Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 septembre 2013 2 24 /09 /septembre /2013 17:29

Valéry Van Batten https://www.facebook.com/?ref=tn_tnmn

En 2002, et celà depuis 1983 (j'avais 13 ans), j'étais resté fidèle au FN, mais franchement, je ne vois pas comment quelqu'un de sensé peut encore croire que le FN de l'époque est le même qu'aujourd'hui !

D'ailleurs, même les médias n'y croient plus. Ce n'est pas pour autant que la ligne du FN s'est améliorée.

Elle devient complètement floue, jouant sur tous les tableaux de manière démagogique:

1) Pour faire plaisir à la gauche, on dit qu'on est "ni droite ni gauche" alors que JMLP disait être fier d'être de droite

2) pour faire plaisir aux francs macs, on s'accoquine avec un avocat qui a mangé à tous les rateliers

3) pour faire plaisir aux homos, on nous impose le calamiteux Philippot et l'écoeurante Myrtil

4) pour faire plaisir aux bouffeurs de curés, on ne jure plus que par la laïcité (ce n'était pas comme ça avec le menhir)

5) Pour faire plaisir aux gens de couleur, on organise un "comité de soutien" exclusivement composé de noirs et d'arabes

6) Pour faire plaisir aux auditeurs de Nostalgie, on se ridiculise à chanter du Dalida

7) Pour faire plaisir aux antifas, on fait des procès à Rivarol, à l'Oeuvre Française, et on vire tous ceux qui sont trop "natios"

8) Pour faire plaisir aux assistés professionnels, ont veut monter les impôts (alors qu'avant le FN voulait la suppression de l'ISF et de l'impôt sur le revenu

9) pour rassurer les médias, on ne dit plus qu'on veut inverser l'immigration mais juste un peu diminuer (progressivement, Cf le programme de MLP aux présidentielles) le nombre d'étrangers rentrant en France.

10) pour faire plaisir au Lobby "qui n'existe pas, on devient un fervent défenseur de la politique israélienne.

Ce ne sont que quelques exemples (tous vérifiables) qui prouvent de façon évidente que le FN d'aujourd'hui n'est plus qu'un bidule démagogique sans aucune colonne vertébrale.

Repost 0
24 septembre 2013 2 24 /09 /septembre /2013 15:58

Coglès (35). Braquage dans un tabac-épicerie, le patron blessé

Hier dimanche, deux hommes cagoulés, dont un armé, se sont introduits dans le tabac-épicerie de Coglès, près de Fougères (Ille-et-Vilaine).

Ils sont repartis avec des paquets de cigarettes.

Le gérant du commerce a été blessé.

Il était environ 20 h 45, hier : le patron de la petite épicerie de Coglès, située à deux pas de l’église, s’apprête à fermer sa boutique quand deux hommes, vêtus de cagoules, et l’un armé d’un revolver, pénètrent dans son établissement.

Le gérant du tabac, âgé de 79 ans, s’est couché sur le sol de son salon, en recevant un coup de crosse de revolver à hauteur du front.

Lorsqu’il est entré dans l’épicerie, des paquets de cigarettes avaient été dérobés et les hommes s’étaient enfuis.

Hospitalisé

Le patron, en état de choc, a été transféré pour examen au centre hospitalier de Fougères. Il a pu rentrer chez lui dans la nuit.

La brigade de recherche de la gendarmerie ainsi que des techniciens en intervention criminelle de Rennes sont venus sur place hier soir. Les enquêteurs n’excluent aucune piste.

http://www.ouest-france.fr/actu/actuDet_-Cogles-35-.-Braquage-dans-un-tabac-epicerie-le-patron-blesse_40796-2231538_actu.Htm

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Gaïa pour www.Dreuz.info

- See more at: http://www.dreuz.info/2013/09/cogles-35-braquage-dans-un-tabac-epicerie-le-patron-blesse/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+drzz%2FPxvu+%28Dreuz%29#sthash.DDdKDrjG.dpuf

Repost 0
24 septembre 2013 2 24 /09 /septembre /2013 10:07

Marine Le Pen en meeting à Rennes le 26 octobre

Publié par : admin 23 septembre 2013 dans Politique Laisser un commentaire

23/09/2013 – 15H00 Rennes (Breizh-info.com) - Marine Le Pen sera en meeting à Rennes le samedi 26 octobre.


C’est donc en Bretagne que la présidente du FN entamera sa tournée de campagne pour les municipales et les européennes de 2013.

