Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 18:14

 GERARD LANVIN, SALE NATIONALISTE!



Gérard, arrête tes conneries, tu nous rappelles les heures les plus sombres de notre histoire !
Gérard, arrête tes conneries, tu nous rappelles les heures les plus sombres de notre histoire !
’heure est grave, amis républicains: la bête immonde est encore vivante, son ventre encore fécond, et il flotte de plus en plus dans ce pays un parfum d’années 30 qui n’est pas sans nous rappeler les heures les plus sombres de notre histoire !
Pour s’en convaincre, il suffit de constater que de plus en plus de personnalités – que l’on croyait jusque là insoupçonnables – n’hésitent plus à proférer publiquement des propos que n’auraient pas reniés la fascisto-racisto-nazie aux pieds fourchus Marine le Pen, fille de l’ogre du même nom.
Dernier en date a avoir osé franchir le rubicond du bon goût et du bien-penser: Gérard Lanvin, un acteur que nous avions autrefois tant aimé: 
« Quand on vit de la naissance à la mort avec de l’argent public, comme M. Hollande, Ayrault, Sapin et quelques millions d’autres, que l’on ne paie pas ou peu de cotisations sociales, qu’on bénéficie d’un système de retraite réservé à sa seule catégorie, d’un système de placement financier défiscalisé, et qu’on n’a jamais investi un euro dans une entreprise mais tout placé dans des résidences secondaires, on doit à minima avoir l’honnêteté de ne jamais prononcer le mot Égalité, ni d’exiger des autres, fussent-ils devenus riches, plus de solidarité quon ne s’en impose à soi-même.
- 38 ministres et ministres délégués qui se goinfrent (le mot est faible) à nos frais, n’est-ce pas cela qui est VRAIMENT minable ?
- Demander aux contribuables de payer plus d’impôts pour financer 4 personnes au service de la concubine de Hollande, nest-ce pas minable ?
- Duflot et Filippetti qui bradent des Légions d’Honneur à tous leurs copains, n’est-ce pas minable ?
- Un premier ministre qui veut un nouvel aéroport plus grand, à sa gloire, alors que personne ne prend l’avion à Nantes grâce au TGV.

- Des ministres sans aucune exemplarité dont certains ont été condamnés ou devraient l’être, un gouvernement incompétent et non coordonné qui gesticule au gré du vent, nest-ce pas minable ?

- Insulter un homme qui a choisi de s’expatrier, alors que nous sommes censés être libres de nos mouvements dans ce pays, n’est-ce pas minable ?, sachant que Depardieu a rapporté à la  - France des centaines de millions d’euros, directement et indirectement !

- Combien coûtent ces donneurs de leçon du gouvernement et du PS, qui passent leur temps à nous culpabiliser mais ne veulent surtout pas réduire leur train de dépenses, alors qu’ils détruisent la France, ses emplois et ses valeurs ? N’est-ce pas minable ?

- Un Premier ministre qui sort de son devoir de réserve et sans aucune dignité, insulte un citoyen illustre, talentueux et créateur d’emplois, n’est-ce pas minable ?
- Que veut dire l’expression « la citoyenneté française est un honneur » quand une personne veut acquérir la citoyenneté belge ? Que la citoyenneté belge est une honte ?

- A-t-on oublié les accords d’Helsinki qui permettent à toute personne de franchir les frontières ? A-t-on oublié le principe européen du droit de s’installer là où l’on veut en Europe ? A-t-on oublié l’existence de la citoyenneté européenne ? Le Gouvernement veut-il créer un incident diplomatique avec la Belgique ?

- Comment la ministre de la Culture (ou plutôt de l’inculture) ose-t-elle faire un procès d’antipatriotisme à Depardieu, elle a oublié semble-t-il que pendant la campagne, elle parlait de la France « rassie et moisie », déclarant en même temps son amour aux immigrés à qui elle attribuait la libération et la construction de la France ! C’est sûr que côté patriotisme, elle en connaît un rayon !
- Comment osent-ils parler de patriotisme alors qu’ils ne rêvent que de brader la nationalité française en la donnant contre un bulletin de vote ?

Ce « président » et ses « ministres » sont la honte de la France. Ce pays qu’ils sont en train de détruire est devenu la risée du monde entier. Bravo Depardieu, d’avoir quitté la France et d’avoir créé un débat sur la fiscalité confiscatoire due à tous ceux qui vivent au crochet de l’État. » 
Couillu, le Gérard ! Heureusement que sa carrière commence déjà à être derrière lui car le milieu médiatique, peuplé de chochottes bobos portefeuille à droite/pensée à gauche, ne risque pas de lui pardonner de tels propos iconoclastes. A moins que ce soit signe que la parole commence à se libérer jusque dans ce milieu ?
D’autres artistes français éprouveraient-ils eux aussi – fut-ce en cachette – ce genre de sympathie pour des idéologies extrémistes à ce point nauséabondes ?   On n’ose le croire.

Source et publication:  Dimanche 7 Avril 2013
Hubert Picard
Repost 0
11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 17:53

Christine Lagarde fait-elle dire n’importe quoi au FMI ?

Posted: 11 Apr 2013 04:42 AM PDT

 

Mon nouveau texte pour GoldBroker : Christine Lagarde fait-elle dire n’importe quoi au FMI ? (et en anglais


Par ailleurs je passe sur Radio courtoisie samedi entre 12h et 13h30 pour parler de Chypre et des risques pesant sur nos comptes bancaires.
Toujours dans la rubrique média, je suis cité dans GlobalMagazine sur les PPP, dans La Tribune sur l'or et, concernant le bitcoin, dans Slate etLe Monde.
A propos du bitcoin, justement, la bulle dont je parlais dans le billet précédent est en train d'éclater (Zero Hedge).
Tant mieux, ça va "nettoyer" le marché, mais je reste évidemment toujours aussi confiant sur l'avenir de cette nouvelle monnaie.
Mon livre (en fait un ebook) sur le sujet sortira en mai. 

