Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 février 2014 5 21 /02 /février /2014 08:10

Le 20 février 2014

Tous à poil ? Manifestement, c’est maintenant ! D’où ce livre éponyme qui n’en finit plus de faire le bonheur des gazettes. Avec la maîtresse d’école en tenue d’Ève, et le flic en celle d’Adam.

Jean-François Copé, qui ne sait plus quoi faire pour se rendre intéressant, a dénoncé l’ouvrage, disponible dans nombre de bibliothèques scolaires. D’où la riposte de quatorze éditeurs et libraires du Nord-Pas-de-Calais posant à oilpé, pour « montrer leur soutien aux auteurs et aux livres injustement attaqués »,dixit Le Figaro de ce 19 février.

Dans le même temps, un collectif de potaches vient de lancer une poilante contre-offensive sur les réseaux sociaux. But de la manœuvre ? Mettre le gouvernement soutifs sur la tête pour les filles, et slips kangourou sur les chevilles pour les garçons. Organisés en collectif anonyme, ces trublions taclent sournoisement les Ch’tis en question : « C’est sympathique de se soutenir entre collègues, mais il ne faut pas être petits joueurs ; sinon, on risque le ridicule. Quand on dit à poil, c’est à poil ! Et là, c’est très décevant. Pas le moindre sein, pas la moindre verge. La preuve que la nudité, c’est une affaire intime. »

En effet, on ne saurait mieux dire. Quand les Femen tomberont la culotte, on pourra peut-être les prendre au sérieux. Au fait, ce fake Internet, qu’est-ce ? Juste un astucieux montage de membres de notre actuel gouvernement. Tous à poil, qu’on vous dit. Plutôt joli, pour Najat Vallaud-Belkacem. Moins bandulatoire pour Christiane Taubira.

L’occasion, pour le gouvernement, de faire éventuellement respecter l’autorité qui lui est due ; et de nous expliquer, au passage, pourquoi le respect de l’intimité d’un instituteur ou d’une institutrice ne pourrait s’appliquer à celle d’un ministricule. Ce qu’expliquent fort bien Claire Panette et Marc Nigau – des pseudonymes, il va de soi – aux journalistes du Figaro : « C’est un projet gratuit. Nous voulions simplement, à notre manière, rappeler par l’absurde que le respect de l’autorité, c’est important et que tout ne doit pas être désacralisé sans en mesurer parfaitement les conséquences. »

Maintenant, il ne reste plus qu’à attendre. Attendre de voir si nos ministres joueront les vierges effarouchées. Prenons les paris. Et attendons, au hasard, la réaction d’une Aurélie Filippetti. Celle qui, dans un second roman, Un homme dans la poche (Stock), écrivait : « Toi sous moi, dans une chambre volée, ta tête entre mes cuisses et ta langue glissant en moi… », la suite détaillée par le menu jusqu’à l’orgasme de la dame.

Joliment écrit. À lire d’une main. Texte qui permet aussi de comprendre un peu qui mord l’oreiller et qui est maître en quenelle.

Gag ultime, l’amoureux de l’époque de la ministresse de la Culture – le sien toujours, aux dernières nouvelles – n’est autre que Frédéric de Saint-Sernin, cousin de Dominique de Villepin, ancien du GAJ (Groupe action jeunesse), soit ce que l’extrême droite vintage des seventies fournissait de plus couillu, devenu ensuite monsieur sondages de l’Élysée, époque Jacques Chirac.

Alors, tout le monde à poil ? Pourquoi pas ? En attendant, François Hollande – roi fainéant ? – est plus nu que jamais.

Source et publication: http://www.bvoltaire.fr/nicolasgauthier/poil-le-gouvernement,51322?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=45a6ddbf08-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-45a6ddbf08-30403221

Repost 0
21 février 2014 5 21 /02 /février /2014 07:51

GESTION DES COMMUNES : LES REPROCHES DE LA COUR DES COMPTES

Alain Mathieu poursuit son analyse du rapport de la Cour des comptes, en se penchant plus précisément sur la partie relative aux finances locales.

Clarté des comptes, dépenses de personnel, intercommunalité...

Profitez des prochaines élections pour interroger vos élus sur l'emploi qu'ils font de l'argent public !

Alain Mathieu est président d’honneur de Contribuables Associés.

A lire sur le même sujet : La Cour des Comptes peut mieux faire : Analyse générale d’Alain Mathieu sur le rapport de la Cour des comptes

En 2013, la Cour des comptes a donné dans deux rapports des recommandations sur la gestion financière des collectivités territoriales, estimant en effet que «le freinage de l’évolution des dépenses locales, notamment salariales, est nécessaire».

En effet : depuis 30 ans les dépenses de fonctionnement des collectivités progressent de 1,4 % de plus par an que la hausse des prix !

Quels sont les reproches principaux de la Cour à l’égard des communes ?

A la veille des élections municipales, cette information pourra intéresser les électeurs. Ceux-ci peuvent bien entendu consulter l’Argus des communes publié par Contribuables associés. Mais les remarques de la Cour leur permettront aussi de poser aux élus sortants quelques questions pertinentes.

Le premier reproche de la Cour porte sur le manque de clarté des comptes.

«Les annexes aux documents budgétaires ne sont pas toujours correctement établies (…) et sont peu lisibles (….) La connaissance par les collectivités de leur patrimoine apparaît, le plus souvent, comme lacunaire (…), les effectifs employés pendant une année ne sont connus que deux ans et demi après la fin de l’année».

