Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 15:32

LE "Parti de la France" LE RENOUVEAU NATIONAL

Le Parti de la France (PDF) est un parti politique français nationaliste, fondé en 2009 par Carl Lang et plusieurs autres anciens membres duFront national1.


Le PDF se propose de « préparer l'avenir en reconstruisant le courant national ».

Histoire[modifier le code]

Faisant suite à une série de départs individuels du Front national dans le cadre de la préparation des élections européennes de 2009, le Parti de la France rassemble dès sa création un certain nombre d'anciens dirigeants frontistes tels que Martine Lehideux, Bernard Antony, Martial Bild,Fernand Le Rachinel, etc.

Il présente des listes aux élections européennes sans affronter directement ni Jean-Marie Le Pen ni Bruno Gollnisch. Il se réclame de la « droite nationale, sociale et identitaire » et vise à réunir autour de son chef tous les nationalistes hostiles à Marine Le Pen et l'orientation actuelle du FN.

Avec Jean-Claude Martinez, qui lui n'a pas adhéré au PDF, ces personnalités ont été candidates aux européennes de 20092.

La création du PdF a été saluée par d'autres structures en rupture avec le Front national, tels le Mouvement national républicain3 et la Nouvelle droite populaire4.

Il comptait début 2009 plusieurs dizaines d'anciens élus locaux du FN (conseillers régionaux et municipaux), principalement en Nord-Pas-de-Calais, Picardie, Basse-Normandie, Île-de-Franceet Centre, et deux députés européens.

Place dans le paysage politique français[modifier le code]

Durant les élections européennes de 2009, trois têtes de liste ont été présentées : Carl Lang dans le Nord-Ouest(1,52 %), Jean-Claude Martinez dans le Sud-Ouest (0,92 %) et Jean Verdon dans le Massif central-Centre (1,88 %).

Lors des élections régionales de mars 2010, le parti présentait des listes dans quatre régions : Haute-Normandie(1,46 %), Basse-Normandie (3,71 %), Picardie (2,02 %) et Centre (3,55 %). Il s'est associé dans deux autres régions, laLorraine (3 %) et la Franche-Comté (2,46 %), aux listes « Non aux minarets » présentées par le MNR et la NDP. Le PDF a aussi soutenu la Ligue du Sud de Jacques Bompard en PACA (2,69 %) et la liste de Jean-Claude Martinez enLanguedoc-Roussillon (0,74 %). Le Parti de la France enregistre donc une moyenne approximative de 2,70 % des voix. Ce score ne semble pas remettre en question la stratégie décidée par la direction qui estime que ce résultat reste encourageant compte tenu de l'absence de médiatisation de ses listes5.

La marche vers l'union de la droite nationale[modifier le code]

Dans le cadre de sa stratégie de rassemblement des nationaux, le PDF participe directement à la création et à l'animation d'un Comité de liaison de la résistance nationale, structure qui a pour objectif, selon l'annonce faite parRobert Spieler (NDP), de coordonner les différents mouvements de la droite nationale6. Dans cet esprit, le Parti de la France entend se présenter aux élections législatives de 2012 en collaboration étroite avec ses partenaires. Sur la question de l'élection présidentielle, Carl Lang n'exclut pas l'idée d'une candidature unique du camp national7.

Concernant le Front national, le président du PDF reste sceptique quant aux chances de son ami Bruno Gollnisch de succéder à Jean-Marie Le Pen8 et réaffirme son opposition aux orientations de "droite nationale" prônées par Marine Le Pen.

Ce projet d'entente de l'ensemble de la droite nationale prend définitivement forme lors de la conférence de presse du lundi 5 juillet 2010 organisée conjointement par le PDF, le MNR et la NDP.

Les responsables politiques de ces formations annoncent leur décision de poursuivre le rassemblement des forces nationales et identitaires et se posent en alternative face aux « dérives et aux compromissions d'un FN en mal de respectabilité ». Ils se félicitent par ailleurs de « l'élargissement amorcé avec la Ligue du Sud de Jacques Bompard9 » et se disent prêts à travailler avec Bruno Gollnisch et ses amis.

Carl Lang a confirmé, lors de cette réunion publique, le souhait collectif de participer à l'élection présidentielle de 2012 : « Nous présenterons ou soutiendrons un candidat à la présidentielle de 2012, nous le déciderons ensemble au printemps 201110 ».

Le 27 juin 2011 à Paris, lors d'une réunion publique organisée par la revue Synthèse nationale, l'Union de la droite nationale, regroupant, outre le Parti de la France, le Mouvement national républicain et la Nouvelle droite populaire, en présence des dirigeants de la presse nationaliste (notamment Jérôme Bourbon, directeur de l'hebdomadaire Rivarol) et de Thibaut de Chassey représentant le Renouveau français, est lancée : il s'agit d'une « confédération des forces nationalistes, nationales et identitaires11 » qui présentera un candidat unique aux élections présidentielles prochaines et des candidats aux élections législatives sous l'étiquette « Union de la droite nationale ».

Carl Lang a été désigné comme candidat de l'Union et prépare déjà sa campagne de récolte des parrainages nécessaires à la validation de sa candidature12.

L'UDN réaffirme son opposition au FN et à tous les partis du « Système » : « Le constat, unanime, a été que le Front national, dirigé par Marine Le Pen, ne représentait plus la Résistance nationale et était passé aux côtés du Système que tous les présents entendent combattre. […]

Le Front national n’est plus aux côtés de la France française et de l’Europeeuropéenne, et doit être combattu, au même titre que l’UMP ou le PS. Marine Le Pen ne sera en aucun cas la candidate des nationalistes et des nationaux identitaires à l’élection présidentielle13 ».

Carl Lang a par ailleurs pris la parole lors de la treizième université d'été du MNR le 28 août 201114. Il a expliqué qu'il faut maintenant « doter notre pays d'une véritable et d'une nouvelle droite nationale » contre le mondialisme et l'ultralibéralisme.

