Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 12:33

Aurelien Petit Dessaux Le Parti de la France

La France (...) pays de la liberté , de la démocratie ,des droits de l'homme …

Un élu de la nation refusant de célébrer un mariage d'invertis par conscience morale ou par désaccord pourrait être condamné de 75000 euros d'amende et risque 5 ans de prison.

Un pouvoir centralisateur presque digne du totalitarisme , les maires n'ont aucun droit .

C'est pour cela qu'après avoir discuté avec 2 maires de petites communes rurales de l'Indre et des 2 Sèvres aux journées de l'édition de Chiré (qui au passage pourraient parrainer la candidature de Carl Lang lors des prochaines présidentielles s'ils sont réélus ) , j'ai appris qu'une association avait été créé qui s'appelle '' maire pour le droit familial'' qui a déjà recueillie 240 signatures d'élus et vise à l'élaboration d'une objection de conscience .

N'hésitez pas à faire passer l'information et d'en parler à un officier d'état civile susceptible de signer .

C'est une nécessité pour défendre un minimum la liberté de nos élus de village sensible aux valeurs familiales en instaurant une clause de conscience.

Pour plus de renseignements contactez moi .

https://www.facebook.com/?ref=tn_tnmn

Pour plus de renseignement sur le pdfbretagne:

Blog : http://pdf.bretagne.over-blog.com/

Mail : pdfbretagne@orange.fr

Tel : 06 65 61 08 6

Repost 0
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 12:10

SOS Racisme menace les internautes de droite

Sur son compte Twitter, SOS Racisme, l’officine de recrutement, de formation et de terreur du Parti Socialiste, a lancé de lourdes menaces contre les internautes de droite qui se permettraient de plaisanter sur des sujets interdits par l’ordre moral socialiste.

Afin de faire comprendre aux internautes « de droite » que l’état moral est enfin en place, l’association SOS racisme a publié sur son compte Twitter un avertissement aux libres penseurs, qui finiront derrière les barreaux s’ils « sont assez cons pour se sentir intouchables sur internet », et qu’ils continuent à s’exprimer sur le web.

Avec toute sa finesse, le mouvement liberticide vise ce qu’il nomme avec haine la « fachosphère ».

Sur Twitter, les internautes sont scandalisés par de tels propos et ces méthodes médiévales d’intimidation pour museler l’opposition. « @SOS_Racisme Vs êtes de gds malades ! « L’heure du gd coup de filet approche », et après c’est exécution sommaire ? en place publique ? » s’indigne ainsi un twitto.

Voici donc le screenshot des menaces. On y voit la vulgarité, le manque d’élégance et l’agressivité de l’organisme de propagande socialiste :

Pour ceux qui n’auraient pas bien compris ces messages, SOS Racisme portera plainte et fera condamner (avec l’aide du pouvoir en place) tous ceux qui se permettront d’émettre un avis différent de celui de Christiane Taubira et d’Harlem Desir.

Ceux qui utiliseront l’humour « de mauvais gout » devront expier : sur Internet, les blagues sur les homosexuels, les Noirs, les Asiatiques, les nains, les roux, les grands, les femmes, les petits, les moches, les beaux, les handicapés, les gros, les socialistes, les moustachus, les Portugais, ou sur les bébés éprouvettes seront punies par SOS Racisme.

Il sera désormais uniquement permis de rire au sujet d’hommes blancs de taille et de corpulence moyenne.

La Liberté d’expression, c’est plus maintenant !

source http://www.citoyens-et-francais.fr/article-sos-racisme-menace-les-internautes-de-droite-119843027.html

Repost 0
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 12:06

X. Raufer : « La surdélinquance des jeunes issus de l’immigration ne doit plus être occultée »

Christopher Lings | 02 septembre 2013

Dans un entretien accordé à Boulevard Voltaire, le criminologue Xavier Raufer est revenu sur la délinquance en France, dont on a pu voir divers manifestations cet été.

Tout d’abord, Xavier Raufer établit le nouveau contexte français : « territoires criminalisés, individus hyper-violents, armes de guerre, en tout cas mortelles, faciles d’accès, mais dont les voyous se servent mal, car la France n’est quand même pas la Somalie et, bien sûr, rien de plus bruyant qu’un champ de tir pour apprendre le « métier ». »

Puis le criminologue évoque les liens avec l’origine ethnique des délinquants. « Les statistiques ethniques n’étant pas collectées en France, on en est réduit à l’estimation », rappelle-t-il dans un premier temps. Mais une fois cette estimation faite, un constat s’impose : la « surdélinquance des jeunes issus de l’immigration ».

Celle-ci, « dérangeante pour beaucoup d’acteurs hantés par le remord post-colonial, gagnerait aujourd’hui à ne plus être occultée au prétexte de ne pas stigmatiser les populations concernées. »

Et ce dernier de conclure : « En effet, ce sont ces dernières qui, en assistant souvent impuissantes à la dérive de leurs enfants, sont les premières victimes de cette trompeuse bienveillance… »

Source : Christopher Lings

http://www.lebreviairedespatriotes.fr/02/09/2013/societe/x-raufer-la-surdelinquance-des-jeunes-issus-de-limmigration-ne-doit-plus-etre-occultee/

Repost 0
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 11:40

A Plouagat, on a voté pour sauver l’église !

À Plouagat, on a des chapeaux ronds, mais surtout, par-dessous, une caboche courageuse qui ne s’en laisse pas conter.

Les Plouagatins, récemment interrogés par leur maire via un référendum sur l’avenir de leur église en passe de s’effondrer, ont voté à 80 % pour sa restauration.

