Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 février 2014 7 23 /02 /février /2014 09:48

Marie Anne Haas est déléguée du Parti de la France en Bretagne .

Où en est le Parti de la France dans le Finistère ?

Que fera-t-il pour les municipales ?

Quels sont les enjeux du parti pour 2014 ?

1) , vous êtes délégué Départemental du Parti de la France , depuis combien de temps le parti est-il implanté dans la région ?

Il faut tout d’abord rappeler que le Parti de la France a été crée en février 2009 par Carl LANG et plusieurs cadres « historiques » du Front national en rupture totale avec les orientations nouvelles de Marine Le Pen.

Il apparait d’ailleurs aux yeux d’un nombre grandissant de militants et d’électeurs patriotes que ces nouvelles orientations constituent une véritable trahison des idées jadis portées par le courant national.

Après avoir quitté le FN ! j’ai adhéré au PdF avec comme principal objectif de dynamiser le mouvement et de constituer – puis de mener – une liste de rassemblement et d’union nationale à QUIMPER pour les Municipales ! ».

Aujourd’hui, nous ne pouvons pas encore parler véritablement d’implantation du PdF en BRETAGNE mais d’une simple représentation car nous manquons encore de moyens (principalement financiers) pour avoir une action politique véritablement efficace à l’échelle de toute la région.

Nous avons toutefois pu ouvrir un blog régional PDF/BRETAGNE qui nous permet d’occuper utilement l’important espace du net et de palier ainsi au manque d’accès criant à la presse locale.

2) Dernièrement, on a pu apercevoir des affiches de votre dernière campagne dans QUIMPER, était-ce pour apporter une meilleure visibilité à votre parti et dire : on est présent ?

L’action militante a été organisée avait pour principal objectif de manifester effectivement notre présence aux nombreux électeurs patriotes et nationalistes qui sont aujourd’hui déboussolés par les nouveaux discours du néo-FN.

Les électeurs, qui ont toujours eu pour habitude de se complaire à tort dans un certain confort électoraliste, doivent désormais comprendre que ce « FN-RBM » n’est pas une fin en soi et que le véritable combat contre le système et pour la défense de notre nation se fait dorénavant avec le Parti de la France et ses alliés.

3) Pour en revenir à la visibilité, on remarque que QUIMPER est très ancré à gauche et en général on entend très peu le FN dans les débats publiques régionaux.

Selon vous à quoi est due cette relative absence de la droite nationale dans la région ?

N’étant plus membre de ce parti, je ne peux répondre à la place des principaux intéressés.

Cependant, lorsque j’étais membre du FN, j’ai toujours eu à déplorer le manque d’implantation locale du parti qui est pourtant nécessaire et indispensable avant toute conquête du pouvoir.

Le problème – qui demeure – de ce parti (FN) est qu’il a toujours fait en sorte que les candidats (dont beaucoup ne sont que des prête-noms) soient quasi systématiquement effacés au profit d’une étiquette et d’un nom…

Aussi, pouvons-nous nous interroger sur leurs réelles motivations !

Malheureusement, ce mode de fonctionnement a fini par lasser bon nombre de militants sincères à qui aucune confiance ni aucune considération n’ont jamais été accordées, ou si peu.

4) Y' a-t-il une exaspération des Français face à l’islamisation que vous dénoncez dans votre dernière campagne nationale ?

La classe politique locale de s’indigner à nouveau alors que nous nous désespérons de les entendre en faire de même lorsque des tombes chrétiennes sont renversées ou que des églises sont vandalisées, brûlées ou encore souillées par les militantes gauchistes « Femen » qui y commettent de graves offenses, comme il y a encore quelques temps au Vatican.

Lors d’un dernier communiqué de presse passé (comme tant d’autres) sous silence, j’ai rappelé à toutes celles et tous ceux qui sont avant tout exaspérés et souvent victimes des conséquences de l’islamisation galopante que seuls les actes militants d’ordre politique peuvent être compris et encouragés par nos concitoyens qui sont de plus en plus nombreux à ouvrir les yeux.

Contrairement à Madame Le Pen, agissant dans le cadre de la bataille de civilisation qui va nécessairement se dérouler au cours de ce XXIème siècle, et afin de défendre le droit du peuple Français à rester lui-même et à refuser la colonisation migratoire et islamique, le Parti de la France a effectivement décidé de lancer une première campagne de sensibilisation et d’information sur les menaces liées à l’islamisation accélérée de notre pays.

Le document qui est diffusé aura pour principal objectif d’éclairer nos concitoyens sur le réel contenu du Coran au travers de la publication de plusieurs de ses Sourates qui – en toute impunité – rabaissent la femme et appellent ni plus ni moins qu’à l’intolérance à l’égard des autres religions, si ce n’est au meurtre.

5) Pour les municipales, le parti compte-t-il présenter des candidats que ce soit sur une liste PDF ou sur une autre liste dans la région ?

Pour cette échéance locale, nous avons souscrit à un principe clair : agir dans le cadre et l’esprit de rassemblement de la droite nationale au premier tour (même si le FN-RBM est opposé à ce principe) et dans l’optique de faire battre la gauche au second tour.

