Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 avril 2014 5 11 /04 /avril /2014 10:44

Sans-papiers: 12.000 régularisations de plus en 2013 du fait des règles de Valls

Près de 12.000 sans-papiers ont obtenu un titre de séjour en 2013 en vertu des nouvelles règles de régularisation fixées par Manuel Valls lorsqu'il était à l'Intérieur, selon des statistiques officielles publiées jeudi.

Le nombre des "admissions exceptionnelles au séjour" est passé de 23.294 en 2012 à 35.204 en 2013, une hausse de 51%. L'écart concerne en grande majorité des parents d'enfants scolarisés (9.400) et des salariés (2.100), d'après un bilan publié sur le site duministère de l'Intérieur.

Le bilan total des régularisations pour 2013 est supérieur car, outre ces admissions "exceptionnelles", il inclut des sans-papiers qui obtiennent un droit quasi-automatique à un titre de séjour (après la naissance d'enfants français, le mariage avec un Français ou s'ils sont malades).

Aucun chiffre global n'est disponible sur le site, mais le total des régularisations est, selon des estimations, de l'ordre de 45.000 en 2013.

La hausse de 12.000 par rapport à 2012 est la conséquence d'une circulaire publiée par Manuel Valls le 28 novembre 2012, peu après l'arrivée au pouvoir de la gauche, pour "clarifier" les critères de régularisation et harmoniser le traitement des dossiers sur le territoire.

Lors de sa publication, le ministre avait assuré que le texte n'avait "pas vocation à augmenter le nombre des régularisations".

Un an plus tard, il avait toutefois annoncé une "hausse conjoncturelle" de l'ordre de 10.000 régularisations.

Source et publication: http://www.lepoint.fr/societe/sans-papiers-12-000-regularisations-de-plus-en-2013-du-fait-des-regles-de-valls-10-04-2014-1811789_23.php#xtor=EPR-6-[Newsletter-Mi-journee]-20140410

Sans-papiers: 12.000 régularisations de plus en 2013 du fait des règles de Valls

Repost 0
11 avril 2014 5 11 /04 /avril /2014 10:31

LES CONTRIBUABLES NE DONNENT PAS LEUR CONFIANCE À M. VALLS

Le nouveau Premier Ministre, Manuel Valls, a fait son discours de politique générale : il est certain qu’il n’aurait pas eu la confiance des contribuables si ceux-ci avaient pu voter !

Valls annonce 50 milliards d’économies : 19 milliards pour l’Etat, 10 milliards pour l’assurance-maladie, 10 milliards pour les collectivités locales et 10 milliards qui viendront «d’une plus grande justice, d’une mise en cohérence et d’une meilleure lisibilité de notre système de prestations». Mais ce n’est pas autre chose qu’un enfumage de première classe !

C’est ça, le « gouvernement de combat » ?!

Que sont, en effet, ces 50 milliards d’euros comparés aux 2000 milliards d’euros de dettes que supportent les contribuables français ? L’Etat veut faire des économies, peut-être, mais en attendant ce sont toujours les contribuables qui doivent payer la facture : 30.000 euros par français ! Il est évident que ces économies ne résolvent rien du tout : elles détournent simplement les regards de la banqueroute annoncée de notre pays.

Quant aux autres mesures, ce sont des rustines appliquées sur un pneu déjà crevé.

Les mesures annoncées : des rustines sur un pneu déjà crevé…

Le smic n’a jamais été un facteur d’incitation à l’embauche, ni à la reprise du travail pour les bénéficiaires du système social.

De plus, le coup de pouce financier est dérisoire : si Valls dit fièrement que cela va«procurer 500 euros par an de salaire net supplémentaire», cela ne représente que 40 euros par mois ! Quel programme social ! Quelle audace ! Sachant que la moindre course dans un supermarché coûte environ 150 euros, on sent déjà l’enthousiasme dans les chaumières… A ce tarif-là, mieux vaut rester au chômage à toucher des allocations…

C’est tout bonnement pathétique ! Le Royaume-Uni, pays à la croissance nettement supérieure à celle de la France, le baisse à 21% cette année puis à 20% d’ici 2016. Les pays voisins suivent cette tendance.

Seul point intéressant : «réduire de moitié le nombre de régions» d’ici à 2017 et supprimer les conseils départementaux «à l’horizon 2021». Voici une mesure que les Contribuables peuvent accueillir avec joie : être enfin débarrasser de cet insupportable mille-feuille d’élus qui coûtent chers ! Encore faut-il que Valls ait réellement le courage d’aller au-delà de l’effet d’annonce et de sabrer dans le maquis électoral. Rien n’est moins sûr…

La France, on l’aime ou on la quitte ?

Finalement, après 47 minutes de discours de politique générale et un chapelet de mesures politiquement correctes, on voit que Valls, ce naturalisé français, ne s’est pas posé la question essentielle : pourquoi tant de contribuables français de souche veulent quitter la France ?

Il est vrai que la réponse risque de ne pas lui plaire…

COMPÉTITIVITÉ : MANUEL VALLS BRASSE DE L’AIR!

