Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 avril 2014 1 21 /04 /avril /2014 09:50

France » (Marsaud/RMC) |

21/04/2014

EXCLUSIF : ce que l'islamiste qui a perturbé la messe de Pâques à Dole a écrit sur le registre.

Premièrement, rappelons les faits. Lu dans Le Progrès :

"Les fidèles ont assisté à la scène ébahis.

Ce dimanche matin, dans une collégiale pleine à craquer, un homme vêtu d’une djellaba et d’une coiffe est venu faire sa prière.

Il a installé un tapis, à gauche de l’autel, alors que la messe de Pâques était en train d’être célébrée.

L’homme, visiblement perturbé, a lu des versets du Coran avant d’écrire quelques lignes en arabe dans le registre paroissiale.

Après avoir troublé une première fois la messe des rameaux, il y a une semaine à la Bedugue puis à la collégiale, des fidèles avaient prévenu la police.


Un équipage est venue lui demander de quitter les lieux, dans le calme.

Le sous-préfet, qui a été avisé de ce trouble à l’ordre public, a tenu à préciser : «Il ne faut pas créer d’amalgame.

Cette attitude déplacée est le fait d’un individu visiblement perturbé.»

Analyse de l'Observatoire de l'islamisation:

L'islamiste n'est pas du tout un "fou" , il a écrit soigneusement en calligraphie à la marocaine un extrait de la sourate 112 du Coran qui met en garde expressément contre la prétention du Christ d'avoir Dieu pour père :

"Au nom de Dieu, le Tout miséricorde, le Miséricordieux

(basmala)

1- Dis : "Il est Dieu, Il est Un"

2- Dieu de plénitude

3- qui n’engendra ni ne fut engendré

4- que nul ne saurait égaler"

Pour mieux comprendre l'intolérance de l'islamiste sévissant dans le Jura, il faut savoir que le best-seller islamique "La Citadelle du Musulman" écrit par Al Qatahni, édité par Sana (principale maison d'édition musulmane parisienne), présent dans toutes les librairies musulmanes de France, le chapitre 88 se nomme "Pour se protéger contre le faux Messie" (soit Jésus)

Extrait de la page 175 : "Et pour avertir ceux qui disent "Allah s'est attribué un fils". De cela ni eux, ni leurs pères n'en savent rien.

Quelle odieuse parole sort de leur bouche !Ce qu'ils disent n'est que mensonges."

De là à vouloir interpeller bruyamment et provoquer les catholiques contre cet "odieux mensonge", il n'y a qu'un pas qui a été franchit allègrement à Dole.

Source : Observatoire de l'islamisation, avril 2014.

Repost 0
21 avril 2014 1 21 /04 /avril /2014 08:33

Bartolone dénonce le parachute doré offert par Hollande à Voynet

Rédigé par lesoufflet le 17 avril 2014.

17.04.2014

Au sein de son propre camp, les petites combines politicardes de Hollande finissent par dégouter.

Ainsi, cette semaine, c’est le président socialiste de l’Assemblée Nationale qui a critiqué vivement notre présiflan au sujet de la nomination de Dominique Voynet comme inspectrice générale des affaires sociales. Il compare cette nomination à un « golden parachute », affirmant qu’elle remet en cause la république exemplaire promise par l’ex de Ségo, Trierweiler et Gayet.

L’entrée de Harlem Desir au gouvernent a choqué toute la France : utiliser un ministère de la République comme moyen de recaser un socialiste incompétent prouve la vision de la démocratie de ces gens qui estiment que la France et les Français doivent être au service du parti socialiste et de son idéologie.

Cette fois c’est Dominique Voynet, retraitée de la politique qui conserve quelque influence au sein d’EELV, à qui l’on offre un poste gracieusement payé, malgré son incompétence notoire et ses échecs à répétition, comme le dénonce si justement Claude Bartolone, pourtant membre du camp du bien et président de la très socialiste Assemblée Nationale qui a publié une note au vitriol sur son blog mercredi.

«En toute hypothèse, cette nomination est un regrettable accroc à la République irréprochable que nos compatriotes appellent de leurs vœux», dénonce-t-il dans un premier temps, avant de revenir sur le parcours de l’ancienne candidate à la présidentielle.

«Elue ou parachutée tour à tour dans le Jura, au parlement européen, en Seine-Saint-Denis, puis défaite par les électeurs ou auto-démissionnée par certitude de l’être, Madame Voynet, si prompte à critiquer la violence du système, restera certainement silencieuse quant à la manière dont elle vient d’en profiter goulûment», s’énerve-t-il avant d’évoquer le «triste itinéraire d’une enfant gâtée de la République» qui a «laissé Montreuil en ruines et la gauche divisée comme jamais».

Au final, Bartolone dénonce tout haut les mêmes mécanismes puants qui ont permis à Harlem Desir de devenir ministre et à Dominique Voynet de bénéficier de ce bon petit poste :

«Cette nomination apparaît comme le «golden parachute» d’une élue en mal d’électeurs.

Au pire, elle procède d’un accord politique lui ayant permis de s’exfiltrer de Montreuil»

La République irréprochable, même eux avouent que c’est certainement pas maintenant

Source et publication: http://24heuresactu.com/2014/04/17/bartolone-denonce-le-parachute-dore-offert-par-hollande-a-voynet/!

Site : http://jean-marielebraud.hautetfort.com/

Blog : http://pdf.bretagne.over-blog.com/

Mail : pdfbretagne@orange.fr

Bartolone dénonce le parachute doré offert par Hollande à Voynet

Rédigé par lesoufflet le 17 avril 2014.

17.04.2014

Au sein de son propre camp, les petites combines politicardes de Hollande finissent par dégouter. Ainsi, cette semaine, c’est le président socialiste de l’Assemblée Nationale qui a critiqué vivement notre présiflan au sujet de la nomination de Dominique Voynet comme inspectrice générale des affaires sociales. Il compare cette nomination à un « golden parachute », affirmant qu’elle remet en cause la république exemplaire promise par l’ex de Ségo, Trierweiler et Gayet.

L’entrée de Harlem Desir au gouvernent a choqué toute la France : utiliser un ministère de la République comme moyen de recaser un socialiste incompétent prouve la vision de la démocratie de ces gens qui estiment que la France et les Français doivent être au service du parti socialiste et de son idéologie.

Cette fois c’est Dominique Voynet, retraitée de la politique qui conserve quelque influence au sein d’EELV, à qui l’on offre un poste gracieusement payé, malgré son incompétence notoire et ses échecs à répétition, comme le dénonce si justement Claude Bartolone, pourtant membre du camp du bien et président de la très socialiste Assemblée Nationale qui a publié une note au vitriol sur son blog mercredi.

