences culturelles du mondialisme (10).

 

Les bobos, les petits cyniques culturels urbains sont donc des idéologues de bas étage indispensables à la mise en place du mondialisme marchand. Leur métier, c’est de démoraliser, décontenancer, domestiquer, abrutir, pervertir les braves gens qui sont encore « de leur village » et non converti à la culture culturelle.

 

Et l’essentiel de leur activité, c’est la méchanceté, la moquerie et le ricanement.                                                                                                                                                                                               

Quant à l’art contemporain au sens strict, il n’est guère qu’un épiphénomène d’un processus historique plus profond et plus généralisé de destruction de l’intelligence et de la raison. Cette esthétique courte, compulsive et d’une arrogance démentielle apparaît assez tardivement dans le procès de déclension de l’Occident et semble bien plutôt confirmer une situation établie de fait qu’inaugurer un moment historique. Elle contribue cependant, à sa place, à inculquer une mentalité cynique glacée. Et à conforter le bien fondé de l’atrophie mentale et morale généralisée.

                                                                         

                                                                                                                  

20

 

Les artistes artistiques, les artistes qui ne sont que cela, et tout ce qui grouille dans la sphère esthétisante,  tout cela vit dans l’irresponsabilité et l’inconscience politiques les plus totales et tend à inculquer ce type de mentalité à l’ensemble de la population. S’il ne s’agissait pas de cela, leur cas ne mériterait guère qu’on s’y attarde. Sauf lorsqu’ils passent les bornes : esthétisation de la torture d’animaux.

Nous ne sommes pas, hélas, seuls au monde, et une société dont la mentalité dominante est le cynisme facile, la frivolité caustique et la haine du peuple non converti à l’égoïsme glacé ne peut survivre longtemps. Nous sommes entourés d’ennemis qui vont profiter très vite de cette démission politique et stratégique téléguidée.

 

 

21

 

Face à la culture culturelle compulsive, les quelques menus savoir-faire, tours de main, prières, rituels d’une petite communauté occidentale enracinée peuvent paraître tout à fait dérisoires. C’est mal voir, c’est ne pas vouloir savoir l’affinement historique, la richesse des nuances, l’effort d’élaboration que demandèrent par exemple ces formules consacrées, c’est mal voir l’épaisseur des souffrances, efforts, peines accumulées, c’est ne pas voir la patine du temps sur les choses de l’esprit.

Ce qu’un esthète néo-bourgeois quelconque accorde à n’importe quelle chose d’art subjective et compulsive, il le refusera aux choses de l’esprit.

Parce qu’elles obligent.

 

 

 

 

 

22

 

En culture culturelle, esthétisme et abrutissement sonore généralisés, un pas a été franchi vers la société idéale du super-capitalisme : aucun lieu de solidarité ne risque de naître et de croître, aucune mémoire ne collationnera l’histoire de ce temps, aucune tradition n’a une chance de s’établir et de se perpétuer, aucune intelligence digne de ce nom ne se développera au milieu de ce délire sensualiste harassant et exténuant, seule la possession d’un chien permettra de se souvenir de ce que fut la fidélité, et, faut-il le préciser, aucune âme ne s’éveillera aux choses de l’esprit.

 

 

 

 

Notes

                                                                                  

(1) 1981, évidemment. Rien dans l’histoire ne peut être comparé à cet attentat sans pareil contre l’intelligence et l’esprit.                                                                                                                                                                                        

 

(2)  Par exemple une paillardise sans méchanceté est aux antipodes du sérieux mécanique et scientiste (et désormais macabre – SIDA) d’une certaine « éducation sexuelle » et encore plus d’un certain bavardage « éthique » médical de circonstance.

La première s’inscrit dans le flot de la vie, les seconds constituent un dressage de tristes médicastres, une domestication moralisatrice et prétentieuse qui n’a rien à voir avec une morale organique historiquement et rationnellement fondée. Le médecin qui s’improvise philosophe est un danger public.

 

(3)  Si cette notion a un sens, c’est la seule véritable phobie sociale de l’histoire du XXe siècle !

 

(4)  Non, ce n’est pas de l’homophobie : « race d’ep », pédéraste en verlan, est admis, et même revendiqué, par un certain monde littéraire.

 

(5) Mais cet horrible vocabulaire moralisateur n’avait pas encore été forgé : tout se passait par allusions.

 

(6) Tel professeur de psychiatrie provincial auteur d’un traité de clinique, par ailleurs excellent, s’attarde sur le cas de pauvres laissés-pour-compte ruraux plus ou moins réduits à la zoophilie avant d’ajouter plaisamment que de telles déviations existent sans doute aussi dans certains milieux urbains et d’avouer enfin qu’il ne connaît pas très bien ces derniers !

 

(7) Essentiellement par la musique primitive.

 

(8) A long terme.

 

(9) On perçoit donc bien alors l’urgence de la lutte contre le fascisme : on ne remerciera jamais assez nos intellectuels pour l’opportunité de leurs avertissements, inlassablement et courageusement répétés, à ce sujet.

 

(10) Il est donc sans espoir aucun de prétendre défendre avec efficience le processus de civilisation sans identifier et punir, de mort, le viol psychique par les drogues sonores.

 

 

 

Site : http://jean-marielebraud.hautetfort.com/
Blog : http://pdf.bretagne.over-blog.com/
Mail : pdfbretagne@orange.fr
Tel : 06 65 61 08 62
Repost 0
5 janvier 2013 6 05 /01 /janvier /2013 08:52

http://fr.altermedia.info


« Le premier à s’en inquiéter a été Roger Holeindre ….

Lui, le fidèle d’entre les fidèles, est allé voir Le Pen et lui a vidé son sac. « Pourquoi tu t’en vas? », lui a demandé Le Pen. « Parce que ta fille à qui t’as donné le parti ne représente plus mes idées, pas plus d’ailleurs que les tiennes.

