Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 novembre 2013 5 29 /11 /novembre /2013 08:11

TRIBUNE LIBRE ET POINT DE VUE !

Ces médias qui assurent l’air de rien la promotion de l’extrême-gauche

23 novembre 2013, 12:44 Auteur : Jean

Si la droite ou l’extrême-droite faisait un clip où le leader du mouvement allait braquer un grand patron sur le ton de la plaisanterie pour communiquer sur le besoin d’argent de cette organisation, quelles seraient les réactions médiatiques ?

Au mieux, ils ne relaieraient pas, au pire ils hurleraient au retour du fascisme.

Pourtant, quand c’est l’extrême-gauche qui fait ce genre de clip, c’est “drôle” et “une pépite vidéo” qu’il convient de relayer.

Le même Besancenot qui se réclame notamment de Trotsky, fondateur de l’Armée Rouge (des millions de morts à son actif) et de Che Guevara (16 000 morts à son actif). C’est donc un rôle de composition pour lui…

Et ce au moment même où le tireur fou, un ancien d’extrême-gauche, est appréhendé. Rions avec l’extrême-gauche.

Pépite vidéo pour Atlantico (qui prétend être de droite)

Clip humoristique pour L’Express

Le nouveau parti anti-capitaliste a usé d’humour” pour le Point

Un sketch pour Le Parisien

“Vidéo humoristique” pour Le Figaro (qui prétend être de droite)

Clip satyrique” pour le Huffington post

Hypothèse drôlatique” pour le Midi Libre

Clip humoristique” pour France Télévision

etc. etc. etc.

Tous ces médias auraient titré “Blague de mauvais goût” au minimum si le FN avait fait la même chose au même moment, et au pire “Le FN se tire une balle dans le pied” voire “Le FN insulte les victimes du tireur fou”…

Seul Valeurs Actuelles parle d’un “procédé est plus que douteux” et trouve ainsi les bons mots. “Comme l’ont fait remarquer de nombreux internautes, la vidéo est un appel à la violence, à la haine de la réussite et de la richesse.”

On ne saurait mieux dire…

Sur un média de gauche, seul Olivier Cimelière, “Communicant pas spin doctor” comme il se dit lui-même, sur Le Plus du Nouvel Obs, a une vision juste sur cette vidéo, qu’il considère comme une erreur de stratégie. “Si provocante soit-elle, cette vidéo s’avère pourtant être un fail pitoyable qui ne relève pas le niveau de la pensée politique du NPA.

On peut tout à fait être dans l’opposition la plus résolue au système capitaliste et aux dérives qu’il engendre mais encore faudrait-il la traduire avec des concepts narratifs un peu moins ras des pâquerettes pour militants de base binaires et bornés.

Certes, les convaincus d’avance s’esclafferont devant cette pochade mal fagotée et s’en paieront une bonne tranche sur le dos de la sulfureuse affaire Bettencourt.

Néanmoins, on peut s’interroger sur la pertinence et le sens des responsabilités des auteurs et commanditaires de cette vidéo.

Source et publication: http://www.enquete-debat.fr/archives/ces-medias-qui-assurent-lair-de-rien-la-promotion-de-lextreme-gauche-31422

Repost 0
29 novembre 2013 5 29 /11 /novembre /2013 08:02

Le 27/11/2013

RÉFORME FISCALE : IL FAUT SURTOUT BAISSER LES DÉPENSES PUBLIQUES

Le Premier ministre a fait un pari audacieux, qui laisse d’ailleurs sceptiques tous les observateurs. Son annonce - sans doute improvisée, en pleine débâcle de l’eco-taxe, à la fin d’un débat budgétaire parlementaire calamiteux, dans une ambiance de ras-le-bol fiscal - a été plutôt réussie : il a aussitôt regagné un point dans les sondages de popularité !

Mais passer aux choses sérieuses, aux actes de la réforme, va être une autre paire de manches. En vérité, il n’a qu’un seul moyen de réussir et de tenir sa promesse : c’est en commençant par le bon bout, en baissant la dépense publique.

Alain Dumait, président-fondateur de Contribuables Associés

Sans baisse des dépenses publiques, la réforme fiscale voulue par le Premier ministre

Jean-Marc Ayrault n’est qu’un coup dans l’eau.

