Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 mars 2014 2 25 /03 /mars /2014 08:07

En kiosque depuis le 21 mars : Un hors-série du quotidien Présent

LE VOTE DES 5 MANIFS : LA CLAQUE À HOLLANDE

Marche Pour La Vie, Jour de Colère, Manifs pour Tous (Paris et Lyon), Dissolution des Femen…

8 pages couleurs

Photos, entretiens et tribunes libres :

Albéric Dumont, Jean-Yves Le Gallou, Christophe Boudot,

Gabrielle Cluzel, Cécile Edel…

et une interview exclusive d’un Hommen.

Présent, le seul quotidien en kiosque de la droite catholique et nationale, demande aux futurs maires s’ils ont entendu les revendications et la colère de millions de Français !

Un numéro à lire et à diffuser

Disponible pour 1 euro en téléchargement sur le site www.francephi.com :http://francephi.com/boutique/present-hors-serie-mars-2014-le-vote-des-5-manifs-2/

Les nouveaux tarifs d'abonnements de Présent

• Abonnement découverte : un abonnement pour nous suivre pendant toute cette période électorale. Du numéro spécial « Le vote des 5 manifs » au lendemain des élections européennes : 2 mois pour 35 euros (par prélèvement : 17,50 euros par mois).

• Abonnement jeunes lecteurs 15-22 ans : 6 mois pour 49 euros (par prélèvement : 8 euros par mois). Pour redonner la possibilité aux plus jeunes de réfléchir avec nous, de se former et de combattre.

• Abonnement jeune adulte 23-33 ans : 6 mois pour 99 euros (par prélèvement : 16,50 euros par mois). Pour aider les jeunes familles assaillies par leurs obligations et leurs charges, à ne pas décrocher.

• Tarif normal : à partir de 34 ans : 12 mois pour 299 euros (par prélèvement : 25 euros par mois).

• Plus de 50 ans : 24 mois pour 580 euros (par prélèvement 25 euros par mois).

• Abonnement transmission : Vous voulez transmettre votre idéal et votre identité aux jeunes générations ? 2 ans pour 1 200 euros (par prélèvement 50 euros par mois).

Trois livres au choix écrits par l’un de nos rédacteurs et personnellement dédicacés seront offerts à ceux qui choisissent de nous soutenir par cet abonnement transmission. Ainsi qu’un dessin original de Chard.

Nos journalistes sont aussi des auteurs : Anne Brassié, Alain Sanders, Rémi Fontaine, Yves Chiron, Francis Bergeron, Camille Galic, Chard, Catherine Robinson, Samuel Martin, Jacques Trémolet de Villers…

Renseignements, abonnement : Présent, 5 rue d’Amboise, 75002 Paris (01 42 97 51 30)

Repost 0
25 mars 2014 2 25 /03 /mars /2014 07:41

L’UMP doit lever l’interdiction des alliances locales avec le FN

Posted: 24 Mar 2014 05:43 AM PDT

Après le premier tour des élections municipales, tous les commentateurs ont convenu de la baisse du PS, du bon résultat du l’UMP et de la poussée du FN.

Effectivement, mais il faut insister sur les deux derniers points : l’UMP (tout comme l’UDI) ne réalise pas de véritable percée, aucun "nouveau nom" n’apparaît au soir de cette élection et cette formation est incapable d’inquiéter la gauche, pourtant en recul, à Paris, Lyon ou Lille.

La performance c’est le FN qui la réalise en multipliant ses scores par deux ou trois par rapport aux municipales précédentes et en réussissant des cartons dans de nombreuses villes (Hénin-Beaumont, Béziers, Fréjus, Forbach, Tarascon, Perpignan, Avignon, etc.). Lorsque le FN présente une personnalité connue (Florian Philippot, Louis Aliot, Gilbert Collard, Robert Ménard) ou bien implantée (Steeve Briois, David Rachline à Fréjus, Valérie Laupies à Tarascon), le candidat UMP est balayé de la même façon que celui du PS.

Il faut se rendre à l’évidence : le Front National constitue l’élément le plus dynamique de la droite.

Dans ce cadre, l’interdiction par l’UMP de toute alliance locale avec le FN est stupide car elle coupe en deux de façon artificielle l’électorat de droite ; un électorat qui, lui, y est favorable selon tous les sondages récents, dont le dernier en d
ate.

Elle empêche de donner un grand coup de balai à la gauche municipale.

Elle traduit un mépris pour les électeurs FN que ceux-ci font payer au deuxième tour lors d’un duel PS/UMP (par exemple Hollande-Sarkozy…).

Elle est incompréhensible car au niveau local les différences de programme entre UMP et FN sont faibles, et en réalité convergent autour des thèmes de l’insécurité et de la baisse des impôts.

Et cela n’empêcherait en rien de refuser tout accord au niveau national, tant il est vrai que les différences sur les programmes économiques demeurent irréconciliables, nous sommes bien d’accord.

Ce refus d’alliances locales est aussi dangereux car ce premier tour montre l’émergence d’un tripartisme PS-UMP-
FN.

Or, dans notre système majoritaire à deux tours, le tripartisme n’est pas viable à long terme, on reviendra rapidement à un bipartisme.

Il suffirait de pas grand chose, par exemple que l’UMP présente à l’élection présidentielle de 2017 un candidat de la "fausse droite" comme Alain Juppé pour être pulvérisé par Marine Le Pen.

C’en serait alors vite fini de l’UMP…

Ce refus d’alliance équivaut à un suicide, il est temps d’y mettre fin.

PS : aidez-moi à défendre cette position au sein de l’UMP, cliquez sur ce lien, merci.

Philippe
Herlin

Repost 0
24 mars 2014 1 24 /03 /mars /2014 18:39

L'immigration humanitaire, Némésis d'une Europe compatissante

Un colloque organisé par l'IGP (l'Institut Géopolitique des populations) le samedi 3 avril 2014 de 9h à 18h à la salle Asiem, 6 rue Albert de Lapparent, Paris 75007.

Programme

Matin

Présidence : Philippe Millau, HEC, Chef d'Entreprise, ancien président de la Commission du développement économique et de l'emploi de la Région Ile-de-France

9h00 - 9h15 : Introduction

Yves-Marie Laulan, président de l'Institut de Géopolitique des Populations

9h15 - 9h30 : Ouverture

Jacques Bompard, député-maire d'Orange*

9h30 - 10h15 : Les flux migratoires

Jean Paul Gourevitch, expert et essayiste

10h15 - 11h00 : Pourquoi les migrants émigrent-ils ?

