Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 février 2014 5 07 /02 /février /2014 09:52

Les Grands Entretiens de Novopress – Lionel Baland “Une réussite populiste, l’exemple de Jörg Haider” (3/3)

06/04/2014 – 13h30
BRUXELLES (NOVOpress)
- Polyglotte, Lionel Baland, spécialiste des droites européennes, réalise depuis de nombreuses années un travail minutieux de veille et d’analyse des partis populistes en Europ
e.

Son blog lionelbaland.hautetfort.com propose de nombreuses traductions, souvent inédites pour le public francophone.

Il est l’auteur de “Jörg Haider, le phénix” paru en 2012 aux Éditions des Cimes.

La première partie de cet entretien est disponible ici. La seconde partie, . Pour la troisième et dernière partie, Lionel Baland revient sur la figure de Jörg Haider.

Propos recueillis par Pierre Saint-Servant.

Lionel Baland, vous étudiez les populismes européens depuis de nombreuses années, pourquoi avoir choisi de traiter dans votre dernier ouvrage de sa dimension autrichienne, c’est à dire du FPÖ et de son leader charismatique Jorg Haider ?

Lorsque j’étais adolescent, Jörg Haider faisait de temps à autre, lors de ses victoires électorales, la « Une » de la presse. À l’époque, peu de partis patriotiques en Europe engrangeaient des succès. J’ai suivi au fil du temps les exploits électoraux de Jorg Haider. Le samedi 11 octobre 2008, étant sorti en discothèque la veille, je me suis levé tard. J’ai alors appris le décès de cet homme extraordinaire qui a profondément modifié le paysage politique de son pays.

Disposant d’un blog consacré à l’actualité des partis patriotiques en Europe, j’avais suivi au cours des semaines précédentes sa campagne électorale pour les élections législatives de 2008. J’ai relaté son décès et les événements politiques qui y ont fait suite.

Je me suis rendu quelques mois plus tard en Carinthie, le bastion de Jörg Haider dont il a été durant de nombreuses années le gouverneur. Visitant les bureaux de celui qui à l’époque lui avait succédé et qui appartenait à la même famille politique, j’ai été enchanté par l’accueil reçu et la visite des lieux que j’ai pu réaliser avec une des proches collaboratrices de Jörg Haider.

Ayant constaté qu’il n’existait pas d’ouvrage en français sur la vie de Jörg Haider, j’ai décidé d’en écrire un.

Le fait que je parle le français, néerlandais, allemand et anglais m’a permis de traiter de nombreuses sources. J’ai étendu le sujet de l’ouvrage à l’ensemble de l’histoire de la famille patriotique en Autriche. Au fil de l’écriture, je me suis rendu compte que la presse francophone raconte de nombreuses inepties sur Jörg Haider.

Le FPÖ n’est pas historiquement un parti de contestation, il a participé à plusieurs gouvernements de coalition, que ce soit avec les socialistes du SPÖ ou avec les conservateurs de l’ÖVP, ce qui est assez rare pour un parti populiste, comment l’expliquer ?

Le FPÖ est un parti libéral qui a été membre de l’Internationale libérale. Lors de la révolution (allemande) libérale de 1848, les libéraux réclament des mesures libérales (droit d’association, de réunion,..) mais également des mesures sociales. Ils sont anticléricaux. Ils désirent unifier l’ensemble des germanophones au sein d’un État et s’opposent à l’Allemagne des princes, composée de nombreux États. La révolution libérale de 1848 échoue. Pourtant, ce sont les conservateurs, ennemis des libéraux, qui vont réaliser l’unification du pays : Otto von Bismarck forge l’Allemagne.

Si en Allemagne, le parti libéral FDP n’est plus nationaliste, en Autriche, le parti libéral FPÖ est toujours nationaliste grand-allemand. Au sein du FPÖ, les deux ailes, la libérale et la conservatrice, ont cohabité difficilement.

En 1986, le FPÖ est au bord de l’anéantissement électoral. Le 13 septembre 1986, lors du congrès d’Innsbruck, Jörg Haider, soutenu par la tendance nationaliste du parti, est élu à la tête du FPÖ face à Norbert Steger qui est défait. Dès la prise du pouvoir au sein du parti par Jörg Haider, le FPÖ commence son ascension électorale qui va durer 15 ans.

