Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 14:21

Françoise, de Penmarc'h, a 68 ans. Elle n'a jamais connu son père.

Elle savait juste son nom et que c'était un GI débarqué à Cherbourg en 1944...

L'histoire

Il est reparti aux USA avec son armée en 1945, sans avoir prévenu (ou pu prévenir), et sans laisser d'adresse. La mère de Françoise était enceinte.

Il a envoyé des colis pendant quelques mois, puis elles ont déménagé et les personnes chargées de faire suivre les colis les ont gardés pour eux. Françoise, qui habite à Saint-Guénolé, n'a jamais vu son père et sa trace était perdue.

Il y a trois ans, Yves Galès devient le compagnon de Françoise. Et il se dit qu'il ne pouvait pas lui faire de plus beau cadeau que de retrouver la piste du sergent Garcia. Il a passé des milliers d'heures sur internet à éplucher des listes de noms fournies par les Mormons.

Et il y a trois mois, il identifie un cousin du père de Françoise. Il lui écrit. Courant janvier, le cousin répond : le père de Françoise est vivant. Il a eu 100 ans fin décembre et n'a pas eu d'autre enfant.

Françoise et Yves vont partir aux USA

Quand la guerre arrive, la mère de Françoise vient de perdre son mari. Une amie lui offre du travail dans son hôtel-restaurant, à Cherbourg... « Ma mère a rencontré mon père, un sergent américain, lors de son débarquement en 1944 (après le Débarquement).

J'ai été conçue en janvier 1945. L'armistice a eu lieu en mai 1945.

En juin, son bateau a appareillé. Je ne l'ai donc jamais vu, et maman n'avait qu'une photo ! Maman me disait qu'il était grand, bronzé, mince, avec des cheveux frisés.

Le pire, c'est qu'il ne lui a pas dit que son bateau appareillait. Mais je pense que c'était une consigne... Il y avait aussi la barrière de la langue.

Au bout de 48 heures, maman, comme elle ne le voyait pas revenir, a envoyé mon frère et ma soeur à l'hôtel où résidaient les sous-lieutenants.

Et là, on leur a dit que le bateau de Robert était reparti aux États-Unis. »

Après, il n'a pas écrit. Il avait chargé une de ses soeurs, Aline Garcia, d'envoyer des colis. « J'ai vécu toute ma vie sans père ! Mais j'ai toujours pensé à lui.

Quand j'ai rencontré Yves, il y a trois ans, je lui raconte que mon père était un soldat américain. »

Yves s'est mis à chercher sur internet, passe par les Mormons, qui ont photographié, entre autres, tous les registres américains. « Des Robert Garcia, aux États-Unis, le recensement en donne 40 000 ! Des Garcia, j'en ai peut-être passé 100 000 en revue ! »

Parti d'une simple lettre

Yves s'explique : « Françoise a des copines aux États-Unis qui ont commencé à chercher. Elles ont écrit à l'ambassade pour savoir ce qu'il était devenu.

Mais l'armée américaine ne donne aucun renseignement concernant les GI's. Ils disent que tout a brûlé ! »

Yves reprend : « J'ai commencé en partant d'une lettre que sa mère avait gardée, où il y avait l'adresse de son père aux États-Unis.

Une lettre de la soeur de Robert, sur laquelle il y a une adresse. »

Le père de Françoise s'est marié et n'a pas eu d'enfant.

Françoise appréhende : « Moi j'arrive avec quatre enfants, six petits-enfants et un arrière-petit-fils, qui est né le 25 janvier ! »

Aujourd'hui, elle a une angoisse : « Je peux le perdre avant de l'avoir retrouvé ! »

Source et publication: http://www.ouest-france.fr/insolite-68-ans-francoise-retrouve-son-pere-gi-vivant-1904806?utm_source=https://www.facebook.com/ouest.france&utm_medium=social_cm&utm_term=facebookoffr&utm_campaign=gi04022014

Partager cet article

Repost 0

commentaires