Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 juillet 2013 1 22 /07 /juillet /2013 14:51

A lire : La Guerre eschatologique

Entretien avec Hervé RYSSEN, paru dans l’hebdomadaire Rivarol du 3 mai 2013.

Jérôme Bourbon : Hervé Ryssen bonjour. Vous faites paraître cette semaine votre neuvième livre. Cette fois-ci, vous traitez d’eschatologie.

Pourriez-vous d’abord expliquer aux lecteurs de Rivarol ce qu’est l’eschatologie ?

Hervé Ryssen : Bonjour cher Jérôme, et bonjour à tous nos amis de Rivarol, que j’ai toujours grand plaisir à rencontrer.

L’eschatologie, pour faire court, c’est l’étude de la fin des temps. Dans les trois grandes religions monothéistes que sont le judaïsme, le christianisme et l’islam, il y a cette croyance que le monde que nous connaissons doit se terminer un jour. Dans chacune de ces traditions – mais aussi dans la mythologie nordique – des cataclysmes, des guerres et toute sorte d’événements terrifiants doivent se succéder et précéder le combat final contre les forces du mal, duquel naîtra un monde régénéré. On retrouve ce schéma à chaque fois.

Jérôme Bourbon : Quels enseignements avez-vous tirés de votre étude ? Étant donné la proximité des trois religions du livre, pouvons-nous dire qu’il est possible d’envisager un avenir commun ?

Hervé Ryssen : L’eschatologie nous apprend précisément que ces trois religions sont incompatibles les unes avec les autres, pour la simple et bonne raison que leur vision de l’avenir diverge sur ce point fondamental : à la fin des temps, une, et une seule, doit triompher ! Les autres doivent se convertir (chez les chrétiens et les musulmans), ou disparaître purement et simplement.

Chez les juifs, en effet, il n’y a pas cette volonté de convertir les autres au judaïsme.

Tout le militantisme juif, toute la propagande des intellectuels juifs (à travers leurs discours, leurs films, leurs romans, etc.) consiste à discréditer chez les autres l’idée de religion, de race, de patrie, et tout sentiment d’appartenance, et ce, afin d’élever les juifs au-dessus de la masse des “goys”. Quand toutes les nations auront été détruites, transformées en sociétés multiculturelles, quand toutes les religions auront été anéanties et qu’un gouvernement mondial aura été instauré – sans doute après une grande guerre – une paix “absolue et définitive” régnera sur le monde, pensent-ils. C’est alors que leur messie tant attendu viendra. Les juifs, qui auront su garder leurs traditions, seront alors reconnus par tous comme le “peuple élu de Dieu”.

Jérôme Bourbon : Le suprémacisme juif n’est pas une exception. Les musulmans veulent eux aussi imposer leur domination sur le monde…

Hervé Ryssen : Il y a effectivement aussi dans l’islam cette idée que toute la terre doit se soumettre et accepter le message du Prophète. Mais, comme je vous le disais, il s’agit ici de convertir les autres, et non de les détruire. L’islam n’est pas une secte fermée, comme le judaïsme, mais une religion ouverte, universaliste, tout comme le christianisme, d’ailleurs. Il ne faut cependant pas perdre de vue qu’on trouve à plusieurs reprises dans le Coran l’idée de combattre les infidèles, les armes à la main, s’il le faut. En tant qu’“infidèle”, ça me gêne un peu au niveau du col !

Jérôme Bourbon : Certains patriotes français pensent que les juifs, ou au moins certains juifs, peuvent être des alliés face à la poussée de l’islam en Europe. Qu’en pensez-vous ?

Hervé Ryssen : Depuis une dizaine d’années, une poignée d’intellectuels juifs, qui étaient auparavant de fervents défenseurs de l’immigration, ont effectivement retourné leurs batteries et se sont soudainement transformés, comme par magie, en super-patriotes français, “plus français que les Français”, depuis qu’ils se sont aperçus que tous ces immigrés musulmans qu’ils avaient contribués à faire entrer chez nous n’étaient pas forcément leurs amis. Leur objectif n’est pas de renvoyer ces immigrés dans leurs pays d’origine, mais de les intégrer en douceur, en cassant la force de l’islam. Ils l’ont dit et répété.

D’autre part, le discours contre le “fascisme islamique” (“fascislamisme”, écrivait déjà Bernard-Henri Lévy en 2006) est un moyen de préparer les esprits à une guerre contre l’Iran, pays qui ne nous menace pas du tout, en tant que Français, mais qui représente un obstacle pour l’État sioniste au Proche-Orient. Cette rhétorique fallacieuse est donc un attrape-nigauds.

En ce qui nous concerne, nous sommes foncièrement opposés à l’implantation massive d’immigrés du tiers-monde sur notre sol, qu’ils soient musulmans ou pas ; et sur le plan international, nous sommes totalement du côté de la Syrie, de l’Iran, ainsi que de tous les pays qui s’opposent à l’axe occidentalo-sioniste. Que les juifs fassent leur guerre eux-mêmes, pour une fois !

Jérôme Bourbon : Comment les théologiens musulmans envisagent-ils la fin de cette confrontation contre le monde occidental et le sionisme ?

Hervé Ryssen : Un théologien comme Imran Hosein a parfaitement compris que l’Occident “chrétien” est aujourd’hui largement judaïsé, du fait d’une propagande cosmopolite incessante dans les médiats.« L’avortement, l’homosexualité, le lesbianisme, l’adultère sont légalisés aujourd’hui… », écrit-il. Ils sont« devenus juifs », dit-il des Européens, à juste raison. Imran Hosein dénonce aussi avec force les manœuvres occidentales en vue de l’instauration d’un « gouvernement mondial ».

Pour lui, en tout cas, les choses sont très claires : Dieu a puni une première fois les juifs avec une armée babylonienne ; il les a punis une deuxième fois avec une armée romaine ; la troisième punition sera le fait d’une armée musulmane ; et cette fois-ci, ce sera la bonne !

Quant aux chrétiens, qui n’ont pas su se préserver du nihilisme juif, ils devront cesser d’adorer Jésus comme s’il était Dieu et « seront contraint de le reconnaître comme Prophète. » On note ici une différence de ton entre les musulmans, qui reconnaissent Jésus comme un prophète, et les juifs, qui, dans leur Talmud, insultent le Christ et considèrent qu’il est le fils d’une prostituée et d’un soldat romain.

Dans l’eschatologie musulmane, Jésus est aussi parfois considéré comme le “Mahdi” (Celui qui est guidé par Dieu), qui vaincra l’Antéchrist à la fin des temps. Car il y a aussi un “Antéchrist” chez les musulmans. Ils l’appellent le “Dajjal” ; et comme chez les chrétiens, l’Antéchrist, qui viendra persécuter les fidèles avant d’être finalement vaincu, est issu de la secte juive, ce qui n’est guère étonnant !

Jérôme Bourbon : Quelles différences voyez-vous entre l’eschatologie chrétienne et l’eschatologie musulmane ?

