Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 09:02

Mardi 8 avril 2014

L’ONU et l’UE planifient la disparition de la civilisation judéo-chrétienne !

Depuis une décennie, toutes les décisions prises par ces organismes supranationaux leur ont été imposées par des lobbies qui sont des ennemis des peuples judéo-chrétiens.

Ces groupes d’influence sont multiples et ont d’énormes pouvoirs : groupes mondialistes, religieux, industriels, agroalimentaires, miniers, pétroliers, hippies écologistes et nous en passons beaucoup.

Les rêveurs bienpensants onusiens et leurs valets eurocrates se moquent complètement de la démocratie et surtout de la culture européenne judéo-chrétienne.

Les Européens se sont construits sur des bases gréco-latines qui ont forgé leur socle initial de pensée.

Par après, ils ont eu la chance d’avoir pu évoluer dans le courant judéo-chrétien. Et de s’en imprégner.

D’autres influences slaves et germaniques ont consolidé cet alliage extraordinaire. Nous avons notre morale, nos valeurs, nos us et coutumes certes perfectibles.

Mais soit, nous avons bâti ensemble notre mode de vie.

Nous avons une vie sociale, scientifique, philosophique, artistique et culturelle unique dans l’histoire. C’est à nous et à NOUS SEULS de décider de notre futur. Ce n’est absolument pas le rôle de l’ONU.

Le peuple européen n’a pas une démographie galopante et doit donc réfléchir pour sa prospérité future. Il est relativement normal qu’une immigration choisie consolide nos populations.

Les solutions que l’UE essaie d’implémenter à ce sujet sont d’immenses ratés parmi les autres catastrophes engendrées par les eurocrates.

La décision du nombre d’immigrants, de leur provenance ne peut être que réalisée que par les voies démocratiques et non pas être imposée par des structures qui sciemment veulent nous faire disparaître.

Pourquoi par exemple ne pas accepter une immigration chinoise, brésilienne ou indienne ?

L’UE et l’ONU créent un processus de ponction dans le Maghreb et en Afrique qui est une aberration pour ces régions elles-mêmes. Nous ne sommes déjà presque plus chez nous.

Nous subissons une insécurité croissante, nos valeurs bafouées, nos us et coutumes critiquées.

Ce n’est plus une immigration choisie, ce sont des tsunamis d’immigrants. Mais il faut être CLAIRVOYANT. Ceux-ci n’en peuvent rien.

Les fautifs, les destructeurs de notre civilisation, les créateurs de pauvres, les instigateurs de la haine, ceux qui créent les confrontations sont installés confortablement dans leur bureaux climatisés à l’ONU ou à l’UE.

Ce sont eux qui nous traitent de xénophobes, alors qu’ils ont tout fait pour créer des tensions entre les groupes.

Ils sont incapables d’une autre vision que celle de leurs intérêts personnels financiers et de pouvoir.

Certains sont des fumeurs de moquettes ou des faux « sauveurs de la planète ». Ils ont des plans de mondialisation en tête qui, s’ils sont réalisés, anéantiront l’avenir de nos enfants.

Dans leurs rangs ce sont les mêmes qui veulent imposer des théories dégradantes ou farfelues : théorie du genre, créationnisme, etc… Et qui vont jusqu’à vouloir introduire les préceptes de la charia de manière contraignante dans la loi.

Le massacre de chrétiens, de juifs et d’autres minorités ethniques ou religieuses, ne provoque pas ou peu de réactions des fonctionnaires onusiens et européens.

C’est tout simplement crapuleux et indigne pour les institutions internationales. Seul Poutine réagit. C’est un des rares dirigeants qui a tout compris.

C’est pourquoi la Belgique DOIT revoir son adhésion à l’ONU et l’Europe doit totalement changer de politique et de vision.

L’Europe telle qu’elle se construit, nous n’en voulons pas. C’est un flop total. Pourquoi d’ailleurs considérer les Russes comme des ennemis ? Ce sont des Européens. La Russie fait partie de l’espace européen. Cela amènera du pragmatisme.

Pourquoi la Turquie dans l’Europe, alors qu’elle n’adhère pas à nos valeurs ? Elle refuse de reconnaître le génocide arménien, cela démontre parfaitement son rejet des droits de l’homme.

Sans un sursaut majeur, l’Europe judéo-chrétienne est condamnée à disparaître et le destin de vos enfants sera scellé. Ce sera le retour à l’obscurantisme, aux rites barbares, aux coutumes du premier millénaire.

Nous espérons que les Citoyens Belges et Européens ont compris le danger et réagiront en conséquence par des votes éclairés.

JACQUES D’EVILLE

source

Repost 0
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 08:18

Mardi 8 avril 2014

Crise financière : comment des « fonds vautours » commencent à attaquer l’Europe

Plusieurs dizaines de fonds spéculatifs s’estiment lésés par la suppression d’aides publiques ou les restructurations de dettes souveraines menées en Europe.

Au nom de la protection des investissements, ils attaquent donc les Etats devant des tribunaux commerciaux extranationaux.

En jeu : des centaines de millions d’euros d’indemnités à empocher. Si leurs premières cibles sont l’Espagne, la Grèce et Chypre, d’autres pays pourront être concernés.

Après l’austérité, les citoyens européens paieront-ils la facture de la crise une seconde fois ?

En plus des politiques d’austérité, une nouvelle menace se profile à l’horizon pour les pays du Sud de l’Europe : celle de procédures intentées devant des juridictions commerciales opaques par des acteurs financiers, qui cherchent à tirer profit des traités garantissant la « protection des investisseurs ».

Des fonds spéculatifs, s’estimant lésés par des restructurations de dette ou par la fin de subventions publiques à certains secteurs, font ainsi jouer la clause du « traitement juste et équitable » (lire notre article) des investisseurs pour demander réparation.