Une destination qui peut paraitre surprenante, au regard des faibles résultats du Front National dans les 5 départements bretons lors des dernières élections.


Si la Bretagne a longtemps été une terre de mission pour le FN, on assiste en réalité, depuis plusieurs années, notamment dans certaines zones rurales, à une montée en force des idées frontistes et du vote d’adhésion à Marine Le Pen.

La crise qui frappe de plein fouet l’agroalimentaire, mais aussi les producteurs de lait, n’est sans doute pas sans rapport avec ce qui pourrait apparaitre dans les prochains mois comme une percée du Front National en Bretagne.


Il est également à noter les Bretons sont désormais touchés massivement par des maux qu’ils ne connaissaient pas précédemment, et sur lesquels bien souvent ils ne voulaient pas ouvrir les yeux : explosion de l’immigration, trafic de drogue, cambriolages, insécurité grandissante, familles modestes délogées au profit d’étrangers, concurrence à l’emploi, etc., phénomènes qui font prospérer le vote frontiste.


Difficile de prédire aujourd’hui les scores que feront les listes FN ou RBM en Bretagne pour les élections municipales et européennes à venir.


Une chose parait néanmoins évidente : le discours centralisateur tenu par la fille de Jean-Marie Le Pen, opposée d’une part aux autonomies régionales et à la décentralisation et d’autre part à la construction européenne, hostile également à l’affirmation des langues régionales, pourrait être un frein sérieux auprès des électeurs bretons.

Ceux-ci restent en effet encore massivement attachés à l’idée d’enracinement régional et d’ouverture européenne, comme l’indiquaient notamment les derniers sondages du magazine Bretons.


[cc] Breizh-info.com, 2013, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

http://www.breizh-info.com/actualite-politique/535-marine-pen-rennes-samedi-26-octobre/

Repost 0
24 septembre 2013 2 24 /09 /septembre /2013 09:59

[Exclusif] Violente agression à la gare de Rennes : un homme roue de coups sa femme en public

Publié par : admin 23 septembre 2013 dans A La Une, La Bretagne Orange Mécanique

23/09/2013 – 19H15 Rennes (Breizh-info.com) -

La scène s’est déroulée à Rennes, ce Lundi 23 septembre, en plein dans la gare SNCF : un homme d’origine africaine, après avoir professé une série de violentes injures à l’encontre de sa compagne, l’a littéralement rouée de coups, sous les yeux de nombreux témoins qui ont assisté à la scène sans réagir.

Seul un seul homme a eu le courage d’intervenir afin de neutraliser l’agresseur, avant que la police n’arrive.


La victime, choquée et blessée, a été évacuée par les pompiers vers l’hôpital le plus proche sans que l’on sache dans quel état elle se trouve à l’heure actuelle.

Son agresseur a été immédiatement interpellé par la police. Nous avons retrouvé la personne qui est intervenu pour défendre la victime.

Il a bien voulu répondre à nos questions.

Breizh-Info : Que s’est il passé ce midi, gare de Rennes ? Pouvez-vous décrire les faits ?


J. : »Alors que je sortais du métro, j’ai vu un homme de type africain prendre celle qui paraissait être sa compagne de type caucasien par la gorge et les cheveux en criant.

Je n’ai pas entendu ce qu’ils se disaient, choqué par la violence des gestes et des propos. En m’approchant j ai regardé autour de moi pour voir si des policiers ou des agent de sécurité de la gare étaient présents ou si quelqu’un d’autre s’inquiétait de la situation.

je n’ai pu que constater que malgré la présence de nombreuses personnes, aucune réaction ne se faisait sentir.
J’ai donc accéléré le pas afin de m’interposer. Le temps que j’arrive, l’agresseur s’était littéralement jeté sur la femme en lui assénant des coups de poing au visage et des gifles en hurlant des propos incompréhensibles, dans une langue étrangèr
e.


Par réflexe, je me suis jeté sur lui en le frappant à la tête et aux côtés afin de lui faire lâcher prise.

Après avoir réussi, de nombreuses personnes sont ensuite arrivées pour ceinturer l’agresseur.

La victime était inconsciente quant il a lâché prise. La police de la gare est arrivé juste après et a interpellé directement cet individu.

La femme et son petit garçon, qui ne devait pas avoir plus de 5 ans, ont été transportés à l’intérieur de la gare afin de les mettre à l’abri. »

Breizh-Info : Aviez-vous déjà assisté une agression de ce type auparavant ?


