Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 avril 2013 6 06 /04 /avril /2013 15:10

A chaque siècle sa barbarie.

Le 21e est celui de l’islamisme impérialiste

 

 
 
 

no democratie we want just islam

On ne cesse de marteler que les hydres islamistes, véritables escadrons de la mort appelés moudjahidine fī sabīl Allāh (qui font un effort dans le chemin d’Allah), et qui infestent nos villes et nos cités ne sont pas Musulmans et que leurs dérives sectaires n’ont aucun caractère coranique, alors qu’ils sont en train de tisser leurs toiles, de décréter des Fatwa, de faire des pogroms et des autodafés, et d’exercer leur emprise sur tous les secteurs économiques, culturels, sociaux, judiciaires, sans oublier les tentatives violentes d’OPA sur les espaces de prières.

Mais ces fervents disciples sont musulmans et de ce fait ils peuvent répandre et propager en toute liberté et surtout en toute impunité leur vision rétrograde et régressive de l’Islam.

Leur prosélytisme agressif et violent bénéficie de la mansuétude coupable du pouvoir de transition en Tunisie et des exégètes, théologiens et doctes musulmans.

Tout laisse croire que cette vision de l’Islam ultra violente et ultra réactionnaire – qui suscite pourtant des peurs et des angoisses légitimes chez la majorité des citoyens - n’est pas contraire au Coran lui – même lorsqu’il exhorte les disciples à recourir aux actes les plus répréhensibles.

 

Ainsi, tout adorateur d’Allah qui juge que sa foi est offensée et bafouée est en droit selon le Coran de tuer l’offenseur.

Faire couler le sang du mécréant est alors un acte purificateur qui vaut à celui qui le commet les bienfaits du paradis.


De toute évidence, les islamistes ne sont en aucun cas les enfants damnés d’Allah, ils en sont les enfants chéris qui auront sa grâce éternelle.

Ils sont porteurs d’une mission d’ordre divin en violation flagrante par ailleurs à l’ordre républicain, pour protéger sa Parole et instaurer son hégémonie aux quatre coins de la terre.

 

Il est écrit dans le coran que la terre sera un jour islamisée. Dans ce contexte, condamner les islamistes – qui ne font en réalité qu’appliquer les recommandations du Coran – pour actes de troubles à l’ordre public, menaces de mort ou atteintes aux biens et aux personnes revient à condamner Allah lui-même.

 

Aucun pouvoir judiciaire ou politique dans les pays musulmans ne saurait commettre une telle apostasie sans provoquer le courroux de sa majorité musulmane.

Ce qui vaut effectivement aux islamistes de bénéficier d’une sorte d’immunité juridique que leur confère leur statut d’élus d’Allah. Ils deviennent juridiquement intouchables comme les Mollahs en Iran ou les Nahdhaouistes en Tunisie, dont le triste et nazillon gourou s’est affublé du titre de Habib Allah, le chéri d’Allah.

 

Au vu des idées liberticides et scélérates qu’ils diffusent au sein des populations musulmanes ainsi qu’au regard de leurs comportements agressifs et violents, les islamistes sont en conformité avec les lois divines, ce qui les exonère dans une certaine mesure de toute responsabilité civile ou pénale.

Vous imaginez le jour où nos codes civils seront déclarés désuets du fait de leur incompatibilité avec les leurs ?

Ce sera le règne de la barbarie, de l’arbitraire, de le justice expéditive.

L’islamisme n’est pas seulement un ver venimeux dans nos fruits humains, il est la négation de l’Etat de droit et de l’Etat nation. Il proclame la suprématie de la foi sur le droit.

 

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Salem Ben Ammar pour www.Dreuz.info

Repost 0
6 avril 2013 6 06 /04 /avril /2013 09:45
Samedi 6 avril 2013

http://mediapresse75.files.wordpress.com/2013/04/francois-hollande-9.jpgQuelques pas auraient permis à François Hollande de saluer le corps d'un soldat français qui lui devait sa mort au lieu d'avoir l'air de s'incliner devant une bouche d'égout !

 

Son cerveau n'a pas réagi, illustration sans doute de la lourdeur intellectuelle qui lui vaut ce nouveau ridicule, mais finalement aussi fort symbolique image d'un politicien tête basse devant l'ouverture du cloaque où s'agite encore une ripoublique moribonde.