> Suivez ma revue de presse de la crise sur Facebook ou Twitter

Philippe Herlin
Repost 0
11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 17:47

TRIBUNE LIBRE 

5000 intégristes gays pour 65 millions d’habitants

 
 

-

LGBT-3

Les slogans homodébiles du « mariage pour tous »

-

Michel Garroté, réd en chef – Je suis presque mort de rire en lisant une dépêche de l’Agence France Presse (AFP) qui raconte : « S’abritant de la pluie battante sous des parapluies noirs ou arc-en-ciel, 5’000 manifestants se sont massés sur le parvis de l’hôtel de ville, brandissant panneaux et banderoles pour fustiger l’intolérance et les discours de haine qui facilitent les passages à l’acte ».

 

L’AFP : « Un des visages de la haine, avaient écrit des manifestants sur des pancartes affichant les portraits d’Alain Escada, président de l’Institut Civitas proche des catholiques intégristes, ou de Frigide Barjot, chef de file de La Manif pour tous.

L’homophobie tue, Barjot homophobe !, ont scandé les manifestants ».

 

A cet égard, je prends acte du fait que dans la capitale française, La Manif Pour Tous (LMPT) mobilise plus d’un million de manifestants (sous une pluie battante).

Mais que les intégristes gays – elles et eux – ne mobilisent que 5’000 manifestants (sous une pluie battante).

Je prends acte du fait que les intégristes gays, contrairement aux familles de La Manif Pour Tous, ne se font pas sprayer le visage à bout portant, par des policiers auxquels on a donné l’ordre de se comporter comme s’ils étaient à Moscou ou à Minsk.

 

Je prends acte du fait que les intégristes gays font injustement passer les familles de LMPT pour des gens qui prononcent des mots intolérants, qui pratiquent des actes haineux, et, même, des actes « terroristes ».

 

Les intégristes gays n’oseraient pas affirmer ce genre de choses à propos de l’Union des Organisations Islamiques de France (UOIF) ou de l’Association France Palestine Solidarité (AFPS).

 

Je prends acte du fait que les Lesbiennes, Gays, Bisexuels et Transsexuels (LGBT) et autres intégristes de la cause homo sont obligés de s’inventer des actes homophobes violents pour justifier leur combat ultra-minoritaire : les homos inventent l’homophobie ; et l’homophobie sert la cause des homos (5000 intégristes gays seulement pour un total de 65 millions d’habitants).

 

Je prends acte du fait que tout cela se produit dans un pays gouverné par un régime socialiste sectaire qui n’hésite pas à envoyer ses policiers aveugler, à l’aide de sprays lacrymogènes, de petits enfants qui participent à une marche pacifique.

 

Une marche pacifique volontairement et violemment entravée par les hommes de main du préfet – socialiste et liberticide – de la ville de Paris.

Je prends acte du fait qu’en France, 5’000 manifestants homos fanatiques ont plus de poids politico-médiatique qu’un million de manifestants hétérosexuels pacifiques.

 

C’est ce que l’on appelle une inversion de paradigme : les dérives sectaires minoritaires l’emportent contre le pays réel, contre l’Etat de droit et contre les libertés fondamentales.

 

Reproduction autorisée avec mention Michel Garroté www.dreuz.info

Repost 0
11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 17:41

IL EST URGENT DE SE MOBILISER POUR FAIRE CESSER CETTE INJUSTICE ... 

****************************************

RETRAITES LE BILLET DE SAUVEGARDE    *************************************** 1157 euros de retraite sans avoir cotisé ni même travaillé en France !

 

Toute personne qui débarque en France, sans même jamais y avoir mis les pieds, peut prétendre, si elle a 65 ans, à 709 euros de retraite par mois ou même à 1 157 euros si elle vit en couple C'est :

  • plus que la pension moyenne de nos agriculteurs après une carrière complète,
  • plus que la pension de la majorité de nos commerçants et artisans,
  • plus que la pension de nombreux employés et ouvriers.

 

 

 

Cela signifie tout simplement que nos caisses de retraite paient bien souvent davantage à des personnes qui n'ont jamais cotisé, ni participé à l'économie de notre pays qu'à leurs propres affiliés, qui ont souvent trimé

toute leur vie.


 


Ce dispositif aberrant est vanté noir sur blanc dans le livret d'accueil "Vivre en France" diffusé par le ministère de l'Immigration aux nouveaux arrivants.


 


C'est à se taper la tête contre les murs : il suffit à une personne d'au moins 65 ans qui arrive en France d'aller tranquillement frapper à la porte des services sociaux pour avoir immédiatement droit à 709 euros par mois, voire 1 157 euros si elle vit en couple.

 


Cette situation est très injuste vis-à-vis des retraités français, qui voient dans le même temps leurs pensions constamment rabotées au fur et à mesure que leurs caisses s'enfoncent dans le rouge.

 


Si l'on ajoute à cela que la Cnav verse des pensions à l'étranger sans aucun contrôle, au point que la Cour des comptes dénonce le versement de pensions à des morts, notamment en Algérie (mais sans proposer le moindre remède), on ne peut que constater que notre système de retraite est ouvert à tout vent :

 

prestations injustifiées, fraudes etc..


 Il est urgent de se mobiliser pour faire cesser ces graves injustices et défendre nos caisses de retraite.

 

 

Merci Michel

Repost 0
11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 17:31

Suite du feuilleton .....

 

 

Le Point.fr - Publié le 11/04/2013 à 09:17 - Modifié le 11/04/2013 à 10:26

Son ex-épouse affirmait dès 2002 qu'il disposait d'un trésor de 6 millions d'euros dans les banques suisses.