J. : « C’est la première fois que je vois une agression de ce genre depuis que je suis à Rennes

. Je n’avais jamais vu un homme frapper si violemment une femme auparavant.
Un policier m’a ensuite demandé de lui décrire la scène
.

J »ai laisser mon identité à cet agent et lui ai précisé que je me tenais à leur disposition s’ ils avait besoin de mon témoignage.

J’ai également voulu demander des nouvelles de la victime, mais elle avait déjà été évacuée par les pompiers.

Je ne comprends pas comment une foule aussi nombreuse a pu demeurer sans réagir devant cette agression d’une violence rare.

Si un groupe était intervenu dès le début, la victime n’aurait pas pu être tabassée à ce point. »

source et publication: http://www.breizh-info.com/actualite-orange-mecanique/556-violente-agression-gare-rennes-homme-roue-coups-femme-en-public/

Repost 0
24 septembre 2013 2 24 /09 /septembre /2013 09:29

Syrie : Hollande va faire livrer des armes aux rebelles, pourtant acquis à l’islamisme radical

22 septembre 2013

22/09/2013 – 09h00
PARIS (NOVOpress via Kiosque courtois)
– François Hollande a réaffirmé jeudi à Bamako que la France livrerait des armes à l’Armée syrienne libre “dans un cadre contrôlé” et “élargi avec un ensemble de pays”
.

François Hollande a réaffirmé son soutien à l’opposition syrienne, qualifiée de « démocratique »dans une déclaration établie avec les représentants diplomatiques de pays aussi « démocratiques » que l’Arabie saoudite, la Jordanie et les émirats Arabes unis.

Pourtant, d’après une étude de l’institut de défense britannique, la moitié des rebelles syriens serait de tendance islamiste.

Carla del Ponte, auteur d’un rapport pour l’ONU sur les exactions en Syrie, a confirmé. 10 % des rebelles appartiennent à des groupes liés à Al‑Qaïda, et 30 à 35 % sont des islamistes convaincus.

Rappelons que les réseaux d’Al‑Qaïda sont présents au Mali où ils combattent les soldats français.

La France continue donc de servir la politique des Etats-Unis, qui fournissent eux aussi des armes aux rebelles.

Carla del Ponte a pourtant rappelé que rien n’indique la responsabilité de Bachar al‑Assad dans l’attaque chimique du 21 août, et a pointé les violations des droits de l’homme commis par des rebelles.

Cette information ne semble pas être arrivée jusqu’aux oreilles de notre belliqueux président.

Crédit photo : Parti Socialiste, via Flickr, (cc).

[cc] Novopress.info, 2013. Les dépêches de Novopress sont libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine. La licence creative commons ne s'applique pas aux articles repris depuis d'autres sites [http://fr.novopress.info/]

Repost 0
24 septembre 2013 2 24 /09 /septembre /2013 09:22

Tocqueville Magazine


LE FLASH

LE 23 SEPTEMBRE 2013

LA VENTE DU PATRIMOINE

Les 14 et 15 septembre 2013 ont pris place les journées du patrimoine en France et dans toute l'Europe.

C'était les trente ans de cette manifestation. Le public a accepté d'attendre des heures pour visiter l'Elysée ou Matignon.

Ces batiments étaient désertés par les Princes qui nous gouvernent. Moult particuliers avaient ouvert leur demeure insoucieux des possibilités de reprérage qu'ils offraient à de futurs cambrioleurs.

Le patrimoine public est sans limite connue. Il est le fruit de l'histoire et de pas mal de rapines. Son importance est une chance car sa vente pourrait donner largement les ressources nécessaires pour réparer les folies des pouvoirs successif, tant de la fausse droite que de la vraie gauche.

Cela met en lumière l'existence d'une marge de manoeuvre, encore faudrait-il que la vente respecte des conditions que nous allons voir.

Tel quel cet immense patrimoine public entraine en partie la paupérisation du peuple français. Plus l'Etat est riche plus les gens sont pauvres.

L'INVENTAIRE IMPOSSIBLE

La vente éventuelle du patrimoine public ne pourrait être une décision que d'un gouvernement de salut public ou de libération nationale.

En dehors de cette hypothèse nous risquons de voir des gouvernements de rencontre disperser les bijoux de la couronne au hasard de leur politique momentanée.