La Cour des comptes demande donc la «certification des comptes des grandes collectivités et des établissements publics de coopération intercommunale les plus importants». La Cour a pour mission de s’assurer de la fiabilité de tous les comptes. Il est donc étonnant qu’elle ne demande pas la certification annuelle des comptes de tous les organismes publics. En attendant ces certifications, les électeurs peuvent dès maintenant demander à leurs élus le détail du patrimoine de leurs communes, des cautions qu’elles ont accordées, de leurs effectifs, etc.

Celles-ci représentent plus de la moitié des dépenses de fonctionnement des communes ! La Cour signale que «les avancements d’échelon se font systématiquement à l’ancienneté minimale (sans prendre en compte la valeur professionnelle des agents, comme l’esprit de la loi le prévoit) (…), les collectivités choisissent fréquemment d’ouvrir les promotions à l’ensemble des agents susceptibles d’être promus».

Les primes sont souvent illégales, les heures supplémentaires abusives et même fictives, la durée annuelle inférieure à la durée réglementaire de 1607 heures («une remise en ordre s’impose en ce domaine»). La Cour constate « la multiplication des congés supplémentaires et des autorisations d’absence. A Béziers, une demi-journée de repos est accordée chaque semaine à tous les agents, y compris les cadres».Voilà des questions à poser aux élus. Il serait aussi souhaitable de comparer leurs dépenses de personnel à celles de communes de même importance. Trop souvent les effectifs s’accroissent d’abord dans le but d’augmenter le nombre d’électeurs favorables au maire.

Les intercommunalités avaient été créées pour que plusieurs communes mettent en commun des services ou installations dont la gestion par une seule commune ne pouvait pas être efficace : transports en commun, ramassage des ordures, station d’épuration, zone d’activité, piscine, etc. La Cour demande que cette mise en commun soit réelle, et notamment «un transfert de plein droit à l’établissement public de coopération intercommunale des agents communaux appartenant aux services concernés par un transfert de compétences».

D’après Didier Migaud, qui préside la Cour, «la rationalisation du patrimoine immobilier et des interventions économiques (subventions aux entreprises), la professionnalisation des achats courants, mais aussi la réduction de postes de dépenses tels que la publicité et les relations publiques», ou celle des «déplacements et réceptions», permettraient de substantielles économies. Il aurait aussi pu mentionner les subventions aux associations.

En matière d’investissements, la Cour recommande d’éviter les cofinancements et, avant de décider d’un gros investissement, suggère d’étudier ses frais ultérieurs de fonctionnement.
«Le besoin de clarification des compétences (…) est une condition essentielle de l’assainissement des finances publiques de la France» écrit la Cour. Mais elle ne fait malheureusement aucune proposition dans ce domaine
.

Enfin elle propose de répartir 10 % de la dotation d’intercommunalité versée par l’Etat en fonction d’un « coefficient intercommunal de mutualisation ».

Cette proposition, qui va dans le bon sens, pourrait être moins modeste : que la principale dotation de l’Etat aux collectivités territoriales, la DGF (dotation globale de fonctionnement), soit directement liée aux dépenses par habitant de chaque collectivité, la DGF étant réduite pour les plus dépensières. Une proposition de loi déposée par le député Hervé Mariton a proposé un mode de calcul à ce sujet.
Si cette proposition de loi était votée, le « nécessaire freinage des dépenses locales » demandé par la Cour serait assuré.

Les électeurs n’auraient plus autant besoin de mettre en cause le laxisme trop fréquent de leurs élus, dénoncé à juste titre par la Cour des comptes.

Source et publication: http://www.contribuables.org/2014/02/20/la-cour-des-comptes-a-beaucoup-a-dire-sur-la-gestion-des-communes/?utm_source=nl&utm_medium=email&utm_campaign=nl210214argus_palmares_regions

Repost 0
21 février 2014 5 21 /02 /février /2014 07:11

2014 : Élections, piège à abstentions / sanctions, par Raoul Fougax

Notre analyse de la quenelle municipale confirmée au PS.

Nous avons été parmi les premiers, sinon les premiers à lier indirectement l’affaire Dieudonné à l’élection municipale.

C’était un symptôme entre autres de l’élargissement du rejet du PS dans les banlieues populaire, c’est à dire aujourd’hui immigrées. Pas besoin de grands sondages pour arriver à cette conclusion.

Un peu de bon sens et d’analyse objective suffisent.

S’il y a débâcle municipale du parti socialiste, elle sera provoquée par une abstention des déçus des promesses de campagne et par un rejet sociétal communautaire.

Le PS redoute une abstention massive de ses électeurs notamment de ceux des banlieues. Maintenant, il le dit et le président s’agite.

Il multiplie les déplacements et les gestes vis-à-vis notamment des musulmans. C’est inutile.

La mémoire des combattants de 14-18 n’a rien à voir avec l’enseignement à l’école à la place de l’histoire, d’une société non diversifiée sexuellement.

On peut estimer que ce vote capital pour certaines mairies de gauche a été perdu finalement par la franco-marocaine Najat Vallaud-Belkacem.

Son féminisme exacerbé fait peur aux mamans des banlieues.

La plus populaire des ministres, Valls étant à la ramasse depuis l’affaire Dieudonné, est la plus détestée par certaines familles musulmanes. Qui l’eut dit ?

