Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 avril 2014 6 19 /04 /avril /2014 04:20

Faut-il avoir peur du populisme en Europe ?

Publié le 17 avril 2014 par Francoise Lerat - Article du nº 351

Le 8 avril dernier, j’ai regardé sur Arte un documentaire bassement manipulateur : POPULISME, L’EUROPE EN DANGER.

Encore de la pure propagande préparée à dessein, sans trop de doute, de faire oeuvre utile en vue des élections européennes de mai prochain.

Le message sous-jacent aux différentes phases du reportage aura pour but de dissuader les électeurs d’aller voter pour des partis, qui sous couvert d’être contre les puissances d’argent, ne seraient en fait que xénophobes, pourfendeurs de l’islam.

Alors on entendra souvent les termes : manipulation, outrance, stigmatisation pour accabler les leaders des partis dits populistes d’Europe.

Pourtant, la manipulation, l’outrance, la stigmatisation proviendra plutôt de ces journalistes « nouveaux chiens de garde » d’une idéologie nauséabonde, destructrice de plus en plus rapidement de l’identité propre aux différents pays de l’Europe.

L’émission s’avèrera particulièrement indigeste car les recettes des journalistes se livrant à leur façon de cuisine politique et entretenant la peur de façon sournoise laissera vraiment un goût de nausée.

Tour à tour, seront sur la sellette ou plutôt à la barre d’accusation des personnalités honnies des médias:

- Beppe Grillo pour l’Italie

- Marine Le Pen pour la France

- Geert Wilders pour les Pays-Bas

- Viktor Orban pour la Hongrie

L’ordre dans lequel ils passeront ne semble rien devoir au hasard, mais a sa propre importance.

- Beppe Grillo en première position car il est le dernier-né du populisme en Europe.

Il n’a donc pas, de par son ancienneté, le statut de professionnel de la politique, en plus c’est un humoriste, ancienne star de la télévision…image légère sur le terrain si sérieux de la politique… il ne manquait que les mots pour le dire…

- Marine Le Pen pour l’instant est un danger limité puisqu’elle n’a que 2 députés à notre Assemblée Nationale, mais crainte quand même puisque « selon les sondages, le FN pourrait devenir le premier parti politique » .

- Geert Wilders, leader parlementaire depuis 2006, bien ancré dans la politique, en tête des sondages et, crime de lèse-majesté, les journalistes le « couvrent »… n’en déplaise à nos journaleux franchouillards-trouillards!

- Viktor Orban, le plus élevé dans la hiérarchie du populisme puisqu’il est au pouvoir en tant que Premier Ministre depuis 2010 : poste qu’il doit au succès d’abord aux élections européennes de 2009 (56% des voix) puis aux élections législatives de 2010 (52%).

D’où le grave danger que son exemple ne soit suivi, ce pour quoi il se devait d’être à la dernière place dans la présentation : surtout rester sur l’image que les populistes ça peut arriver au pouvoir! Danger suprême!

Tous les poncifs seront resservis, toujours les mêmes, avec l’obstination dont sont coutumiers les êtres bornés. En voici quelques-uns :

- Les populistes profitent de la crise pour prospérer -ils ne veulent pas d’alliances avec les autres partis -leur seul but c’est d’arriver au pouvoir -ils sont racistes -ils sont liberticides -ils menacent la démocratie -ils sont contre l’Europe, contre les multinationales…

Autant d’arguments qui n’inquiètent que de moins en moins les électeurs et qui sont rejetés même, avec de plus en plus de véhémence.

Les électeurs ont parfois l’impression qu’on les prend pour des débiles difficilement capables de comprendre et d’assimiler les thèses de ce pouvoir médiatico-politique responsable de notre déclin.

Et ce déclin, on ne peut l’attribuer aux » populistes » qui sont bien les seuls à ne pas avoir trempé dans les affaires, de là un avantage non négligeable à porter à leur crédit.

Ils profitent de la crise pour prospérer?

Aux Pays-Bas, Geert Wilders et son parti le PVV progressent alors que le pays ne connaît pas la crise!

Ils ne veulent pas d’alliances avec les autres partis?

Ce sont les autres partis qui ne veulent pas d’alliances avec eux! Chez nous,il suffit de rappeler la consigne donnée par l’UMP : Pas d’alliance avec le FN!

Leur seul but c’est d’arriver au pouvoir?

Comme si le but de tous les partis ce n’était pas d’arriver au pouvoir! L’UMP ne l’a-t-il pas été? Le PS n’y est-il pas actuellement avec tous les bons résultats que l’on sait? L’UMP ne veut-il pas y revenir et le PS y rester?

Ils sont racistes?

Le fait de déplorer une immigration clandestine qu’on s’obstine à ne pas enrayer alors que les moyens manquent (locaux,emploi etc…) pour recevoir dignement, le fait de déplorer que l’islamisme conduise à l’islamisation de nos pays (plus des 3/4 des Français s’en rendent compte ) ne permet pas de taxer les populistes de racistes. Les raccourcis simplistes ne marchent plus.

Ils sont liberticides?