Grèce, Chypre et Espagne sont ainsi la cible de procédures intentées devant divers « tribunaux » d’arbitrage par des firmes privées, qui leur réclament plusieurs centaines de millions d’euros.

Ces poursuites pourraient être les signes avant-coureurs d’une nouvelle déferlante de procédures du même type affectant tous les pays d’Europe, dont la France.

Un nouveau rapport publié par le Transnational Institute et le Corporate Europe Observatory, intitulé « Profiter de la crise - comment entreprises et avocats d’affaires font des profits au détriment des pays européens frappés par la crise » [1] tire la sonnette d’alarme.

Quand les peuples doivent indemniser les spéculateurs

Pour les firmes plaignantes, les diverses mesures prises par les gouvernements européens durant la crise ont diminué la valeur de leurs investissements, et constituent donc une forme d’« expropriation indirecte ».

Elles réclament en conséquence des centaines de millions d’euros de compensation. Pour les procédures connues à ce jour, les montants en jeu atteignent 700 millions d’euros pour l’Espagne et un milliard d’euros pour Chypre.

La somme demandée à la Grèce n’est pas connue. Les citoyens de ces pays, déjà affectés par des mesures d’austérité qui ont entraîné une dégradation sévère de leur niveau de vie, devront peut-être payer une seconde fois la facture.

Non plus, cette fois, pour renflouer les banques européennes, mais pour indemniser les spéculateurs.

Les pays du Sud touchés par des crises financières – notamment l’Argentine – connaissent bien ces « fonds vautours », qui cherchent à profiter de la situation en rachetant à bas prix la dette de ces pays, puis en se retournant contre ces derniers devant les tribunaux commerciaux.

Une démarche d’autant plus tentante que les différends relatifs aux investissements entre États et entreprises sont généralement tranchés par des mécanismes d’arbitrage ad hoc, souvent favorables aux intérêts commerciaux, et n’ayant de compte à rendre à personne.

Plainte des investisseurs contre les suppressions de subventions

C’est exactement la situation qu’a connu la Grèce suite à la crise financière qui s’est déclenchée en 2009.

L’accord de restructuration de la dette grecque a largement ménagé les intérêts des créanciers privés. Une proportion substantielle de l’aide financière internationale a fini dans les poches des banques françaises ou allemandes : 77% des 207 milliards de l’aide européenne a bénéficié, directement ou indirectement, au secteur financier (lire Où sont passés les 200 milliards destinés au « sauvetage » de la Grèce ?).

Cela ne semble pas suffisant pour des investisseurs comme la Poštová Bank, de Slovaquie, qui poursuit aujourd’hui la Grèce, et quelques autres qui menacent de faire de même.

L’un d’eux, Dart Management, a déjà obtenu 400 millions d’euros d’Athènes après avoir refusé l’accord de restructuration et menacé le pays de poursuites.

En Espagne, ce sont paradoxalement les coupes budgétaires décidées par le gouvernement pour réduire le déficit public qui posent problème. Elles sont la cible de 22 investisseurs dans le cadre de sept procédures distinctes.

En cause, la suppression, pour cause d’austérité, des considérables aides publiques aux énergies renouvelables mises en place avant la crise. Cette suppression est certes contestable d’un point de vue environnemental, et a d’ailleurs été fortement encouragée par les grosses firmes énergétiques européennes.

Mais on peut s’étonner que seuls les acteurs financiers internationaux – et non les citoyens espagnols, ni les petites entreprises locales du secteur – disposent des moyens légaux de la dénoncer.

Des paris spéculatifs sans aucun risque

L’année dernière, le Transnational Institute et le Corporate Europe Observatory avaient déjà dénoncé ce complexe système des accords d’investissement et lestribunaux d’arbitrage qui leur sont associés.

Un petit monde généralement favorable aux entreprises, fonctionnant de manière opaque, qui fait la fortune de cabinets spécialisés d’avocats d’affaires. Ces derniers n’hésitent pas à encourager leurs clients à poursuivre les États, ou à réaliser leurs opérations financières via des pays tiers pour être sûrs de bénéficier de la protection maximale des accords d’investissement.

Résultat, les États se retrouvent contraint de dépenser des millions en frais d’avocats pour ne pas avoir à en débourser encore plus à titre de dédommagement aux plaignants.

Les entités qui poursuivent aujourd’hui la Grèce, Chypre ou l’Espagne devant des tribunaux commerciaux ne sont pas des entreprises de « l’économie réelle », ayant réalisé des investissements concrets et dont la viabilité économique serait mise en danger.

Il s’agit dans la quasi totalité des cas de fonds d’investissement, qui ont réalisé des opérations spéculatives en toute connaissance de cause, faisant le pari que si elles échouaient, ils pourraient toujours se retourner contre les États concernés.

Inutile de préciser qu’« expropriation » ou non, ils continuent pour la plupart d’afficher des profits confortables.

La jungle des traités d’investissement bilatéraux

L’investisseur qui poursuit la Grèce aujourd’hui, la Poštová Bank de Slovaquie, a racheté la dette grecque à partir de début 2010, alors que le pays était déjà considéré comme en quasi-défaut. Idem pour Dart Management.

En Espagne, la plupart des « investisseurs » qui se retournent aujourd’hui contre le gouvernement sont entrés dans le secteur solaire en 2010 ou même plus tard. L’un d’eux, un fonds du groupe BNP Paribas appelé Antin, a ainsi pris ses positions dans le solaire espagnol en 2011 [2].

A un moment où il était clair que la crise de l’euro allait entraîner une réduction des aides au secteur.