Nous avons donc appelé tous les électeurs sensibles aux principes qui sont les nôtres, à rester mobilisés pour cette élection, quelque soit le cas de figure qu’ils rencontrent dans leur commune.

Je rappelle à cet effet que les élections municipales sont avant tout des élections locales et non nationales.

Ainsi, nous avons encouragé nos sympathisants et militants à s’associer à des listes d’intérêt local ou à mener des listes comme je le ferai moi-même à QUIMPER .

Aujourd’hui, puisque les listes ne sont pas encore officiellement déposées, il est encore un peu tôt pour se prononcer officiellement sur les candidatures que nous soutiendrons, ou pas.

Enfin, il convient de rappeler que notre visibilité politique sera en tout état de cause réduite car nous ne serons pas en mesure de financer seuls des campagnes dans les grandes ou moyennes agglomérations de la région.

6) Vous-même, vous vous présentez à QUIMPER . Les gens sont-ils réceptifs à votre message ? Êtes-vous confiant pour les élections ?

Je garde surtout à l’esprit que cette élection est avant tout locale et ce, même si la gauche se retrouve divisée .

Aujourd’hui, nombre de QUIMPEROIS sont persuadés de l’utilité de ma présence au sein du Conseil municipal car je m’efforce de garder un regard uniquement local dans cette commune qui – selon moi – n’a plus à souffrir de la politisation outrancière que mène la gauche depuis des décennies.

Par ailleurs, j’ignore encore si les administrés auront finalement la volonté de confier la gestion de notre commune à un candidat qui n’a encore jamais été élu…

Peut-être souhaiteront-ils attendre de juger de la qualité de mon travail en tant que conseillère municipal ?

7) Quels sont les défis du PDF en BRETAGNE pour 2014 ?

A défaut de gagner les élections à QUIMPER dans le cadre d’une liste non politisée, le premier d’entre eux sera de parvenir à entrer dans le plus grand nombre de conseils municipaux possibles afin d’engager utilement le nécessaire travail d’implantation locale qui n’a jamais été sérieusement engagé par le FN jusque-là.

Le second (et non des moindres) sera de trouver les fonds nécessaires (environ 200 000 €) pour permettre la constitution d’une liste aux prochaines élections européennes de juin dans le grand-ouest !

Toutes les personnes qui souhaitent nous y aider peuvent adresser leur don par chèque à Myriam BAECKEROOT, mandataire financier du PdF,

6 Allée des Templiers à 78860 Saint-Nom-La-Bretèche.

Enfin, il nous faudra parvenir à convaincre nos concitoyens de nous rejoindre pour mener le véritable combat pour la défense de l’identité française et contre le danger de plus en plus grandissant de la colonisation migratoire et de l’islamisation de notre société.

Principes qui ont été abandonnés parmi tant d’autres par Madame Le Pen et ses nouveaux amis qui n’hésitent plus à parler en direction des « patriotes musulmans »…

Tout un (nouveau) programme !

Blog : http://pdf.bretagne.over-blog.com/

Mail : pdfbretagne@orange.f

tél 06 63 42 66 16

Repost 0
23 février 2014 7 23 /02 /février /2014 09:41

Et comme disait Lénine:

Camarade, si tu avais deux maisons, tu en donnerais une à la révolution ?

- Oui ! Répond le camarade

- Et si tu avais deux voitures de luxe, tu en donnerais une à la révolution ?

- Oui ! Répond de nouveau le camarade.

- Et si tu avais un million sur ton compte en banque, tu en donnerais la moitié à la révolution?

- Bien sur que je le donnerais ! Répond le fier camarade.

- Et si tu avais deux poules, tu en donnerais une à la révolution?

- Non ! Répond le camarade.

- Mais .... pourquoi tu donnerais une maison si tu en avais deux, une voiture si tu en avais deux, 500 000 si tu avais un million........et que tu ne donnerais pas une poule si tu en avais deux ?

- Mais parce que les poules, je les ai !!!!

Moralité :

"Il est toujours facile d'être socialiste avec la propriété, le travail et l'argent des autres !

Merci Chantal F.

Repost 0
22 février 2014 6 22 /02 /février /2014 17:26

Hospitalisation en chambre individuelle ! (Nouveau projet de loi)

Nous sommes dans un pays où il est préférable d'être assisté que de travailler pour 1300 euros !!! ou retraité(es) pour beaucoup même pas 1000 euros

Projet de loi concernant les conditions des hospitalisations en chambres particulières :
> > Un forfait journalier de 45 euros sera facturé aux patients désirant obtenir une chambre individuelle. Pourquoi pas ?
> > Le confort a un prix, décision qui me parai
t logique.



SAUF QUE :
En seront exonérés les bénéficiaires de la CMU et de l'assistance médicale d’état (AME)
dont bénéficient tous les étrangers qui viennent en France se faire soi
gner !

Je n'y croyais pas, mais il existe bien une médecine à 2 vitesses...


Les Français, laborieux, silencieux, honnêtes, imposables à souhait... devront se contenter de salles communes.


Les fainéants, les chômeurs volontaires, les étrangers, les immigrés, les menteurs (auteurs de fausses déclarations, et ils sont nombreux), pourront bénéficier de chambre individuelle, aux frais de ceux qui croulent sous les impôts, dont la CSG et le RDS.