En plus, elle ne s’est en tourée que de pédés et ça ne me plaît pas. » Et « Popeye » d’ajouter: « Moi, je suis pour les quotas dans la vie et là, le quota a été dépassé puisque dans son entourage direct, il y a quinze ou vingt types homosexuels dont beaucoup sont en ménage entre eux. » Le Pen a trouvé qu’il exagérait. Alors Holeindre a sorti une feuille: « Voilà, il y en a vingt-deux. Voilà la liste. » …

Roger Holeindre n’est pas loin du compte, avec une très nette surreprésentation dans le premier cercle mariniste – où l’on trouve même un partisan du mariage homo, ce qui n’est pas le cas des autres qui, toutefois, ne prennent pas position. … C’en est aujourd’hui à tel point que, nous confiait un secrétaire départemental breton qui espère garder son poste, « pour réussir au FN, désormais, il faut être soit homosexuel, soit mégrétiste. Si on est les deux, alors là, c’est le jackpot! » Et plusieurs cadres intermédiaires comme lui de dénoncer une « hiérarchie parallèle » au sein de l’appareil qui permet de faire remonter l’information jusqu’à la « coterie » – ou à une fraction de celle-ci, puisqu’elle est, elle aussi, divisée – sans passer par la voie réglementaire.

Et de préparer les nominations et investitures selon des critères de choix fort peu politiques. Etrange évolution d’un parti dont la présidente voudrait inscrire dans la Constitution, sous l’influence de Florian Philippot, que « la République ne reconnaît aucune communauté », alors que le communautarisme gay y prospère. »

Repost 0
5 janvier 2013 6 05 /01 /janvier /2013 08:46

Chômage : année noire en Bretagne comme en France

4 janvier 2013

Chômage : année noire en Bretagne comme en France
 

François Hollande le 24 février 2012 à Florange : le temps des promesses

04/01/2013 – 14h00
RENNES (NOVOpress Breizh) – 
Fin novembre, les cinq départements bretons totalisaient 189.583 chômeurs de catégorie A, et la France métropolitaine 3.130.000.

Une situation catastrophique qui ne devrait pas s’améliorer en 2013.

 

S’agissant de la catégorie A, le nombre de demandeurs d’emploi en novembre  a légèrement baissé en Loire-Atlantique (- 0,3 %), comme dans le Finistère (-0,4%) et en Ille-et-Vilaine (-0,5%).

Par contre le chômage a crû dans les Côtes-d’Armor (+0,4%) et dans le Morbihan (+0,5%). Sur un an la progression du nombre de chômeurs de catégorie A aura été plus forte dans la région administrative Bretagne (+13,8%), qu’en France métropolitaine (+10,8%).

Au total, entre novembre 2011 et novembre 2012, ce sont 16.410 personnes de plus qui auront dû prendre le chemin des agences de Pôle emploi dans ces quatre départements.

Si l’on prend en compte les trois catégories de demandeurs d’emploi – sans emploi ou avec une activité réduite – on arrive, pour les cinq départements bretons,  au chiffre record de 310.647 inscrits.

Pour la France, si l’on prend en compte les départements d’Outre-Mer où le taux de chômage est très élevé, Pôle emploi comptabilisait, fin novembre, 3.380.000 chômeurs de catégorie A et, pour les trois catégories,  4,9 millions demandeurs d’emploi.

Du jamais vu depuis la mise en place de statistiques comparables.

Les hommes, jeunes et seniors, sont les plus touchés par le chômage : alors que le nombre des moins de 25 ans privés d’emploi a crû de 9% sur un an, le nombre des demandeurs d’emploi de plus de 50 ans a augmenté de 16% durant la même période.

On compte aujourd’hui plus de 2 millions de chômeurs de longue durée (+ de 2 ans). Si l’industrie continue de perdre des emplois, les services sont également de plus en plus touchés – plus de 50.000 postes ont disparu en France au cours de l’été 2012.

«Toutes nos forces seront tendues vers un seul but: inverser la courbe du chômage d’ici un an». Dans la présentation de ses vœux, le 31 décembre dernier, François Hollande n’a pas manqué de rappeler ses objectifs. Des objectifs qui, faute d’une remise en cause radicale de la doxa libérale mondialiste, n’ont malheureusement aucune chance d’aboutir.

Crédit photo : Benjamin Geminel via Flickr (cc)

[cc] Novopress.info, 2013. Les dépêches de Novopress sont libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine. La licence creative commons ne s'applique pas aux articles repris depuis d'autres sites [http://fr.novopress.info/]
Repost 0
5 janvier 2013 6 05 /01 /janvier /2013 08:39

 

Photo

Résistance Nationale

Nous soutenons l’action de l’institut CIVITAS

 

Vidéo : Non au mariage homo

Communiqué de CIVITAS :

Tous à Paris le 13 Janvier 13H00 Place PINEL Métro Nationale

CIVITAS

17, rue des Chasseurs

95100 Argenteuil

01.34.11.16.94

secretariat@civitas-institut.com

www.civitas-institut.com - www.francejeunessecivitas.com

Le 13 janvier, nous ferons entendre un message de vérité !

Oui, il faut manifester le 13 janvier prochain pour dire NON au « mariage » homosexuel et à l’adoption d’enfants par les duos homosexuels. Mais manifester comment ? Pour bien agir, il faut d’abord penser juste et voir loin.

J’ai déjà exprimé mon avis sur Mme Barjot et ses « dérapages » verbaux dont la répétition ne peut laisser penser qu’ils sont accidentels.

Pour autant, il reste indispensable de manifester ce jour-là dans les meilleures conditions et c’est pourquoi CIVITAS, avec l’appui de nombreux autres mouvements, vous fixe rendez-vous à 13h place Pinel dans le 13ème arrondissement (métro Nationale).

D’emblée, afin d’éviter toute interprétation erronée, je précise que nous n’avons pas été maîtres du choix de notre point de départ.

Mais je veux maintenant m’entretenir avec vous d’une vision à long terme de la bataille engagée pour défendre la Famille, le mariage et la parenté, et me baser pour cela sur les déclarations du Président de la République et de ses ministres.

A tous les Français de bon sens

Manifester contre l’homophobie ?

Lorsque les organisateurs de la « Manif pour tous » affirment que le 13 janvier, ceux qui marcheront avec eux devront aussi le faire « contre l’homophobie », reprenant à leur compte un concept inventé par le lobby homosexuel, ils commettent une faute grave dont il est important de mesurer les conséquences pour l’avenir.

En effet, il est bon de rappeler que François Hollande et son gouvernement ont dans leurs tiroirs une série d’autres projets législatifs qui devraient venir compléter celui sur l’ouverture du mariage aux personnes de même sexe et la possibilité pour eux d’adopter des enfants.

François Hollande a ainsi prévu de rétablir un dispositif public spécifique de lutte contre les « discriminations » « doté des moyens adaptés » sur le modèle de la Halde (Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l’Egalité) de sinistre mémoire.

