Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 février 2014 6 22 /02 /février /2014 09:55

Le 22 février 2014

Kiev : clap de fin ?

Sûrement pas ! Clap d’accalmie, peut-être…

À l’heure où ces lignes sont écrites (vendredi après-midi), l’opposition vient d’accepter les propositions du président Ianoukovitch, soit une élection présidentielle anticipée, une réforme constitutionnelle et la formation d’un gouvernement d’union nationale… La face est sauve pour les deux camps… peut-être.

À défaut de gagnant, pas de perdant, soit le minimum diplomatique qu’on pouvait espérer pour empêcher, espère-t-on, d’autres victimes (75 morts durant les trois derniers jour, dont beaucoup de jeunes).

On verra dans les heures qui suivent si la « tendance » est bien à l’apaisement. Ou pas.

L’évolution des commentaires dans les médias et le monde politique n’en est pas moins étonnante…

Alors qu’il y a peu encore, la plupart d’entre eux fustigeaient le président russe Vladimir Poutine en l’accusant d’être le grand manipulateur de son homologue Ianoukovitch, encensaient les manifestants forcément bons, gentils et courageux et se lamentaient de l’absence de réaction de l’Union européenne (le summum aura été la une grotesque de Libération de ce vendredi : « Ukraine : trahis par l’Europe » avec gros plan sur le cadavre d’un jeune homme), les discours ont lentement évolué… presque à 180° !

Tout d’abord sur les violences. La police du régime n’est plus seule à ouvrir le feu : les braves manifestants aussi, au point qu’on hésite à trop affirmer qui tire en premier et qui riposte : « Si l’on pousse l’audace jusqu’à s’informer auprès d’agences de presse non occidentales, les doutes se renforcent.

On découvre, par exemple, que la police a saisi des armes dans un train à destination de Kiev, que des policiers sont tués par balles ou que le gouvernement conseille aux habitants de rester chez eux en raison de la présence d’éléments violents surarmés qui cherchent manifestement l’affrontement insurrectionnel dans les rues ».

Concernant les centaines de milliers de manifestants à Kiev, force a été de reconnaître qu’ils sont issus de très nombreux courants politiques et religieux, parfois très opposés, dont ce qu’il est convenu de nommer là-bas « l’extrême droite »… Ambiance !

Quant à la Russie du terrible Poutine, tout le monde s’accorde brusquement à reconnaître d’une même voix qu’aucune solution durable ne se fera sans prendre en compte ses revendications finalement pas si incompréhensibles que cela.

L’ancien ministre des Affaires étrangères Hubert Védrine a été très catégorique sur France Info : « Je ne pense pas que ça puisse se conclure de façon durable si les Occidentaux n’arrivent pas à reparler avec Poutine. »

De même, ce n’est plus TOUT le peuple d’Ukraine qui affronte son régime abhorré, mais les populations de l’Ouest, soit une moitié seulement culturellement occidentalisée…

Les slavophiles représentant peu ou prou l’autre moitié du pays.

Enfin, ceux qui n’ont eu de cesse de clamer qu’une fois de plus l’Union européenne n’existait pas ont reçu un sévère démenti : on pourra toujours gloser à l’infini sur l’impact des responsables de la diplomatie française, allemande et polonaise qui se sont rendus à Kiev pour tenter de trouver une issue aux violences, mais un accord – certes fragile – a bel et bien été trouvé.

Rien n’interdit de penser que Laurent Fabius et ses homologues n’y sont pas, un petit peu quand même, pour quelque chose !

Source et publication: http://www.bvoltaire.fr/philipperanda/kiev-clap-de-fin-surement-pas-clap-daccalmie-peut-etre,51420?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=4345619010-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-4345619010-30403221

Partager cet article

Repost 0

commentaires