 

Car elle en train de crever la ripoublique, étouffée dans ses vomissures.

Chaque jour ou presque apporte sa révélation au citoyen ébahi de découvrir, comme dans un éblouissement, qu'ils sont décidément tous pourris...ce "ils" du bon sens populaire qui regroupe dans même sac les politiciens, les affairistes et les journalistes, ce "ils" qui affole, qui épouvante même les appointés du Système qui savaient et qui profitaient. 

Il est enfin éclatant que le Système en place depuis des décennies est celui des copains-coquins, des profiteurs, des véreux, des échines souples, des médiacrates...

Tout un monde de nuisibles cornaqué par les frères trois points et autres sectaires mondialistes au service des ploutocrates et des fortunes anonymes et vagabondes.

 

http://laregledujeu.org/haddad/files/2012/02/sarkozy-hollande-crif.jpgLe populaire vient de s'apercevoir qu'il est cocu, cocu et jusqu'à présent content dans le ronronnement rassurant de la démocratie parlementaire qui lui assurait du pain et des jeux - le smic, la sécu, le foot, la télé - contre un bulletin de vote en faveur d'interchangeables affidés de la droite molle ou de la gauche caviar (ou de leurs satellites issus de la porosité politique) et le droit de la fermer en toutes circonstances, même quand on ne rasait plus gratis et que l'on installait des exotiques à leur place. 

 "Ils" ont pris toutes les précautions pour que cela dure en bourrant les crânes, en diffusant des faussetés, en muselant les esprits libres, en diabolisant, en interdisant, en condamnant... "

Ils" ont cru que cela durerait ad vitam aeternam ! Ils ont eu tort ! Le retour de bâton devrait être rude pour "eux" !

 

Source

Repost 0
6 avril 2013 6 06 /04 /avril /2013 08:47

La France gérée comme Nantes ?   Mauvais présage

5 avril 2013

La France gérée comme Nantes ? Mauvais présage
 

Ci-dessus : “Le Déluge”, par Léon-François Comerre (1850-1916), toile du Musée des Beaux-arts de Nantes. “Après nous le déluge”, une nouvelle devise pour Nantes et la France ?

 

05/04/2013 – 12H15
NANTES (NOVOpress Breizh) –
 Le ministre du redressement productif a accusé le Premier ministre de gérer la France comme Nantes. Pour le bien du pays, il vaudrait mieux qu’il se trompe.

 

La France gérée comme Nantes ? Mauvais présage

Florange, la tragédie de la gauche

« Tu fais chier la terre entière avec ton aéroport de Notre-Dame-des-Landes, tu gères la France comme le conseil municipal de Nantes » : cette apostrophe a été lancée au Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, par Arnaud Montebourg en décembre dernier. C’est l’un des temps forts deFlorange, la tragédie de la gauche, des journalistes Valérie Astruc et Elsa Freyssenet, paru hier chez Plon. Jean-Marc Ayrault a confirmé l’incident dimanche dernier dans Le Journal du dimanche.

Gérer la France comme Nantes, est-ce une insulte ? Sur le C.V. du Premier ministre figure une seule expérience politique majeure : ses mandats successifs de maire de Nantes. Il n’avait jamais été ministre avant d’accéder à Matignon. Sa seule légitimité provenait de son mandat local, qui lui avait valu une bonne réputation de gestionnaire.

Certaines réputations sont trompeuses. En quittant la mairie, Jean-Marc Ayrault a en réalité laissé la ville de Nantes dans une situation médiocre. Travaux de voirie incessants du centre-ville, urbanisation brouillonne de l’île de Nantes, gestion opaque du projet de transfert du CHU, etc. : Nantes ne sait pas où sa municipalité socialiste l’emmène.

Celle-ci le sait-elle mieux ? On peut en douter. En voici un exemple éloquent. Lors de la fermeture du Musée des beaux-arts, en septembre 2011, Jean-Marc Ayrault avait annoncé « un grand musée d’art à Nantes ouvert à tous les publics en 2013 » (quelques mois avant les élections municipales, donc !). Les travaux devaient coûter 34,6 millions d’euros. Un budget important. « Nous avons fait des choix pour cela : nous avons refusé l’Euro 2016 » a expliqué Jean-Marc Ayrault au Journal des Arts.