Pour le président du Parti de la France, il s'agit d'une « entreprise de refondation d'un mouvement politique » puisque le nouveau Front national « ne revendique plus, d'une manière ou d'une autre, les notionséconomiques, sociales, morales, institutionnelles qui sont celles de la droite ».

Pour faire connaître cette nouvelle droite nationale française, selon Carl Lang, il est impératif de présenter des candidats de l'UDN dans au moins un tiers des circonscriptions aux prochaines législatives de juin 2012, ainsi qu'un candidat aux élections présidentielles.

La campagne de la droite nationale s'articulera en 2012 autour du thème de « la reconquête nationale et européenne ». Propos confirmés le 5 septembre 2011 à l'AFP : « Nous ferons une campagne de droite nationale, pas une campagne sur la démagogie étatiste ou laïciste de Marine Le Pen […]. Nous voulons occuper l'espace électoral du Front national “canal historique”, qui était incarné par Jean-Marie Le Pen et qui n'est plus occupé par sa fille15 ».

L'Union de la droite nationale s'est constituée en vue des élections sénatoriales de 2011, notamment dans l'Oise où le secrétaire général du Parti de la France, Thomas Joly, conduit une liste composée de cadres du PDF, du MNR et de la NDP : « Dans le cadre de l'Union de la droite nationale, le Parti de la France, le Mouvement national républicain et la Nouvelle droite populaire ont décidé d'offrir une alternative nationale face aux listes des vieux partis du Système (UMP - PS - FN mariniste) qui n'ont pas d'autres objectifs que l'élection ou la réélection de professionnels de la politique. Cette liste répond à la nécessité d’offrir à nos concitoyens un projet économique, social et politique de reconquête régionale,nationale et européenne16 ».

Les échéances de 2012[modifier le code]

Le 13 septembre 2011, Carl Lang, ancien secrétaire général et ancien vice-président du Front national, lors d'une conférence de presse dans un hôtel parisien17, a officialisé sa candidature à l'élection présidentielle de 2012, à la tête de l'Union de la droite nationale regroupant trois partis de la mouvance nationale et européenne : le Parti de la France, le Mouvement national républicain et la Nouvelle droite populaire.

Lors de cette conférence de presse, Carl Lang a proposé un grand projet de « reconquête nationale » sur les plans politique, économique, identitaire, démographique et spirituel, avec pour premier mot d'ordre « la décolonisation de la France et de l'Europe, victimes d'un processus massif, destructeur, de colonisation migratoire, économique et culturelle », dans le but de « rendre la France aux Français et l'Europe aux Européens18 ».

Pour relever le défi démographique, Carl Lang entend « remettre la famille au cœur de la société française » en donnant un statut aux mères de famille, en protégeant le travail (par la « préférence nationale et européenne à l'embauche ») et en réservant les aides sociales exclusivement aux familles françaises. Suite à une question d'un journaliste de RFI, Carl Lang réaffirme son opposition au laïcisme de Marine Le Pen face au problème de l'islamisation et défend l'héritagechrétien de la France et de l'Europe : « Face à la colonisation islamique de la France, je crois que la laïcité est un bouclier en carton pâte, et j'irai même plus loin, je pense que la laïcité est le cheval de Troie de l'islamisation. C'est donc par l'affirmation de l'identité française, de la culture française, et du lien entre la France et son héritage chrétien, que nous pourrons répondre au défi de cette islamisation galopante.

Je souhaite que la France, en respectant son histoire et le baptême de Clovis, puisse retrouver un lien prioritaire, privilégié, entre l'État et l'Église catholique. Je crois que l’Église catholique au XXIe siècle doit avoir une fonction sociale beaucoup plus importante alors que, nous le savons, l'idéologie laïciste de combat a été une laïcité anticatholique et anticléricale. On ne peut pas couper la France de ses racines chrétiennes. Je pense que dans le défi identitaire de ce siècle, au moment où les peuples ne savent plus qui ils sont ni d'où ils viennent, nous devons réaffirmer l'héritage catholique français19 ».

Dans le domaine économique, le candidat de la droite nationale estime que « la reconquête et la croissance doivent venir de l'initiative individuelle, de la responsabilité, et en aucun cas de l’État ». Il se déclare « farouchement hostile à tout étatisme, à tout fiscalisme, à toute forme de collectivisme ».

Il est favorable à « la régulation commerciale » (c'est-à-dire au principe de la préférence communautaire qu'il oppose à la « dictature du libre marché ouvert »), à la « responsabilité budgétaire » pour sortir la France de la « crise de la dette », et à « l'indépendance énergétique et alimentaire de la France ».

Il compte aussi s'engager dans la « reconquête de la sécurité intérieure » afin de rétablir l'ordre public en appliquant « une politique de tolérance zéro, d'expulsion des délinquants étrangers ».

Enfin, le président du Parti de la France veut défendre unediplomatie indépendante, en refusant la soumission aux intérêts géo-stratégiques des États-Unis, et en retissant des liens étroits et privilégiés avec la Russie. Quant à la récolte des signatures indispensables pour valider sa candidature, Carl Lang se dit confiant, espérant que la droite nationale soit représentée, alors qu'en 2002, trois candidats trotskistesont pu participer à l'élection présidentielle. Il échoue finalement à concourir à la présidence de la République, n'ayant réuni selon lui que 447 parrainages20 contre 500 nécessaires.

Dans le cadre des élections législatives de 2012, le PDF et l'Union de la Droite Nationale (UDN) présentent 70 candidats. Les candidats font une moyenne de 1,002 %21.

Le 9 février 2013 le Parti de la France organise son second congrès à Enghien-les-Bains qui verra son bureau politique et son conseil national renouvelé.

Toutefois, une nouvelle mouvance nationaliste souhaite intégrer ce bureau ; les discussions sont ouvertes.

Source et publication: http://fr.wikipedia.org/wiki/Parti_de_la_France

Le Parti de la France
6, Allée des Templiers
78860 Saint Nom La Bret
èche

Tel : 09 67 17 81 36 - Fax : 01 41 10 81 36
Email : lepdf@orange.
fr

Repost 0
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 14:46

Mardi 29 avril 2014

À la une Immigration : rapport d’information sur l’évaluation de la politique d’accueil des demandeurs d’asile

23/04/2014 – PARIS (NOVOpress) - Un rapport parlementaire portant l’évaluation de la politique d’accueil des demandeurs d’asile est disponible depuis peu sur le site de l’Assemblée nationale.