«En toute hypothèse, cette nomination est un regrettable accroc à la République irréprochable que nos compatriotes appellent de leurs vœux», dénonce-t-il dans un premier temps, avant de revenir sur le parcours de l’ancienne candidate à la présidentielle. «Elue ou parachutée tour à tour dans le Jura, au parlement européen, en Seine-Saint-Denis, puis défaite par les électeurs ou auto-démissionnée par certitude de l’être, Madame Voynet, si prompte à critiquer la violence du système, restera certainement silencieuse quant à la manière dont elle vient d’en profiter goulûment», s’énerve-t-il avant d’évoquer le «triste itinéraire d’une enfant gâtée de la République» qui a «laissé Montreuil en ruines et la gauche divisée comme jamais».

Au final, Bartolone dénonce tout haut les mêmes mécanismes puants qui ont permis à Harlem Desir de devenir ministre et à Dominique Voynet de bénéficier de ce bon petit poste :

«Cette nomination apparaît comme le «golden parachute» d’une élue en mal d’électeurs. Au pire, elle procède d’un accord politique lui ayant permis de s’exfiltrer de Montreuil»

La République irréprochable, même eux avouent que c’est certainement pas maintenant !

Repost 0
21 avril 2014 1 21 /04 /avril /2014 08:19

Kiev : la foule fait tomber une statue de Lenine

La communauté juive craint une montée de l'antisémitisme dans le cadre de la contestation nationale

Plusieurs centaines de milliers d'Ukrainiens pro-européens ont réclamé dimanche à Kiev le départ du président Viktor Ianoukovitch, dans une nouvelle démonstration de force suivie de la chute très symbolique d'une statue de Lénine.

Dans un acte de défi envers Moscou, une trentaine de manifestants a renversé une statue du leader de la révolution de 1917 Vladimir Lénine située dans le centre de Kiev et qui servait de point de rassemblement aux communistes locaux.

Les manifestants accusent le président ukrainien, qui a tenu des négociations vendredi avec Vladimir Poutine, de vouloir jeter l'Ukraine dans les bras de la Russie.

Deux députés du parti ultra-nationaliste Svoboda (Liberté) ont assisté à cette scène, selon un photographe de l'AFP sur place, qui a vu les assaillants, masqués, attacher le cou de la statue de 3,4 mètres à une corde et tirer pendant dix minutes avant qu'elle ne cède.

Le député d'opposition Andriï Chevtchenko a assuré que l'acte avait été accompli par un groupe isolé sans la bénédiction du mouvement dans son ensemble.

Plus tôt dans la journée, devant les manifestants, l'un des dirigeants de l'opposition, Arseni Iatseniouk, avait de son côté appelé à "élargir la contestation" et à "bloquer le quartier gouvernemental".

Une partie des manifestants a installé plusieurs tentes près du siège du gouvernement et a commencé à ériger des barricades avec des corbeilles à fleurs dans ce quartier.

Dans le même temps, les services spéciaux ukrainiens (SBU) ont annoncé l'ouverture d'une enquête pour tentative de "prise de pouvoir" suite "aux agissements illégaux de certains hommes politiques" non désignés. De tels actes sont passibles d'une peine allant jusqu'à dix ans de prison.

Près de 20.000 opposants au pouvoir se sont par ailleurs rassemblés à Lviv, dans l'ouest du pays traditionnellement pro-européen, tandis que des rassemblements plus modestes ont eu lieu dans plusieurs villes de l'est, économiquement et culturellement plus proche de la Russie.

"Nous voulons que la justice règne pour tout le monde et que le pouvoir cesse de voler", a expliqué à l'AFP Viktor Melnitchouk, un retraité de 52 ans, dans la capitale ukrainienne.

De son côté, la communauté juive s'inquiète de l'antisémitisme de certains groupes de l'opposition.

"Maintenant que les rues ukrainiennes sont pleines de civils, la sécurité de la communauté est notre principale préoccupation", explique Oleksandr Feldman, un député ukrainien et président du Comité juif ukrainien, dans un communiqué publié mercredi par le quotidien israélien Maariv.

Feldman a qualifié les protestations de "tour de force orchestré par divers partis d'opposition, des libéraux qui soutiennent les liens avec l'Union européenne, et des ultra-nationalistes anti-russes du parti Svoboda".

"La participation de Svoboda "et d'autres éléments aux tendances antisémites peuvent conduire à une situation où la communauté juive deviendrait un bouc émissaire" , a averti Feldman . "Nous sommes en état d'alerte".

Feldman a ajouté: "Dans une large mesure la communauté juive d'Ukraine soutient la promotion d'un chemin vers la fusion dans l'Union européenne (...) mais il est important d'adopter une position neutre et complète".

refus du pouvoir de signer fin novembre l'accord d'association avec l'UE négocié depuis trois ans et les violences contre les manifestants il y a une semaine ont plongé ce pays de 46 millions d'habitants dans une crise politique sans précédent depuis la Révolution orange de 2004 qui avait porté au pouvoir des pro-occidentaux.

La tension est montée d'un cran après la visite vendredi du président Viktor Ianoukovitch en Russie où il a discuté avec son homologue Vladimir Poutine de "partenariat stratégique".

Une synagogue incendiée dans le sud de l'Ukraine

Des individus ont lancé des cocktails Molotov sur la synagogue de Nikolaev, dans le sud du pays, pas de blessé

Des individus ont incendié samedi matin la synagogue de la ville de Nikolaev, dans le sud de l'Ukraine, selon le site shturem.org.

Deux cocktails Molotov ont été lancés sur la porte et sur une fenêtre de la synagogue, selon Yisroel Gotlieb, le fils du rabbin de la ville.

La synagogue était vide de fidèles quand l'incendie s'est déclaré.

Selon shturem.org, un passant ayant aperçu l'incendie a réussi à éteindre le feu à l'aide d'un extincteur, empêchant qu'il se propage à tout le bâtiment.

L'attaque a été enregistrée par une caméra de sécurité de la synagogue et la vidéo a été mise en ligne sur YouTube.

Nikolaïev est une ville portuaire de la mer Noire d'environ 500.000 habitants, qui est située dans le sud de l'Ukraine à environ 130 km d'Odessa.

En février, la synagogue Giymat Rosa de la ville de Zaporijia, située à 400 km au sud-est de Kiev, avait également été incendiée par des inconnus.

La semaine dernière, des tracts appelant les Juifs à se déclarer auprès des séparatistes pro-russes et à payer une taxe spéciale ont été distribués dans la ville de Donetsk.

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry avait qualifié cette convocation de "grotesque", alors que le président américain Barack Obama s'était dit "écoeuré" par la diffusion de ces tracts.