Le fruit de la vente devrait servir à éponger les dettes incroyables dues à la légèreté, la complicité et à l'avidité des polititiciens depuis si longtemps.

Ces dettes et leurs intérêts cumulés plombent littéralement l'économie française.

Ce patrimoine public peut, grosso modo, être divisé en trois catégories : les palais et batiments, les appartements et les oeuvres d'art. Nous laissons de côté les entreprises ; c'est encore une jungle pleine de trésors, mais leur vente est souvent très complexe.

Il y a environ 500 palais à vendre. L'Etat et ses démembrements détiennent 1750 monuments historiques et 12 000 châteaux.

La liste des résidences réservées au sommet de l'Etat est à peu près connue : Rambouillet, le fort de Brégançon, et bien d'autres. En regard, le Président des USA ne dispose que de la Maison Blanche et de camp David qui est plutôt tristounet.

Ce qui existe au sommet de l'Etat est démultiplié dans tous les échelons du gouvernement et du mille-feuille administratif des organismes publics ou para-publics.

A côté des palais, un rapport de l'inspection des finances a dénombré 137 507 appartements publics, chiffre dont il faut admirer la précision.

Le profit annuel moyen pour chaque bénficiaire compte tenu de leur valeur réelle locative est de 10 000 euros et, comme ils ne doivent guère payer d'impôt, cela fait 20 000 euros. En Suisse, pays riche parce que libre, seuls le Président de la Confédératon et deux conseillers fédéraux ont un logement de fonction et, ce n'est nullement un palais.

Regardons, comme il est légitime, du côté des oeuvres d'art ; l'inventaire et l'évaluation sont encore plus compliqués. Certaines oeuvres sont bien visibles dans les musées, des collections entières dorment paisiblement dans les caves de ces musées ou au mobilier national.

La gestion de tout cet ensemble a été très souvent critiquée par la Cour des Comptes sans effets tangibles. Elle a noté des disparitions inquiétantes. Ainsi, un très grand tapis de la Savonnerie avait dévalé les étages pour que sa trace soit perdue officiellement.

LES CONDITIONS DE LA VENTE

A l'idée de vendre tout ou partie du patrimoine public, les très riches cavaliers de la dépense publique inventeront de multiples arguments mensongers pour contrer le projet. Une objection probable est que des lois interdisent souvent la vente mais ce qu'une loi interdit une autre peut l'autoriser.

Quelle que soit l'immensité inconnue de l'endettement public, ce patrimone dépasse très largement cet endettement et le remboursement est le chemin nécessaire bien que non suffisant pour reprendre la route de la prospérité.

Il est impératif que les immenses fonds récoltés servent réellement au remboursement des dettes. Ils ne doivent donc nullement se perdre dans les méandres nauséabonds des déficits publics. Dès la première année il faut un surplus public ce qui existe dans beaucoup de pays.

LA DANSE DEVANT LE BUFFET

Les journées du patrimoine ont eu au moins l'intérêt d'analyser en profondeur une particularité de l'exception française. Le risque est que la classe politique ferme les yeux et poursuive comme avant.

Elle danse avec allégresse devant le buffet, les danseurs se cooptant par de multiples réseaux avec d'étranges transmissions familiales

Ils négligent gravement que dans le village global qu'est devenu la planète économique les parquets réputés les plus solides peuvent s'écrouler avec fracas.

MICHEL de PONCINS
_____________________________________________
__

RADIO-SILENCE

C'est une radio catholique libre, uniquement sur internet.

Adresse : http://www.radio-silence.org

Elle est généraliste et traite de nombreux sujets.

Écoutez Paulette Leblanc, Winfried Wuermeling, Francis Richard, Philippe Prevost, Desmarest de Maillebois, et bien d'autres.

______________________________________________________________

Repost 0
23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 16:51

Hollande : familles, je vous hais !

Après avoir agressé la famille en dénaturant le mariage, c’est à son équilibre financier que Hollande s’attaque désormais.

Dans son dernier numéro, « Impôts, insécurité : le ras-le-bol!« , Valeurs actuelles a analysé la situation fiscale de plusieurs familles françaises appartenant à la classe moyenne et les conséquences financières des calamiteuses mesures prises récemment par le gouvernement.