C’est cette Halde (créée en 2005 et dissoute en 2011) qui fut à l’origine d’un méchant procès fait au député Christian Vanneste.

M. Hollande a précisé que les associations LGBT seront représentées au sein de cet outil répressif.

En outre, M. Hollande a prévu que soient ajoutés aux motifs de « discriminations » condamnables « l’identité du genre », au même titre que « l’orientation sexuelle », imposant de la sorte un affermissement du terrorisme intellectuel.

Dans le même ordre d’idées, François Hollande réclame :

- un renforcement de « la lutte contre les discriminations dans le monde professionnel (y compris dans le secteur public) » qui augure d’une nouvelle vague de « discrimination positive » à l’embauche ;

- de « faciliter l’accès au statut de demandeur d’asile » aux personnes qui se prétendraient persécutées « en raison de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre » ;

- de permettre aux porteurs du virus VIH étrangers « y compris en situation irrégulière » de bénéficier de soins « et d’un titre de séjour » ;

- de soutenir « au niveau international toutes les initiatives visant à combattre les LGBT-phobies »

Imposer aux manifestants du 13 janvier opposés à la dénaturation du mariage et de la parenté de marcher également contre l’homophobie, c’est légitimer la police de la pensée qui sera demain en charge de réprimer la libre parole de tous ceux qui s’opposent aux revendications du lobby homosexuel, y compris la théorie du gender.

C’est légitimer un processus liberticide qui, demain, forcera les esprits rebelles, d’Ivan Rioufol à Eric Zemmour, de Robert Ménard à Alain Soral, de Serge Dassault à Jacques Bompard, à se taire ou à subir les nouvelles foudres d’une justice inique.

C’est, à terme, préparer la voie de la censure aux organisations LGBT qui estiment que la Biblecontient des passages « homophobes ».

Manifester pour « l’homo-éducation » ?

Lorsque Mme Barjot reconnaît au nom de la « Manif pour tous » la revendication « d’homo-éducation », elle commet encore une faute grave, légitimant là-aussi d’autres mesures prévues par François Hollande.

Notamment, avec le ministère de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur, d’agir « sur les programmes scolaires afin de lutter contre les préjugés sexistes et homophobes » et ce « dès le plus jeune âge (primaire) ».

M. Hollande a également prévu de soutenir « l’intervention des associations LGBT en milieu scolaire et précise que « l’éducation devra faire une place aux questions de genre et d’orientation sexuelle pour changer la perception sociale de l’homosexualité ».

Par ailleurs, François Hollande annonce la mise en œuvre de « formations aux réalités des vies des personnes LGBT ». Des formations destinées aux enseignants et aux cadres scolaires, mais aussi aux juges aux affaires familiales, aux médiateurs, aux travailleurs sociaux, aux personnels de maison de retraite, aux personnels de santé, etc.

Un vrai reformatage des Français !

(Toutes les citations de François Hollande sont reprises du dossier Les 17 questions d’Homosexualité et Socialisme – les réponses de François Hollande)

Aux catholiques en particulier

Même dans les moments les plus graves, certains s’efforcent d’amener le moindre mouvement de résistance populaire à la rupture entre la Foi et lui.

Sous le couvert de tactiques stériles, on lui explique que le christianisme est « clivant ».

Mais réclamer la non-intervention de la religion dans le débat politique, c’est contribuer au développement d’un véritable athéisme social que l’on retrouve précisément chez les rédacteurs du projet de loi que l ‘on prétend combattre.

Laïcité républicaine et « mariage » homosexuel

Au lendemain de Noël, Michèle Delaunay, ministre délégué chargée des personnes âgées et de l’autonomie diffusait un tweet cathophobe : « Aujourd’hui les catholiques condamneraient la Sainte Famille : un mari qui n’était pas le père, une mère vierge… ». 

Imaginez un peu le tollé si un ministre se permettait un message offensant le judaïsme ou l’islam au lendemain d’une de leurs fêtes religieuses !

Mais c’est tout au long du mois de décembre que François Hollande et son gouvernement ont multiplié les déclarations agressives à l’égard du catholicisme.

Le 3 décembre, Cécile Duflot, ministre du logement, menaçait de réquisitionner des biens immobiliers de l’Eglise catholique.

Le 9 décembre, François Hollande annonçait la création d’un « Observatoire de la laïcité » qui devra notamment énoncer des propositions sur l’enseignement de la morale laïque à l’école ainsi que faciliter la préparation de l’inscription de la loi de 1905 dans la Constitution, et indiquait, tel un dogme, «La loi de 1905 n’est pas une loi comme les autres, qui peut être modifiée ; elle a fondé des principes immuables(…) » .

Il va falloir lui faire savoir que c’est l’institution du mariage qui est fondée sur des principes immuables, et non la loi de 1905 !

Le 11 décembre se déroulaient les « Rencontres de la laïcité » organisées par le groupe socialiste à l’Assemblée.

Trois ministres y sont intervenus. M. Vincent Peillon, ministre de l’Education, y a rappelé son intention que la morale laïque devienne une discipline à part entière dans les établissements scolaires dès la rentrée de 2014.

M. Manuel Valls, ministre de l’Intérieur, a parlé de traquer la « pathologie religieuse » (cf dépêche de l’Agence Reuters), déclarant « il est temps que le camp laïque reprenne l’étendard » et annonçant « une réorientation de la mission des préfets sur le sujet », les « conférences départementales sur la liberté religieuse » devenant les « Conférences de la laïcité ».

Enfin, Mme Christine Taubira, garde des Sceaux, a insisté sur la dimension « laïque et républicaine du mariage pour tous ».

En vérité, c’est un véritable totalitarisme laïciste que met en place François Hollande.

Et c’est ce fanatisme d’irréligion qui a pour corollaire une volonté de détruire la Famille.

Face à ce péril, c’est d’un réveil catholique dont la France a besoin.

Et il faut l’assumer sans plus tarder. « La vérité, écrivait Saint Pie X,ne veut pas de déguisement : notre drapeau doit être déployé ; c’est seulement par la loyauté et la franchise que nous pourrons faire un peu de bien, combattus, certes, par nos adversaires, mais respectés par eux, de manière à conquérir leur admiration et, peu à peu, leur retour au bien. »

Mais, objecteront certains, ne faut-il pas être habiles pour obtenir une meilleure couverture médiatique ? « Si je cherchais à plaire aux hommes, je ne serais pas serviteur du Christ », leur a déjà répondu Saint Paul (Ga 1, 10).