André Posokhow, spécialiste de l'Afrique

11h00 - 11h45 : Le roman noir des demandeurs d'asile. La fiction au service du rêve

Philippe Randa, éditeur et chroniqueur

11h45 - 12h30 : Les coûts de l'immigration humanitaire et des demandeurs d'asile - Débats

Yves-Marie Laulan, économiste et démographe

Après-midi

Présidence : Guy Vidal, ancien haut fonctionnaire

14h30 - 15h15 : Les mécanismes de l'immigration humanitaires

Françoise Monestier, chercheur en sciences sociales

15h15 - 16h00 : L'immigration clandestine, un danger pour l'équilibre de nos sociétés

André Pertuzio, ancien conseiller auprès de la Banque mondiale

16h00 - 16h45 : Que faudrait-il faire ?

Jean-Yves Le Gallou, président de Polémia

16h45 - 18h00 : Débats.

18h00 : Conclusions : les perspectives à long terme

Yves-Marie Laulan, président, Institut de Géopolitique des Populations

* Sous réserve de confirmation.

Les Actes du colloque feront, comme d'habitude, l'objet d'une publication dans la revue de l'Institut de Géopolitique des Populations.

Participation aux frais : 10€ (5€ pour les étudiants)

Repost 0
24 mars 2014 1 24 /03 /mars /2014 11:11

POUR LE PARTI DE LA FRANCE !

24/03/2014

L'aventure ne fait que commencer

Des chiffres en trompe-l’œil : Ce que la majorité des craonnais a exprimé au premier tour de l’élection municipale, c’est un mouvement massif de rejet, ce qui est évidemment insuffisant au regard des enjeux.

Nous sommes évidemment un peu déçus de constater que les craonnais ont plus voté en regardant le mandat qui se termine que celui qui va commencer.

Notre score modeste n’est sans doute pas représentatif de notre apport positif à une campagne qui promettait d’être terne et parfois nauséabonde.

Nous avons au moins deux motifs de satisfaction :

1- Le bonus de ce scrutin : Il est notable que la participation à Craon a été de 7 points supérieure à la moyenne nationale, soit presque l’équivalent de notre résultat. Réconcilier les électeurs avec l’élection était un de nos objectifs, le voilà atteint.

2- Quelque chose est né : Partie en campagne il y a un mois et demi, la liste TOUS POUR CRAON réussit à entrer au conseil municipal.

Compte tenu de nos faiblesses réelles, nous avons réalisé un parcours sans faute.

Nous siègerons au conseil municipal avec la ferme intention d’inscrire dans la durée notre démarche de proposition et y exercer une vigilance de chaque instant.

http://touspourcraon.hautetfort.com/archive/2014/03/24/l-aventure-ne-fait-que-commencer-5330422.html

Repost 0
24 mars 2014 1 24 /03 /mars /2014 10:44

Dominique Lesaint · Panthéon Sorbonne

Le FN doit il rester à perpétuité à 10-15% sans accéder au pouvoir ou pratiquer la langue de bois pour le gagner et enfin agir ?

Ne doit -on pas accepter des sacrifices de forme sur l'instant en pensant en priorité à la souffrance de nos compatriotes qui n'ont pas forcément l'envie d'attendre encore 40 ans ?

Claude Berger ·

Comme prévu, le FN new-look est gagnant.

Normal puisqu'il est dédiabolisé, qu'il ne "dérape" plus par des propos fleurant l'antisémitisme, qu'il est maintenant bien sage.

C'est ce qui fait qu'il est accepté comme un « parti comme les autres ».

Donc plus rien à craindre de lui, et si Marine arrive un jour à bon port, elle fera sûrement une politique comme les autres.

Où sera alors le changement promis ?

Gerard Gerard · Université de la démerde

hélas les alliances directs ou indirects ( je me retire de la triangulaire) vont marcher a fond au 2eme tour et je crains que cela s'arrete la ???

jean-marie lebraud

Le renouveau national est en marche ! Nous gagnons des élus municipaux comme prévu ! encore Bravo a nos candidats !

A noter que le PDF ou il était représenté est le seul parti politique, LE SEUL, qui ait proposé, dans sa charte pour les municipales de ..."consulter tous les citoyens sur tous les projets importants" .

Source : http://www.bvoltaire.fr/philipperanda/au-nord-steeve-briois-se-devait-de-gagner-henin-beaumont,54325?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=a128b7b972-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-a128b7b972-30403221&mc_cid=a128b7b972&mc_eid=35158644a0

Repost 0
24 mars 2014 1 24 /03 /mars /2014 10:17

LE CSA RAPPELLE A L'ORDRE BFM TV SUR LE TEMPS DE PAROLES DU FN

le 21 mars 2014 dans Médias

Se basant sur des chiffres qui montrent qu’entre le 10 février et le 14 mars, BFMTV a alloué au Front national 43,23% (soit 33 minutes) du temps consacré à la couverture de la campagne nationale des élections municipales, le régulateur a appeler la chaîne à « procéder d’urgence aux réajustements qui s’imposent au regard du principe d’équité avant le premier tour de l’élection municipale ».

Celle-ci avait jusqu’à aujourd’hui 21 mars pour rééquilibrer.

Cependant, ces chiffres sont à nuancer. En effet, ils ne concernent que les sujets qui traitent des municipales sur un plan national, et non local. Or ceux-ci sont plutôt rares et ne représentent que 54 minutes et 20 secondes pour BFMTV (sur quatre semaines), dont 23 minutes (environ 43%) consacrées au Front National.

De plus, ces 23 minutes sont essentiellement axées autour des fameux candidats « malgré eux » du FN… pas vraiment un sujet favorable pour le parti frontiste.

« Notre couverture locale montre que nous respectons l’équilibre, ajoute Hervé Béroud. Au plan local, nous avons ainsi consacré 2h47 aux listes PS, 2h30 aux listes UMP et 54 minutes aux listes FN », a assuré le directeur de la rédaction de BFMTV, Hervé Béroud.