Dans les banlieues, on n’aime pas les homos et le mariage pour tous est considéré comme une preuve supplémentaire de dégénérescence de la république.

Cette politique contraire aux racines et à la tradition est imputée politiquement au parti socialiste.

Le Figaro Magazine s’intéresse à la plus populaire et controversée des ministres PS, Najat Vallaud-Belkacem (Droits des femmes).

Sous le titre «la Khmère rose», l’hebdo donne la parole au député UMP-Manif pour tous, Hervé Mariton qui met en garde contre cette«Viêt-Minh souriante» qui veut «désaliéner le peuple».

Le sociologue Jean-Pierre Le Goff en fait l’incarnation du «gauchisme culturel» qui prétend «changer les mentalités par les moyens de l’éducation».

En réaction, la ministre a souhaité que le Fig-Mag revienne à «ses sujets de prédilection» en indiquant à ses lecteurs «où acheter les meilleurs caviars». Ce qui est tout de même une réponse assez courte.

Le fait que la plus engagée des ministres du gouvernement dans la construction d’une nouvelle société coupée de ses traditions familiales soit d’origine marocaine enrage encore plus de nombreux immigrés.

Ce vote de “répulsion” des banlieues entre abstentions et sanctions est bien sur un atout pour la droite.

Une vague bleue n’est possible qu’avec l’abstention massive de la gauche. Il faut donc faire peur aux immigrés sur la politique de l’éducation du gouvernement, ce qui ne sera pas difficile.

Il faut faire peur d’un autre coté sur le vote FN. Copé s’y emploi. Il peint des mairies ayant à leur tête des incompétents, privés de subventions.

Dans certains cas ça peut marcher aussi. La stratégie de reconquête des mairies par l’UMP est donc tout sauf glorieuse.

Mais seul le résultat compte dans le système de la démocratie élective.

C’est ce qu’on se dit au PS où tout va être fait pour rassurer les familles immigrées sur l’évolution sociétale de la France qui doit respecter toutes les sensibilités et pas seulement celles de Najat et de tous ses amis, moins nombreux cependant qu’ils ne le pensent.

Raoul Fougax

Source : Metamag.

Source et Publié le 20 février 2014 - Modifié le 20 février 2014 http://fr.novopress.info/157052/2014-elections-piege-abstentionssanctions-raoul-fougax/

Repost 0
21 février 2014 5 21 /02 /février /2014 06:53

La Bretagne Orange Mécanique »

Braquages, drogues et agressions à Lorient, Pleudihen et à Rennes

Publié par : redacbzhinfo 22 janvier 2014 dans La Bretagne Orange Mécanique 4 commentaires

22-01-2014 – 09H00 Lorient – Rennes (Breizh-info.com) – Le mercredi 15 janvier, le Carrefour City du boulevard Léon-Blum a été braqué par deux individus encagoulés. Après avoir menacés les employés avec un pistolet semi-automatique notamment, les malfrats ont dérobé 6000€. Deux hommes, suspectés d’être les auteurs du braquage, ont été interpellés en début de semaine par les policiers de Lorient.

A Lorient toujours, trois individus, Mostefa Bouameur, 44 ans, Ahmed Krim, 34 ans, Abdelhak Belkhelfa, 48 ans ont été condamnés à respectivement 4 ans, 2 ans et 6 mois de prison ferme pour trafic de drogue organisé entre Lorient et le Maroc. Plusieurs dizaines de kilos de cannabis avaient été saisis en 2009, dans la voiture d’une femme, l’ex-compagne d’un des prévenus. Elle serait, par ailleurs, menacée par ces derniers. Elle se trouve actuellement incarcérée en Espagne, où elle purge une peine de quatre années de prison.

A Rennes, un homme de type africain, âgé de 20 ans et résidant dans le quartier « sensible » du Blosne, passait en comparution immédiate hier devant le tribunal .

Il est soupçonné d’avoir agressé violemment 5 personnes, entre décembre et janvier, afin de leur dérober leur carte bleue.

Armé, ivre, il avait cassé la mâchoire d’une auxiliaire de puéricultrice et brisé le poignet d’un autre individu lors de ces méfaits. Il encourt 10 ans de réclusion pour violences volontaires avec arme.

Il était déjà connu des services de police de l’Oise, département qu’il avait quitté il y a deux ans pour venir s’installer en Bretagne.

A Pleudihen (22), c’est la boulangerie qui a été victime d’un braquage par un homme muni d’une arme de poing, qui a menacé la gérante avant de partir avec la recette de la journée.


[cc] Breizh-info.com, 2013, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

Lorient. Prison ferme pour deux trafiquants de drogue africains

Lorient. Prison ferme pour deux trafiquants de drogue africains

Publié par : redacbzhinfo 20 février 2014 dans La Bretagne Orange Mécanique Laisser un commentaire

20/02/2014 – 16H00 Lorient (Breizh-info.com) – Mohamed Ben Diomande, 32 ans, et Christian Djapite Kohe, 35 ans, ont été condamné hier par le tribunal de Lorient à respectivement quinze mois et cinq années de prison ferme.

Originaires de la région parisienne, ils avaient été interpellés en décembre dernier avec plus de 200g de cocaïne qu’ils tentaient de diffuser dans le quartier « sensible » de Keryado à Lorient.