Hervé Ryssen : La différence essentielle est que les musulmans croient à un triomphe terrestre, tout comme les juifs, tandis que les chrétiens, et notamment les catholiques, semblent avoir renoncé à toute idée de victoire sur cette terre. L’eschatologie des catholiques est confuse, pour tout vous dire, et n’est pas mobilisatrice, comme chez les juifs ou chez les musulmans chiites, qui travaillent à faire venir leur messie.

Dans de rares textes, on peut croire à une évangélisation de toutes les nations.

C’est la “sixième période” de l’Église, décrite par le vénérable Barthélémy Holzhauser, qui précède la grande apostasie. À la période suivante, celle de l’Antéchrist, on lit que « la seule victoire possible, pour les chrétiens, en ces jours si terribles, sera d’être vaincus, persécutés, tourmentés et mis à mort, en demeurant fidèles, constants et fermes. » Cet exemple est symptomatique. On voit que les chrétiens sont désarmés, moralement, et les héros qu’ils pourraient être sont transformés en martyrs.

Dans l’Église conciliaire d’après le concile de Vatican II (1962-1965), l’eschatologie est encore plus démobilisatrice. Cette fois-ci, l’Église semble avoir épousé la cause du judaïsme.

Elle doit être humble, et semble attendre le gouvernement mondial et le règne de l’Antéchrist avec impatience ! La conversion des juifs ? Elle est renvoyée à la fin des temps, et ce n’est jamais du fait du zèle évangélique des catholiques. Il n’y a donc pas ici d’activisme messianique. « Personne ne regrettera les cathédrales gothiques », fruit de notre « orgueil », écrit un théologien, avec l’imprimatur de l’évêché de Paris. On a vraiment l’impression d’un élan suicidaire. Il n’est donc pas étonnant, dans ces conditions, de constater que nos ennemis avancent, et que nous reculons. Tout nous paraît on ne peut plus normal.

Jérôme Bourbon : Qu’en est-il de la “Weltanschaung” du milieu païen ? Pouvez-vous nous-en dire un mot ?

Hervé Ryssen : Le milieu païen en général nourrit une eschatologie qui est assez peu combattive. C’est très facile à comprendre : depuis des décennies, le principal penseur de ce courant de pensée, Alain de Benoist, a ressassé cette idée que chez les Européens d’avant le christianisme, l’histoire était cyclique, et non linéaire. Et tous les penseurs de cette mouvance, après lui, on répété à satiété le mot de Nietzsche : « Ce qui doit tomber, il ne faut pas le retenir, mais le pousser. »

Ce qui fait que, tout naturellement, nombre de militants de cette mouvance pensent que le mieux à faire est de regarder mourir cette civilisation, et même d’encourager la décadence, convaincus qu’ils sont qu’un nouveau cycle renaîtra une fois que tout aura été détruit. Ils ne se rendent même plus compte qu’à la fin de ce cycle, les hommes blancs seront morts et enterrés, et qu’ils auront laissé le champ libre à leurs ennemis. Les meilleurs d’entre eux se réclament d’un “pessimisme combattif”.

Les esprits moins politiques sont les “traditionalistes”, adeptes de René Guénon et de l’italien Julius Evola. Pour ce courant de pensée, l’histoire est un long déclin, un éloignement progressif de la “Tradition primordiale”, et ce, depuis quelques dizaines de milliers d’années (ou quelques centaines de milliers, selon les interprétations !) Après l’Âge d’or, il y eut un Âge d’argent, puis un Âge de bronze.

Nous sommes aujourd’hui dans le quatrième et dernier Âge, l’âge de fer, qui dure plus de six mille ans, mais qui doit se terminer prochainement et clore le grand cycle. Ne sentez-vous pas que vous êtes fatigués ? Il faut attendre que tout se termine, affirme Julius Evola ; il est absolument inutile de tenter quoi que ce soit pour lutter contre le courant de décadence !

On comprend mieux, dans ces conditions, pourquoi les juifs et les musulmans ont le vent en poupe ! Tout est question d’eschatologie !

Pour le reste, j’apporte dans la troisième partie du livre quelques éléments de réflexion qui permettent, je crois, de comprendre le fonctionnement de la guerre psychologique que nous devons mener. Pour faire court : pour nous, douter, c’est déjà trahir !

Hervé Ryssen, La Guerre eschatologique, avril 2013, 192 pages, 22 €, port compris.

Vous pouvez commander le livre ICI (paypal), et LA (Amazon).

ou par chèque, au 14 rue Pierre Brossolette, 92300 Levallois. Chèque à l’ordre de LALIN.

Repost 0
22 juillet 2013 1 22 /07 /juillet /2013 14:31

Chronique Niçoise vécue

La semaine dernière, le Tour de France repartait de Nice pour une étape contre la montre par équipes.

Comme la caravane publicitaire puis les coureurs passaient à une centaine de mètres de mon bureau, je suis allé voir si je pouvais récupérer un peu d’EPO ou un pot belge pour mieux grimper les cols de l’arrière pays.

En fait, avant que les coureurs ne passent, je n’ai trouvé que de la haine et un rejet total de la France.

Il faut savoir qu’une partie de cette étape de 25 km passait devant le quartier des Moulins, une zone de non droit bien connue à l’ouest de Nice. Là, les femmes et les enfants étant d’un côté de la route et les hommes de l’autre, j’ai pu voir à quel point ces gens-là vomissaient la France.

Ce fut d’abord à la caravane du Tour qu’ils « s’en sont pris » en insultant copieusement les personnes juchées sur les deuch « Cochonoux » et qui distribuaient les produits de la marque…

Les biscuits apéritifs « Belin » ont eu quasiment le même succès, si l’on peut dire …mais le plus fort restait à venir.

Chaque équipe était précédée d’un motard de la Gendarmerie nationale et une voiture de cette formation fermait le convoi des coureurs et accompagnateurs.

Eh bien, si nos Pandores ne savent pas que leur mère est une pute et qu’ils sont tous des gros pédés et des enculés, c’est qu’ils avaient d’efficaces boules Quiés dans les oreilles, et s’ils ne savent pas non plus comment on pointe le majeur, c’est qu’ils étaient aveugles.

Pour compléter le décor, trois drapeaux algériens était fièrement agités devant les cortèges.

De tout ça, pas la moindre image ni le moindre mot à la TV, et pas davantage dans les journaux…la police de la pensée veille au grain et ne veut pas que le Français moyen s’inquiète.

Quant aux quatre jeunes gardiens de la paix que la Police nationale avait mis à cet endroit, ils n’ont pas réagi, ils étaient beaucoup trop mal à l’aise pour faire quoi que ce soit. C’était hallucinant !

À part ça tout va bien, on continue à nous bourrer le crâne sur les bienfaits du multiculturalisme, alors crions en chœur « Vive la diversité ! »

Si Charles Trénet revenait d’outre-tombe, certes il pourrait maintenant se marier, mais il ne chanterait probablement plus « douce France » mais plutôt « pauvre France ».

Merci Chantal F.

Repost 0
22 juillet 2013 1 22 /07 /juillet /2013 14:18

AVANT QU'IL NE SOIT TROP TARD !