La Ligue anti-diffamation, organisation internationale de lutte contre l'antisémitisme, avait exprimé ses doutes sur l’authenticité des documents, qu’elle considérait comme une instrumentalisation qui rappelle des périodes sombres de l'histoire.

source et publication: http://www.i24news.tv/fr/actu/international/europe/140420-une-synagogue-incendiee-dans-le-sud-de-l-ukraine

Repost 0
21 avril 2014 1 21 /04 /avril /2014 07:12

Lundi 21 avril 2014

Sortez vos mouchoirs : Combien sont payés les hauts fonctionnaires européens ? Beaucoup !

Premier élément : les députés européens figurent parmi les responsables les plus mal payés de l’UE, avec un revenu de 7.057 euros par mois ou 95.482 euros par an.

C’est beaucoup moins qu’un haut fonctionnaire à la commission.

Le vice directeur général peut ainsi toucher jusqu’à 203.026 euros par an, le directeur général 220.452 euros par an.


C’est aussi beaucoup moins qu’un simple membre de la Cour de justice européenne ou de la Commission européenne qui sont rémunérés 255.300 euros par an, ou 21.275 euros par mois.

Le revenu du député européen n’augmente pas si le député devient président du Parlement européen.

On comprend ainsi mieux l’envie de l’actuel président du Parlement, Martin Schulz, de décrocher le poste de président de la Commission européenne, payé 321.238 euros par an (26.770 euros par mois).

Ce poste n’est cependant que le deuxième poste le mieux payé de l’UE, à égalité avec la présidence de la Cour de Justice de l’UE et le président du Conseil européen.

Le mieux payé, c’est le président de la BCE, actuellement Mario Draghi qui touche 374.124 euros par an, soit 31.177 euros par mois.

De quoi profiter de l’inflation faible pour « acheter beaucoup de choses », pour reprendre son fameux proverbe prononcé cet été (et oublié depuis) : « with low inflation, you can buy more stuff » (« avec une inflation faible, vous pouvez acheter plus de choses »).

De façon générale, il est frappant de constater que les dirigeants des quatre grands pays de l’UE sont nettement moins payés que les dirigeants européens.

Le président du conseil italien, le mieux payé, touche 207.630 euros par an, soit 17.280 euros par mois.

C’est 19 % de moins qu’un commissaire européen et 45 % de moins que son compatriote Mario Draghi. Pour Angela Merkel et ses 204.192 euros, le revenu est inférieur de 21 % à celui d’un commissaire européen.

Les deux têtes de l’exécutif français ne touchent que 178.920 euros par an, soit 30 % de moins qu’un commissaire.

Enfin, le premier ministre britannique et ses 173.323 euros annuels, dispose de revenus inférieurs de 34 % à celui d’un commissaire, soit plus d’un tiers de moins.

Mais d’autres doivent également regarder vers Bruxelles avec envie : le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon est le mieux payé des hauts fonctionnaires internationaux, mais ses revenus sont inférieurs de 7,5 % à celui d’un commissaire et 27 % de moins que le président de la BCE.

Rien d’étonnant alors à ce que, voici deux semaines, le premier ministre finlandais ait annoncé vouloir s’installer dans un rôle à Bruxelles.

Et que le ministre sortant de l’économie français, Pierre Moscovici, lorgne avec envie vers un poste de commissaire…

La Tribune

source

Repost 0
21 avril 2014 1 21 /04 /avril /2014 07:03

Chapelle Saint-François de Rennes : prison ferme pour le profanateur

Le 20 04 2014 Avec 1 Commentaires

Une information du blogue Breizh Info

L’auteur du cambriolage de la chapelle Saint-François, à Rennes (voir ici, ici et ), un Français d’origine brésilienne, a été condamné lundi 14 avril à 2 années de prison ferme par le tribunal de Rennes à la suite de son procès en comparution immédiate.

Agé de 34 ans, l’homme avait été interpellé jeudi dernier [10 avril] alors qu’il avait volé du vin de messe et dégradé du matériel au sein de la chapelle Saint-François, fréquentée par une nombreuse communauté catholique traditionaliste.

A ces deux années de prison ferme, l’homme, récidiviste, voit également deux sursis (18 et 5 mois) tomber, portant à 4 années d’emprisonnement sa condamnation.

Il a été écroué à l’issue du procès. Cette nouvelle attaque visant un lieu de culte catholique avait semé l’émoi dans la communauté catholique rennaise après les dégradations ayant visé les églises Saint-Martin de Moutiers et Saint-Crépin-et-Saint-Crépinin de Rannée puis […] Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle à Rennes.

Source : Breizh Info

A Propos De L'auteur ⁄ Daniel Hamiche

Daniel Hamiche est journaliste et président de l’association Amitié catholique France/États-Unis. Il a lancé, en 2007, le blogue Americatho (aujourd’hui membre du portail de réinformation Riposte Catholique). Il est administrateur et rédacteur du blogue L’Observatoire de la Christianophobie.

ARTICLES POUVANT VOUS INTÉRESSER

Maine-et-Loire : tabernacle forcé, saintes espèces dérobées

19 Avr 2014

Belgique : profanations et vols vont bon train dans les églises

18 Avr 2014

Sénégal : trois églises catholiques profanées

18 Avr 2014

Messe de réparation pour la profanation de Bouchamps-lès-Craon

15 Avr 2014

  • RÉPONDRE

    gaudet

    20 avril 2014

    Je ne puis qu’adhérer à la justesse de ce travail des magistrats, et j’espère profondément que cette décision indispensable, convaincra l’intéresser de ne plus s’attaquer à un lieu de culte chrétien.

    Hélas les passions christianophobes tant des gauchistes satanistes, que des islamistes, sont tellement puissantes, que je doute que d’aussi condamnations assez légères, si tant est qu’elles seraient réellement prononcées à leur encontre , puissent produire un effet dissuasif assez conséquent .

    Car de fait non églises , ont moins à craindre de minables petits cambrioleurs, que de l’action criminelle de véritables idéologues christianophobes, dont les comportements sont malheureusement traités , avec un laxisme et une désinvolture tellement effarante ! que l’on ne peut s’empêcher d’y voir , une volonté directrice du ministère lui même ! dont la connivence avec ces groupes libertaires de gauche, est devenu aveuglante

- See more at: http://www.christianophobie.fr/breves/chapelle-saint-francois-de-rennes-prison-ferme-pour-le-profanateur#sthash.lUgUgN0c.dpuf

Repost 0
21 avril 2014 1 21 /04 /avril /2014 06:51

Lundi 21 avril 2014

Avril 1961 - Il y a 53 ans, disparaissait, en Algérie, la plus prestigieuse unité de Légion étrangère…

LA FIN DU 1er REGIMENT ETRANGER DE PARACHUTISTES

«L’Honneur est-il dans l’obéissance absolue au pouvoir légal, ou dans le refus d’abandonner des populations qui allaient être massacrées à cause de nous ? J’ai choisi selon ma conscience. J’ai accepté de tout perdre, et j’ai tout perdu. (…) Je connais des réussites qui me font vomir. J’ai échoué, mais l’homme au fond de moi a été vivifié » (Commandant Hélie Denoix de Saint-Marc - « L’aventure et l’espérance »)

… 22 Avril 1961

Une agitation anormale prenait naissance. On signalait des mouvements imprévus des véhicules de groupes de transport. Il était une heure du matin et les légionnaires du 1er REP, commandés par le Commandant, Elie Denoix de Saint-Marc, fonçaient sur Alger.