L’église bretonne faisait partie de ces églises non classées – et elles sont nombreuses parmi les 45.000 que compte la France –, dans le collimateur de la municipalité en raison de son état de délabrement

En 2013, cinq d’entre elles ont été rayées de la carte à la pelleteuse sur un haussement d’épaules fataliste du conseil municipal : vous ne voudriez pas non plus qu’on investisse des fortunes pour les retaper, alors qu’en France les pratiquants sont si rares ?

Mais à Plouagat, pour la première fois, le maire a eu l’honnêteté de consulter au préalable les habitants. Une initiative « insolite », lit-on dans la presse.

C’est vrai qu’un élu, en France, qui demande l’avis de ses administrés, c’est quand même très incongru, voire un peu dingue : pourquoi ces ploucs auraient-ils le droit de l’ouvrir ?

Quand on voit le résultat à Plouagat, on comprend même que c’est très imprudent.

Car ce « oui » ressemble singulièrement à un plébiscite de la France des clochers.

On leur a pourtant doctement expliqué que leur église, un patchwork architectural du XVe, XVIIIe et XIXe siècle, était moche. « Surplombant la localité, la haute flèche en granit sans charme particulier de l’église masque mal l’état de délabrement général de l’édifice, strié de larges lézardes.

À tel point que la mairie a pris l’an passé, en accord avec l’évêché, un arrêté de fermeture en raison des risques d’effondrement », peut-on lire dans une dépêche AFP reprise in extenso par vingt-cinq sites de presse, de libération. fr àla-croix.com

(Eh, les gars ! vous pourriez au moins vous fouler un peu et faire de la paraphrase).

Sans doute n’est-ce pas un chef-d’œuvre de l’art roman digne de faire se pâmer un journaliste d’Arte, mais si elle leur plaît, à eux, avec ses statues sulpiciennes aux joues roses, ses ex-voto, son harmonium et ses vitraux ?

Leur maison de famille non plus n’aurait pas les faveurs de Des racines et des ailes, mais ils n’ont aucune envie pourtant de la dynamiter.

On leur a dit que la facture de la restauration ne serait pas indolore, et induirait sans doute l’augmentation des impôts locaux. Ils acceptent.

Ce n’est pas parce que l’opération de la grand-mère coûte cher que l’on va pour autant la piquer comme le chien.

Et dans cette église-là, il y a un peu de la grand-mère, mais aussi de toutes les générations qui l’ont précédée et y ont usé leurs genoux.

De quel droit dilapideraient-ils ce trésor familial ?

Quant à leurs impôts, pardon bien, mais on les a cent fois affectés à plus opaque et moins noble cause que celle-là.

Et en se passant de leur permission.

Il faut croire que même ceux qui ne croient ni à dieu ni à diable, et n’ont pas gravi le porche de la paroisse depuis l’enterrement de leur vieux père, sentent confusément que leur village sans son clocher ne serait plus le même. En profondeur. Qu’il deviendrait aussi vide et cafardeux qu’une ville nouvelle centrée sur son Géant Casino. Que la démolition programmée de leur église, comme des autres, va bien au-delà des arguments utilitaires qu’on leur avance.

Qu’elle serait le début d’un vaste chantier, le premier coup de ciseaux, avant d’en faire gaiement des chiffons, dans le blanc manteau d’églises couvrant la France dont parlait le moine Glaber au Xe siècle.

Les Plouagatins ne sont pas tous pratiquants, mais pas bigleux non plus.

Ils voient comme tout un chacun, parce qu’ils lisent la presse, que l’on a silencieusement retourné le sablier : pendant que l’on détruit des églises, on construit des mosquées.

source http://www.citoyens-et-francais.fr/article-a-plouagat-on-a-vote-pour-sauver-l-eglise-119843734.html

Repost 0
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 10:12

France : la dictature pépère – Par Jean-Yves Le Gallou

4 septembre 2013

Malgré les rodomontades sur la Syrie de François Hollande, qui s’est fait piéger par le recul des Etats-Unis et devient ridicule, revenons sur la situation en France avec cette tribune de Jean-Yves Le Gallou.
Novopre
ss

—————-

Le 14 juillet 2013, certains opposants à la loi Taubira ont crié « Hollande dictateur ! » : la clameur a pu paraître excessive compte tenu de la bonhomie du président de la République et de sa recherche constante du compromis.
Encore faut-il noter que cette recherche du consensus se fait sur la ligne de la plus grande pente idéologique, et que le chef de l’Etat – quel qu’il soit – inscrit sa démarche dans un Système de plus en plus verrouill
é.

A y regarder de plus près, ce qui se met en place c’est une dictature pépère à base de monopole idéologique, de confusion des pouvoirs, de médias univoques, de société de surveillance, de prise de contrôle de l’enfance, de viol des consciences et de persécutions des dissidents.

1 – Une idéologie unique : la recherche d’un monde indifférencié

Les régimes totalitaires se caractérisent par un monopole idéologique du parti au pouvoir. Notre situation est pire : derrière un pluralisme de façade, c’est celle d’une idéologie unique qui impose partout l’idée d’un monde indifférencié fondé sur le mondialisme, le libre-échangisme, la rupture des traditions, la déconstruction des identités (de sexe, de race, de culture), la culpabilisation permanente et l’antiracisme.

2 – La collusion des pouvoirs : politique, économique, médiatique

Cette idéologie unique, tous les pouvoirs se coalisent pour l’imposer : l’Etat, les collectivités territoriales, les associations subventionnées, les grandes entreprises, les médias. Les dépenses de communication et de publicité représentent plusieurs points du produit intérieur brut : une telle débauche d’argent en faveur du conditionnement de l’opinion est sans précédent historique.

