Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 juillet 2013 3 24 /07 /juillet /2013 14:06

Manuel Valls a annoncé mercredi, à l'issue du Conseil des ministres, la dissolution sur décret présidentiel de deux groupuscules d'extrême droite, "l'Oeuvre française" et les "Jeunesses nationalistes".

Le ministre de l'Intérieur, qui a fait cette annonce dans la cour de l'Elysée, a souligné que l'Oeuvre française était une "association qui propage une idéologie xénophobe et antisémite, des thèses racistes et négationnistes, qui exalte la collaboration et le régime de Vichy, et qui rend des hommages réguliers au maréchal Pétain, à Brasillach ou à Maurras".

Créée en 1968 par Pierre Sidos, fils de François Sidos, fusillé à la Libération pour collaboration, l'Oeuvre française "est organisée comme une milice privée avec des camps de formation de type paramilitaire", a-t-il souligné.

"Dans le même sens, par décret toujours, le président de la République va dissoudre les Jeunesses nationalistes, qui propage elle aussi la haine et la violence, qui exalte la collaboration, qui rend hommage à des miliciens ou à des Waffen SS, avec pour certains de ses membres aussi des saluts hitlériens", a-t-il poursuivi.

Les JN sont en quelque sorte la branche activiste de l'Oeuvre française. Elles ont été fondées en octobre 2011 par Alexandre Gabriac, un jeune élu FN exclu du parti après la diffusion d'une photo le montrant faisant un salut nazi.

"Croire que dissoudre avec un bout de papier nos assos stoppera notre détermination et notre avancée relève du fantasme. L'avenir est à nous", a écrit sur son compte twitter M. Gabriac, sitôt la dissolution annoncée.

Le ministre de l'Intérieur a souhaité "rappeler la volonté du président de la République d'apaiser, de faire en sorte que la loi soit respectée par tous", ajoutant qu'"il n'y a pas de place dans notre pays pour la haine, la xénophobie, l'antisémitisme ou des actes antimusulmans".

Pour M. Valls, "ce sont, après les dissolutions déjà intervenues (celles de Troisième Voie et des Jeunesses nationalistes révolutionnaires le 10 juillet, ndlr) , des moments très importants"

http://fr.news.yahoo.com/extrême-droite-valls-annonce-dissolution-deux-groupuscules-100519978.html

Repost 0
24 juillet 2013 3 24 /07 /juillet /2013 13:22

[Exclusif] Élections européennes : Béatrice Bourges s’explique

Après avoir annoncé le 11 juillet dernier, aux côtés de Christine Boutin et de Jean-Claude Martinez, des listes aux élections européennes,Béatrice Bourges a tenu à répondre aux critiques sur Nouvelles de France.

Entretien.

On a le sentiment que votre annonce a pris de cours tout le monde, y compris au sein des défenseurs du mariage, comme si vous aviez souhaité doubler quelqu’un ou une formation politique.

N’est-ce pas le cas ? Pourquoi si peu de concertations ?

En effet, notre annonce a créé la surprise et tant mieux.

Ceux qui ont été les plus virulents sont ceux qui font partie du système des partis traditionnels.

D’une part, l’UMP qui a été prise de court et a eu l’impression de se faire doubler alors que certains cadres sont actuellement en train d’effectuer de grandes manœuvres pour aller draguer les électeurs du FN, tout en continuant à prendre des airs choqués lorsqu’on leur parle de ce parti.

Ils vont continuer à appeler au front républicain, ce que je trouve insupportable et d’une grande hypocrisie.

Voilà des années qu’ils se trompent d’adversaires.

D’autre part, le FN qui, avouez le, n’a pas été clair sur les sujets qui nous mobilisent depuis maintenant 10 mois. Il ne suffisait pas de dire qu’on était contre la loi, il fallait le prouver.

Mais c’était bien difficile puisqu’on sait qu’à l’intérieur même du FN, les avis sont très partagés.

« Les partis existants ne proposent aucune vision globale de la société. Ils se contentent de proposer des mesures catalogues, sans fil rouge. »

En revanche, certaines personnes à l’intérieur de ces partis se sont battues avec courage et détermination.

Je pense par exemple à Marion Maréchal-Le Pen, qui n’a pas eu le droit de monter à la tribune des grandes manifestations alors que son discours était particulièrement clair et sans ambiguïté.

Du côté de l’UMP, certains élus se sont aussi battus avec courage. À gauche aussi, on a pu apprécier les prises de position à contre-courant de certains élus particulièrement valeureux, tels Bruno Nestor Azérot.

Ce qui prouve bien qu’il faut inventer autre chose.

Le paysage politique va se recomposer autour de deux visions de la société : celle qui est fondée sur le réel, qui a pour objectif le Bien commun.

C’est celle qui ouvre notre société à la vie, aussi bien la vie économique, que la vie sociale, sociétale etc. et, a contrario, celle qui nous emmène dans une impasse car fondée sur une vision idéologique et mortifère. C’est celle qui fonde les lois sur le désir des minorités et donc favorise le communautarisme, celle qui veut faire des personnes humaines de simples individus producteurs consommateurs.

Il faut donc changer de paradigme. Les partis existants ne proposent aucune vision globale de la société. Ils se contentent de proposer des mesures catalogues, sans fil rouge. Je ne pense pas que ce soit une bonne approche. Elle ne peut plus faire illusion.

Autre critique entendue, le fait que les personnalités mises en avant sont toutes des ex-élus, responsables de partis politiques, etc. N’avons-nous pas besoin de nouvelles têtes, davantage issues de la société civile ?