Pouvait-on vivre chargés de honte? La France s’enfonçait dans les égouts, la France n’existait plus. A son secours volaient les légionnaires, prêts à verser leur sang si la légion le leur demandait, marchant de leurs pas d’éternité vers la vie, vers la mort, fidèles à eux-mêmes, aux pierres tombales qui jonchaient leur route, fidèles à l’honneur.

Au même moment, d’autres « Seigneurs de la guerre » investissaient les grandes villes d’Algérie : le 1er Régiment Etranger de Cavalerie du Colonel de la Chapelle, le 5ème Régiment Etranger d’Infanterie du Commandant Camelin, le 2ème Régiment Etranger de Parachutistes entraîné par ses capitaines et son commandant, le cdt Cabiro, dès lors que son chef, le colonel Darmuzai était « déficient », les14ème et 18ème Régiments de Chasseurs Parachutistes des Colonels Lecomte et Masselot, le groupement des commandos de parachutistes du Commandant Robin, les commandos de l’air du Lieutenant-colonel Emery… Les fleurons de la 10ème et de la 25èmeDivision de Parachutistes.

Et puis d’autres unités se rallient au mouvement : le 27ème Dragons du Colonel Puga, le 7ème Régiment de Tirailleurs Algériens, le1er Régiment d’Infanterie de Marine du Commandant Lousteau, le 6ème RPIMA du Lieutenant-Colonel Balbin et le 8ème RPIMA du Colonel Lenoir, le 94ème RI du Colonel Parizot, le 1er RCP du Colonel Plassard, le 9ème RCP du Colonel Brechignac… A noter aussi le ralliement immédiat des harkis du Commandant Guizien, basés à Edgar-Quinet, village situé au pied de l’Aurès. Au lendemain du cessez-le-feu, ils paieront très cher leur fidélité : un millier de ces supplétifs, avec femmes et enfants, seront massacrés dans des conditions effroyables…

Néanmoins quelque chose avait filtré du projet. Il n’est pas de secret que puissent garder tant d’hommes en marche vers leur mystérieux rendez-vous. De confuses alertes chuchotées de bouche à oreille avaient couru d’un bout à l’autre de l’Algérie, affolant par l’imminence d’un événement qu’ils pressentaient, de courageux officiers qui s’étaient ainsi rués dans l’une de ces échappatoires qui leur permettrait, plus tard, de pouvoir se disculper tant auprès des vaincus que des vainqueurs. Ils s’étaient fait mettre en permission pour éluder le choix et des quatre coins d’Algérie, des chefs étaient partis pour ne pas être présents quand se lèveraient les aurores difficiles… Pourtant, des années durant, sur les tombes des officiers tués au combat, ces mêmes chefs avaient limité leur oraison funèbre à un serment prêté sur les cercueils drapés de tricolore : « Nous n’abandonnerons jamais l’Algérie ! ». Qu’en était-il aujourd’hui ?

Fallait-il dans ce cas employer la force? C’est dans de tels moments que bascule le destin des hommes… et c’est à ce moment-là que bascula celui de l’Algérie française.

Parce que la fraction de l’armée qui s’était révoltée refusait de mener le même combat que la rébellion, la bataille allait être perdue. Parce que les généraux, notamment le général Challe, avaient eu la naïveté de croire qu’une révolution se faisait sans effusion de sang et pouvait se gagner uniquement avec le cœur et de nobles sentiments, ils allaient entraîner avec eux dans leur perte les meilleurs soldats que la France n’ait jamais eus… et tout un peuple crédule et soumis.

A l’évidence, ils négligèrent les recommandations d’un célèbre révolutionnaire : Fidel Castro, dont la doctrine était la suivante : « Pour faire une révolution, il vaut mieux un chef méchant que plusieurs chefs gentils ».

25 Avril 1961

Le général Challe prend la décision de mettre fin au soulèvement et de se livrer au bon vouloir de Paris. Ce faisant, il va consacrer la défaite des plus belles unités, livrer 20 ans de sacrifices et d’expérience. Ce qu’il remet à l’ennemi, c’est la force morale d’une armée qui retrouvait le goût de vaincre, c’est tout un capital jeune et révolutionnaire qu’elle avait amassé avec tant de souffrance pour la nation.

Dès lors, le choc psychologique provoqué par la reddition du chef va être considérable. Dans des circonstances d’une telle intensité dramatique, la fermeté du commandement est la bouée qui retient les faibles et les indécis. Qu’elle vienne à couler et c’est le sauve-qui-peut. Remontent alors en surface les résidus de l’humanité : les attentistes, les lâches et les habiles ! Ah ! Il ne leur reste pas beaucoup de temps pour sortir de leur prudence et prouver qu’ils méritent d’accéder au grade supérieur. Du coup, l’Etat retrouve pléiade de serviteurs zélés, moutons de Panurge revus et corrigés par l’Elysée, même si le grand cordon d’une légion d’honneur leur sert de collier.

C’est désormais la débandade ! Outre les officiers qui ont refusé de franchir le rubicond et qui louent désormais le Seigneur pour leur « bon choix », de nombreux officiers putschistes, sentant le vent tourner, se rallient au pouvoir. Les rats quittent le navire !…

Et ce fut la fin! Les camions défilèrent un à un avec leur chargement de généraux, de colonels, de paras et de légionnaires. Les hommes chantaient une rengaine d’Edith Piaf : « Non, rien de rien… Non, je ne regrette rien » tandis que d’autres camions arrivaient maintenant, portant des soldats du contingent métropolitain qui chantaient, indifférents à la peine des uns et des autres : « Les Pieds-Noirs sont dans la merde » sur l’air des « gaulois sont dans la plaine ».

Ainsi durant quatre jours et cinq nuits, des hommes valeureux avaient tenté de sauver l’Algérie. Son corps se vidait de son sang, tout sombrait. Leur dignité imposait de se conduire en Seigneurs, même s’ils étaient chargés de tout le désespoir du monde. Ne rien regretter ? Si ! D’avoir perdu. Et des camions qui roulaient maintenant dans la nuit profonde, toujours ce chant qui s’élevait encore plus vibrant :

« Non, rien de rien

Non, je ne regrette rien… »

JE NE REGRETTE RIEN, ce cri allait désormais devenir l’hymne de ceux qui avaient osé et qui avaient tout sacrifié… sauf leur honneur.