Et la taxe CMU qui est payée par ceux qui paient une cotisation de mutuelle


Nathalie MOUGEOT
Responsable Accessibilité-Sécur
ité

Service du Logement et du droit des Sols.

nathalie.mougeot@ardennes..gouv.fr

Tél : 03 51 16 51 61 Port : 06 77 57 01 14 Fax : 03 24 37 51 17

Repost 0
22 février 2014 6 22 /02 /février /2014 13:20

« Collaborateur au journal Je suis partout en compagnie de Lucien Rebatet et de Robert Brasillach, Pierre-Antoine Cousteau (PAC) dirigera ce journal jusqu’en 1944.
C'est un « ultra de la Collaboration
».


Libéré en 1954, après neuf ans de bagne,il est accueilli à l’hebdomadaire Rivarol.
Au lendemain de sa mort de (1906-1958), le journal Le Monde écrivait
:


« Fidèle à ses idées, à ses amitiés, à son passé,
il avait conservé tout son talent de polémiste.
»

(propos sélectionnés par Fabrice Dutilleul)

Comment Pierre-Antoine Cousteau (PAC) a-t-il appris sa condamnation à mort ?

« Le 23 novembre 1946, un grand monsieur glabre, revêtu d’une ravissante robe rouge agrémentée de lapin blanc m’annonça assez sèchement que j’étais condamné à mort.

C’était déplaisant, mais c’était sérieux. Très sérieux. Je ne connais rien de plus sérieux que des canons de fusil convenablement orientés.

Cinq mois plus tard, un petit monsieur glabre – mais sans robe, celui-là – vint m’informer dans ma cellule que, tout bien réfléchi, la République ferait l’économie de ses douze balles et que ma peine était commuée en travaux forcés à perpétuité.

C’était plaisant. Mais ça n’était pas sérieux. Plus sérieux du tout. Avec cette « grâce », on retombait lourdement dans les fariboles.

Le langage de mes tourmenteurs avait cessé d’être plausible. Je pouvais croire à la réalité du peloton d’exécution. Je ne pouvais pas croire à ma « perpétuité » : à moins d’endosser la bure à un âge très avancé, on finit bien par sortir du bagne. »

PAC a donc été épargné par l’épuration sauvage de 1944-45

« À la minute même où le petit monsieur m’annonça que j’allais vivre (et finir ma vie au bagne, mais cela c’était tout à fait incroyable), je compris que, dans mon cas du moins, l’épuration était ratée.

Dès cette minute, il était clair que, dès ma levée d’écrou, je récidiverais. Non point – je me hâte de le dire – par ressentiment : cette longue détention m’a plutôt flatté qu’aigri.

Et point, non plus, dans l’espoir tout à fait utopique de dissiper les ténèbres contemporaines. Simplement parce que je suis ainsi fait qu’à la longue j’en arrive à ne plus pouvoir supporter d’entendre rabâcher que la terre est plate et que j’éprouve l’irrésistible besoin d’affirmer qu’elle est ronde. »

PAC n’est pas devenu démocrate pour autant…

« C’est cela, la démocratie : le rabâchaqe tenace d’un copieux assortiment de contre-vérités. C’est de cela que la France s’alimente depuis près de deux siècles.

C’est de cela qu’elle a fini par se pénétrer à force d’entendre les pontifes présenter comme des évidences ce que rejetterait le simple bon sens d’un gamin de dix ans ou d’un « bon » sauvage.

Des contre-vérités de base – celles des immortels principes – découlent au surplus, tout naturellement, d’autres contre-vérités circonstancielles que leur actualité rend encore moins comestibles, mais qu’il faut avaler en vrac avec tout le reste.

Car les mythomanes ne font pas le détail.

Du même souffle, ils nous assènent que les triangles ont quatre angles, que De Gaulle est intelligent, que les hommes sont naturellement bons, que Paris s’est libéré tout seul, que les Russes protègent la Hongrie, que les Boches ont la tête carrée, qu’un cannibale vaut bien un Breton, que le parlement est une auguste institution, que les Anglais sont nos amis, que la gué-guerre de 39 était indispensable et qu’une majorité d’imbéciles a toujours raison.

Les éditions Déterna ont réédités les 3 principaux livres de Pierre-Antoine Cousteau dans lacollection « En ce temps-là », dirigée par Marc Laudelout.

En ce temps-là…, 224 pages, 23 euros.

Publié un an après sa disparition prématurée, contient, outre ses souvenirs de journaliste, son journal de condamné à mort. Un document rare, réédité pour la première fois avec, en guise de préface, ce poignant « Testament et tombeau de Pierre-Antoine Cousteau » dû à son compagnon d’infortune, Lucien Rebatet.

Mines de rien, 138 pages, 21 euros.

Il y a des mystifications qui aboutissent à des apothéoses, dans les hymnes, les drapeaux, les processions, les défilés, les discours, etc. C’est de ces « plaisanteries » que Pierre-Antoine Cousteau, nous entretient ici…

Après le déluge, 350 pages, 31 euros.