Sur un ton martial, Manuel Valls nous a dit ce mardi que l’heure était grave et que « le moment de la décision est venu ». Quelle décision ? Celle de rendre nos entreprises compétitives, comme il en a reconnu la nécessité ? Hélas non. Les mesures annoncées sont reportées à 2015 !

Alain Mathieu est président d’honneur de Contribuables Associés

La seule décision annoncée d’application rapide, « avant l’été », est celle de «50 mesures de simplification» de la règlementation sur le logement. Ce n’est pas inutile, mais la compétitivité de notre économie n’en sera que modestement affectée.

Toutes les autres décisions sont reportées, sans explication, au plus tôt au 1er mai 2015. C’est vrai notamment des 10 milliards d’euros de réduction des cotisations sociales patronales. Cette réduction de charges sociales augmentera d’ailleurs de 3,3 milliards d’euros les impôts sur les bénéfices versés par les entreprises, ce qui limitera à 6,7 milliards d’euros la réduction de leurs charges fiscales et sociales. Pour arriver à l’égalité de charges avec les entreprises allemandes, la réduction devrait être de 140 milliards d’euros. Manuel Valls a donc résolu moins de 5 % de notre problème de compétitivité. Certes il y a ajouté une réduction à 28 % du taux de l’impôt sur les bénéfices, mais celle-ci n’aura lieu qu’en 2020, avec « une première étape », non précisée, dans trois ans, en 2017.

Pour financer cet effort dérisoire, ainsi que la réduction de nos déficits publics, il a prévu des économies de 50 milliards d’euros, à réaliser de 2015 à 2017, à un rythme inconnu, d’une façon non précisée. Sur ces 50 milliards d’euros, 11 viendront «d’une plus grande justice, d’une mise en cohérence et d’une meilleure lisibilité de notre système de prestations». Il est difficile d’imaginer une formulation moins précise.

Sans doute Manuel Valls a-t-il prévu en outre un big-bang pour nos collectivités locales : suppression des conseils généraux (mais en 2021), nouvelle carte des intercommunalités (mais au 1er janvier 2018), réduction du nombre des régions (au 1er janvier 2017). Le moment de la décision est peut-être venu. Mais pas celui de son application. Les compétences des régions et départements vont être «spécifiques et exclusives». Mais encore, lesquelles, et à quelle date ? Le mystère reste entier.

De même la réduction de notre production d’électricité nucléaire (en 2025) et de notre consommation d’énergie (en 2030) sont-ils maintenus. Mais cette fois personne, à part quelques Verts, ne va se plaindre de cette lenteur.

Aucune des décisions à prendre rapidement n’a été abordée : l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes ? La révision du droit du travail ? La recherche de gaz de schistes ? La date de réduction de nos déficits publics à 3 % du PIB ? Les Français sont dans le bleu.

Il sera demandé à l’Europe de «protéger nos entreprises de la concurrence» (sic) et de réaliser de grands investissements. Lesquels ? On ne sait. Notre «diplomatie économique» va être très occupée à «renforcer notre technologie» (resic).

Manuel Valls est peut-être un premier ministre énergique et volontaire. Mais comme son patron le Président de la république, il préfère le flou au clair, la décision lointaine à l’immédiate, la décision sans risque à l’audace.

Ce « gouvernement de combat », qui devait « accélérer le rythme du changement », est en fait peu pressé de mettre en œuvre des décisions difficiles. Il ne fera pas gagner à la France la bataille de la compétitivité.

A lire sur le même sujet :

Gouvernement Valls : quel changement pour les contribuables?
Sous la 5ème République, le pouvoir appartient au Président de la République. Le Premier ministre n’est que son «collaborateur», comme Nicolas Sarkozy avait appelé son Premier ministre. C’est pourquoi les contribuables ne doivent pas s’attendre à beaucoup de changement, malgré l’arrivée de Manuel Valls qui aurait pu avoir de bonnes idées d’un point de vue économiqu
e.

Remaniement : pourquoi changer une équipe qui perd!
Philippe Herlin. Les membres de ce nouveau gouvernement ont-ils bénéficié d’une prime à l’incompétence ? Une chose est sûre, les contribuables en sont pour leurs frai
s.

A lire sur le même sujet :

Alain Mathieu a aussi de bonnes raisons de douter que l’arrivée de M. Valls change quoi que ce soit…

… et il nous explique pourquoi la compétitivité ne risque pas de se redresser de sitôt

Et puis c’est vrai ça, pourquoi changer une équipe qui perd ? (Par Philippe Herlin)

Source : http://www.contribuables.org/2014/04/09/les-contribuables-ne-donnent-pas-leur-confiance-a-m-valls/?utm_source=NL&utm_medium=email&utm_campaign=NL%2010-04-14

Repost 0
11 avril 2014 5 11 /04 /avril /2014 10:21

V'là t'y pas que chez manuel gaz ça viole à tour de bras sans que la presse ne s'en inquiète outre mesure !!! un vrai bonheur en quelque sorte …allez M'mam Tauby un petit geste en faveur de ces voyous car comme vous le disiez si bien ce sont des jeunes qui s'amusent !!! Non ???