Cela n’a pas suffi au CSA qui, dans son rapport, « a relevé que le traitement de l’actualité électorale au niveau national est caractérisé par le faible accès à l’antenne des représentants de l’UMP et du parti socialiste ainsi que par la persistance de la surreprésentation du Front national ». « Le Conseil appelle très fermement l’attention de BFM TV sur la nécessité de procéder d’urgence aux réajustements qui s’imposent au regard du principe d’équité avant le premier tour de l’élection municipale », met-il en garde.

À BFMTV, on assure que le rééquilibrage est en cours. « Nous prenons acte de ce rappel à l’ordre. BFMTV respectera bien la loi et atteindra l’équité au 21 mars à minuit, comme celle-ci l’impose », a réagi M. Béroud.

http://www.ojim.fr/le-csa-rappelle-a-lordre-bfmtv-sur-le-temps-de-parole-du-fn/?utm_source=Newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=af3b25fbbf-mailchimp&utm_term=0_ca15a58a97-af3b25fbbf-71291141

Repost 0
24 mars 2014 1 24 /03 /mars /2014 09:58

Profanation du Sacré-Cœur : des précisions et une petite leçon d’Histoire

Le 23 03 2014 Avec 2 Commentaires

Mon post d’hier, signalant à 14 h, une nouvelle profanation de la basilique du Sacré-Cœur de Montmartre, sous la forme de tags en “hommage” à « la Commune » a été lu par un millier de personnes sur le blogue et par plus de 3 000 sur notre page Facebook, mais cette information n’a fait l’objet d’aucune info dans la presse – à l’exception, hier au soir, du Salon Beige.

Quant aux “politiques” c’est l’omerta totale. On m’explique qu’en raison des élections municipales, les politiques doivent demeurer motus et bouche cousue…

Les candidats, sans doute, mais les gouvernants ? Si une HLM avait pris feu dans la journée d’hier, causant la mort d’occupants, pensez-vous que le ministère de l’Intérieur, que celui de l’Égalité des territoires et du logement, que Matignon ou l’Élysée seraient demeurés muets ? Évidemment, non !

Pourquoi donc ce silence étourdissant sur cette deuxième profanation du Sacré-Cœur en moins d’une semaine ?

Le même lecteur à qui je dois cette “exclusivité” d’hier matin (de nouveau merci cher L. D. !), a tenu à m’apporter quelques précisions hier en début d’après-midi.

Je vous les livre comme je les ai reçues : « Les graffitis ont été effacés pendant la Messe de 11 h 15. On peut cependant en distinguer encore quelques traces ».

Cherchant désespérément, de fort bonne heure ce matin, quelque écho sur la toile information de cette nouvelle profanation, je n’ai rien trouvé sauf… un article traitant de la première profanation du 18 mars – jour anniversaire, je le rappelle, du commencement de la Commune de Paris en 1871.

Cet article, intitulé « Le Sacré-Cœur est communard, ignare ! » et du à un certain Bonaventure Coenophile, a paru le 19 mars sur un blogue que je ne connaissais pas : Le Club des Saumons

En voici un extrait particulièrement savoureux que je dédie tout particulièrement au pontifiant écoconomiste Jacques Sapir et au galopin Ian Brossat

« Des petits vandales du dimanche, cancrelats dévorés par leur inaptitude et leur bêtise crasse ont considéré qu’en ce triste anniversaire, leur devoir était de se venger de ces chrétiens qui avait construit la basilique du Sacré-Cœur en expiation.

Ces misérables petits rebelles pour bac à sable mention crétin, se rêvant un instant en Jules Vallès, ont pensé orgueilleusement qu’en souillant le Sacré-Cœur de tags haineux appelant à la profanation ou le meurtre, ils allaient honorer la Commune.

Ils n’ont fait que rappeler qu’elle fut un temps de terrorisme là où elle aurait du être porteuse d’espoir, une réaction.

Ces idiots ont surtout étalé devant la France entière leur ignorance affolante, puisque même Wikipedia précise que le Sacré-Cœur n’est pas un monument pour faire expier aux Parisiens leur Commune, mais bien la défaite et Sedan.

La preuve en est que sa construction fut prévue en 1870, et que le discours de Mgr Fournier qui demanda son édification condamnait les mêmes erreurs et errements français que Gambetta et les Rouges du Père La Chaise.

Sans les folies progressistes, certes. Mais il reste que le Sacré-Cœur est un symbole de lutte patriotique, non celui d’une résignation ou d’une trahison.

A force de vouloir voir l’histoire en noir et blanc, ou en noir et rouge, il semblerait que notre jeunesse soit devenue daltonienne. »

Source : Le Club des Saumons

- See more at: http://www.christianophobie.fr/breves/profanation-du-sacre-coeur-des-precisions-et-une-petite-lecon-dhistoire#sthash.6xF7pSNc.dpuf

Repost 0
24 mars 2014 1 24 /03 /mars /2014 09:38

Municipales: «Les Français râlent mais restent chez eux»

VOTRE AVIS - Les bons résultats du FN, la faible participation, les mauvais scores des socialistes…

Tour d'horizon des sujets qui ont concentré l'attention des commentateurs du Figaro au premier tour des municipales.

La participation parlent d'eux-mêmes. Les programmes proposés ne répondaient pas aux attentes des citoyens», soupire Loïc C.

Au soir du premier tour des municipales 2014, les internautes du Figarosont plutôt d'humeur morose.

L'abstention record, la montée du FN et le coup dur pour le PS ne les mettent pas forcément en joie.

Certains commentateurs n'ont pas pris la peine de se déplacer ce dimanche. «À quoi bon voter pour des partis qui proposent la même chose? Le vote blanc? Il n'est pas vraiment comptabilisé.

L'abstention, c'est manifester», défend Fred O. «Les mécontents pourraient au moins faire l'effort de se déplacer pour voter blanc.

Avec l'abstentionnisme, on dirait que les Français se fichent de leur avenir. Or, ce n'est pas avec l'inaction que les choses vont changer», lui rétorque Johanna P.

«Les Français râlent mais restent chez eux, alors qu'on leur donne le pouvoir de faire bouger les choses», proteste Nadège B. «Je viens de voter aujourd'hui pour la première fois: j'ai 18 ans, raconte Mat C.

Et je souris du fait qu'on me fait me déplacer alors qu'il n'y a qu'une liste. J'ai voté blanc. J'ai fait mon devoir de citoyen.»Olivier P. préfère voir les choses du bon côté: le «parti» de l'abstention a beau faire 35%, notre internaute se rassure: en étant parmi les votants, il est «en tête».