Libéré en 1954, après neuf ans de bagne, P.-A. Cousteau est accueilli par René Malliavin à Rivarol qu’il a fondé après les Écrits de Paris, en 1950. La prose est plus apaisée, mais, dégagée d’un combat plus immédiat, l’esprit ruisselle, sans la moindre amertume.

BON DE COMMANDE

à renvoyer à : Francephi diffusion - Boite 37 - 16 bis rue d’Odessa - 75014 Paris - Tél. 09 52 95 13 34 - Fax. 09 57 95 13 34 – Mél. diffusion@francephi.com

Commande par internet (paiement 100 % sécurisé par paypal ou carte bancaire) sur notre sitewww.francephi.com.

Je souhaite commander :

… ex de En ce temps-là… (23 euros)

… ex de Mines de rien (21 euros)

… ex de Après le déluge (31 euros)

Autres livres sur la collaboration et l'épuration :

… ex de Feuilles de Fresnes 1944-1948 de Xavier Vallat (26 euros)

… ex de Des Rescapés de l’Épuration : Marcel Déat et Georges Albertini de Roland Gaucher et Philippe Randa (45 euros)

… ex de La Tragédie de l’Épu ra tion de Philippe Saint-Germain (25 euros)

… ex de Les Prisons de l’Épuration de Jean Mazé (31 euros)

… ex de Lettre ouverte à messieurs les présidents des Cours de Justice de Servus Juris (18 euros)

… ex de Faux résistants et vrais coquins d’André Figueras (29 euros)

… ex d’Origine et déviations du Gaullisme de Lucien Galimand (25 euros)

… ex de L’ordre de la Francisque et la Révolution Nationale présenté par Philippe Randa (25 euros)

Frais postaux France et Union européenne : 5 euros (1 livre)/6 euros (2 livres)/7 euros (3 livres ou plus)

Autres destinations : 10 euros (1 livre)/15 euros (2 livres)/20 euros (3 livres ou plus)

Règlement à l’ordre de Francephi par chèque, carte bancaire, virement bancaire ou par paypal.

Nom : ..............………................

Prénom : ..............…................

Adresse : ..............….....................................

..............…............................................................

..............…..............................…...........................

..............…..............................…..............................….

Code Postal : .............………........

Ville : .............………........

Téléphone : .............….…………….………........……

Adresse internet : .............………...............……

Règlement par carte bancaire

téléphone (obligatoire pour règlement par carte bancaire) : ……

CB… Visa… MasterCard… (autres)… : ......................

numéro /__/__/__/__/ /__/__/__/__/ /__/__/__/__/ /__/__/__/__/

Expire le : /__/__/__/__/ 3 Nos code sécurité : /__/__/__/

Repost 0
22 février 2014 6 22 /02 /février /2014 12:49

Ancien chef d’état-major (1991-1993) puis commandant (1997-1999) de la brigade franco-allemande et attaché de défense près l'ambassade de France à Berlin, le général de division (2S) Alain LEFEVRE exprime non seulement sa déception de la dissolution annoncée du 110ème R.I., mais également le sens profond de cette décision, telle qu'elle est ressentie par beaucoup de l'autre côté du Rhin.

Cette décision n’a évidemment pas été prise à la légère .Les considérations budgétaires ont sans doute été déterminantes et je veux croire, aussi, que les conséquences opérationnelles et politiques ont été sérieusement analysées. Je crains, par contre, que la dimension sentimentale et affective ait été délibérément « oubliée ».

Il est vrai qu’elle n’est pas quantifiable ; elle n’en est pas moins essentielle.

En Allemagne, elle est portée par des hommes et des femmes qui aiment profondément la France et ne s’en cachent pas.

Quand j'ai pris le commandement de la brigade, la prise d'armes fut suivie de l'inévitable " troisième mi-temps" au cours de laquelle on encense le partant et encourage l'arrivant. Dans un coin de la salle (ou peut-être était-ce une tente ?), un couple d'Allemands se faisait très discret.

Quand tout fut terminé, alors que je me retrouvais enfin seul avec ma femme et une poignée d'amis, ils sont venus vers moi et, les larmes aux yeux, m'ont offert une miche de pain en signe de paix et de bienvenue. Quel émouvant symbole!

En évoquant ce lointain souvenir, je pense aussi au docteur Everke, maire de Donauschingen, qui considérait le 110 comme " son" régiment et l'associait à tous les événements marquants de sa ville. Je pense au prince Von Fürstenberg, offrant au club des lieutenants du 110 une barrique de 50 litres de bière et tout le matériel (en porcelaine) permettant de la tirer.

Je pense à monsieur Mahler, maire d'Immendingen, qui avait tout fait à son modeste niveau pour que les hommes et les femmes du 3e Régiment de Hussards soient " wie zu Hause" dans sa ville.

Je pense à mon ami Hans-Peter Sänger, maire de Müllheim, qui s'est battu pour avoir l'honneur d'accueillir la BFA dans sa ville et qui rêvait d'une école où élèves français et allemands seraient assis côte à côte...

Je pense à tous ces amis qui m'ont fait part de leur déception et de leur tristesse.

Autant de témoignages d’amitié, parmi beaucoup d’autres, qu’il faut resituer dans le cadre d’une relation franco-allemande difficile à appréhender dans toute sa richesse et dont la complexité s’exprime assez singulièrement dans un geste et par un mot.