C’étaient des hommes vaincus –provisoirement-, courageux et généreux qui connaissaient l’adversité. Les légionnaires se souvenaient pour la plupart de leurs combats pour la liberté en Pologne ou en Hongrie, pour d’autres, ceux des rizières du Tonkin, pour d’autres encore, ceux de That-Khé, Dong-Khé, Cao-Bang, Diên Biên Phu qui furent les tombeaux d’unités prestigieuses telles que les 2ème et 3èmeRégiments Etrangers et du 1er BEP -Bataillon Etranger de Parachutistes-, celui-là même dont les légionnaires du 1er REP étaient les fiers héritiers…

Les appelés des 14ème, 18ème RCP et des commandos, trop jeunes pour avoir connu tant de gloire, demeuraient traumatisés par ces visions apocalyptiques qui les hantaient et que représentaient ces visages lacérés où les yeux manquaient, ces nez et ces lèvres tranchés, ces gorges béantes, ces corps mutilés, ces alignements de femmes et d’enfants éventrés, la tête fracassée, le sexe tailladé. Tous, à ce moment ignoraient le désespoir et savaient que demain la lumière brillerait à nouveau. C’étaient des révoltés à la conscience pure, des soldats fidèles, des Hommes… des vrais !

Quel contraste étonnant cependant entre ces Seigneurs de la guerre que l’on montrait aujourd’hui du doigt sous le sobriquet fallacieux de « mercenaires » et de « factieux », ces soldats-loups à la démarche souple de félins accoutumés à la chasse et au guet, infatigables dans le chaos minéral de l’Aurès, soldats perdus dont l’uniforme collait comme une peau de bête, acceptant le défi de la guerre dans les défilés étroits comme des pièges, sur les pitons enneigés ou brûlés par le soleil, dans l’enfer du désert où le monde mort a chassé celui des vivants… et ces hommes flasques qui entonnaient de plus belle leurs incantations à la quille !…

Au lendemain de la reddition des généraux, le général de Gaulle s’empressa d’épurer l’armée française. L’occasion était trop belle d’en finir avec les contestataires trop fidèles en leur idéal et en leur parole. C’est ainsi, qu’outre les centaines d’arrestations opérées dans les milieux militaires, policiers et civils, les régiments qui avaient constitué le « fer de lance » du putsch : 1er REP, 14ème et 18ème RCP, Groupement des commandos Parachutistes et Commandos de l’air, allaient être dissous. Le 2ème RPIMA quant à lui, allait être expulsé de ses cantonnements. Dissoutes, également la 10ème et la 25ème Division de Parachutistes. Ne pouvant éliminer toutes les unités compromises sous peine de réduire à néant la force opérationnelle, seul leur encadrement serait sanctionné…

C’est ainsi qu’au cantonnement du 1er REP, l’ordre vint, sec et cruel. Le régiment était aux arrêts ! Tous les officiers de cette prestigieuse unité devaient sur le champ se constituer prisonniers. Beaucoup de légionnaires refusaient de s’incliner ; ils voulaient livrer un ultime baroud d’honneur. Leur « Camerone » à eux, ils le souhaitaient, ils le désiraient. Mais toute résistance devenait désormais inutile. Leur sacrifice aurait été vain, l’Etat était trop puissant, la France entière était contre eux, elle les avait reniés et l’Algérie était d’ores et déjà condamnée. Les blindés de la gendarmerie mobile cernaient le cantonnement, prêts à leur donner l’assaut. La flotte était là à quelques encablures, ses canons pointés vers eux. Allons ! Il faut céder. C’en est fini du 1er REP…

La population européenne tout entière se dirigea vers le camp de Zéralda où les légionnaires étaient cantonnés. Elle voulait dire adieu à « son » régiment, le saluer une dernière fois, lui dire encore et toujours : Merci ! Merci à « ses » légionnaires. Les commerçants baissaient leurs rideaux, les jeunes filles portaient des brassées de fleurs. A eux, les portes du camp s’ouvrirent. Les journalistes furent interdits. « Vous ne verrez pas pleurer les légionnaires ! » leur lança un officier. Même les cinéastes du service cinématographique des armées furent refoulés. Pas question de filmer la mort du REP!

Le silence se fit. Une ultime et bouleversante cérémonie aux couleurs, réunit autour du grand mât blanc, la population et ces valeureux baroudeurs, jeunes d’Algérie et vétérans d’Indochine.

Soudain, de la foule en larmes, surgit une petite fille. Tel un ange de blanc vêtu, elle s’avança vers les rangs des légionnaires, une feuille à la main. D’une voix douce et faible elle en fit la lecture. C’était l’ultime hommage du petit peuple de Zéralda à leurs enfants en reconnaissance de leurs sacrifices, leur courage et leur fidélité. Puis elle éleva sa petite main jusqu’à sa bouche et dans un geste empreint d’une infinie tendresse, leur adressa un baiser. A ce moment, les applaudissements crépitèrent et une pluie de pétales de rose tournoya dans les airs.

Gagnés par l’émotion et la rancœur, des légionnaires parachutistes, le visage tendu, les yeux rougis, sortirent des rangs, ôtèrent leurs décorations couvertes d’étoiles, de palmes et de gloire et les jetèrent devant eux. L’assistance regardait avec une sorte d’effroi ces médailles qui jonchaient le sol. Des femmes les ramassaient et en les embrassant, les rendaient aux paras : « Si, si, reprenez-les ! » Des officiers pleuraient.

Puis ce fut l’embarquement dans les camions. Certains criaient : « De Gaulle au poteau ! », d’autres « Algérie française quand même! ». Sur leurs joues, des larmes coulaient. D’autres s’efforçaient de sourire à la foule venue en masse pour les saluer et qui s’époumonait à hurler sur leur passage : « Vive la légion ! », tandis qu’à la vue des képis blancs, les gendarmes mobiles s’effaçaient.

La colonne traversa la petite ville où les Européens qui n’avaient pu se rendre au camp couraient sur les trottoirs, leur lançant un ultime adieu. Des mains jetaient des fleurs sous les roues des camions.