Lettre ouverte de Carl LANG aux militants nationaux :

Rassemblons la Droite nationale sur ses valeurs et organisons l’Alliance des Patriotes.

La droite nationale française, riche de ses personnalités et sensibilités, vit un des tournants de son histoire avec le départ de Jean-Marie Le Pen de la présidence du Front national.

Le vieux modèle du parti unique autour d’une seule personnalité disposant des pleins pouvoirs avait douloureusement montré ses limites au moment de la rupture avec les partisans de Bruno Mégret, ainsi qu’avec les anciens et récents départs forcés, les exclusions et les suspensions d’un très grand nombre de cadres et militants comme Jacques Peyrat, Jacques Bompard, Bernard Antony, Marie-France Stirbois et tant d’autres...

Ce modèle est aujourd’hui totalement archaïque, inadapté aux réalités humaines et à l’évolution de la société française ainsi qu’aux nécessités politiques du futur.

Les modes de fonctionnement à établir d’une nouvelle droite nationale unie et conquérante doivent tourner le dos à ceux du siècle dernier.

Dorénavant, chaque militant de la cause nationale doit être respecté et associé pleinement et réellement aux décisions et aux projets, en privilégiant l’organisation décentralisée, locale et régionale et l’enracinement électoral.

Tout sacrifier au mythe d’une victoire à l’élection présidentielle est une illusion destructrice.

Dans l’expression actuelle de la légitime résistance nationale, nous voyons émerger une multitude de remarquables initiatives individuelles ou collectives, culturelles, médiatiques ou politiques.

Ces démarches qui sont souvent locales ou régionales procèdent toutes d’une même volonté de défense de nos identités et de nos valeurs.

Elles démontrent la capacité d’une partie du peuple français à refuser le déclin historique, la soumission culturelle, l’abandon de nos valeurs et de nos droits ainsi que la colonisation étrangère.

C’est cette synthèse identitaire de nos traditions, cultures et héritages, locaux, provinciaux, nationaux et européens qui doit pouvoir s’exprimer et se réaliser politiquement. Il faut que chacun prenne conscience que c’est par la coopération de toutes nos initiatives que s’organiseront les succès de demain.


Il est par ailleurs clair que face au véritable défi de civilisation imposé par la colonisation migratoire et l’islamisme révolutionnaire, l’affirmation de notre héritage historique, de notre identité française, de nos racines chrétiennes et de nos valeurs spirituelles sont un socle puissant et salvateur de convictions, de liberté et d’actions en faveur de nos compatriotes.

Si notre pays a un corps physique et géographique et un esprit culturel et politique, notre rôle est aussi de préserver et de défendre en priorité l’âme de la France.

N’oublions pas que notre identité nationale est la communion, naturelle, historique, culturelle et spirituelle entre le peuple français et la terre de France.

Une France sans âme ne serait plus rien d’autre qu’une pitoyable et dérisoire République citoyenne et laïque.

Comme il est dangereux et affligeant d’entendre aujourd’hui, de la part de personnages qui prétendent obtenir une part de la droite nationale en héritage, proférer des discours jacobins, laïcistes et républicains.

Cette pensée obtuse, archaïque et ringarde mène de toute évidence aux idéologies sectaires et aux cultures de mort.
Nous devons aussi, en réponse au déclin économique et social réaffirmer notre attachement aux notions de libertés économiques, de promotion de l’initiative privée, de refus du collectivisme, de promotion de la propriété individuelle et du modèle familial traditionne
l.

C’est sur la base d’un Etat véritablement national, d’une politique économique protectrice, d’une politique sociale et familiale réservée exclusivement aux Français que nous pourrons offrir une voie alternative au libéral-mondialisme, au socialo-mondialisme et au pouvoir totalitaire du cartel bancaire et de la finance mondiale.

La résistance sur nos valeurs, le renouveau et l’adaptation de notre projet national aux défis du siècle et la volonté de rassemblement, par une alliance politique et électorale des mouvements nationaux, constituent les vecteurs essentiels de la reconquête et de la libération nationales.

Cette démarche politique et cette stratégie est porteuse de nos valeurs, de nos principes et est, comme nous, un militant de l’union et de la réconciliation de tout le camp national.

Bruno Gollnisch n’est pas, lui, le candidat officiel du Système.

Il ne cherche pas à donner en permanence des gages aux médias et à se dé diaboliser à bon compte en diabolisant les autres militants nationaux et mouvements patriotiques.

C’est un homme de conviction, d’expérience et de compétence.

Faire reculer le spectre de l’échec électoral annoncé en cas de refus de l’union politique et de l’alliance des défenseurs sincères et crédibles de la cause française.

Quoi qu’il advienne, Le Parti de la France, s’imposera, comme un véritable mode de résistance en remplissant sa mission de défense du peuple français et des intérêts de la France.

Il le fera en ouvrant grand ses portes à tous les militants de la droite nationale soucieux de la survie de la France française.

Carl LANG

DEMANDE D'ADHÉSION AU PARTI DE LA FRANCE

Modalités de règlement

Adhésions :

  • Adhésion simple : 30 €
  • Adhésion de soutien : 50 €
  • Bienfaiteur : 100 € (ou plus)

Trois modes de règlement possibles : espèces, chèque ou virement, (le virement peut être mensuel ou trimestriel mais ne peut être inférieur à dix euros).

IMPORTANT : pour obtenir un reçu fiscal, (réduction d'impôt de 66%), il faut effectuer le règlement à l'ordre de Mme Myriam BAECKEROOT mandataire financier du P.D.F. (Parti de la France)

  • adhésion sans reçu fiscal :
    • chèque à l'ordre de : "Le Parti de la France"
    • virement à l'ordre de : "Le Parti de la France"
      Banque LCL 30002 00453 0000008220U 92 Paris Anjou
      (déclaration préfecture des Yvelines le 12/01/0
      9)
  • adhésion avec reçu fiscal ou don: attention les espèces ne donnent pas droit à un reçu fiscal
    • Les dons sont plafonnés à 7500 euros par personne et par an.
    • Les dons sont interdits aux personnes morales.
    • chèque à l'ordre de : "Mme Myriam BAECKEROOT mandataire financier du PDF"
    • virement à l'ordre de : "Mme Myriam BAECKEROOT mandataire financier du PDF"
      Banque LCL 30002 00453 0000691807 F 22 Paris Anjo
      u

Bulletin papier

» Bulletin d'adhésion au format PDF, à télécharger et à imprimer. Une fois complété, renvoyer le bulletin à l'adresse suivante :

Le Parti de la France
6, Allée des Templiers
78860 Saint Nom La Br
etèche

Tel : 09 67 17 81 36 - Fax : 01 41 10 81 36
Email : lepdf@orange
.fr

Repost 0
22 juillet 2013 1 22 /07 /juillet /2013 14:15

Youssef Qaradawi : Les musulmanes doivent porter le hijab pour se distinguer des mécréantes par leur apparence, ce qui leur évite également d’être molestées

Quand les islamistes s’adressent aux non-musulmans lors d’activités de dawa (prosélytisme), ils présentent le port du hijab comme une manifestation de foi et de modestie de la part des femmes musulmanes.