Ce mot, c’est « die Versöhnung ».

Comme souvent lorsqu’il s’agit du vocabulaire allemand relatif aux « choses de l’esprit et de la pensée » (ein Volk Denker und Dichter), nous n’avons pas d’équivalent en français. Aussi la traduction que nous en faisons n’est-elle qu’approximative voire, parfois, erronée. C’est ainsi que nous traduisons die Versöhnung par « la réconciliation ».

En France, ce n’est qu’à travers son sacrement éponyme- notamment dans le culte catholique- que la réconciliation prend un sens religieux.

En Allemagne, au contraire, c’est le sens religieux qui s’impose, tel qu’on le retrouve chez nous dans « expiation » ou dans « propitiation » (acception théologique).

L’expiation est une notion indissociable de la faute et de la culpabilité. Elle renvoie à une époque - relativement récente – où prévalait encore une sorte de raisonnement holistique assimilant (souvent à juste titre) le système nazi et ses crimes à l’ensemble de l’Allemagne, considérée dés lors comme la grande coupable de la guerre. Les Allemands étaient donc coupables, les seuls coupables.

Au point que le nom d’Allemand fut longtemps honni et, même, maudit, un peu partout en Europe et dans le monde. Pour une nation aussi orgueilleuse, c’était intolérable.

Ce bref rappel historique permet de mieux comprendre le retentissement qu’a pu avoir, de l’autre côté du Rhin, l’image du président François Mitterrand et du chancelier Helmut Kohl se donnant la main à Verdun. Devant les croix blanches du cimetière de Douaumont, ce geste spectaculaire et symbolique avait un caractère sacré. Au-delà d’une simple réconciliation entre deux peuples, il levait la malédiction qui frappait l’un d’entre eux et lui ouvrait le chemin de l’expiation.

La création de la BFA s’inscrit dans la filiation directe de ce geste. Elle est à la fois l’expression la plus aboutie de la « Versöhnung » et son parachèvement dans un domaine particulièrement sensible, parce que régalien : La Défense.

C’est ce qu’avait compris et voulu signifier le boulanger qui, à Müllheim, m’avait offert une miche de pain. Tout un symbole, là aussi.

Malheureusement, ce n’est pas ainsi que les Français ont perçu cette Grande Unité binationale, unique au monde. Beaucoup n’ont voulu y voir qu’un « gadget politique » ou une « expérience hasardeuse ». Peut-être se sont-ils réjouis de cette dissolution et de la maladroite flèche du Parthe semant insidieusement le doute sur la valeur du 110, « remplacé par un nouveau régiment aux capacités d’action supérieures », selon les propres termes du ministre français.

Certes, ce n’est pas encore la fin de la brigade franco-allemande. Mais, faisant suite au transfert en France du 3ème régiment de Hussards, la disparition du 110ème RI sonne le glas d’un de ses concepts fondateurs : la garnison mixte.

Qu’on le veuille ou non, en dépit des obstacles liés à une cohabitation parfois difficile, Immendingen et Donaueschingen étaient - je l’affirme avec force et conviction – les creusets d’une amitié vécue au quotidien et d’une relation franco-allemande singulière, exceptionnelle par sa dimension affective et sentimentale.

C’est cette dimension qui risque de disparaître avec le 110.

Du côté français, même si on donne l’impression « de préférer, à la défense de l’Europe, la petite comptabilité réduite à l’arithmétique électorale », on garde au moins la satisfaction d’avoir sauvé une garnison française.

Du côté allemand, la déception et l’amertume l’emportent sur la colère. Par la voix du ministre de la défense, « on regrette, simplement et sobrement, la fin d’une unité qui a contribué durant de longues années et avec succès à l’amitié franco-allemande ».

En clair : un lamentable et consternant gâchis.

Merci Jean-Claude G.

Repost 0
22 février 2014 6 22 /02 /février /2014 10:25

Richard Christmann https://www.facebook.com/?ref=tn_tnmn

Un "grand homme" va entrer au Panthéon... avec d'autres personnes, authentiquement résistantes.

Ce "grand homme" avait pour nom Jean Zay... Il avait peut-être quelques mérites, à part celui d'avoir appartenu au gouvernement de Léon Blum issu du Front Populaire (qui votera plus tard les pleins pouvoirs au maréchal Pétain), mais, si l'on veut savoir quel était son état d'esprit à propos du drapeau français, il suffit de relire le poème qu'il avait commis pour l'évoquer

Un "grand Français", très respectueux du sacrifice de ces quinze cent mille morts, pas de doute...

Encore une belle maladresse de la part de notre normal 1er Élyséen !