L'affaire s’est déroulée le 30 mars, peu après minuit, dans un parc d’Évry, durant la nuit qui précédait le second tour des élections municipales :

"Ce soir-là, une jeune fille de 18 ans descend du RER en gare d’Évry.

À sa sortie, elle donne un appel de son téléphone portable.

Quatre individus se jettent sur elle et l’emmènent dans un parc voisin. Ils la dépouillent de tout ce qu’elle possède, puis la déshabillent et la violent à tour de rôle.

Un viol indescriptible de cruauté barbare.

Les quatre vont la martyriser pendant plus de deux heures avant de l’abandonner, blessée jusqu’au sang.

Un automobiliste la prend en charge, appelle les secours. Elle aura l’énergie de témoigner en portant plainte.

Les policiers l’accompagnent aux urgences. On lui donnera trois mois d’arrêt de travail. La voilà choquée pour la vie.

Grâce à ses descriptions détaillées et aux images de vidéosurveillance, les policiers d’Évry arrêtent en moins de vingt-quatre heures les quatre suspects et les confondent avec leurs ADN. Ils procèdent aux interrogatoires dès le lundi 31 après-midi.

Les quatre voyous sont mineurs : deux de 13 ans, un de 15, le quatrième de 17. Trois frères turcs, un Marocain.

Signes particuliers : l’aîné, 17 ans, a été rendu à la liberté six mois plus tôt après avoir purgé les deux tiers d’une peine de deux ans d’emprisonnement à la suite d’un viol commis sur le fils d’un sous-officier de gendarmerie.

Libéré sans contrôle. Le voilà récidiviste.

Deux autres ont déjà été interpellés pour vol avec violences. Quatre agresseurs, trois récidivistes — mineurs !

Lors de leurs interrogatoires, et sur ce que l’on a pu savoir de l’enquête, les mineurs n’auraient pas formulé le moindre remords.

Au contraire, ils ont exprimé leur haine : oui, ils n’auraient pas touché la jeune fille si elle avait été turque ; oui, ils l’ont agressée parce qu’elle était française et que « les Français sont tous des fils de pute ».

Le juge qui les a fait incarcérer les a mis en examen pour viol en réunion et barbarie, mais aussi, plus rare, pour racisme."

Merci Chantal B.

V'là t'y pas que chez manuel gaz ça viole à tour de bras sans que la presse ne s'en inquiète outre mesure !!! un vrai bonheur en quelque sorte …allez M'mam Tauby un petit geste en faveur de ces voyous car comme vous le disiez si bien ce sont des jeunes qui s'amusent !!! Non ???

L'affaire s’est déroulée le 30 mars, peu après minuit, dans un parc d’Évry, durant la nuit qui précédait le second tour des élections municipales :

"Ce soir-là, une jeune fille de 18 ans descend du RER en gare d’Évry. À sa sortie, elle donne un appel de son téléphone portable. Quatre individus se jettent sur elle et l’emmènent dans un parc voisin. Ils la dépouillent de tout ce qu’elle possède, puis la déshabillent et la violent à tour de rôle. Un viol indescriptible de cruauté barbare. Les quatre vont la martyriser pendant plus de deux heures avant de l’abandonner, blessée jusqu’au sang. Un automobiliste la prend en charge, appelle les secours. Elle aura l’énergie de témoigner en portant plainte. Les policiers l’accompagnent aux urgences. On lui donnera trois mois d’arrêt de travail. La voilà choquée pour la vie.

Grâce à ses descriptions détaillées et aux images de vidéosurveillance, les policiers d’Évry arrêtent en moins de vingt-quatre heures les quatre suspects et les confondent avec leurs ADN. Ils procèdent aux interrogatoires dès le lundi 31 après-midi. Les quatre voyous sont mineurs : deux de 13 ans, un de 15, le quatrième de 17. Trois frères turcs, un Marocain. Signes particuliers : l’aîné, 17 ans, a été rendu à la liberté six mois plus tôt après avoir purgé les deux tiers d’une peine de deux ans d’emprisonnement à la suite d’un viol commis sur le fils d’un sous-officier de gendarmerie. Libéré sans contrôle. Le voilà récidiviste. Deux autres ont déjà été interpellés pour vol avec violences. Quatre agresseurs, trois récidivistes — mineurs !

Lors de leurs interrogatoires, et sur ce que l’on a pu savoir de l’enquête, les mineurs n’auraient pas formulé le moindre remords. Au contraire, ils ont exprimé leur haine : oui, ils n’auraient pas touché la jeune fille si elle avait été turque ; oui, ils l’ont agressée parce qu’elle était française et que « les Français sont tous des fils de pute ». Le juge qui les a fait incarcérer les a mis en examen pour viol en réunion et barbarie, mais aussi, plus rare, pour racisme."