Ce sacrifice aura-t-il été vain ? En novembre dernier, Patrick Rimbert, remplaçant de Jean-Marc Ayrault à la mairie de Nantes, a dû admettre piteusement que le chantier coûterait en réalité 83 millions d’euros et ne serait pas achevé avant 2018, soit près de 50 millions d’euros de surcoût et cinq ans de retard ! Ce n’est pas le genre de « performances » que la France attend de son Premier ministre.

Crédit photo : DR.

[cc] Novopress.info, 2013. Les dépêches de Novopress sont libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine. La licence creative commons ne s'applique pas aux articles repris depuis d'autres sites [http://fr.novopress.info/]
Repost 0
6 avril 2013 6 06 /04 /avril /2013 08:27
Samedi 6 avril 2013

Bien évidemment non.

 
Ils sont des citoyens comme nous autres, avec des idées et des tendances politiques directionnelles.

 


Il y a des magistrats de droite (très peu) et des magistrats de gauche (bien plus nombreux).

 
Qu’ils le veuillent ou non cela influence leur comportement et même leur jugement.

 
A-t-on le droit de critiquer et même de désapprouver les décisions d’un magistrat ?

 
Bien évidemment oui.


Le CSM (Conseil Supérieur de la Magistrature) s’est mis lui-même sous le droit d’être critiqué lorsqu’il a proposé de voter pour François Hollande, affichant ainsi publiquement ses orientations gauchistes. 

 


C’était une erreur à ne pas commettre et il en supporte aujourd’hui les conséquences.


Ne peut-on émettre des doutes lorsque des magistrats sont dessaisis de leur dossier (politiques) quand ils se montrent trop curieux et désobéissants ?


Je n’aime pas Maître Dupond-Moretti mais j’ai apprécié la justesse de son analyse concernant le juge Gentil lors de l’émission de Frédéric Taddéi « Ce soir ou jamais ».


Il n’a pas hésité une seule seconde à mettre en doute l’impartialité du juge Gentil sur plusieurs points de droit litigieux.


-Le droit d’amener avec arrestation au domicile et incarcération pour entendre des témoins.
-Ordonner la réquisition de l’agenda de Me Herzog, avocat de Nicolas Sarkozy, ce qui est absolument contraire à la déontologie car soumis au secret professionnel. Me Herzog a parfaitement eu raison de refuser sa présentation.


-Mise en examen de l’ex président de la république sur des présomptions d’abus de faiblesse sur Mme Bettencourt en 2007 alors même que ces symptômes n’avaient pas été diagnostiqués à l’époque et cela sans tenir compte de la présomption d’innocence.


-De ne pas avoir suffisamment protégé les secrets de l’instruction ce qui a permis la divulgation par la presse des éléments retenus contre Nicolas Sarkozy et justifiant sa mise en examen.


Au demeurant, et à la lecture de ce document, force est de constater que bien peu d’éléments justifiaient une mise immédiate en examen.


Je suis prêt à parier que le juge Gentil sera tenté de porter plainte contre les propos tenus par M. Guaino mais qu’il se gardera bien de le faire contre Me Dupond-Moretti, qui l’accuse pourtant bien plus sévèrement.


Il est permis à tout citoyen français d’émettre des doutes sur l’exercice de la justice dans notre pays et sur son fonctionnement surtout lorsqu’on a hérité d’un garde des sceaux dont les déclarations ne peuvent que surprendre tous les citoyens et les magistrats respectueux d’une justice impartiale.


Dont acte.

 

manuel gomez

http://www.citoyens-et-francais.fr/article-les-magistrats-sont-ils-impartiaux-116761746.html

Repost 0
6 avril 2013 6 06 /04 /avril /2013 07:58
Samedi 6 avril 2013

pma hollande bertinotti

La ministre de la Famille ne lâche pas l’affaire.

 

Dimanche soir, dans l’indifférence quasi-générale, Dominique Bertinotti a exposé les projets du gouvernement en matière de procréation médicale assistée, lesquelles heurtent de plein fouet ce que nous avions cru comprendre jeudi soir en écoutant le président de la République.

Avions-nous mal compris ? Si c’est le cas, nous sommes loin d’être les seuls.

 

Vendredi matin, toute la presse constatait que François Hollande avait annoncé s’en remettre à l’avis du Comité Consultatif National d’Ethique pour intégrer ou non la PMA dans le projet de loi Famille, discuté à l’automne prochain.