Le Drapeau

Ils sont quinze cent mille qui sont morts pour cette saloperie-là
Quinze cent mille dans mon pays, quinze millions dans tous les pays.
Quinze cent mille morts, mon Dieu !
Quinze cent mille hommes morts pour cette saloperie tricolore...
Quinze cent mille morts dont chacun avait une mère, une maîtresse,
Des enfants, une maison, une vie, un espoir, un coeur...
Qu'est-ce que c'est que cette loque pour laquelle ils sont morts ?
Quinze cent mille morts, mon Dieu !
Quinze cent mille morts pour cette saloperie.
Quinze cent mille éventrés, déchiquetés,
Anéantis dans le fumier d'un champ de bataille,
Quinze cent mille que nous n'entendrons plus JAMAIS,
que leurs amours ne reverront plus JAMAIS.
Quinze cent mille pourris dans quelque cimetière
Sans planches et sans prières...
Est-ce que vous ne voyez pas comme ils étaient beaux, résolus, heureux
De vivre, comme leurs regards brillaient, comme leurs femmes les aimaient ?
Ils ne sont plus que de la pourriture...
Pour cette immonde petite guenille !
Terrible morceau de drap coulé à ta hampe, je te hais férocement,
Oui, je te hais dans l'âme, je te hais pour toutes les misères que tu représentes
Pour le sang frais, le sang humain aux odeurs âpres qui gicle sous tes plis
Je te hais au nom des squelettes... Ils étaient quinze cent mille
Je te hais pour tous ceux qui te saluent,
Je te hais à cause des peigne-culs, des couillons, des putains,
Qui traînent dans la boue leur chapeau devant ton ombre,
Je hais en toi toute la vieille oppression séculaire, le dieu bestial,
Le défi aux hommes que nous ne savons pas être.
Je hais tes sales couleurs, le rouge de leur sang, le sang bleu que tu voles au ciel,
Le blanc livide de tes remords.
Laisse-moi, ignoble symbole, pleurer tout seul, pleurer à grands coups
Les quinze cent mille jeunes hommes qui sont morts.
Et n'oublie pas, malgré tes généraux, ton fer do
ré et tes victoires,
Que tu es pour moi de la race vile des torche-culs.

Extrait de Les Respects. 6 mars 1924

Les Anciens Combattants apprécierons !

Repost 0
22 février 2014 6 22 /02 /février /2014 10:20

-Une femme de 61 ans est décédée samedi dans la salle d’attente des urgences de l’hôpital Cochin, à Paris, six heures après son arrivée, sans avoir été prise en charge.

Elle souffrait d’une plaie au pied, mais est décédée d’un arrêt cardiaque ; son corps n’a été découvert que le soir, par l’équipe de nuit

COMMENTAIRES

  • Alde Vinci

    Non Je ne crois pas non plus. Pourtant je suis en admiration "et un client assidu de la gente hospitalière" devant le dévouement de tout le personnel hospitalier.

    Mais vraiment tout le personnel sans distinction de grade, depuis la femme de chambre en passant pas les aides soignants, infirmières et médecins jusqu' au professeurs

  • Coco Brignoles

    il faut dire aussi que certains viennent aux urgences pour pas grand chose (petits bobos ) il y a des spècialistes si vous voyez à qui je pense..., chez nous il y a la maison médicalisée pour ce genre de bobos et ouverte justement pour ca, mais voila , là, il faut payer de suite et après evidement vous êtes remboursé.

    Il faudrait faire un tri et diriger les petits bobos systématiquement vers la maison médicalisée, cela degorgerait les urgences pour les problèmes beaucoup plus sèrieux, mais bon ces personnes là deviennent vite agressives et je comprends aussi les personnels des urgences, c'est pas facile à gérer..

Repost 0
22 février 2014 6 22 /02 /février /2014 09:55

Le 22 février 2014

Kiev : clap de fin ?

Sûrement pas ! Clap d’accalmie, peut-être…

À l’heure où ces lignes sont écrites (vendredi après-midi), l’opposition vient d’accepter les propositions du président Ianoukovitch, soit une élection présidentielle anticipée, une réforme constitutionnelle et la formation d’un gouvernement d’union nationale… La face est sauve pour les deux camps… peut-être.

À défaut de gagnant, pas de perdant, soit le minimum diplomatique qu’on pouvait espérer pour empêcher, espère-t-on, d’autres victimes (75 morts durant les trois derniers jour, dont beaucoup de jeunes).

On verra dans les heures qui suivent si la « tendance » est bien à l’apaisement. Ou pas.

L’évolution des commentaires dans les médias et le monde politique n’en est pas moins étonnante…

Alors qu’il y a peu encore, la plupart d’entre eux fustigeaient le président russe Vladimir Poutine en l’accusant d’être le grand manipulateur de son homologue Ianoukovitch, encensaient les manifestants forcément bons, gentils et courageux et se lamentaient de l’absence de réaction de l’Union européenne (le summum aura été la une grotesque de Libération de ce vendredi : « Ukraine : trahis par l’Europe » avec gros plan sur le cadavre d’un jeune homme), les discours ont lentement évolué… presque à 180° !

Tout d’abord sur les violences. La police du régime n’est plus seule à ouvrir le feu : les braves manifestants aussi, au point qu’on hésite à trop affirmer qui tire en premier et qui riposte : « Si l’on pousse l’audace jusqu’à s’informer auprès d’agences de presse non occidentales, les doutes se renforcent.

On découvre, par exemple, que la police a saisi des armes dans un train à destination de Kiev, que des policiers sont tués par balles ou que le gouvernement conseille aux habitants de rester chez eux en raison de la présence d’éléments violents surarmés qui cherchent manifestement l’affrontement insurrectionnel dans les rues ».