Présenté par les députés Jeanine Dubié (Parti Radical de Gauche) et Arnaud Richard (UDI, centre droit), ce rapport conforte en de nombreux points les préconisation du Bloc identitaire en matière d’immigration.

Un point particulièrement intéressant est que ce rapport ne se contente pas d’étudier la situation pour la seule France, mais aussi pour d’autres pays d’Europe, comme l’Allemagne. Une répartition par région est aussi disponible. S’agissant de chiffres officiels, ils peuvent être inférieurs à la réalité, immigration clandestine oblige. Extraits.

L’évolution récente de la demande d’asile en France se caractérise par des flux élevés, en croissance régulière depuis 2007. Cette croissance est constatée de manière globale dans l’Union européenne : en 2012, il a été enregistré dans les 28 pays de l’Union 335 000 demandeurs d’asile, soit une hausse de 10 % par rapport à 2011. Cette hausse a été suivie d’une autre encore plus importante, de 30 %, en 2013 par rapport à 2012. Il a été déposé l’année dernière435 000 demandes d’asile dans l’ensemble de l’Union européenne.

Contrairement à une opinion répandue, la situation actuelle est loin d’être sans précédent dans l’histoire du droit d’asile en France qui remonte, pour sa partie contemporaine, à la création de l’OFPRA en juillet 1952. Notre pays a ainsi connu deux pics de demandes en 1989 et 2003, avec respectivement 61 400 premières demandes et 52 200 premières demandes, bien supérieurs aux chiffres actuels, puisque le nombre de premières demandes a été en 2013 de 45 925.

Le département se caractérisait en effet par l’octroi d’une aide exceptionnelle versée par la plateforme d’accueil sous forme d’un chèque service d’un montant de 46 euros par semaine et par personne (75 euros pour un couple), dans l’attente du versement de l’allocation temporaire d’attente. Cette pratique non réglementaire (seules des aides exceptionnelles sont possibles en fonction de la situation individuelle des personnes) remontait à 2006 et a été supprimée en 2012. Par ailleurs, il était aussi avéré que le médecin inspecteur de la santé mandaté par l’Agence régionale de santé afin de donner un avis dans le cadre de la procédure étranger malade donnait un avis positif dans plus de 90 % des cas.

>>>> Le rapport est intégralement téléchargeable en PDF sur le site de l’Assemblée nationale (cliquez pour le récupérer).

source

Repost 0
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 14:31

ÉLECTIONS EUROPÉENNES 2014

PROCLAMATION

Par centaines de milliers, la France su dire "non" au saccage du mariage, à la manipulation de la filiation et maintenant à l’agression au sommet contre la vie avec le nihilisme de l’euthanasie.

Avec la même détermination et la même foi dans les forces de la vie, il nous faut maintenant répondre au rendez-vous des convictions que seront les élections européennes.

Pour les paysans de France, les emplois des français, nos libertés de contribuables et ramener la prospérité sur nos familles et nos nations d’Europe, il faut l’audace des propositions, le souffle de la France qui sait parler aux femmes et aux hommes de la terre et retrouver la force visionnaire qui hier a fait le projet européen et qui maintenant doit faire le rassemblement de 1000 millions de chrétiens et latins en une Alliance de civilisation de L’Europe et de l’Amérique Latine.

C'est la révolution des projets que nous proposons ici, comme un rêve politique suffisamment grand pour ne pas le perdre de vue pendant qu’il sera poursuivi et c’est tout l'objectif de notre liste Force
Vie.

Jean-Claude Martinez, Philippe Fraisse, Benoit de la Sayette, Clément Bruguières, Thierry Bouclier, Mme Ratel.

JUSTE UN RAPPEL !

COORDONNÉES

Par courriel :
jcmartinez34@aol.c
om

Par téléphone :
04 67 58 28 44
06 03 40 3
0 23

Par courrier :
13 rue Durand 34000 MONTPELLI
ER

Repost 0
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 10:32

Mardi 29 avril 2014

Faits divers. Délinquance, criminalité organisée : qui fait quoi dans le Rhône ?

Rhône. En matière de délinquance, la polyvalence est peu pratiquée.

Qui sont ces équipes spécialisées qui ratissent villes et campagnes ?

Qui sont ces nouveaux venus qui grignotent le territoire des malfrats locaux ?

Inventaire.

Dans un rapport datant de 2012-2013, le Sirasco (1) de la Police judiciaire dressait un panorama de la criminalité organisée sur le territoire.


Constat : la montée en puissance des gangs issus des banlieues et des pays de l’Est.
Qu’en est-il dans le Rhône
?


Nous avons voulu savoir qui fait quoi dans le département et avons interrogé les services de police, de gendarmerie et des douanes qui nous ont donné les grandes tendances basées sur leurs observations (2) et les arrestations.
Face à une forme de délinquance, ils reconnaissent investiguer dans certaines directions en se référant à des modes opératoires, mais se gardent de généraliser d’autant qu’à l’heure de la communication, rien n’est fi
gé.


De plus ces tendances pointent – forcément – ceux qui ne passent pas à travers les mailles du filet. « Pourquoi arrête-t-on surtout ces populations ?, interroge un haut gradé.
On ne sait pas si c’est parce qu’ils sont plus nombreux à commettre des faits ou qu’ils sont moins doués pour se cacher »
.

En 2013, les forces de l’ordre se sont trouvées confrontées à une série d’attaques de distributeurs automatiques de billets (DAB) au gaz explosif.
Premiers suspects : les groupes de gitans qui par le passé se sont fait connaître dans le Sud par des arrachages de DAB avec des gros engins.
Les soupçons se vérifient.
Les gendarmes arrêtent en octobre et en décembre deux équipes différentes actives dans tout l’Est de la Fr
ance.

Sur les quatre groupes interpellés en France, tous appartiennent à la communauté des gens du voyage.