Il était difficile de comprendre autre chose. Qu’on en juge :
François Hollande - La procréation médicale assistée pour des couples, qui ne sont pas nécessairement homosexuels, est renvoyée au comité national d’éthique qui va donner un avis à la fin de l’année.

 
David Pujadas - S’il dit non ?
FH - Je respecterai ce que dira le comité national d’éthique.
DP - Et s’il dit oui ?
FH - Je verrai son avis, je ne veux pas préjuger.

 
Pourtant, Dominique Bertinotti, dans l’émission « Tous Politiques » sur France Inter, nous a livré une autre explication de texte.

Elle y explique l’avis du comité « fait partie des éléments qui sont susceptibles d’éclairer la prise de décision. » Allons bon ! François Hollande ne nous avait pas parlé d’autres d’éléments.

Puis elle ajoute :  « Le terme exact de François Hollande est « je respecterai ». Et l’avis du comité peut être un avis qui n’est pas simplement oui ou non. Pourquoi se priver de l’ensemble de ces nuances ? On n’est pas dans des débats caricaturaux. »

 

 Ainsi, pour la ministre déléguée à la Famille, « je respecterai » ne signifie pas qu’il s’y conformera obligatoirement.

 

 Ce que, pourtant, David Pujadas avait bien cru comprendre et avec lui toute la presse et tous les téléspectateurs, y compris au sein du mouvement LGBT.

Dès lors, l’explication de texte de Dominique Bertinotti peut s’expliquer de quatre façons. Avant de les aborder, notons qu’elle a pris soin de s’exprimer un dimanche de Pâques.

 

Le lundi de Pâques, les émissions dominicales font l’objet de moins de reprises et les propos qu’on y exprime ont davantage de chances de passer inaperçus.

 

En revanche, ceux qui attendaient impatiemment qu’elle s’exprime, comme les militants de la cause LGBT, étaient certainement à l’écoute. Le but était donc, semble-t-il, de tenter de rassurer les seconds.

Première explication possible : François Hollande a roulé les téléspectateurs dans la farine. En fait, « respecter » ne signifie pas « se conformer » à l’avis du CCNE, lequel devrait pourtant être clair, contrairement à ce qu’affirme la ministre. 

 

Comme l’explique Jean-Claude Ameisen, son président, le comité avait rendu un avis négatif en 2010. On voit mal pourquoi il rendrait en 2013 un avis mi-chèvre mi-chou.

 


Dominique Bertinotti aurait donc eu pour mission de lancer un message au mouvement LGBT afin de le rassurer et lui demander de prendre son mal en patience, la priorité du président étant de casser la dynamique du mouvement anti-mariage gay, en feignant de lui donner des gages.

Deuxième explication possible : François Hollande a roulé Dominique Bertinotti dans la farine. Comme dans la première explication, il l’a mandatée pour rassurer le mouvement LGBT, mais surtout pour la rassurer elle-même ainsi que les pro-PMA de son gouvernement car  il n’a aucune intention d’intégrer la PMA dans la loi.

 

Dans ce cas, il risque d’y avoir quelques remous en novembre prochain.


Troisième explication possible : Dominique Bertinotti a roulé le mouvement LGBT dans la farine. Elle est parfaitement consciente que le Président ne souhaite pas intégrer la PMA dans la loi Famille et tente d’endormir les militants de cette révolution bioéthique.


Quatrième et dernière explication : Dominique Bertinotti a défié le Président de la République. Il n’y avait aucune concertation entre l’Elysée et la ministre.

Mais elle ne lâche pas l’affaire et contredit ouvertement la parole présidentielle.

 

Dans ce cas-là, François Hollande doit lui demander de partir, puisqu’il a aussi affirmé jeudi que le prochain couac provoquerait le départ de son auteur.

 


Au lecteur de se faire une idée entre ces quatre explications. Pour notre part, nous privilégions la seconde et, dans une moindre conviction, la quatrième.

*Photo : Image Editor.

 

source   http://www.citoyens-et-francais.fr/article-mariage-gay-revoila-la-pma-les-curieuses-declarations-de-la-ministre-de-la-famille-116788185.html

Repost 0
6 avril 2013 6 06 /04 /avril /2013 07:55
Samedi 6 avril 2013

Cela fait aujourd’hui 10 ans que l’Etat soutient l’action de l’association Ni putes Ni soumises.