Que penser alors des résultats du FN? Steeve Briois est élu dès le premier tour à Hénin-Beaumont, Florian Philippot est bien placé à Forbach, Gilbert Collard également à Saint-Gilles… «Bravo le FN!», applauditCédric T.

Les 7% de l'extrême droite réjouissent plusieurs dizaines de commentateurs, qui en profitent pour critiquer «l'UMPS». «Un peu de bousculade, c'est bien...», assure Isabelle H. Anne R. se désole: «Quand je constate que Najat Vallaud-Belkacem dit que le PS fera tout pour empêcher les victoires du FN, je me dis que ces têtes bien pensantes auraient dû tout faire bien avant - maintenant, c'est un peu tard...» Frédéric S. nuance tout de même: «En prenant un peu de recul, les médias en font un peu beaucoup trop sur le FN, car pour l'instant, ils n'obtiennent qu'une ville sur 36.000...»

«La gauche ne se maintient que grâce aux divisions de la droite»

Pierre C., lui, préfère se réjouir du score de l'UMP et saluer «une très belle montée de la droite», qui «fait plaisir».Stephen D. veut voir un lien direct entre la récente apparition médiatique de l'ancien président français et le succès de son parti. Il lui attribue même l'avance de Nathalie Kosciusko-Morizet dans la capitale. «Vive Nicolas Sarkozy et sa tribune qui a galvanisé les troupes parisiennes!», écrit-il. Quant à Zanzibar , il préfère se concentrer sur la réélection du candidat de l'UMP à Bordeaux:Juppé, «le leader dont la droite républicaine a besoin Marine A. est plus mesurée: «Est-ce une sanction de la politique maladroite et sans résultat de la gauche, ou un vrai engouement pour les programmes de la droite?»

Car un sujet met d'accord la majorité des commentateurs: le désaveu essuyé par François Hollande et les difficultés rencontrées par ses ministres. «Une raclée pour la gauche, c'est une évidence», assure Anthony G. Louise D. n'est pas catastrophée par les chiffres des socialistes et de leurs alliés: «Ils n'ont pas pris la déculottée prévue, loin de là!» Kader P. lui répond: «La gauche ne se maintient que parce que la droite est divisée, affaiblie par une guerre des clans.» Prudente, Corinne N. se garde pour l'instant de toute conclusion: «J'attends dimanche prochain, car le vote de ce soir est à l'image des Français d'aujourd'hui: un vote de désespoir.

Source: http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2014/03/25/31001-20140325ARTFIG00001-municipales-les-francais-ralent-mais-restent-chez-eux.php

Repost 0
23 mars 2014 7 23 /03 /mars /2014 15:09



DIRECTION

  • Président : Carl LANG
  • Secrétaire Général : Thomas JOLY
  • Trésorier : Myriam BAECKEROOT

BUREAU POLITIQUE

  • Bernard Allain
  • Myriam BAECKEROOT
  • Christian BAECKEROOT
  • Michel BAYVET
  • Martial BILD
  • Michèle CARAYON
  • Jean-Pierre DELLAC
  • Jean-Marc DENIER
  • Aldric DERRÉ
  • Pierre DESCAVES
  • Christophe DEVILLERS
  • Jeanne DUMONT
  • Jean-Claude FRAPPA
  • Régane GUIDON
  • Bruno HIROUT
  • Roger HOLEINDRE
  • Thomas JOLY
  • Jean-Marie LEBRAUD
  • Fernand LE RACHINEL
  • Martine LEHIDEUX
  • Eliane MARCO-GIMENEZ
  • Matthieu MAUTIN
  • Eric PINEL
  • Robert PONGE
  • Dominique SLABOLEPSZY
  • Jean-Pierre REVEAU
  • Jean VERDON

ELUS AU CONSEIL NATIONAL

  1. Bernard ALLAIN
  2. Alain ANGLARET
  3. Christian BAECKEROOT
  4. Myriam BAECKEROOT
  5. Michel BAYVET
  6. Martial BILD
  7. Huguette BOUGRO
  8. Michel BOUGRO
  9. Vincent BOURDONNEAU
  10. Michèle CARAYON
  11. Jacques CHASSAING
  12. Sylvie COLLET
  13. Jacques DAUTREME
  14. René DECLERCQ
  15. Dominique DE LAPRADE
  16. Jean Pierre DELLAC
  17. André DELEVALLET
  18. Monique DELEVALLET
  19. Jean-Marc DENIER
  20. Christophe DENIS
  21. Aldric DERRE
  22. Pierre DESCAVES
  23. Christophe DEVILLERS
  24. Jeanne DUMONT
  25. Jean-Claude FRAPPA
  26. Réjane GUIDON DORE
  27. Jean-Pierre GUIDON
  28. Claude GUITTON
  29. Marie-Anne HAAS
  30. Bruno HIROUT
  31. Roger HOLEINDRE
  32. Thomas JOLY
  33. Marie-Claude JOLY
  34. Jean-Marie LEBRAUD
  35. Martine LEHIDEUX
  36. Christophe LEHOT
  37. Fabrice LENGELE
  38. Fernand LE RACHINEL
  39. Daniel LUCAS
  40. Eliane MARCO – GIMENEZ
  41. Katell MAUTIN
  42. Matthieu MAUTIN
  43. Georges MONTAIGNE
  44. Elisabeth MONTANDON
  45. Patrick MOUTEL
  46. Pierre PEZET
  47. Frédéric PINCHON
  48. Eric PINEL
  49. Robert PONGE
  50. Karine PUECH
  51. Jean-Pierre REVEAU
  52. Jean-Paul SAINTE-CROIX
  53. Dominique SLABOLEPSZY
  54. François SOUSSELIER
  55. Jean-Christophe TISSERANT
  56. Bernard TOUCHAGUES
  57. Dominique TOUZOT
  58. Valéry VAN BATTEN
  59. Pierre Marie VERDIER
  60. Valérie VERDIER
  61. Jean VERDON
  62. Alde VINCI
  63. Danielle WEBER
  64. Olivier WYSSA