 

Une révélation vieille de 11 ans !

Jean-Marie Le Pen en 2011

Jean-Marie Le Pen en 2011 © Baziz Chibane / Sipa

 

 

LE POINT.FR
 

Notre correspondant à Genève, Ian Hamel, avait publié le 29 avril 2002 cet article sur swissinfo.ch.

 

Tout y était : les montants, la façon dont l'argent transitait, les méthodes, etc.

En décembre 1997, Pierrette Le Pen, qui a quitté le dirigeant d'extrême droite, choisit l'hebdomadaire genevois GHI pour accuser son ancien mari de frauder le fisc.

Elle estime cette fortune cachée dans des banques suisses à au moins 40 millions de francs français de l'époque (10 millions de francs suisses). D'où provient cet argent ? D'un héritage de la famille Lambert, possédant les ciments du même nom.

Dans des circonstances très controversées, Jean-Marie Le Pen reçoit un magnifique hôtel particulier à Saint-Cloud, estimé à 5 millions de francs.     Il s'agit de la partie visible.

La partie invisible se trouvait, selon Pierrette Le Pen, à UBS. Aidé d'un avocat, le leader du Front national (FN) aurait pris l'argent pour le placer à la banque Darier. "Nous avions plusieurs valises de billets, raconte-t-elle.

C'était impressionnant. Nous avons effectué le transport nous-mêmes."

Pour faire venir l'argent en France, Jean-Marie Le Pen téléphonait d'une cabine publique à un ami en Suisse.

Selon un code établi, une liasse de 10 000 francs français était appelée "un petit nègre". Détail piquant pour un homme politique soupçonnée de ne pas porter dans son coeur les étrangers.

 

Toutefois, le candidat à l'élection présidentielle a toujours démenti, parlant de "calomnies".

Mais François Laya, un ancien collaborateur du gérant de fortune genevois Jean-Pierre Aubert, a lui aussi accusé Jean-Marie Le Pen d'avoir déposé à trois reprises, 15, puis 20, puis 10 millions de francs français (soit 11 millions de francs suisses) sur des comptes en Suisse.

 

Une association de collecte de fonds

"À deux reprises, ces fonds ont été remis à Jean-Pierre Aubert, à Genève, dans un bistrot du quartier des banques", déclare-t-il, ajoutant que l'argent avait été apporté par Jean-Marie Le Pen lui-même, "accompagné de deux personnes qui assuraient sa sécurité".

Une société-écran aurait été créée pour camoufler les fonds.

Dans un document en date du 10 mars 1981, et que swissinfo a pu se procurer, le nom de Jean-Marie Le Pen apparaît bien sur le compte numéro 386.047.00 W, ouvert à UBS à Genève.

L'autre propriétaire du compte est un éditeur français, Jean-Pierre Mouchard, établi depuis de longues années en Suisse.

Jean-Pierre Mouchard est l'un des plus vieux amis de Jean-Marie Le Pen.

On retrouve également son nom à la direction de la Cotelec, une association créée en 1991, chargée d'encaisser les dons que les militants et les sympathisants envoient au FN. "J'avais accepté ce poste pour rendre service à Jean-Marie Le Pen.

Toutefois, je n'étais qu'un trésorier nominal de la Cotelec.

Je n'en ai jamais contrôlé les activités", assurait Jean-Pierre Mouchard en 1997. Il avait alors décidé de démissionner de ce poste, afin d'éviter "un risque de confusion entre les affaires de Le Pen et les [s]iennes".

La presse française - qui consacre depuis le premier tour de l'élection présidentielle de très nombreux articles à la situation financière du dirigeant du Front national - souligne qu'il y aurait confusion entre ses comptes personnels et ceux de son parti.

 

Détournant l'un des slogans du FN, l'écrivain Guy Konopnicki - auteur des Filières noires consacré aux réseaux financiers de l'extrême droite - jure que Le Pen, ce n'est pas "la France d'abord", mais "le franc suisse d'abord".

 

Source et publication:  http://www.lepoint.fr/politique/le-pen-le-scoop-evente-de-mediapart-11-04-2013-1653245_20.php#xtor=EPR-6-[Newsletter-Quotidienne]-20130411

 

 

 

VIDEO. Compte en Suisse : quand l'ex-femme de Le Pen balançait

Mis à jour le 11/04/2013 | 19:32 , publié le 11/04/2013 | 19:32
(INA/France2)
Durée : 1:32

Jean Marie Le Pen avait un compte en Suisse à la banque UBS.

 

Et ce compte a été ouvert en 1981, annonce Mediapart mercredi 10 avril. Le site internet d'Edwy Plenel n'est pourtant pas le premier à parler de ce compte. Et la première à l'avoir fait n'est autre que l'ex-épouse de l'ancien leader du FN. En décembre 1987, Pierrette Le Pen accuse son ancien mari de frauder le fisc.

Leur récent divorce est l'occasion d'un déballage par médias interposés. Pierrette Le Pen pose même dans Playboy.

Dans une conférence de presse, à quelques mois du premier tour de l'élection présidentielle de 1988, elle donne une interview pour dénoncer les comptes en Suisse de son ex-mari. Une somme d'argent qui proviendrait de l'héritage des ciments Lambert, explique Pierrette Le Pen. Montant : "3 milliards de centimes", c'est-à-dire près de 4,55 millions d'euros.

Pierrette Le Pen est séparée de son mari depuis 1984. Si elle le dénonce, c'est pour répliquer à ses attaques : "Je règle des comptes", explique-t-elle. Elle dit également détenir des documents et des témoignages et "se tenir à la disposition de la justice car elle a aidé son mari à passer cet argent" de l'autre côté de la frontière.