 

 

La mission de cette association est de ramener la République dans les cités, aux frais du contribuable.

 


Véritable place forte du pouvoir socialiste, l’association Ni putes Ni soumises ((NPNS), qui fête  ses 10 ans, est un lieu d’enjeux économiques et de pouvoir.

Le financement de l’association qui revendique 9000 membres et compte 9 salariés provient essentiellement de subventions publiques. Toutes les strates de l’administration participent au pactole de Ni putes Ni soumises.

>> En 2004, la Mairie de Paris avait accordé une subvention de 30 000 euros.

>> En 2008, le Conseil général de Paris lui a versé 40 000 euros de subventions.

>> Le Conseil régional d’Ile-de-France a quant à lui décidé officiellement d’arrêter les cadeaux mais continue de verser des fonds aux filiales régionales de l’association.

 

Ressources : des fonds publics à 95 %

Budget previsionnel 2013 Ni putes Ni soumisesDans son budget prévisionnel pour 2013(donc appelé à évoluer), l’association avance le chiffre de 490 700 euros de subventions publiques (22 500 euros d’aides privées) et de 10 200 euros de cotisations, dons ou legs pour un budget total de 518 400 euros.

A l’aune de ces chiffres, il appert donc que près de 95 % des ressources de l’association proviennent de l’argent du contribuable, et que moins de 2 % des fonds de NPNS sont issus des membres de la structure.


Ni putes Ni soumises a notamment budgété une aide financière de 25 000 euros du ministère de l’Education nationale, 15 000 euros des Affaires étrangères, 55 000 euros en 2 fois de la direction générale de la cohésion sociale…

 


Dernière subvention en date, celle de l’Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances (Acsé).

92 500 euros ont été votés, le 19 mars 2013, lors du conseil d’administration de l’agence. Une autre aide de 40 000 euros déjà versée en 2012 devrait être reconduite cette année.

L’Acsé avait distribué 255 000 euros en 2011 pour financer des postes et une plate-forme d’accueil des victimes.

 


Une gouvernance contestable

Les dirigeants des NPNS exercent le pouvoir à leur manière. Fadela Amara, ancienne présidente, était entrée au gouvernement Fillon. Elle logeait son frère dans son appartement de fonction.

Son conseiller politique et compagnon, Mohammed Abdi, avait été condamné par la Cour de cassation à la mi-octobre 2007 à 18 mois de prison dont douze avec sursis pour escroquerie à la formation.

Il était également co-fondateur de NPNS…

Sihem Abchi, présidente jusqu’en 2011, avait dû démissionner à cause d’un mail anonyme dénonçant des dérives. Ce courrier évoquait des factures de taxi, de frais de bouche et de téléphone, exorbitantes.

Des employées s’étaient plaintes. Fait avéré, les deux sœurs de Sihem Abchi siégeaient au conseil d’administration…

Joyeux anniversaire !

Pour en savoir plus sur le financement public du milieu associatif : Les Dossiers du Contribuable n°11 « Associations : le scandale des subventions », février-mars 2013, 4,50 € – 68 pages.

 A commander en ligne.

Repost 0
5 avril 2013 5 05 /04 /avril /2013 10:08

DATES À RETENIR

Diner-débat avec Carl Lang en Bretagne

Conférence de presse et Diner-débat avec Carl Lang en Bretagne

 

A l'invitation de Marie-Anne Haas, déléguée départementale du PdF pour le Finistère, et de Jean-Marie Lebraud, délégué régional du PdF pour la Bretagne, Carl Lang, président du Parti de la France, présidera un déjeuner-débat à Concarneau samedi 20 avril.

CONCARNEAU-copie.jpg

 La participation aux frais est de 27 €.  Pour réserver : 06.63.42.66.16 Avant le 15 Avril !

 

Repost 0
5 avril 2013 5 05 /04 /avril /2013 10:01

Si l'État veut faire des économies, qu'il réserve les allocations familiales aux Français !


Qu’il instaure le patriotisme familial !

 

 

Jamais à court d'idées pour s'en prendre à la famille, voici que nos gouvernants, par l'intermédiaire du rapport Fragonard, envisagent de conditionner les allocations familiales en fonction des ressources des ménages.

 

 

 

Alors que cette aide, destinée à favoriser la natalité, était jusqu'ici distribuée de manière égalitaire, la gauche souhaite, sous prétexte d'équité et d'économie, en priver les familles les plus riches ou désignées comme telles.