De plus, si les convictions des personnalités en question ne font aucun doute, leur charisme pose des questions…

Lorsque l’on m’a proposé de soutenir cette initiative, j’ai tout de suite vu son originalité : se rassembler sur des convictions, au-delà des partis politiques. Cela m’a paru intéressant. Qui aurait pu penser un jour voir Christine Boutin aux côtés de Jean-Claude Martinez, ancien vice-président du FN ? Ils ont osé ce que beaucoup appellent de leurs vœux depuis bien longtemps. Beaucoup en parlent, eux l’ont fait… J’ai trouvé cela courageux.

« Qui aurait pu penser un jour voir Christine Boutin aux côtés de Jean-Claude Martinez, ancien vice-président du FN ?
Ils ont osé ce que beaucoup appellent de leurs vœux depuis bien longtemps. Beaucoup en parlent, eux l’ont fait… »

Voilà ce qui m’a sauté aux yeux immédiatement.

On trouve également Xavier Lemoine, le maire de Montfermeil, unanimement reconnu pour le courage dont il fait preuve dans sa difficile ville de Seine Saint Denis.

C’est un de nos maires résistants, décidé à aller jusqu’au bout de son engagement. C’est suffisamment rare pour être souligné et admiré.

Quant à Antoine Renard, président des AFC, il représente un des principaux réseaux qui a contribué au succès de la mobilisation que nous venons de vivre depuis novembre 2012.

Il a agi avec discrétion et efficacité en encourageant les fédérations départementales, leur permettant ainsi d’être les piliers de la résistance. C’est également un homme d’entreprise.

Figure aussi dans ce rassemblement Patrice André, grand spécialiste des questions de l’Europe. Il est l’auteur d’un essai remarqué sur le traité de Lisbonne, Mini-traité : La Constitution par la force (F.X. de Guibert, décembre 2007, préface de Jean Foyer).

Spécialiste également des questions liées au genre, il a été sollicité par LMPT pour la représenter au Maroc et est intervenu brillamment sur les podium lors des manifestations des 24 mars et 26 mai.

Pour faire un peu d’humour, je dirai également qu’il leur a fallu à tous un courage certain pour faire alliance avec moi, « la femme la plus dangereuse de France » selon Manuel Valls, comme l’a souligné le journal anglais The Independant le 10 juin dernier !

« Notre initiative a pour ambition de bousculer les clivages politiques usés et d’imposer la voix de la société civile dans le débat. »

Ce rassemblement embryonnaire est prometteur et, ceux qui se sont donnés la peine de ne pas s’arrêter à telle ou telle personnalité l’ont bien compris.

Cette initiative en est à ses débuts. Elle a pour ambition de bousculer les clivages politiques usés et d’imposer la voix de la société civile dans le débat.

Comment expliquer les premières défections (ex : Patrick Louis) et les réactions mitigées du début, sur la toile et ailleurs ?

Patrick Louis était d’accord sur la démarche. J’étais moi-même allée à Lyon pour lui demander de se joindre à l’aventure. Il a accepté rapidement, après avoir obtenu l’accord de Philippe de Villiers.

Mais l’opération s’étant faite en quelques jours, le rôle de chacun n’a pas été suffisamment bien préparé et quelques maladresses, en particulier en temps de parole, ont pu faire croire à Patrick Louis qu’il n’avait pas autant de place dans l’initiative qu’il était en droit de réclamer.

Ce que révèle cet épisode, c’est que les personnes ne doivent pas occulter le fond. La convergence entre les hommes se fera le moment venu.

J’avoue avoir été étonnée d’une sorte de « sur réaction » occasionnée par l’annonce de cette initiative, mais je le comprends : les Français ont été tellement trompés par leurs élus qu’ils se méfient d’emblée. Précisément notre initiative a pour but de sortir des schémas politiques. C’est à la société civile d’imposer ses convictions à l’occasion des campagnes électorales.

« Les journalistes n’ont pas compris ce qui se jouait. Ils ont donné une vision uniquement centrée sur quelques personnalités politiques. Ce n’est pas surprenant. On ne bouscule pas des décennies de conformisme en une seule conférence de presse ! »

Les journalistes n’ont pas compris ce qui se jouait. Ils ont donné une vision uniquement centrée sur quelques personnalités politiques. Ce n’est pas surprenant. On ne bouscule pas des décennies de conformisme en une seule conférence de presse !

Quels sont vos objectifs (en % et en élus) ? Vos moyens (humains et financiers)? Lancerez-vous un site internet à la hauteur pour cette aventure ?

Cette question illustre parfaitement l’impasse dans laquelle la politique s’est engouffrée.

Nous n’avons pas pour objectif des pourcentages mais de faire vaciller un système à bout de souffle.

La question des résultats attendus est une bonne question si on la resitue dans la perspective européenne.

Il y a une place pour les défenseurs issus de la société civile au Parlement européen. Dans d’autres pays, ce sont les eurosceptiques qui font campagne sur des thèmes proches des nôtres.

C’est pourquoi il y a en France une place à occuper. Le vrai résultat sera la présence significative d’élus des différents pays européens convaincus de la défense des même valeurs et non pas des intérêts des partis.

Nous avons déjà des contacts dans différents pays d’Europe.

« Nous allons tout faire pour que cette campagne décoiffe. »

Quant au site, oui, bien sûr il y en aura un à la hauteur.

Pour cela, je fais confiance aux jeunes qui nous ont déjà rejoints et qui ont montré durant ces mois leur savoir faire et leur créativité ! Ils ont déjà plein d’idées. Nous allons tout faire pour que cette campagne « décoiffe ».

En cas de petit score, le risque n’est-il pas de discréditer/mettre un terme à l’énorme mouvement de ces derniers mois ?

Je pense au contraire que ne rien proposer serait décevoir. Cette immense foule qui s’est levée, de toutes les régions de France et de toutes les catégories sociales ne peut plus se contenter de vieux schémas obsolètes.