Multirécidivistes – le premier en est à sa septième condamnation, le second à sa onzième – les deux individus, qui se sont connus en prison, ont été maintenus en détention afin de purger leur peine.

Le tribunal n’a pas prononcé d’interdiction de séjour dans le département.

Les arrestations de trafiquants de drogue se multiplient en Bretagne ces dernières semaines :310g d’héroïne et 12 kg de cannabis ont en effet été saisis à Brest en début de semaine dans le quartier là encore « sensible » de Pontanézen.


Le rapprochement de la région d’avec les grandes métropoles françaises, d’où viennent très fréquemment les dealers « issus des quartiers sensibles », n’est pas étranger à l’importance prise aujourd’hui par un trafic qui touche de plus en plus la jeunesse.

COMMENTAIRE

miab3

27 janvier 2014 at 12 h 59 min

Pour une fois l’origine de ces enfoirés est dévoilée , bravo . Vérifiable sur internet : Pour 10% de la population , 85% de la population carcérale + les milliers de multirécidivistes maintenus volontairement en liberté + plus d’un million par quinquennat + les clandestins + les Roms et tous les autres des pays de l’Est au fur et à mesure de l’ouverture des frontières et bientôt la Turquie ?

L’UMPS fait sciemment sombrer la France ; à tous ceux qui ont reconduit alternativement la droite et la gauche … et il y en a encore , ne vous plaignez pas , subissez et payez


[cc] Breizh-info.com, 2014, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

Repost 0
21 février 2014 5 21 /02 /février /2014 06:46

jeudi, 20 février 2014

Ukraine : BHL encore plus rigolo que Dieudo ?

Nicolas Gauthier

Boulevard voltaire cliquez ici

À moins d’habiter sur Vénus, il n’aura échappé à personne que l’Ukraine se trouve aujourd’hui dans l’œil du cyclone. Entre USA vieillissants et Russie renaissante.

Avec, en son Ouest, une population catholique tournée vers l’Europe ; et en son Est, un peuple orthodoxe lié à la Russie, laquelle considère, non sans raison, que cette même Ukraine fait figure de berceau de la Rodina, la « patrie ».

Pour plus de précisions, se rapporter à BHL LE CLOW l’entretien que Pierre-Alexandre Bouclay, fin connaisseur de la région, a bien voulu nous accorder.

Ce qui, au début, n’avait été que simples manifestations est en train de dégénérer. Près ou plus d’une vingtaine de morts, nous disent les médias.

Morts au rang desquels il s’agit aussi de compter certains policiers. Comme quoi tout n’est pas si simple. Qu’il n’y a pas gentils démocrates avides d’Europe d’un côté, et pro-Russes bornés de l’autre.

Car si les seconds savent jouer de la matraque, les premiers ne se battent pas non plus avec des pistolets à bouchon. Et que ce qui pouvait, au début des événements, ressembler à de banals débordements mal contrôlés pourrait bien dégénérer en début de guerre civile.

En de telles circonstances, la prudence devrait être de mise et les instances internationales pousser plus à la concertation qu’à l’affrontement.

Et c’est là, fatalement, que Bernard-Henri Lévy intervient. Lui qui dit le vrai et le faux, le bon et le bien, le beau et le laid.

Lui qui a entraîné la Libye dans la tourmente, s’apprêtant à faire de même en Syrie – avant que ses ardeurs guerrières ne soient réfrénées par le pragmatisme anglo-saxon –, est en train de jouer les va-t-en-guerre en Ukraine.

Sur son blog, laregledujeu.org, le voilà qui, après avoir apporté un soutien à des manifestants ukrainiens qui, pourtant, ne lui demandaient rien, exhorte les nations européennes à suspendre leur participation aux Jeux olympiques d’hiver de Sotchi : « Les Jeux s’achèvent dans quelques jours. Il reste peu, très peu de temps pour cesser de se prêter à ce qui, plus que jamais, ressemble à une lugubre mascarade. Il reste peu, très peu d’heures, pour sauver au moins l’honneur et ne pas rentrer au pays auréolé d’une gloire qui aura le parfum de la compromission et du remords.

Faisons, en quittant Sotchi ou en boycottant, à tout le moins, la cérémonie de clôture, que les XXIIe Jeux olympiques d’hiver ne restent pas, dans l’Histoire, comme les Jeux de la honte et de la défaite de l’Europe. »

Fort bien, sachant que ni le ridicule et encore moins le lyrisme de préau d’école de sous-préfecture, façon maire de Champignac dans les aventures de Spirou et Fantasio, n’auront, à cette date, jamais tué personne. Sotchi 2014 comme Berlin 1936, donc. Éternelle réduction ad Hitlerum et point Godwin allant avec.

À force de nous faire rire, BHL devrait être remboursé par la Sécu, tant il parvient, involontairement peut-être, à nous faire oublier la morosité ambiante. Un article de BHL ?

Encore plus rigolo qu’un spectacle de Dieudo. Lequel a pourtant mis la barre très haut… Ce mec est décidément un régal quotidien.

Pauvres Ukrainiens. Ils n’avaient pourtant pas besoin de ça.

10:30 Publié dans Revue de presse

Repost 0
20 février 2014 4 20 /02 /février /2014 09:50

C' EST TOUJOURS D' ACTUALITÉ !!!

Rassemblons la Droite nationale sur ses valeurs et organisons l’Alliance des Patriotes.