Quand, dans son livre Le licite et l’illicite en islam, le guide spirituel des Frères Musulmans Youssef Qaradawi explique à ses propres partisans pourquoi les musulmanes doivent porter le hijab, il apporte deux justifications d’un tout autre ordre :

  1. Il déclare que les musulmans doivent se distinguer des non-musulmans, notamment dans leur apparence : le hijab sert à distinguer les femmes musulmanes des autres femmes et la barbe joue un rôle similaire chez les hommes ;
  2. Il ajoute qu’en portant le voile et en s’affichant comme musulmanes, les femmes éviteront d’être molestées.

Le port du hijab fait donc partie de la politique d’auto-isolement prônée par les islamistes comme le refus de serrer la main de personnes de l’autre sexe, etc. Dans un autre ouvrage(Priorities of the Islamic Movement), Qaradawi pousse la promotion de l’auto-isolement jusqu’à inciter ses partisans à développer des ghettos musulmans en Occident (Try to have your own « Muslim ghetto then »).

En 2010, la GRC, le SCRS et d’autres agences de sécurité canadiennes ont prévenu le gouvernement canadien des efforts déployés par les islamistes pour développer une «société parallèle» au Canada.

Voici deux passages du livre Le licite et l’illicite en islam de Qaradawi qui se rapportent à ces justifications du port du hijab rarement évoquées :

  1. Ce vêtement ne doit pas ressembler à ce que portent les mécréantes, les juives, les chrétiennes et les idolâtres. L’intention d’imiter ces femmes est interdite en islam qui tient à ce que les musulmans se distinguent et soient indépendants dans le fond et dans la forme. C’est pourquoi il a ordonné de faire le contraire de ce que font les mécréants. Chapitre The halal and the haram in marriage and family life / Section The physical appetites / Sous-section How a Muslim Woman Should Conduct Herself
  2. Voilà pourquoi Allah (swt) demande aux croyantes (musulmanes) de se couvrir d’un vêtement ample où qu’elles aillent, afin qu’elles puissent être ainsi distinguées des femmes qui sont non-croyantes et aux mœurs légères (non-believing and loose women). Allah a commandé à son Prophète (pbsl) de transmettre ce message divin à la nation: ‘Ô Prophète! Dis à tes épouses, à tes filles et aux femmes des croyants, qu’elles se couvrent de vêtements amples. Elles seront ainsi plus facilement reconnues (en tant que musulmanes) et ne seront pas molestées (Verset 33:59)’.

Chapitre The halal and the haram in marriage and family life / Section The physical appetites / Sous-section Women’s ‘Awrah

NOTE : La première citation provient de la traduction française du livre Le licite et l’illicite en islam de Qaradawi publiée par les Éditions Al-Qalam et reproduite par Caroline Fourest au chapitre 2 de son livre Frère Tariq (Paris, Éditions Grasset, 2010, p. 249). La seconde citation et les autres qui apparaissent plus bas ont été traduites en français par Point de Bascule à partir de la version anglaise de l’ouvrage de Qaradawi disponible sur Web Archive. Dans tous les cas, nous avons identifié le chapitre, la section et la sous-section de la version anglaise où les différents passages peuvent être retrouvés.

Dans le passé, d’autres islamistes sont allés dans le même sens que Qaradawi en affirmant qu’une femme non voilée qui se fait molester par du harcèlement verbal ou une agression physique est responsable de ce qui lui arrive.

Dans un sermon livré lors du Ramadan 2006 devant 500 personnes, le principal imam d’Australie, Taj Din al-Hilali, a comparé les femmes non voilées à de la «viande non recouverte» qui attire les prédateurs. Il a fait ses remarques pour excuser des musulmans qui venaient d’être condamnés de plusieurs viols collectifs en Australie :

Si vous prenez de la viande non recouverte et que vous la placez à l’extérieur sur la rue, dans un jardin, un parc ou dans votre cour et que les chats viennent et la mangent, à qui la faute – les chats ou la viande à découvert ?

La viande non recouverte est le problème.

Si elle (la femme) avait été dans sa chambre, dans sa maison, qu’elle avait porté le hijab, il n’y aurait aucun problème. Les femmes sont des ‘armes’ utilisées par Satan pour contrôler les hommes. (Daily Mail – 26 octobre 2006)

En 2007, dans son commentaire Du voile et du viol publié par La Presse, Rima Elkouri, a dénoncé le Centre communautaire musulman de Montréal (CCMM) pour avoir été dans le même sens que l’imam d’Australie et avoir affirmé qu’une femme non voilée représentait une incitation au viol.

Malgré les nombreuses dénonciations du CCMM en 2007, la Commission Bouchard-Taylor recommanda l’année suivante au gouvernement du Québec de financer cet organisme dans sonrapport final (p. 236). Le CCMM et une vingtaine d’autres organismes islamistes signèrent lalettre commune de 2007 à laquelle réfère la note 91 de la page 236 du rapport Bouchard-Taylor. Le CCMM est inscrit au Registre des entreprises du Québec sous l’appellation d’Association El-Hidaya (NEQ 1146642625).

Au moins deux autres extraits du livre Le licite et l’illicite en islam sont consacrés à l’auto-isolement par l’apparence que Qaradawi encourage ses partisans à pratiquer :

La teinture des cheveux et de la barbe

Une autre façon de s’embellir consiste à se teindre les cheveux gris ou les poils gris de la barbe. Il a été reporté (PdeB : au début de l’islam) que les juifs et les chrétiens s’abstenaient de se teindre les cheveux et la barbe, considérant un tel embellissement et une telle parure contraires à la piété et à la dévotion et inopportuns pour des rabbins, des prêtres et des ascètes. Le Prophète (pbsl) interdit aux musulmans d’imiter ces gens ou de suivre leurs façons de faire afin que les musulmans puissent développer des caractéristiques distinctes et indépendantes dans leur apparence et leur conduite.

Al-Boukhari, suivant l’autorité d’Abou Hurairah, a rapporté que le Messager d’Allah (pbsl) a déclaré : ‘Les juifs et les chrétiens ne se teignent pas les cheveux, alors soyez différents d’eux’. Il ne s’agit cependant pas d’un commandement mais bien d’une recommandation comme le démontrent les actions des compagnons du Prophète tels Abou Bakr et Omar qui se teignaient les cheveux alors que d’autres tels Ubay ibn Ka’b et Anas ne le faisaient pas.

Chapitre The halal and the haram in the private life of Muslim / Section Clothing and Adornment/ Sous-section Dyeing the Hair

Le port de la barbe

La barbe se rattache également à notre sujet. Al-Boukhari, suivant l’autorité d’Ibn Umar, a rapporté que le Prophète (pbsl) a déclaré : «Soyez différents des polythéistes (mushrikeen) : laissez-vous pousser la barbe et coupez la moustache». Le but recherché ici, comme l’affirme le hadith, est de se distinguer des polythéistes qui, dans cet exemple précis, étaient leszoroastriens qui vouaient un culte au feu et qui avaient l’habitude de se tailler la barbe ou de se la raser. L’ordre du Prophète de se comporter différemment d’eux visait à entraîner les musulmans à développer une personnalité indépendante, autant dans sa facette intérieure que dans ses manifestations extérieures, autant dans sa substance que dans sa forme. En plus de ça, se raser la barbe est un affront à la masculinité. C’est une tentative de ressembler aux femmes puisque la barbe fait intégralement partie de la masculinité et constitue un trait distinct du sexe masculin.