Concernant les centaines de milliers de manifestants à Kiev, force a été de reconnaître qu’ils sont issus de très nombreux courants politiques et religieux, parfois très opposés, dont ce qu’il est convenu de nommer là-bas « l’extrême droite »… Ambiance !

Quant à la Russie du terrible Poutine, tout le monde s’accorde brusquement à reconnaître d’une même voix qu’aucune solution durable ne se fera sans prendre en compte ses revendications finalement pas si incompréhensibles que cela.

L’ancien ministre des Affaires étrangères Hubert Védrine a été très catégorique sur France Info : « Je ne pense pas que ça puisse se conclure de façon durable si les Occidentaux n’arrivent pas à reparler avec Poutine. »

De même, ce n’est plus TOUT le peuple d’Ukraine qui affronte son régime abhorré, mais les populations de l’Ouest, soit une moitié seulement culturellement occidentalisée…

Les slavophiles représentant peu ou prou l’autre moitié du pays.

Enfin, ceux qui n’ont eu de cesse de clamer qu’une fois de plus l’Union européenne n’existait pas ont reçu un sévère démenti : on pourra toujours gloser à l’infini sur l’impact des responsables de la diplomatie française, allemande et polonaise qui se sont rendus à Kiev pour tenter de trouver une issue aux violences, mais un accord – certes fragile – a bel et bien été trouvé.

Rien n’interdit de penser que Laurent Fabius et ses homologues n’y sont pas, un petit peu quand même, pour quelque chose !

Source et publication: http://www.bvoltaire.fr/philipperanda/kiev-clap-de-fin-surement-pas-clap-daccalmie-peut-etre,51420?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=4345619010-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-4345619010-30403221

Repost 0
22 février 2014 6 22 /02 /février /2014 09:17

Le pape prend la défense de la famille traditionnelle, "dépréciée et maltraitée"

Vendredi 21/02/2014

L'Eglise catholique ne modifiera pas sa doctrine et son enseignement sur l'avortement ou le mariage homosexuel.

Deux jours de discussions à huis clos attendent quelque 185 cardinaux venus du monde entier pour préparer un synode des évêques prévu cet automne où les mêmes questions seront traitées plus en profondeur.

"Il nous est demandé de mettre en évidence le lumineux plan de Dieu sur la famille et d'aider les conjoints à le vivre avec joie dans leur existence, en les accompagnant dans beaucoup de difficultés, aussi par une pastorale intelligente, courageuse et pleine d'amour", a déclaré le chef de l'Eglise catholique en ouverture de ce consistoire.

L'Eglise catholique ne modifiera pas sa doctrine et son enseignement sur l'avortement ou le mariage homosexuel.

Mais nombre de catholiques espèrent que le synode sur la famille pourra déboucher sur une nouvelle attitude notamment vis-à-vis du remariage des divorcés, de plus en plus nombreux.

Le pape a ainsi appelé les cardinaux "à approfondir la théologie de la famille et la pastorale que nous devons mettre en oeuvre dans les conditions actuelles".

Aujourd'hui, les catholiques divorcés et remariés sans annulation par l'Eglise de leur première union ne peuvent recevoir la communion. L'Eglise ne reconnaît pas davantage les remariages du fait de l'indissolubilité des liens du mariage.

Un grand nombre de dignitaires de l'Eglise estiment que cette règle doit être abandonnée et que l'Eglise doit pleinement accueillir en son sein les divorcés.

Présentant la famille comme étant la "cellule fondamentale de la société humaine", le pape François a également affirmé que "la famille aujourd'hui est dépréciée et maltraitée".

QUESTIONNAIRES AUX FIDÈLES

Des questionnaires ont été adressés aux diocèses pour que les croyants puissent s'exprimer sur la famille et la morale sexuelle de leur Eglise.

Dans certains pays, dont la Grande-Bretagne, les évêques ont choisi de ne pas publier les réponses aux 39 questions posées.

En Allemagne, en Suisse ou au Japon en revanche, les contributions ont été rendues publiques et montrent qu'un grand nombre de fidèles ignorent ou rejettent l'enseignement de l'Eglise sur ces questions, qu'ils jugent irréaliste ou cruel.

L'interdiction de la contraception et des relations sexuelles prénuptiales ou homosexuelles est ainsi clairement rejetée. L'attitude vis-à-vis des catholiques divorcés est très critiquée.

En France, c'est Mgr Pierre-Marie Carré, archevêque de Montpellier et vice-président de la Conférence des évêques de France, qui a été chargé de la synthèse des contributions nationales.

"Un grand nombre de réponses manifestent le décalage qui existe entre l'enseignement de l'Eglise et les choix des couples qui se reconnaissent catholiques", écrit-il dans sa synthèse, soulignant que "ce décalage apparaît tout particulièrement à propos de la contraception et des demandes que les divorcés-remariés adressent à l'Eglise à propos des sacrements de l'Eucharistie et de la réconciliation".

Il relève aussi la question de la relation entre loi morale (présentée soit dans l'Ecriture, soit dans l'enseignement de l'Eglise) et conscience personnelle et rappelle à ce sujet que "la société a répandu la conception du changement de la loi quand les pratiques sociales évoluent. Par contre, l'Eglise présente la loi comme un objectif à réaliser, même s'il est souvent très exigeant".