Lors des élections législatives de 1999, le FPÖ obtient 26,9 % des voix et devient le deuxième parti d’Autriche.

Au début de l’année 2000, le FPÖ et le Parti conservateur ÖVP forment un gouvernement. La pression internationale qui pèse alors sur le gouvernement est énorme. Les patriotes participent durant sept années, avec les conservateurs, à la direction du pays.

En 2008, lors des élections législatives anticipées, les deux partis nationalistes, le FPÖ dirigé par Heinz-Christian Strache et le BZÖ fondé en 2005 par Jörg Haider, gagnent. La formation d’un gouvernement regroupant les deux partis nationalistes et le Parti conservateur est envisagée. Jörg Haider décède dans un accident de voiture. Suite à cet événement, le Parti conservateur et le Parti social-démocrate forment un gouvernement.

Le début des années 1990 voit un véritable tournant idéologique du FPÖ sous l’influence de Jörg Haider, pouvez-vous nous en expliquer le contexte et sa concrétisation dans le programme du parti ?

Jörg Haider attaque frontalement les deux partis du système, le SPÖ et l’ÖVP. Il réclame plus de démocratie directe. Jörg Haider exige la fin des privilèges, de la politisation et de la lotisation. Il s’érige contre la mauvaise utilisation de l’industrie étatique et en faveur d’une fiscalité plus juste, ainsi que d’une politique proche du citoyen. Il instrumentalise la question de l’immigration.

Jörg Haider a très tôt souhaité s’ancrer localement – en Carinthie – avant de conquérir les sièges du pouvoir national, cette stratégie était-elle nouvelle en Autriche ?

Tout homme politique qui joue un rôle au niveau national sait qu’il doit travailler le terrain au sein de sa circonscription électorale. Jörg Haider est allé beaucoup plus loin dans ce domaine.

Lorsqu’il n’était pas actif au niveau national, il quadrillait le terrain en Carinthie. C’est ce qui lui a permis de jouer sur les deux tableaux. Il s’est servi au niveau national de la Carinthie, dont il a été gouverneur, en tant que vitrine de ses réussites. D’autre part, cette situation lui a permis de se retirer, quand il le désirait, de la politique nationale pour ensuite y revenir.

Des parallèles peuvent-ils être établis entre la stratégie de conquête du pouvoir de Jörg Haider dans les années 1990 et celle conduite par Marine Le Pen actuellement en France ?

Le FPÖ, dirigé par Heinz-Christian Strache, et le Front National entretiennent des relations. Les deux partis échangent des informations à propos de leurs actions politiques.

Le FPÖ bénéficie d’une longue expérience du pouvoir au niveau local, régional et national alors que le Front national a été privé, à l’exception de la gestion de quelques mairies, de tout accès à des exécutifs.

Cependant, le système politique et la société sont totalement différents au sein des deux pays et la situation, tant du point de vue du chômage, de l’exclusion sociale, de l’immigration et de la délinquance, est nettement moins grave en Autriche.

Jörg Haider en tant que gouverneur de Carinthie était le dirigeant d’un Land, c’est-à-dire d’un État. Il n’existe pas de situation comparable au sein de la France centralisée.

Si des parallèles peuvent être établis entre l’action politique de Jörg Haider et celle de Jean-Marie Le Pen, il n’y a pas, par contre, vraiment de points communs avec celle de Marine Le Pen.

La personne à laquelle Marine Le Pen peut être comparée est Pim Fortuyn, personnage peu connu en France mais qui a joué un rôle au sein de la politique néerlandaise avant d’être assassiné en 2002. Curieusement, le nationalisme aux Pays-Bas a connu un développement similaire à celui de la France.

Le 11 octobre 2008, Jörg Haider se tue en pleine nuit au volant de sa voiture. Le pouvoir judiciaire et les médias autrichiens invoquent une forte consommation d’alcool et une vitesse excessive.

De nombreuses zones sombres entourent cet accident, vous faites partie de ceux qui contestent la thèse officielle, pourquoi ?