(…) Les musulmans d’aujourd’hui ignorent le commandement du Prophète de se comporter différemment des non-croyants et d’éviter de les imiter. En effet, quiconque «imite les membres d’une communauté en fait partie».

Un grand nombre de juristes considèrent que se raser la barbe est haram (défendu) en raison de ce commandement du Prophète. Se laisser pousser la barbe est obligatoire particulièrement parce qu’il vise à ce que les musulmans soient différents des non-musulmans. Le maintien d’une différence par rapport à ceux qui ne croient pas est obligatoire pour les musulmans.

Chapitre The halal and the haram in the private life of Muslim / Section Clothing and Adornment/ Sous-section Letting the Beard Grow

Qaradawi a complété ce passage sur le port de la barbe en reproduisant une longue citation de l’exégète musulman Ibn Tamiyya (1263-1328) qui va dans le même sens que la position qu’il défend.

C’est également dans son livre Le licite et l’illicite en islam que Qaradawi justifie les assassinats d’homosexuels en déclarant qu’ils «maintiennent la pureté de la société islamique et la nettoient de ces éléments pervertis». (Chapitre The halal and the haram in marriage and family life / Section The physical appetites / Sous-section Sexual Perversion: A Major Sin)

Ce livre de Qaradawi fait partie des documents utilisés dans le cours d’études islamiques (p. 11) conçu pour les élèves musulmans qui fréquentent les écoles publiques d’Edmonton. Ce cours a été élaboré par Issam Saleh, le président de MAC-Edmonton, et par Waleed Najmeddine qui vit également en Alberta et collabore au site OnIslam qui popularise les thèses des Frères Musulmans sur internet.

Dans le passé, en plus d’avoir justifié l’assassinat des homosexuels et d’avoir incité les musulmans vivant en Occident à s’auto-isoler et à y développer des ghettos, Qaradawi a plaidé pour la conquête islamique de l’Occident, promu les mutilations génitales féminines, etc.

Conclusion

Dans son récent ouvrage sur l’interculturalisme, Gérard Bouchard critique Point de Bascule pour avoir présenté le hijab comme un «étendard» du projet de conquête islamique dans des articles passés. Le passage de Gérard Bouchard, qui se retrouve à la page 216 de son livre, a également été reproduit par La Presse :

On invoque parfois le spectre d’un complot islamiste dont le port du foulard serait le cheval de Troie ou «l’étendard» (groupe Point de Bascule). En vertu d’un effet domino, le port de ce symbole ouvrirait la porte à tout le reste, c’est-à-dire à un projet de domination politique de l’Occident accompagné de la destruction de ses institutions et des valeurs qui les supportent. Cette sombre perspective étonne. Après tout, on parle ici d’un contingent plutôt mince. Selon diverses estimations (dont aucune n’est fondée sur un recensement rigoureux), entre 10% et 20% des musulmanes québécoises porteraient le hidjab; et parmi celles-ci, il faut exclure toutes celles qui, manifestement, ne se définissent pas comme des «soldates d’Allah».

Selon Point de Bascule, le hijab peut difficilement être présenté comme un cheval de Troie en raison de sa grande visibilité.

Par contre, quand un idéologue aussi populaire chez les musulmans que Youssef Qaradawi affirme que les musulmanes doivent porter le hijab (et les musulmans la barbe) pour s’afficher et se distinguer des mécréants, comment ne pas y voir là les caractéristiques essentielles d’un «étendard»? Quand, au surplus, Qaradawi affirme que la doctrine qu’il promeut est essentiellement politique (“True Islam is essentially political” – Auspices of the ultimate victory of Islam), comment ne pas établir un parallèle entre le hijab et la barbe des islamistes, d’une part, et la croix gammée et la faucille et le marteau qui ont représenté des idéologies totalitaires dominantes d’autres époques, d’autre part ?

On peut diverger d’opinion sur le niveau de pénétration de l’islam politique véhiculé par les Frères Musulmans et les autres islamistes au Québec. Cependant, quand Gérard Bouchard invoque le niveau de pénétration de l’islam radical au Québec (qu’il juge faible) pour invalider l’existence même d’une doctrine qui présente le hijab comme un symbole d’auto-isolement garant de la sécurité physique de celles qui le portent, il confond l’effet et la cause. L’existence ou non d’une doctrine constitue une question séparée et distincte du niveau de pénétration de cette même doctrine dans une société donnée.

Contrairement à ce que laisse sous-entendre Gérard Bouchard, ce n’est pas Point de Bascule (ou d’autres groupes anti-islamistes) qui a concocté une théorie du hijab comme «étendard» des ambitions islamistes, mais bien les islamistes eux-mêmes. Les citations de Qaradawi que nous avons reproduites en attestent. Dans les circonstances, Point de Bascule n’est que le messager qui relaie ce que les islamistes ont élaboré.

En 2008, le traducteur de Youssef Qaradawi et «expert de l’islam» consulté par la Commission Bouchard-Taylor, Salah Basalamah, a déclaré que «c’est quand une femme juge portera le foulard islamique qu’on pourra vraiment mesurer la réussite du cadre social» (textereproduction de l’original).

Pour Point de Bascule, le port du hijab par une juge serait aussi inacceptable que le port d’une croix gammée par un fonctionnaire de l’Etat et pour les mêmes raisons. Ces symboles représentent des idéologies totalitaires incompatibles avec la règle de droit et le respect des droits individuels que les fonctionnaires sont censés représenter et protéger.

Ce n’est pas Point de Bascule qui établit un rapprochement entre l’idéologie de Salah Basalamah et de son mentor Qaradawi et le nazisme mais les leaders islamistes eux-mêmes. C’est bel et bien Qaradawi qui a décrit Hitler comme «un envoyé d’Allah venu punir les juifs» et qui a déclaré espérer que le prochain massacre de juifs se fera aux mains des musulmans. C’est le fondateur des Frères Musulmans, Hassan al-Banna lui-même, qui a présenté Adolf Hitler comme un modèle à ses partisans en quête de «succès et de fortune» (To what Do We Invite Humanity?– À quoi convions-nous l’humanité?)

La caractérisation par Point de Bascule du hijab comme symbole d’une idéologie totalitaire ne nous conduit pas à en proposer l’interdiction systématique, pas plus que nous ne proposons l’interdiction systématique des symboles représentant d’autres idéologies totalitaires. Selon nous, les critères retenus pour déterminer l’acceptabilité de la croix gammée dans des circonstances données devraient être utilisés pour déterminer l’acceptabilité des symboles islamistes dans des circonstances similaires.