Contribuables Associés et quelques autres comme la Fondation iFRAP ont multiplié les

exemples et les idées concrètes pour faire baisser les dépenses publiques. Plus de 20 pays

étrangers développés l’ont fait. Les Français le souhaitent à 80%. Même la Cour des compt

es et de nombreux rapports parlementaires ont avancé de nombreuses propositions.

Le plan de réductions des dépenses publiques doit comporter à la fois des mesures

symboliques et d’autres plus substantielles. Toutes doivent tendre à réduire le poids des

salaires et des retraites de la fonction publique, donc le nombre de fonctionnaires.

A alléger les règlementations, à libérer la concurrence. Et bénéficier aux entreprises

comme aux particuliers.

Sur la base d’un tel plan, la réforme fiscale devient possible, sans alourdissement de

la charge pour personne.

Sinon, à dépenses constantes, il y aura forcément des gagnants et des perdants, et donc

des blocages et des protestations qui empêcheront la réforme.

Une autre considération oblige Jean-Marc Ayrault à commencer par le bon bout de la

réduction des dépenses publiques : la simplification, la clarté, la transparence, la «justice

sociale» (pour parler comme lui…) entrainent mécaniquement la réduction des recettes, car

l’inverse, la complexité, le maquis des textes, a été, de tous temps, le véhicule des excès.

Les pays qui ont une fiscalité plus simple (par exemple la flat tax) sont aussi ceux qui ont

globalement des prélèvements moindres et des dépenses publiques plus faibles.

La question politique devient donc : «le Premier ministre socialiste d’un président socialiste, tous imprégnés de marxisme, veulent-ils et peuvent-ils engager leur réforme fiscale sous le signe de la

réduction générale de la dépense publique ?»
On est tenté de réponde «non». Mais comme c’est pourtant la seule solution, la seule qu
i

puisse relancer l’économie, la croissance et l’emploi ; la seule qui ait donné des résultats à

l’étranger, où elle fut souvent mise en oeuvre par des gouvernements sociaux-démocrates,

et donc la seule qui puisse être gagnante pour l’actuelle majorité à l’horizon de 2017 (le

seul qui compte pour François Hollande), il n’y a pas lieu de désespérer !

Source et publication: http://www.contribuables.org/2013/11/27/reforme-fiscale-il-faut-surtout-baisser-les-depenses-publiques/

Repost 0
29 novembre 2013 5 29 /11 /novembre /2013 07:26

Les députés socialistes reportent la reconnaissance du vote blanc après les élections municipales

28 novembre 2013 at 22:08

Il y a un an, je publiais un article intitulé « Un vote blanc enfin reconnu mais toujours non comptabilisé parmi les suffrages exprimés » .

Le 22 novembre 2012, les députés approuvaient en effet à l’unanimité la reconnaissance du vote blanc.

Dans cet article, j’expliquais que cette « reconnaissance » consistait en la comptabilisation distincte des votes blancs et nuls, de sorte que les résultats puissent désormais indiquer clairement le nombre de votes blancs. En revanche, je précisais que les votes blancs resteraient exclus des votes dits « exprimés » .

Aujourd’hui s’est tenue une nouvelle discussion en séance publique à l’Assemblée nationale à ce sujet.

Il s’agit de la seconde lecture du texte suite à son adoption avec modification du Sénat, le 28 février dernier.

Si le texte a du attendre neuf mois avant d’être réexaminé par les députés, c’est parce qu’il s’agit d’une proposition de loi formulée par le groupe UDI. Une seule journée par mois est consacrée à l’examen des propositions des groupes autres que le groupe majoritaire (Le blog les Cuisines de l’Assemblée nous en parle ici).

Pour comprendre l’enjeu des discussions qui se sont tenues aujourd’hui à l’Assemblée, il faut avoir en tête le calendrier électoral prochain.

La proposition de loi, dans sa version initiale, était muette sur la question de sa date d’application, mais il était convenu, dans l’esprit de tous, qu’elle devait s’appliquer aux élections municipales. Le Sénat, au mois de février 2013 a, avec l’accord du Gouvernement, indiqué qu’elle devrait s’appliquer au 1er mars 2014, c’est-à-dire avant les élections municipales.