Voici, un graphique de Valeurs actuelles qui montre la véritable acharnement du gouvernement socialiste contre la famille :

Crédit : Valeurs actuelles - Florence Binoche

Voici, au travers de quelques exemples, illustré la violence de l’attaque fiscale en cours :

1 – Une famille avec 3 enfants et 84 000 € de revenu annuel

Bien sûr, cette famille a des revenus confortables, mais, pour autant, 32 % d’augmentation d’impôts, n’est-ce pas inacceptable quand on connait le niveau de gaspillage dans les dépenses publiques ?

Par ailleurs, inévitablement, cette famille va moins consommer aggravant ainsi la récession dans notre pays !

2 – Une famille avec 2 enfants et 66 000 € de revenu annuel

5 500 € par an, c’est effectivement un revenu de « riches » et, les « riches », Hollande ne les aime pas ! On le voit dans les faits !

Et ces chiffres ne portent que sur l’impôt sur le revenu, bien d’autres augmentations frappent en ce moment les familles et notamment la TVA.

Décidément, les socialistes ne savent faire qu’une chose : augmenter les impôts. La dépense publique est pour eux, une relique sacrée.

Ils n’y touchent pas sinon pour l’augmenter !

Source : http://www.je-suis-stupide-j-ai-vote-hollande.fr/blog/hollande-familles-je-vous-hais/

Repost 0
23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 16:44


Jean-Marie Le Pen : ma candidature défrise certains qui pensent que le FN est né avec eux, il y a deux ans


Posted on 23 septembre 2013


Les Inrocks, 20 septembre 2013, extraits:

Le Pen : “Ma candidature défrise certains au FN”

Considéré comme le dernier obstacle à la stratégie de dédiabolisation du nouveau FN, Jean-Marie Le Pen ne fait pas l’unanimité dans l’entourage de
sa fille.

Mais disposant d’une légitimité historique et d’une popularité intacte auprès des militants, le président d’honneur du FN n’en a que faire et ne veut pas entendre parler de retraite politique…

A ceux qui le poussent à raccrocher les gants, Jean-Marie Le Pen répète inlassablement que « la retraite, c’est la mor
t ».

A 85 ans, le président d’honneur du FN a décidé de repartir au combat. Il sera de nouveau candidat aux élections européennes en 2014 dans la région PACA (Provence-Alpes-Côte d’Azur).

…/…

Il savoure l’effet que produit sa nouvelle candidature. Mieux que quiconque, le vieux chef sait qu’elle fait grincer des dents dans l’entourage de sa fille mais il pense que sa popularité auprès des militants le rend toujours aussi incont
ournable.

L’accueil que lui a réservé le public frontiste le week-end dernier l’a confirmé.

Le chouchou des militants

« La salle toute entière a clamé mon nom alors qu’à priori, je n’ai plus de responsabilités directes, savoure t-il. Je crois qu’au FN, il y a une dimension plus affective que dans d’autre
s partis.

J’ai eu une pratique naturellement chaleureuse à l’égard des militants durant 60 ans et je crois que ça laisse des traces ».

Contrairement à sa fille qui peut paraître pudique et plus introvertie, le vieux chef n’a aucun mal à se montrer tactile et chaleureux avec les milit
ants.

Il se prête volontiers au jeu des dédicaces, il sait provoquer l’enthousiasme d’une salle de meeting, il manie avec délectation la langue frontiste et sait faire rire son auditoire d’une blague paillarde avant de le flatter d’une locution latine.

« Ma candidature défrise certains d’ailleurs qui pensent que le FN est né avec eux, il y a deux ans, s’agace Le Pen en mimant une grim
ace.

Ce n’est pas le cas de Marine mais je pense à certains de ses collaborateurs ».

A mots couverts, un cadre du mouvement mariniste le confirme : « Jean-Marie Le Pen reste le dernier obstacle à la stratégie de dédiabolisation opérée par sa fille.

Avec lui, nous ne sommes jamais à l’abri d’un dérapage ».

La figure tutélaire

« Jean-Marie Le Pen, c’est le ‘I Will survive’ permanent, se marre un conseiller de Marin
e Le Pen.

Il continue à jouer les présidents bis et à vouloir intervenir dans tous les domaines ».

Pour s’émanciper de la tutelle de son père lors de la campagne présidentielle, la présidente du FN avait délocalisé son siège de campagne à Malesherbes plutôt qu’à Nanterre.

Cela n’a pas suf
fit.

Au cours de la campagne, elle a fini par suivre les conseils de son père en revenant aux fondamentaux du FN (immigration, insécurité) alors qu’elle privilégiait jusqu’alors des thèmes économiques et sociaux.