L'interview se déroule sous les yeux de son avocat, Gilbert Collard, aujourd'hui député du Rassemblement bleu Marine (apparenté FN) à à l'Assemblée nationale.

Martin Gouesse

 http://www.francetvinfo.fr/video-compte-en-suisse-quand-l-ex-femme-de-le-pen-balancait_301517.html#xtor=EPR-2-[newsletterquotidienne]-20130412-[hotcontent]-[]
Repost 0
11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 17:15

11/04/2013

Le chef du PS girondin va financer une partie de la mosquée islamiste de l'imâm Oubrou (UOIF)

freres-musulmans1.jpgpas.jpeg

Le logo des Frères Musulmans, dont le président de l'UOIF qui fédère la mosquée de Bordeaux vient de rencontrer l'illustre représentant Mohamed Morsi lors d'un voyage en Egypte début mars (lire)...

 


Vincent Feltesse, député PS de la deuxième circonscription de la Gironde, président de la Communauté urbaine de Bordeaux (CUB) depuis 2007 et ex secrétaire national du PS aux nouvelles technologies (2005-2008), est celui qui coordonna la campagne de François Hollande sur Internet.



Sud Ouest nous apprend aujourd'hui que :


"Le député, président de la CUB et archi-probable candidat du PS aux futures municipales, va en effet verser une partie de sa réserve parlementaire à l’association qui porte le projet, la Fédération des musulmans de Gironde.


Cette réserve, une somme que chaque député est libre d’attribuer à des associations de sa circonscription, s’élève, pour l’année, à 130 000 euros : 50 000 euros issus de cette enveloppe iront au projet de centre cultuel et culturel musulman."


Feltesse s'est laissé complètement berné par le sulfureux Tareq Oubrou responsable de l'UOIF en Aquitaine,  il en fait même un argument de sa forfaiture :


 "il y a un gros travail, autour de l’imam Oubrou, sur l’articulation de l’islam et des valeurs républicaines, c’est une démarche à laquelle je suis sensible"

 


Or il a été révélé dans une enquête en 2010 intitulée Ces maires qui courtisent l'islamisme (éditions Tatamis) que ce dernier enseigne à ses fidèles de lire le coran "comme des salafistes", de rétablir le Califat transfrontalier et de faire de l'islam un parti politique car "L’islam comme le veut le Coran touche à tous les domaines de la vie. 


 C’est un Etat, c’est un pays (...) La politique est une donnée, est une partie, est un élément de l’islam. Le Prophète était un chef d’Etat.(...) 

La politique des musulmans ce n'est pas la politique des autres, la politique des autres est construite sur le mensonge" à bon entendeur...

 


L'imâm Oubrou n'a pu contester ces vérités lors de la sortie de l'enquête, car ces citations sont tout simplement tirées de ses conférences encore en ligne sur internet !


Sur 70 pages ont été décortiquées les références doctrinales hanbalites et fréristes de Tareq Oubrou. Le livre a été la meilleure vente politique de  Fnac.com à l'été 2012, les médias font tout pour camoufler ces révélations compromettantes tant pour l'UMP Alain Juppé qui soutient le projet que pour le PS aujourd'hui.

 


Les Bordelais s'interrogent, ainsi une lectrice de Sud Ouest se demande si l'intérêt général ne voudrait pas plutôt que la réserve parlementaire du socialiste aille plutôt aider à augmenter le nombre de places en crèches.

 

Le député craint peut-être que cela ne bénéficie pas au peuple sur lequel il a choisi de parier son avenir politique...

 

 


Joachim Véliocas, directeur de l' Observatoire de l'islamisation, 11 avril 2013

Auteur de:

L'islamisation de la France, éditions de Bouillon, 2006

- Ces maires qui courtisent l'islamisme, éditions tatamis, 2010

Repost 0
11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 17:09



Merci infiniment pour votre mobilisation exceptionnelle.

Grâce à vous, à tous ceux qui suivent l’action de SOS Éducation, l’opération « Stop à l’illettrisme » que nous avons lancée, a connu un succès incroyable.

Les députés ont reçu plus de 27 000 emails de votre part ! Vous rendez-vous compte...

Et tout cela en moins de 48 heures !

Alors un grand bravo à vous d’avoir signé et fait signer la pétition aux députés pour leur demander d’introduire les méthodes syllabiques dans la loi sur la refondation de l’école.

Résultat : une partie des 32 amendements et une proposition de loi ont été déposées.

Ce n’est pas encore la révolution du syllabique dans nos écoles, loin de là ! 

Nous n'avons pas obtenu, comme nous le demandions, que tous les professeurs
de CP soient formés à ces méthodes, et encore moins d'inscrire ces méthodes dans la loi.

Mais, l'illettrisme a enfin été déclaré grande cause nationale pour 2013.

C'est un début. Nos politiciens toutefois continuent à avoir du mal à s'emparer du sujet. Ils ne se pensent pas légitimes pour agir !

Nous établirons un plan pour les mois à venir, pour continuer à leur faire comprendreque s'ils ne font rien, ce sont nos enfants qu'ils condamnent.

Grâce à votre soutien, nous avons déjà réalisé un dépliant d’information « Apprendre à lire et aimer lire ». Vous y trouverez tous les manuels syllabiques que l'on peut se procurer facilement dans le commerce.

N’hésitez pas à le distribuer autour de vous, à vos amis, aux professeurs que vous connaissez. C’est une information précieuse, il faut la faire circuler !

Rappelez-vous, seulement 20% des professeurs utilisent des méthodes syllabiques rigoureuses.

Et encore merci pour votre aide et votre efficacité. Sans vous, la porte-parole de l’association n’aurait jamais pu être reçue par autant de parlementaires en si peu de temps et leur expliquer les motivations de notre combat.