Neuf mois plus tard, le gouvernement semble beaucoup moins enclin à procéder à cette nouvelle méthode de comptage pour les prochaines élections de nos maires.

Les députés du groupe socialiste ont en effet proposé et adopté un amendement repoussant la date d’application de la loi du 1er mars au 1er avril. Raison invoquée: « le processus électoral [étant] déjà bien engagé [...], l’application informatique de comptage des votes ne permet actuellement pas la prise en compte des bulletins blancs » .

Lire la suite http://www.contrelacour.fr/report-reconnaissance-vote-blanc-apres-municipales/

Les députés socialistes reportent la reconnaissance du vote blanc après les élections municipales

Il y a un an, je publiais un article intitulé « Un vote blanc enfin reconnu mais toujours non comptabilisé parmi les suffrages exprimés » .
Le 22 novembre 2012, les députés approuvaient en effet à l’unanimité la reconnaissance du vote blanc.
Dans cet article, j’expliquais que cette « reconnaissance » consistait en la comptabilisation distincte des votes blancs et nuls, de sorte que les résultats puissent désormais indiquer clairement le nombre de votes blancs. En revanche, je précisais que les votes blancs resteraient exclus des votes dits « exprimés » .

Aujourd’hui s’est tenue une nouvelle discussion en séance publique à l’Assemblée nationale à ce sujet.
Il s’agit de la seconde lecture du texte suite à son adoption avec modification du Sénat, le 28 février dernier.

Si le texte a du attendre neuf mois avant d’être réexaminé par les députés, c’est parce qu’il s’agit d’une proposition de loi formulée par le groupe UDI. Une seule journée par mois est consacrée à l’examen des propositions des groupes autres que le groupe majoritaire (Le blog les Cuisines de l’Assemblée nous en parle ici).

Pour comprendre l’enjeu des discussions qui se sont tenues aujourd’hui à l’Assemblée, il faut avoir en tête le calendrier électoral prochain.

La proposition de loi, dans sa version initiale, était muette sur la question de sa date d’application, mais il était convenu, dans l’esprit de tous, qu’elle devait s’appliquer aux élections municipales. Le Sénat, au mois de février 2013 a, avec l’accord du Gouvernement, indiqué qu’elle devrait s’appliquer au 1er mars 2014, c’est-à-dire avant les élections municipales.

Neuf mois plus tard, le gouvernement semble beaucoup moins enclin à procéder à cette nouvelle méthode de comptage pour les prochaines élections de nos maires.
Les députés du groupe socialiste ont en effet proposé et adopté un amendement repoussant la date d’application de la loi du 1er mars au 1er avril. Raison invoquée: « le processus électoral [étant] déjà bien engagé [...], l’application informatique de comptage des votes ne permet actuellement pas la prise en compte des bulletins blancs » .

Il y a un an, je publiais un article intitulé « Un vote blanc enfin reconnu mais toujours non comptabilisé parmi les suffrages exprimés » .
Le 22 novembre 2012, les députés approuvaient en effet à l’unanimité la reconnaissance du vote blanc.
Dans cet article, j’expliquais que cette « reconnaissance » consistait en la comptabilisation distincte des votes blancs et nuls, de sorte que les résultats puissent désormais indiquer clairement le nombre de votes blancs. En revanche, je précisais que les votes blancs resteraient exclus des votes dits « exprimés » .

Aujourd’hui s’est tenue une nouvelle discussion en séance publique à l’Assemblée nationale à ce sujet.
Il s’agit de la seconde lecture du texte suite à son adoption avec modification du Sénat, le 28 février dernier.

Si le texte a du attendre neuf mois avant d’être réexaminé par les députés, c’est parce qu’il s’agit d’une proposition de loi formulée par le groupe UDI. Une seule journée par mois est consacrée à l’examen des propositions des groupes autres que le groupe majoritaire (Le blog les Cuisines de l’Assemblée nous en parle ici).

Pour comprendre l’enjeu des discussions qui se sont tenues aujourd’hui à l’Assemblée, il faut avoir en tête le calendrier électoral prochain.