Elles opèrent avec des véhicules volés et de forte cylindrée.
Pour les piratages de DAB, les voleurs ont chacun leur spécialité
.

Le skimming (copie de cartes bancaires avec un faux lecteur) est plutôt l’œuvre d’équipes de Bulgares ou de Russes,


les Roumains pratiquant le cash-trapping (réglette qui retient les billets).
Plus sophistiqué, le système du collet marseillais (dispositif installé dans la fente du distributeur qui capture la carte) est plutôt utilisé par des bandes venues des banlieues marseillaises.

La ferraille : un marché juteux

L’interpellation en janvier d’un chef d’entreprise lyonnais de Gerland a mis en lumière les bénéfices retirés par le trafic de métaux.
Les 2/3 de son activité tournaient grâce à des « petites mains », des Roms qui venaient vendre de la ferraille et notamment des câbles volés sur les
lignes SNCF.


Toujours en janvier, les gendarmes ont arrêté à Belleville un groupe de huit Roms très actifs. Spécialistes du genre : les délinquants itinérants étrangers mais aussi français (gens du voyage).

Le trafic de cannabis reste encore détenu à majorité par les bandes des cités et des familles marocaines.
Normal : le haschich provient du Maroc et il faut avoir construit des liens avec le Maghreb et l’Espagne pour développer son business.
IL faut également disposer d’une infrastructure et d’une main-d’œuvre locale pour stocker et vendre la marchandise et la surveillance du quartie
r.

Pour l’héroïne, les policiers voient monter depuis quelque temps les Albanais qui disposent d’une source d’approvisionnement en or : le sud du pays est une zone de production.
Début mars, le groupe enquête antidrogue Ouest et la brigade des stups de la Sûreté ont mis fin aux activités de deux ressortissants qui écoulaient sur le marché lyonnais.
La mafia albanaise s’est implantée stratégiquement à Anemasse près de la frontière suisse.
Elle concurrence les locaux : les toxicos adeptes de « la route du Luxembourg ».
Les trafiquants de cocaïne viennent de tous horizons.
Pas de groupes bien déterminés mais des personnes qui fréquentent les lieux festifs.
On voit néanmoins l’émergence de Dominicains, liens entre vendeurs et acheteurs.

Les braquages près de chez soi

Les gros braqueurs de banques d’autrefois ont laissé la place à une nouvelle génération de malfrats. Si les bandes très organisées en provenance de la banlieue lyonnaise s’attaquent avec de l’armement lourd aux bijouteries ou aux casinos et poussent jusqu’en Suisse, les petits monte-en-l’air fr
appent au coin de la rue.


Pas encore ancrés dans la délinquance, ils enfilent une cagoule et visent la boulangerie ou le bureau de tabac de leur quartier et se sauvent en scooter.
On trouve des très jeunes des cités et des toxicoman
es.

Les cambriolages sont le nouveau fléau auquel sont confrontées les forces de l’ordre dans le Rhône comme ailleurs.
Leur nombre a flambé : plus 30 % en 2013.
Les arrestations permettent de voir la part occupée par les étrangers (un tiers) dont la plupart sont des groupes itinérants et organisés venant d’Europe de l’Est.
Les deux tiers restants se partagent entre les jeunes mineurs des banlieues, les toxicomanes et les gens du
voyage.

Policiers et gendarmes ont appris à reconnaître les techniques d’effraction des bandes de l’Est.
En pointe : les mafieux géorgiens (les voleurs dans la loi), redoutables d’efficacité en ville et les réseaux albanais plus actifs en zone semi-urbaine.
Très mobiles, ils marquent les esprits parce qu’ils frappent en série alors que les cambrioleurs « classiques » se contentent d’un casse par jour.
Ils recherchent surtout les bijoux en or.

Les cambriolages éclairs de sociétés

Ici, le profil des casseurs est différent. « On a affaire à des bandes structurées qui viennent avec des fourgonnettes et du gros outillage comme des disqueuses thermiques », détaille un gradé.
Ceux qui opèrent ?
Essentiellement des groupes de gens du voyage et des gangs des cités.
Peuvent vider en quelques minutes un magasin de vêtements ou d’électroménager.

Chapardages : très visibles mais petit préjudice

Les chapardeurs de portefeuilles ou de sacs dans les transports en commun interpellés sont en grande majorité des mineurs roms.
Le vol dit à la tire est un moyen
de subsistance pour la communauté.


« On a beaucoup de gamins et de gamines qui mentent sur leur âge, donnent n’importe quelle identité et disent ne pas avoir de parents », confie un enquêteur lyonnais.
Mais il existe aussi des « tireurs » locaux, plus âgés et expérimentés et qui opèrent seul
s.


La délinquance rom qualifiée de « clanique », « primaire » et « multicartes » est présente aussi dans la fauche dans les commerces.
« Le vol à l’étalage a toujours existé et tout le monde en fait, confie un gendarme mais les Roms, surtout les femmes, ont industrialisé la chose »
.



Les vols par ruse : cherchez les femmes

Un classique qui marche toujours malgré les mises en garde répétées des forces de l’ordre.
Par deux ou trois, ils se présentent au domicile de personnes âgées, se font passer pour des plombiers, agents des eaux, etc.
pour qu’on leur ouvre la porte.
Imparable.
« Le vol par ruse, c’est manouche, constate un policier chevronné. On a arrêté des couples, des groupes de trois qui montent des stratagèmes ».
Nouvelles venues sur le marché, des femmes de l’ex-Yougoslavie qui simulent des malaises sur le palier de leur fut
ure victime.

C’est un des rares secteurs où on trouve des réseaux « black ».
Sous la coupe de mères maquerelles (les « mamas »), les prostituées africaines (Guinée équatoriale, Nigéria, Sierra Leone…) représentaient en 2012, 40 % des filles qui « tapinaient » dans la rue (en camionnettes ou à pied).


Mais les Africaines voient de plus en plus leur trottoir assiégé par des filles de l’Est.