3 – Des médias univoques : le canal unique

Dans les médias de l’oligarchie, du Monde à Libération en passant par Le Figaro, de Canal+ à TF1 en passant par France 2, c’est le canal unique, c’est le même message qui passe en boucle en faveur de la société multiculturelle, du capitalisme sans frontières, des guerres « justes » de « l’Empire du bien » et de l’abolition des identités dans le grand tout. A coups de désinformation, de censures, de bobards et de novlangue.

4 – La société de surveillance : Big Brother partout

La prophétie orwellienne de 1984 se réalise pleinement : les mots disparaissent, comme le mot « race » de la Constitution, d’autres mots les remplacent et une novlangue s’impose. Dans le même temps une société de surveillance se met en place : le monde est truffé de caméras et les écoutes numériques sont généralisées. Défenseur de « l’Empire du bien », Luc Rozenzweig explique dans Causeur de l’été 2013 « qu’il n’y a pas de scandale Prism » puisque « mieux vaut la NSA qu’Al Qaïda ». Il confirme ainsi implicitement l’analyse du philosophe suisse Eric Werner pour qui la montée (réelle) de l’insécurité et la mise en scène (accomplie) du terrorisme servent à justifier la mise en place d’une société de contrôle.

5 – La prise de contrôle de l’enfance

La marchandisation de la société conduit à placer les enfants (crèches, centre aérés, écoles) et les grands vieillards (foyers médicalisés) dans des structures collectives. Cela facilite l’endoctrinement du berceau à la tombe. Dans les EPHAD (établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes), des psychologues forment les personnes âgées aux « nouvelles valeurs ». Dans les crèches et les écoles la consigne officielle est de nier les différences de sexe et d’enseigner la « théorie du genre » dès l’école primaire, voire maternelle. Pour faire bonne mesure, le ministre de l’Education Vincent Peillon, homme de secte s’il en est, préconise diverses mesures pour couper les liens des parents avec leurs enfants et leur école : semaine de 5 jours pour décourager les femmes de s’occuper de leurs enfants le mercredi, bannissement des devoirs à la maison.

6 – La persécution des dissidents

Le but du système est clair : produire un type d’homme conforme d’où les dissidents sont bannis des médias et marginalisés, voire licenciés, dans les entreprises et les administrations. La règle qui s‘applique dans les faits est celle du « Berufsverbot » créé par les nazis et repris par la République fédérale d’Allemagne : les militants identitaires Damien Rieu et Benoît Couëtoux, victimes d’interdits professionnels pour avoir contesté la construction de mosquées, en sont les exemples vivants.

7 – La prison pour les mal-pensants

D’autres hommes ont connu la prison exclusivement en raison de leurs opinions : Nicolas Bernard-Buss, détenu 20 jours en raison de son opposition à la loi Taubira ; Esteban Morillo, détenu préventivement depuis trois mois pour « délit de sale crâne » et de « sales idées » alors qu’il a agi en état de légitime défense face à l’agression dont il a été victime de la part d’un militant d’extrême gauche ; le révisionniste Vincent Reynouard, qui a passé un an en prison en 2010 simplement pour avoir diffusé un opuscule de 16 pages aux idées jugées, il est vrai, « nauséabondes ».

La question n’est pas ici de savoir si on partage ou non les engagements de ces militants-là, ni si leurs idées sont sympathiques ou odieuses, mais de constater la réalité : en France il y a des prisonniers politiques, c’est-à-dire des gens emprisonnés en raison de leurs opinions.

Et d’ailleurs les maires qui, en conscience, veulent refuser de procéder à des parodies de mariage entre paires homosexuelles risquent cinq ans de prison ferme. N’est-ce pas là aussi du délit d’opinion et du viol de conscience ?

8 – Un arsenal répressif considérable

Soyons clairs : le Système dispose d’un arsenal répressif considérable (lois Pleven, Gayssot, Taubira, Perben, notamment) : s’il n’y a pas plus de détenus politiques en France ce n’est pas parce que le régime est pépère c’est parce que beaucoup d’opposants le sont. Au fond, si nous vivons dans une dictature pépère, ce n’est pas tant parce que ceux qui l’exercent sont débonnaires, c’est parce que ceux qui s’y opposent sont bien prudents. Et surtout parce que ceux qui devraient soutenir les libertés politiques – en France, pas au Kamchatka – préfèrent souvent détourner les yeux.

Et pourtant nul ne devrait transiger avec la défense de nos libertés. Les pouvoirs totalitaires ne sont forts que de la lâcheté de leurs opposants et de leur manque de solidarité les uns vis-à-vis des autres.

Face à la dictature pépère une seule attitude possible : unité, solidarité !

Jean-Yves Le Gallou
29/08/20
13

Voir aussi (articles Polémia) :
« Ne vous approchez pas des fenêtres/ Indiscrétions sur la nature réelle du régime »
L’avant-guerre civile
Evolution des libertés en France : Cent restrictions en quarante ans
Incarcération de Nicolas : la République totalitaire
Presse totalitaire : l’exemple de la mosquée d’Angers
On ne fait pas la révolution avec des gens b
ien élevés !

Repost 0
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 09:56

JEUDI 5 SEPTEMBRE, PAR COMITÉ DE RÉACTION

[SYRIE] Communiqué et manifestation contre l’intervention militaire

Nos amis de Nouvel Arbitre publient un communiqué du Collectif contre la guerre en Syrie, exprimant une ferme opposition à une intervention militaire en Syrie.

Extraits :


Parce que le prétexte avancé de l’utilisation des armes chimiques par le gouvernement syrien n’est pas encore prouvé Autour de cette guerre règne une désinformation constante, de la part d’acteurs (gouvernement américain, islamistes radicaux, Arabie
Saoudite, Qatar et même France) dont on ne peut pas dire que la sincérité et la transparence soient la règl
e.