Lettre ouverte de Carl LANG aux militants nationaux :

Rassemblons la Droite nationale sur ses valeurs et organisons l’Alliance des Patriotes.

La droite nationale française, riche de ses personnalités et sensibilités, vit un des tournants de son histoire avec le départ de Jean-Marie Le Pen de la présidence du Front national.

Le vieux modèle du parti unique autour d’une seule personnalité disposant des pleins pouvoirs avait douloureusement montré ses limites au moment de la rupture avec les partisans de Bruno Mégret, ainsi qu’avec les anciens et récents départs forcés, les exclusions et les suspensions d’un très grand nombre de cadres et militants comme Jacques Peyrat, Jacques Bompard, Bernard Antony, Marie-France Stirbois et tant d’autres...

Ce modèle est aujourd’hui totalement archaïque, inadapté aux réalités humaines et à l’évolution de la société française ainsi qu’aux nécessités politiques du futur.

Les modes de fonctionnement à établir d’une nouvelle droite nationale unie et conquérante doivent tourner le dos à ceux du siècle dernier.

Dorénavant, chaque militant de la cause nationale doit être respecté et associé pleinement et réellement aux décisions et aux projets, en privilégiant l’organisation décentralisée, locale et régionale et l’enracinement électoral.

Tout sacrifier au mythe d’une victoire à l’élection présidentielle est une illusion destructrice.

Dans l’expression actuelle de la légitime résistance nationale, nous voyons émerger une multitude de remarquables initiatives individuelles ou collectives, culturelles, médiatiques ou politiques.

Ces démarches qui sont souvent locales ou régionales procèdent toutes d’une même volonté de défense de nos identités et de nos valeurs.

Elles démontrent la capacité d’une partie du peuple français à refuser le déclin historique, la soumission culturelle, l’abandon de nos valeurs et de nos droits ainsi que la colonisation étrangère.

C’est cette synthèse identitaire de nos traditions, cultures et héritages, locaux, provinciaux, nationaux et européens qui doit pouvoir s’exprimer et se réaliser politiquement. Il faut que chacun prenne conscience que c’est par la coopération de toutes nos initiatives que s’organiseront les succès de demain.


Il est par ailleurs clair que face au véritable défi de civilisation imposé par la colonisation migratoire et l’islamisme révolutionnaire, l’affirmation de notre héritage historique, de notre identité française, de nos racines chrétiennes et de nos valeurs spirituelles sont un socle puissant et salvateur de convictions, de liberté et d’actions en faveur de nos compatriotes.

Si notre pays a un corps physique et géographique et un esprit culturel et politique, notre rôle est aussi de préserver et de défendre en priorité l’âme de la France.

N’oublions pas que notre identité nationale est la communion, naturelle, historique, culturelle et spirituelle entre le peuple français et la terre de France.

Une France sans âme ne serait plus rien d’autre qu’une pitoyable et dérisoire République citoyenne et laïque.

Comme il est dangereux et affligeant d’entendre aujourd’hui, de la part de personnages qui prétendent obtenir une part de la droite nationale en héritage, proférer des discours jacobins, laïcistes et républicains.

Cette pensée obtuse, archaïque et ringarde mène de toute évidence aux idéologies sectaires et aux cultures de mort.


Nous devons aussi, en réponse au déclin économique et social réaffirmer notre attachement aux notions de libertés économiques, de promotion de l’initiative privée, de refus du collectivisme, de promotion de la propriété individuelle et du modèle familial traditionnel.

C’est sur la base d’un Etat véritablement national, d’une politique économique protectrice, d’une politique sociale et familiale réservée exclusivement aux Français que nous pourrons offrir une voie alternative au libéral-mondialisme, au socialo-mondialisme et au pouvoir totalitaire du cartel bancaire et de la finance mondiale.

La résistance sur nos valeurs, le renouveau et l’adaptation de notre projet national aux défis du siècle et la volonté de rassemblement, par une alliance politique et électorale des mouvements nationaux, constituent les vecteurs essentiels de la reconquête et de la libération nationales.

Quoi qu’il advienne, Le Parti de la France, s’imposera, en 2014 et en 2015 , comme un véritable mode de résistance en remplissant sa mission de défense du peuple français et des intérêts de la France.

Il le fera en ouvrant grand ses portes à tous les militants de la droite nationale soucieux de la survie de la France française.

Carl LANG

Le Parti de la France / Bretagne est en forte progression en nombre d' adhérents ! le renfort de quelques cadres ( anciens Responsables Départementaux ) issus de l' ancien FN historique en sont la preuve !

Nombreux sont les responsables et militants issus de cette mouvance ( FN/Extrême Droite ) ont été écartés et rejoignent le Parti de la France .

le Parti Socialiste au pouvoir est en pleine déliquescence et apparaît de plus en plus, à tort ou à raison, incapable de gérer une situation économique et sociale qu'il n'a pas anticipée .

Le Parti de la France ne pourra plus se contenter de défendre ses positions européennes ( rétablissement des frontières, protectionnisme intelligent), d'affirmer qu'il faut combattre l'immigration clandestine, lutter efficacement contre l'islamisme radical, diminuer le train de vie de l'Etat.

Il va devoir, dans la perspective des élections régionales et cantonales de 2015 et surtout des échéances électorales de 2017, étoffer notre programme, élargir la base militante, agrandir le cercle de ses responsables nationaux, convaincre les partenaires potentiels ( Droites Patriotes ) d'accepter d'être nos compagnons de route.

