Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 février 2014 2 25 /02 /février /2014 10:39

Le 24 février 2014

Le coût faramineux de l’absentéisme dans la fonction publique

Depuis qu’il a été élu, voilà 21 mois, «Moi, président » s’est fait une spécialité du pas de deux. Pas celui que font les danseurs étoile en collant seyant, levant haut leur partenaire comme on brandit le Saint-Sacrement.

Non, celui de l’aboulique, le malade de la décision qui avance et qui recule pour mieux pour mieux que je t’embrasse.

Et de fait, M. Hollande nous empapaoute avec une régularité de métronome.

S’il fait ainsi trois pas en avant et deux en arrière – ou l’inverse –, comme les pèlerins sur le chemin de Lhassa, ce n’est pas pour améliorer son jeu de jambes, on s’en doute.

Non, c’est pour attirer dans son épuisette trouée toutes les catégories sociales qui l’ont porté sur le trône.

Car François Hollande le sait bien : il ne doit son élection qu’à la détestation du Marsupilami Sarkozy et aux aventures de DSK-le-libidineux.

Ces deux-là dégagés du paysage, le président de la République se retrouve là où il a toujours été : autour de 17 %.

Contraint, donc, de pratiquer le racolage intensif de l’électorat socialiste traditionnel, l’une des premières mesures du président élu fut ainsi de revenir sur le fameux « jour de carence » mis en place par le gouvernement Fillon pour les salariés de la fonction publique.

On se souvient, en effet, de cette banale demi-mesure d’équité : jusqu’à cette date, un fonctionnaire malade (ou prétendu tel) était payé dès sa première heure d’absence, contrairement aux salariés du privé, qui ne le sont qu’à compter du quatrième jour.

Certes, les grandes entreprises compensent souvent, mais rarement les PME.

L’absentéisme de nos fonctionnaires est en effet une plaie que dénoncent, là encore avec une régularité jamais démentie, nombre de rapports.

Celui de la Cour des comptes, notamment, qui avait épinglé la ville et l’agglomération de Strasbourg : 22 jours d’absence par agent en moyenne en 1999, 38 jours en 2010, « soit près de sept semaines qui s’ajoutent aux congés habituels », nous rappelle le Point (20 février) qui se penche sur le sujet.

Ainsi, « la ville et l’agglo accordent, dans leur grande générosité, 27 jours d’absence en moyenne à chaque employé pour raisons familiales ». Coût pour la collectivité : 40 millions d’euros en 2010.

Scandale. D’où l’instauration du fameux jour de carence. Et l’on s’aperçut, ô miracle, que sa mise en place avait fait baisser de 43 % les « arrêts maladie » d’une journée. Un hasard, assurément, puisque le père François, en pleine campagne de câlinothérapie, est revenu sitôt élu sur cette mesure.

Rappelant ces faits, Le Point publie aussi les résultats d’une enquête de la fondation iFRAP (un think tank analysant les performances de l’État) sur l’absentéisme dans la fonction publique.

En tête des villes (de plus de 100.000 habitants, hors Paris) : Montpellier.

Taux d’absentéisme : 17,48 %, près de 40 jours en moyenne par agent.

Beaucoup de « malades » aux beaux jours. On ne dira jamais assez les ravages dus à la proximité de la mer et de la plage…

On se souvient que, déjà, Georges Frêche, brave homme, avait décidé « de récompenser la présence plutôt que sanctionner les absences des fonctionnaires ».

À côté de ces tolérances très électoralistes, la directrice de l’iFRAP avance une autre explication : « Le régime de la fonction publique est très particulier. Ce n’est pas l’assurance maladie qui rembourse les indemnités journalières, mais les employeurs publics eux-mêmes […] De plus, les agents en maladie ordinaire sont indemnisés à 100 % pendant trois mois sans aucune formalité, et les contrôles sont moins nombreux. »

La fondation évalue « le surcoût annuel de l’absentéisme » autour de
2 milliards d’euros pour la France
.

sont donc vos impôts, chers lecteurs, qui financent toute cette gabegie.

Vous pourrez peut-être y songer au moment de mettre un bulletin dans l’urne municipale ?

http://www.bvoltaire.fr/mariedelarue/le-cout-faramineux-de-labsenteisme-dans-la-fonction-publique,51703?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=f3f6f93e45-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-f3f6f93e45-30403221

Partager cet article

Repost 0

commentaires