Au contraire, plusieurs falsifications d’ampleur, dont au moins une a conduit à la guerre d’Irak, ont jalonné l’histoire américaine et française.

Autant de forgeries révélées sur le tard, une fois le mal fait.

Les déclarations des rebelles sont évidemment sujettes à caution, les révélations des
gouvernements américains et français sont forcément suspectes, et il est nécessaire d’attendre les conclusions des enquêteurs indépendants (qui d’ailleurs faisaient déjà état de rumeurs sur l’utilisation de gaz par la rébellion dès mai 2013
).

[...]

Parce que combattre le régime syrien, c’est favoriser l’expansion du terrorisme islamique.

Ce qui est en jeu, en ce moment, en Syrie, n’est pas le combat du bien syrien contre le mal syrien, des valeureux rebelles syriens contre leur infect dictateur syrien.

Ce qui est en jeu, c’est la stabilité d’un régime qui refuse le terrorisme islamiste, apatride, qui refuse de laisser place à ceux qui ont tenté de prendre le pouvoir en Algérie, au prix de milliers de victimes, qui ont tenté de prendre le pouvoir en Egypte, et qui, partout où ils se sont installés, ont installé la pauvreté, l’obscurantisme et la barbarie de la charia.

La France a-t-elle intérêt à favoriser l’installation politique d’une régime terroriste ?

Oui, s’il s’agit de complaire au Qatar et à l’Arabie Saoudite, qui financent le terrorisme.

Non, s’il s’agit de défendre la stabilité de la région, même si elle est fragile.

Au nom des droits de l’homme et de la démocratie, on veut abattre un régime qui sera remplacé par les pires ennemis de ces droits et de cette valeur : est-ce logique ?

[...]

Par pure idéologie, et par un dramatique opportunisme, Hollandouille est prêt à engager la France, ses soldats et son peuple dans une bataille dont l’issue est plus qu’incertaine, dont les bénéfices sont inexistants, dont les dangers sont réels et dont les conséquences ont toutes les chances d’être néfastes.

Voilà pourquoi nous refusons la guerre avec la Syrie.

Collectif Non à la Guerre en Syrie

Soutenu par :

Le Rouge et le Noir, Nouvel Arbitre, Aymeric Chauprade, Jacques de
Guillebon, Paul Marie Couteaux, M° Frédéric Pichon, Béatrice Bourges,
Daniel Ha
m
iche

http://www.lerougeetlenoir.org/les-breves/syrie-communique-et-manifestation-contre-l-intervention-militaire

Repost 0
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 09:08
  • Aurelien Petit Dessaux
  • Je voulais vivement revenir sur certains aspects suite à ma publications de l'autre jour relative à Philippot , afin d'apporter quelques éclaircissements…

    En effet , c'est une évidence le FN fait fausse route et je le dis clairement , jamais nos idées ne pourront être incarnées par madame Le Pen et ses amis , la véritable alternative sera menée par ceux qui ont refusés de se soumettre au dogme marinisme , ''les dissidents '' en particulier le parti de la France avec notre président Carl Lang et nos alliés du RF , OF , et
    c …

  • Quand on entend ces fameux cadres du RBM Collard , Philippot madames le Pen , on peut constater comme un paradoxe :
    Ils sont sans cesse en train d' insister sur les aspects de démocratie , de république , de laïcité par leur discours , ils prennent plaisir à voir les mouvements nationalistes être dissout et se s'en désolidarisent
    .

  • On ne comprend pas très bien le sens ne serait ce l'aspect électoraliste … C 'est bien maladroit et ridicule .
    Comment se différencier des autres , incarner l'espoir et le renouveau national si c'est pour penser comme ce qu'elle appelle '' l'UMPS ''
    ?

  • A quoi est t'il bon de dénoncer le système , vouloir être l'unique recours à celui ci pour penser pareil ?
    A quoi est t'il bon d'abdiquer devant ce qui est à la cause des maux de la nation et de notre peuple ?
    En rien ce front mariniste incarne la droite nationaliste ni une alternative crédible
    .
  • C'est une impase de protestation populaire qui sert à ce même système .

    Leurs discours en atteste , ils se préoccupent davantage des institutions dites '' démocratiques '' , de la république universelle comme dogme indépassable , de ces valeurs dites ''vertueuses '' de faire bonne figure devant leurs prétendus ennemis par du reniement ; qu'ils n'ont d'ambitions pour la patrie , la famille, la religion catholique, l' entreprise, la nation, le redressement économiqu
    e .

  • Il est totalement inconcevable de tenir un discours de la sorte (ultra républicain) comme l'a fait Philippot , comme le fait madame Le pen quand on entend s'opposer au système , à moins d'avoir abdiqué et changé ce qui est sans doute le cas ...

    Comme dirait notre ami Philippe Ploncard d'Assac le nationalisme ne peut subsister face à l'escroquerie démocratique qui n'a de démocratique que le non puisqu'il nous interdit de nous exprimer
    .
  • C'est bien ce système qui a institutionnalisé une nouvelle morale , déplacé les limites du bien et du mal , livré la France au dogme mondialiste , ouvert les frontières et condamne , repressionne à tout va les opposants au bien pensant .

  • A titre d'exemple le patriotisme est perçu comme discriminant (racialement ) , la méritocratie discriminante (socialement ) , l’opposition au mariage homo (homophobe ) .
  • Des termes qu'on entend souvent par Philippot .'' je ne suis pas homophobe , raciste etc ''

    On ne peut construire l’alternative sur des bases malsaines ,( celles de nos adversaires) , des ennemis de la Franc
    e .