La proposition de loi, dans sa version initiale, était muette sur la question de sa date d’application, mais il était convenu, dans l’esprit de tous, qu’elle devait s’appliquer aux élections municipales. Le Sénat, au mois de février 2013 a, avec l’accord du Gouvernement, indiqué qu’elle devrait s’appliquer au 1er mars 2014, c’est-à-dire avant les élections municipales.

Neuf mois plus tard, le gouvernement semble beaucoup moins enclin à procéder à cette nouvelle méthode de comptage pour les prochaines élections de nos maires.
Les députés du groupe socialiste ont en effet proposé et adopté un amendement repoussant la date d’application de la loi du 1er mars au 1er avril. Raison invoquée: « le processus électoral [étant] déjà bien engagé [...], l’application informatique de comptage des votes ne permet actuellement pas la prise en compte des bulletins blancs » .

Les députés socialistes reportent la reconnaissance du vote blanc après les élections municipales

on 28 novembre 2013 at 22:08

Il y a un an, je publiais un article intitulé « Un vote blanc enfin reconnu mais toujours non comptabilisé parmi les suffrages exprimés » .

Le 22 novembre 2012, les députés approuvaient en effet à l’unanimité la reconnaissance du vote blanc.

Dans cet article, j’expliquais que cette « reconnaissance » consistait en la comptabilisation distincte des votes blancs et nuls, de sorte que les résultats puissent désormais indiquer clairement le nombre de votes blancs. En revanche, je précisais que les votes blancs resteraient exclus des votes dits « exprimés » .

Aujourd’hui s’est tenue une nouvelle discussion en séance publique à l’Assemblée nationale à ce sujet.

Il s’agit de la seconde lecture du texte suite à son adoption avec modification du Sénat, le 28 février dernier.

Si le texte a du attendre neuf mois avant d’être réexaminé par les députés, c’est parce qu’il s’agit d’une proposition de loi formulée par le groupe UDI. Une seule journée par mois est consacrée à l’examen des propositions des groupes autres que le groupe majoritaire (Le blog les Cuisines de l’Assemblée nous en parle ici).

Pour comprendre l’enjeu des discussions qui se sont tenues aujourd’hui à l’Assemblée, il faut avoir en tête le calendrier électoral prochain.

La proposition de loi, dans sa version initiale, était muette sur la question de sa date d’application, mais il était convenu, dans l’esprit de tous, qu’elle devait s’appliquer aux élections municipales. Le Sénat, au mois de février 2013 a, avec l’accord du Gouvernement, indiqué qu’elle devrait s’appliquer au 1er mars 2014, c’est-à-dire avant les élections municipales.

Neuf mois plus tard, le gouvernement semble beaucoup moins enclin à procéder à cette nouvelle méthode de comptage pour les prochaines élections de nos maires.

Les députés du groupe socialiste ont en effet proposé et adopté un amendement repoussant la date d’application de la loi du 1er mars au 1er avril. Raison invoquée: « le processus électoral [étant] déjà bien engagé [...], l’application informatique de comptage des votes ne permet actuellement pas la prise en compte des bulletins blancs » .

Il y a un an, je publiais un article intitulé « Un vote blanc enfin reconnu mais toujours non comptabilisé parmi les suffrages exprimés » .
Le 22 novembre 2012, les députés approuvaient en effet à l’unanimité la reconnaissance du vote blanc.
Dans cet article, j’expliquais que cette « reconnaissance » consistait en la comptabilisation distincte des votes blancs et nuls, de sorte que les résultats puissent désormais indiquer clairement le nombre de votes blancs. En revanche, je précisais que les votes blancs resteraient exclus des votes dits « exprimés » .

Aujourd’hui s’est tenue une nouvelle discussion en séance publique à l’Assemblée nationale à ce sujet.
Il s’agit de la seconde lecture du texte suite à son adoption avec modification du Sénat, le 28 février dernier.

Si le texte a du attendre neuf mois avant d’être réexaminé par les députés, c’est parce qu’il s’agit d’une proposition de loi formulée par le groupe UDI. Une seule journée par mois est consacrée à l’examen des propositions des groupes autres que le groupe majoritaire (Le blog les Cuisines de l’Assemblée nous en parle ici).