Référence supplémentaire

Point de Bascule (Le Devoir – 15 février 2010) : Le problème central, c’est la montée de l’islam politique, et non les signes religieux

http://pointdebasculecanada.ca/articles/10003041-youssef-qaradawi-les-musulmanes-doivent-porter-le-hijab-pour-se-distinguer-des-m%C3%A9cr%C3%A9antes-par-leur-apparence%2c-ce-qui-leur-%C3%A9vite-%C3%A9galement-d%E2%80%99%C3%AAtre-molest%C3%A9es.html

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Gaïa pour www.Dreuz.info

Repost 0
22 juillet 2013 1 22 /07 /juillet /2013 13:31

REVUE DE PRESSE

"C'est toute l'atmosphère de Trappes qui nous donne des envies de révolution"

Le Monde.fr | 20.07.2013 à 17h28 • Mis à jour le 21.07.2013 à 08h14 |Par Shahzad Abdul

Trappes, envoyé spécial

Une nuit d'affrontements, et puis l'attente. Samedi 20 juillet, dans la matinée, une ambiance lourde régnait à Trappes, où le calme était revenu après que la ville a été secouée par des émeutes autour de son commissariat, dans la nuit de vendredi à samedi.

La veille, environ 250 jeunes de la ville étaient venus réclamer la libération d'un Trappiste de 21 ans. Lequel avait été placé en garde à vue pour rébellion, pouravoir sauté à la gorge, donné un coup de poing et tenté d'étrangler un policier qui contrôlait l'identité de sa femme, portant un voile intégral, près d'un Abribus, selon la police.

Une version policière infirmée par celle de la jeune mère de famille, qui a expliqué dans un communiqué transmis au Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF)avoir "subi une injustice de la part de la police", qui aurait aussi bousculé sa mère et insulté son mari.

Vendredi soir, les violences devant le commissariat, qui ont opposé les forces de l'ordre aux émeutiers – qui ont échangé tirs de Flash-Ball et de gaz lacrymogènes contre cailloux et mortiers – se sont déroulées "en deux temps", explique le préfet de police des Yvelines, Erard Corbin de Mangoux.

"SIÈGE VIOLENT" DU COMMISSARIAT

Le commissariat a d'abord connu un "siège violent" par des jeunes, entre 20 h 30 et 21 h 45, l'heure de la rupture du jeûne. Un garçon de 14 ans a été hospitalisé"dans un état grave" après avoir été blessé à l'œil. Une enquête de l'inspection générale de la police nationale (IGPN) a été diligentée pour savoir si, comme le disent les habitants du quartier, il s'agit bien d'un tir de Flash-Ball qui est à l'origine de la blessure.

La seconde partie, de minuit à 2 heures du matin, a donné lieu à des affrontements plus "sporadiques", des dégradations d'Abribus, des voitures cassées et des poubelles brûlées, dont les stigmates étaient encore visibles samedi après-midi. Ces violences auraient cessé aux alentours de 3 heures du matin.

Six personnes ont été placées en garde à vue, alors que, selon le procureur de la République de Versailles, Vincent Lesclous, le mari de la femme en niqab, déféré au parquet de Versailles, "devrait être convoqué dans environ deux mois aprèsavoir été libéré avec un contrôle judiciaire". Surtout, ce qui inquiète le préfet des Yvelines, département qui détient le record de contrôles d'identité visant des femmes voilées, c'est "ce petit noyau d'individus à Trappes qui profite de chaque occasion pour tenter d'embraser la ville".

LE CALME "DURERA TANT QUE LE JEÛNE DURERA"

Au marché de Trappes, à quelques mètre du commissariat, personne ou presque n'évoque les événements de la veille. Pourtant, beaucoup redoutent la reprise des violences samedi soir, après la rupture du jeûne, vers 21 h 30. Comme une dizaine d'autres voitures dans sa rue, la Mégane de Fatiha Bouarahouane, 32 ans, a été endommagée cette nuit. "C'est sûr que ça va reprendre. Mais c'est cinquante-cinquante, la police cherche aussi. Quand on est contrôlé cent fois, la 101e fois, ça pète ! ", se désole la jeune femme. Et si le procureur de la République se réjouit du "calme revenu", elle affirme que le calme "durera tant que le jeûne durera".

Tous les Trappistes interrogés évoquent des contrôles d'identité qui ne visent "que les musulmans", une atmosphère islamophobe propre à Trappes, selon eux."Toute la ville est énervée ! Vous pensez qu'on se révolte juste pour un contrôle qui tourne mal ? C'est toute l'atmosphère de Trappes qui nous donne des envies de révolution", s'emporte un homme d'une trentaine d'années devant un centrecommercial de la ville.

"ÇA VA ÊTRE CHAUD POUR VOUS CE SOIR !"

Pour celui qui se présente comme un "penseur de Trappes", "ça peutrecommencer. Ça va recommencer. Mais pas qu'ici : dans n'importe quelle banlieue. On en a marre que les politiques ici veuillent 'blanchiser' la ville". La veille, "c'est allé crescendo, dit-il. C'est quand ils ont tiré sur le petit que c'est parti en vrille ! Nous, on en a marre des policiers bandits qui jouent à 'qui interpellera le mieux une femme voilée'." C'est alors qu'un de ses amis croit voir passer un policier en civil. Il crie : "Ça va être chaud pour vous ce soir ! Préparez-vous, nous on est prêts !"

Kamel Laouadi, 32 ans et père de famille, exhibe fièrement ses deux imposants fusils... à eau. "Ça, c'est du gros calibre !", plaisante-t-il, avant de reprendre l'air grave. "On n'a pas la haine par hasard. On se battrait pour la France, mais il faut arrêter de venir toucher à la religion tout le temps." Pour lui, "ce qui va se passerce soir" n'est qu'un début. "Dans vingt ans, Trappes, c'est la Tchétchénie !"

Lire également : Trappes : Valls juge les violences "inacceptables", la droite fustige le "laxisme"

Shahzad Abdul

Repost 0
22 juillet 2013 1 22 /07 /juillet /2013 12:56

Nouvelle nuit d’émeute du ramadan à Trappes

21 juillet 2013

21/07/2013 – 14h00
TRAPPES (NOVOpress) – Pourtant plus prompt à envoyer plusieurs compagnies de CRS pour quelques veilleurs debout et à utiliser un peu trop largement la garde à vue contre les opposants à la loi Taubira, Manuel Valls s’avère incapable de rétablir l’ordre à Trappes et d’arrêter les émeutier
s.

Ainsi, pour la deuxième nuit consécutive des scènes d’émeutes ont eu lieu.

Pire encore, plusieurs communes voisines ont été touchées.

De quoi craindre une contagion plus importante ce soir…

Ainsi, une vingtaine de véhicules ont été incendiés à Trappes et dans des villes alentours, à Guyancourt et Maurepas.

Pis, à Elancourt, un véhicule de police a été partiellement brûlé par un jet de cocktail molotov.

A Trappes, une voiture a foncé sur des policiers qui ont réussi à l’éviter.

Pris en chasse par un hélicoptère, le ou les auteurs n’ont pas été retrouvés. Toujours à Trappes, un groupe d’une cinquantaine de personnes a pris à partie les forces de l’ordre avec des tirs de mortiers de feux d’artifice et en leur jetant des pierres.