  • D'ailleurs , le système dit '' démocratique ''a toujours servi à ceux qui ruinent et détruisent la France élaboré par eux pour eux pour leur intérêts .

  • Comment peut on parler de démocratie quand on sait que les médias soumis aux banques , indirectement au politique ont pour mission de manipuler le grand public ?
  • ,Comment peut on parler de démocratie quand le régime en place censure la liberté d' expression des opposants à un système , ou à une loi ?
  • Comment peut on parler de démocratie quand on sait que certains candidats pourtant tout à fait crédibles et légitimes ne peuvent participer aux élections présidentielles ?

  • Comment peut on accepter cette démocratie qui détourne les soient disant libertés octroyées au peuple à des fins méprisantes et totalitaire ?

    A méditer .
    ...

https://www.facebook.com/aurelien.petitdessaux/posts/198034290374054​

Repost 0
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 08:30

> > > > La grosse GIFLE !

> > > > Lisez bien jusqu'au bout, c'est un pur délice !

> > > >

> > > > Cette réaction de Charlie Hebdo est rare et c'est très bien écrit !

> > > > Dès qu'eux-mêmes sont touchés, c'est plus la même chanson !

> > > > Il y a donc, de l'espoir...

> > > >
> > > Lettre de Charlie Hebdo à M. Mohammed Moussaoui, Président du C.F.C.M (Conseil Français du Culte Musulm
an)

> > > > Pour une fois, de la part de Charlie-Hebdo...

> > > >

> > > >
> > > Monsieur Moussao
ui,

> > > >

> > > > La Publication du Numéro de "Charlie Hebdo" représentant Mahomet vient de donner lieu une fois encore à des Représailles lamentables de la part d'individus décidément bien peu éclairés que, au titre de Président du C.F.C.M, vous avez le Devoir de canaliser .

> > > > Dans "Le Monde" paru ce Mercredi vous affirmez ne pas voir de lien entre les Elections en Tunisie et en Libye et l'Outrage caricatural nous rappelant tant bien que mal ce qu'est la Charia, ou tout au moins sa partie la plus spectaculaire pour le Citoyen Français de base peu au fait de ce qui se passe sur son Sol.

> > > >

> > > > Je vous tiens pour quelqu'un d'intelligent et de cultivé.
> > > Vous devez donc savoir qu'en France la Caricature est une Tradition très ancienne et un Art très prisé, qu'aucun Sujet n'y échappe et surtout pas un Sujet d'Actualité, et l'Instauration de la Charia sur un Sol resté longtemps Laïque est un Sujet suffisamment grave et inquiétant pour ne pas faillir à la Règle. La Charia , l'Islam, n'ont pas à faire exception à cette Règ
le.

> > > >
> > > La Charia est un Système Archaïque fondé il y a 14 Siècles, profondément odieux, sexiste, rétrograde, discriminant et antidémocratiq
ue.

> > > > Dénoncer ce Système par la Caricature est un Procédé visant à en montrer toute l'Abjection.

> > > >
> > > Condamner la Charia, Monsieur, est un Acte de Salubrité Publique nécessaire à la Démocratie dont vous profitez puisque c'est en France que vous vivez en toute Liber
té.

> > > >
> > > Jouiriez-vous de la même Liberté au Maroc ou en Algéri
e ?

> > > > J'en doute fort, sinon comment expliquer la Présence aussi énorme de Marocains abandonnant le Maroc ou l'Algérie pour la France ?

> > > > C'est bien que l'air y est plus doux et plus libre ici.

> > > >

> > > > Cette Charia, prônée par Le Coran et faisant Partie intégrante de l'Islam (le Coran est la Base de l'Islam, l'Islamisme n'en étant que son Expression la plus spectaculairement virulente), il est hautement souhaitable de s'en inquiéter, d'autant qu'une bonne partie de ceux qui ont permis ce Désastre antidémocratique vivent sur notre Sol et que des Elus « dhimmis » comme les nomme votre Dogme, appellent de leurs voix le Droit de ces Promoteurs Chariamistes de se présenter à des Elections avec les Conséquences terribles qu'on imagine.

> > > >
> > > Vous déclarez que « Pour les Musulmans, le simple fait de caricaturer le Prophète est, en soi, inacceptable et blessant
».

> > > > Blessant, je le conçois, mais inacceptable ?

> > > >
> > > Ce qui est inacceptable, c'est d'Interdire le Divorce, "y compris en Franc
e."

> > > >
> > > Ce qui est inacceptable, c'est d'Autoriser la Polygamie, "y compris en Franc
e."

> > > > Ce qui est inacceptable, c'est de Considérer que la Femme est inférieure à l'homme,

> > > > " y compris en France."

> > > >

> > > > Ce qui est inacceptable, c'est d'Enfermer les Femmes sous des Linceuls noirs, "y compris en France" .

> > > > Ce qui est inacceptable, c'est de Refuser à la Femme d'épouser l'homme de son choix, pour lui faire épouser celui que sa famille a choisi pour elle, "y compris en France".

> > > > Ce qui est inacceptable, c'est qu'il existe un «Conseil Européen de la Recherche et de la Fatwa décrétant les Fatwas ayant pour Vocation d'être appliquées en France».

> > > >
> > > En France, Aucune Loi ne punit le Blasphème, comme l'a d'ailleurs démontré la récente Affaire du Coran brûlé, et qui a vu la relaxe de l'Incendiai
re.

> > > > En conséquence en France, Monsieur Moussaoui, il est permis de brûler un Coran si on le souhaite, et de Caricaturer et de se moquer d'un Prophète, fût-il le vôtre.