Pour comprendre l’enjeu des discussions qui se sont tenues aujourd’hui à l’Assemblée, il faut avoir en tête le calendrier électoral prochain.

La proposition de loi, dans sa version initiale, était muette sur la question de sa date d’application, mais il était convenu, dans l’esprit de tous, qu’elle devait s’appliquer aux élections municipales. Le Sénat, au mois de février 2013 a, avec l’accord du Gouvernement, indiqué qu’elle devrait s’appliquer au 1er mars 2014, c’est-à-dire avant les élections municipales.

Neuf mois plus tard, le gouvernement semble beaucoup moins enclin à procéder à cette nouvelle méthode de comptage pour les prochaines élections de nos maires.
Les députés du groupe socialiste ont en effet proposé et adopté un amendement repoussant la date d’application de la loi du 1er mars au 1er avril. Raison invoquée: « le processus électoral [étant] déjà bien engagé [...], l’application informatique de comptage des votes ne permet actuellement pas la prise en compte des bulletins blancs » .

Repost 0
28 novembre 2013 4 28 /11 /novembre /2013 16:40

AccueilBrèves ⁄ Ille-et-Vilaine : des tombes chrétiennes vandalisées

Ille-et-Vilaine : des tombes chrétiennes vandalisées

Le 28 11 2013 Avec 0 Commentaires

Un lecteur (merci Y. K. !) vient de me signaler un nouveau cas de vandalisme contre des tombes chrétiennes.

Il m’a promis d’autres photos, mais son courriel qu’il m’a indiqué, et auquel j’ai tenté de répondre ce matin, ne fonctionne pas !

Merci cher Y. K. de vouloir bien me recontacter ici

On m’a informé il y a un mois d’un saccage qui a eut lieu dans ma ville d’origine Vitré [Ille-et-Vilaine]. J’ai pris les photos.

Vous verrez la croix de la tombe d’un des chanoine honoraire de l’église Sainte-Croix de Vitré, cassée et reposant sur la tombe.

Le feu chanoine est mort en 1902. En effet, derrière l’église Sainte-Croix, [qui n’est plus] actuellement (…) utilisé se trouvent trois tombes surmontant le petit coin d’herbe et par la même occasion, la gare.

Ces trois tombes majestueuses et visibles au loin de par leurs croix, ont été vandalisées. Arbres et fleurs saccagés, tentative de tag sur l’une et croix brisée pour la troisième tombe.

C’est la première fois qu’à Vitré nous constatons de véritables actes de ce genre.

L’église Sainte-Croix se situe dans un petit quartier calme de la ville (…) dirigée par M. Pierre Méhaignerie.

- See more at: http://www.christianophobie.fr/breves/ille-et-vilaine-des-tombes-chretiennes-vandalisees#sthash.H65eX9fp.dpuf

Repost 0
28 novembre 2013 4 28 /11 /novembre /2013 14:52

Pacte d'avenir, et maintenant? Nos invités et leurs arguments

Trois grands thèmes, huit invités... et vous.

Le 3 décembre à 22h15, France3 ouvre en direct le débat sur l'avenir de la Bretagne.

Un débat pour lequel vous être invités à réagir, poser vos arguments et vos questions

via twitter et Facebook.

Mais sur le plateau, qui pense quoi?

La suite Blog : http://pdf.bretagne.over-blog.com/

Repost 0
28 novembre 2013 4 28 /11 /novembre /2013 14:29

Cela fait plus de 21 ans qu'on résiste; CONTINUONS

Il y a 21 ans, Mr Poniatowski (ancien ministre) écrivait ces lignes . . .

L’ancien ministre giscardien, Michel Poniatowski, écrivait dans son livre-testament une conclusion dont on ne voit pas quelle ligne on pourrait changer 21 ans plus tard.

"Son âme, la France est en train de la perdre, non seulement à cause de la mondialisation, mais aussi, et surtout, à cause de la société à la fois pluri-ethnique et pluri-culturelle que l’on s’acharne avec de fausses idées et de vrais mensonges, à lui imposer.

Si cet essai a permis à quelques-uns de mesurer devant quels périls nous nous trouvons placés, il aura déjà atteint son but. (…)

Ces pages peuvent apparaître cruelles.