Il lui faudra encore présenter une ligne véritable et claire en matière de politique étrangère.

Les responsables régionaux et les Délégué Départementaux vont devoir s'investir !

Bref, il nous reste beaucoup à faire pour être une alternative de gouvernement.

Certains de nos adversaires, prisonniers des schémas politiciens imaginent que le PARTI DE LA FRANCE doit devoir choisir entre la tendance "droitière" et "extrême-droitière" pour aller plus loin dans la conquête du pouvoir.

On peut penser que cette analyse est dépassée par l'évolution de notre mouvance.

Il ne se passe pas de jour sans que les observateurs objectifs ne notent que les thèmes qui pourraient rappeler ceux de l'extrême-droite sont plus écoutées ! que ce soit sur l' immigration, le chômage, l' économie et la préférence nationale et européenne !

Le Parti de la France est à un moment décisif de son évolution.

S'il parvient à franchir victorieusement les obstacles qui vont se dresser devant lui , l'avenir de la France peut lui appartenir.

Certains le craignent, d'autres l'espèrent.

N’hésitez plus, rejoignez nous !

Jean-Marie Lebraud

Site : http://jean-marielebraud.hautetfort.com/

Blog : http://pdf.bretagne.over-blog.com/

Mail : pdfbretagne@orange.fr

Tel : 06 65 61 08 62

Repost 0
20 février 2014 4 20 /02 /février /2014 09:40
Le PIB européen augmente !
Merci aux prostituées et aux drogués.

19 février 2014

Cynisme absolu.

Dernière décision en date, totalement ubuesque, de la Commission anti-Européenne : les pays de la zone euro devront maintenant prendre en compte dans les calculs de PIB des revenus issus du trafic de drogue et de la prostitution, même dans les pays où ces revenus sont illégaux !

La raison invoquée est de traiter tous les pays selon les mêmes règles statistiques.

Mais en faisant le lien avec la décision de l’administration fiscale qui réclamait les impôts sur les revenus de la drogue à un délinquant condamné en novembre 2013, on peut douter que ce soit la seule raison…

Maintenant, vous saurez d’où vient la croissance la prochaine fois que vous en entendrez parler.

Sources : Mediapart,

http://www.contre-info.com/le-pib-europeen-augmente-merci-aux-prostituees-et-aux-drogues

Repost 0
20 février 2014 4 20 /02 /février /2014 09:00

Les ABCD de la fumisterie

Les dirigeants de la république française, en plus de démanteler le tissu naturel chrétien et français, mentent effrontément.

C'est là un retour de flamme des mobilisations des dernières semaines.

Le gouvernement, et plus généralement le système des partis, craint le peuple de France bien élevé car il reste irréductible. Irréductible aux schémas partisans traditionnels et surtout à la pensée unique.

Alors, des victoires sont remportées, qui sont honteusement récupérées par les félons de l'UMP.

Anatole France disait que la république « gouverne mal, mais se défend bien ». Plutôt que de retomber dans une bataille rangée, le gouvernement botte en touche et nie en bloc, au risque du ridicule.

On entend des ministres proclamer que la théorie du genre n'existe pas, et que PMA et GPA ne sont pas au programme gouvernemental. Les exemples les plus criants viennent de Vincent Peillon et Najat Vallaud-Belkacem.

Si les ministres avouent le plus souvent leur affinité personnelle pour telle ou telle réforme, ils ont peur de nous et déçoivent tout un chacun. Ils nous déçoivent nous, car nous réclamons l'abrogation rétroactive de la loi Taubira que l'on attend toujours, et ils déçoivent leurs partisans qui sont contraints à attendre que le vent tourne.

Quelle frustration pour un pauvre couple de lesbiennes militantes de devoir attendre que le contexte politique change pour accéder au droit à l'enfant. La télévision produira d'ailleurs certainement un reportage émouvant sur le sujet pour que les mentalités soient « prêtes ».

Nul besoin d'étayer l'existence de la théorie du genre par les multiples preuves facilement accessibles sur internet.

Pour terminer, la parole est donc au porte-parole du gouvernement de la république dite française :

« La théorie du genre, qui explique «l'identité sexuelle» des individus autant par le contexte socio-culturel que par la biologie, a pour vertu d'aborder la question des inadmissibles inégalités persistantes entre les hommes et les femmes ou encore de l'homosexualité, et de faire œuvre de pédagogie sur ces sujets. »

Julien Ferréol

http://www.vexilla-galliae.fr/actualites/social-et-economie/703-les-abcd-de-la-fumisterie

Repost 0
20 février 2014 4 20 /02 /février /2014 08:52

Entretien avec Alain de

Benoist

Le 20 février 2014

Entretien réalisé par Nicolas Gauthier.

La dernière Manif pour tous, à laquelle on peut ajouter le mouvement des bonnets rouges et le Jour de colère, ont vu défiler ensemble des gens qui n’avaient pas forcément vocation à se côtoyer. Que nous dit ce voisinage inattendu ?