Cet accroc n’est pas le seul. Marine Le Pen s’est également heurtée à de nombreuses reprises aux demandes d’indulgence de son père lorsqu’elle a cherché à purger le Front national de ses éléments les plus radicaux.

…/…

« Fort heureusement les médias ne l’invitent quasiment plus et donc son pouvoir de nuisance reste limité », relativise un cadre du mouvement.

Jean-Marie Le Pen en est conscient et mise aujourd’hui sur sa petite-fille pour contrebalancer l’orientation sociale et laïciste pris
e par sa fille.

« C’est un peu un FN de droite avec Marion et de gauche avec Marine, explique t-il. Marion compense un peu les valeurs de droite qui manque à Marine notamment à l’égard de l’électorat catholique ».

Quand on vous dit que c’est une affaire de famille…

Lu sur le site "La Flamm
e.fr"

Repost 0
23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 10:13

Manif pour tous : Quand la France s’éveillera…

Un livre raconte la révolution des valeurs qui vient

Publié le 20 septembre 2013 à 9:00 dans Société

t

« Au printemps, ils étaient des centaines de milliers dans les rues de France contre le mariage pour tous. Combien sont-ils encore aujourd’hui à adhérer aux valeurs de La Manif pour tous ? » s’interrogeait le Huffington Post il y a quelques jours alors que le mouvement lançait ses premières universités d’été en même temps qu’une campagne d’adhésion.

Quelques mois plus tôt, c’est une Christine Taubira manifestement excédée et pour le moins inquiète qui, s’adressant à un veilleur de la place Vendôme venu à sa rencontre, y allait de sa petite pique : « Quand allez-vous donc vous arrêter ? Dans 10 ans, dans 20 ans, vous manifesterez encore ? ».

La loi sur le Mariage pour tous devait être une formalité, elle aura été tout l’inverse, réveillant une France invisible qui était jusque-là reléguée au rang des étoiles mortes, de celles qui ne réagissent plus. Ce phénomène inédit est désormais sous la loupe des observateurs politiques. L’irruption terminée, le volcan s’est-il rendormi ou le magma continue-t-il sa fusion ?

Dans un ouvrage détonnant, deux confrères du Figaro, Vincent Trémolet de Villers et Raphaël Stainville tentent de décortiquer les dessous de cette « révolution des valeurs ».

Des prémices de l’aventure à son apothéose, des énormes mouvements de foule aux lendemains de la défaite, les deux journalistes racontent avec précision et sans complaisance l’incroyable épopée d’un soulèvement auquel personne ne croyait.

La Manif pour Tous trouve ses fondements bien avant l’arrivée des socialistes au pouvoir, du temps du quinquennat précédent lorsque Nicolas Sarkozy tentait de promouvoir une « laïcité positive » et d’allier libéralisme et conservatisme.

Mais le spectre de l’analyse ne s’arrête pas là. Il y a la place de l’Eglise et des catholiques en France (cette fameuse génération JMJ initiée par Jean-Paul II et entretenue par Benoit XVI), les conceptions radicalement opposées de la société entre les hérauts du progrès qui ont prêté allégeance au « testament de Ferrand

[1. Du nom du fondateur et Président du think-tank Terra Nova, décédé l’année dernière] » et les tenants du réel ; les partis politiques aussi, les associations, ces hommes, ces femmes, connus ou inconnus qui, dans l’ombre ou la lumière, ont tenu les ficelles de ces longs mois de contestations.

À l’heure du bilan, ce livre est le premier à émettre des hypothèses sans toutefois s’autoriser à qualifier un mouvement polymorphe que ni la sociologie, ni la politique ne sont parvenus à faire entrer dans leurs catégories.

Sur ce point, Trémolet de Villers et Stainville insistent : Ce n’est pas un Mai 68 à l’envers (« Où sont les pavés, les grillés arrachées, les blessés et les morts ? »), ce n’est pas plus la reconstitution des ligues (« Y a-t-il un évêque, un général, un tribun populiste dans lequel les manifestants placent tous leurs espoirs ? »), ni même la réincarnation de Solidarnosc (« François Hollande n’est pas Jaruzelski ») mais le sursaut d’une génération qui trente ans plus tôt était à peine née pour entendre une voix slave scander « N’ayez pas peur » et qui se dresse désormais contre un système dans lequel elle ne se reconnaît pas. Des jeunes qui ont « tourné le dos à Plus belle la vie et à la réalité virtuelle […] et qui songent à Antigone et aux gamins de la Rose blanche […] qui vont puiser chez Saint-Exupéry, chez Camus, chez Bernanos […] qui se souviennent de Walesa, de Vaclav Havel ».