Pour visualiser le bilan de cette opération en quelques chiffres, cliquez ici

Avec tout mon amitié,



Antoine Blondel 
Responsable des relations parents - professeurs
SOS Éducation

 

logo de SOS Education

SOS Éducation
Association Loi 1901 sans but lucratif
120 boulevard Raspail - 75006 Paris
Tél. : 01 45 81 22 67 - Fax : 01 45 89 67 17

Repost 0
11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 17:03


Madame la ministre,

Monsieur le préfet,

 

Cette journée était présentée comme une rencontre avec les agents de l’Etat en Bretagne au sujet des réformes en cours de préparation sur la décentralisation et la modernisation de l’action publique (MAP).

 Son organisation pilotée par les services du SGAR et l’absence de transparence pour inviter les personnels dans beaucoup de services, ne peuvent qu'être dénoncées par la CGT

La RGPP avait clairement fixé le cap dès 2007 avec une méthode empruntée sans vergogne au secteur privé et devant aboutir à terme à la casse des services publics.

Dans ce cadre, la réorganisation de l’administration territoriale de l’Etat – REATE - a constitué un temps particulièrement fort qui s’est traduit par une désorganisation sans précédent des services publics rendus aux usagers (particuliers, entreprises et collectivités) et à une dégradation accélérée des conditions de travail pour les agents.

 Les espoirs nés de l’alternance de mai 2012 ont fait long feu et les projets dits de modernisation de l’action publique et bien entendu celui d'un futur « acte 3 de la décentralisation » sont perçus comme de nouvelles attaques contre les missions et les agents de l’Etat.

Les préfectures, les directions régionales et départementales sont saignées à blanc et de nombreuses fermetures de sites se profilent alors que les collectivités locales sont priées de s'organiser pour se passer de l'assistance de ces mêmes services, sans transfert de crédits ou de personnels.

 Aujourd’hui la CGT qui est comme vous le savez, implantée dans tous les services, peut témoigner d’une situation critique caractérisée par des missions en péril et des agents à la dérive.

  Les missions  en péril 

Il ne s’agit pas ici de dresser une liste exhaustive mais de se concentrer sur quelques exemples dont certains sont devenus malgré eux emblématiques des aberrations du nouvel appareil de L’Etat :

 

·       « DGCCRF démantelée : Cheval pur bœuf à l’arrivée ! » c’est l’un des slogans repris par toutes les OS de la Concurrence de la Consommation et de la répression des fraudes qui manifestaient à nouveau dimanche dernier à Paris pour réclamer haut et fort la reconstruction de la DGCCRF et  la sortie de la REATE. Depuis 2009, les services de contrôles ont été éclatés entre 2 administrations et les effectifs ont subi des réductions considérables  (- 15%, - 560 emplois). Les agents estiment aujourd’hui ne plus être en mesure d’assurer la défense des intérêts économiques des consommateurs : loyauté des transactions, qualité et sécurité des produits, maintien d’une saine concurrence.

·       Le plan « Sapin » vers une vraie remise en cause de l’indépendance de l’inspection du travail ;

En décembre 2012, le ministre du travail annonçait un plan de transformation de l’emploi qui doit se traduire par la suppression du corps des contrôleurs du travail et la transformation d’emploi sur 3 ans pour 15% d’entre eux. Mais ce plan est aussi et surtout l’occasion pour l’administration de remettre en cause les fondements du système de  l’inspection du travail  articulée autour d’une section d’inspection généraliste, ancrée sur un territoire et composée d’un secrétariat, de contrôleurs et d’un inspecteur du travail. La CGT revendique son opposition à l’extinction du corps des contrôleurs ainsi que l’arrêt de la mise au pas de l’inspection du travail et en particulier l’abandon des menaces qui pèsent sur les agents.

·     La Ministre de l'égalité des territoires « assume ses choix » de mettre fin à la mise à disposition des DDT-M pour l'application du droits des sols (ADS) pour les communes avec l'instruction des permis de construire et d'arrêter l'assistance technique aux collectivités (ATESAT).

Dans la continuité du précédent gouvernement et alors que l'association des maires ruraux et de nombreux élus dénoncent à la fois la baisse des dotations de l'Etat aux collectivités et ce qu'ils considèrent comme un abandon des communes les plus fragiles, la ministre a déjà acté la suppression de 15 à 21 postes dans chacune des 4 DDTM bretonnes. Quel avenir pour les unités territoriales et pour les personnels concernés ? Quel jeu jouent les conseils généraux bretons qui créent leurs propres agences techniques d'aide aux collectivités sans avoir les moyens de répondre aux demandes d'études et d'assistance en matière d'assainissement ou d'aménagement et d'équipements publics ?

C'est un non-sens économique, un gâchis humain de compétences et un risque pour l'aménagement du territoire et la présence des services publics de proximité en Bretagne.

De même, l’administration de la Mer (DIRM et DML en DDTM) va-t-elle encore une fois être revue ?

·     Le contrôle des installations classées ICPE, la police de l'eau et la lutte contre les algues vertes sont-ils des missions pérennes pour l'Etat en Bretagne ?

On peut en douter, au-delà de l'actualité judiciaire, compte-tenu de la baisse des moyens dans les services concernés ne permettant pas d'assurer correctement ces missions. La CGT demande que les agents qualifiés soient remplacés et que les emplois de vacataires soient transformés en postes de titulaires avec notamment la déprécarisation de tous les agents remplissant les conditions quelque soit le ministère payeur.

La situation particulière à la Bretagne, des personnels payés sur crédits de vacation en DDPP, DDCSPP et DDTM, dits « vacataires nitrates » doit faire l’objet de toute votre attention, tant sur l’aspect de la mission (pérenne s’il en est en Bretagne concernant la qualité de l’eau et la lutte contre les algues vertes…) que sur l’avenir de ces personnels qui doivent être déprécarisés dans des corps correspondant à leurs qualifications.