Il y a beaucoup de mécontents en France, et il est bon que ce mécontentement s’exprime. Je ne vois rien de choquant, bien au contraire, à ce que les manifestations auxquelles vous faites allusion regroupent des gens qui ont des motivations ou des opinions différentes, parfois même opposées. C’est la règle dans toutes les manifestations de masse dirigées contre un pouvoir en place. Voyez ce qui se passe en Tunisie, en Égypte, en Syrie ou en Ukraine. Le prix à payer pour ce caractère hétéroclite, c’est qu’il ne peut y avoir, derrière, aucun projet politique cohérent. Cela dit, il ne faut pas tout mélanger. Les bonnets rouges sont une jacquerie des temps modernes, tandis que les « défenseurs de la famille » veulent empêcher la loi civile de contredire ce qu’ils considèrent comme la « loi naturelle ». Quant au Jour de colère, il exprimait surtout la voix de la « France périphérique », aujourd’hui dévalorisée et marginalisée par la « France métropolitaine », pour reprendre la distinction capitale faite par Christophe Guilluy (Fractures françaises) entre les « minoritaires intégrés »(dans les nouvelles logiques économiques) et les laissés-pour-compte de la mondialisation.

François Hollande a décidé de remettre sa loi sur la famille aux calendes grecques. Cela peut-il apaiser la situation ?

C’est très peu probable, dans la mesure où le gouvernement ne vise pas à imposer une politique, mais une anthropologie. Nos dirigeants veulent créer un« homme nouveau », vieille idée théorisée par saint Paul (Col. 3,10 ; Eph. 4,24) à laquelle ils donnent une portée inédite. De L’Internationale, qui est un beau chant, ils n’ont retenu qu’une phrase : « Du passé faisons table rase ! » Ce ne sont pas là des paroles en l’air. Il s’agit de persuader que les millénaires qui nous précèdent n’ont été qu’une suite d’erreurs ou de crimes, que le passé n’a rien à nous dire, qu’on ne doit jamais tenir compte de ce qui est en amont de nous, d’un déjà-là qui nous permette de prolonger ce qui nous a précédés. La philosophie des Lumières considérait déjà l’homme à la naissance comme unetabula rasa, une cire vierge exclusivement façonnée par l’éducation et le milieu. La tradition n’était perçue que comme contrainte irrationnelle et superstition. Les théoriciens du progrès, qui prétendaient créer les conditions de l’autonomie humaine, ont simplement substitué l’hétéronomie par le futur à l’hétéronomie par le passé. Pour les idéologues au pouvoir, il s’agit plus que jamais de faire croire qu’il est possible de se créer soi-même à partir de rien. Le rupturalisme va de pair avec le fantasme d’auto-engendrement.

Prenons l’exemple de Vincent Peillon. Il faut lire le livre qu’il a consacré à la Révolution française. À une époque où il n’y a plus grand monde pour la regarder comme un « bloc », il écrit : « La Révolution française est l’irruption dans le temps de quelque chose qui n’appartient pas au temps, c’est un commencement absolu […] 1789, l’année sans pareille, est celle de l’engendrement par un brusque saut de l’histoire d’un homme nouveau […] La révolution implique l’oubli total de ce qui précède la Révolution. Et donc l’école a un rôle fondamental, puisque l’école doit dépouiller l’enfant de toutes ses attaches pré-républicaines. » (La Révolution française n’est pas terminée, Seuil, 2008). C’est à ce « rôle fondamental » que se référait le même Peillon, devenu ministre, lorsqu’il déclarait se fixer pour but « d’arracher l’élève à tous les déterminismes, familial, ethnique, social, intellectuel, pour après faire un choix » (Journal du Dimanche, 2 septembre 2012).

Le grand bond en avant devrait donc se faire au détriment du passé ?

C’est pour cela que ce passé doit être rendu muet : pour qu’on puisse « faire un choix » à partir de rien. Certains parents s’étonnent que leurs enfants n’apprennent plus l’histoire à l’école. Je les trouve bien naïfs. Ils n’ont pas encore compris que l’objectif n’est plus d’apprendre, mais de désapprendre. Et du même coup de délégitimer des siècles de littérature, d’art ou de philosophie désormais considérés comme un immense réservoir de « stéréotypes ».« L’enseignement de l’ignorance », disait très justement Jean-Claude Michéa.

Dans le même temps, nos dirigeants clament à qui mieux mieux que « la théorie du genre n’existe pas », et qu’il n’est donc pas question de l’introduire à l’école. Vous prenez cela au sérieux ? Si la théorie du genre n’était qu’un mythe, on ne voit pas pourquoi tous les documents officiels publiés depuis quinze ans par les organisations internationales ne parlent plus jamais de « sexe », mais seulement de « genre ». Vincent Peillon assure qu’il n’est pas question d’enseigner la théorie du genre, mais seulement de « lutter contre les stéréotypes ». Le problème est que ces stéréotypes ne peuvent être considérés comme tels que si l’on a déjà fait sien le principal postulat de la théorie du genre, à savoir que les comportements masculins ou féminins sont sans rapport avec le sexe biologique.

Les directeurs d’établissements scolaires ont ainsi récemment reçu des « outils pédagogiques » liés à un dispositif dit « ABCD de l’égalité ». Ils méritent eux aussi d’être lus. L’un de ces « outils » explique doctement, à propos de la« danse scolaire du Petit Chaperon rouge » (sic), que les filles devront être incitées à jouer le loup, tandis que le rôle du Petit Chaperon rouge sera attribué aux garçons, « la lutte contre les stéréotypes passant d’abord par la mixité des rôles loup-Chaperon ». Ces mots sont révélateurs.