Au fil des pages, bon nombre d’hommes politiques reconnaissent qu’ils devront composer avec cette nouvelle donne et qu’un réexamen de la loi Taubira serait pour eux un passage obligé s’ils entendaient agréger les voix et réconcilier les Français. Ils savent aussi qu’ils auront à répondre de leur opinion sur bien d’autres sujets, à commencer par la PMA et la GPA.

Au sein même de la gauche, certains ont consenti à un examen de conscience que les deux auteurs ont consciencieusement retranscrit.

Car si le passage de la loi a été une victoire pour le camp du progrès, elle n’est que de courte durée.

Le retournement culturel, au sens gramscien du terme, est en marche et qui sait si un jour il ne viendra pas inverser l’ordre établi par les élites culturelles depuis plus de quarante ans ? Conscient de la victoire légale mais de la défaite réelle, Jean-Christophe Cambadélis, en oiseau de mauvaise augure, ose une comparaison phénoménale: « On avait appelé la génération SOS racisme “Génération morale”, on pourrait appeler celle de la Manif pour tous “Génération identité”. »

Quoiqu’on en pense, il y a au moins deux bonnes raisons de lire ce livre. D’abord parce qu’il est le premier à reprendre une épopée qui imprimera sans aucun doute une partie de l’avenir.

Ensuite et surtout parce qu’on y retrouve des noms qui sentent bon les copains : Frigide Barjot, Basile de Koch, Marc Cohen, Jacques de Guillebon, et bien sûr la patronne.

Quand on vous disait que Causeur était au centre de tout…

Et la France se réveilla, Vincent Trémolet de Villers et Raphaël Stainville, Toucan, 2013.

Source et publication: http://www.causeur.fr/la-manif-pour-tous,24228

Repost 0
23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 09:59

Suite à l'agression d'une sénatrice socialiste lors d'un retrait d'argent, sans qu'aucun témoin ne lève le petit doigt pour lui venir en aide, l'ancien maire communiste de Gréasque (Bouches du Rhône) a publié sur Internet cette lettre ouverte qui ne manque pas de sel. Comme quoi, le bon sens et le franc-parler ne se nichent pas toujours où on pourrait le croire.

Bonjour, Madame la Sénatrice,

Vous avez, le 14 juillet dernier, subi une agression que vous relatez dans Le Courrier picard.

À 14 heures, devant un distributeur, à Compiègne, un homme vous a volé, en pleine rue et devant témoins, l'argent que vous veniez de retirer. Vous l'avez vainement poursuivi, et vous avez déclaré en déplorant le fait que personne ne vous ait aidée : « Le premier problème de l'insécurité, c'est la lâcheté collective. » Non, madame.

Le premier problème de l'insécurité, c'est votre politique d'immigration massive légale et illégale depuis trente ans, et la "libre passoire" instaurée, avec votre aval, par les accords de Schengen.

Le deuxième, c'est le laxisme politique et judiciaire de votre parti envers les voyous.

Le troisième, c'est votre ministre de l'Intérieur, petit matamore et pantin articulé qui gesticule et ânonne autant qu'il est inefficace (il ne faut pas froisser votre nouvel électorat d'origine maghrébine et de confession musulmane).

Le quatrième, c'est votre ministre supposée de la Justice dont le laxisme n'a d'égal que l'ignorance historique et la haine de notre pays.

Le cinquième, c'est que dans cette propension à protéger les voyous, si je m'attaque à l'un d'eux pour défendre une victime et que par malchance, je lui occasionne de graves blessures, « votre justice » me conduira en garde à vue et en prison où l'on me dénichera, à moi, simple citoyen, une place que l'on ne trouve pas aux vrais voyous.

Chère madame Rossignol, vous venez donc de goûter, à l'instar de millions de Français agressés (et souvent avec des conséquences bien plus graves que celles que vous avez subies), aux joies du « vivre ensemble » que vous prônez depuis des décennies et à celles de l'insécurité que votre politique promeut en cajolant tous ceux qui prennent notre pays pour une poubelle.

Veuillez agréer, Madame, mes salutations républicaines.

Repost 0