A la lecture de ces différents arguments, vous aurez compris les raisons pour lesquelles nous estimons nécessaire de manifester le 13 janvier prochain séparément de Mme Barjot.

Il ne s’agit pas de simple désaccord dialectique, encore moins de tirer la couverture à soi. Il ne s’agit pas non plus de confondre manifestation et procession.

Il s’agit d’avoir bien en tête les principes fondamentaux sur lesquels reposent l’action et de considérer les enjeux à long terme et dans leur globalité afin de ne pas faire inconsciemment le jeu de l’adversaire.

Le 13 janvier à 13h, place Pinel (métro Nationale) dans le XIIIème arrondissement, nous rassemblerons de nombreuxcatholiques pour la Famille, sans que cela soit signe d’exclusion.

Nous serons capables d’unir à nous, au-delà des catholiques pratiquants, quantité de Français de bon sens, sans que cela n’entraîne pour autant ni neutralité ni anonymat.

Notre addition des forces se fera sur un discours de vérité. Parce que seule la vérité rend libre.

Alain Escada,

Président de Civitas

==============================================================================================================

- Adhésion à Civitas : normale : 10 euros - militante : 30 euros - de soutien : 50 euros / Adhésion à France Jeunesse Civitas : normale : 5 euros - militante : 15 euros adhésion en ligne : j'adhère en ligne- S'abonner à la revue Civitas : 25 euros abonnement en ligne : je m'abonne en ligne (colonne de droite) achat en ligne des différents numéros de la revue : j'achète en ligne - Faire un don à Civitas. Vous êtes assujetti à l'impôt sur revenu ?

La loi vous accorde une réduction de 66% du montant de votre don (article 200 du CGI). Pour un don de 1.000 euros, la réduction d'impôt est de 660 euros et votre contribution personnelle n'est que de 340 euros.

Votre don est donc multiplié par trois ! Les dons consentis par les entreprises font l'objet d'une réduction de 60% (article 238 bis du CGI).

Nos seuls moyens financiers proviennent de votre générosité. dons en ligne : Dons en ligne(colonne de gauche)

Pour les adhésions, abonnements et dons, vous pouvez également envoyer vos chèques à Civitas - 17 rue des Chasseurs à 95100 Argenteuil

 

Des cars s'organisent à partir de nombreuses villes de province pour rejoindre Paris le 13 janvier prochain.

 

 ALSACE : Prix : 40€

Renseignements et inscriptions: 0951848670 – 0786579260

STRASBOURG (67) :  05h00 - Palais des Congrès Wacken

AQUITAINE : Prix : 35€

Renseignements et inscriptions :  05.59.62.67.29 – 06.33.48.68.54 dommen64@gmail.com

 ou secretariat@civitas-institut.com et Paypal www.francejeunessecivitas.com

DOMEZAIN (64) : 23h30 – Place du Fronton

LOURDES (65) : 21h30 - Rue Alexandre Marqui

ORTHEZ (64) :  22h40 – Péage Biron

PAU (64) : 22h15 – Péage

SAINT LON les MINES (40) : Départ : 00h30 – Station service Rond Point D33/D6

Renseignements et inscriptions: 06.50.68.90.38 – secretariat@civitas-institut.com – Paiement Paypal

BERGERAC (24) :  vers 04h00 - Place du Foirail

PERIGUEUX (24) : vers 05h00 – Eglise de la Cité

AUVERGNE : Prix : 35€

Renseignements et inscriptions : 0660860845 - stany45@gmail.com

LE PUY (43) : départ  à  préciser

Saint ETIENNE (42)

Renseignements et inscriptions secretariat@civitas-institut.com

MONTLUCON (03) : 06h30 – Parking maison de retraite 33 Rue Grand Pré – Prix : 30€

BRETAGNE : Prix : 30 € étudiant - 35€ adulte

Renseignements et inscriptions : secretariat@civitas-institut.com –Paypal


BREST (29) : vers 03h30 – Gare SNCF

GUIMGAMP (22) : vers 05h15 - sortie de la 4 voies « La Chesnay », à côté de l’entreprise ‘HELARY’

MORLAIX (29) : vers 5h45 - en bordure de la 4 voies – parking ‘GEANT’, près du garage Citroën 

SAINT BRIEUC (22) :  vers 6h00 - zone commerciale de Langueux, au niveau du ‘QUICK’

Renseignements et inscriptions : 02.96.85.04.28 ou 07.80.03.46.63

LANVALLAY (22) : 06h00 - Prieuré Ste Anne (Allée de Beauvais)


RENNES (35) :  07h45

CENTRE :  

Renseignements et inscriptions: secretariat@civitas-institut.com – Paiement Paypal

CHATEAUROUX (36) : vers 09h00 - Prix : 30€

LA  CHAPELLE d’ANGILLON (18) : 09h30

LIMOGES (87) : vers 07h00, 7 rue Guillaumain  (renseignements: 06.50.68.90.38)

TOURS (37) : Prix 20€ Renseignements : 06.19.57.03.84 – Paiement Paypal

CHAMPAGNE ARDENNES : Prix: 10€ (étudiant) - 20€ (adulte).

Renseignements et inscriptions: JC Philipot  06 34 98 49 28 - am.christianisme.et.societe@gmail.com ou A Thienpont 03.26.82.11.79

REIMS (51) :  11h du parking Carrefour Tinqueux (intersection A4// route de Soissons).