Les réseaux pourvoyeurs recrutent en Roumanie, Albanie et Bulgarie.
Tout en bas de l’échelle, les Roms ont fait aussi leur percée. Les Russes et les Ukrainiennes prospectent surtout sur le net et visent une clientèle plus fortun
ée.

(1) Sirasco : service d’information, de renseignement, d’analyse stratégique sur la criminalité organisée. « Le Monde » du 14 décembre 2013.

(2) Les statistiques par nationalité ne sont pas autorisées.

Annie Demontfaucon

source http://www.citoyens-et-francais.fr/article-faits-divers-delinquance-criminalite-organisee-qui-fait-quoi-dans-le-rhone-123422099.h
tml

Repost 0
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 10:28

Le National Emancipé 2014

La Russie a-t-elle mis fin au "Nouvel Ordre mondial" ?

Posted: 28 Apr 2014 01:17 AM PDT

Dans un article publié sur Project Syndicate et intitulé « La fin du Nouvel Ordre mondial », le haut diplomate états-unien Christopher R. Hill explique que par son attitude dans la crise ukrainienne, la Russie a trahi l’« ordre » international dont elle faisait partie depuis la chute du bloc soviétique.

« L’annexion par la Russie de la Crimée […] semble signifier la fin d’une période de 25 ans dont la marque fut un effort pour amener la Russie à un alignement accru sur les objectifs et traditions euro-atlantiques [ …].

L’adhésion de la Russie au Nouvel Ordre mondial, bien que problématique, a été l’une des grandes réalisations de l’après-Guerre froide. [ …]

Les américains doivent comprendre que le défi auquel ils sont confrontés est celui d’une Russie qui n’est plus intéressée par ce que l’Occident lui a offert ces 25 dernières années.[…]

Les changements [de gouvernement et de politique] doivent être accomplis par le peuple russe », explique M. Hill.

La Russie est ensuite fustigée pour sa « régression, sa récidive et son esprit de revanche » alors que son « adhésion aux institutions occidentales, à l’économie de marché et à une démocratie parlementaire multipartite » semblait être consacrée.

Dés lors le diplomate s’aventure dans des parallèles historiques hasardeux, comparant la situation ukrainienne à celle de la Pologne en septembre 1939…

La situation ukrainienne semble donc considérée par Washington comme un véritable casus belli.

En effet les diplomates ne sont pas coutumiers de propos virulents et l’information est donc à prendre très au sérieux, d’autant plus que Christopher R. Hill est un pilier de la diplomatie américaine.

Ce membre du très influent Albright Stonebridge Group a rejoint le département d’État en 1977.

Après avoir été ambassadeur en Macédoine (1996-1999) puis envoyé spécial au Kosovo (1998-1999), il a été ambassadeur en Pologne (2000-2004) puis en Corée (2004-2005).

Il a surtout été l’adjoint de Richard Holbrooke lors des pourparlers précédant les accords de Dayton de 1995, qui entraîneront la partition de la Bosnie-Herzégovine. Il a également pris la tête de la délégation américaine dans la « résolution » de la crise du nucléaire nord-coréen (2005).

Barack Obama l’a nommé en mars 2009 au poste stratégique d’ambassadeur des États-Unis en Irak.

source : e&r

Le National Emancipé 2014

Repost 0
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 10:23

De nombreux Français s’inquiètent des brutales transformations subies
par notre pay
s.

« A-t-on encore le droit d’être Français ? »

Telle est la question lancinante posée à la une deValeurs actuelles .

Le débat est ancien : les discussions sur la France et son identité se multiplient ces dernières années.

C’est le signe incontestable que de nombreux Français s’inquiètent des brutales transformations subies par notre pays, et en viennent même à se demander s’il est encore possible d’être Français.

Ces interrogations sont légitimes : être Français n’est pas seulement une question individuelle.

Les identités sont avant tout collectives.

Les hommes ne sont pas indépendants les uns des autres et ne peuvent s’accomplir qu’au sein d’une communauté historique donnée.

L’appartenance nationale n’est donc pas réductible à la possession d’une carte d’identité, ni même à la manifestation personnelle – aussi sincère soit-elle – d’un attachement au passé de cette nation ou d’un intérêt pour son avenir.

Afin d’être pleinement Français, il faudrait que notre communauté nationale s’imagine toujours un avenir en commun et accepte de s’inscrire dans la continuité de son histoire.

Mais par la volonté de dirigeants déracinés, la France a renoncé à ce projet collectif : voilà pourquoi il est plus difficile d’être Français aujourd’hui que par le passé.

Privé de sa souveraineté, son État a cessé de lui fournir les moyens de s’assurer un avenir pérenne et la maîtrise de son destin.

Et faute de transmission historique et culturelle, l’unité de son peuple est mise à mal par l’installation sur son sol de populations qui trop souvent se désintéressent de tout ce qui existait avant leur arrivée.

Le rapport au passé et à l’individu, qui sous-tend le lien avec la France, constitue aujourd’hui la principale ligne de fracture politique.

D’un côté se trouvent les partisans d’un monde où toutes les barrières s’estompent au nom de la liberté individuelle ; de l’autre des « réactionnaires » estimant que les hommes doivent se fondre dans une continuité historique et qui défendent donc la transmission de notre héritage national.

Force est de reconnaître que pendant longtemps l’emprise idéologique des thuriféraires de ce monde ouvert fut presque totale. Mais la société qu’ils ont produite est en train de s’écrouler.

D’abord en raison du vide identitaire dont elle accouche, alors que les hommes ont au contraire besoin d’être attachés à quelque chose qui les dépasse.

Et aussi à cause des bouleversements sociaux et culturels que cela a engendré : tandis qu’on leur promettait le paradis sur terre, les Français assistent impuissants à l’inexorable dégradation de leurs conditions de vie.

Conséquence de ces profonds changements : nombre de Français sont angoissés à l’idée de voir leur pays s’effacer.

Ils ressentent d’instinct que la nation est une structure protectrice qui permet aux hommes de vivre ensemble, et estiment donc que la restauration du cadre national est le meilleur remède aux maux qui nous accablent.