Derrière certains des fonds luxembourgeois ou néerlandais qui poursuivent aujourd’hui le pays, se cachent d’ailleurs des hommes d’affaires espagnols et de grandes entreprises nationales comme le groupe industriel Abengoa.

En cause : la jungle des traités d’investissement bilatéraux entre pays de l’Union européenne qui semble ne profiter qu’aux intérêts financiers privés.

Une banque slovaque détenue majoritairement par des Chypriotes poursuit la Grèce, tandis qu’un fonds grec poursuit Chypre, le tout pour des mesures imposées à ces pays par la « troïka »(Fonds monétaire international, Banque centrale européenne et Commission européenne)...

Rien de tout cela ne semble pourtant effrayer les autorités de l’Union, qui paraissent disposées à étendre et renforcer encore les droits des investisseurs dans le cadre des négociations en vue d’un futur accord commercial entre l’Europe et les États-Unis (lire notre enquête).

Olivier Petitjean

Source : http://www.citoyens-et-francais.fr/article-crise-financiere-comment-des-fonds-vautours-commencent-a-attaquer-l-europe-123186962.html

Repost 0
7 avril 2014 1 07 /04 /avril /2014 17:29

lundi, 07 avril 2014

Bilan des municipales...

Pierre Vial

Un taux d’abstention encore jamais vu, les bons résultats du FN, le désaveu cinglant infligé au PS, y compris de la part d’électeurs votant habituellement à gauche : les municipales ont marqué un rejet clair et net du Système en place par une partie importante de la population.

C’est pour nous, évidemment, une source de satisfaction.

Face à cette Bérézina, Hollande s’est raccroché à la branche Valls, sur le thème du changement. Mais la presse n’est pas dupe du jeu des chaises musicales (on prend les mêmes et on recommence, en changeant leur dossard… vieille pratique de la IIIe et IVe Républiques).

« Ayrault bis » titre Libération , « Hollande…ne change rien » (Le Figaro), « Changement a minima » ( La Croix), « Recyclage » ( Metronews ), « La nouveauté ne crève pas l’écran » (Ouest-France ), « Comme un air de déjà vu » (Midi-Libre ), « Banale reconduction » (La Montagne ), « Tout ça… pour ça » (L’Est Républicain ).

Bref, un flop.

En installant Valls, Hollande joue gros car il se met à dos la gauche du PS, l’extrême gauche, les écolos… pour ne parler que des gens censés être dans son camp.

Pour les autres, les gogos de droite qui ont voulu croire au numéro de Valls jouant les « Monsieur Sécurité », beaucoup ont fini par ouvrir les yeux devant le bilan calamiteux de l’ex-ministre de l’Intérieur : les chiffres donnés par l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) montrent une augmentation des vols, des cambriolages, des effractions et des actes de violence ces deux dernières années.

Valls, plus encore qu’on Hollande social-démocrate rallié au capitalisme, est un socialo-libéral, c'est-à-dire quelqu’un qui se moque en fait du socialisme et joue la carte libérale car il l’estime la meilleure pour son plan de carrière (inspiré en cela par son épouse juive).

Pourquoi, réellement, Hollande a-t-il choisi Valls ? Hollande voudrait bien être un aussi fidèle disciple de Machiavel que Mitterrand.

Donc, sachant que Valls le menace directement pour la prochaine présidentielle, il veut lui savonner la planche.

Par exemple en lui lançant dans les pattes la Taubira : cette hystérique va forcément provoquer nombre de nuits blanches à Valls (lequel, ne nous y trompons pas, est aussi haineux que la mégère à l’égard de tout ce qui est identitaire, enraciné, gaulois).

Compte tenu du poids des réalités (augmentation du chômage, de l’immigration, de l’insécurité) le tandem Hollande-Valls va droit dans le mur. Les mois qui viennent vont être intéressants.

11:43 Publié dans Les Nouvelles du Front de Pierre ViAL

Repost 0
7 avril 2014 1 07 /04 /avril /2014 17:25

Avertissement de la gendarmerie; lire absolument........

> Rappel pour l'ensemble de la communauté des automobilistes
- dont le véhicule possède une lunette arrière
- qui se gare sur le parking d'un super marché
- qui ne charge pas ses marchandises dans son cof
fre


Mise en garde de la gendarmerie


Signalement des mêmes faits, il y a peu, à BLAGNAC au parking à l'air libre de chez LECLERC !
La semaine dernière, je me suis garé sur le parking d'Auchan Gramont.
Quand je suis parti, j'ai remarqué un papier sur la vitre arrière.
Lorsque je l'ai enlevé (une fois rentré à la maison), j'ai vu que c'était un reçu d'essence.
Heureusement qu'un de mes amis m'avait dit de ne pas m'arrêter, car quelqu'un aurait pu attendre que je sorte de ma voiture... Après Strasbourg, cette technique arrive sur toute la France !
Attention aux papiers collés sur la fenêtre arrière de votre voiture.
Nouvelle manière pour les vols de voitures (ce n'est pas une plaisanterie !)
Vous marchez sur le parking, ouvrez votre voiture et rentrez dedans.
Vous démarrez le moteur et mettez la marche arrière.
Lorsque vous regardez par votre vitre arrière pour faire marche arrière, vous remarquez un papier collé au milieu. Vous vous arrêtez, sortez de votre voiture pour enlever le papier (ou autre) car cela vous bloque la vue.
Quand vous atteignez l'arrière de la voiture, c'est là que le voleur de voiture apparaît de nulle part. Il rentre dans la voiture et s'en va.Il vous roule pratiquement dessus en partant à grande vitesse.
ET devi
nez quoi ?