Inscriptions et Renseignements : 06.04.13.75.92 -  carnancy54@gmail.com

VITRY le FRANCOIS (51) :  Arrêt Sommesous RN4 - Prix : 25€ (étudiant) – 35€ (adulte)

LORRAINE : Prix : 20€ (étudiant) – 30€ (adulte)

Renseignements et inscriptions : 06.04.13.75.92 -  carnancy54@gmail.com

NANCY (54) :  07h30 – 65 rue du Mal Oudinot

MIDI PYRENEES :

Renseignements et inscriptions : 05.61.83.07.10 (répondeur) - f.pache@orange.fr

CAUSSADE (82) :  22h – Le Treilhou

TOULOUSE (31) : 20h15 – Gare routière Matabiau

GRAG NAGUE (31) :  21h : Gragnague

PAYS de LOIRE : Prix : 35€

Renseignements et inscriptions : 06.12.57.11.81 (morillehl@laposte.net) ou Paypal

ANGERS (49) : 09h - Aire des Portes d’Angers

THOUARCE/FAYE d’ANJOU (49) :  08h - Gastines

Renseignements et inscriptions: tbmenager@orange.fr -  06 31 08 94 44 ou Paypal

LA ROCHE SUR YON (85) :  vers 7h45 - Zone commerciale « Les Flâneries »

Renseignements et Inscriptions: secretariat@civitas-institut.com - Paypal

NANTES (44) :  09h00 -  Parc des Expositions de la Beaujoire

PICARDIE : Participation libre

Inscriptions et renseignements : 0682927503 (après 18h30) ou catherine.anglaret@wanadoo.fr

AMIENS (80) : 10h30 -  Place Longueville (cirque Jules Verne) –

POITOU-CHARENTES :

Inscriptions et renseignements : 05.49.64.80.20 (départ POITIERS)

RHONE ALPES: Prix: 35€ (paiement par chq à ordre Civitas remis à Mme Patout accepté)

Renseignements : 04.72.60.93.17 – patout.jean-francois@wanadoo.fr

LYON (69) : 07h45 – 56 rue d’Inkermann, 6ème

 

Fin du communiqué de CIVITAS


resistance-nationale@orange.fr 

Pour continuer à mener cette campagne, nous avons besoin de votre générosité financière

Repost 0
5 janvier 2013 6 05 /01 /janvier /2013 08:23

Morbihan : droit de retrait des policiers en moto

 

Leurs casques étant trop usés, les agents en deux roues du département patrouillent désormais en voiture. La préfecture invoque un retard du fournisseur.

Dans le Morbihan, la nouvelle année commence avec un droit de retrait pour les policiers patrouillant en deux roues dans le département.

En cause, le non renouvellement par l’administration de leurs casques de moto.

La durée de vie recommandée de l’objet est estimée entre trois et cinq ans selon l’intensité de son utilisation, rappelle le Télégrammequi a révélé ce mouvement de protestation des policiers dans son édition de jeudi.

Or les casques, dont ces forces de l’ordre sont équipées, ont franchi cette date limite.

Utilisés quotidiennement, ils ont été distribués entre 2007 et 2008.Ils se sont vite abimés. «Un an et demi après les avoir reçus, ils ont commencé à s’écailler. Nous l’avons signalé et on nous a répondu que cela ne nuisait pas à la sécurité», a confié au quotidien régional Dominique Le Dourmer.

Le secrétaire départemental de l’unité SGP Police (FO) estime qu’ «au regard de l’usage intensif en service que les motocyclistes de la police nationale en font, le constat est alarmant».

Depuis l’usure des casques est encore plus marquée. «Les coques deviennent cassantes et ne protègent plus en cas de choc. Les visières usées par les intempéries n’offrent plus la visibilité minimum.

À l’intérieur, les mousses se sont tassées et n’ont plus un maintien normal», s’alarme Dominique Le Dourmer. Le «casque étant la survie du pilote», «il n’est pas question pour nous de continuer à rouler dans ces conditions-là», assure-t-il.

Des milliers de motards de la police concernés

Le syndicaliste a écrit un courrier au préfet du Service général administratif de la police de la zone Ouest, au préfet du Morbihan et a discuté avec un des conseillers du ministre de l’Intérieur Manuel Valls mais à ses yeux la situation stagne. «Nous avions pourtant été faire des essais de casques à Rennes, début 2012.

Une programmation de remplacement a été faite mais elle est sans cesse retardée», déplore-t-il.Côté préfecture, on plaide un problème d’approvisionnement et on promet de nouveaux casques dans le courant de l’année. 

Interrogé sur France Info, le directeur de cabinet du préfet du Morbihan David Myard a rappelé que le marché des casques de la police concerne l’ensemble de l’Hexagone.

Les casques ayant été acheté au même moment, ils arrivent ensemble à expiration, il faut les remplacer de manière concomitante. Entre 2 500 et 3 500 motards de la police serait concernés sur le territoire dont seize des dix-neuf fonctionnaires officiant dans le Morbihan.

En attendant d’avoir une protection flambant neuve, ces policiers assurent leurs patrouilles en voiture…

Le Figaro

http://policeetrealites.wordpress.com/2013/01/04/morbihan-droit-de-retrait-des-policiers-en-moto/

Repost 0
5 janvier 2013 6 05 /01 /janvier /2013 08:11
Vendredi 4 janvier 2013

Qui dit fin d'année dit bilan.

Si celui de la France n'est pas très bon, il y a au moins une discipline dans laquelle l'Hexagone excelle : la profanation de cimetières, destruction de monuments publics à références chrétiennes et autres violences en tous genres.

 

Et là surprise le gouvernement ne dit rien et ne prend aucunes mesures et la presse "subvention oblige" adopte la posture de l'autruche.


Profanations, vandalisme et effractions dans les églises de France : 52


Janvier 3 : Coudekerque-Branche (Nord), Lille (cathédrale vandalisée par 2 musulmans condamnés à 6 mois de prison sans mandat d’arrêt), Montfermeil (église évangélique, Seine-Saint-Denis).

Février 2 : Châtillon-sur-Indre (Indre), Escaudain (Nord).

Mars 3 : Epiais (église entièrement détruite par un incendie criminel, Loir-et-Cher) ; Herblay (Val-d’Oise).

Avril 3 : Cruseilles (Haute-Savoie), Nice, Les Clouzeaux (Vendée).

Mai 6 : Cruscades (Aude), La Cacilly (Morbihan), Montmorency (Val-d’Oise), Chazey-sur-Ain (Ain), Saint-Just Saint-Rambert (Loire), Périgueux.

Juin 4 : Sézanne (Marne), Nice, Poitiers (N-D la Grande), Castels (Tarn-et-Garonne).

Juillet 6 : Crouy-sur-Cosson (Loir-et-Cher), Nice, Bord-Saint-Georges ( Creuze), Hersin-Coupigny (Pas-de-Calais), Paris (Notre-Dame), La Ravine des Calvis (La Réunion).

Août 2 : Mesvres (Saöne-et-Loire), Locmaria (Morbihan).

Septembre 4 : Chateauroux, Cormery (Indre-et-Lore), Chassion (Rhône), Bordeaux.