Ainsi, à défaut d’avoir, pour le moment, triomphé dans les urnes, les tenants d’une France éternelle poursuivant l’écriture de son récit national sont sur le point de remporter la bataille des idées.

Il reste donc maintenant à sortir de cet engrenage politique pernicieux. Mais ce n’est pas une mince affaire.

L’écrivain italien Antonio Gramsci est notamment resté célèbre pour avoir expliqué que « les victoires idéologiques précèdent toujours les victoires politiques ».

Alors croisons les doigts.

source

Repost 0
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 09:48

TRIBUNE LIBRE

Manuel Valls au Vatican : nul n’est prophète en son pays

28 AVRIL 2014 /

Share on facebookShare on twitterShare on emailShare on pinterest_shareMore Sharing Services18

Yannick MOREAU, député de la Vendée littorale, réagit à l’annonce du déplacement du Premier Ministre à Rome à l’occasion des canonisations des Papes Jean-Paul II et Jean XXIII, le dimanche 27 avril 2014.

Si cette démarche du Gouvernement est bien naturelle et légitime au nom de la France, Yannick MOREAU demeure toutefois perplexe, étant donné les relations qu’entretient l’ancien Ministre de l’Intérieur avec les catholiques de France.

« Les Français ne sont pas dupes d’une telle attitude» déclare Yannick MOREAU.

Manuel VALLS est avant tout le Ministre de l’ambiguïté, faible face aux voyous et aux antifas, zélé face à de pacifiques manifestants.

Qu’ils soient jeunes ou âgées, seuls ou en famille, tous se souviennent de lui comme le Ministre de l’Intérieur le plus familiphobe et le plus lacrymophile de l’histoire de la Vème République.

Quand il n’est pas au Vatican, Manuel VALLS est aussi celui qui soutient des propositions de loi visant à légaliser l’euthanasie, comme il a pu le faire en 2009.

Il favorise également l’instrumentalisation et la marchandisation du corps, que ce soit en soutenant la recherche sur les cellules souches embryonnaires, ou encore en faisant la promotion des mères porteuses (GPA).

Son ambiguïté permanente lui permet aujourd’hui de représenter la France à Rome, alors que la gauche jugeait « choquante » la présence du premier ministre de Nicolas SARKOZY à la béatification de Jean-Paul II.

« Manuel VALLS trouve le chemin de Rome, mais fait l’impasse sur la fête la plus importante des catholiques : Pâques.

Les racines spirituelles de notre pays sont un élément essentiel de notre identité collective.

On ne peut gouverner en ignorant ce qui fonde notre civilisation » déclare Yannick Moreau, qui a également pris acte du discours sur le hajj prononcé par le Président de la République en personne à l’Institut du Monde Arabe ce mardi 22 avril 2014.

« Quand François HOLLANDE a rencontré le pape François, il a suspendu provisoirement la loi famille, ce qui est une bonne chose. Manuel VALLS sera-t-il saisi de la même bienveillance à son retour, notamment pour protéger les minorités chrétiennes dans le monde, comme en Syrie ou en Irak ?

La responsabilité de Manuel VALLS, devenu Premier Ministre, est de cesser de fracturer le peuple français et d’apaiser les relations nécessaires, historiques et constructives entre l’Etat français et les catholiques de France » déclare Yannick MOREAU.

Source :http://www.riposte-catholique.fr/riposte-catholique-blog/revue-de-presse/manuel-valls-au-vatican-nul-nest-prophete-en-son-pays

Repost 0
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 09:42

TRIBUNE LIBRE ET POINT DE VUE !

Ecrit le 28 avr 2014 à 15:26 par Antoine Billot dans Poing de vue

La théorie du genre, une dérive du féminisme

Pourtant, nous avons tous retrouvé dans un entretien à 20 Minutes ses propos en faveur de cette théorie.

À la question suivante : « En quoi la ‘théorie du genre’ peut-elle aider à changer la société ? », elle répond : »La théorie du genre, qui explique ‘l’identité sexuelle’ des individus autant par le contexte socio-culturel que par la biologie, a pour vertu d’aborder la question des inadmissibles inégalités persistantes entre les hommes et les femmes ou encore de l’homosexualité, et de faire œuvre de pédagogie sur ces sujets. »

Maintenant que le mensonge est dénoncé, il faut en venir au fait et expliquons ce qu’est cette théorie.

Dans son livre, Le féminisme et ses dérives, rendre un père à l’enfant-roi, le professeur d’histoire-géographie et ancien féministe Jean Gabard nous explique comment et pourquoi notre société en est arrivée là.

Il ne nous donne pas de recette miracle mais il nous explique que deux idéologies s’affrontent et s’entretiennent mutuellement.

L’une, visant à nier toute différence entre l’homme et la femme.

L’autre voulant au contraire ramener l’homme à son autorité pour faire tenir à carreaux les enfants qui sont mal élevés.

Dans une première partie, nous verrons les rapports entre l’homme et la femme tout au long de l’histoire.

Dans une seconde partie, nous verrons les conséquences de l’idéologie du genre dans notre société.

Au cours de l’histoire, les rapports entre l’homme et la femme se sont modifiés.

Durant la préhistoire, la femme était sacralisée parce que l’homme s’était rendu compte qu’elle pouvait donner la vie. Dans l’Antiquité, la femme avait un rôle ambigu. Elle avait moins de droits que les hommes mais pouvait prendre des initiatives dans la maisonnée.

En outre, certains cultes étaient rendus à des déesses.

Certaines fêtes étaient même réservées aux femmes et l’homme qui osait s’y introduire était puni, la sentence allant jusqu’à la mort.

La femme avait un statut entre valorisation et dévalorisation. Il faut bien comprendre que la femme s’occupait du domaine privé et que l’homme s’occupait du domaine public.

La seule personne qui est venue mettre le bazar dans ce monde est le Christ. Il est le seul à parler d’égalité entre l’homme et la femme. Petit à petit, au Moyen Âge, les rapports entre l’homme et la femme se sont modifiés.

Certes, la femme restait à la maison pendant que l’homme allait travailler à la ferme.