Avec l’ambition affichée de « mixer les rôles », on est en pleine théorie du genre.

Source : http://www.bvoltaire.fr/alaindebenoist/avec-vincent-peillon-lobjectif-nest-plus-dapprendre-de-desapprendre,50420?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=0b422a66e3-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-0b422a66e3-30403221

Repost 0
20 février 2014 4 20 /02 /février /2014 08:41

Conseil des ministres franco-allemand : une taxe Tobin "avant les élections européennes" ?

Le Point.fr - Publié le 19/02/2014 à 16:21 - Modifié le 20/02/2014 à 06:34

François Hollande et Angela Merkel ont promis de présenter un projet de taxe, mais sans donner de détails concrets, au grand dam des ONG.

À la une du Point.fr

François Hollande et Angela Merkel ont promis mercredi de présenter un projet de taxe sur les transactions financières avant les élections européennes, mais sans donner de détails concrets, se voyant reprocher par les ONG de céder au "matraquage" des lobbies.

Le président français a indiqué à l'issue d'un conseil des ministres franco-allemand que la France et l'Allemagne avaient "la volonté d'aboutir avant les élections européennes", quitte à s'entendre sur une taxe "imparfaite". "Je préfère une taxe imparfaite à pas de taxe du tout", a-t-il affirmé.

La chancelière Angela Merkel a fait valoir qu'une telle taxe serait "un signal important", qui "montrerait que les acteurs financiers ont une responsabilité", lors d'une conférence de presse commune à l'Élysée. "Ce n'est pas rien" de fixer l'échéance avant les élections européennes, a-t-elle estimé, assurant que les travaux avançaient "à un rythme soutenu". "Si les choses bougent, certains pays pourraient perdre leurs réticences", a-t-elle insisté.

Mais si les deux dirigeants sont restés évasifs sur les détails, côté français, on affirme que des avancées importantes ont été faites "en souterrain".

Le ministre français de l'Économie, Pierre Moscovici, "a convaincu son homologue allemand d'accepter le principe d'une taxation large de tous les produits dérivés", a indiqué une source proche du ministère de l'Économie.

Taxation des produits dérivés

C'était le point le plus épineux des négociations entre les deux pays. La taxation des produits dérivés, actifs complexes pouvant jouer un rôle amplificateur lors de crises financières est un marché très important pour la banque allemande Deutsche Bank et la française BNP Paribas.

Les lobbies des secteurs financiers des deux pays mènent une campagne virulente contre cette taxe, illustrée par de récentes sorties du gouverneur de la Banque de France Christian Noyer, selon qui elle nuirait à l'octroi de crédits et provoquerait une fuite de capitaux et d'activités bancaires.

Ces promesses ont en revanche laissé sur leur faim les organisations non gouvernementales, qui attendaient des avancées concrètes.

"La France et l'Allemagne prouvent qu'elles n'arrivent toujours pas à mettre leurs intérêts nationaux de côté pour proposer une taxe progressiste et servant l'intérêt général", assène Friederike Röder, directrice de ONE France. "On attendait un leadership et on ressort avec un communiqué qui n'en comporte aucune trace", s'indigne Alexandre Naulot, spécialiste de la question chez Oxfam France, pour qui la France "cède face au matraquage" des lobbies et s'achemine "vers une taxe a minima".

Il regrette aussi l'absence de précisions sur l'affectation des recettes à la lutte contre la pauvreté, le sida ou le changement climatique, conformément à des promesses de campagne de François Hollande.

Paris et Berlin planchent depuis des mois sur une taxe sur les transactions financières (TTF ou "taxe Tobin") qui concernerait d'abord onze pays de l'Union européenne, soit ce que l'on appelle une "coopération renforcée", de manière à contourner les réticences britanniques.

L'objectif est de lever des fonds et de décourager la spéculation, tout en s'affranchissant des initiatives de la Commission européenne, qui propose elle-même une taxe, jugée bien trop agressive dans les deux pays.

Tentative de report

Vendredi dernier, les organisations patronales des onze pays concernés avaient rejoint le mouvement, demandant dans un courrier commun aux responsables politiques européens et nationaux de "reporter toute décision" sur la taxe.

Les arguments font en partie mouche en France, où le ministère de l'Économie tente de convaincre les grandes banques d'entrer au capital du groupe gérant la Bourse de Paris, Euronext, de manière à le verrouiller face aux investisseurs étrangers. Mais ces discussions patinent, suscitant un certain agacement côté gouvernemental.

En Allemagne, le ministre des Finances Wolfgang Schäuble s'est longtemps fait tirer l'oreille pour rejoindre ce projet de TTF.

Mais il doit désormais composer avec le parti social-démocrate, qui vient d'entrer au gouvernement de Angela Merkel, et qui s'affiche comme un grand partisan de ce prélèvement.

source et publication : http://www.lepoint.fr/monde/conseil-des-ministres-franco-allemand-une-taxe-sur-les-transactions-avant-les-elections-europeennes-19-02-2014-1793834_24.php#xtor=EPR-6-[Newsletter-Matinale]-20140220

Conseil des ministres franco-allemand : une taxe Tobin "avant les élections européennes" ?

Le Point.fr - Publié le 19/02/2014 à 16:21 - Modifié le 20/02/2014 à 06:34

François Hollande et Angela Merkel ont promis de présenter un projet de taxe, mais sans donner de détails concrets, au grand dam des ONG.

Repost 0