Le débat doit être maintenant porté sur la scène politique proprement dite car si nous voulons changer le système, alors il nous faut prendre le pouvoir et ce pouvoir, en l’état actuel des choses, se prend grâce aux urnes.

Le débat ne peut être confiné à la loi Taubira uniquement et l’Europe est le lieu où tout ou presque se joue en amont, que ce soit au plan financier, économique, au plan de la défense, autant qu’au plan sociétal (sujets touchant à la vie, l’immigration, la laïcité etc.).

Aucun sujet n’est ou ne sera tabou.

Ce qui s’est révélé, c’est un rejet de la société qui nous est imposée depuis mai 68. C’est le refus d’une idéologie qui va bien au-delà des propositions faites par le gouvernement actuel. Les gens sont en quête de sens. Il faut donc un programme porteur d’Espérance.

L’aventure commence tout juste. Chacun y a sa place.

Source et publication: http://www.ndf.fr/les-grands-entretiens/23-07-2013/exclusif-elections-europeennes-beatrice-bourges-s'explique

Repost 0
24 juillet 2013 3 24 /07 /juillet /2013 10:42

20/07/2013 – 09h00
CANBERRA (NOVOpress) – L’Australie ne compte pas baisser les bras face à l’immigration de mass
e.

Ce pays-continent a annoncé vendredi la fermeture de ses frontières aux migrants clandestins.

Si ces derniers atteignent l’Australie, ils seront désormais expulsés vers la Papouasie-Nouvelle-Guinée, une île de 7 millions d’habitants au nord de l’Australie. « A l’avenir, nos gouvernements ont l’intention de s’assurer que le message soit délivré clairement aux réseaux de passeurs à travers le monde et aux criminels qui les soutiennent en Australie : les espoirs qu’ils vendent à leurs clients sont de faux espoirs », a déclaré Kevin Rudd, le Premier ministre australien.

Cette décision politique, motivée par une population australienne soucieuse du respect de son identité, fait suite à une mesure récente mettant en place l’internement des immigrants illégaux dans des camps de détention offshore.

Chaque année, plus de 15.000 clandestins débarquent en Australie, particulièrement venus d’Iran et d’Indonésie, le plus grand pays musulman au monde (200 millions d’habitants à 90% islamiques).

Des milliers d’Indonésiens se dirigent vers Christmas Island , le point du territoire australien le plus proche des côtes indonésiennes.

Crédit photo : Chai Sabz via Flickr (cc)

[cc] Novopress.info, 2013. Les dépêches de Novopress sont libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine. La licence creative commons ne s'applique pas aux articles repris depuis d'autres sites [http://fr.novopress.info/]

Repost 0
24 juillet 2013 3 24 /07 /juillet /2013 10:34

Bretagne : du bon usage de la réserve parlementaire

18 juillet 2013

18/07/2013 – 19h00


RENNES (NOVOpress Breizh) – Il y a des acharnés. C’est le cas d’Hervé Lebreton, professeur de mathématiques dans le Lot-et-Garonne, président de l’Association pour une démocratie directe.

Après plusieurs années d’un combat administratif et judiciaire fastidieux et épuisant, il est parvenu à obtenir du ministère de l’Intérieur 1038 pages de données révélant l’utilisation de la réserve parlementaire par les 925 députés et sénateurs en 2011 (près de 150 millions d’euros au total).

Ces fonds servent à subventionner des projets portés par des collectivités locales et des associations.

En somme, il s’agit d’un outil puissant de clientélisme – les élus locaux sont très sensibles à l’action de leurs bienfaiteurs.

Dans la distribution de la manne, les mieux lotis étaient les présidents des deux assemblées, les présidents des commissions des finances, les rapporteurs généraux du budget, les présidents de groupe, etc. A tout seigneur, tout honneur.

Les parlementaires de base devaient se contenter, eux, de montants plus modestes.

Grâce à Hervé Lebreton, l’opacité qui entourait l’utilisation de cette réserve parlementaire disparaît. Ce qui permet au Monde (30/06-01/07/13) de publier la liste des douze principaux bénéficiaires en 2011.

La Bretagne se défend bien puisqu’elle parvient à placer deux hommes et une femme dans ce peloton de tête.

En septième position, on trouve en effet François Marc (PS) sénateur du Finistère, avec 1.363.445 euros ; il est vrai qu’il occupait alors deux postes stratégiques pour l’ « arrosage » : vice-président de la commission des finances et président de la commission spéciale chargée du contrôle des comptes et de l’évaluation interne du Sénat.

« Cette dotation a été distribuée, sur la base de plusieurs critères définis par le groupe entre 17 sénateurs de départements différents. » a tenu à préciser l’élu finistérien sur son blog.

Reste que les coups de pouce de François Marc ont bénéficié, en 2011, à 17 communes du Finistère ; la plus gâtée étant Rosporden avec 60.000 euros affectés à la construction d’un centre d’accueil de jour destiné aux personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer.

La neuvième place est occupée par Pierre Méhaignerie (UMP), député-maire de Vitré, avec 957.000 euros.

Quatorze communes lui sont redevables d’une subvention. Evidemment sa bonne cité de Vitré a été mieux récompensée que les autres avec une somme de 95.000 euros destinée à l’aménagement de l’entrée de la ville (RD 88).

Arrive dixième Odette Herviaux (PS), sénateur du Morbihan, avec 948.392 euros. Quatorze collectivités lui doivent une subvention, la plus favorisée étant la communauté de communes de Belle-Isle-en-Mer qui a obtenu 20.000 euros pour la construction d’une caserne de sapeurs-pompiers.