> > > >

> > > > Les différentes Manifestations Hostiles à cette Publication de Charlie Hebdo n'ont pas manqué de fleurir sur les Forums, certains insultant copieusement les Français, d'autres réclamant à grands Cris des Caricatures de « juifs de 40 », ce qui semble assez loin de votre souhait d'un «désaccord exprimé dans le Respect des Lois et de l'Intégrité des personnes »

> > > >
> > > Vous devriez d'ailleurs rappeler à vos Coreligionnaires si bienveillants et aimants envers les Citoyens qui les accueillent, que la Fête de l'Aïd el-Adha qu'ils vont fêter dans quelques jours est un vibrant Hommage à Abraham, un Juif... même si vous l'appelez Ibrahi
m !

> > > > À mon avis, certains doivent ignorer ce Détail au vu du niveau intellectuel remarquablement bas de leurs Commentaires.

> > > > Dans votre interview, une phrase m'interpelle tout particulièrement : «Dans le même temps, ils doivent accepter et comprendre que dans nos Sociétés le Rapport au sacré n'est pas le même pour tous».

> > > > J'aimerais savoir de quelle Société vous parlez ?

> > > > * Est-ce la Société Musulmane ,
> > > * Est-ce la Société Française ,
> > > * Est-ce la Société Maroc
aine ?

> > > > * Est-ce la Société Algérienne ou Tunisienne ?
> > >
> > > Si c'est la Société Marocaine ou Algérienne, c'est que vous ne vous sentez pas Fra
nçais.

> > > > Si c'est la Société Musulmane ou Algérienne, c'est que vous ne vous sentez pas Démocrate

> > > > et si c'est la Société Française , je vous rappelle qu'elle n'a aucun Rapport au Sacré puisque séparée du Religieux, depuis qu'une célèbre Loi de 1905 en a décidé ainsi, ce que manifestement, malgré votre Récente Naturalisation, vous ne semblez pas avoir encore bien intégré.

> > > >

> > > > D'ailleurs, dans votre Document répertoriant les différents Abattoirs pour l'Aïd, vous illustrez parfaitement la difficulté que vous et vos Coreligionnaires avez à vous considérer comme des Citoyens Français à part entière puisque vous adressez vos vœux aux «Musulmans de France» et non pas aux FrançaisMusulmans.

> > > >
> > > Je vous invite donc, Vous et vos Coreligionnaires «de France», à vous interroger sur votre Rôle dans notre Société Française, sur votre Capacité à adhérer à nos Valeurs Laïques et Démocratiques, et sur votre Capacité à pratiquer l'Auto-Dérision; car décidément, je vous trouve très coincés du turban et de la babouc
he.

> > > > J'attends avec impatience, votre Rapport sur les Actes Islamophobes que vous avez recensés, et ne manquerai pas de compiler de mon côté, les Actes Francophobes que je me ferai un plaisir de vous transmettre à mon tour.

> > > > Par ailleurs, en cherchant (vainement) vos Coordonnées, je tombe à l'instant sur un Article du site c.f.c.m.t.v, particulièrement insultant pour les Citoyens Français.

> > > > Je suis très choquée par les Relents de Xénophobie teintée de racisme, de cet Article dans lequel il est question de la France qualifiée de «République malade et satanisée», de «protection bienveillante d'un Pouvoir Occulte, «qui trouve toute sa Jouissance dans le Spectacle du malheur d'une Frange indésirée de sa Population», de «la France victime de son arrogance et de son orgueil ».

> > > > En tant que Représentant des Musulmans en France, vous seriez bien inspiré de veiller à ce que le Pays qui vous accueille, et qui vous a accepté comme Citoyen, ne soit pas insulté et traîné dans la boue par votre Communauté, car si la Loi sur le Blasphème n'existe pas, la Loi sur la Diffamation existe bel et bien.

> > > > Je vous prierai donc de faire en sorte, que cet Article injurieux soit rectifié, afin de ne pas créer davantage de tensions.

> > > > Veuillez agréer, Monsieur MOUSSAOUI, mes salutations définitivement laïques.

Source : Caroline Alamachère.

Merci Jacques G.

Repost 0
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 08:18

Violence : les territoires perdus de la fonction publique

Après les flics, le ras-le-bol des profs et des hospitaliers

Publié le 03 septembre 2013 à 9:00 dans Société

En France, cet été, les menaces et les agressions n’ont pas seulement touché les buralistes et les joailliers.

On constate une hausse générale des violences contre les fonctionnaires, tous services confondus. Il y a fonctionnaire et fonctionnaire, ceux qui sont en première ligne et les autres.

L’augmentation la plus significative concerne les services hospitaliers qui enregistrent un accroissement de 80% du nombre d’agressions sur les cinq dernières années. Pis, sur deux ans, les violences physiques se sont accélérées. La brutalité essaime.

Désormais, les infirmiers et les médecins ne sont pas seulement agressés dans les Urgences des zones sensibles. Les hôpitaux de Province sont aussi atteints par cette envolée.

La ville de Valence a depuis peu engagé des vigiles qui surveillent les entrées et les sorties du centre hospitalier. Ils interviennent

fréquemment pour maîtriser certains patients et les membres hystériques de leur famille. Comment réagir quand soigner un accidenté de la route en état de mort clinique, admis en réanimation, ressemble à un parcours du combattant parce que la famille remet en cause la compétence de l’équipe soignante ? Eux, ils savent mieux, eux ils ont vu ça sur internet.

Alors, comme ces citoyens modèles menacent de revenir plus nombreux la prochaine fois et de démolir du matériel, on cède, et on finit par faire de nouveaux examens inutiles aux frais du contribuable.

C’est que pour certains citoyens la parole du fonctionnaire n’a plus de valeur.