Repost 0
11 avril 2014 5 11 /04 /avril /2014 10:00

De Patrick RFrançais

Et oui nous gênons !!! Il est peut-être temps de se rendre compte des réalités.


L'horloge de la cathédrale gênait la prière des islamistes !



....Quelle lâcheté de la part des médias ! Et l'on ose dire que ce sont les français qui sont xénophobes !!!


HONTEUX ! Voilà les news les Amis !


Avant de faire suivre ce genre de message, je vérifie sur internet. C'est malheureusement tout à fait exact, même le motif et c'est vrai que les médias sont plus que muets.


Christianophobie : un iranien fracasse l'horloge du XIVe siècle de la cathédrale Saint-Jean à Lyon.

Muni dune barre de fer, un jeune iranien a fracassé l'horloge astronomique de la cathédrale Saint Jean.


Raison de cet acte christianophobe ? L'horloge « empêcherait les croyants musulmans de se concentrer sur leur prière.»


Samedi, vers 18 h 30, un iranien de 28 ans a, à l'aide dune barre de fer, a donné de violents coups dans l'horloge astronomique de la cathédrale Saint-Jean de Lyon (5e), brisant plusieurs parties de l'œuvre.

Cette horloge, datant du XIVe siècle, ne fonctionne plus depuis dimanche. Le délinquant a été placé en garde à vue et remis en liberté. Ben...voyons...


Imaginons la réaction des autorités politiques Françaises si un chrétien avait commis un acte équivalent dans une Mosquée...Qu'auraient dit le Barcelonais de l'intérieur,… La Marocaine Belkacem,… l'Algérienne Benguigui,… l'italienne Filipetti,…. le roumain Moscovici la coréenne Pellerin,… la guyanaise Taubira,.. l'algérien Arif... etc.. tous nos ministres quoi !


La France est le seul pays au monde à avoir autant de "nouveaux citoyens" comme ministres.

Cela explique peut être bien des choses.


TOUJOURS AUX ORDRES DU PS, LA PRESSE EST MUETTE.

source : https://www.facebook.com/?ref=tn_tnmn

Repost 0
11 avril 2014 5 11 /04 /avril /2014 09:51
L'islamisation de notre pays, notre culture en voie de disparition.

Les élus plient sous les revendications de l'islam en France

57% de la population à Roubaix est d'origine maghrébine

57% de la population à Roubaix est d'origine maghrébine c'est Guy Cannie qui nous l'explique.

Comme il le dis quand il marche dans les rue de Roubaix il y a plus d'hommes en djellaba qu'en costume !

Quand on se trouve à Roubaix on a pas l'impression d'êtres en France, mais plutôt d'êtres dans un quelconque pays arabes.


Il y a déjà 10 ans un étudiant musulman avais prédit qu'à Roubaix les musulmans serait bientôt majoritaire, il avais raison, ceci dis il n'a pas tant de mérite que ca, Jean Marie Le Pen avais prédit l'islamisation depuis bien plus longtemps que cet étudiant !!!

C'est malheureusement le cas de beaucoup de villes en France, pas seulement Roubaix , et vous le savez, vous avez des yeux pour vous en rendre compte vous même.

Doit d'ont vous dire que le ciel est bleue ? non vous voyez bien qu'il tourne au gris !

Les politiciens qui ont laissé l'islamisation de la France être possible et même pour certain qui ont étais complices de cette islamisation de la France, ces hommes et ces femmes sont responsable de la perte de notre culture laic, de notre histoire catholique et chrétienne.

Roubaix 100% halal 57 % maghrébin

Source: http://no-to-islamisation.blogspot.fr/2012/01/57-de-la-population-roubaix-est.html?spref=fb

Repost 0
11 avril 2014 5 11 /04 /avril /2014 09:45

La loi sur le voile intégral ignorée à Saint-Nazaire

Publié par : redacbzhinfo 10 avril 2014 dans A La Une, Société

10/04/2014 – 12H00 Saint-Nazaire (Breizh-info.com) – Saint-Nazaire est loin de Casablanca ou de la Mecque, et pourtant port du voile intégral devient monnaie courante dans nos régions. En totale violation de la loi. Enquête.

« Nul ne peut, dans l’espace public, porter une tenue destinée à dissimuler son visage ».

Les dispositions de la loi du 20 octobre 2010, entrée en application le 11 avril 2011, interdisant le port du voile intégral dans l’espace public sont parfaitement claires.

La circulaire d’application précise que sont notamment interdits le port de cagoules, de voiles intégraux (burqa, niqab…), de masques ou de tout autre accessoire ou vêtement rendant impossible l’identification de la personne.

Par espace public, nous dit le texte, il faut entendre les voies publiques, les transports en commun, les commerces et centres commerciaux, les établissements scolaires, bureaux de poste, hôpitaux, tribunaux, administration.

La loi prévoit pour les contrevenants une amende pouvant aller jusqu’à 150 euros et/ou un « stage de citoyenneté ».