Je parie que votre portefeuille ou sac à main est encore dans la voiture.
> Donc, maintenant, le voleur de voiture a votre voiture, votre adresse, votre argent, vos clés. Votre maison et votre identité sont donc compromis !
Ils sont très bien organisés, de nombreux automobilistes se sont fait piéger de cette façon.
Si vous voyez un papier collé à l'arrière de votre voiture, fermez vos portes de voiture à clé, démarrez et partez. Vous enlèverez le papier plus tard.
Faites suivre cet email à votre famille et vos amis.
Un portefeuille contient beaucoup de documents importants et d'identification.
Vous ne voulez certainement pas que cela tombe dans de mauvaises m
ains.


SVP transmettez ce message à tous vos amis

Repost 0
6 avril 2014 7 06 /04 /avril /2014 15:54

Thirion René G.

Certains de mes amis me reprochent d'utiliser le terme génocide pour le Grand Remplacement de la population française.

Mais, si l'on s'en tient à la définition de ce mot donné par l'ONU qui est une référence douteuse mais acceptée par la grande majorité des Nations, mon accusation envers l'UMPS et les différents gouvernements de la Ve République est tout-à-fait justifiée.


Un génocide est un acte "commis dans l'intention de détruire, ou tout ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux", selon les termes de la convention des Nations unies du 9 décembre 1948.

Cet acte peut être un meurtre, mais aussi une atteinte grave à l'intégrité mentale ou une mesure anti-natalité, l'essentiel étant que l'acte soit dirigé intentionnellement contre un groupe donné.


Or l'immigration massive de peuples dans notre "groupe national' français qui conduit à la disparition de l'intégrité mentale du Peuple de France est donc, au sens de la définition,un génocide contre le peuple français, car même caché, l'acte est intentionnellement dirigé par les tenants d'un mondialisme métissé et leur volonté de fondre culture et ethnie en un seul groupe d'occupation du sol national !

https://www.facebook.com/?ref=tn_tnmn

Repost 0
6 avril 2014 7 06 /04 /avril /2014 09:35

Suisse : droite et extrême droite s'allient pour que les

"étrangers criminels" fassent leurs valises

Le Point.fr - Publié le 26/03/2014 à 11:12

En dépit du droit international, les députés de droite

et d'extrême droite ont voté ensemble le renvoi

des "étrangers criminels".

De NOTRE CORRESPONDANT À GENÈVE, IAN HAMEL

À la une du Point.fr

Le procès-verbal de la session de printemps du Conseil national (l'Assemblée nationale suisse) ne parle plus des "délinquants étrangers", mais carrément des "étrangers criminels".

Le ton est donné : par 104 voix contre 71, les députés suisses ont choisi de mettre en application l'initiative de l'Union démocratique du centre (UDC) réclamant l'expulsion systématique des étrangers auteurs de meurtre, de brigandage, de trafic d'êtres humains, mais aussi d'abus en matière d'aide sociale et d'assurances sociales.

En novembre 2010, les Suisses votent à 52,9 % pour l'expulsion des délinquants étrangers.

Une initiative uniquement défendue par l'extrême droite. Depuis, le Conseil fédéral et les autres partis politiques, de droite comme de gauche, freinaient des quatre fers pour l'application de ce vote.

En effet, l'expulsion automatique des délinquants étrangers est inconciliable avec le droit international.

La Suisse risque de se faire durement taper sur les doigts par la Cour européenne des droits de l'homme.

Devant les blocages, l'UDC menace alors de lancer une autre initiative dite de "mise en oeuvre" de cette expulsion des délinquants étrangers.

Une initiative que le parti populiste est pratiquement certain de gagner.

"On touche le fond"

Pour éviter une nouvelle votation, la droite suisse (Parti libéral radical et démocrates-chrétiens) vient donc de rendre les armes et de s'aligner sur les positions de l'extrême droite en ce qui concerne le renvoi des délinquants étrangers.

Alors que cette même droite combattait jusqu'ici l'initiative de l'UDC au nom du droit international.

Les expulsions automatiques concerneront les étrangers condamnés pour meurtre, assassinat, crime de guerre, crime contre l'humanité. Mais aussi pour violation de domicile ou abus en matière d'aide sociale.

En cas de récidive, le catalogue des délits pour lesquels les étrangers seront automatiquement renvoyés sera plus large encore : "pornographie", "lésions corporelles simples", "menaces contre les autorités et les fonctionnaires", "dénonciation calomnieuse".

En clair, un étranger pris en train de se bagarrer ou d'insulter un policier pourra dorénavant faire ses valises même s'il est né dans la Confédération et qu'il n'a jamais mis les pieds dans son pays natal. "On touche le fond", dénonce le socialiste genevois Carlo Sommaruga, hostile aux expulsions systématiques, dans le quotidien Le Temps.

Outre la détérioration de son image, la Suisse ne s'expose-t-elle pas à des représailles de la part de ses voisins ?

En effet, plus d'un demi-million de Suisses vivent à l'étranger (et plus de 150 000 en France).

Comment réagiront certains pays si leurs ressortissants sont renvoyés uniquement pour avoir été pris dans une rixe ou pour avoir un peu triché avec les assurances sociales

source et publication: http://www.lepoint.fr/monde/suisse-droite-et-extreme-droite-s-allient-pour-que-les-etrangers-criminels-fassent-leurs-valises-26-03-2014-1805765_24.php

Suisse : droite et extrême droite s'allient pour que les "étrangers criminels" fassent leurs valises

Le Point.fr - Publié le 26/03/2014 à 11:12

En dépit du droit international, les députés de droite et d'extrême droite ont voté ensemble le renvoi des "étrangers criminels".