Octobre 13 : Toulouse (temple protestant), Nice, Soissons (2 églises), Meslay-du-Maine (Mayenne), Bignon-du-Maine (Mayenne), Chassieu (Rhône), Marseille (incendie criminel), Lyon, Marmoutier (Bas-Rhin), Carnac (Morbihan), Aurillac, Saint-Lys (Haute-Garonne).

Novembre 1 : Sanilhac (Dordogne).

Décembre 6 : Lyon, Toulon (chapelle de la base navale), Macou (Nord), Haucourt-Moulaine (Meurthe-et-Moselle), Belvès (Dordogne), La Flèche, Notre-Dame-du-Chêne (Sarthe).

 

Profanation de cimetières : 21

Février 1 : Boué (Aisne).

Avril 1 : Vichy.

Mai 1 : Canohès (Pyrennées-Orientales).

Juin 1 : Mercus-Garrabet (Arriège).

Juillet 4 : Château-Gontier (Mayenne), Saint-Gervais (Vendée), Ganac (Ariège), Ria (Pyrennées-Orientales).


Août 2 : Illkirch-Graffenstaden (Alsace), Paris (Père Lachaise).

Septembre 4 : Crévic (Meurthe-et-Moselle), Bonviller (Meurthe-et-Moselle), Cahors, Goussainville (Val-d’Oise).

Octobre 4 : Albi, Moustey (Landes), tombe d’un bienheureux (La Réunion), Royan, La Tour (Haute-Savoie).

Novembre 3 : Bages-d’Aude (Aude), Anthy-sur-Léman (Haute-Savoie), Sainte-Pazanne (Loire-Atlantique).

 

Destructions de crèches : 6

Janvier 1 : Gond-Pontouvre (Charente).

Décembre 5 : Belvès (Dordogne), Barby (Savoie), Gond-Pontouvre (Charente), Surgères (interdiction de la construction d’une crèche), Fréjus.

 

Destruction de monuments publics à références chrétiennes :

Juillet : Rigarda (Pyrennées-Orientales).

Septembre : Limoges.

Novembre : Courcelles-en-Beaujolais (croix de mission abattue, Rhône), Pérignat-lès-Sarlières (date indéterminée, chemin de croix, Puy-de-Dôme) ; demande de permis de démolition de l’église à Sainte-Gemmes d’Andigné (en bon état de conservation) demandé par la commune.

Décembre : Saint-Germain-en-Laye (ex-voto dédié à sainte Geneviève).

 

Célébrations liturgiques interrompues :

Janvier : Carcassonne, catholiques caillassés durant la messe ; Avignon (maghrébins pénètrent dans une église au cours de la messe pour insulter les fidèles en criant « on va tous vous griller ».

Mai : Carcassonne, catholiques caillassés durant la messe par de jeunes maghrébins.

Septembre 2 : Toulouse, culte orthodoxe interrompu par les « Pussy Riot » ; Dijon, messe interrompue par des jeunes maghrébins.

 

Atteintes aux personnes :

Mai : Bourg-les-Valence (un prêtre agressé).

Septembre : Aubagne (un prêtre torturé, un autre séquestré).

Novembre : campagne publique d’affichage contre un évêque.

Sans oublier les menaces de mort reçues en juin par un évêque français.

 

Atteintes aux biens :

Septembre : Bordeaux (librairie catholique).


Une constatation s’impose : ces bons résultats vont croissant et présentent un honorable palmarès en octobre bien supérieur à ce que l’on enregistre au Pakistan ou au Nigeria

source        http://www.citoyens-et-francais.fr/article-et-si-l-on-parlait-d-autre-chose-que-des-voitures-brulees-en-france-de-la-christianophobie-par-exe-114024001.html
Repost 0
5 janvier 2013 6 05 /01 /janvier /2013 08:08
Vendredi 4 janvier 2013

Depuis décembre 2011, le réseau Welcome de Nantes met en lien des demandeurs d’asile avec des particuliers ou des congrégations religieuses pour les héberger un temps déterminé.

 

Sœur Marie-Thérèse et Sœur Marie-Reine, toutes deux Sœurs de Bethléem à Nantes, entourent Aïsha, une jeune Érythréenne qui vient de recevoir son titre de séjour.

Aïsha resplendit. Cette Érythréenne de 26 ans, arrivée à Nantes il y a un an et demi, vient de recevoir son titre de séjour. Elle est la première demandeuse d’asile suivie par le réseau Welcome de Nantes à avoir décroché ce précieux sésame.

« Je me sens mieux car j’entrevois l’avenir, confie Aisha en arabe. Je vais d’abord étudier, trouver un travail puis me marier et avoir des enfants.»


Jacqueline Chatellier, retraitée nantaise de 86 ans, a déjà accueilli durant plusieurs semaines Mariam, Guinéenne de 23 ans, puis Aïsha. (…) Elle a aussi veillé à respecter une foi différente et d’autres rites, notamment avec Aïsha, très pratiquante. (…)

Chez les Sœurs de Bethléem, congrégation d’une trentaine de religieuses installées à Nantes, une à deux chambres sont réservées au réseau Welcome, tandis que cinq autres accueillent des demandeurs d’asile orientés par la Cimade ou le Samu social. (…) « L’une de nos salariées parle arabe, ce qui nous a bien aidées à communiquer », poursuit Sœur Marie-Reine, qui avoue qu’un tel accueil requiert « une certaine disponibilité », que ce soit pour accompagner Aïsha à la préfecture ou lui commander un billet de train en toute urgence pour qu’elle puisse se rendre à un rendez-vous administratif.

Sœur Marie-Reine s’est enrichie par cette ouverture à de nouvelles cultures

« Mais c’est tout à fait dans la ligne de notre engagement », ajoute Sœur Marie-Reine, enrichie par cette ouverture « à des réalités douloureuses et à de nouvelles cultures ». Aïsha salue l’accueil bienveillant offert par les religieuses : « J’ai été très touchée par leur chaleur et leur humanité. Elles ont respecté ma religion et j’ai beaucoup appris auprès d’elles. »

source       http://www.citoyens-et-francais.fr/article-a-nantes-ces-catholiques-qui-accueillent-des-migrants-113987924.html

Repost 0
5 janvier 2013 6 05 /01 /janvier /2013 07:55
Immigration-catastrophe : Merci les patrons ! Merci les partis « républicains » ! Merci les élites africaines !

3 janvier 2013

Immigration-catastrophe : Merci les patrons ! Merci les partis « républicains » ! Merci les élites africaines !
 