Toute personne obligeant une femme à se voiler est passible d’un an de prison et de 30 000 euros d’amende.

Mais la loi est-elle appliquée ? Il faut croire que non, notamment à Saint-Nazaire.

Régulièrement depuis 2011, le Géant Casino à Saint-Nazaire laisse en effet entrer des clientes revêtues d’un voile intégral (burqa).

Responsable régional de Résistance Républicaine (RR) – un mouvement créé en 2010 par Christine Tasin pour dénoncer l’islamisation de la France et en informer les citoyens -, Philippe Bescond-Garrec s’émeut de cette pratique contra legem dans un courrier envoyé à la direction de Géant Casino.

Lors de sa visite le 7 avril au Géant Casino, Philippe Bescond-Garrec remarque ainsi une femme vêtue du voile intégral. Il interpelle le vigile « pour lui faire part de [s]a stupéfaction que cette personne soit autorisée à déambuler ainsi vêtue dans le magasin et de [s]on étonnement qu’un rappel à la loi ne lui soit pas adressé ».

La réponse du vigile a de quoi étonner : « il m’a répondu qu’il n’était pas autorisé à le faire, m’informant au passage que ces faits se produisaient régulièrement », écrit ainsi le Nazairien.

De deux choses l’une : soit les vigiles s’en fichent, soit ils ne réagissent pas pour ne pas faire de vagues. Probablement les deux.

A Saint-Nazaire, dans le seul quartier de la Bouletterie où se trouve d’ailleurs une mosquée, on peut voir plusieurs femmes circulant dans l’espace public revêtues du voile intégral. « Le citoyen qui voudrait faire respecter la loi se heurte à un mur d’indifférence », s’étonne Philippe Bescond-Garrec : « le procureur ou le commissaire ne réagissent pas, la mairie refuse de faire des vagues avec les musulmans – ils votent aussi – les policiers prennent note en main courante et ça ne va pas plus loin, les vigiles s’en foutent, les écoles renvoient aux inspections académiques ».

« La République se vit à visage découvert », proclamaient fièrement les affiches – format papier – placardée dans les lieux publics il y a quelques années pour contester le port du voile intégral.

Aujourd’hui, par peur, indifférence ou clientélisme, tout le monde ouvre son parapluie pour enterrer la loi. Une loi de la République…


[cc] Breizh-info.com, 2014, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origi
ne.

Repost 0
11 avril 2014 5 11 /04 /avril /2014 09:17

TRIBUNE LIBRE ,POINT DE VUE ET CONSTAT !

Vendredi 11 avril 2014

Pourquoi la France va continuer à sombrer

Pendant que les médias français s’obnubilent sur le changement de gouvernement et les congratulations échangées entre ministres, la France continue à sombrer.

Et, ce doit être dit : le naufrage va se poursuivre sans que rien ne l’arrête.

Le problème fondamental de la France est le déficit grave de compétitivité de l’économie du pays, et ce déficit, qui se creuse, va, sans aucun doute, continuer à se creuser.

>> Ce déficit tient largement aux surcoûts infligés aux entreprises françaises par le biais de charges littéralement écrasantes.

Une baisse des charges sur les entreprises pourrait remédier à ces surcoûts, mais ce devrait être une baisse de charges bien plus importante que celle évoquée présentement et qui, même si elle est votée n’aura guère plus d’effet que le célèbre emplâtre posé sur une jambe de bois.

>> Une forte baisse des charges sur les entreprises ne serait, qui plus est, efficace que si elle n’apparaissait pas comme une mesure temporaire sur laquelle il serait possible de revenir, mais comme une mesure durable, installée, gravée dans le marbre.

Le gouvernement actuel ne décidera, bien sûr, pas d’une forte baisse des charges mais d’une baisse très superficielle, et cosmétique, et il décidera moins encore de graver dans le marbre une baisse des charges.

Aucun parti politique à ce jour ne propose une forte baisse des charges qui serait aussitôt gravée dans le marbre.

Le déficit de compétitivité des entreprises françaises tient aussi à la rigidité des règlementations qui enserrent les activités économiques en France et y accroissent considérablement les coûts de transaction, à la faiblesse de la profitabilité moyenne des mêmes activités économiques, qui réduit les retours sur investissement, dissuade les investissements futurs, et amenuise les sommes susceptibles d’être consacrées à la recherche et à l’innovation.


Le gouvernement actuel ne desserrera, bien sûr, pas l’étau réglementaire qui asphyxie le pays, ou le fera de manière infime, et dès lors inutile
.


Aucun parti politique à ce jour ne propose de desserrer vraiment l’étau règlementaire qui asphyxie le pays, ou pas dans des proportions suffisantes pour que cela ait un effet.

Le déficit de compétitivité des entreprises françaises tient, bien sûr, à une multitude d’autres facteurs, qui expliquent pourquoi ni le gouvernement, ni ceux qui sont à même de le remplacer ne sont, à ce jour, à même d’apporter un remède.