Mais elles correspondent à un sentiment très profond.

Le moment est venu de traiter énergiquement le problème de l’immigration africaine et notamment musulmane.

Si tel n’est pas le cas, la France aura deux visages : celui du «cher et vieux pays» et celui du campement avancé du tiers monde africain.

Si nous désirons voir les choses dégénérer ainsi, il suffit de leur laisser suivre leur cours. Le campement africain toujours plus grand, plus vaste, plus illégal, grignotera d’abord, puis rongera, avant de faire disparaître tout entier le cher vieux pays, dont la défaite sera annoncée du haut des minarets de nos nombreuses mosquées.

Nos temps sont assez graves pour ne pas faire appel à de médiocres facilités politiciennes.

Nous allons vers des Saint-Barthélemy si l’immigration africaine n’est pas strictement contrôlée, limitée, réduite et expurgée de ses éléments négatifs et dangereux, si un effort d'intégration ne vient pas aussi compléter cette nécessaire répression.

Les mesures à prendre sont sévères et il ne faudra pas que le vieux pays frémisse de réprobation chaque fois qu'un charter rapatriera des envahisseurs illégaux. Il faut donc ainsi que ce cher vieux pays restitue à l’état sa place normale.

Les libéraux l’ont affaibli, les socialistes l’ont détruit. "Où sont les grandes tâches dévolues à l’État ? La Justice, l’Armée, l’Éducation nationale, la Sécurité, la Police, notre place en Europe ? En miettes.

La France est à l’abandon, est en décomposition à travers le monde. Sa recomposition est dans un retour énergique à l’unité et à la cohérence, et de la Nation et de l’État."

"Si la vérité vous choque, faites en sorte qu'elle devienne acceptable, mais ne bâillonnez pas celui qui en dénonce l'absurdité, l'injustice ou l'horreur."

Quelle époque terrible que celle où des idiots dirigent des aveugles

"William Shakespeare"

ET AUSSI

Merci Chantal F.

Repost 0
28 novembre 2013 4 28 /11 /novembre /2013 14:26

Les gestapettes en action

Ce matin, le Front national du Maine-et-Loire a publié un communiqué précisant que les propos tenus par Jean-François de Brugière « n’engagent que leur auteur et en aucun cas le Front National de Maine-et-Loire » , « …nous condamnons fermement les injures qui ont été tenues à l’endroit de la Garde des Sceaux… »

Monique Lieumont-Briand, la tête de liste du mouvement de Marine Le Pen à Saumur, a décidé d’exclure le candidat de sa liste.

Avec courage, le secrétaire départemental du parti, Gaétan Dirand, a lui demandé aux instances nationales du parti son exclusion.

Qu’a fait Jean-François de Brugière pour mériter ce lynchage par ces camarades du Fn ?

Membre du Front National et candidat pressenti pour les municipales à Saumur, il a commenté les interventions des élus saumurois qui ont dénoncé au conseil municipal les propos dont a été dernièrement victime Christiane Taubira.

Jean-François de Brugière est revenu sur l’épisode de cette petite fille brandissant à Angers une peau de banane en criant : « La guenon mange ta banane ! »

Ironisant sur les propos des élus saumurois, il écrit : « (…) Magnifique unanimité.

Quel courage. Comment la France peut-elle être en déclin avec de tels fiers à bras ; pour un peu nous aurions bu une coupe à la santé de la taubira… mais aussi, mais surtout, tristesse de voir notre pays descendre vers les égouts.

Lamentable. Insignifiant, grotesque et enfin, moment repoussant de s’en prendre à une gosse de 11 ans.

Indigne de notre vieille civilisation romaine et chrétienne (…) » « les Français sont des millions à n’avoir rien trouvé à redire aux paroles de cette gamine de 11 ans à Angers…pas plus que de Tintin se baladant en Afrique (…) »

Merci Jean-Pierre D.

Repost 0
28 novembre 2013 4 28 /11 /novembre /2013 12:16

28/11/2013

LE GRAND ORIENT S'AGITE DANS L'INDRE-ET-LOIRE ! LA RÉPUBLIQUE ET LA LAÏCITÉ SERAIENT EN DANGER...