Merci les patrons !

Merci au patronat français qui, avec une belle constance, a fait pression sur les gouvernements successifs de la Ve République pour faire ouvrir toutes grandes les portes de l’immigration de travail puis de peuplement, sans jamais en supporter les conséquences collatérales !

Merci en particulier à tous les dirigeants de l’industrie automobile française qui ont organisé dans les années 1960 des caravanes de promotion dans les pays du Maghreb, pour recruter à bas prix une main-d’œuvre destinée à concurrencer les salariés français ainsi que leurs syndicats et à éviter aussi aux entreprises d’investir dans l’innovation.

Merci à tous les patrons qui préfèrent employer des immigrés, en situation régulière ou non, en particulier dans les métiers de la restauration, du nettoyage, du gardiennage ou dans les services à la personne et les travaux publics.

Merci au MEDEF de promouvoir la « diversité » dans les entreprises et d’expliquer que notre économie a toujours plus besoin d’immigrés.

 

Merci à tous ces patrons du CAC 40 de chanter les vertus du métissage, eux qui habitent dans les beaux quartiers sécurisés, qui se déplacent toujours en voiture avec chauffeur et dont les enfants ne font leurs études que dans des écoles privées ou à l’étranger.

Merci aussi aux syndicats de veiller scrupuleusement au respect des droits sociaux de tous les immigrés.

Merci aux partis « républicains » !

Merci à tous les partis « républicains », de droite comme de gauche, d’avoir toujours répondu avec bienveillance aux attentes du patronat depuis 50 ans. Merci aux élus locaux de faciliter la construction de mosquées qui égayent tellement nos paysages.

Merci à Georges Pompidou d’avoir fait voter la loi Pleven qui rend illégale la préférence nationale en l’assimilant à une discrimination.

Merci à Valery Giscard d’Estaing et à Jacques Chirac d’avoir ouvert la voie au regroupement familial.

Merci à François Mitterrand d’avoir dit que les immigrés étaient « chez eux chez nous » et d’avoir fait voter des textes réprimant pénalement toute critique des conséquences de l’immigration. Merci aussi à lui d’avoir installé les ligues de vertu « antiracistes » en gardiens vigilants de la bonne moralité publique, avec le concours zélé des juges.

Merci à Edouard Balladur d’avoir réformé le code de la nationalité pour faciliter son acquisition.

Merci à Nicolas Sarkozy d’avoir repris le concept de « discrimination positive » au bénéfice des personnes d’origine immigrée. Merci aussi à lui pour avoir fait de Mayotte un département comme les autres, au bénéfice de tous les migrants comoriens.

Merci à François Hollande de promettre de donner bientôt aux étrangers le droit de vote aux élections locales.

Merci aussi à François Mitterrand et à Jacques Chirac d’avoir fait adopter le Traité de Maastricht qui supprime les frontières de l’Europe et instaure le principe de libre circulation entre tous les Etats membres de l’Union européenne, au bénéfice de tous les migrants.

Merci enfin aux églises, aux ONG, aux bénévoles et aux intellectuels médiatiques, d’avoir apporté leur précieuse caution morale à la noble cause de l’immigration.

Merci les juges !

Merci à tous les juges, choisis par ces mêmes gouvernements, qu’ils siègent à la Cour européenne des droits de l’homme, au Conseil d’Etat, à la Cour de cassation et dans les juridictions de première instance, de veiller à ce que les droits humains des migrants, spécialement lorsqu’ils s’efforcent d’entrer sans autorisation sur notre territoire, soient scrupuleusement respectés.

Et merci aux associations de défense des droits des immigrés financées par le contribuable français et leurs avocats, de leur apporter tout leur concours.

Merci à l’Afrique !

Merci aussi aux pays africains, du Nord comme du Sud, de nous faire profiter de leur belle jeunesse, prolifique, sportive et souriante !

Merci aux élites africaines, qui ont souhaité hier que nous quittions leurs pays, de faire en sorte que leurs concitoyens cherchent aujourd’hui à s’installer dans le nôtre.

Merci en particulier aux gouvernements africains, bénéficiaires depuis les indépendances, soit depuis plus de 50 années maintenant, d’une aide internationale massive en vue du « développement » de leur pays, de ne toujours pas pouvoir réguler la croissance de leur population ni assurer sa sécurité ou sa prospérité, comme ont pourtant su faire les pays émergents, en particulier en Asie. Merci à eux de nous rappeler nos lourdes responsabilités de colonisateurs dans cette situation, en omettant les leurs par la même occasion.

Merci à eux qui testent pour nous toutes les formes possibles de gouvernements avec une belle constance – socialiste, marxiste, révolutionnaire, autoritaire, démocratique, libéral, tribal, islamique – pour aboutir toujours aux mêmes médiocres résultats.

Merci à ceux qui profitent de la rente pétrolière ou gazière, qu’ils n’ont pas réussi à valoriser sans l’assistance ou l’intervention des Occidentaux, mais sans jamais doter leur population de conditions stables de vie.

Merci aussi à toutes les institutions caritatives et à toutes les institutions internationales pour le développement, de nous présenter régulièrement des photos d’enfants sous-alimentés afin de nous mobiliser pour de justes causes : merci à eux d’omettre, par une pudeur bien compréhensible, de nous montrer les palais où habitent les dirigeants de ces pays ou bien les dépenses somptuaires qu’ils aiment faire au profit de leurs familles ou de leurs clans.

Merci à tous les chefs d’Etat africains qui ont tellement confiance dans l’avenir de leur pays qu’ils placent leurs modestes économies à l’étranger où ils aiment d’ailleurs prendre leur retraite.Merci à tous ces étudiants africains qui peuplent nos universités de rester chez nous, plutôt que de retourner faire profiter leur pays de leur savoir.

Merci surtout au peuple français, d’acquiescer à tout cela !

Michel Geoffroy

Source : Polémia – 31/12/2012

Image : Merci # 1 détail par Kiwifraiz, via Flickr (cc).

_________________________

Vidéo : Du regroupement familial à l’immigration choisie, l’union sacrée de la droite d’affaires et de la gauche bobo.
Avec par ordre d’apparition : Georges Marchais, Francis Bouygues, Éric Zemmour, un ouvrier français, Nicolas Domenach, François Hollande, Julien Dray.