Parmi ces facteurs : > le poids hypertrophique de la fonction publique française, qui compte bien trop d’administrations et de fonctionnaires,
> les conséquences très graves de l’économie mixte, qui fait que de nombreuses entreprises dépendent du gouvernement pour survivre,
> l’absence quasiment totale de médias indépendants du gouvernement et des rouages de l’économie mixte,
> les effets de décennies de prise en main de la culture et de l’éducation par des ennemis du capitalisme démocratique, prise en main qui a des conséquences dans le journalisme ou la magistrature, entre a
utres.

Un redressement ne pourrait prendre forme que si se trouvait proposé à la fois une très forte baisse des charges sur les entreprises et sur les salaires, une réforme constitutionnelle fixant un niveau maximum de charges et d’impôts (si possible un impôt strictement proportionnel abolissant toute progressivité), une abolition du présent code du travail aux fins de le remplacer par une version infiniment allégée de celui-ci, une simplification radicale des formalités administratives, une diminution rapide du nombre des fonctionnaires travaillant dans d’autres secteurs que les fonctions régaliennes de l’Etat, une privatisation de multiples entreprises encore publiques ou semi-publiques, une suppression des subventions gouvernementales aux entreprises privées quelles qu’elles soient, une privatisation des médias dits de « service public », une abolition des « aides » gouvernementales aux organes de presse et d’information ainsi qu’à l’ensemble du secteur théâtral et cinématographique, une privatisation du système universitaire et l’instauration graduelle du chèque éducation dans le système éducatif primaire et secondaire, une fermeture des écoles de journalisme publiques et de l’école nationale de la magistrature (les universités privatisées pourraient former les journalistes et les juristes).

Ce serait juste un commencement.

Le plus vraisemblable est que le gouvernement Valls échouera. A l’automne prochain, il sera déjà dans un échec que des maquillages statistiques tenteront sans doute de maquiller.

Je doute que Hollande choisisse rapidement la dissolution de l’Assemblée, mais je me dis à moi-même qu’il y songe.

Une majorité UMP risquerait fort de ne pas faire mieux.

Après avoir éliminé Valls (ce qu’il est, je pense, en train de faire), Hollande éliminerait ainsi l’UMP et espérerait se faire réélire en 2017, dans un deuxième tour qui pourrait l’opposer (ce qu’il espère, je pense) à Marine Le Pen.

Où en sera la France à ce moment ? La France plonge dans tous les classements internationaux, ceux-là même que les investisseurs consultent avant d’investir.

Dans l’Index of Economic Freedom, établi chaque année par la Heritage Foundation, et le Wall Street Journal, la France est en soixante dixième position, en dessous du Kazakhstan et du Ghana...

[...]

Comme les salaires ne peuvent se trouver abaissés par décision gouvernementale, il ne reste qu’une variable d’ajustement, le chômage et, au bout, la pauvreté.

Les caisses de l’Etat sont plus que vides et l’endettement s’accroît. L’endettement va s’accroître encore, jusqu’à la faillite. Aucun équilibre budgétaire n’est en vue et ne sera en vue.

Augmenter les impôts désormais est impossible (toute augmentation d’impôts ferait baisser les rentrées fiscales en suscitant des désinvestissements et des surcroîts d’inactivité, comme l’a expliqué Arthur Laffer il y a longtemps).

Baisser les dépenses publiques de cinquante milliards d’euros (ce qui ne se fera pas), serait extrêmement insuffisant et aussi inefficace que les baisses de charges prévues.

Mon conseil en ce cadre ?

Ouvrir un compte en Allemagne ou au Luxembourg pour y mettre quelques économies ? C’est à envisager.

Partir vers des cieux plus sereins ? C’est à envisager aussi.

Rester en France en pensant que cela va s’améliorer relèverait de l’illusion suicidaire.

Rester en France en sachant que cela va être bien pire, puis infiniment pire encore, présente au moins l’avantage de la lucidité.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Guy Millière pour Dreuz.info.

Repost 0
9 avril 2014 3 09 /04 /avril /2014 17:03

Site : http://jean-marielebraud.hautetfort.com/

Blog : http://pdf.bretagne.over-blog.com/

Mail : pdfbretagne@orange.fr

Tel : 06 65 61 08 62

Rassemblons la Droite nationale sur ses valeurs et organisons l’Alliance des Patriotes.

La droite nationale française, riche de ses personnalités et sensibilités, vit un des tournants de son histoire avec le départ de Jean-Marie Le Pen de la présidence du Front national.

Le vieux modèle du parti unique autour d’une seule personnalité disposant des pleins pouvoirs avait douloureusement montré ses limites au moment de la rupture avec les partisans de Bruno Mégret, ainsi qu’avec les anciens et récents départs forcés, les exclusions et les suspensions d’un très grand nombre de cadres et militants

Ce modèle est aujourd’hui totalement archaïque, inadapté aux réalités humaines et à l’évolution de la société française ainsi qu’aux nécessités politiques du futur.

Les modes de fonctionnement à établir d’une nouvelle droite nationale unie et conquérante doivent tourner le dos à ceux du siècle dernier.