·        DRJSCS et DDCS – PP : des services condammés ?

 La question se pose pour le devenir de ces services. Les effets de la décentralisation sont visibles : Le pôle des formations voit ses missions diminuées au profit des centres de formation. Le service logement/hébergement pourrait voir ses missions transférées vers les métropoles, les communautés d’agglomération ou le Conseil Général. Au-delà de ces 2 exemples, c’est l’ensemble des services qui font l’objet de beaucoup d’interrogations. Les agents doivent être informés sur leur devenir, ne nous faisons pas le même coup que pour les ARS, « rassurez-vous rien ne changera pour les agents qui suivront leurs missions ». Aujourd’hui on voit le résultat !

·       Le redressement productif : posture ou imposture ?

Déjà inscrit dans la loi de décentralisation de 2004 avec l’expérimentation du chef de file des régions en matière de soutien aux PME, l’avant projet de l’acte 3 de la décentralisation sonne le glas sur l’ensemble des missions de développement économique au profit d’interlocuteurs multiples telles que les régions mais aussi les métropoles. Le rétablissement de la clause de compétence générale permettra également aux conseils généraux de conduire leurs propres actions dans ce domaine. Les conditions d’une concurrence exacerbée entre les territoires sont ainsi réunies au détriment d’un développement harmonieux et équilibré des entreprises et des emplois.

· L’omniprésence des « opérateurs » et des agences : une situation jugée alarmante par l’inspection générale des finances

 Dans un rapport de mars 2012 sur les agences, l’IGF reconnaissait que «ce phénomène, qui s’est développé sans stratégie d’ensemble a été inflationniste en termes de moyens humains et financiers. Il ne s’est pas accompagné d’un renforcement suffisant de la tutelle de l’Etat»  Ce que l’IGF qualifie de « fort démenbrement des politiques publiques » n’est d’ailleurs pas vraiment maîtrisé car «  il n’existe pas actuellement de recensement exhaustif de toutes les entités à la fois contrôlées par l’Etat et exerçant pour son compte des missions de service public non marchand ». L’IGF estime cependant cet ensemble très hétérogène à plus de 1240 entités en 2010.

La CGT tient également à parler ici des agences régionales de santé (ARS) créées depuis le 1er avril 2010 suite à la suppression des DRASS et DDASS. Nos collègues souffrent, écrasés par une hiérarchie pesante où la perte d’effectifs est constante, les titulaires étant remplacés par des contractuels CDD en fin d’année pour saturer le plafond d’emplois. Les DG des ARS rêvent de supprimer les fonctionnaires dont le statut est fortement mis à mal.

Les personnels de l’ENIM (St-Malo et Lorient) vous ont écrit concernant leur devenir et le Conservatoire du littoral et des rivages lacustres ont pris connaissance du référé de la Cour des comptes sur la situation de leur établissement qui pointe notamment la situation des personnels. 

· Les fonctions support objets de toutes les convoitises :

En février 2012, monsieur le préfet Cadot avait réuni ici même les organisations syndicales pour tenter d’expliquer sa stratégie dans le cadre de l’élaboration du schéma régional et des schémas départementaux de mutualisation des fonctions support. Cet exercice réalisé en 2011 sur le périmètre REATE soit 6092 ETP en Bretagne visait 8 fonctions support décomposées en 65 sous fonctions.

Malheureusement ce qui devait aussi être une rencontre avec les OS représentatives a achoppé sur un constat de « carence » en quelque sorte puisque trop de questions étaient restées sans réponse et la méthode constatée n’avait absolument pas respecté le principe pourtant énoncé dans le volet conditions de succès de la démarche : le dialogue social et la communication !!!

La délégation CGT avait d’ailleurs pointé outre ce déni de dialogue social caractérisé :

-       l’absence des schémas départementaux de mutualisation du 56 et du 35

-       mais aussi absence d’une cartographie détaillée des emplois des services de l’Etat en Bretagne pourtant annoncée pour septembre 2011

La délégation CGT avait également demandé formellement au préfet Cadot :

-       d’organiser le cadre d’une évaluation contradictoire sur la Réate et la RGPP avec les acteurs concernés..

-       de réaliser avant toute nouvelle mutualisation une évaluation sur les chantiers déjà engagés tels que les plateformes CHORUS ou encore le Pôle Support Intégré de la DREAL mis à mal dans sa partie informatique avec la création des SIDSIC rattachés aux préfectures et dans son centre de prestations comptables menacé de nouvelles suppressions de postes.

 Sauf erreur de notre part toutes ces remarques et demandes sont restées lettre morte.

Elles confortent l’idée d’un décrochage croissant entre les autorités supérieures de l’Etat en région représentées bien entendu par le préfet de région, les préfets de départements et les directeurs et chefs de services des directions régionales et ou départementales et le reste des agents.

D’un côté, ceux qui doivent se serrer la ceinture comme à la DIRECCTE où le budget de fonctionnement est en baisse de 6% en 2013 et où le forfait repas versé aux représentants du personnel qui participent aux instances (Comités Techniques ou CHSCT) est limité à 7,63 euros.

De l’autre, les membres du Codir de cette même direction qui se réunissent les 4 et 5 avril derniers au centre de Thalasso de Carnac !

 Nul doute que les représentants de la CGT ne manqueront pas de transmettre à madame la ministre le montant du budget consacré à cette opération.

 Après 5 années pleines de régression générales des politiques publiques, les agents attendaient sans doute mieux de leurs directions respectives.