LISTE ALPHABÉTIQUE DES MEMBRES FONDATEURS

Bernard ANTONY

Marié, 4 enfants
Membre de la Jeunesse étudiante catholique, pendant ses études de Lettres à Toulouse dans les années 1960, il est secrétaire général de la Fédération générale des étudiants de Toulouse (FNEF) et crée avec Hélène Sabatier le « Cercle Jean de Brem ».
Directeur des relations humaines des Laboratoires Pierre Fabre, il crée à Toulouse le centre de formation aux relations du travail et formera des cadres, des agents de maîtrise et des syndicalistes des industries de la chimie, de la métallurgie mais surtout de l'aéronautique. Directeur depuis 1975 du mensuel Présent où il signe de ses deux prénoms Romain-Marie il participe ensuite en 1982 à la fondation du quotidien Présent dont il sera le directeur général pendant un an. Catholique romain, il récuse tout aussi bien le qualificatif « d'extrême droite » que de « national catholique ».
En parallèle à son activité au quotidien Présent, Bernard Antony s'est engagé sur le terrain associatif catholique. Il est le président de l'Agrif, du Centre Henri et André Charlier (qu'il a fondé en 1980), de Chrétienté-Solidarité, et coprésident du Cercle d'Amitié française juive et chrétienne avec Jean-Pierre Cohen et Serge de Beketch.
Sur le plan de la politique électorale, en 1983, il anime le CNI sur Toulouse et sa région. Il rallie ensuite le Front national à l'occasion des européennes de 1984, et siégera dans le Groupe des droites européennes. En mars 1986, il mène la liste FN dans le Tarn aux élections régionales. Il sera réélu en 1992 et 1998. Il sera député européen Front national de 1984 à 1999 et conseiller régional de Midi-Pyrenées de 1986 à 2004.
Depuis novembre 2007, il anime toutes les 4 semaines un Libre Journal de 3 heures le mercredi soir sur Radio Courtoisie.
Membre du Bureau Polit
ique du PdF.

Christian BAECKEROOT

Marié, 3 enfants, 6 petits enfants.
Conseiller régional du Nord/Pas-de Calais, conseiller municipal de Tourcoing, ancien député du Nord,
Adhérent du Front National de 1972 à 2008,
Membre démissionnaire du Bureau Politique en octobre 2007.
Saint-Cyrien, Croix de la Valeur militaire,
Expert-comptable, Commissaire aux comptes, licencié en Droit Public.
Membre du Bureau Pol
itique du PdF.

Myriam BAECKEROOT

Née en décembre 1947, mariée à Christian, trois enfants, audit comptable, ancien responsable du F.N. (membre du Bureau Politique avant le Congrès de 2007 où elle ne s’est pas représentée, secrétaire départemental des Yvelines).
Actuellement Conseillère Régionale dans le groupe des Nationaux et Indépendants en Ile-de-France, membre du F.N. depuis sa création : elle a toujours soutenu l’unité en respectant les sensibilités individuelles. Elle s’est éloignée de la direction « familiale » du F.N., indignée par la volonté affichée de faire partir les meilleurs sur le terrain : Jacques Bompard, Marie-France Stirbois, etc, etc……. mais aussi l’abandon de la défense des idées qui avaient été toujours les nôtres.
Membre du Bureau Politique du
PdF.

Michelle BEAL

Diplôme Lower certificate of Cambridge (1948)
Ancienne attachée de Direction
Conseiller régional Nord/Pas-de-Calais
Ancienne Conseiller municipal de Saint-Amand-les-Eaux (59)
Présidente d’Honneur du Souvenir Français
Présidente du Comité Historique et archéologique de Saint-Amand-les-Eaux depuis 1981
Membre amie du Cercle National des Combattants
Membre du C.A.T
.M. et Veuves.

Martial BILD

Né à Paris le 12 novembre 1961 à Paris .Marié et père de trois enfants.
Militant de la cause nationale depuis 1980, il a exercé de nombreuses activités au sein de la droite nationale et populaire : directeur national du Front National de la Jeunesse, Secrétaire général adjoint puis délégué général adjoint du FN, directeur du magazine FDA-Français d' abord.
Conseiller municipal de 1989 à 2001, il est Conseiller régional d' Ile de France depuis 1992, membre de la Commission Culture, administrateur du Comité régional du tourisme d' Ile de France et de l ' Orchestre national d' Ile de France.
Homme de communication, il anime un "libre journal de la Resistance Française" sur Radio Courtoisie
Membre du Bureau Politique
du PdF.

Michèle CARAYON

Mère de famille
Conseillère, régionale de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur (depuis 1992)
Vice-Présidente du CNFE
Déléguée départementale de l'AGRIF pour les Bouches-du-Rhône
Membre du Bureau Politique
du PdF.

Monique CHAPEL

Mariée deux enfants
Née à Lannilis (Finistère). Intendante dans un lycée privé de l’Oise. Membre du Front National depuis 1999. Membre actif de la fédération FN de l’Oise depuis cette date, candidate à de nombreuses élections (cantonales, régionales, sénatoriales, législatives et européennes).
Conseillère régionale de Picardie depuis mars 2
004.

Sylvie COLLET

Mariée – 1 enfant
Adhésion en 1983 au Front national de la jeunesse
Première participation à une élection (Municipales Rosny sous Bois) en 1989.
En poste à l’Atelier de Propagande du Front National comme maquettiste puis au Parlement européen au Groupe des Droites Européennes.
Maquettiste au Conseil Régional du Nord Pas de Calais en 1992.
Sous la direction du Secrétaire Général, mise en pages les « Guides du Responsable du Front National » pour le siège national.
En poste au siège national au service des fédérations en 2000, elle participe à l’organisation du Congrès en 2000 et est élue membre du Comité central (2000-2007)
Assistante au Secrétariat Général.
Candidate aux Elections législative en Seine Saint Denis en 2002.
Elle rejoint la fédération normande de Seine Maritime en 2003 et sera candidate aux Elections cantonales.
Conseillère régionale de Haute-Normandie depuis 2004.
Candidate aux Elections
législatives de 2007.