Maire de La Croix Helléan (837 habitants) jusqu’en 2008, Odette Herviaux connait bien les problèmes auxquels sont confrontées les communes appartenant au « rural profond » ; ça se ressent dans ses bonnes œuvres : il est question de la réhabilitation de la station dépuration (Guéhenno), de restauration de la charpente de l’église (Moustoir-Remungol), de rénovation de la cantine municipale (Plaudren)…

A l’Assemblée nationale, la réserve se monte à 90 millions d’euros au total. Depuis la réforme du début de l’année, la même somme est allouée aux députés de la majorité et de l’opposition, soit 130.000 euros en moyenne.

postes sont dits « hors enveloppe », tels le président (520.000 euros) et les vice-présidents (260.000 euros). Au Sénat, la réserve s’élève à 56,26 millions au total. La réforme de 2011 a mis fin aux « dotations exceptionnelles » du président et autres responsables du Sénat.

Chaque groupe perçoit 157.000 euros par élu (Les Echos, 17/04/13).

On peut se faire une idée de ce que les autres députés et sénateurs bretons ont décroché en 2011 au titre de la réserve parlementaire en consultant le site de l’hebdomadaire Marianne.

[cc] Novopress.info, 2013. Les dépêches de Novopress sont libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine. La licence creative commons ne s'applique pas aux articles repris depuis d'autres sites [http://fr.novopress.info/]

Repost 0
24 juillet 2013 3 24 /07 /juillet /2013 10:25

Voici un communiqué diffusé hier par Les Antigones. …

Le gouvernement de M. Ayrault a accordé l’asile politique à Inna Shevchenko.

Donc chacun est fondé à penser que lorsque les Femen s’en sont pris à l’Italie, au Vatican, à la Russie et à la Tunisie, elles l’ont fait avec l’aval des autorités qui gouvernent la France.

Pour sanctionner ces actes qui nuisent aux bonnes relations de la France, le ministère de l’Intérieur a gratifié leur chef de file du statut privilégié de réfugié politique. En conséquence, la France ne considère pas l’Ukraine comme un État de droit.


De plus, Inna Shevchenko a, nous apprend-on, inspiré la Marianne des nouveaux timbres en circulation dans notre pays.

Elle est donc considérée comme un symbole national par le gouvernement français.

Ces honneurs officiels sont une honte pour la France et une scandaleuse institutionnalisation du groupe Femen.


S’il est du devoir de chacune de se battre dans son pays, selon ses principes, son histoire et sa culture, il est inadmissible d’aller faire la leçon à nos voisins.

Que le gouvernement érige les Femen en un symbole national signifie que la France entretient une politique d’impérialisme culturel dont ce groupe d’activistes échevelées est le moyen.
Nous nous désolidarisons totalement de cette position qui offense de nombreux pays auxquels nous sommes liés par des amitiés séculair
es.

En guise de réparation des offenses et afin de renouveler l’amitié qui nous lie aux pays où les Femen se sont données en spectacle, les Antigones ont symboliquement remis aux ambassades le pain et le sel, gage universel de bienvenue à l’attention de : Son Excellence M. Alexandre Orlov, ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de Russie en France, le soir du lundi 22 mai à 19 h à l’ambassade de Russie (…) et à leurs excellences : Oleksandr Kupchyshyn, ambassadeur d’Ukraine en France, Adel Fekih, ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République Tunisienne en France, Luigi Ventura, nonce apostolique, Giandomenico Magliano, ambassadeur de la République Italienne, dans les heures et dans les jours qui viennent.

Les Antigones leur ont également remis un message d’amitié au nom des Françaises qui ne se reconnaissent pas dans cette “diplomatie” d’un genre nouveau.


Par ce geste, les Antigones assurent la Russie, l’Ukraine, l’Italie, le Vatican et la Tunisie que le peuple français ne cautionne pas les actes de son gouvernement de fait.


Antigone est un symbole de la lutte pour la légitimité contre des décisions légales, mais injustes et iniques.

Hollande, vos actes ne sont plus légitimes.

Vous faites honte à la France en soutenant les Femen, il est temps d’accorder votre politique aux vœux des Français. Contrairement aux insinuations de certains, les Antigones sont un mouvement au service de la seule légitimité et pacifique.

Au fait, et ma question s’adresse à tous les lecteurs, avez-vous des informations sur les auteurs de l’incendie du local des Femen à Paris ?

Curieux ce subit mutisme des autorités…

Source : Les Antigones

- See more at: http://www.christianophobie.fr/communique/excellente-initiative-anti-femen-des-antigones?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+Christianophobie+%28Observatoire+de+la+christianophobie%29#sthash.UfEMwr8N.dpuf

ET AUSSI

Femen ou la «rebellitude» d’État

Inna Shevchenko, leader des Femen, est devenue l’égérie du nouveau timbre Marianne, inauguré très officiellement par François Hollande le 14 juillet dernier. Que cela est institutionnel !

Afin de proposer aux Français une alternative à la perspective d’apposer le visage d’une Femen sur leur courrier, nous avons nous aussi sorti un timbre, aux couleurs des Antigones.

Pour se le procurer, il suffit que vous en commandiez vous même sur le site de La Poste.

Vous devez suivre les simples démarches indiquées sur le site en utilisant l’image ci dessous.

Nous en produirons d’autres, inspirés de beaux modèles de femmes d’hier et d’aujourd’hui… Chacun d’entre nous peux le faire, afin de ne pas avoir à utiliser ce timbre de la honte.

La cheftaine des Femen, réfugiée politique en France.

L’asile politique concerne normalement des personnes subissant ou craignant des persécution dans leur pays d’origine et non des délinquants recherchés par les autorités légitimes de leur pays. De plus, pour obtenir le statut de réfugié, il faut remplir trois conditions, notamment celle de ne pas constituer une menace pour l’ordre public (cf. le site Internet officiel de l’OFPRA. article L 741-4 du CESEDA). Ici, l’État s’expose à une contradiction flagrante puisque c’est justement la principale activité de Femen et de sa cheftaine.