Mais dans les seigneuries, elle les accompagnait et pouvait même prendre des initiatives dans le château.

Par exemple, à partir de 987, les privilèges étaient devenus héréditaires par la volonté d’Hugues Capet.

Aussi, lorsque le seigneur décidait de donner, de louer ou de vendre son bien, la famille était donc conviée à donner son avis sur le sujet. La femme était présente.

Toutefois, malgré ce rôle et ce statut, une contestation intellectuelle apparut lors du siècle des Lumières et plus encore en mai 1968.

Cette contestation s’inspire des études sur le genre qui sont publiées pour la première fois aux États-Unis.

La polémique arrive en France en 2011, lorsque le ministre de l’éducation national, Luc Chatel demande à faire la distinction entre l’identité sexuelle et l’orientation sexuelle dans les programmes de SVT.

Les conséquences de cette idéologie sont doubles. Soyons clairs : les études sur le genre sont nécessaires pour comprendre les rapports entre l’homme et la femme et démonter certains préjugés. Le problème est la théorisation de ces études par certains chercheurs. Ils sont ensuite passés dans les institutions internationales pour les imposer (ONU, UE). La conséquence est d’abord juridique.

Dans la loi, il n’y a plus de distinction entre l’homme et la femme. La seule exception est le sous-marin : la femme n’a pas le droit d’y aller.

Ensuite sur l’éducation des enfants : l’enfant ne connait plus de limite, il a beaucoup de mal avec les règles de disciplines, de grammaire, de calculs, de conjugaison d’orthographes.

Pourquoi ? Parce qu’il n’y a plus de père et de mère.

Le rôle de la mère est affectif auprès de l’enfant puisque c’est elle qui l’a porté jusqu’à sa naissance. Le rôle du père est de casser cette affection pour mettre des limites aux désirs de l’enfant.

Prenons l’exemple de l’interrupteur : vous avez souvent vu un enfant s’amuser avec un interrupteur pour allumer et éteindre la lumière ?

Normalement, le père doit intervenir pour demander à l’enfant d’arrêter de jouer avec la lumière. Mais si c’est la mère, alors l’enfant le prendra comme un chantage affectif : « j’obéis parce que sinon maman ne m’aimera plus ».

Le temps que les parents se mettent d’accord sur le moment de l’intervention, l’enfant ne va pas s’arrêter.

En conclusion, pendant longtemps, on a utilisé les différences pour la domination de l’homme sur la femme mais aujourd’hui, on affirme que ces différences sont sexistes et discriminatoires.

Par ailleurs tous les programmes de lutte contre la discrimination mis en place par les gouvernements ont échoué puisque les différences ressortent plus violemment au moment de la puberté.

La question est de savoir si nous serons capables de construire une société à même d’accepter les différences et de se tenir à notre place.

Source et publication:

http://www.ndf.fr/poing-de-vue/28-04-2014/la-theorie-du-genre-une-derive-du-feminisme#.U19l2q72_nQ

Repost 0
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 09:21

VOTEZ POUR LA VIE... AGISSEZ POUR VOTRE VIE !

///////////// ELECTIONS EUROPEENNES DE MAI 2014 /////////////

VOTEZ POUR LA VIE... AGISSEZ POUR VOTRE VIE !

"Manif pour tous", "Manif pour la vie", "Journée de la colère" ou bonnets rouges, par milliers, par millions, depuis des mois : La France dit non !

Non !... aux agressions d'une OLIGARCHIE d'irresponsables contre :

- La famille : défendons-là !

- Le travail : reconquérons-le !

- L'entreprise : sauvons-là !

- LA VIE : protégeons-là !...

OUI à la vie ! Jean-Claude Martinez

Car après leur GPA et leur PMA, voici maintenant le sommet des sommets : l'agression frontale contre la vie, avec leur euthanasie... Parce que, soyez-en sûr : c'est bien là où ils veulent nous mener, ces "dirigeants" que nous, Français, devons endurer !

A la recherche des milliards d'euros d'économie sur tout (sauf sur leurs somptueux privilèges) dont ils ont besoin pour combler les abîmes budgétaires conséquence de leurs gâchis, les 1 500 tétraplégiques français (souvent de jeunes hommes comme Vincent Lambert 37 ans), et nos personnes âgées isolées, ils veulent, dans l'hypocrisie de leurs pseudos droits de l'homme et leur compassion sirupeuse, tout simplement les éliminer, les euthanasier…

En attendant notre tour, nous qui ne sommes pas de leur caste.

Etouffée par un invraisemblable Code général des impôts comportant 4 600 articles etasphyxiée par 350 impôts, taxes et cotisations nous prélevant chaque année 950 milliards d'euros... comment la France pourrait-elle ne pas se révolter ?

Ce fiscalisme et cette culture de mort, avec chaque année 11 000 suicides - un paysan des terres de France met fin à sa vie tous les deux jours - plus que jamais il faut les combattre !

C'est la priorité des priorités.

La société déshumanisée que leur course effrénée à la rentabilité nous a créée, ne peut plus être acceptée.

Ce combat, certes nous le menons depuis des années, sur tous les terrains :

- Celui de la fiscalité rapace... qu'il faut abolir !

- De l'entreprise agressée... qu'il faut sauvegarder !

- Des emplois détruits... qu'il faut retrouver !

- De la famille déstabilisée... qu'il faut sauver !

Mais pour faire pièce à ce système odieux il faut porter le fer au cœur même de l'Etat, accaparé par les oligarques de la privilégiature, les idéologues anti-vie.

Pour cela, parce qu'au final il faut bien passer par l'élection, un seul mot d'ordre :

- Les renvoyer... maintenant !

- Les balayer... électoralement !

- Et faire enfin les vraies réformes de fond.

Pour que la France se retrouve enfin :

- Pour elle-même.

- Pour nous tous...

Mais aussi, parce qu'au-delà de l'Europe, il y a le monde et le monde a besoin de la France…

Voilà pourquoi les élections européennes du 25 mai 2014 sont le moment de vérité.

L'occasion à saisir pour permettre à chaque français d'exprimer avec force sa volonté de changement.