Repost 0
6 avril 2014 7 06 /04 /avril /2014 09:14

Ecrit le 5 avr 2014 à 14:13 par Pierre-François Ghisoni dans Article

Les JRE : droit et devoir de retrait

Est-ce bien Farida Belghoul qui a lancé l’initiative du JRE, le Jour de retrait de l’école ? Ma réponse est claire et nettement affirmée : ce n’est pas elle !

C’est – dois-je vous le donner en cent, en mille… à la façon de Mme de Sévigné ? – c’est François Hollande, président de la République.

En effet, c’est bien lui qui a usé et abusé de son pouvoir par Taubira et consorts interposés pour reprogrammer les jeunes esprits malléables en leur inculquant, dans le cadre autoritaire de l’école, des théories dont nous ne connaissons pas les résultats à long terme.

UN SOUTIEN INATTENDU

Alors oui, Mme Belghoul a bien eu raison d’apporter son soutien immédiat à François Hollande en lui montrant la marche à suivre : faire appliquer séance tenante le fameux principe de précaution, introduit dans la Constitution de la Ve République par une révision constitutionnelle du 1er mars 2005.

Il affirme que : « Lorsque la réalisation d’un dommage, bien qu’incertaine en l’état des connaissances scientifiques, pourrait affecter de manière grave et irréversible l’environnement, les autorités publiques veillent, par application du principe de précaution et dans leurs domaines d’attributions, à la mise en œuvre de procédures d’évaluation des risques et à l’adoption de mesures provisoires et proportionnées afin de parer à la réalisation du dommage. »

Or l’environnement dont il est question, n’est rien d’autre que l’équilibre des fonctions naturelles des relations humaines et de la sexualité qui conditionne « peu ou prou » le devenir de l’espèce humaine. Et le JRE, n’est-ce pas une mesure provisoire et proportionnée ?

Sachons donc défendre les « chères petites têtes blondes… et brunes, et rousses, et vertes et bleues, et multicolores et diaphanes et… en ai-je oublié ? » en toute légalité, avec l’appui du président Hollande, garant de la Constitution. Je suis d’ailleurs étonné qu’il n’ait pas donné à Mme Belghoul un rôle bien marqué dans son nouveau gouvernement. Un oubli bientôt réparé j’espère ?

IL EXISTE DES PROTECTIONS LÉGALES

À tout hasard, si Monsieur Hollande ne suivait pas les conseils de Mme Belhgoul, d’autres approches légales ne sont pas à dédaigner.

LE RÈGLEMENT, C’EST LE RÈGLEMENT

Celle qui spécifie le nombre des quatre demi-journées d’absence à partir desquelles la machine administrative scolaire doit « questionner » les parents.

J’espère que le calcul mental est toujours enseigné : une journée correspond à deux demi-journées qui sont inférieures à quatre.

À tout hasard…

LE DROIT DE RETRAIT DU TRAVAIL

Celle du droit du travail, juvénilement adapté

de son article L-4131-1 : « Le travailleur alerte immédiatement l’employeur de toute situation de travail dont il a un motif raisonnable de penser qu’elle présente un danger grave et imminent pour sa vie ou sa santé ainsi que de toute défectuosité qu’il constate dans les systèmes de protection.

Il peut se retirer d’une telle situation.

L’employeur ne peut demander au travailleur qui a fait usage de son droit de retrait de reprendre son activité dans une situation de travail où persiste un danger grave et imminent résultant notamment d’une défectuosité du système de protection. »

Remplacez les mots travailleur et employeur par écolier et chef d’établissement : vous avez les bases d’une saine discussion jusqu’au haut de l’État, en passant par tous les intermédiaires.

Nul doute que certains syndicats en deux, trois ou tant et plus de lettres viendront cautionner un élargissement des droits acquis…

LA PROTECTION DES ENFANTS AU TRAVAIL

D’ailleurs cette situation n’a pas échappé à la protection des enfants dans les spectacles.

On pourrait prendre comme base de discussion les mesures de protection obligatoires pour un enfant qui doit travailler dans une entreprise de spectacle.

Le Référentiel pour l’examen médical préalable à l’emploi d’un enfant de moins de 16 ans dans le spectacle, les professions ambulantes, la publicité et la mode est une mine de pistes à suivre. Citons-le :

« Il faut connaître les contraintes physiques et psychiques imposées à l’enfant par l’emploi.

Pour le spectacle-tournage de films, la lecture du scénario par le médecin et la connaissance du plan de travail préalablement à la visite médicale de l’enfant sont indispensables.

Cela implique que ces documents de base du travail cinématographique, datés, soient communiqués au médecin au moins quinze jours avant la visite médicale qui doit donner lieu à la rédaction du certificat, pour que le médecin ait le temps d’en faire une lecture attentive avant de voir l’enfant et ses parents.

Le temps requis pour la lecture d’un scénario est de deux à trois heures.

Le plan de travail et la note d’intention précisent clairement l’histoire, le rôle de l’enfant, les conditions de tournage, le remplacement de l’enfant pour les scènes délicates [...] Ils permettent au médecin et à la Commission consultative d’identifier les risques réels ou potentiels pour un enfant, de préparer les questions à poser à l’enfant et à ses parents. [...]

L’attention sera portée plus particulièrement sur les éléments suivants, dans le respect du code du travail et de la protection de la santé physique et psychique de l’enfant, éléments qui peuvent constituer une grille de lecture : absence de scène de nu et de scène d’amour (à noter que « la moralité » n’est pas du ressort du médecin mais de celui de la Commission.

En revanche, cela peut lui permettre de percevoir un effet négatif possible sur la santé psychique de l’enfant en fonction de son âge,de sa maturité ou de ses antécédents). »

LE MÉDECIN DE FAMILLE

Mais qu’en est-il du médecin de famille ? Alors que nombreux sont ceux qui se plaignent de l’avalanche de certificats médicaux demandés pour les activités de plein air, les sorties au musée, les travaux pratiques, et bien sûr pour aller à l’école, ne serait-il pas temps, à l’occasion de ces programmes de reprogrammation des comportements naturels, de demander leur avis, leur suivi, éventuellement, un « vrai » certificat prenant en compte le suivi psychologique de l’enfant.