Dans l’Indre-et-Loire, les réseaux du Grand Orient de France sont en ébullition.

C’est que quelque chose grave vous a échappé : la République et la Laïcité seraient en grave danger !

Le « temple » des « trois-points » de la loge « Concorde et Solidarité lochoise » dépendante du Grand Orient de France a déménagé depuis peu de Loches à Beaulieu.

Chaque mois, ils sont une trentaine à venir « plancher » en « atelier ».

Yann Lequitte en est le « Vénérable » depuis juin dernier.

Et au vu de l’actualité – ou serait-ce plutôt en raison du désintérêt qui se constate partout en France pour entrer en franc-maçonnerie ? -, le voilà qui annonce vouloir « faire savoir publiquement aux citoyens que les francs-maçons du Grand Orient travaillent dans la cité pour défendre les valeurs républicaines ».

En partenariat avec le « comité laïcité République Sud Touraine » et les sept autres loges du Grand Orient en Indre-et-Loire, il organise donc le 29 novembre une projection-débat du film « La Séparation » sur la loi de séparation de l’Église et de l’État, en présence de l’auteur du film (Bruno Fuligni) et de l’ancien « Grand Maître adjoint » du Grand Orient Jean-Philippe Marcovici. Le Grand Orient – qui revendique 400 affiliés en Indre-et-Loire – a prévu des activités sur ce thème dans tout le département.

Philippe Adam, président du comité laïcité République Sud Touraine (CLR-ST), en est tout agité : « Il est important que nous nous souvenions de la loi sur la laïcité de 1905 par devoir et plus que tout par nécessité, alors que la République est en grand danger. »

Et le même de déclarer à la presse locale les raisons de son inquiétude, notamment « le FN qui s’empare de la laïcité pour la défigurer, les attaques racistes qui n’ont d’autres échos que le mutisme flagrant d’un grand nombre d’hommes politiques… On entend le bruit des bottes revenir. »

Sans oublier le cas du conseil municipal de Fontgombault, dans l’Indre voisine, qui « rejette en bloc une loi sous des prétextes dogmatiques et participe ainsi à l’effritement de la République », faisant référence à la décision de la municipalité de refuser de procéder au mariage de personnes de même sexe au nom d’« une loi naturelle, supérieure aux lois humaines ».

Le comité laïcité République Sud Touraine (CLR-ST) a prévu d’intervenir dans la campagne des municipales à Loches et dans le Sud-Touraine en interpellant les candidats.

Pas besoin de préciser que le Grand Orient sera également très présent dans ces élections municipales…

Source http://pdfdrome.hautetfort.com/archive/2013/11/28/le-grand-orient-s-agite-dans-l-indre-et-loire-la-republique-5232714.html

Repost 0
28 novembre 2013 4 28 /11 /novembre /2013 11:39

Bonnets rouges. Les bagnards de Brest aussi

28 novembre 2013 à 10h17

On connaissait le bonnet rouge comme symbole de la révolte fiscale de 1675 en Bretagne. Moins comme couvre-chef obligatoire des bagnards brestois employés gracieusement sur les chantiers de l'arsenal.

Pascal Aumasson, conservateur du musée des Beaux-Arts de Brest, apporte une nouvelle dimension historique à ce fameux bonnet qui devrait réunir plusieurs milliers de personnes samedi à Carhaix.

Pascal Aumasson, conservateur du musée des Beaux-Arts de Brest, rappelle que les bonnets rouges, qui défrayent la chronique depuis quelques semaines, étaient utilisés au temps du bagne : « L'usage récent de bonnets rouges pour exprimer des revendications sociales et économiques en Bretagne s'inscrit dans une tradition historique qui a vocation à leur donner un poids symbolique.

S'il est fait aisément référence aux "Bonnets rouges" de 1675, sous Louis XIV, en Basse-Bretagne, il est un autre usage du bonnet rouge proprement brestois : les bonnets des bagnards.

Le dessinateur Jules Noël en témoigne avec précision lors d'une enquête qu'il mène dans l'enceinte même du bagne installé dans la vallée de la Penfeld, où le bagne, construit en 1759 et fermé en 1858, accueille bon an mal an 2.000 détenus en permanence ».