L’acceptation de la demande d’asile politique entraîne l’octroie d’une carte de séjour, valable 10 ans mais qui peut être retirée en cas de conduite inadaptée, si le détenteur de la carte est condamné pour menaces ou actes d’intimidation contre des personnes exerçant une fonction publique ou pour rébellion. Accorder un tel statut permet également de prendre position sur l’échiquier international : l’asile politique est un outil de politique étrangère aux mains du ministère de l’Intérieur. Elle désigne implicitement le pays d’origine du détenteur de l’asile politique comme n’étant pas un État de droit. Le pouvoir d’accorder un tel statut est une prérogative importante – éminemment politique.

Les Femen sont un groupe d’activistes qui, par la violence symbolique, promeut un « féminisme pop ». Elles se revendiquent comme un groupe « terroriste », ce qu’elles ne sont pas, même si elles pratiquent allègrement le terrorisme intellectuel.

Nous, les Antigones, avons dénoncé leurs méthodes d’action dégradantes, leur fonctionnement sectaire, leurs profanations liberticides et la réification du corps féminin qu’elles opèrent pour le réduire à une marchandise médiatique. Autant d’aberrations qui portent préjudice aux femmes en renforçant la misogynie ordinaire. Elles confirment les stéréotypes sur l’hystérie féminine et viennent nourrir l’imaginaire dominant – de violence et de sexe mêlés. Le silence assourdissant de leurs corps démultipliés dans l’infini photographique réduit les femmes au seul plan sensible et corporel.

Au-delà de la question féminine, les Antigones ont cherché à mettre en lumière un autre aspect des actions Femen. Il s’agit de leur portée internationale. Leur mensonge lyrique et gratifiant, versant dans l’illimité et l’uniforme – « nous sommes toutes Amina » – est le masque de l’agenda géopolitique de leurs commanditaires qui restent dans l’ombre. Les Femen ont attaqué Berlusconi et le Vatican pour le compte de la gauche européenne. Dans un esprit très « clash des civilisations », elles ont réalisé une action intitulée « topless djihad day » devant l’ambassade de Tunisie, elles ont agressé le chef d’État tunisien sur le sol français, elles ont aussi été sur place contester une décision de justice souveraine. On connaît la suite.

Pour ce qui est de la Russie, elles ont tenté d’agresser Vladimir Poutineou encore le Patriarche Cyrille, elles ont scié la croix érigée en souvenir des victimes de la Tcheka en plein cœur de Kiev, en soutien aux Pussy Riots… À ces énergumènes – qui ont violé des dizaines de lois sans avoir à faire une heure de garde à vue – le gouvernement français réserve un accueil coupable : en 2012, il délivrait à Inna Shevchenko un visa de tourisme en une semaine – un record – et maintenant il lui octroie l’asile politique.

Chacun est désormais fondé de croire que lorsque les Femen s’en sont pris à l’Italie, au Vatican, à la Russie ou à la Tunisie, elle le faisaient avec l’aval du gouvernement Ayrault, puisque pour sanctionner ces actes qui nuisent aux relations de la France, le ministère de l’Intérieur gratifie leur chef de file du statut privilégié de réfugiée. On doit également en déduire que l’Ukraine n’est pas un État de droit. Beau revirement de la part de celles qui espéraient une Ukraine Européenne ! Il va falloir que Monsieur Hollande prenne ses responsabilités et explique aux Français cet étrange soutien de la République française à ce groupe contestataire. Les Femen sont désormais une officine paraétatique, un groupe de « rebellocrates », une agence de subversion subventionnée…

Et puisqu’une Ukrainienne de 24 ans, fait la pluie et le beau temps sur les relations internationales de la France, avec l’aval du gouvernement Ayrault, pourquoi n’en ferions-nous pas autant ?

Depuis lors, le local des Femen a été ravagé par un incendie. Déjà certains voudraient nous mettre en cause. Nous nous réservons d’agir en justice contre nos calomniateurs. J’avais pourtant fait savoir les conditions insalubres dans lesquelles vivent les Femen au Lavoir Moderne. Un accident ne m’étonnerait pas. Cependant, les provocations incessantes d’Inna et l’exaspération que suscitent les Femen pourraient bien avoir poussé à bout un illuminé. Nous Antigones, nous dissocions de cet acte stérile dans l’éventualité d’un incendie criminel.

Iseul Turan, pour les Antigones

Lire aussi :
> Iseul Turan : «Les Femen sont méprisées et exploitées par leurs donneurs d’ordres qui les maintiennent dans une situation extrêmement précaire »
> Le Manifeste des Antig
ones

Repost 0
24 juillet 2013 3 24 /07 /juillet /2013 10:19

Bourdouleix : hourra, la presse tient enfin son nazi !

Le 24 juillet 2013

Gilles Bourdouleix, le député-maire de Cholet, est apparu hier sur les chaînes de télévision comme le dernier grand criminel en date.

À défaut, probablement, de choquer le mauvais peuple, son crime suscite l’indignation des journalistes, à commencer par celui du Courrier de l’Ouest, à l’origine du scandale.

Dans un enregistrement assez brouillon, en tendant bien l’oreille, on entend l’élu centriste réagir à une provocation de « gens du voyage » (il est bon d’utiliser les termes en usage) qui, pour protester contre la volonté du maire de les expulser d’un terrain qu’ils occupent illégalement, scandaient des « Heil Hitler » en faisant le salut nazi (dixit le journaliste présent sur place).

Provocation à laquelle, sous le coup de l’énervement, Gilles Bourdouleix rétorquait, en parlant dans sa barbe : « Comme quoi Hitler n’en a peut-être pas tué assez. »

Il n’en fallait pas plus à la horde des saints pour sauter sur l’occasion de se farcir un fasciste.