Un à un, les lourds véhicules passèrent au milieu des cris, des larmes, des baisers envoyés à la volée. Alors, de la colonne, couvrant le grondement des moteurs, 1200 légionnaires, partagés entre la colère et le chagrin, entonnèrent un refrain aux lentes cadences, pathétique, triste, entrecoupé de sanglots :

« Non, rien de rien,

Non, je ne regrette rien… »

Le convoi du 1er REP roulait sur un tapis de roses, de lilas et de pensées. Voie triomphale et triste. Et sous les baisers, les acclamations, les larmes et les fleurs, il disparut dans un dernier nuage de poussière, convoi de mariniers halé par une complainte grave, emportant avec lui les plus folles espérances…

Pauvre régiment ! Si glorieux ! Que triste est ton sort aujourd’hui ! Et dans son sillage se traînait déjà, lamentablement, le fantôme déguenillé de l’Algérie française…

Et tandis que les légionnaires roulaient vers leur destin, d’autres hommes, d’autres « Seigneurs de la guerre », braves et courageux, parachutistes et commandos des unités putschistes dissoutes assistaient, la rage au cœur, à l’amené du drapeau, de ce même drapeau qu’ils avaient eux aussi défendu au prix du sang dans les rizières d’Indochine et sur les pentes des djebels. La 10ème et la 20ème Division de Parachutistes avaient fini d’exister !…

Créé au lendemain de la seconde guerre mondiale, le BEP (Bataillon Etranger de Parachutistes), appellation originelle de l’unité, avait été deux fois sacrifié en Indochine. Une première fois au Tonkin où 17 légionnaires seulement revinrent d’une mission « suicide », puis à Diên Biên Phu où durant deux mois il connut le cauchemar que l’on sait. Sur le millier d’hommes qui reconstituèrent l’unité après leur premier sacrifice, moins d’une dizaine survécurent…

Reconstitué en 1955 pour les besoins de la guerre d’Algérie sous l’appellation de REP (Régiment Etranger de Parachutistes), il mit hors de combat 8000 « fells », récupéra plus de 5000 armes mais compta également 300 tués –dont le Colonel Jeanpierre- et 500 blessés.

Pour son seul séjour en Algérie, le 1er REP avait reçu pour ses légionnaires parachutistes, plus de trois mille citations. Son drapeau portait cinq palmes et la fourragère aux couleurs de la médaille militaire.

Il était le premier régiment de choc de l’armée française. Premier par sa bravoure, premier par son sacrifice, premier par ses héros qui le composaient, premier par ses citations, douloureusement premier par le nombre de ses morts et premier dans le cœur des Pieds-Noirs.

De toute cette gloire, il ne reste aujourd’hui que des souvenirs…

Puis le « cessez- le- feu » fut proclamé. L’ennemi d’hier devint l’interlocuteur privilégié de l’état français… et ce fut la fin.

Une nouvelle fois le drapeau tricolore fut amené. Une nouvelle fois l’armée française plia bagages poursuivie par les regards de douleur et de mépris et les cris de tous ceux qu’elle abandonnait. Le génocide des harkis commençait…

Dans le bled –comme en Indochine- les Musulmans qui avaient toujours été fidèles à la France s’accrochaient désespérément aux camions et, à bout de force, tombaient en pleurant dans la poussière de la route. Ce sont, là, des images que seuls ceux qui ont une conscience ne pourront de si tôt oublier…

Et c’est de cette façon que mourut l’Algérie française… dans la honte, les larmes et le sang… Oui, c’était bien la fin!… la fin d’un monde… la fin d’une génération de soldats… la fin d’une épopée… la fin d’un mythe… la fin d’une race d’hommes… de vrais… celle des Seigneurs de la guerre !

Et si ces hommes avaient choisi de se battre jusqu’au bout, s’ils avaient vomi le renoncement, c’était encore pour une certaine idée qu’ils se faisaient de la France, c’était pour l’Algérie française leur seul idéal, c’était pour le sacrifice de leurs camarades qu’ils ne voulaient pas vain, c’était pour ces milliers de musulmans qui avaient uni leur destin au leur, c’était pour ces « petits Français de là-bas » qui étaient les seuls à les comprendre et à les aimer et c’était aussi parce qu’ils avaient choisi de se fondre dans un grand corps aux réflexes collectifs, noués dans la somme des renoncements individuels et que par ce chemin, ils atteignaient à une hautaine dimension de la LIBERTE.

Mais le peuple d’Algérie, lui, n’exprimera jamais assez sa gratitude à ces « soldats perdus », à tous ceux qui, par sentiment profond, ont risqué leur vie, ont abandonné leurs uniformes, ont sacrifié leur carrière, ont été séparés de leurs familles –parfois durant de longues années- ont connu la prison, l’exil, le sarcasme de leurs vainqueurs et de ceux qui n’avaient pas osé, des lâches, des poltrons et des traîtres pour être restés fidèles à leurs serments et à leur idéal.

Le temps passera, l’oubli viendra, les légendes fleuriront, mais jamais assez l’histoire ne mesurera la grandeur de leur sacrifice.

José CASTANO

e-mail : joseph.castano0508@orange.

« J’ai choisi la discipline, mais choisissant la discipline, j’ai également choisi avec mes concitoyens et la nation française, la honte d’un abandon, et pour ceux qui, n’ayant pas supporté cette honte, se sont révoltés contre elle, l’Histoire dira peut-être que leur crime est moins grand que le nôtre » (Général De Pouilly)

-o-o-o-o-o-o-o-

Concernant l’histoire du 22 avril 1961, il appartiendra aux historiens de l’écrire, un jour, avec honnêteté et clairvoyance. Avant toute chose, ils devront établir une liste des colonels et des généraux permissionnaires. Ils découvriront alors que ce « putsch » ne fut rien d’autre, en réalité, que l’épreuve de force entre une élite qui s’engagea, qui jeta tout dans l’aventure jusqu’aux soldes, jusqu’au prestige hérité du passé, jusqu’à la vie… et un troupeau qui éluda l’engagement et l’abandonna aux sergents, parce qu’il avait depuis longtemps choisi entre l’auge et le sacrifice à une idée.

La politique et l’histoire offrent à chaque instant le spectacle de retournements qui, quelques mois, quelques jours, quelques heures auparavant avaient encore paru incroyables. Il semble que le cœur des hommes et leurs intérêts rivalisent d’inconséquence et nourrissent le même goût pour l’imprévu et pour l’imprévisible. La logique et la raison ne s’emparent de leur imagination que pour mettre un semblant d’apparence d’ordre et de nécessité dans le foisonnement de leurs scrupules, de leur indécision, de leurs regrets et de leur versatilité. J.C

-o-o-o-o-o-o-o-

Conférence sur : « LES SEIGNEURS DE LA GUERRE »

- De l’Indochine à l’Algérie, la Légion étrangère au combat

- L’Odyssée et la fin tragique du 1er Régiment Etranger de Parachutistes en Algérie.