Partout, la violence devient une norme. Elle est légitimée même par ceux qui la perpètrent.

Pour occulter ce malaise grandissant, on alimente les idées reçues.

Cela rassure le citoyen lambda affalé dans son canapé que l’on conforte dans ses opinions.

Le fonctionnaire râleur par essence n’a plus le droit de se plaindre, il a des vacances, un CDI, la sécurité de l’emploi, un salaire assuré à chaque fin de mois. Tout va bien, il est sorti d’affaire, il n’a plus qu’à vivre heureux.

Malheureusement, les jeunes qui entrent dans la fonction publique s’aperçoivent très vite que le job a changé. A présent, il s’agit de maintenir la paix civile en faisant d’eux des « ambianceurs ». Il s’agit d’atténuer la ruine par l’animation.

Les profs ne délivrent plus des savoirs, les jeunes policiers arrêtent le moins possible les malfrats, les jeunes juges ne sanctionnent plus, tous dialoguent, tous négocient avec des citoyens effrontément sans complexe qui éructent ou les tabassent parce qu’ils n’obéissent pas à leurs desiderata. Si 75% des 18-25 ans rêvent de devenir fonctionnaire pour éviter la précarité, ils déchantent vite une fois en poste.

L’enthousiasme des jeunes étudiants bercés par une idéologie soixante-huitarde s’essouffle au bout de la première année de plein exercice.

Pourtant, sur le papier celle-ci était magnifique, elle leur promettait qu’ils contribueraient à offrir la même chance à tous de réussir et de trouver sa place dans la société.

Cette promesse républicaine, absolument centrale et à laquelle tous les Français sont profondément attachés, ils ne peuvent la tenir.

Non par manque de compétence ou d’expérience – même les plus expérimentés prennent la fuite- mais parce qu’ils se rendent compte qu’ils se retrouvent dans la cale du navire France alors que par, leurs efforts, ils pensaient prétendre au moins à la seconde classe.

En cela, la dévalorisation du métier d’enseignant et plus généralement de la fonction publique justifie un double désamour, à la fois celui des élites pour qui travailler dans la petite fonction publique, c’est déchoir, et en même temps de certains citoyens issus de l’immigration pour qui ils représentent un ordre et des valeurs républicaines qu’ils refusent de respecter. Le choc est immense, le marasme également.

Ce n’est pas un hasard si les violences envers les fonctionnaires ne font qu’augmenter, elles marquent l’impuissance des classes dirigeantes à traiter le problème.

Le lien se délite peu à peu et la fracture entre les territoires s’amplifie.

Comment veut-on qu’un jeune policier s’épanouisse dans son métier, qu’un jeune enseignant se fasse respecter de sa classe, quand on a pu voir cet été à quel point l’autorité de l’Etat n’existait plus ? La crainte de troubler la paix civile prime sur tout le reste.

Aujourd’hui, être fonctionnaire, c’est jouer les tampons entre la population des quartiers et le reste de la population française.

C’est faire face à une sécession qui ne dit pas son nom, c’est prendre les coups tout en faisant du social, encore et toujours, alors que cela ne fonctionne pas. Pourtant, on continue de commander des sondages, on fait mine de s’étonner, on cherche une explication. Ainsi, selon la récente enquête du Parisien-Aujourd’hui en France, 58% des profs estiment manquer de considération, ils sont 80% chez les plus jeunes.

Cela est révélateur de la déchéance sociale globale qui mine les fonctionnaires. Cela n’empêche pas ce journal de titrer plaisamment la publication de ce sondage « Les Profs ont besoin d’amour », allusion railleuse au titre de Lorie et clin d’œil appuyé en direction des lecteurs : « Toujours en train de se plaindre, ceux-là ! ».

De fait, ricaner s’avère bien utile pour occulter non seulement des souffrances individuelles mais aussi et surtout celles de la République.

Sous l’impulsion d’une hiérarchie qui distille des discours en décalage total avec la réalité du terrain, les fonctionnaires, représentants de l’ordre républicain, n’ont plus aucune autorité parce qu’on les a en dépossédé.

Dès lors, les abus se multiplient. Face à cette sape quotidienne, ils sont totalement désarmés. Et, ils ont le sentiment d’un grand abandon qui provient à la fois d’un manque criant de soutien de leur hiérarchie qui les pressure pour avoir des résultats rapidement, quitte à enjoliver la réalité, et du manque de reconnaissance des citoyens lambda qui les considèrent comme des privilégiés qui n’ont pas à se plaindre parce que c’est pire dans le privé.

Parmi eux, certains esprit chagrins se félicitent même qu’ils en bavent.

Alors, ces jeunes fonctionnaires finissent par s’apercevoir qu’ils sont devenus de la chair à canon que l’on a envoyé sous le feu et qu’il n’y aura pas de renfort.

L'AUTEUR

Lydie Marion

Source et publication: http://www.causeur.fr/insecurite-fonctionnaires-hopital,23940

ET AUSSI

Marseille : « On demande l’armée au bloc opératoire… »

Le 6 septembre 2013

Ah, Marseille ! Cette fois, l‘affaire vient d’être révélée par La Provence, mais elle date un peu.

Les faits se sont déroulés dans l’hôpital Nord il y a trois semaines. Ce n’est pas la faute du canard s’il sert du réchauffé, mais celle des victimes qui, par peur des représailles, ont préféré se taire.