Après le flop du Norvégien néonazi fomentateur de massacres à la .22 Long Rifle (à quand le terrorisme au pistolet à plomb ?), la presse tient peut-être enfin son nazi estival.

Car il est bien entendu, dans cette France de l’épuration perpétuelle, que tout propos malheureux révèle l’abjection d’un homme, et qu’aucun écart ne saurait être toléré.

La machine est lancée, le préfet du Maine-et-Loire annonce qu’il va saisir le procureur de la République pour « apologie de crime contre l’humanité ».

C’est un minimum. La procédure visera-t-elle, aussi, les auteurs des saluts nazis ?

Le préfet ne le précise pas, et l’égalité a ses limites.

Que peut-on attendre d’une société qui ne sait plus condamner, mais« avec la plus grande fermeté », que des paroles sans intérêt et laisse impunis — moralement autant que pénalement — quantité d’actes malveillants ?

Louis Pauwels nous avait prévenus : le SIDA mental ravage notre pays, et pour longtemps encore, sans doute…

source : http://www.bvoltaire.fr/francoisdelaitrebvoltaire-fr/bourdouleix-hourra-la-presse-tient-enfin-son-nazi,31454?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=381225009a-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-381225009a-30403221

Repost 0
24 juillet 2013 3 24 /07 /juillet /2013 10:03

FAITS DIVERSUne altercation entre des militaires du 126ème Régiment d'infanterie de Brive et des habitants du quartier des Chapélies a eu lieu dans la nuit de mardi à mercredi.

Plusieurs civils et militaires étaient en garde à vue mardi en raison de violences "réciproques" survenues à Brive-la-Gaillarde, dans la nuit du 16 au 17 juillet.

Le parquet de Brive n'a pas démenti que des gardes à vue étaient en cours dans cette affaire, précisant simplement qu'une communication sur ce dossier interviendrait mercredi matin.

"L'altercation" a impliqué un nombre non déterminé de militaires du 126ème Régiment d'infanterie de Brive et des habitants du quartier populaire des Chapélies.

Les échauffourées ont commencé entre 23h30 et minuit pour s'achever vers 02h30 du matin mercredi 17 juil
let.

Des jets de pierre ont eu lieu et des voitures et un engin de chantier ont été endommagés.

L'origine de cette altercation serait l'intrusion la veille, d'un groupe de personnes du quartier dans la piscine d'une résidence privée voisine des Chapélies.

Elle aurait alors dégénéré et un militaire du 126ème RI, présent sur place, aurait alors été malmené.

Le lendemain soir, des camarades du régiment seraient revenus dans le quartier pour "régler leurs comptes".

"Calmer les esprits des deux côtés"

Depuis ces incidents, deux médiateurs de la mairie sont dans le quartier jusqu'à 3 heures du matin chaque soir. "On fait confiance à la justice", explique une source municipale, tout en soulignant qu'il s'agit d''une enquête délicate", avec "des tensions fortes entre les deux côtés" depuis les incidents.

Le souci de la municipalité est de "calmer les esprits des deux côtés" et de "ne pas stigmatiser" en "montant une communauté contre une autre".

Des CRS ont été déployés samedi soir dans ce quartier en pleine rénovation urbaine et une compagnie devrait également l'être mardi soir, en raison de festivités qui se tiennent à Brive.

Le Service d'information des armées (Sirpa) interrogé, a indiqué qu'une enquête judiciaire était en cours sur cette affaire et attendre ses conclusions.

Le 126ème régiment d'infanterie est spécialiste du combat rapproché en milieu urbain.

Des fantassins de ce régiment ont notamment été déployés au Mali au début de l'année dans le cadre de l'opération Serval.

Source et publication: http://lci.tf1.fr/france/faits-divers/brive-des-habitants-et-des-militaires-en-garde-a-vue-apres-une-8178687.html

Repost 0
23 juillet 2013 2 23 /07 /juillet /2013 14:05

Projet de mosquée refusé : manif devant la mairie

Lassés d’un troisième refus de permis de construire d’une mosquée, une centaine de musulmans ont prié devant la mairie avant de tenter d’y pénétrer.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

C’est du jamais vu dans l’agglomération de Longwy. Une centaine de manifestants musulmans ont tenté, hier, en milieu d’après-midi un coup de force pour se faire entendre du maire Edouard Jacque.

La manifestation n’avait pas été déclarée.

A l’appel de la communauté musulmane du bassin de Longwy, soutenue par l’Acmal (Association cultuelle des musulmans de l’agglomération de Longwy), les musulmans ont d’abord diffusé leurs prières dans le cadre du ramadan, à grands renforts de haut-parleurs sous les fenêtres de la mairie.

Lassée d’avoir attendu la venue du maire plus d’une heure sous 32° à l’ombre, la foule a tenté de pénétrer à l’intérieur des locaux. Seule une délégation d’une dizaine de personnes a pu y accéder tandis que plusieurs véhicules de police prenaient place à l’arrière des bâtiments.

Les manifestants ont exigé du maire qu’il reprenne position en faveur de leur projet de nouvelle mosquée à Gouraincourt sur une surface de 1985 m². Actuellement, en période de ramadan, les fidèles prient dans la rue jusqu’à 1h du matin, faute de structures adaptées.

Le nouveau refus d’Edouard Jacque s’était appuyé, en date du 17 juin dernier, sur la sécurité des fidèles mise en jeu par un passage à niveau SNCF jouxtant le futur parking de 242 places.

Les Bâtiments de France ont par ailleurs dénoncé les couleurs trop criardes de la mosquée, car se trouvant dans le périmètre sauvegardé des remparts Vauban classés Unesco.