Cette conférence, organisée par le Cercle algérianiste de Béziers, sera donnée par José CASTANO, Vendredi 25 avril, à 18h, à l’hôtel « Le Pavillon » - Av. des Clapiers (la montagnette) – 34420 VILLENEUVE-LES-BEZIERS – Tel. 04.67.39.40.00

(Sortie de l'autoroute : Béziers centre - Au rond-point, direction Villeneuve. Rester sur la file de droite pour sortir du périphérique avant le feu)

– Entrée gratuite pour tous - Un repas (facultatif) suivra. Renseignements et inscriptions au 09.51.23.17.40 ou 06.24.28.12.44.Pour le repas, inscription avant le 21/04

E-mail : ros.pierre1@aliceadsl.fr

-o-o-o-o-o-o-o-

Cliquez sur la photo

Hommage à Hélie de Saint Marc

Afin que survive leur mémoire…

Cliquez sur ces liens :

Zeralda

Le putsch d'Alger

-o-o-o-o-o-o-o-o-

Le 22 Avril au soir le 1° RCP (Régiment de Chasseurs Parachutistes) est accueilli à MAISON BLANCHE, aéroport d'ALGER, sous les sifflets et les huées par les aviateurs (les rampants ) de tous grades, hostiles aux généraux putschistes. Les points de restauration sont fermés. Il faudra que de vieilles amitiés jouent entre officiers pour que les mess ouvrent leurs portes. Sur le terrain de MAISON BLANCHE, le 1° RCP se déplace en chantant colonne par six et en impose par sa cohésion et sa discipline, ce qui met fin aux manifestations "des balayeurs de piste ".

A la mémoire de mon ami, Lucien BONILLO, ancien du 1er RCP et fidèle de l’ADIMAD qui s’en est allé rejoindre ses camarades de combat en octobre 2013. Il repose au cimetière de PEROLS (34)

-o-o-o-o-o-o-o-

Mes ouvrages, cliquez sur : -Ma Bibliographie –

- Ma Biographie -

joseph castano

Repost 0
20 avril 2014 7 20 /04 /avril /2014 14:33
POUR UN RENOUVEAU NATIONAL, POPULAIRE ET PATRIOTE !

LE PARTI DE LA FRANCE ! LE RENOUVEAU NATIONAL !

EXTRAIT DU PROGRAMME DU PARTI DE LA FRANCE !

a) Affirmons le droit de la France à rester Française, refusons le droit de vote aux étrangers, refusons la colonisation migratoire et islamique !

b) Rétablissons la sécurité des Français, la justice et l' ordre public !

La peur doit changer de camp ! Il est temps de nettoyer la France de la délinquance, de la criminalité et de la corruption !

c) Défendons les libertés économiques et l' initiative privée!

Refusons l' étatisme, les gaspillages publics le fiscalisme , le socialisme!

L' état et les collectivités territoriales doivent faire des économies et se serrer la ceinture !

d) Instaurons un patriotisme social en réservant les aides sociales aux seuls Français et l' emploi en priorités aux Nationaux !

L' immigration / invasion extra-européenne ruine la FRANCE depuis plus de quarante ans ! il faut produire en France avec des Français ! Organisons la reconquête économique de notre marché intérieur ! il faut défendre la France des terroirs et des clochers !

e)Restaurons les valeurs sociales et familiales de notre civilisation Européenne et Chrétienne ! la France doit créer un statut social de la mère de famille !

Reconstruisons l' école du savoir et de l' identité Française !

Garantissons le libre choix de l' école pour les familles ! favorisons et garantissons le libre choix de l' apprentissage et de la formation professionnelle continue des filières d' excellence !

f) Affirmons une politique étrangère indépendante et libre ! instaurons le Scrutin Proportionnel pour toutes les élections ! instaurons : la Démocratie directe par le référendum d' initiative populaire et du Référendum véto !

Refusons la préférence communautaire ! Organisons une nouvelle Europe des Patries !

Pour un renouveau National, populaire et Patriote !

REJOIGNEZ NOS CAMARDES ! ADHÉREZ !

Le Parti de la France
6, Allée des Templiers
78860 Saint Nom L
a Bretèche

Tel : 09 67 17 81 36 - Fax : 01 41 10 81 36
Email : lepdf@orange
.fr

Source : Tract : Pour rendre la France au Français !

Mr Daniel LUCAS Délégué des côtes d' Armor (22)

Membre élu du Comité Central

Mail: daniel-lucas1313@bbox.fr

Tél: 06 65 61 08 62

-----------------------------------

Marie-Anne HAAS Délégué du Finistére ( 29 )

Membre du élu comité Central

Mail : mahaas@ouestrc.fr

Tél: 06 63 42 66 16

----------------------------------------

Patrick LE GUILLOU Délégué de l'Ile et Vilaine ( 35 )

Chargé de mission Dom-Tom, Polynésie !

Mail: Patrickleguillou@gmail.com

Tél: 06 34 47 16 09

0299165754

------------------------------------------

Jean-Marie LEBRAUD Délégué du Morbihan ( 56 )

Responsable Régional sur la Bretagne

Membre élu du Bureau Politique

Membre élu du Comité Central

Mail: j-m.lebraud@orange.fr

Tél: 06 09 53 93 84

Blog : http://pdf.bretagne.over-blog.com/

Mail : pdfbretagne@orange.fr

Repost 0
20 avril 2014 7 20 /04 /avril /2014 14:21

L’Elysée n’a publié aucun communiqué adressé aux Chrétiens de France à l’occasion des fêtes de Pâques !

Il semblerait que « Moi Président » nous rejoue une nouvelle fois son mauvais scénario, celui où il cherche une fois de plus à diviser les français et à les liguer les uns contre les autres !

Visiblement trop pressé par l’idée de pouvoir récupérer à son avantage le retour des 4 ex-otages en Syrie libérés dans la nuit de vendredi à samedi, le Président de la République a totalement oublié de souhaiter d’excellentes fêtes de Pâques aux français. Plus précisément aux chrétiens français.

Le Chef de l’Etat nous avait fait le même coup, je ne sais plus si c’est en 2012 ou en 2013, où face à la contestation populaire, il semblait s’être finalement résigné à publier en fin de journée un communiqué dans lequel il souhaitait de Joyeuses Fêtes de Noël aux chrétiens de France.

Je crois pourtant me souvenir que ni François Hollande ni Manuel Valls n’ont jamais oublié de souhaiter aux musulmans leurs fêtes, que ce soit pour le rupture du jeûne, l’Aïd et que sais-je encore…

Non, là, rien.

Un communiqué hier au sujet de la libération des journalistes ex-otages en Syrie puis un autre sur la réélection d’Abdelaziz Bouteflika, un autre sur le décès de Gabriel Garcia Marquez, mais toujours rien sur les fêtes qui seront célébrées ce week-end par un grand nombre de chrétiens en France et par-delà nos frontières, par tous les chrétiens du Monde.

A croire que les bénéfices à tirer pour le Président de la République de la publication d’un tel communiqué ne sont pas si intéressant que ça… C’est tout du moins de cette manière-là dont j’interprète son silence…

Il semblerait que pour un socialiste la question de la laïcité ne prévaut que lorsqu’il s’agit de fêtes chrétiennes.