En France,la liberté d’expression est plus que menacée et il n’y a pas de populistes au pouvoir : difficile de donner son avis sur certaines personnalités sans encourir le risque d’un procès pour diffamation qu’il sera toujours difficile à gagner totalement; compromettant aussi de donner son avis sur l’islam puisque, au train où vont les choses, on pourra bientôt être accusé de blasphème .

Peut-on penser que la presse est vraiment libre quand, comme c’est le cas chez nous où l’état subventionne plus largement que la plupart des autres pays européens une presse qui ne manquera pas de servir au mieux les pouvoirs atteints de « subventionnite » aiguë.Voir le livre de Benjamin Dormann: » Ils ont acheté la presse » .

Plus de 5 milliards d’euros sont déversés sur la presse écrite pour « garantir le pluralisme d’opinion » (sic), seulement il n’y aucun contrôle le garantissant.

La défiance des Français est telle que les ventes chutent. Exemple : en 2013, les ventes de Libération ont chuté de 15%. Qu’à cela ne tienne, la politique de perfusion coûteuse pour les contribuables ne tarira pas, qu’importe ce qu’en dit la Cour des Comptes qui ne peut éviter d’en parler.

Ils menacent la démocratie?

Ils demandent pourtant une participation directe des citoyens sur les grands sujets de société en ayant recours à cette fin plus souvent au référendum.

C’est ainsi que la Suisse, qui n’a de leçon de démocratie à recevoir de personne, a organisé récemment un référendum à l’initiative de l’UDC, parti populiste.

La question posée était: ACCEPTEZ-VOUS L’INITIATIVE POPULAIRE CONTRE L’IMMIGRATION DE MASSE?

Les suisses ont répondu OUI.

En France, la gauche perturbée par ce résultat n’a pas manqué de critiquer : voir les déclarations de Laurent Fabius et de Manuel Valls. Voir aussi la façon dont Canal+, un des champions de la mauvaise foi et ardent défenseur de la pensée unique a ridiculisé à ce propos Oskar Freyssinger Conseiller d’Etat élu.

En visionnant la vidéo OSKAR FREYSSINGER REPOND A CANAL+, on s’aperçoit une fois de plus comment procèdent les manipulateurs de l’information. Et c’est cette classe là qui ose parler de démocratie!

Ils sont contre l’Europe, contre les multinationales?

Et alors, depuis qu’elle s’est soumise aux diktats de Bruxelles et de la finance internationale, la France n’a vu que sa situation se dégrader, si bien que le chaos se rapproche chaque jour davantage. Alors l’Europe…

Autant d’arguments avancés mais contestables dans l’émission d’Arte, pour n’en citer que quelques-uns.

En plus, comme à chaque fois pour parfaire le genre, on aura droit pour ajouter au discrédit, à l’interview des 3 catégories habituelles de témoins, ceux qu’on retrouve à chaque fois.

1) Celui qui a quitté le parti et qui crache dans l’ex-soupe.

En l’occurrence, une sénatrice qui a quitté le Mouvement 5 étoiles de Beppe Grillo en Italie.(Comme si ceux qui quittaient un autre parti le faisaient toujours sans manifester d’acrimonie!)

2) Celui qui partage les idées populistes.

En l’occurrence, un couple de néerlandais qui a voté pour Geert Wilders, qui habite un quartier sans immigrés (c’est toujours ceux-là qu’on interroge), et qui ose dire que le pays n’est plus le même…qu’il y a des craintes quant à l’avenir de la langue et de l’identité des Pays-Bas. Les malheureux, ils n’auraient jamais dû dire ça! Pour les châtier, on va leur assigner une punition, une bonne question piège:

QUEL EVENEMENT HISTORIQUE SYMBOLISE VOTRE PAYS?

Devant une telle question empreinte de perfidie et de perversité, les pauvres gens sont restés dans l’embarras, comme le serait n’importe qui à leur place, interrogé à brûle-pourpoint!

3) Celui qui fait partie d’une minorité souvent décriée pour ses comportements.

En l’occurrence, on interrogera la bonne rom de Hongrie, pas celle qui mendie ou qui vole, celle qui travaille et qui est éduquée…qui souffre dans un pays où les chômeurs doivent effectuer un travail obligatoire s’ils ne veulent pas perdre leurs indemnités…

Alors, l’Europe en danger à cause des populistes? On y croit de moins en moins et c’est bien ce qui désespère ces apôtres de la pensée gauchiste, qui bidouillent les reportages pour les rendre plus convaincants mais qui les rendent surtout de plus en plus caricaturaux.

Et pourquoi tout ce tapage? Comme on l’entend à la fin de l’émission, ils ont une peur panique de voir les populistes qui progressent partout parvenir à s’allier au Parlement européen pour former un groupe influent.

Il se peut qu’ils le puissent puisqu’il faut pour cela obtenir 25 sièges d’au moins 1/4 des états membres soit de 7 pays différents.

On comprend donc qu’il est urgent pour les si démocratiques médias de toutes sortes de jouer les épouvantails et de faire peur. En tous les cas, pour l’instant la peur est dans leur camp ce qui les rend pitoyables et inefficaces. Ils finissent par jouer si faux qu’on ne les écoute plus guère.

Françoise Lerat

source et publication: http://ripostelaique.com/faut-il-avoir-peur-du-populisme-en-europe.html

Partager cet article

Repost 0

commentaires