Edouard Jacque a invité la communauté à revoir sa copie déplorant que cette manifestation surprise « ne serve hélas qu’à alimenter le lit du Front national. »

http://www.republicain-lorrain.fr/meurthe-et-moselle/2013/07/20/projet-de-mosquee-refuse-manif-devant-la-mairie

Repost 0
23 juillet 2013 2 23 /07 /juillet /2013 13:07

La guerre est là et depuis longtemps

BREIZATAO – PENNADSTUR (21/07/2013)

Nous refusons d’employer le terme de “guerre civile” car celle-ci renvoie à un conflit intérieur à un État entre celui-ci et une ou des factions ou entre factions.

Ce n’est pas de cela dont il s’agit.

Ce dont il s’agit c’est la conquête de l’Europe par les masses islamiques, par le triple jeu de l’immigration, de la dénatalité européenne et de l’antiracisme des gouvernements du continent qui, de fait, permettent aux colons de proliférer.

Ce conflit est aussi ancien que l’Islam lui-même puisque dès sa fondation c’est par les armes qu’il a quitté la péninsule arabique pour s’étendre jusqu’à Poitiers au VIIIème siècle. Plus tard, l’Empire Ottoman tenta à plusieurs reprises de briser la résistance de l’Occident Chrétien, aidé en cela par la France perfide de François Ier.

C’est à Vienne que, miraculeusement, Autrichiens et Polonais brisèrent l’ultime assaut musulman contre l’Europe.

Ce qui s’est passé à Trappes est identique à ce qui se passe chaque année en France dans toutes les villes, grandes et moyennes.

C’est un mélange de razzias et d’insurrection ponctuelle, d’expansion afro-islamique alimentée, dans sa première phase, par une économie mafieuse composée de trafics en tous genres.

Pour l’heure, la conquête de l’Europe et de la France – donc de notre pays également – ne se fait pas par des vagues de musulmans fanatisés, mais par d’innombrables immigrés vivant d’expédients qui, à mesure que leur nombre croît, se fédèrent bon gré mal gré autour de la bannière de l’Islam comme plus petit dénominateur commun.

Ce qui n’empêche pas, loin s’en faut, les rivalités ethniques, sociales, territoriales au sein même de ces groupes.

Mais cela, lorsqu’il s’agit de s’imposer face aux Blancs, redevient secondaire.

Aucun régime démocratique ne pourra endiguer ce flot. Car la démocratie est la loi du nombre et de l’élection et qu’on ne solde pas 1500 ans de guerre lors d’un mandat électoral de cinq ans.

La démocratie, tout au contraire, accélère la dépossession des Européens de leurs terres dans le cadre classique du recours aux clientèles électorales. L’État Français se contente de gérer une fin qui pour lui est inéluctable.

Son obsession c’est la stabilité à court terme, dut-il ruiner son existence à moyen terme. C’est là l’indépassable loi de tout régime fonctionnant au rythme des élections.

Plus encore, nous sommes tenus par une génération de septuagénaires gâteux et châtrés qui, pour se ménager encore deux décennies de rentes, sont prêts à sacrifier l’avenir des générations suivantes. Par intérêt mais aussi par arrogance morale.

Trappes n’est rien à côté des émeutes de 2005 ou nous avons été avertis de ce qui nous attendait, nous les Blancs Chrétiens autochtones.

Il est à cet égard dramatique d’aveuglement que de constater que la Papauté, seul recours spirituel véritable au milieu de l’apocalypse qui menace, se félicite par la voix du Pape que l’Europe devienne un peu plus musulmane à chaque bateau s’échouant sur nos rivages.

Cette charité là est erronée car elle pave la voie au pire conflit jamais advenu sur nos terres : une immense guerre ethno-religieuse mais aussi sociale et économique dans chaque ville, chaque région, chaque pays.

Cela doit nous faire garder à l’esprit que la charité véritable s’exprime sur le long terme, dans un esprit de responsabilité, plutôt que sur le court terme qui n’est qu’impulsion émotionnelle menant à l’anarchie.

La soumission des Blancs ne fait qu’aggraver un peu plus la situation en enhardissant les masses afro-islamiques à notre égard.

Ce que nous affrontons face à cette situation, c’est la lâcheté habillée en pacifisme de l’élite soixante-huitarde.

Nous devons voir les choses comme elles sont et intégrer le fait que des millions d’étrangers se ruent à nos portes pour s’établir définitivement sur les terres de nos ancêtres et que cet établissement présuppose notre éviction à terme.

Nous n’avons pas la liberté d’user de notre terre comme bon nous semble, car elle appartienT tout autant à nos innombrables ancêtres ayant sué et souffert pour y établir leur descendance qu’aux générations futures dont nous avons la responsabilité. L’individualisme égoïste qui prétend se décharger de ses responsabilités doit être invariablement châtié dès que nous en avons l’opportunité.

Il n’y aura pas de “Grand Soir”.

Chaque jour que Dieu fait est un petit soir à lui seul.

Marseille, deuxième ville de France, va ériger bientôt une gigantesque mosquée, signe de la conquête victorieuse des Afro-musulmans sur les rives septentrionales de la Méditerranée.

De même à Poitiers, Strasbourg, Nantes. À Brétigny, les Barbaresques ont pillé les cadavres encore chauds des victimes du déraillement.

À Trappes, ce week-end, une petite insurrection a enflammé plusieurs quartiers, comme des centaines d’autres.

Les musulmans ont la mémoire longue des peuples vivants. Ils se rient de ces Occidentaux “progressistes” qui n’accordent plus aucune valeur au nom de “Charles Martel”.

Eux conservent le souvenir de leurs prédécesseurs dont le but demeure le leur. Même le plus occidentalisé des orientaux vivant en Europe ressent, naturellement, une solidarité avec ses frères demeurés au plus bas de l’échelle sociale.

Ainsi voit-on des “Beurettes” en tailleur s’offusquer de ce que, ici ou là, une femme voilée suscite des crispations : bien qu’ayant en horreur la pression patriarcale de leurs propres familles, le sang reste le sang.