[cc] Novopress.info, 2013. Les dépêches de Novopress sont libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine. La licence creative commons ne s'applique pas aux articles repris depuis d'autres sites [http://fr.novopress.info/]

Fin du « délit de solidarité » : les socialistes encouragent la collaboration à l’immigration de masse

3 janvier 2013

Fin du « délit de solidarité » : les socialistes encouragent la collaboration à l’immigration de masse
 

03/01/2013 – 08h00
CALAIS (NOVOpress) – 
Le « délit de solidarité » est définitivement abrogé depuis le 1er janvier.

Aider un étranger présent illégalement sur le territoire national était considéré par la loi comme un délit.

La sanction prévue : cinq ans d’emprisonnement et une amende de 30 000 euros.

Mais le précédent gouvernement avait engagé très peu d’actions dans ce sens.

La nouvelle loi prévoit désormais en faveur du clandestin l’assistance d’un avocat et abroge le délit de séjour irrégulier en France, ne retenant que celui d’entrée irrégulière.

 

Cette nouvelle mesure socialiste va donner un coup de fouet à l’immigration de masse.

Faire croire un peu plus aux immigrés que la France est un Eldorado alors que le pays est plongé dans le marasme économique et l’insécurité.

De plus, les collaborateurs de l’immigration massive favorisent les nombreux réseaux mafieux qui prospèrent de cette activité.

crédit photo : Farfahinne via Flickr (cc).

[cc] Novopress.info, 2013. Les dépêches de Novopress sont libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine. La licence creative commons ne s'applique pas aux articles repris depuis d'autres sites [http://fr.novopress.info/]

Repost 0
4 janvier 2013 5 04 /01 /janvier /2013 20:07

Secret Story – Guerre sexuelle au Front National

 | 
Roger Holeindre

Roger Holeindre

Michel Garroté, réd en chef – Roger Holeindre, ancien député, ancien conseiller régional d’Île-de-France, ancien conseiller municipal, journaliste (Paris-Match et Le Figaro magazine), écrivain (auteur d’une trentaine de livres dont le célèbre « L’Asie en marche » ; prix Asie 1980) et officier émérite (Croix de guerre des Théâtres d’opérations extérieures ; Croix de la Valeur militaire ; Médaille militaire ; et Président du Cercle National des Combattants),

Roger Holeindre donc, ce baroudeur sans complexes et plein de verve – qui a quitté le Front National en 2011 – est allé voir Jean-Marie Le Pen.

Pour lui dire, avec une liste à la main : « Ta fille à qui t’as donné le parti ne représente plus mes idées, pas plus d’ailleurs que les tiennes.

En plus, elle ne s’est entourée que de pédés et ça ne me plaît pas.

Moi, je suis pour les quotas dans la vie et là, le quota a été dépassé puisque dans son entourage direct, il y a quinze ou vingt types homosexuels dont beaucoup sont en ménage entre eux.

Voilà, il y en a vingt-deux. Voilà la liste ». Les homosexuels ont une très nette surreprésentation dans le premier cercle de Marine Le Pen où l’on trouve même un partisan du mariage homo, ce qui n’est pas le cas des autres qui, toutefois, ne prennent pas position.

Un secrétaire départemental du FN qui espère garder son poste a déclaré que « pour réussir au FN, désormais, il faut être soit homosexuel, soit mégrétiste.

Si on est les deux, alors là, c’est le jackpot ». Plusieurs cadres FN dénoncent une hiérarchie parallèle au sein de l’appareil du parti qui permet de faire remonter l’information jusqu’à la coterie, ou à une fraction de celle-ci, puisqu’elle est, elle aussi, divisée, sans passer par la voie réglementaire.

Et de préparer les nominations et les investitures selon des critères de choix fort peu politiques. Ils trouvent étrange l’évolution du parti dont la présidente,

Marine Le Pen, voudrait inscrire dans la Constitution, que « la République ne reconnaît aucune communauté », alors que le communautarisme gay y prospère.

 

De son côté, Boulevard Voltaire écrit : Mais que fout donc Marine Le Pen ? Telle est la question lancinante que se posent un nombre croissant de ses électeurs, déroutés par ses atermoiements quant à sa participation à la manif contre le mariage pour tous (ndmg – le 13 janvier), qu’ils soient issus de la vieille droite traditionnelle, pour lesquels on ne badine pas avec la famille ou des déçus de l’UMP.

 

C’est la guerre sexuelle au Front National.

Reproduction autorisée

Avec mention www.dreuz.info

Repost 0
4 janvier 2013 5 04 /01 /janvier /2013 19:21

 

COMMUNIQUE DE PRESSE DE CARL LANG

PRESIDENT DU PARTI DE LA FRANCE

 


Appel du Parti de la France à manifester le 13 janvier

 

Le gouvernement socialiste s’apprête à présenter un projet de loi qui dénature le mariage, détourne l’adoption et détruit l’institution du mariage conforme à l’ordre naturel.


En permettant l’adoption d’enfants par les couples homosexuels, il ouvre la voie à la double peine infligée aux orphelins en quête d’une nouvelle famille. Déjà privés de leurs parents naturels, les orphelins se verront de surcroît privés de la possibilité de se reconstruire avec un père et une mère d’adoption.


Cette loi infâme ouvre aussi la voie à la généralisation de la procréation médicalement assistée pour les femmes homosexuelles et au commerce des utérus reproductifs pour les hommes homosexuels. Le soit disant « droit » des homosexuels à avoir des enfants aboutit de fait au commerce et au trafic des ventres et des orphelins. La location des ventres féminins fera donc bientôt partie des valeurs de leur République.

 


Ce projet révoltant suscite à travers toute la France une naturelle et légitime révolte populaire et pacifique qui se concrétisera à nouveau le 13 janvier prochain à Paris.

 


Le Parti de la France appelle tous nos compatriotes à descendre massivement dans la rue afin de défendre l’institution naturelle de la famille célébrant l’union d’un homme et d’une femme ainsi que les droits de l’enfant à avoir un père et une mère.

 


Le Parti de la France appelle ses militants et sympathisants à se retrouver le dimanche 13 janvier à partir de 13 heures, Place Pinel à Paris 13ème(métro Nationale) et à participer aux côtés de l’Institut Civitas à la mobilisation générale.

 

Il invite tous les militants de la cause nationale à s’associer à ce salutaire élan de résistance populaire sans tenir compte des mots d’ordre de celles et de ceux qui désertent ce combat essentiel.


Tous à Paris le 13 janvier prochain !

Repost 0