Preuve que le situation reste tendue, malgré les grosses ficelles de la propagande gouvernementale, une dizaine de fourgons de CRS encadrent le commissariat de Trappes.

Mais surtout, malgré les dénégations un tantinet ridicules des politiques et des médias, ces émeutes ont bien un caractère religieux en plein ramadan.

Pour preuve : « Vous savez, entre frères, entre musulmans, ça se passe pas comme ça normalement. On peut attaquer une autre personne, on peut attaquer un chrétien, mais on peut pas taper un frère musulman », a indiqué Viviane, la mère de Cassandra (la femme voilée contrôlée et dont le mari est un converti…)

[cc] Novopress.info, 2013. Les dépêches de Novopress sont libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine. La licence creative commons ne s'applique pas aux articles repris depuis d'autres sites [http://fr.novopress.info/]

Repost 0
22 juillet 2013 1 22 /07 /juillet /2013 11:08

L'Union européenne inscrit la branche militaire du Hezbollah sur la liste des organisations terroristes

Le mouvement politique chiite libanais est déjà considéré comme tel par les Etats-Unis.

Mis à jour le 22/07/2013 | 13:06 , publié le 22/07/2013 | 12:02

Réunis en conseil à Bruxelles, lundi 22 juillet, les ministres européens des Affaires étrangères ont décidé d'inscrire la branche militaire du Hezbollah sur la liste des organisations terroristes.

Cette décision nécessitait l'unanimité des 27.

Paris avait plaidé en mai pour inscrire le mouvement chiite libanais sur la liste des mouvements terroristes établie par l'Union européenne, en raison de son soutien au régime syrien. Le Hezbollah prend en effet position sans ambiguïté en faveur de Bachar Al-Assad et ses troupes d'élite combattent aux côtés de l'armée syrienne.

"Compte tenu des décisions qu'a prises le Hezbollah et le fait qu'il a combattu très durement la population syrienne, je confirme que la France proposera d'inscrire la branche militaire du Hezbollah sur la liste des organisations terroristes" de l'UE, avait déclaré le ministre des Afffaires étrangères, Laurent Fabius.

Le Royaume-Uni avait lui aussi déjà plaidé pour l'inscription de la branche armée du Hezbollah sur cette liste, rapportait France 24.

Allié de la Syrie et de l'Iran

Le Hezbollah est un allié indéfectible de Téhéran, qui l'a créé en 1982, et de la Syrie, qui l'a très longtemps aidé militairement.

Le "parti de Dieu" a été créé à l'initiative des Gardiens de la Révolution iraniens, dans la foulée de l'invasion israélienne du Liban.

Il devient rapidement le fer de lance contre l'occupation israélienne du Liban-sud et ses opérations meurtrières contraignent en 2000 l'État hébreu à retirer ses troupes du Liban, après vingt-deux ans d'occupation.

Ce combat, couplé à un solide réseau d'aides sociales, a rendu le parti très populaire, notamment au sein de la communauté chiite (30% de la population).

Remarquablement organisé, le Hezbollah rassemble des milliers de militants actifs et dispose d'un puissant service de sécurité et de renseignements, ainsi que de son propre réseau de télécommunications.

Dans la haine d'Israël

Vivant dans la culture du secret, il voue une haine tenace à Israël. Selon les services de renseignements occidentaux, sous le label du "jihad islamique", le Hezbollah a été l'auteur du rapt de nombreux occidentaux au Liban dans les années 80.

Il est aussi accusé par la Bulgarie d'être derrière l'attentat anti-israélien perpétré le 18 juillet 2012, comme il fut soupçonné par l'Argentine d'être avec l'Iran responsable de l'attentat à la voiture piégée en juillet 1994 contre un bâtiment regroupant des organisation juives à Buenos Aires (84 morts).

Officiellement, le Hezbollah ne fait pas de différence entre sa façade politique et sa branche militaire, car il se présente comme un "parti de la résistance" contre Israël, et il n'a pas été désarmé à la fin de la guerre civile (1975-1990), contrairement aux autres milices libanaises.

S'il ne dispose que de onze députés au Parlement sur 128 sièges, il y joue toutefois un rôle essentiel, grâce à ses alliés.

Source et publication: http://www.francetvinfo.fr/monde/europe/l-union-europeenne-inscrit-la-branche-militaire-du-hezbollah-sur-la-liste-des-organisations-terroristes_375078.html#xtor=EPR-51-[alerteinfo]-20130722-[bouton]-[]

Repost 0
22 juillet 2013 1 22 /07 /juillet /2013 10:53

14 MAI 2013 | POLÉMIA

En novembre 2012, Contribuables associés a publié sa monographie n° 27 sur « L’’immigration en France.

Dépenses, recettes, investissements, rentabilité ».

Cette étude a été établie par Jean-Paul Gourévitch, expert international en ressources humaines, spécialiste de l’Afrique et des migrations.

Elle présente un déficit de la balance dépenses/recettes de 8,760Mds€ auquel il est ajouté un montant relevant de l’Aide publique au développement de 3,277Mds€ et des investissements au titre de la politique d’intégration de 5,375Mds€ pour aboutir à un coût net de l’immigration de 17,412Mds€.

Or, le même expert affirmait en conclusion de la monographie n° 23 de mars 2010 que « chaque année, l’immigration représente pour les pouvoirs publics un surcroît de dépenses de 30,4 milliards d’euros », soit à peu près le double du déficit de la monographie n° 27 plus récente.

A peu près au même moment, une équipe universitaire dirigée par Xavier Chojnicki a publié le résultat de recherches sur cette problématique dans un livre L’immigration coûte cher à la France. Qu’en pensent les économistes ?.

On peut distinguer deux directions de travail : l’affichage d’un impact budgétaire positif de la population immigrée en 2005, que les auteurs estiment à 3,9Mds€, et l’évaluation des bénéfices prévisionnels de cette immigration grâce aux techniques de la « comptabilité générationnelle ».

Devant des résultats aussi divergents entre les auteurs et, pour le même auteur, entre deux études publiées à deux ans d’intervalle, la Fondation Polémia a souhaité faire un point objectif du coût annuel pour les finances publiques françaises de l’immigration en France en rappelant l’existence d’études anciennes élaborées par Jacques Bichot et Pierre Milloz il y a plus de dix ans.

La difficulté d’un tel travail est qu’il repose sur des hypothèses et des choix par nature souvent discutables. Il n’existe pas dans ce domaine de vérité certaine et des chiffres exacts.

En effet, les données chiffrées de l’immigration sont faussées en France par l’insuffisance des instruments statistiques, comme le souligne Madame Tribalat dans son livre Les yeux grands fermés(Denoël, 2010).

L’objectif du travail présenté ci-dessous est d’examiner et d’apprécier sur une année, comme le fait la monographie n° 27, la différence qui apparaît entre les recettes et les dépenses annuelles provenant du « stock » des immigrés en France comme peut le souhaiter tout citoyen et contribuable français qui dirait : Je veux et je suis en droit de savoir ce que me coûtera cette année cette immigration intensive qui me perturbe ; quant au très long terme, c’est probablement intéressant mais d’ici 2050 il peut se passer beaucoup de choses et des prévisions élaborées aujourd’hui peuvent être complètement démenties.