 

Le Parti de la France s'oppose radicalement à cette nouvelle attaque contre les familles françaises. 

 

Alors que la natalité des Français d’origine  française est en chute libre (les chiffres officiels de la démographie étant faussés par la fécondité des femmes étrangères d'origine extra-européenne) c'est au contraire une politique nataliste volontaire et ambitieuse qu'il faut mettre en place.

 

La politique familiale française devrait être au service exclusif de la natalité française. 

 

 

 

Ainsi, la manière la plus efficace de faire des économies dans ce domaine serait d’instaurer le patriotisme familial en réservant exclusivement les allocations familiales aux familles françaises.

 

Cette mesure aurait de plus un effet dissuasif contre l'immigration de peuplement.

 

La colonisation migratoire coûte à la France entre 100 et 200 millions d’euros par jour. Il faut en finir avec les pompes aspirantes de l'immigration et rendre la France aux Français en mettant fin à la substitution du peuple français par des populations déracinées, inassimilables, souvent islamisées et hostiles au pays d'accueil.


 

Après la loi Taubira sur le mariage homosexuel et l’adoption d’enfants par des couples homosexuels, la gauche socialiste montre à nouveau clairement le caractère anti-familial de sa politique.

 

 

 


Site : http://jean-marielebraud.hautetfort.com/
Blog : http://pdf.bretagne.over-blog.com/
Mail : pdfbretagne@orange.fr
Tel : 06 65 61 08 62
Repost 0
5 avril 2013 5 05 /04 /avril /2013 09:57

 « Hergé fut un compagnon de route du rexisme… »


 (propos recueillis par Fabrice Dutilleul).

 

Qu’est-ce que le rexisme et qui est Léon Degrelle ?



Léon Degrelle, né en Belgique en 1906, se lance dans le journalisme, puis l’édition, devient un patron de presse et déboule en politique à la tête de son mouvement, le rexisme.

 

 

Au départ catholique, ce mouvement évolue vers un poujadisme avant la lettre ; il s’attaque au régime parlementaire belge, à l’échec de ce système face aux événements et le fait trembler, avant de connaître une dérive politique fasciste et un déclin électoral à l’aube de la Deuxième guerre mondiale.

 

 

En 1941, Léon Degrelle se lance dans la collaboration avec l’Allemagne, s’engage pour combattre sur le Front de l’Est, dans la Légion Wallonie, puis la Division Wallonie et atteint, à la fin de la guerre, le sommet de la hiérarchie du IIIe Reich.

 

 

Il s’exile ensuite jusqu’à sa mort en Espagne.

 

 Le rexisme est politiquement mort en 1945. À l’exception de quelques groupuscules, personne en Belgique ne s’est réclamé de l’héritage politique de Léon Degrelle.

 


Quelle est la spécificité de votre ouvrage ?


L’histoire du rexisme n’avait encore jamais été envisagée sous son apport journalistique.

 

Le rexisme a pourtant été, avant tout, un mouvement de presse.

 

 

Cet ouvrage retrace l’aventure d’un groupe d’écrivains, de dessinateurs et de journalistes dont certains sont connus en Belgique et d’autres en Europe, tel Hergé, le dessinateur de Tintin.

 


Hergé a-t-il été rexiste ?


Ayant rencontré des témoins clé, toujours en vie il y a une vingtaine d’années, il apparaît clairement qu’Hergé fut un compagnon de route du rexisme. 

 

Tintin, publié avant-guerre dans le supplément du journal très conservateur Le Vingtième Siècle, se retrouve pendant la guerre publié dans le quotidien de la collaboration Le Soir. 

 

Il bénéficie alors d’une tribune exceptionnelle.

 

Il est à noter que le frère de Georges Simenon, l’autre écrivain belge le plus célèbre, a joué un rôle important au sein du mouvement rexiste.

 

Lionel Baland écrit des articles d’analyse politique dans la revue Synthèse nationale(http://synthesenationale.hautetfort.com) ainsi que dans Minute et dirige un blog d’information sur l'actualité des partis patriotiques en Europe  (http://lionelbaland.hautetfort.com).

 

Léon Degrelle et la presse rexiste, de Lionel Baland, 220 pages, 23 euros, éditions Déterna, collection « Documents pour l’Histoire », dirigée par Philippe Randa.

