Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 avril 2014 6 05 /04 /avril /2014 08:39

TRIBUNE LIBRE

En France le catholicisme est un délit pénal

Posted On 04 avr 2014

By : Michel Garroté

Michel Garroté, réd en chef – Parlons un peu de Christian Vanneste et parlons surtout de Christine Boutin.

L’ancien député UMP du Nord Christian Vanneste a été relaxé, jeudi 3 avril 2014, par le tribunal correctionnel de Paris.

Il était poursuivi pour « complicité de provocation à la haine envers les homosexuels ».

Christian Vanneste avait notamment dit que l’un des fondements principaux de l’homosexualité, c’est le narcissisme, et qu’il y a de plus en plus d’homosexuels en politique. Il y en a de plus en plus à droite, d’ailleurs, ils se font la courte échelle.

Vous en avez beaucoup dans le domaine de la culture, des médias, par là-même il y a un renversement de la proportion, du poids de l’homosexualité dans la société.

De son côté – c’est le sujet du présent article -, la catholique Christine Boutin a proclamé que l’homosexualité est une abomination.

Elle n’a pas proclamé que les homosexuels seraient abominables.

Elle a proclamé que « l’homosexualité est une abomination. Mais pas la personne. Le péché n’est jamais acceptable, mais le pêcheur est toujours pardonné »

. Elle n’a fait que donner un point de vue, celui des catholiques.

Or, en France, le catholicisme est un délit pénal, à en croire certaines réactions ci-dessous.

Pour Copé, les propos de Boutin sont « insupportables, inacceptables, impardonnables ».

Et des membres de l’UMP demandent même à faire condamner Christine Boutin pour ses propos.

Florian Silnicki, délégué et membre fondateur de la Nouvelle Donne (collectif regroupant les plus jeunes secrétaires nationaux du parti) et Sébastien Chenu, secrétaire national de l’UMP en charge de l’exception culturelle et fondateur de GAYLIB, écrivent dans un communiqué : « Nous condamnons avec la plus grande sévérité les déclarations de Christine Boutin.

Rien ne saurait excuser ou légitimer ces propos.

Nous souhaitons que le parquet de Paris se saisisse sans délai de ces déclarations dangereuses. Ce dérapage n’en est plus un.

Ces déclarations choquantes ne sont pas une opinion mais un délit pénal. Christine Boutin doit être condamnée ».

Ils ajoutent : « La description de l’homosexualité comme une abomination prouve une fois de plus l’homophobie profondément enracinée au cœur de la pensée de Madame Boutin.

Que Madame Boutin mesure les conséquences que ces déclarations ont sur les homosexuels et notamment les plus jeunes qui peuvent avoir du mal à faire accepter leur choix amoureux et qui subissent les fruits de ces dérapages parfaitement contrôlés.

La République doit rappeler à Madame Boutin que la liberté d’expression a des limites : celle de la mise en danger d’autrui puisque son refus de l’autre comme étant son égal est désormais clairement posé sur la place publique.

Nous appelons l’UMP à condamner ces propos et à exclure définitivement Madame Boutin de toute association ou participation aux instances même consultatives ».

Le hic, c’est que l’Eglise catholique enseigne :« S’appuyant sur la Sainte Écriture, qui les présente comme des dépravations graves, la tradition a toujours déclaré que les actes d’homosexualité sont intrinsèquement désordonnés. Ils sont contraires à la loi naturelle.

Ils ferment l’acte sexuel au don de la vie. Ils ne procèdent pas d’une complémentarité affective et sexuelle véritable. Ils ne sauraient recevoir d’approbation en aucun cas ».

Cela dit, l’Eglise catholique désapprouve l’acte homosexuel, mais elle ne condamne pas la personne homosexuelle.

Elle le précise ainsi : « Les homosexuels doivent être accueillis avec respect, compassion et délicatesse. On évitera à leur égard toute marque de discrimination injuste ».

Le hic, c’est que Sainte Hildegarde de Bingen, proclamée Docteur de l’Eglise il y a quelques années, professe dans une vision à propos d’un passage de l’Apocalypse où entre en scène le quatrième des chevaux, le pâle, ou encore, le verdâtre « qui se nommait la mort » (Ap. 6, 8) : « Le serpent se réjouit et il cria : la séduction diabolique engendre les criminels et les séducteurs, la haine et le crime du diable, les brigands et les voleurs; mais c’est dans l’homosexualité que le péché est des plus impurs, racine de tous les vices.

Quand ces péchés se seront accumulés dans les Nations, la constitution de la loi de Dieu se scindera, l’Eglise, telle une veuve, sera frappée » (citée par Régine Pernoud, dans Hildegarde de Bingen, conscience inspirée du XIIème siècle, éditions du Rocher, 1994, p. 112).

Le hic, c’est que le mercredi 2 avril 2014, le Pape François a déclaré : « Le mariage nous porte au cœur du projet de Dieu, fait d’alliance et de communion avec son peuple et avec chacun de nous.

Dieu a créé l’homme à son image, homme et femme il les a créés… L’homme quittera ses parents pour s’unir à une femme et avec elle ne faire plus qu’un. Le couple, homme et femme ensemble, non séparément, reflètent l’image de Dieu… Nous avons été créés pour aimer, comme reflets de l’amour de Dieu.

Dans l’union conjugale, l’homme et la femme réalisent cette vocation dans la réciprocité et d’un partage de vie total et définitif ».

Christine Boutin a donc proclamé que l’homosexualité est une abomination. Et elle n’a pas proclamé que les homosexuels seraient abominables.

Fait éclairant, dans le sens biblique du mot, « abomination » signifie notamment « culte des idoles »…

Reproduction autorisée avec mention :

source et publication: Michel Garroté réd en chef www.dreuz.info

Partager cet article

Repost 0

commentaires