C’est la raison pour laquelle l’approche est celle d’un pur constat statique des dépenses et des recettes annuelles de l’immigration, y compris, le cas échéant, de celles que J.-P. Gourévitch considère comme des investissements. Il convient, dans la mesure du possible, de tenir compte de tous les coûts et de toutes les recettes budgétaires annuels affectés par l’immigration, comme le logement et l’éducation, et non d’éventuels « surcoûts » marginaux.

Enfin, cette étude se place bien au plan des recettes et dépenses budgétaires et non pas du point de vue macroéconomique de la contribution positive ou négative au PIB qui constitue une problématique différente.

L’étude de Polémia procède tout d’abord à une analyse sommaire de l’écart entre les déficits significatifs des monographies n° 27 et n° 23. Il semble que la raison principale en soit une sous-estimation des recettes de l’immigration en 2010 d’environ 34Mds€.

Pour comprendre la méthode de l’étude il est précisé que celle-ci suit la démarche de la monographie de 2012 de J.-P. Gourévitch pratiquement point par point et fait l’objet de commentaires et éventuellement d’appréciations différentes pour évaluer le différentiel entre les dépenses et les recettes de l’immigration.

Concernant les coûts l’étude a procédé à quatre types de travaux :

  • -écarter la notion de « surcoût » et retenir le coût total réel comme dans le cas du domaine carcéral pour lequel la monographie n’a retenu que le coût de son extension par la construction de nouvelles places de prison à hauteur de 0,040Mds€ alors que le montant du programme carcéral du ministère de la Justice a été de 2,821Mds€ en 2011. Autrement dit, l’immigration ne représenterait que 1,4% du montant du programme carcéral français !
  • -réévaluer en fonction d’informations récentes la base de certaines évaluations qui ont semblé relativement faibles. C’est le cas de la fraude aux prestations sociales et de la fraude fiscale ;
  • -tenir compte de secteurs importants de la dépense publique qui n’ont pas été pris en compte ou, si cela a été fait, d’une manière marginale. C’est le cas principalement du financement de la construction, de l’éducation, des transports qui sont considérés comme affectés par l’immigration. Ce n’est pas le cas de dépenses régaliennes comme la défense ou la diplomatie ou des dépenses de recherche ;
  • -recalculer les coûts, notamment sociaux, en fonction de nouveaux paramètres mais selon des principes semblables à ceux de la monographie.

En revanche, il n’a pas été tenu compte de l’Aide publique au développement, contrairement à ce qu’a fait la monographie.

L’étude des coûts débouche sur une augmentation de ceux-ci d’environ 75Mds€.

D’un autre côté, la prise en compte des recettes fiscales de l’Etat et des collectivités territoriales et des cotisations sociales, recalculées, elles aussi, sur des principes identiques à ceux de la monographie mais en fonction de paramètres sensiblement différents, aboutit à une augmentation du total des recettes d’environ 20Mds€

Il convient de rappeler que dans plusieurs cas de l’étude qui pourraient engager des montants plus significatifs que ceux retenus, ce sont des évaluations modérées qui ont été retenues.

Par ailleurs, il n’a été tenu compte que partiellement des dépenses des collectivités locales.

L’établissement d’une fourchette haute pourrait aboutir à un déficit pour les finances publiques de près de 100Mds€.

André Posokhow
Consultant pour Polémia
13
/05/2013

16 milliards d’euros : coût sécuritaire de l’immigration pour le budget français
Coût de l’immigration : le débat conti
nue
Le coût de l’immigration annuelle supplémentaire : 18 milliard
s d’euros

Correspondance Polémia – 14/05/2013

Repost 0
22 juillet 2013 1 22 /07 /juillet /2013 10:36

Je me plains du tapage nocture, une fliquette me demande de respecter le ramadan !

Monsieur le Maire, Messieurs,

Je vous livre ce que j’ai vécu cette nuit, comme toutes les nuits depuis le début du ramadan.

Ce post est donc pleine nuit de cette date à laquelle je vous écris.

0h42 nuisances nocturnes du ramadan

Aux pieds du Clocher Saint Bernard, depuis le début du ramadan, on ne peut plus garder les fenêtres ouvertes pour faire entrer la fraicheur nocturne.

Chaque nuit, des hordes d’enfants, garçons et filles, habillés en tenue musulmane se comportent comme des sauvages, courant dans tous les sens pour des raisons inconnues, hurlant, se chamaillant.

Ces hordes ont l’air possédés, agités par on ne sait quels démons.

Je viens de téléphoner au commissariat pour me plaindre de ce tohu-bohu nocturne, qui est une infraction au bruit.

On appelle çà « tapage nocturne ».

La réponse de l’agente: « Mais madame, c’est le ramadan, faut les respecter ! » A ce quoi je réponds agacée, que la police doit faire cesser ce tapage et que nous n’avons pas à tolérer ces comportements de sauvages en pleine nuit.

Que nous ne sommes pas encore sous la loi de la charria, mais celle de la République ! En ce moment même, le tapage continue.

Je doute que la police ose aller mettre bon ordre dans la nuit.

Messieurs, je suis témoin de l’évolution spectaculaire de l’islam conquérant.

C’est la première fois que de tels tapages se produisent ici. Cela démontre l’évolution visible et bruyante de ce système idéologique obscurantiste qui ne montre plus aucun égard pour le reste des riverains.

Ils ont désormais le sentiment d’avoir conquis, sinon encore le pays, mais certainement tout le quartier !

A part moi, il semblerait que personne ne s’est encore plaint.

Un de mes voisins, qui me visitait hier, me faisait aussi la réflexion que pour la première fois, il constatait cette évolution bruyante et sans retenue des sauvages islamiques, qui désormais règnent en maîtres ici.

Je vous serai reconnaissante, Monsieur le Maire, de bien vouloir faire respecter l’ordre républicain dans notre quartier, une fois pour toute.

Je suis consciente que les riverains n’osent pas se plaindre par crainte de se faire traiter de « raciste », l’intimidation suprême, laquelle ne saurait m’atteindre.

En effet critiquer une religion perturbante n’est pas critiquer une race. Lorsqu’une religion devient une telle nuisance, que les autorités n’osent même plus réguler, c’est une attitude de soumission, contraire à la loi 1905.

Lorsque même les édiles ne respectent plus les lois, en effet, elles ne peuvent non plus exiger, que les administrés respectent les lois républicaines.

Les musulmans l’on bien comprit, d’où leur comportement sans retenue qui est devenu intolérable, puisqu’ils agissent avec le sentiment d’une totale impunité.

Sylvia Bourdon / http://ripostelaique.com/je-me-plains-du-tapage-nocture-une-fliquette-me-demande-de-respecter-le-ramadan.html

Repost 0
22 juillet 2013 1 22 /07 /juillet /2013 10:07

Pauvre France !

Communiqué de Bernard Antony

Un 14 juillet socialiste : pas d’économie pour la propagande idéologique.

Repost 0