Récemment nous rapportions le départ contraint d’un boucher du centre de Rennes, lequel ne pouvait plus vendre de “galette saucisse”, une spécialité locale.

C’est bien plutôt par ce genre de petites victoires anodines que les grands bouleversements s’annoncent.

Qu’on attende rien des politiciens dont la lâcheté est la seule et unique chose qu’ils aient en abondance.

Qu’on se dise bien que l’État Français est un état pré-musulman et qu’à ce titre il ouvre le chemin pour le colon, aidé en cela par le sioniste qui, déjà en Espagne, ouvrit les portes aux musulmans, comme le singe sciant la branche sur laquelle il est assis.

L’immense masse africaine, croupissant dans de bibliques bidonvilles par millions, ravagée par la famine, les maladies et le crime, s’élance vers le Nord fertile aux portes grandes ouvertes par la complicité d’idéologues renégats.

Les idiots utiles marxistes, socialistes et nihilistes, ceux là mêmes qui creusent la fosse commune de leurs propres enfants.

Que l’on se prépare à un âge de fer car l’âge de l’indolence touche à son terme.

La guerre est là et comme dans le Seigneur des Anneaux, la réaction des guerriers européens n’est empêchée que parce que le monarque est sous l’emprise d’un conseiller ayant vendu ses services au démon.

Préparons-nous et préparons la jeunesse.

Le combat à livrer a débuté et ne cessera de devenir plus intense durant les trente prochaines années, à mesure que la démographie réduira les Blancs à l’état de minorité raciale en Europe de l’Ouest.

Et bien avant cela, des pans entiers de nos terres auront été submergées.

Les temps de paix sont révolus.

Hommes de l’Ouest, debout !

Short URL: http://breizatao.com/?p=14596

Repost 0
23 juillet 2013 2 23 /07 /juillet /2013 12:48

Grâce à Valls, la France est devenue la fille aînée de l’islam

L’actualité est terrible pour Manuel Valls.

Il avait déjà pris quelques libertés avec la loi de 1905, l’an passé, en se permettant d’inaugurer la mosquée de Pontoise, puis celle de Strasbourg.

Rappelons que la loi de 1905 précise, dans son article 2, que la République ne reconnaît, ne salarie et ne subventionne aucun culte.

Comme si cela ne suffisait pas, le bougre en avait rajouté en allant rompre le jeûne du ramadan à Paris, puis à Montauban.

Poursuivant dans cet élan, notre ministre de l’Intérieur a rompu le jeûne du ramadan à Paris ce mercredi (faut-il rappeler que cette tradition obscurantiste dérègle les économies des pays maghrébins, se traduit par de nombreux problèmes de santé, perturbe en France écoles et entreprises, et permet surtout aux plus radicaux des musulmans de fliquer les suspects).

À Lyon, ce jeudi, poursuivant sa tournée de ruptures, il n’a pas hésité à délivrer deux messages : un « signe d’affection » aux fidèles mahométans qui pratiquent le jeûne, et une condamnation de la « montée des violences à l’égard des musulmans de France ».

Nous pensions qu’à Toulouse et Montauban, l’assassin était musulman. Nous avions remarqué que le militaire de La Défense avait été poignardé dans le dos par un converti musulman.

Nous avions constaté qu’Ilan Halimi avait été torturé pendant vingt jours par le musulman Youssouf Fofana. Il nous avait semblé que la jeune Sohane Benziane avait été brûlée vive par un musulman.

Nous avions cru remarquer que les attentats de la rue des Rosiers, de Copernic, du métro Saint-Michel étaient dus à des musulmans.

Et nous avions cru remarquer que l’islam était première religion dans les prisons françaises, bien que les musulmans ne dépassent pas, selon les chiffres officiels, 10 % de la population du pays.

Mais, malgré ces constats accablants, se refusant à tout amalgame, à Lyon, le ministre a également apporté son matériel de cirage de babouches, en prétendant que le ramadan « fait partie de notre calendrier commun », que ce n’est pas seulement « un moment religieux », mais « un moment qui est aussi, je le crois, profondément républicain ».

Toujours selon lui, le ramadan « marque également combien islam et République peuvent et doivent avancer ensemble ».

On imagine les hurlements de Mélenchon, du Grand Orient de France, de la Libre Pensée si un ministre de la République parlait ainsi du carême. Là, nous avons eu beau tendre l’oreille, nous n’avons rien entendu.

Les disciples de la religion d’amour, de tolérance et de paix ont tenu à remercier Valls, à leur façon, ce vendredi, à Trappes.

Des policiers ont osé contrôler, en plein ramadan, une paisible « niqabée ». Bien évidemment, le mari a pris la défense de son épouse, en tentant d’étrangler un policier.

Son arrestation a déclenché les émeutes. Le commissariat a été attaqué. Valls a donné les consignes à même d’apaiser le climat : le mari violent a été relâché.

On espère dans la foulée que les policiers seront réprimandés pour ce contrôle inopportun, et qu’il leur sera délivré un message clair : en période de ramadan, pas touche aux musulmans !

Les émeutes de Trappes et le camouflet qu’elles représentent pour lui n’empêcheront nullement Manuel Valls de continuer sa tournée de lèche-babouches dans toute la France, jusqu’à la fin du ramadan.

L’armée française, lors de la fête de l’Aïd el-Fitr (fin du ramadan) octroiera une journée de congé supplémentaire aux soldats musulmans.

Bref, plus la République recule, plus l’islam s’impose, plus Valls se prosterne, plus les islamistes se radicalisent.

Il fut un temps où la France était considérée comme la fille aînée de l’Église. Aujourd’hui, on ne sait plus comment la qualifier. Notre pays est-il devenu la fille aînée de l’islam ?

Source: Pierre Cassen pour BVoltaire

Repost 0