Jörg Haider décède alors que les deux partis nationalistes viennent de gagner les élections et qu’un gouvernement regroupant les conservateurs et les nationalistes peut voir le jour.

La Volkswagen Phaeton conduite par Jörg Haider est une des voitures les plus sûres du marché, prévue pour que le conducteur puisse survivre lorsque la voiture heurte un pilier en béton.

Or, près de l’endroit de l’accident il n’y a pas d’élément en béton ou en pierre. Les dégâts occasionnés à la voiture ne correspondent pas au lieu de l’accident. Jörg Haider, qui était un homme politique hors du commun et dont toute l’existence a été orientée vers cette activité, savait que s’il était contrôlé par la police avec un fort taux d’alcoolémie, cela signifiait la fin de sa carrière politique. C’est ce qui était d’ailleurs arrivé à un de ses plus proches amis politique, Reinhart Gaugg.

L’influence politique de Jörg Haider au niveau national et ses relations politiques internationales, la sophistication des méthodes d’attentat, la probable future formation d’un gouvernement englobant les deux partis patriotiques et le Parti conservateur,… sont des éléments qui auraient dû conduire à une enquête poussée. Le parquet de Klagenfurt a très rapidement refermé le dossier et conclu à un accident de la route.

Quelle est la situation actuelle du populisme autrichien ? A-t-il retrouvé son unité après les scissions qui l’ont secoué dans les années 2000 ?

Jörg Haider a fondé le BZÖ en 2005. Heinz-Christian Strache a alors pris le contrôle du FPÖ. Les deux partis ont coexisté, le BZÖ occupant une position plus centriste sur l’échiquier politique que le FPÖ.

Après le décès de Jörg Haider, une partie importante des membres du BZÖ de Carinthie, le bastion du parti, ont rejoint l’orbite du FPÖ. Le BZÖ existe toujours, mais ne représente plus rien au niveau électoral. Les électeurs du BZÖ ont rejoint massivement le FPÖ.

Le président du FPÖ Heinz-Christian Strache, bien qu’ayant été en dispute avec Jörg Haider, est clairement son successeur. Sa méthode consiste à faire du « Haider sans Haider », bien qu’il développe de plus en plus son style propre.

Le Front National et le FPÖ ont toujours conservé une certaine distance, voire fait preuve de défiance, qu’en est-il aujourd’hui ?

Jörg Haider et Jean-Marie Le Pen ont évité de se fréquenter. La probable raison de cette situation est le fait que la presse « extrémise » les partis patriotiques étrangers et que Jörg Haider a été présenté d’une manière erronée par les médias francophone.

Jean-Marie Le Pen a lui aussi été victime sur le plan international de cette pratique.

De nos jours, le FPÖ et le Front national entretiennent des relations publiques. Le président du FPÖ s’est rendu à Paris et Marine Le Pen à Vienne.

Ces deux partis ne pourraient-ils pas grâce à leurs résultats lors des prochaines élections européennes constituer le navire amiral d’une armada populiste en construction ? Que disent les sondages ?

Le FPÖ et le Front national ont le vent en poupe dans les sondages. Ils sont donnés premier ou deuxième parti de leur pays respectif. Une future alliance est en voie de constitution.

Outre le FPÖ et le Front national, le PVV de Geert Wilders (Pays-Bas), le Vlaams Belang (Flandre-Belgique), la Ligue du Nord (Italie), les Démocrates suédois doivent en faire partie. Le Parti du Peuple danois et l’UKIP (Royaume-Uni) ont par contre décliné, pour le moment, l’offre. Ils pourraient peut-être changer d’avis après les élections.

Afin de former un groupe au Parlement européen à l’issue du scrutin de mai 2014, les patriotes doivent rassembler 25 députés européens issus de 7 États membres différents.

D’autres élus européens pourraient rejoindre ce groupe.

Lionel Baland, merci.

source et Publié le 6 février 2014 - Modifié le 6 février 2014 http://fr.novopress.info/155512/les-grands-entretiens-novopress-lionel-baland-reussite-populiste-lexemple-jorg-haider-33

Partager cet article

Repost 0

commentaires