Marie-Paule DARCHICOURT

Mariée, mère de famille
Diplômée de l'Ecole des Sous-Officiers de l’Armée de Terre, brevetée parachutiste
Militaire de carrière (er) au Gret 802 de Lille
Conseillère à l’Emploi aux ANPE de Paris, Lille, Valenciennes et Hénin-Beaumont
Conseillère Régionale du Nord-Pas de Calais depuis mars 2004
Membre du Conseil d’Administration du Centre Hospitalier Adolphe Charlon d’ Héni
n-Beaumont

Jacques DAUTRÊME

Conseiller régional de l'Eure et Loir
Adhérent du Front national depuis 1978.
Responsable de la circonscription de Dreux (2000-2008)
Assistant parlementaire de Marie-France Stirbois (1989-1993)
Il a participé au "coup de tonnerre de Dreux" aux élections municipales partielles
de 1983.

Monique DELEVALLET

Mariée, deux enfants
Ancienne comptable, ancienne commerçante,
Retraitée
Conseillère régionale Nord/Pas-de-Calais
Candidate aux diverses élections : cantonales, législatives, municipales
Membre du souvenir
français.

André DELEVALLET

Ancien mineur de fond
Retraité de la gendarmerie (chef honoraire)
Ancien conseiller municipal
Ancien combattant d’Algérie
Médaille militaire
Croix de la Valeur militaire, citation à l’ordre de la division
Croix du combattant
Médaille d’Afrique du Nord
Médaille de reconnaissance de la Nation
Garde d’Honneur de Notre Dame de Lorette
Membre d
u Souvenir Français.

Claude DERESNES

Né à Hautmont (59), marié, deux enfants
Directeur général de l’industrie (en retraite)
Conseiller régional Nord/Pas-de-Calais (3ème mandat)
Ex-Conseiller municipal de Maubeuge (3 mandats)
Décorations :
Médaille militaire
Valeur militaire étoile d’argent
Citation à l’ordre de la Division
Croix du combattant A.F.M.
Médaille des combattants de moins de 20 ans
Médaille commémorative A.F.M.
Médaille du combattant interalliés
Médaille « Etoile civique » (argent)
Croix du combattant de l’Europe
Titre de reconnaissance de la Nation
Gr
and invalide de guerre (100 %)

Patrice de BLIGNIERES

Marié, 2 enfants
Né à Hennebont, Morbihan.
14ème d'une famille de 16 enfants
Etudes secondaires à Vannes, chez les Jésuites.
Service militaire en Autriche, dans les Chasseurs alpins :
Ingénieur informaticien chez BULL, General Electric, Honeywell et SIEMENS
Membre du Bureau Poli
tique du PdF.

Jean-Marc DENIER

Officier supérieur parachutiste des troupes de Marine (29 ans de service)
Fondateur et président d'une société de conseil pendant 13 ans.
Il adhère au FN en 1990.
Tête de liste FN aux régionales dans le Tarn. Elu Conseiller régional en 1992. Conseiller municipal de Castres. Responsable de circonscription, il est candidat à toutes les élections depuis cette date.
Il quitte le Tarn en 2002 pour la Manche où il devient Secrétaire départemental FN en octobre 2002.
Conseiller régional de Basse
Normandie.

Pierre DESCAVES

Né en Algérie. Docteur ès sciences économiques, diplômé de l'Institut du droit des affaires et de l'Ecole nouvelle d'organisation économique et sociale.
Expert-comptable. Expert judiciaire.
Il fonde avec le colonel Louis Battesti l'ANFANOMA (Association nationale des Français d'Afrique du Nord)
Il adhère au Front National en 1984 et devient secrétaire régional du FN Picardie.
Il sera candidat à tous les scrutins électoraux.
Elu député de l'Oise en juin 1986
Conseiller municipal de Saint-Maur -des-Fossés en mars 1959.
Conseiller municipal de Noyon (1989-2001)
Conseiller général de Noyon (1998-2004)
Conseiller régional de Picardie (depuis 1992)
Membre du Bure
au Politique du PdF.

Mélanie DISDIER

35 ans Commerçante, mariée deux enfants.
Adhérente du FN depuis 1998, elle a participé à toutes les élections. Responsable de la 18ème circonscription du Hainaut, conseillère municipale de Caudry depuis 2002 et conseillère régionale du Nord/Pas-de-Calais depuis 2004.
Elle a démissionné du FN en Novembre
2008

Jacques DISDIER

Colonel en retraite, chevalier de la légion d’honneur, officier du mérite, croix de guerre Indochine et Algérie, 31 ans de service dont 20 ans hors Europe, diplôme d’arabe et d’islamologie de l’école des langues orientales.
Au FN depuis 85 et responsable du cambrésis, il a été candidat à toutes les élections et trois fois élu ( un mandat régional et 2 municipaux
).

François DUBOUT

Conseiller régional du Nord/Pas-de-Calais, artiste et instituteur, né en 1959 à Calais, ville où il travaille, réside et s'est engagé politiquement (il a mené une liste aux dernières municipales).
Fils de résistant interné torturé et déporté, il a été pendant 20 ans chargé d'écrire et prononcer, à chaque cérémonie du souvenir de la déportation, l'élégie à la mémoire de ceux qui ont donné leur vie pour notre liberté.
Educateur, mais aussi artiste populaire, il a aussi su mettre son engagement au service de la cause « humanitaire » (Restos du cœur, Banque alimentair
e…).

Daniel DUHAMEL

Marié, 7 enfants
Carrière militaire de 1948 à 1968, Colonel honoraire
Brevets parachutiste, pilote avion et hélicoptère
Campagnes d’Indochine et d’Algérie
Officier de la Légion d’Honneur, Médaille militaire, Commandeur de l’Ordre National du Mérite,
Croix de Guerre des T.O.E.
Croix de la Valeur Militaire
8 citations, 2 blessures
Carrière civile de 1968 à 1993, secteur privé et public
Responsabilités politiques :
Engagement en 1976 au Front National
Candidat à la plupart des élections de tous types
Conseiller régional Nord/Pas-
de-Calais de 1986 à 1998

Annie FOUET

62 ans. Commerçante à la retraite. Elle habite la petite ville de Mouy dans l'Oise. Nationaliste depuis toujours, adhérente au Front National depuis 1990 à ce jour, elle participé à de nombreuses campagnes électorales en tant que militante.
Candidate aux élections cantonales de 2004 et en 2008 dans l'Oise, aux Européennes de 2004 en 18ème position sur la liste de Carl Lang sur la région Nord-Ouest, aux Législatives en 2007, aux Régionales en 2004.
Elle est conseillère régionale de Picar
die.