Dorénavant, chaque militant de la cause nationale doit être respecté et associé pleinement et réellement aux décisions et aux projets, en privilégiant l’organisation décentralisée, locale et régionale et l’enracinement électoral.

Dans l’expression actuelle de la légitime résistance nationale, nous voyons émerger une multitude de remarquables initiatives individuelles ou collectives, culturelles, médiatiques ou politiques.

Ces démarches qui sont souvent locales ou régionales procèdent toutes d’une même volonté de défense de nos identités et de nos valeurs.

Elles démontrent la capacité d’une partie du peuple français à refuser le déclin historique, la soumission culturelle, l’abandon de nos valeurs et de nos droits ainsi que la colonisation étrangère.

C’est cette synthèse identitaire de nos traditions, cultures et héritages, locaux, provinciaux, nationaux et européens qui doit pouvoir s’exprimer et se réaliser politiquement. Il faut que chacun prenne conscience que c’est par la coopération de toutes nos initiatives que s’organiseront les succès de demain.


Il est par ailleurs clair que face au véritable défi de civilisation imposé par la colonisation migratoire et l’islamisme révolutionnaire, l’affirmation de notre héritage historique, de notre identité française, de nos racines chrétiennes et de nos valeurs spirituelles sont un socle puissant et salvateur de convictions, de liberté et d’actions en faveur de nos compatriotes.

Si notre pays a un corps physique et géographique et un esprit culturel et politique, notre rôle est aussi de préserver et de défendre en priorité l’âme de la France.

N’oublions pas que notre identité nationale est la communion, naturelle, historique, culturelle et spirituelle entre le peuple français et la terre de France.

Une France sans âme ne serait plus rien d’autre qu’une pitoyable et dérisoire République citoyenne et laïque.

Comme il est dangereux et affligeant d’entendre aujourd’hui, de la part de personnages qui prétendent obtenir une part de la droite nationale en héritage, proférer des discours jacobins, laïcistes et républicains.

Cette pensée obtuse, archaïque et ringarde mène de toute évidence aux idéologies sectaires et aux cultures de mort.


Nous devons aussi, en réponse au déclin économique et social réaffirmer notre attachement aux notions de libertés économiques, de promotion de l’initiative privée, de refus du collectivisme, de promotion de la propriété individuelle et du modèle familial traditionnel.

C’est sur la base d’un Etat véritablement national, d’une politique économique protectrice, d’une politique sociale et familiale réservée exclusivement aux Français que nous pourrons offrir une voie alternative au libéral-mondialisme, au socialo-mondialisme et au pouvoir totalitaire du cartel bancaire et de la finance mondiale.

La résistance sur nos valeurs, le renouveau et l’adaptation de notre projet national aux défis du siècle et la volonté de rassemblement, par une alliance politique et électorale des mouvements nationaux, constituent les vecteurs essentiels de la reconquête et de la libération nationales.

Quoi qu’il advienne, Le Parti de la France, s’imposera, comme un véritable mode de résistance en remplissant sa mission de défense du peuple français et des intérêts de la France.

Il le fera en ouvrant grand ses portes à tous les militants de la droite nationale soucieux de la survie de la France française.

Carl LANG

Adhésions :

Adhésion simple : 30 €
Adhésion de soutien : 50 €
Bienfaiteur : 100 € (ou plu
s)

Le Parti de la France
6, Allée des Templiers
78860 Saint Nom La Bret
èche

Tel : 09 67 17 81 36 - Fax : 01 41 10 81 36
Email : lepdf@orange.
fr

Repost 0
9 avril 2014 3 09 /04 /avril /2014 09:51

BLOGGERS OU RÉDACTEURS DU PDF !

ADHÉRENTS OU SYMPATHISANTS !

Le Parti de la France recherche des bloggers et des rédacteurs Bénévoles!

Le PARTI DE LA FRANCE a atteint un seuil de fréquentation sur son site très intense ! Chaque délégation devrait pouvoir ouvrir un site d' informations et nous offre enfin l'opportunité de nous faire connaître !

Vous êtes un français éveillé qui veut contribuer à la diffusion de la vérité ! le PARTI de la FRANCE vous offre cette opportunité

Vous suivez de près l'évolution nationale et internationale, saisissez l'opportunité de devenir un analyste ou un Blogger reconnu !

Adressez-vous a vos délégués Départementaux ou au Parti de la France !

Le Parti de la France
6, Allée des Templiers
78860 Saint Nom La
Bretèche

Tel : 09 67 17 81 36 - Fax : 01 41 10 81 36
Email : lepdf@orang
e.fr

Vous êtes pour un Renouveau National et Européen assidu de la vie politique , vos propres articles ou relayez ceux qui valent la peine d'être vus par les Français .

Voir une Revue de Presse ciblée !

Avec le Parti de la FRANCE , 2014/ 2015 sera l'année du renouveau National !