Changer vraiment :A Paris…à Bruxelles.Partout où règnent tous ces dirigeants qui, en vérité, n'aiment ni la France ni les Français...

Aussi, nous, "La Maison de la Vie et des Libertés", appelons les nationaux, les combattants en lucidité, les Français, tous les Français, à soutenir la candidature de :

///////////// Jean-Claude Martinez /////////////

Candidat

"Force Vie"

pour la circonscription du Sud-Ouest

Professeur agrégé de droit public et de sciences politiques, vingt ans député de la France enracinée, et auteur de l'ouvrage de référence, unanimement salué comme un événement dans la lutte pour la vie : "Euthanasie, stade suprême du capitalisme" (Editions Via Romana, Paris), Jean-Claude Martinez est, depuis toujours, à la tête du bon combat… Celui du droit à la vie.

Jean-Claude Martinez défend la vie…

Défend nos vies :

- Celles des familles...

- Des personnes âgées.

- Celles qui réjouissent les cœurs lors de ses premiers battements...

- Jusqu'à celle qui attendrit lors des derniers temps du parcours d'une existence humaine...

- Mais aussi la vie de l'économie...

- De nos campagnes...

- De la France d'outre-mer, avec notre Nouvelle-Calédonie que l’on ne lâchera jamais...

- De NOTRE LANGUE, encore bien présente dans les 57 pays francophones !...

Bref, de tout ce qui fait ce que nous sommes :

- En traditions...

- En religion...

- En civilisation !

Jean-Claude Martinez est le seul candidat déclaré du grand Sud-Ouest à avoir participé à toutes les "Manif pour tous", à la "Journée de la colère", aux "Marches pour la vie", chaque année, à Bordeaux, à Paris...

Sétois enraciné dans les terres de la civilisation de la vigne, et militant de la cause nationale, d'ici jusqu'en Nouvelle Calédonie, Jean-Claude Martinez, dans tous ses mandats : Municipaux;Régionaux; Nationaux…et Européens a toujours été, sur deux décennies de combats, le défenseur des libertés et des droits naturels, à commencer par le premier, sans lequel il n'y en aurait aucun autre : Celui de naître !...Celui d'être vivant !...Celui à continuer de le rester !...

Alors… le 25 mai 2014, il vous faut bien choisir !

Au Parlement européen et à l'Europe, il faut leur envoyer quelqu’un !

Un député français d'expérience, de conviction !

Mais, pour cela, nous avons besoin de votre soutien

Si vous souhaitez qu’un véritable vent nouveau souffle à partir de ces élections européennes, soutenez par tous les moyens la candidature de Jean-Claude Martinez !

OUI ! Je fais un don pour soutenir

le CANDIDAT DE LA VIE

Jean-Claude Martinez

(grâce à la déduction fiscale*, un don de 100 € ne coûte en réalité que 34 €)

Dans l’encadré ci-dessous : lien informatique (pour en consulter le contenu : Ctrl + clic gauche pour suivre le lien sur l’Internet) permettant de prendre connaissance de la déclaration légale officielle pour les européenne 2014.

*http://www.journal-officiel.gouv.fr/association/index.php?ctx=eJwlyTsOwjAMAFDPnIKdof4kjhlYuYYVFSoqhQbSlPO3EuPT8wJTA*8tkNe1juBfOD9yf35y2*pcl6m298Eb8kA0MJKcwEe4kIRAEVktqgmZUaJ*mChqUmRilZDkGgX8Nff7VgpwhB1KaB25&cref=%2B11292193203789707886/_c=%2B14946774967194027071&ACTION=refine

Je sais que mon engagement d'aujourd'hui...

C'EST LA VIE DE DEMAIN !

http://www.martinezlavie2014.org/votez-pour-la-vie-agissez-pour-votre-vie

http://www.martinezlavie2014.org/

Repost 0
28 avril 2014 1 28 /04 /avril /2014 16:23

Des clandestins congolais expulsés il y a 7 jours reviennent illégalement et sont invités à l’Assemblée nationale

Damien le 30 janvier 2014 à 13:16

_

A l’invitation du député Noël Mamère.

Des clandestins congolais expulsés il y a 7 jours reviennent illégalement et sont invités à l’Assemblée nationale


Saint-Brieuc (Breizh-info.com). Hôtes des services sociaux des Côtes d’Armor pendant plus de trois mois, les Lungolo, une famille congolaise de quatre personnes (…) ont été expulsés de France la semaine dernière.

Et y sont revenus en fraude lundi 27 janvier. Le cas n’est pas rare.

Plus original : les Lungoso étaient invités mardi à l’Assemblée nationale (…).

Les Lungolo arrivent en Belgique en 2012, en provenance de la République démocratique du Congo (RDC), ex Congo belge.

Invoquant la situation troublée de ce pays, le plus vaste d’Afrique noire, 75 millions d’habitants, ils déposent une demande d’asile, qui est rejetée. Ils passent alors en France et échouent à Saint-Brieuc, où ils sont pris en mains par le RESF.

Cette association favorable à l’immigration obtient en justice qu’ils soient logés aux frais des contribuables. Ils séjournent trois mois dans un hôtel de Loudéac puis huit jours à l’hôtel Au Refuge, un établissement de bonne réputation situé face à la gare de Dinan. (…)

Le 22 janvier à l’aube, la police vient la chercher, direction Rennes Saint-Jacques pour y être embarquée dans un avion spécialement affrété, avec une escorte de six policiers, direction Bruxelles, d’où elle est supposée rejoindre son pays.[1]

A Bruxelles, la famille est relâchée dans la rue et échoue au Samu social… avant de rentrer en France dès le lundi 27 janvier … La France, ce pays qu’elle considère dorénavant comme le sien (…).

En présence de militants de RESF, mardi 28 janvier, Judith et Cerif Lungolo, accompagnés de Dieu et de Dany, seront à l’Assemblée nationale, à l’invitation du député Noël Mamère, pour témoigner de leur volonté de rester en France.[2]

Suite et source : 1 7sur7.cd, 2 RESF

merci à Albator

Repost 0