Michel HUBAULT

Marié, 6 enfants
Formation :
Diplômé de l'Institut d'Etudes Politiques de Paris;
EOR de Saumur, aspirant au premier régiment de Hussards parachutistes, Officier de réserve.
Responsabilités politiques :
Adhère au FNJ en 1987;
Fonde en 1990 le Cercle national des Etudiants de Paris;
Secrétaire général de l'Institut français d'Action culturelle (1996-1999)
Secrétaire départemental du Front national dans l'Indre (1998-2009)
Délégué national de la formation du Front national (1999-2002)
Membre du Bureau politique du FN (2000-2007);
Secrétaire national aux élus du FN (2002-2005);
Conseiller régional de l'Indre dans la région Centre, depuis 1998;
Responsabilités associatives :
Rédacteur en chef du mensuel Reconquête (1994-2000)
Vice-président du Centre Henri et André Charlier (1998-2002);
Délégué de l'AGRIF dans la région Centre.
Membre du Bureau Politique du PdF.

Thomas JOLY

Marié 3 enfants
Fonctionnaire de l'éducation nationale, né à Amiens le 4 mars 1976. Maîtrises de science politique et d'administration publique.
Il adhère au Front National en 1996 dans la fédération de la Somme et devient secrétaire départemental FNJ.
Fondateur des listes nationalistes (Recours Etudiant Picard) lors des élections étudiantes à l'Université d'Amiens.
En 2001, il devient membre du bureau départemental de l'Oise.
Candidat aux élections cantonales à partir de 1998, législatives de 2002 et 2007 à Beauvais.
Conseiller régional de Picardie depuis 2004.
Elu au comité central lors du dernier congrès du FN, secrétaire départemental adjoint du FN 60, secrétaire départemental et régional FNJ.
Secrétaire Général et membre du Bureau
Politique du PdF.

Carl LANG

Formation : baccalauréat série C - Diplôme d’État de masseur kinésithérapeute
Mandats :
Député français au Parlement européen depuis 1994
Conseiller régional du Nord-Pas-de-Calais depuis 1992
Président du groupe REUNIR au Conseil régional du Nord-Pas de Calais depuis janvier 2009
Président du groupe FN au Conseil régional du Nord-Pas de Calais (1992-2009)
Conseiller régional de Haute-Normandie (1986-1992)
Conseiller municipal de Lille (1995-1996)
Secrétaire fédéral FN du département de l’Eure (1978-1983)
Directeur de campagne de Jean-Marie Le Pen en 1983 pour l’élection municipale du XXe arrondissement de Paris
Directeur national du Front national de la jeunesse (FNJ) (1983-1986)
Secrétaire général du FN (1988-1995 et 1998-2005)
Vice-Président chargé des Affaires Sociales depuis 1995
Délégué général du FN de décembre 1998 à novembre 1999
Secrétaire général du FN de novembre 1999 à octobre 2005
Vice-Président du FN, membre du Bureau exécutif
Président du Parti de la France et m
embre du Bureau Politique du PdF.

Martine LEHIDEUX

Conseiller régional de Paris, préside au Conseil régional d'Ile de France le groupe des Nationaux et Indépendants. Engagée depuis des années dans le combat pour la Vie et pour la Famille, Martine LEHIDEUX a créé le Cercle National des Femmes d'Europe.

Membre fondateur en 1972 du Front National, Martine LEHIDEUX a été de 1994 à 2007 vice-président de ce parti, dans le bureau politique duquel elle a siégé jusqu'à ce qu'elle rejoigne en 2009, lors de sa création, Le Parti de la France.

Député au Parlement européen de 1984 à 1994, Martine LEHIDEUX est conseiller régional d'Ile de France depuis 1992.
Membre du Bureau Politique du Pd
F.

Fernand LE RACHINEL

Certificat d'études primaires
Certificat d'aptitude professionnelle de compositeur typographe
Service militaire actif en Algérie (1962-1963)
Ancien président de tribunal de commerce
Ancien président de syndicat professionnel
Conseiller régional de Basse-Normandie (1986-2006)
Conseiller général honoraire de la Manche (1979-2001)
Député au Parlement européen (1994-1999 et 2004-2009)
"Meilleur ouvrier de France" dans l'imprimerie
Chevalier de l'ordre national du Mérite
Fondateur dans la Manche et en France, de nombreuses entreprises d'impression
Administrateur du Mouvement Normand
Membre du Bureau Politique du Front national (1994-2007). Il est candidat aux législatives, régionales et cantonales dans la Manche.
Il quitte le Front National le 21 octobre 2008 en raison de désaccords personnels, financiers et politiques avec le Front National.
À l'échelle nationale, Fernand Le Rachinel a été un important bailleur de fonds du Front national. Fernand Le Rachinel cède Cotentin étiquettes en 2007, puis sa principale entreprise, la SIAL, en juillet 2008.
Me
mbre du Bureau Politique du PdF.

Emile MESSAGER

Né le 18/10/1929 à Aniche (59)
Retraité de la SNCF
Médaille d'or du Travail
Ancien conseiller municipal d'Aniche
Ancien conseiller régional RPR du Nord/Pas-de
-Calais.

Robert MOREAU

Conseiller régional Nord/Pas-de-Calais de 1998 à 2004
Conseiller municipal de Lille de 2001 à 2007
Diplôme d’Humanités anciennes
Ancien sportif professionnel
Ancien assistant principal quadrilingue au Parlement européen
Médaille d’argent de la Vill
e de Paris

Eric PINEL

Marié, deux enfants, instituteur
Président de l’association FEE - France Ecologie Environnement
Conseiller régional de Basse-Normandie. Président du groupe REUNIR au Conseil régional de Basse-Normandie
Il rejoint le Front National en mai 1998. Avant cela, son parcours politique l’avait amené à défendre les positions nationales dans les milieux écologistes, puis les positions écologistes dans les milieux nationaux. À son arrivée en 1998, il s'est rapidement vu confier le Secrétariat départemental du Calvados, ainsi que le suivi des questions liées à l’environnement.
De 2000 à 2005, il est le directeur de cabinet de Bruno Gollnisch, alors Délégué Général. Il travaillera en tant que collaborateur de la Délégation Générale encore jusqu’au congrès de 2007, à Bordeaux.
Membre du Bureau Polit
ique du PdF.