 

BON DE COMMANDE

Je souhaite commander :

… ex de Léon Degrelle et la presse rexiste (23 euros)

Autres livres sur des sujets proches :

… ex de Histoire des Fascismes de François Duprat (29 euros)

… ex de La Révolution du XXe siècle  de José Streel (24 euros)

… ex de Ledesma Ramos et la Phalange espagnole, 1931-1936  de Jean-Claude Valla (23 euros)

… ex de Les Oustachis, terroristes de l’idéal de Michel Lespart (26 euros)

… ex de Les Alliés oubliés d’Hitler  de Patrick Rouveirol (25 euros)

… ex de Regards sur la République Sociale Italienne de Georges Guilbaud (18 euros)

 

Frais postaux France et Union européenne : 5 euros (1 livre)/6 euros (2 livres)/7 euros (3 livres ou plus)

Autres destinations : 10 euros (1 livre)/15 euros (2 livres)/20 euros (3 livres ou plus)

Règlement à l’ordre de Francephi par chèque, carte bancaire, virement bancaire ou par paypal.

Nom : ..............………................

Prénom : ..............…................

Adresse : ..............….....................................

..............…............................................................

..............…..............................…...........................

..............…..............................…..............................….

Code Postal : .............………........

Ville : .............………........

Téléphone : .............….…………….………........……

Adresse internet : .............………...............……

 

Règlement par carte bancaire

téléphone (obligatoire pour règlement par carte bancaire) : ……

CB…    Visa…   MasterCard…   (autres)… :  ......................

numéro /__/__/__/__/ /__/__/__/__/ /__/__/__/__/ /__/__/__/__/

Expire le : /__/__/__/__/ 3 Nos code sécurité : /__/__/__/

 

à renvoyer à : Francephi diffusion - Boite 37 - 16 bis rue d’Odessa - 75014 Paris - Tél. 09 52 95 13 34 - Fax. 09 57 95 13 34 – Mél. diffusion@francephi.com

Commande par internet (paiement 100 % sécurisé par paypal ou carte bancaire) sur notre site www.francephi.com.

Repost 0
5 avril 2013 5 05 /04 /avril /2013 09:48
Vendredi 5 avril 2013

http://a397.idata.over-blog.com/300x225/1/74/88/27/-lus/MichelleMeunier.jpg« Ce qui pose problème, c'est cette famille idéalisée, « hétéro-patriarcale-blanche » de préférence de plus en plus éloignée des réalités.

La loi doit s'adapter. »

Michèle Meunier, sénatrice socialiste

 

Source

    Vendredi 5 avril 2013

    Berge.jpgMonsieur Bergé vient de franchir un nouveau pas dans l’abjection.

     

     

     

    Au micro de RTL, le 4 avril, il vient de demander à Vincent Peillon, ministre de l’Éducation nationale, de distribuer gratuitement des préservatifs dans les collèges.

     

     

     

    Il ne s’agit pas d’un lapsus puisqu’il précise « je dis bien les collèges ».

     

    Un collégien, rappelons-le, a entre 11 et 15 ans : c’est un enfant.

     

    On pourrait feindre l’indulgence vis-à-vis d’un vieux monsieur qui n’a peut-être plus toute ses facultés intellectuelles.

     

    Mais il faudrait arrêter de lui donner la parole et lui retirer la présidence du Sidaction.

     

     

    Que les donateurs potentiels réfléchissent, sinon, au soutien qu’ils donneraient à ces propos.

     

    mère porteuseCependant la précédente déclaration du millionnaire socialiste sur les mères porteuses (« Louer son ventre pour faire un enfant ou louer ses bras pour travailler à l’usine, quelle différence ? ») en dit long sur sa pensée profonde : les êtres humains, homme, femme ou enfant, ne sont que des objets que l’on peut acheter pour assouvir ses pulsions si on en a les moyens.

     

    Et il les a. On attend des nombreux socialistes qu’il a soutenus — Bertrand Delanoë, Ségolène Royal, Vincent Peillon lui-même — qu’ils se désolidarisent de ce personnage aux fantasmes rebutants. Sauf à les cautionner…

     

    Source     http://www.thomasjoly.fr/article-la-haine-socialiste-de-la-famille-blanche-et-hetero-116827182.html

    Repost 0