Quelle qu’en soit la teneur, de bonnes questions auraient été posées dans une ambiance plus indépendante (au moins l’espérons-nous).

Et si tel n’était pas le cas, il serait toujours temps de rechercher « son » médecin de famille.

LES CELLULES DE SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE

Reste encore une porte à ouvrir : celle des cellules de soutien psychologique, tellement mises en avant par ailleurs. Il en existe pour les témoins ou victimes d’accidents et d’agressions. Un député à proposé d’en créer pour les jurés d’assises.

Elles sont parfois décriées, comme tout ce qui touche aux équilibres psychologiques. Il n’empêche : elles n’ont vu le jour qu’après des dizaines d’années pendant lesquelles les névroses traumatiques étaient niées… avant de forcer le mur du silence ou du mépris. Attendrons-nous des dizaines d’années pour que l’Éducation dite nationale revienne sur ses bévues ?

Ici, l’enseignement de la lecture et de l’orthographe nous donne le droit d’être pessimistes.

UN PEU DE BON SENS

Mais au fait. Si l’État voulait bien s’occuper d’instruction et laisser l’éducation aux parents, tout ne serait-il pas plus simple ? Et plus… démocratique ?

En ce cas, personne n’aurait besoin, ni de Farida Belghoul ni de François Hollande.

Il est des jours où l’on se prend à rêver sur des sujets graves, et à s’autoriser une pointe d’humour… tout en laissant quelques cailloux blancs.

Source : http://www.ndf.fr/poing-de-vue/05-04-2014/les-jre-droit-et-devoir-de-retrait#.U0EMIq6vd3Q

Repost 0
6 avril 2014 7 06 /04 /avril /2014 09:01

TRIBUNE LIBRE ET POINT DE VUE !

Elections européennes : la médiocrité de la déclaration épiscopale

5 AVRIL 2014 /

Share on facebookShare on twitterShare on emailShare on pinterest_shareMore Sharing Services

Coup de gueule de Loïc Mérian dans La Nef sur les consignes épiscopales en matière électorale :

« Le 20 mars dernier était publiée « la déclaration de la Commission des Épiscopats de la Communauté européenne (COMECE) relative aux prochaines élections européennes ». Il arrive un moment où il faut dire stop !

Voilà un texte qui est certes pétri de bonnes intentions où l’on prône la solidarité, la subsidiarité, le respect de la dignité humaine, du dimanche, des migrants, de la couche d’ozone…

Mais enfin à quoi ce genre de texte peut-il donc servir ? Qui peut-il influencer ?

Qui est contre la solidarité ? « Nous, les évêques catholiques, plaidons pour que le projet européen ne soit pas mis en danger ni abandonné » !

Mais quel « projet européen » ?

Celui qui impose la propagande gay et lesbienne aux politiques publiques à travers la directive Lunacek votée le 4 février ?

Celui qui promeut l’avortement et interdit l’objection de conscience ? `

Celui qui dénonce les références chrétiennes de la constitution hongroise ?

Celui qui encourage l’euthanasie pour tous ?

Celui qui finance à millions l’idéologie du genre ?…

Ce « projet européen », nous le voyons se déployer sous nos yeux depuis des années, c’est celui d’une « culture de mort », dénoncée à temps et à contre-temps par les papes, de Jean-Paul II à François, qui s’étend partout en Europe et dont l’UE est un vecteur.

Cette culture de mort contre laquelle les laïcs en masses se sont élevés, en France, en Espagne, en Italie, que ce soit sur la question du mariage homosexuel ou de l’avortement, que ce soit par l’initiative

Un de nous qui a réuni près de 2 millions de signatures dans toute l’Europe en faveur de la protection des embryons.

Et qu’en dit ce texte ? Rien ! Pas un mot, ni sur les avancées inquiétantes de cette « culture de mort » dominante en Europe, ni sur les courageuses réactions des peuples ! Rien que de belles pensées sur la solidarité.

Bien sûr ce texte dit qu’il faut protéger la famille, mais sans même évoquer le fait qu’elle est attaquée de toutes parts !

Alors qu’un combat titanesque se déroule sous nos yeux, la COMECE publie un communiqué totalement inodore comme si tout allait pour le mieux ! Les fidèles catholiques sont en droit d’attendre d’être défendus et soutenus par leurs pasteurs, qui devraient même être en première ligne en se référant à Dieu et non pas sombrer dans un discours d’un horizontalisme affligeant que n’importe qui pourrait tenir !

La société s’effondre sous les assauts d’idéologues destructeurs du genre humain et négateurs de Dieu, et la COMECE discute de la couche d’ozone, le nouveau sexe des anges !

Au fait, dans ce texte, savez-vous qu’il y a un mot qui n’est jamais cité ?

Vous l’avez sans doute deviné, c’est Dieu. »

Source et publication: http://www.riposte-catholique.fr/perepiscopus/relativisme/elections-europeennes-la-mediocrite-de-la-declaration-episcopale

Repost 0
6 avril 2014 7 06 /04 /avril /2014 08:55

Pourquoi la France va continuer à sombrer

Posted On 05 avr 2014

By : Guy Millière

Pendant que les médias français s’obnubilent sur le changement de gouvernement et les congratulations échangées entre ministres, la France continue à sombrer.

Et, ce doit être dit : le naufrage va se poursuivre sans que rien ne l’arrête.