Sonia LARDANS RICHETON

Conseiller Régional de Haute-Normandie
Conseil Juridique
Titulaire d'un MASTER II (DEA) en Droit International Privé et en Droit Communautaire
Déléguée de l'AGRIF de
l'EURE

Yves ROBERT

60 ans ancien commerçant
Adhérent du FN depuis plus de 30 ans ancien membre du bureau de la fédération de PARIS secrétaire d’arrondissements 9-10 et 11
Secrétaire de la neuvième circonscription de Seine Maritime
Conseiller Régional de Haute Nor
mandie

Dominique SLABOLEPSZY

Conseiller Régional Nord/ Pas de Calais
Membre de la Commission Permanente depuis 1998
Membre des conseils d'administration "Finorpa", "EPF", "EPINORPA"
Délégué au comité régional des fonds structurels européens.
Administrateur du Parc Régional Scarpe-Escaut (1992 à 2004)
Conseiller municipal d'Escautpont (1985-1986), de Condé sur l'Escaut (1995 à 1998) et de VALENCIENNES (2001 à 2008).
Secrétaire départemental FN du Hainaut de 1987 à 2007
Secrétaire départemental du nord de l’UJP (Union des Jeunes pour le Progrès) de 1972 à 1974
Prestataire de services informatiques
Membre du Burea
u Politique du PdF.

Elisabeth TOUZOT

Membre du Comité Central du FN
Conseillère régionale de Basse-Normandie
Native de Tours, elle a adhéré au FN en mars 1984.
A la demande de Jean-Pierre Stirbois, elle rejoint le siège du parti dès l’automne 1984. En 1986, elle devient la Secrétaire du Secrétaire Général, Jean-Pierre Stirbois et est restée à ce poste jusqu’en juin 2008 successivement avec Carl Lang , puis Bruno Gol
lnisch.

Jean VERDON

FORMATION :
Diplômé de l’Ecole Nationale d’Assurances.
RESPONSABILITES PROFESSIONNELLES
Agent d’Assurances de 1974 à 1986 à Tours, il est ensuite nommé responsable régional de la Région Centre d’une compagnie d’assurances, avant de prendre la Direction du Réseau national de cette même compagnie. A cette même période, il est membre de la Jeune Chambre Economique de Tours.
Il interrompt sa carrière professionnelle en 1995 pour répondre à l’appel de Bruno Gollnisch qui recherchait un Directeur de Cabinet pour l’assister d’abord dans ses nouvelles fonctions de Secrétaire Général puis à partir de 1998 de Délégué Général.
Aujourd'hui, membre d'un important cabinet de conseil en gestion de patrimoine.
RESPONSABILITES POLITIQUES
Adhérent du Front National depuis 1984, nommé par Jean-Marie Le Pen Secrétaire Départemental et Régional du Front National la même année. Candidat à toutes les élections (municipales, cantonales, régionales, législatives et européennes) pour le Front National depuis cette date.
Conseiller Municipal de Tours de 1989 à 1992.
Conseiller Régional depuis 1986.
Membre du Bureau Politique du Front National (2000-20007).
Tête de liste régionale en 2004, réalisant dans la région Centre le score historique de 17,52%.
Tête de liste du Front National aux élections européennes la même année dans la circonscription du Grand Centre, (Centre, Auvergne Limousin).
Président du Groupe Front National au Conseil régional du Centre depuis 1994.
Membr
e du Bureau Politique du PdF.

Adhésions :

  • Adhésion simple : 30 €
  • Adhésion de soutien : 50 €
  • Bienfaiteur : 100 € (ou plus)

Le Parti de la France
6, Allée des Templiers
78860 Saint Nom La Bret
èche

Tel : 09 67 17 81 36 - Fax : 01 41 10 81 36
Email : lepdf@orange.
fr

Repost 0
23 mars 2014 7 23 /03 /mars /2014 10:34

Dimanche 23 mars 2014

Insécurité, l’enjeu oublié des municipales ?

Alors que l’insécurité est une préoccupation majeure des Français, la droite française ne semble pas en faire un enjeu capital des municipales.

La faute, selon le criminologue Xavier Raufer, à un «gauchisme culturel» encore hégémonique, qui complexe notamment l’UMP.

A chaque sondage, la population le martèle : juste après le chômage et la pauvreté, la seconde grave préoccupation des français est et reste la sécurité. [...]

Une obsession française mal venue et fictive ?

Non, car en même temps, les infractions les plus traumatisantes pour la population augmentent – parfois, explosent. Vols de tous ordres, cambriolages en ville (+ 6,4% en zone police) ou à la campagne (+ 17,7%, résidences secondaires en zone gendarmerie).

Les vols avec violence augmentent encore. Même désormais les vols de voiture, qui; du fait de progrès techniques, baissaient depuis deux décennies.

Quant aux inquiétantes attaques à l’explosif de distributeurs automatiques de billets – entre néo-braquages et terrorisme périurbain – elles ont augmenté de 50% en 2013 !

L’origine de cette vague criminelle ? Le laxisme de la justice, les méfaits dépeints ci-dessus étant typiquement ceux que Mme Taubira et son entourage libertaire ont ordonné de réprimer toujours moins. [...]

Pourquoi cette timidité de l’UMP devant les affaires de sécurité ?

Une bonne part de ses chefs vit dans la terreur d’un gauchisme culturel qu’elle est aujourd’hui à peu près la seule à craindre – ledit gauchisme étant désormais dénoncé, et par d’authentiques intellectuels, dans les colonnes du Monde lui-même ! [...]

Autre domaine où l’UMP gagnerait à revenir à la raison : l’aveugle enthousiasme dont elle fait preuve en matière de «diversité», piège dans laquelle elle a sauté à pieds joints.

Car «diversité» est le nom poli de la société hétérogène, elle-même tragiquement et follement criminogène.

Le Brésil, paradis de la «diversité» – mais aussi, N°1 au monde pour les homicides par armes à feu.

Une «diversité» que d’ailleurs les Français rejettent énergiquement ; Ipsos-Steria, janvier 2014: méfiance de l’autre: oui à 77% ; oui à 84% pour les électeurs de l’UMP – et oui à 39% encore, chez ceux du PS.

Le Figaro

source

Pour un Renouveau National " Le Parti De la France "

Blog : http://pdf.bretagne.over-blog.com/

Mail : pdfbretagne@orange.fr

Repost 0