Distinguer les condamnés selon la peine purgée

« Appartenant au musée des Beaux-Arts de Brest, poursuit Pascal Aumasson, cette feuille montre que la tenue des bagnards condamnés à une peine "à temps", c'est-à-dire à une peine autorisant une libération, fait appel à un bonnet de laine de couleur rouge.

C'est la loi qui prévoyait de distinguer par des couleurs les détenus, selon qu'ils sont emprisonnés à perpétuité -et dans ce cas leur bonnet est vert- ou à une peine libérable. En inscrivant son dessin dans un univers portuaire dense, au second plan, Jules Noël procède à la démonstration que le bonnet et la livrée rouge du forçat, qui offre une main-d'oeuvre gratuite à l'arsenal, ont une vertu essentielle pour l'administration de la Marine : repérer les bagnards.

L'éditeur du dessin note, en 1845, qu'"à une distance où l'oeil ne saisit plus les formes matérielles, la casaque du forçat se révèle par sa nuance, qui fait point de mire à la surveillance" ».

« Ces dessins sont actuellement exposés au musée des Beaux-Arts de Brest », conclut le conservateur.

Contacts : Musée des Beaux-Arts 24 rue Traverse tél. 02.98.00.87.96.

Source et publication: http://brest.letelegramme.fr/local/finistere-nord/brest/ville/bonnets-rouges-des-dessins-des-bagnards-exposes-au-musee-28-11-2013-2318706.php

Repost 0
28 novembre 2013 4 28 /11 /novembre /2013 10:54

La laïcité : cheval de Troie de l'Islam

La justice administrative oblige une prison à servir des repas hallal

Le tribunal administratif de Grenoble a enjoint le centre pénitentiaire de Saint-Quentin-Fallavier (Isère) de servir des repas halal à ses détenus musulmans au nom de la liberté d'exercer sa religion, a-t-on appris mercredi.

«C'est une décision très importante, la première fois qu'une juridiction administrative condamne un établissement pénitentiaire à servir des plats hallal aux détenus», a réagi Me Alexandre Ciaudo, du cabinet DGK Avocats, confirmant une information de France Bleu Isère.

En mars dernier, le client de Me Ciaudo, Adrien K., avait demandé au directeur de la prison de permettre aux détenus musulmans de disposer de menus composés de viandes hallal. Le directeur avait refusé de donner suite à cette requête. Adrien K. avait alors saisi le juge administratif.

Pas de commentaires de la prison

Dans une décision rendue le 7 novembre 2013, dont l'AFP a obtenu copie, la juridiction enjoint le directeur du centre pénitentiaire de proposer «régulièrement» des menus composés de viandes hallal «dans un délai de trois mois».

Le tribunal souligne en effet que le principe de laïcité «impose que la République garantisse lelibre exercice des cultes» et qu'il ne fait donc «pas obstacle à ce que les détenus de confession musulmane se voient proposer des menus comportant des viandes respectant les rites confessionnels de l'islam».

En refusant se proposer des menus hallal, le directeur de la prison méconnaît en outre les dispositions de l'article 9 de la convention européenne des droits de l'homme qui garantit le libre exercice des cultes, a estimé le tribunal.

Très peu de prisons «offrent des aliments conformes à des prescriptions rituelles»

Interrogée par l'AFP, la direction du centre pénitentiaire n'a pas souhaité faire de commentaire. «C'est une décision qu'on va faire connaître», a indiqué à l'AFP Nicolas Ferran, responsable juridique de l'Observatoire International des Prisons (OIP).

Selon lui, si l'administration pénitentiaire n'applique pas cette décision, «elle risque de se retrouver confrontée à une vague de contentieux».

Dans un avis rendu en avril 2011, le contrôleur général des lieux de privation de liberté, Jean-Marie Delarue, avait déjà attiré l'attention de l'administration sur les «carences alimentaires réelles» de détenus «se plaignant fréquemment de ne pas manger à leur faim» du fait de l'absence de repas respectant leurs prescriptions religieuses.

A l'heure actuelle, très peu de prisons «offrent des aliments conformes à des prescriptions rituelles», avait-il souligné.

source : AFP

Source et publication: http://www.parti-de-la-france.fr/

Repost 0