Le problème fondamental de la France est le déficit grave de compétitivité de l’économie du pays, et ce déficit, qui se creuse, va, sans aucun doute, continuer à se creuser.

Ce déficit tient largement aux surcoûts infligés aux entreprises françaises par le biais de charges littéralement écrasantes.

Une baisse des charges sur les entreprises pourrait remédier à ces surcoûts, mais ce devrait être une baisse de charges bien plus importante que celle évoquée présentement et qui, même si elle est votée n’aura guère plus d’effet que le célèbre emplâtre posé sur une jambe de bois.

Une forte baisse des charges sur les entreprises ne serait, qui plus est, efficace que si elle n’apparaissait pas comme une mesure temporaire sur laquelle il serait possible de revenir, mais comme une mesure durable, installée, gravée dans le marbre.

Le gouvernement actuel ne décidera, bien sûr, pas d’une forte baisse des charges mais d’une baisse très superficielle, et cosmétique, et il décidera moins encore de graver dans le marbre une baisse des charges.

Aucun parti politique à ce jour ne propose une forte baisse des charges qui serait aussitôt gravée dans le marbre.

Le déficit de compétitivité des entreprises françaises tient aussi à la rigidité des règlementations qui enserrent les activités économiques en France et y accroissent considérablement les coûts de transaction, à la faiblesse de la profitabilité moyenne des mêmes activités économiques, qui réduit les retours sur investissement, dissuade les investissements futurs, et amenuise les sommes susceptibles d’être consacrées à la recherche et à l’innovation.
Le gouvernement actuel ne desserrera, bien sûr, pas l’étau réglementaire qui asphyxie le pays, ou le fera de manière infime, et dès lors inutil
e.

Aucun parti politique à ce jour ne propose de desserrer vraiment l’étau règlementaire qui asphyxie le pays, ou pas dans des proportions suffisantes pour que cela ait un effet.

Le déficit de compétitivité des entreprises françaises tient, bien sûr, à une multitude d’autres facteurs, qui expliquent pourquoi ni le gouvernement, ni ceux qui sont à même de le remplacer ne sont, à ce jour, à même d’apporter un remède.

Parmi ces facteurs: le poids hypertrophique de la fonction publique française, qui compte bien trop d’administrations et de fonctionnaires, les conséquences très graves de l’économie mixte, qui fait que de nombreuses entreprises dépendent du gouvernement pour survivre, l’absence quasiment totale de médias indépendants du gouvernement et des rouages de l’économie mixte, les effets de décennies de prise en main de la culture et de l’éducation par des ennemis du capitalisme démocratique, prise en main qui a des conséquences dans le journalisme ou la magistrature, entre autres.

Tous les partis politiques, strictement tous, sont confrontés à ces facteurs ou influencés par eux d’une manière ou d’une autre.

Un redressement ne pourrait prendre forme que si se trouvait proposé à la fois une très forte baisse des charges sur les entreprises et sur les salaires, une réforme constitutionnelle fixant un niveau maximum de charges et d’impôts (si possible un impôt strictement proportionnel abolissant toute progressivité), une abolition du présent code du travail aux fins de le remplacer par une version infiniment allégée de celui-ci, une simplification radicale des formalités administratives, une diminution rapide du nombre des fonctionnaires travaillant dans d’autres secteurs que les fonctions régaliennes de l’Etat, une privatisation de multiples entreprises encore publiques ou semi-publiques, une suppression des subventions gouvernementales aux entreprises privées quelles qu’elles soient, une privatisation des médias dits de « service public », une abolition des « aides » gouvernementales aux organes de presse et d’information ainsi qu’à l’ensemble du secteur théâtral et cinématographique, une privatisation du système universitaire et l’instauration graduelle du chèque éducation dans le système éducatif primaire et secondaire, une fermeture des écoles de journalisme publiques et de l’école nationale de la magistrature (les universités privatisées pourraient former les journalistes et les juristes).

Ce serait juste un commencement.

Je pense que ce commencement ne verra pas le jour, même de manière fragmentaire.

Le plus vraisemblable est que le gouvernement Valls échouera.

A l’automne prochain, il sera déjà dans un échec que des maquillages statistiques tenteront sans doute de maquiller.

Je doute que Hollande choisisse rapidement la dissolution de l’Assemblée, mais je me dis à moi-même qu’il y songe.

Une majorité UMP risquerait fort de ne pas faire mieux.

Après avoir éliminé Valls (ce qu’il est, je pense, en train de faire), Hollande éliminerait ainsi l’UMP et espérerait se faire réélire en 2017, dans un deuxième tour qui pourrait l’opposer (ce qu’il espère, je pense) à Marine Le Pen.

Où en sera la France à ce moment ? La France plonge dans tous les classements internationaux, ceux-là même que les investisseurs consultent avant d’investir.

Dans l’Index of Economic Freedom, établi chaque année par la Heritage Foundation, et le Wall Street Journal, la France est en soixante dixième position, en dessous du Kazakhstan et du Ghana.

Elle est en trente troisième position parmi les quarante trois pays que compte le continent européen.

Elle est, certes, mieux classée que la Zambie ou le Sri Lanka, mais c’est une maigre consolation.

A titre de comparaison, le Canada est en sixième position, la Suisse en quatrième position, les Etats Unis en douzième position (bien plus bas qu’avant Obama), l’Allemagne en dix-huitième position.

Qui aurait vraiment envie d’investir dans un pays qui peut juste dire qu’il est mieux classé que la Zambie et le Sri Lanka ?

Qui peut parler sérieusement d’un « partenariat franco-allemand » : l’Allemagne a d’autres problèmes, mais elle est infiment mieux gérée et plus libre économiquement que la France.