 Les agents à la dérive :

 Là aussi le propos de la CGT ne vise pas l’exhaustivité loin s’en faut tant les situations dégradées se multiplient  et les interrogations sont nombreuses :

-  Il conviendrait tout d’abord  de préciser  les pertes d’emplois dans les services de l’ETAT en Bretagne cumulées depuis 2007 : monsieur le préfet Cadot doit  certainement disposer de cette information qualifiée par direction et par catégorie de personnel

- Il conviendrait ensuite de s’interroger sur la tendance en 2013 et pour les années suivantes  et en quoi le nouveau gouvernement a engagé une rupture sur ce thème ?

  Exemple sur le périmètre agriculture : en 2012 pour le secteur santé animale et végétale : 1 départ sur 5 a fait l’objet d’un remplacement et pour les services déconcentrés 1 départ sur 7 est remplacé !

Quels sont les chiffres pour 2013 ?

Pour la DREAL, les 4 DDTM bretonnes et la Direction des routes nationales de l'OUEST, c'est encore plus de 110 postes qui seront supprimés en 2013, laissant les services en sureffectif budgétaire et bloquant quasiment toute mobilité entrante, ce qui asphixiera encore un peu plus l'activité qui est déjà clairement affichée en « mode dégradé » !!

Il est également crucial de pointer les questions relatives à la GPEC qui couvrent plusieurs sujets majeurs tels que

-       la prise en compte du vieillissement des agents : ex en Agriculture 30% des agents sont âgés de + de 56 ans au 01/01/2012 et plus généralement 50% des agents en DDI en Bretagne seront partis en retraite d'ici 5 à 10 ans 

-       la gestion et la transmission des compétences entre agents : ex des DDTM en Bretagne où un agent est chargé de la GPEEC mais aussi de la formation et du rôle de conseiller mobilité carrière pour près de 500 collègues …

  et que dire de la situation des agents de catégorie C ?   combien en reste t'il aujourd’hui dans les services combien seront-ils demain ?

Madame la Ministre, vous aviez indiqué, que la catégorie C serait la priorité pour 2013 : pour l’instant nous n’en voyons que peu d’effets. Certes, la CGT approuve votre décision d’un accès linéaire à l’échelon spécial transformé en 8e échelon dès le mois de juillet 2013 mais elle ne concerne qu’une partie des agents. Et les autres ?


La CGT vous demande en urgence d'autoriser les ministères à débloquer les taux d'avancements de grades en 2013 au sein de la catégorie C, comme viennent de vous l'écrire les ministres de l'égalité des territoires et de l'écologie, pour permettre aux agents d'avoir un véritable déroulement de carrière alors qu'il n'y a plus que très peu de recrutements.


La refonte de la grille indiciaire et la suppression de l'échelle 3 en transformant tous les postes en échelle 4 qui est elle-même rattrapée par le SMIC, doivent se concrétiser rapidement avec, dès 2013, la promotion de tous les personnels de l'échelle 3 qui remplissent les conditions statutaires.

 


Il serait vain de masquer  les attaques répétées  contre le statut de la fonction publique  conduites de manière  directe ou indirecte : ainsi l’idée lumineuse du directeur général de la fonction publique au cours du salon de l’emploi public vendredi dernier : «  il faut se pencher sur l’aménagement des grilles de traitement dans la fonction publique et pourquoi pas réfléchir à la notion même de grille » il propose également de supprimer les catégories A B et C et de bâtir un autre système … Autant de « ballons sondes » qui demandent  au minimum à être accompagnés de pistes très concrètes pour que de véritables négociations s'ouvrent.

Les agents de l'Etat supportent de moins en moins les différences de traitement entre les différents ministères concernant les prestations sociales, les régimes indemnitaires ou les indemnités liées aux restructurations et demandent qu 'un calendrier d'harmonisation rapide soit instauré et qu'aucune disposition nouvelle ne soit inférieure à une disposition similaire existant dans un autre ministère.

Qu'ils soient en DDI ou dans les services déconcentrés ou techniques, ils demandent à chaque ministère d'assumer ses responsabilités.

 

Action sociale

La CGT vous remettra également une fiche sur ce thème afin que les négociations que vous allez ouvrir prenne bien en compte les attentes des personnels en matière de restauration, de logement et de petite enfance, domaines sur lesquels la SRIAS Bretagne a particulièrement travaillé.

 


Elle vous demande de prendre toutes les dispositions pour que les agents pensionnés et retraités puissent être informés de leurs droits en matière de prestations d’action sociale.

 


Madame la Ministre, vous le savez, la Bretagne a toujours constitué un vivier important de fonctionnaires de l'Etat qui ont servi l'intérêt général pour les usagers, qui ont souvent été mobiles et qui constituent un réseau de personnes impliquées fortement dans la vie citoyenne et dans les territoires.


Ils attendent des réponses fortes et surtout qu'on leur donne les moyens de poursuivre leur action dans leurs services et pour reconnaître leurs qualifications.


le 8 avril 2013 à Rennes

 

 

 

 

Déclaration remise à la Ministre

 

 

  

délégation CGT :

·       Jean-Edmond Coatrieux  DDTM 22, Comité Régional Bretagne CGT, cgt.bretagne@wanadoo.fr

·       Françoise Creac'h cadic   DRJSCS, cohésion sociale, francoise.creachcadic@drjscs.gouv.fr

·       Serge Flageul                    DIRECCTE,  serge.flageul@direccte.gouv.fr

·      Jocelyne Pelé                    DDTM 22, écologie, jocelyne.pele@cotes-darmor.gouv.fr

 

 

Repost 0
11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 16:34
Les faits relatés ci-dessous sont authentiques et vérifiés.

Seul le nom du « contrevenant » a été effacé.

Certaines instances amies envisagent de porter plainte.
 