Un Exemple du PDF/BRETAGNE

Blog : http://pdf.bretagne.over-blog.com/

Mail : pdfbretagne@orange.fr

Tel : 06 65 61 08 62

Repost 0
9 avril 2014 3 09 /04 /avril /2014 09:01

mercredi, 09 avril 2014

BANLIEUE : LA MACHINE SANS COMPTEUR... Des milliards engloutis dans une politique inefficace ?

Michel Lhomme

Metamag cliquez là

L'été approche mais l’arrivée constante de clandestins mettra à nouveau, dans quelques mois, la politique d’hébergement d’urgence au pied du mur. En Seine-Saint-Denis, il y avait 7 000 sans-papiers recensés au 31 juillet 2011 et, un an plus tard, 1 000 de plus, soit une progression de 15 %.

Par la Libye désormais incontrôlée mais aussi par la Macédoine et la Grèce, on parle d’une arrivée de 300 réfugiés par jour.

La France ayant signé tous les accords européens sur la question ne peut les expulser.

Alors Premier Ministre, Jean-Marc Ayrault avait demandé à Cécile Duflot, à l'époque ministre du logement, de demander aux officines administratives en charge du problème de gérer au mieux et le plus efficacement cet afflux supplémentaire.

On réquisitionne donc de nouveaux lieux d’hébergement vite pleins et qui commencent à atteindre leurs limites. Alors on a commencé à placer certains réfugiés en grande banlieue ou à la campagne.

Mais que se passait-il jusque là ? Principalement un hébergement provisoire : un hôtel à 70 euros la nuit, solution tue par les hôteliers qui y trouvent effectivement leur compte.

L’hébergement d’urgence représente 20 à 30 % des chambres louées dans la région Ile-de-France ! Cela coûterait annuellement la coquette somme de 410 millions d’euros.

Mais les caisses se vidant, Cécile Duflot, avant sa démission, avait réclamé un plan d’urgence supplémentaire de 50 millions d’euros.

Malika Sorel dans Le puzzle de l’intégration (Editions Mille et une nuits -2007) mettait déjà en garde «sur l’utilisation de la loi relative à la solidarité et au renouvellement urbain». Mandaté par Nicolas Sarkozy, Arno Klarsfeld avait préconisé d’orienter « les demandeurs d’asile où il y a de la place, dans l’Yonne ou la Creuse par exemple ».

Ce déplacement de population immigrée des villes de banlieue à la campagne a bien été entamé sous la mandature Sarkozy lorsqu’il était Président de la République et déjà, auparavant en tant que Ministre de l’Intérieur.

L’application forcée du melting-pot américain sur un territoire comme celui de la France se heurtera rapidement, quoiqu'on fasse, à une limite géographique mais aussi à une limite budgétaire par l’asphyxie des finances locales, des mairies et des régions.

Depuis trois décennies, les budgets affectés à la “politique de la ville” n’ont jamais connu la crise. Alors que l’armée doit renoncer cette année à 5,5 milliards d’euros de commandes, le budget affecté aux quartiers va augmenter, lui, de plus d’un demi-milliard.

Le schéma hugolien appliqué aux banlieues est aussi à discuter. Si, dans ces quartiers, il y a assurément des fins de mois difficiles, c’est aussi dans ces mêmes quartiers que se déroulent les trafics illicites les plus rentables (drogues, métaux), générant une économie souterraine florissante que veulent ignorer les chiffres officiels.

D'après les forces de police, circulent dans certaines cités, plus de voitures de luxe que dans les arrondissements parisiens réputés aisés.

Depuis que François Mitterrand avait créé le ministère de la Ville, en y nommant notamment Bernard Tapie (1992-1993), des milliards se sont déversés en priorité sur ces quartiers « défavorisés », des stades de foot, des gymnases, des piscines et des médiathèques, équipements coûteux, souvent dégradés, les premiers à brûler à la moindre émeute, avant d’être aussitôt reconstruits.

En trente ans, les sommes mobilisées sont pharaoniques : 50 milliards d’euros de 1989 à 2002 selon la Cour des comptes.

A cela s’ajoute la loi Borloo (42,6 milliards d’investissement pour la période 2004-2012) et les 150 000 emplois d’avenir de 2013 qui seront essentiellement localisés en banlieue. Une machine sans compteur.

Pour la Cour des comptes, « ces politiques de la ville terriblement dispendieuses n’atteignent jamais leurs objectifs ».

En France comme aux Etats-Unis, la pauvreté n’explique pas tout. Selon le géographe Christophe Guilluy, auteur de l’indispensable Fractures françaises (Editions François Bourin) « 85 % des ménages pauvres n’habitent pas dans les quartiers sensibles » !

En fait, dans ces quartiers se déversent anarchiquement, depuis des années, les flux migratoires continus.

Non maîtrisés, ce sont ces flux qui produisent l’insécurité structurelle de la banlieue et la faillite des politiques municipales.

07:40 Publié dans Revue de presse http://synthesenationale.hautetfort.com/archive/2014/04/09/banlieue-la-machine-sans-compteur-des-milliards-engloutis-da-5343083.html

Repost 0