29 juin 2012 5 29 /06 /juin /2012 08:17
Vendredi 29 juin 2012

adoption homoA la veille de la manifestation phare du lobby homosexuel (où les chiffres sont artificiellement gonflés), Dominique Bertinotti, ministre délégué à la famille réitère dans Le Parisien, la promesse de François Hollande :« Dans un an, les personnes du même sexe pourront se marier. »


Néanmoins, cela ne passera pas forcément avec aisance. Car le débat, même s’il débouche sur une égalité de droit, promet d’être au moins aussi passionné que lors du vote sur le pacte civil de solidarité, en 1999.

Le droit au mariage pour tous ouvre en effet un autre droit : celui pour les personnes homosexuelles de fonder une famille.

[...] Dominique Bertinotti s’est copieusement fait huer lors du congrès de l’Union nationale des associations familiales, samedi dernier, lorsqu’elle a évoqué « l’égalité entre toutes les familles ». Il y aura donc des résistances… Et des questions compliquées à trancher. Les enfants adoptés par des célibataires pourront-ils être adoptés une deuxième fois par les conjoints de ces derniers? La procréation médicalement assistée sera-t-elle ouverte aux célibataires? En cas d’enfant conçu par arrangement (fréquent) entre deux couples femmes-hommes, y aura-t-il quatre parents légaux? « On demande un mariage avec filiation et une filiation hors mariage », explique Fatiha Archerchour, porte-parole de l’Association des parents gays et lesbiens.

 

Source      http://www.thomasjoly.fr/article-denaturation-du-mariage-le-ministre-veut-tenir-cette-promesse-107563410.html

 

ET AUSSI

 

 

Vendredi 29 juin 2012

 sidaction-line-renaud-pierre-berge.jpgUn nouveau Sidaction a eu lieu, un nouveau moment de bonheur pour Pierre Bergé et ses amis, un moment d’intoxication idéologique comme la télévision sait si bien en faire. L’occasion aussi pour les responsables de la lutte médiatique contre le Sida d’amasser encore quelques millions d’euros pour « faire avancer » la recherche et accessoirement pour attiser la propagande homosexuelle et féminiser les petits garçons pour le plus grand plaisir de tous les tarés pervers qui alimentent, eux-aussi, l’audimat.

 

Bien que l’émission consacrée exclusivement à la cause sacrée des invertis fût un flop mémorable en ce qui concerne son audience, l’obligation morale de tous les invités des plateaux de télévision de porter le petit ruban rouge exprimant la solidarité envers la guerre contre la maladie permit aux messages propagandistes d’entrer subrepticement dans les cerveaux vermoulus des téléspectateurs et des téléspectatrices. France Info a aussi fait son « show » durant l’évènement qui redonne vie à sidaLine Renaud et déride le richissime Pierre Berger. Presqu’ennuyée la radio publique s’est elle-aussi échinée à vendre le Sidaction 2012 même si « le Sida ne fait plus peur comme avant »… Puisqu’il ne tuerait plus en France grâce, officiellement, aux cocktails pharmaceutiques, dont la fameuse trithérapie, mis au point par les gros laboratoires particulièrement lucratifs qui comptent beaucoup sur un Sida que l’on traite bien mais que l’on ne soigne jamais véritablement. Il s’agit ici encore du discours officiel. Car en réalité, il existe beaucoup de « patients » contaminés avant l’avènement de cette « avancée » pharmaceutique « qui ne sont jamais morts »… Malgré les effets extrêmement nocifs qu’ils ont du supporter en avalant des doses énormes d’AZT. Sans parler du stress morbide qu’ils ont du subir persuadés qu’ils étaient du caractère létal de la pathologie qui couvait en eux. Désormais, cependant, les médicaments sauvent tout le monde et c’est pourquoi, plus que jamais, les autorités sanitaires incitent fortement tous les Hexagonaux à se faire dépister afin d’échapper au monstrueux syndrome du Sida qui n’est en effet qu’un syndrome. Le rôle du VIH dans l’émergence du syndrome n’ayant par ailleurs jamais été formellement démontré !

 

Mais le business doit se poursuivre et c’est une grosse pointure de l’INSERM, Augustin Godard, qui affirmait dans Le Monde du 4 avril dernier que l’union de son organisme avec le groupe privé Roche « pourrait corruption 1rapporter des dizaines, voire des centaines de millions d’euros à l’INSERM » et donc aussi aux entreprises pharmaceutiques qui poursuivent leurs efforts dans la recherche sidaïque.  L’objectif affiché serait la découverte d’un vaccin contre le Sida mais aussi, chose plus probable, contre l’hépatite C et la tuberculose. En un seul et même vaccin ? La technique serait incontestablement plus malicieuse puisque les malades atteints du Sida ne meurent jamais du Sida mais de maladies opportunes apparaissant au sein d’organismes affaiblis dont le système immunitaire est ravagé, officiellement et l’idée est communément admise, par le Sida, qui n’est pourtant lui-même qu’un syndrome… Comme le montre le magazine Nexus dans son édition de mars dans un dossier très documenté, la recherche dans le domaine vaccinal au nom de la lutte contre le Sida apparaît comme une expérience très aléatoire puisqu’elle n’est axée qu’autour du VIH comme unique responsable de la maladie alors que des cas de Sida sans VIH sont régulièrement répertoriés et que de très nombreuses personnes vivent avec le VIH sans jamais déclencher une maladie comme le syndrome sidaïque.