Anecdote racontée par un manifestant au soir de la manifestation devant le Sénat :

« Il est 20:35. Je repars de la manifestation de ce soir devant le Sénat, mon drapeau français à l'épaule en sifflotant.
Alors que je m'apprête à longer les grilles du Luxembourg et contourner le parc pour rejoindre mon véhicule, deux gendarmes mobiles s'adressent à moi :

-        Bonsoir, vous souhaitez passer derrière le parc ou poursuivre tout droit ? 
-        Bonsoir. Je dois longer les grilles pour récupérer mon véhicule.
-        Dans ce cas, si vous voulez passer derrière le sénat, nous allons devoir vous demander de rouler votre drapeau. 
-        Mais, c'est un drapeau français, vous ne pouvez pas me demander de le dissimuler !
-        Nous sommes désolés, mais ce sont les consignes. 
-        Je suis militaire, comme vous, vous ne pouvez pas me demander de cacher mon drapeau, c'est insensé !

-        Vous savez, nous sommes malheureux de vous le demander, nous n'avons rien à vous reprocher et nous comprenons votre exaspération, mais ce sont les ordres et nous devons les faire respecter. 
-        Écoutez, j'ai servi en Afghanistan où j'ai risqué ma vie en servant ce drapeau, j'en suis fier, vous ne pouvez pas, maintenant, me demander de le rouler !
-        Nous vous comprenons vraiment, cela nous désole, mais ce sont les ordres… 
-        Bien, vous faites un métier difficile.
Je vous souhaite bon courage et bonne soirée. Je vais donc continuer tout droit...
Je suis Français, je porte un drapeau français et je n'ai pas le droit de longer les grilles du Sénat français ! »
ET PENDANT CE TEMPS LÀ , À St OUEN ......La dhimmitude du maire , la honte !!!

Pour ceux qui ne le sauraient pas ou qui l'ont oublié, le FLN a tué 30.000 jeunes appelés Français entre 1954 et 1962  (10 par jour pendant 8 ans ).  

Un maire qui laisse faire ça dans sa commune devrait être pendu... par les c... 

 

Saint-Ouen (93), mairie Front de Gauche depuis 2008.

 
  Incroyable ! Lisez bien la pancarte !
 

Vous avez bien lu : 
> > 
membre du FLN 

Qui n’a pas encore compris que le PCF, la CGT et le Front de Gauche servent la cause islamiste, il va falloir se réveiller…….

 
  Qu'en pensent les anciens combattants, les anciens Harkis, les rapatriés, les familles des soldats tués au combat en Algérie ?

Repost 0
11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 16:22

Les touristes qui voulaient visiter le Louvre ce mercredi ont trouvé porte close : les agents refusaient de travailler.

En cause : la recrudescence des pickpockets qui sévissent dans le plus grand musée du monde.

L'image touristique de Paris, ces derniers temps, est déjà mise à mal par l'inquiétude des autorités chinoises face aux agressions de leurs ressortissants. Le musée va cependant rouvrir ses portes ce jeudi.

Déception pour les touristes qui attendaient devant la Pyramide : le célèbre musée du Louvre était fermé "jusqu'à nouvel ordre" et des panneaux avaient été installés à ses entrées indiquant que "les modalités de réouverture" seraient communiquées par téléphone.

En fait, le musée sera de nouveau ouvert ce jeudi.

Agressions, crachats, menaces, coups et insultes

L'arrêt de travail spontané des agents fait suite à un "ras-le-bol".

Alors qu'ils surveillent les oeuvres d'art et le public, ils "sont de plus en plus victimes d'agressions, crachats, menaces, coups et insultes de la part de voleurs en bandes, souvent mineurs, qui dérobent les visiteurs et que rien n'arrête", dénoncent les syndicats (CGT, FO, SUD).

Mineurs d'Europe de l'Est

Ces voleurs, ont témoigné plusieurs agents, sont souvent des mineurs d'Europe de l'Est qui entrent gratuitement dans le musée "à 20 ou 30" et parfois des adultes, qui bien qu'arrêtés par la police, recommencent à sévir quelques jours plus tard.

Selon la direction du Louvre qui s'est dite "très préoccupée" et a porté plainte elle-même en décembre auprès du parquet de Paris, "200 agents ont exercé leur droit de retrait" sur le millier qui travaillent au total dans le musée et les 470 présents en moyenne quotidiennement.

Mettre en place un dispositif de sécurité adapté

Une délégation a été reçue au ministère de la Culture.


Aurélie Filippetti doit contacter immédiatement son homologue de l'Intérieur, Manuel Valls "afin de mettre en place un dispositif de sécurité adapté à cette situation inacceptable et des moyens policiers supplémentaires à l'extérieur du musée".

La ministre va également "sensibiliser le ministère de la Justice au sujet des plaintes" déposées par les agents et les visiteurs, nombreuses à être "classées sans suite", selon plusieurs agents.

La direction du musée a décidé de mesures d'interdiction temporaire d'entrée pour les pickpockets déjà identifiés qui se représenteraient au musée.

Agressions contre des Chinois

Cette situation est un nouveau coup dur pour l'image de la capitale, après les agressions répétées de touristes chinois qui ont fait réagir Pékin et conduit la ministre du tourisme Sylvia Pinel à se saisir du dossier d'urgence.

Le 20 mars, un groupe de 23 Chinois fraîchement débarqués à Roissy s'était notamment fait détrousser devant un restaurant au Bourget, au nord de Paris.

 

Leur accompagnateur avait été frappé et s'était fait voler un sac qui contenait les passeports et une grosse somme en liquide.

AFP

SOURCE : LE TELEGRAMME (CLIQUEZ ICI)

jpbacman | 10 avril 2013 à 20 h 40 min |

Nouvelle publication sur policeetrealites.wordpress.com

 

Paris. Trop de pickpockets : le Louvre ferme ses portes !

by jpbacman
Repost 0