Dans son adresse aux cardinaux, le pape François a implicitement réitéré la définition du mariage: "Depuis le début, le Créateur a placé sa bénédiction sur l'homme et sur la femme afin qu'ils soient féconds et qu'ils se multiplient sur la terre", a-t-il dit.

reuters

Source : http://www.parti-de-la-france.fr/actualite/4235/pape-prend-defense-famille-traditionnelle-depreciee-et-maltraitee

Repost 0
22 février 2014 6 22 /02 /février /2014 09:09

Le prosélytisme gay, dans les écoles françaises, avance à toute vitesse

Posted On 21 fév 2014

By : Hervé Roubaix

Une scène où deux acteurs hommes se retrouvent sous une couette.

Puis ils s’embrassent tandis que les enfants dans la salle – forcément d’affreux extrémistes de droite car ils font beurk! – tournent la tête.

Dans une autre scène, deux comédiens hommes parlent de «coucher ensemble ». Et enfin, des acteurs se retrouvent en caleçon.

Voilà à quoi ressemble la pièce de théâtre qui est présentée par le Centre dramatique national (CDN) aux enfants des écoles élémentaires des Yvelines en ce moment.

Rabah, un père de famille présent lors de la représentation explique : «Au début, deux hommes parlent de mariage, de coucher ensemble. Ils se sont embrassés et se sont retrouvés ensuite sous la couette, relate-t-il. Lorsqu’il y a eu ce baiser, des enfants ont tourné la tête en s’écriant “beurk !”.»

Rabah: «À plusieurs moments aussi, des comédiens se changent sur scène et se mettent en caleçon, explique-t-il, encore étonné. On ne montre pas cela à des enfants de dix ans ! C’est choquant !»

«À la maison, je contrôle ce que regardent mes enfants. Alors si on leur montre des obscénités à l’école, comment doit-on faire ?», dit Nadia, la maman d’un enfant de CM2.

Et fait rare, les enseignants de l’école Paul Bert, majoritairement fréquentée par des musulmans, et qui étaient présents au spectacle, ont dénoncé exactement la même chose.

Magali Villain-Lopes, l’inspectrice de circonscription, a confirmé que le choix de Moby Dick, la pièce qui a été choisie, est intentionnel : la version originale parle de chasse à la baleine, mais aussi de l’amour entre hommes.

Elle avoue que la partie sur l’homosexualité – qui n’a pas sauté aux yeux des générations du 20e siècle, était bien au programme : «Le sujet ne devait pas être abordé, ou alors très légèrement » dit l’inspectrice pour calmer les parents furieux, ajoutant pour se reprendre : « Il n’est pas question en tout cas de faire de la censure.»

Sylvain Maurice, directeur du CDN, explique que le spectacle ne fait pas de «prosélytisme» dans cette adaptation de Moby Dick. Déni pavlovien de la gauche attrapée la main dans le sac.

«La mise en scène et le propos du spectacle ne cherchent à aucun moment à choquer la sensibilité des jeunes spectateurs », dit Maurice dans un communiqué.

Que cherchent-ils d’autre, si ce n’est habituer les enfants à la « normalité » de l’homosexualité ?

Les parents ont insisté sur le fait que leur colère n’est «pas liée à la religion» : «Les enfants ne doivent pas voir d’images à connotations sexuelles, c’est la loi ! Cette même scène aurait été interprétée par un homme et une femme, ça aurait été aussi grave» ajoute une maman voilée.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Hervé Roubaix pour Dreuz.info.

http://www.courrierdesyvelines.fr/2014/02/13/ecole-paul-bert-moby-dick-fait-polemique/

- See more at: http://www.dreuz.info/2014/02/le-proselytisme-gay-dans-les-ecoles-francaises-avance-a-toute-vitesse/#comment-344667

COMMENTAIRES

jacqueline

Est-ce la suite de la théorie du genre à l’école ? en tout cas c’est scandaleux !!!
http://www.lepoint.fr/societe/theorie-du-genre-vallaud-belkacem-s-en-prend-a-cope-29-01-2014-1785570_23.p
hp

poupout

la normalité de l’homosexualité cela n’existe pas c’ est la pure invention de
l’être humain,il y a une femelle,il y a un mâle un point c’est tout
.

Amal Gametou

je crois que très bientôt on va s’marrer en Françarabia ,
avec un lobby gay et un autre musulman dans leur électorat , les clowns socialos du Circus Elyséen vont devoir demander conseil aux dresseurs de fauves du Cirque Pinder
!

Greg

Elles ont changé les sorties scolaires. Je me souviens avoir visité Verdun à l’époque, à l’occasion d’une sortie scolaire. Aujourd’hui ils vont voir des hommes à moitié nus qui s’embrassent sous une couette. Mais bon il paraît qu’il faut vivre avec notre temps et rejeter le fasciste réac qui est en nous.

- See more at: http://www.dreuz.info/2014/02/le-proselytisme-gay-dans-les-ecoles-francaises-avance-a-toute-vitesse/#comment-344667

Repost 0