Au moment de la création de l’euro, la France et l’Allemagne avaient des niveaux de compétitivité équivalents, depuis la France a décroché, et ce n’est, hélas, pas fini.

Si la France avait sa propre monnaie, celle-ci serait dévaluée, comme la monnaie de la France c’est le mark, qui est le vrai nom de l’euro, la France ne peut combler son déficit de compétitivité que par les moyens que j’évoque ici, qui ne seront pas employés.

Comme les salaires ne peuvent se trouver abaissés par décision gouvernementale, il ne reste qu’une variable d’ajustement, le chômage et, au bout, la pauvreté.

Les caisses de l’Etat sont plus que vides et l’endettement s’accroît. L’endettement va s’accroître encore, jusqu’à la faillite.

Aucun équilibre budgétaire n’est en vue et ne sera en vue. Augmenter les impôts désormais est impossible (toute augmentation d’impôts ferait baisser les rentrées fiscales en suscitant des désinvestissements et des surcroîts d’inactivité, comme l’a expliqué Arthur Laffer il y a longtemps).

Baisser les dépenses publiques de cinquante milliards d’euros (ce qui ne se fera pas), serait extrêmement insuffisant et aussi inefficace que les baisses de charges prévues.

Sortir de l’euro susciterait une dévaluation qui augmenterait considérablement d’un seul coup l’endettement du pays, et n’aurait de sens qu’en adoptant au même instant toutes les mesures que je suggère ici.

Sortir de l’euro ne se fera pas, sauf si l’euro explose, mais le mark, qui est le vrai nom de l’euro, n’explosera pas.

Les mesures que je suggère ne seront pas adoptées, non.

Mon conseil en ce cadre ? Ouvrir un compte en Allemagne ou au Luxembourg pour y mettre quelques économies ? C’est à envisager.

Partir vers des cieux plus sereins ? C’est à envisager aussi. Rester en France en pensant que cela va s’améliorer relèverait de l’illusion suicidaire.

Rester en France en sachant que cela va être bien pire, puis infiniment pire encore, présente au moins l’avantage de la lucidité.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Guy Millière pour Dreuz.info.

Repost 0
6 avril 2014 7 06 /04 /avril /2014 08:48

Le 6 avril 2014

Ainsi donc, les élections municipales sont venues, nous avons vu, ils sont vaincus.

La campagne des Gaules de mars 2014 est un désastre pour le PS. On nous fait maintenant le coup du « message bien entendu »que, bien entendu, le gouvernement va prendre en compte, c’est-à-dire continuer de faire la même chose, peut-être avec quelques marionnettes toutes neuves pour faire illusion, pour gagner du temps.

Il ne se passera rien, car le problème est que la France est Maastrichtosée, sévèrement Maastrichtosée.

Commençons par tordre le cou à l’idée faussement ingénue que le PS n’a rien vu venir. Cela fait des mois que la cote du Président est effondrée à des niveaux historiquement très bas.

La réalité est qu’ils ne peuvent rien faire, sinon assister passivement à leur descente aux enfers. Comment en est-on arrivé là ?

Pour répondre, il faut revenir à la racine du mal : le traité de Maastricht. Une vieille affaire, me direz-vous, personne n’en parle. Justement, rappelons les faits.

En septembre 1992, les Français ont approuvé le texte par une courte majorité de 51 %. Sans vouloir offenser les uns et les autres, je crois que beaucoup ont voté un peu au hasard en fonction de leurs intuitions, de leurs inclinations politiques, du vent et de l’âge du capitaine. Personne n’a vraiment compris les enjeux.

En bon élève, j’ai tenté à l’époque de comprendre ce fichu traité illisible. Et ma conclusion est que presque tout ce qui nous arrive était dans Maastricht.

Le premier point est l’indépendance de la Banque centrale européenne, présentée absurdement comme une vertu.

Hormis le problème que la BCE, dirigée par Mario Draghi, est maintenant le cheval de Troie de Goldman Sachs (Draghi en est l’homme de paille), il faut dire que retirer aux gouvernants tout pouvoir d’action sur la monnaie, c’est les réduire à l’impuissance, en faire des comptables. C’est ce que l’on voit. Sarkozy a su faire illusion, Hollande en est incapable.

Le deuxième est l’absence de frontières et la transformation du pays-France en une zone-France, ouverte au vaste monde, quai de déchargement de services et de marchandises produits ailleurs.

en résulte le chômage de masse, aggravé par le tsunami migratoire.

L’absence de frontières a une triple origine : c’est un dogme.

L’Europe institutionnelle est un mille-feuille de structures qui n’ont pas été pensées comme ayant des frontières et ont des périmètres incohérents. L’Allemagne est contre.

Redisons-le : la France de 2014 est Maastrichtosée

. C’est ce que les partis du système refusent de dire, par trahison ou par lâcheté, mais le pays réel le comprend de plus en plus. Maastricht est une espèce de Constitution européenne, percluse de dogmes nuisibles et qui n’autorise qu’une seule politique économique possible.

Cela fait vingt ans qu’on ment aux Français en prétendant le contraire.

La cause ? la Maastrichtose

Arnaud Fournet

Auto-entrepreneur

Source et publication: http://www.bvoltaire.fr/arnaudfournet/la-cause-la-maastrichtose,55120?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=0199556bb1-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-0199556bb1-30403221&mc_cid=0199556bb1&mc_eid=35158644a0

ET AUSSI

Site : http://jean-marielebraud.hautetfort.com/

Blog : http://pdf.bretagne.over-blog.com/

Mail : pdfbretagne@orange.fr

Site : http://jean-marielebraud.hautetfort.com/

Blog : http://pdf.bretagne.over-blog.com/

Mail : pdfbretagne@orange.fr

Tel : 06 65 61 08 62

Repost 0