Le professeur Thomas, éminent spécialiste de la greffe pulmonaire, témoigne : « Dans la nuit, un patient est sorti de sa chambre et a fait irruption dans les couloirs du service, un revolver à la main. Il interdisait à quiconque d’entrer ou de sortir de l’unité, menaçant de buter le premier qui désobéirait ou qui donnerait l’alerte. »

Il avait été opéré d’une blessure par balle reçue dans un bar lors d’un règlement de comptes. « Il était convaincu que ses agresseurs le cherchaient partout dans l’hôpital pour l’exécuter. Alors il s’est fait amener une arme par un ami à lui. »

La prise d’otages a pris fin grâce à l’intervention de la police.

L’individu a été appréhendé mais a pu repartir libre, son arme n’a pas été retrouvée. Tout est bien qui finit bien. Plus de peur que de mal. Beaucoup de bruit pour rien.

C’est en substance ce que disent Jean-Claude Gaudin, maire UMP de Marseille, Jean-Michel Budet, directeur adjoint des hôpitaux de Marseille, Marie-Arlette Carlotti, ministre déléguée aux Personnes handicapées, et Manuel Valls en personne.

Pour le premier, il ne faut pas « dramatiser » : « Avant de dramatiser cette situation, je demanderai surtout pourquoi les infirmières n’ont pas voulu le dire. » C’est peut-être elles, au fait, qu’il faudrait sanctionner ?

Ben alors, les filles, ça veut dire quoi, ça ? Vous ne voyez pas que vos postures de trouillardes font peur aux braves gens ?

Pire, leur laissent entrevoir la « vraie » situation à Marseille ? À moins qu’au contraire, il faille les féliciter.

Si, comme elles, les Français devenaient un peu plus sensés et arrêtaient de porter plainte, ce serait tout bénéfice pour les statistiques de la délinquance et donc pour les hommes politiques.

Pour les trois autres, le terme de « prise d’otages » serait très exagéré. Valls insiste : « Les mots ont leur importance. »

D’accord. On appelle ça comment, alors ? Une partie de tennis ? C’est bête, on a perdu la raquette. Avec les balles, aussi. Nadal était un peu nerveux, vous ne trouvez pas ?

Quoi qu’il en soit, Manuel Valls – qui devait sans doute être présent cette nuit-là, planqué sous un lit entre deux bassins, tant il sait mieux que tout le monde ce qui s’est passé – réfute absolument ce qu’a écrit La Provence.

Méfiez-vous des professeurs de pneumologie, hein, ils sont réputés pour être un peu mythomanes.

Audrey Jolibois, représentante syndicale de FO, visiblement plus « au contact » que ce quarteron de notables, ne semble pas, comme c’est bizarre, partager leurs délicatesses sémantiques : « Le personnel n’est plus en mesure d’assurer ses fonctions dans la sécurité. Ce type de situation devient banal ! »

Le maire PS des XVe et XVIe arrondissement de Marseille, Samia Ghali, encore plus alarmiste, réclame carrément la présence de l’armée dans les hôpitaux marseillais. « On met des militaires dans les gares, peut-être que dans les hôpitaux, c’est ce qu’on devrait faire aussi. Il n’y a rien de choquant. »

On peut aussi en mettre à la Sécu, dans les écoles, les crèches et même, allons-y, derrière chaque vieille dame.

Eux qui sont tellement nombreux, et se roulent les pouces avec ce président si peu va-t-en-guerre.

Alors évidemment, reste la police.

Qui paraît-il en a ras le pompon de ne plus servir qu’à faire la peau aux honnêtes gens.

Pour protester contre le projet de réforme pénale, Alliance, second syndicat de gardiens de la paix, a appelé les policiers à ne pas verbaliser lundi prochain.

Source et publication:http://www.bvoltaire.fr/gabriellecluzel/marseille-on-demande-larmee-au-bloc-operatoire,34805?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=89fa5f7613-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-89fa5f7613-30403221

Repost 0
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 08:14

Ce que je pense vraiment du « pacte républicain »

Publié le 03 septembre 2013 à 12:00 dans Brèves

Ce qui est vraiment bien avec le Pacte Républicain (dont Marisol Touraine parlait encore sur France Inter), c’est qu’il légitime absolument toutes les prérogatives de l’État, même les plus délirantes, même les plus dangereuses, même les plus ridicules, et cela sans la moindre opposition possible, pour la bonne raison que personne ne l’a jamais signé.

Le Pacte Républicain, comme beaucoup d’autres hochets du régime, n’a absolument aucune existence concrète, constitutionnelle ou législative.

C’est une pure fiction philosophique, une pure construction mentale, une pure mythologie politique qui n’est opérative que dans le cadre de la profession de foi.

Invoquer le Pacte Républicain est extrêmement pratique pour draper ses projets, même les plus dégueulasses, même les plus insignifiants, de vertu immaculée.

Augmenter les impôts, déposséder les gens de leurs droits, ruiner le pays, tout cela est possible grâce à l’intercession du Pacte Républicain. Et puisque c’est le Pacte Républicain (il est écrit “Républicain” dessus), génuflexion générale et onction sans ciller.

J’aimerais bien que l’État s’occupe de ce qui le regarde, qu’il laisse aux religions le champ de l’irrationnel, de la foi et de la philosophie philosophante, et qu’il cesse ses boniments de Grand Mage de l’Égalité et du Bonheur Citoyen.

Ou alors qu’il nous fournisse réellement un papier officiel détaillant le contenu dudit Pacte, qu’on pourrait signer – ou pas, d’ailleurs – et en vertu duquel on pourrait exercer son opposition aux politiques menées si elles s’en écartent.

Mais bon, quand je vois ce que fait l’État des votes des gens et des pétitions historiques de 700.000 personnes qui finissent dans la poubelle, je me dis que j’ai raison de penser ce que je pense du concept même de République.

Pierre Joncquez

source et publication: http://www.causeur.fr/pacte-republicain-marisol-touraine,23952

Repost 0