 

Enfin, la thématique sidaïque est soumis aux mêmes impératifs économico-politiques que celle ayant trait au « réchauffement climatique » ou que celle de l’histoire shoatique. Même s’il y a de nombreuses victimes, la thèse officielle de la maladie est largement sujette à caution et ce n’est pas manquer de respect aux disparus que de dire cela. Peter Duesberg, chercheur, professeur de biologie moléculaire à l’université de Californie, Berkeley, Kary Mullis, chercheur Prix gay-pride.jpgNobel de chimie 1993, David Rasnick, biochimiste, université de Berkeley, mais aussi Rebecca Culshaw, mathématicienne, et plus de 2800 médecins dans le monde contestent l’équation VIH=sida. Or, c’est uniquement sur cet échafaudage ô combien vacillant que repose la recherche milliardaire sur le sida. Alors même que le prétendu virus HIV n’a jamais été véritablement isolé, que son éventuelle détection s’effectue par la mesure d’anticorps censés combattre la charge virale ! Dans les années 80, très rapidement, les chercheurs subventionnés américains, se jetèrent sur le paradigme viral car il était tout simplement le seul avec lequel ils observaient une certaine pratique. Pour la simple et bonne raison qu’au début des années 70, Nixon déclara la guerre au cancer en fournissant aux chercheurs des sommes astronomiques pour découvrir en priorité une origine virale à cette pathologie. Paradoxalement le génial Duesberg découvre en premier le rôle très relatif de certains virus dans la « construction » cancéreuse mais il abandonne les recherches sur cette piste ayant découvert avant les autres qu’elle n’était pas efficiente médicalement et d’une manière générale. La masse des chercheurs américains continua longtemps dans cette voie sans ne jamais rien trouver : leur sort devenait très sombre à la toute fin des années 70 et au début des années 80 face à l’amenuisement des subventions qu’ils dévorèrent jusque là. poppers.jpgMais il est indubitable que l’arrivée fracassante du Sida, sa nocivité fracassante dans le monde gay californien (dans un premier temps) constitua une aubaine pour tous ces chercheurs qui ne trouvaient rien. Boum ! Le jackpot pour ces grosses têtes onéreuses puisque Reagan qui subit immédiatement la pression des lobbies gays accorda à ces mêmes chasseurs de virus un milliard de dollars pour annihiler l’épidémie, avec les résultats que l’on connaît… Pour faire avaler la pilule au peuple américain, bien sûr largement hétérosexuel, le media balança sans vérifier ses sources l’information selon laquelle 1,5 millions d’hétérosexuels étaient atteints du sida en 1984. Psychose garantie et subventions pérennes assurées pour les savants techniquement chômeurs. Pourtant les premiers cas de sida étudiés étaient tous des homosexuels et précisément des gays adeptes des soirées underground, grands amateurs de poppers (substances euphorisantes et entraînant le relâchement musculaire afin d’éviter la douleur durant les ébats sodomites…) qui sont des produits extrêmement toxiques, illégaux aujourd’hui, et qui à haute dose détruisent littéralement le système immunitaire de leurs utilisateurs. Quand on sait que cette drogue était en outre mélangée très souvent à des dizaines d’autres dont l’héroïne et le LSD, il est plus aisé d’appréhender l’impact du style de vie de ces gens-là sur leur propre organisme qui devient un véritable bouillon de culture… Les premiers poppers en particulier (qui se vendent encore aujourd’hui sous le manteau) sont fabriquées à partir d’une molécule qui est aussi utilisée dans la fabrication de médicaments anti-rejets et qui a la particularité de détruire l’immunité et de provoquer parfois  le sarcome de Kaposi chez ses consommateurs. Le sarcome de Kaposi étant la maladie emblématique du sidaïque des années 80, gay en particulier…

 

mirko-grmek-1.jpgEn 1995 le docteur Mirko Grmek, historien de la médecine, écrivait dansHistoire du sida que « le sida n’est pas une maladie dans le sens premier du terme(…). Ses manifestations pathologiques n’auraient même pas pu être comprises en tant que maladie avant l’apparition de nouveaux concepts résultant des développements récents dans le domaine des sciences de la vie. Par le passé, une maladie était définie soit par des symptômes cliniques, soit par des lésions pathologiques, c’est-à-dire des changements morphologiques dans les organes et les tissus. Dans le cas du sida, rien de la sorte. Les personnes atteintes par le virus VIH souffrent et meurent avec des signes et des lésions typiques d’autres maladies. Il y a seulement vingt ans, ces maladies opportunistes étaient la seule réalité que les médecins auraient pu observer. » C’est bien la déclaration de certaines maladies qui permettent aux sidologues de prétendre diagnostiquer un sida virulent (même en l’absence de traces d’anticorps combattant le VIH).

 

sida-afrique.jpgEn Afrique ce postulat ne connaît aucun frein et c’est pourquoi les chercheurs affirment tranquillement que le continent noir abrite des dizaines de millions de sidaïques qui, même lorsqu’ils meurent de tuberculose, de dysenterie, de malnutrition, de malaria (qui déglingue le système immunitaire à l’instar des autres pathologies citées…) meurent officiellement presque toujours du sida… Un phénomène beaucoup plus médiatique qui facilite les appels aux dons et les dons eux-mêmes et qui ne cesse d’enrichir l’industrie pharmaceutique au détriment du budget de nombreux pays africains qui devient étique lorsqu’il s’agit de mieux nourrir  leur population ou de lutter efficacement contre la tuberculose et la malaria notamment.  Quelle est en définitive la responsabilité réelle (la part de responsabilité) du sida dans les hécatombes africaines et dans les plus anciennes hécatombes occidentales ? Comment les autorités publiques pourraient par ailleurs remettre en cause leur politique de santé sans être confrontés à leur propre responsabilité dans la gestion calamiteuse de cette étrange épidémie (cf. les effets mortels de l’AZT) ?

 

François-Xavier Rochette (RIVAROL du 13 avril 2012)

    Partager cet article

    commentaires

    Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
    Suivre ce blog