Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 avril 2014 3 30 /04 /avril /2014 09:24

Le 29 avril 2014

49 % des chefs d’établissement ont déclaré avoir été victimes d’agressions verbales ou physiques en 2012/2013.

Le « divorce » entre les parents d’élèves et l’école fait aujourd’hui la une du Parisien.

Gros titre : « Les instits ont peur des parents. » Et c’est peu dire, en effet, qu’en quelques décennies, la peur a changé de camp.

Georges Fotinos, « ancien inspecteur général de l’Éducation nationale, chercheur associé à l’Observatoire international de la violence à l’école, spécialiste du climat scolaire », a enquêté sur le phénomène qui, pour n’être pas une spécialité française, n’en participe pas moins de la déconfiture du système.

En homme du sérail, il a sondé 4.000 directeurs d’école élémentaire et maternelle (ils sont 325.000), et compte poursuivre bientôt son enquête auprès des directeurs du secondaire et des parents.

Le bilan est désastreux : 49 % de ces chefs d’établissement ont déclaré avoir été victimes d’agressions verbales ou physiques en 2012/2013.

Si les coups n’interviennent que dans 0,7 % des situations conflictuelles, on compte 23,1 % d’insultes, 26,7 % de menaces, et 38,6 % se disent victimes de harcèlement.

À cela, les causes apparaissent claires : « la méfiance, voire la défiance » s’est installée entre les deux camps, celui des enseignants reprochant aux parents une attitude et des attentes beaucoup trop « consuméristes » vis-à-vis du système éducatif.

« Les parents nous prennent de plus en plus pour des marchands de savoir : ils exigent un catalogue de prestations, comme si on était un comité d’entreprise », dit au journal Alain Rei, porte-parole de l’association des directeurs d’écoles (GDID).

60 % des personnes interrogées pensent que les parents « ne savent pas ce qu’il faut faire pour aider leurs enfants à la maison ».

Sans doute, mais à nous parler de l’aide aux devoirs, on leur fera remarquer que c’est l’objectif poursuivi par les experts en pédagogie depuis les années 70 du siècle dernier, cela au nom de l’égalité républicaine : tous les parents n’étant pas capables d’aider leurs enfants, faisons en sorte qu’aucun ne puisse les aider.

Là-dessus, réussite totale ! Essayez de faire une multiplication avec les méthodes du CM1, vous m’en direz des nouvelles…

« Les continents “école” et “famille” s’éloignent l’un de l’autre », dit Georges Fotinos : « Les torts sont partagés et les peurs sont réciproques. Face au comportement consommateur des parents, les enseignants se réfugient dans leurs bastions. »

Il est vrai que les uns et les autres ont parfois le sentiment de ne pas appartenir au même monde.

Que dire de celui où la maîtresse (de maternelle) répond aux parents qui demandent à lui parler : « C’est 16 h 30 et rien d’autre »« On ne va pas prendre une demi-journée de congé pour bavarder 5 minutes ! On ne peut pas se voir un matin à 8 h 20 ? » Ah non, dit la maîtresse, « il faut que je prépare ma classe ! C’est 16 h 30 ou rien. »

La maîtresse qui a été en grève un certain nombre de fois depuis septembre, toujours le jeudi, parfois sans prévenir.

Cela face à des parents qui ne comptent pas les responsabilités ni les heures sup’, ou d’autres qui se lèvent à 4 heures du matin pour faire des ménages à 2 heures de là.

Enfin, c’est nouveau et ça ne risque pas de s’arranger, là encore : « La polémique sur le genre, cet hiver, en a donné une illustration. Des familles ont considéré que les valeurs enseignées à l’école primaire ne correspondaient pas à ce qu’elles souhaitaient. […]

Il y a une cassure entre la culture familiale et la culture enseignée par l’école. »

Alors oui, ça déraille sérieusement et le ton monte.

Et « plus il y a une poussée agressive, plus on monte des murailles.

On le voit très nettement sur le nombre de réunions d’écoles organisées dans l’année.

En 2005, 40 % des directeurs disaient en organiser plus de cinq par an.

Le chiffre est tombé cette année à 17 % », écrit Georges Fotinos.

Il est vrai que, s’ils les organisent à 16 h 30, on ne doit pas s’y bousculer !

Marie Delarue

Ecrivain, musicienne, plasticienne.

Source et publication: http://www.bvoltaire.fr/mariedelarue/parents-ecole-cest-guerre,58155?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=15641815fc-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-15641815fc-30403221&mc_cid=15641815fc&mc_eid=35158644a0

Partager cet article

Repost 0

commentaires