Pour toutes les autres, la gauche est prête à fermer les yeux sur ses convictions les plus profondes…

Et visiblement pas si sincères que ça !

Repost 0
20 avril 2014 7 20 /04 /avril /2014 14:05

Le chômage des jeunes diminue … !

Voilà enfin une bonne nouvelle ... !

5 chômeurs en moins …!

C’ est un bon début …

1 ) Le Conseil Régional de Midi Pyrénées vient en effet de recruter Jérémie Martin, le fils du Ministre de l’écologie Philippe Martin comme chargé de mission au service de communication.

2 ) Il aura pour collaborateur le frère du ministre délégué aux Anciens combattants, Kader Arif, siégeant aux côtés de son père sur les bancs des ministres.

3 ) Il y a quelques jours, c’était Salomé Peillon, fille de l’ ex ministre de l’ Education nationale, qui était embauchée au poste de chargée de mission culturelle à l’ambassade de France en Israël.

4 ) Fin janvier, Thomas, le fils de Jean-Yves Le Drian, le ministre de la Défense, a été embauché par la Société Nationale Immobilière (1,3 milliard d’euros de revenus, 275.000 logements sociaux en gestion) à un poste très élevé pour cet élève moyen d’une école de commerce moyenne.

5 ) Et Clémentine, la fille de Martine Aubry est administratrice de l’auditorium du musée du Louvre …

Que des places gagnées au mérite … !

Et pour des jeunes dont le besoin est incontestable … !

Pour les vôtres … il faudra attendre un peu … !

Repost 0
20 avril 2014 7 20 /04 /avril /2014 13:56

Pour l' instant restons en France !

il ne vous a pas échappé qu’ ils ont tous du talent pour se relayer les uns après les autres, afin de nous expliquer comment adapter notre vie professionnelle pour renflouer les caisses qu’ ils ont vidées en vivant comme des rois pendant des années …

il faut bien reconnaître qu’ ils ont une très grande expérience du travail en entreprise pour nous imposer les contraintes utiles au redressement de la dette publique …

Le nouveau gouvernement doit mener un combat vigoureux contre le chômage et disposer pour cela de toutes les compétences nécessaires.

En particulier en ayant une connaissance de l'économie réelle et de l'emploi salarié, ou de la création ou gestion d'entreprise.

Examinons les 18 biographies de ces combattants ( le Président de la République, le Premier ministre et ses 16 ministres).

Avant de sacrifier leur carrière privée au nom de l’intérêt général, combien d’années les membres de l’état-major de la lutte contre le chômage ont-ils passé dans les tranchées de l’économie réelle ?

François Hollande, 60 ans, dans la vie active depuis l’âge de 26 ans. Nombre d’années passées en entreprise : 0.

Manuel Valls, 52 ans, dans la vie active depuis l’âge de 21 ans. Nombre d’années passées en entreprise : 0.

Laurent Fabius, 58 ans, dans la vie active depuis l’âge de 28 ans. Nombre d’années passées en entreprise : 0.

Ségolène Royal, 61 ans, dans la vie active depuis l’âge de 27 ans. Nombre d’années passées en entreprise : 0.

Benoit Hamon, 47 ans, dans la vie active depuis l’âge de 24 ans. Nombre d’années passées en entreprise : 0.

Christiane Taubira, 62 ans, dans la vie active depuis l’âge de 26 ans. Nombre d’années passées en entreprise : 0.

Michel Sapin, 61 ans, dans la vie active depuis l’âge de 28 ans. Nombre d’années passées en entreprise : 0.

Arnaud Montebourg, 51 ans, dans la vie active depuis l’âge de 28 ans. Nombre d’années passées en entreprise : 0.

Marisol Touraine, 55 ans, dans la vie active depuis l’âge de 25 ans. Nombre d’années passées en entreprise : 0.

François Rebsamen, 62 ans, dans la vie active depuis l’âge de 25 ans. Nombre d’années passées en entreprise : 0.

Jean-Yves Le Drian, 66 ans, dans la vie active depuis l’âge de 24 ans. Nombre d’années passées en entreprise : 0.

Bernard Cazeneuve, 50 ans, dans la vie active depuis l’âge de 25 ans.

Sa fiche Wikipedia et quelques articles de presse font état d’un début de carrière à la Banque Populaire, mais cet épisode n’apparaît pas sur la biographie officielle du nouveau ministre de l’Intérieur (par ailleurs très détaillée).

Une tache sur son CV que l’homme politique a du mal à assumer vis-à-vis de ses collègues qui n’ont jamais mangé de ce pain-là ?

Dans le doute, considérons que Bernard Cazeneuve a bel et bien vécu une courte expérience hors de la sphère publique. Nombre d’années passées en entreprise : 3.

Najat Vallaud-Belkacem, 36 ans, dans la vie active depuis l’âge de 23 ans. Nombre d’années passées en entreprise : 0.

Marylise Lebranchu, 66 ans, dans la vie active depuis l’âge de 26 ans. Nombre d’années passées en entreprise : 0.

Aurélie Filippetti, 40 ans, dans la vie active depuis l’âge de 24 ans. Nombre d’années passées en entreprise : 0.

Stéphane Le Foll, 54 ans, dans la vie active depuis l’âge de 23 ans. Nombre d’années passées en entreprise : 0.

Sylvia Pinel, 36 ans, dans la vie active depuis l’âge de 25 ans. Nombre d’années passées en entreprise : 0.

George Pau-Langevin, 65 ans, dans la vie active depuis l’âge de 23 ans.

Nombre d’années passées en entreprise : 0.

Saisissons-nous d’une calculatrice afin de faire les comptes : 0 + 0 + 0 + 0 + 0 + 0 + 0 + 0 + 0 + 0 + 0 + 3 + 0 + 0 + 0 + 0 + 0 + 0 = 3.

Sur les 531 années d’activité professionnelle cumulées par notre nouveau gouvernement de combat contre le chômage, seulement trois se sont déroulées sur cette « terra incognita » appelée entreprise.

Un petit 0,5% qui nous montre à quel point nous avons affaire à des gens qui savent de quoi ils parlent.

Pas de blague, Monsieur le ministre de l’Intérieur.

La France entière compte sur vos 36 mois à la Banque Populaire pour nous mener à la victoire.

Bref, on sait à quoi s'attendre … !

Merci Marc A.


Les élections européennes pointent le bout de leur nez …

Cette vidéo en dit long sur la mentalité de ceux qui inventent et gèrent les innombrables taxes ou impôts qui nous étouffen
t …

C’est éloquent … lisez bien le sous titrage de ces paroles exceptionnelles … !

Cet homme n’ a pas du se faire que des copains en disant la vérité …

http://www.youtube.com/embed/jbLFo02jlH8

N’ hésitez à visionner une des 12 vidéos qui vous sont proposées en fin de bande …

Repost 0