Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 février 2014 7 16 /02 /février /2014 10:50

Ecole : avant, c’était tous en rang, maintenant, avec Peillon, c’est tous à poil

Publié le 16 février 2014 par Caroline Corbières - Article du nº 342

Dans notre école de jadis, nous nous dépêchions de répondre à l’injonction, avant de rentrer en classe : « Tous en rang deux par deux ! ».

Dans l’école progressiste, le maître ou la maîtresse, parmi les choix de livres enfantins proposés à des gamins de 5 ou 6 ans, peut commencer la lecture en s’exclamant : « Tous à poil ».

« Tous à poil » : c’est un livre pour enfants, paru en avril 2011, au départ conseillé dans nos écoles républicaines comme outil pédagogique pour devenir – après le scandale qu’il vient de susciter – une simple ressource complémentaire indicative.

http://ripostelaique.com/tous-a-poil-commment-desarmer-des-gamins-de-maternelle-face-aux-pervers-sexuels.html

http://www.europe1.fr/Politique/Tous-a-poil-en-tete-des-ventes-sur-Amazon-1800397/

http://lelab.europe1.fr/t/tous-a-poil-l-education-nationale-retire-les-listes-de-livres-jeunesse-de-la-categorie-outils-pedagogiques-sur-son-site-13136

Selon son éditeur, ce livre est destiné « à apporter un regard décomplexé sur la nudité ».

Il est vrai que les enfants du XXIème siècle ont à porter le poids très lourd des conventions et de l’obligation à la pudeur, et qu’à l’instar de leurs petits camarades des temps passés, les « cache donc ton nombril » sont des réprimandes courantes dans les salles de classes étouffantes du mois de juin.

En outre, Claire Franek, son auteur, tient à se dédouaner d’une quelconque équivoque puisqu’elle explique, sur Europe 1, à propos des femmes, des hommes, des enfants et des personnes âgées, extatiques et nus comme des vers courant se baigner, que justement, c’est pouvoir dire « notre corps, même si on est nu, n’est pas destiné uniquement à un rapport sexuel ». Certes, se trouver nu à un moment ou un autre de la journée n’est pas, ipso facto, un prélude à des rapports sexuels, mais, en général, les rapports sexuels ont comme prémices de se mettre à poil.

Alors, est-il vraiment neutre d’imposer à des enfants qui d’un clic peuvent accéder à toutes sortes d’images pornographiques, une vision soi-disant décomplexée et ludique de corps entièrement nus ?

L’effrayante réalité qui se profile est que ces livres « enfantins » seront aisément mis en parallèle avec les images pornographiques que les enfants trouvent facilement sur internet.

La frontière entre la nudité innocente et joyeuse sera abolie par la vision de la nudité crue délivrée par les images pornographiques.

Le « Tous à poil » est en train de déshabiller psychologiquement les enfants : c’est une technique visant à créer une terrible vulnérabilité morale qui n’est pas sans rappeler les méthodes des nazis dans les camps de concentration quand ils faisaient se tenir debout les déportés, dans la nuit et le froid cinglant durant des dizaines d’heures.

Le « tous nus, tous pareils » ne renvoie pas – dans ce contexte-là – à la condition humaine et aux personnes différenciées mais à des individus, des pions interchangeables et manipulables.

Le comble de l’absence de sensibilité et d’empathie que traduisent ces dessins se voit dans celui où une petite fille, pudique, se retrouve accroupie dans un coin, rejetée par le groupe parce qu’elle ne veut pas se plier à l’idéologie dominante.

Ce livre est dans l’exacte continuité de la théorie du genre laquelle vise à déconstruire les stéréotypes féminins/masculins en abolissant la complémentarités des sexes. Théorie nihiliste qui nie les phénomènes naturels à l’oeuvre dans tout règne animal.

Hommes, femmes, jeunes, vieux : pas de différence, on est tous pareils.

Cette théorie dont l’étendue mondiale ne peut se faire que sous la pression de lobbys puissants eux-même initiés par la grande finance va même beaucoup plus loin encore que la volonté de mettre les hommes et les femmes sur un soi-disant pied d’égalité : elle veut tuer le masculin.

En effet, puisque la nature dote les hommes d’une puissance musculaire supérieure à celle des femmes, elle pourra entendre ainsi, par interdiction donnée aux petits garçons de courir, sauter, ou de se battre « pour de faux » dans les cours de récréation.

http://www.fdesouche.com/422836-theorie-du-genre-entretien-avec-yann-carriere-docteur-en-psychologie-video

Le féminisme radical ne cherche pas l’égalité, il veut détruire l’homme, le masculin responsable, selon lui, de l’oppression des femmes. Et ce féminisme radical est défendu par… certains hommes.

En avril 2013, un député suédois, Viggo Hansen proposait une loi visant à obliger les garçons à faire pipi assis sous prétexte d’hygiène et d’égalité des sexes mais aussi parce que la position assise contribuerait à rendre une « vie sexuelle meilleure et plus longue. »

C’est ce féminisme radical, quand il est porté par des lesbiennes mal dans leur peau et pétries d’idéologie du genre, qui engendre des comportements d’une cruauté inouïe :

En 2006, en Afrique du Sud, le petit Jandre Botha, 4 ans, fut torturé et tué par la compagne de sa mère biologique parce qu’il se refusait à l’appeler « papa ».

http://www.rtl.fr/actualites/info/insolite/article/en-suede-un-depute-veut-forcer-les-hommes-a-s-asseoir-pour-faire-pipi-7760690993

Le gouvernement de Hollande, en dépit des preuves irréfutables que le gender est bel et bien déjà l’oeuvre dans un certain nombre de classes, continue néanmoins ses campagnes de désinformation.

http://www.fdesouche.com/422942-quand-morano-vantait-les-etudes-de-genre-des-la-creche-video

Et le Genre sévit dans les lycées depuis 2011…excepté dans les classes scientifiques, celles qui formeront les élites.

http://www.lepoint.fr/societe/education-theorie-du-genre-quatre-vingts-deputes-ump-exigent-le-retrait-de-manuels-scolaires-30-08-2011-1367920_23.php

Pour poursuivre son entreprise de destruction massive dès l’école maternelle et demain la crèche, L’Ecole de rééducation nationale ne se contente pas de distribuer des ouvrages faisant la promotion de l’homosexualité, de la bi, de la trans et de l’intersexualité.

Elle autorise la venue dans des classes de CM1 de David Dumortier qui vient causer de ses deux dadas : la poésie et le travestissement.

David Dumortier a écrit des livres : « Mehdi met du rouge à lèvres » et » La Clarisse. » Extrait de ce dernier, sélectionné par l’éducation Nationale :

(…) Clarisse met son doigt partout. Elle s’est brûlée en introduisant son index dans le petit trou de la cuisinière, hier elle s’en est mis un dans le derrière puis elle a senti son odeur (…)

A côté d’écrits aussi nauséabonds, montrer des personnages censés représenter l’autorité – le policier, la maîtresse, et même les voisins – en train de se déshabiller ferait presque figure de roman à l’eau de rose…

Mais enfin, à l’heure où le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, se plaint justement de la crise de l’autorité qui mine notre pays, autoriser en classe des livres la désacralisant est pour le moins pernicieux voire provocateur.

La résultante conjuguée des sciences de l’éducation – celles qui consistent à ne transmettre le savoir que chichement et de façon anachronique et floue – de la théorie du genre et la déconstruction des repères fondamentaux de l’humanité, de l’immigration de masse et l’AME distribuée aux clandestins pendant que 33 % des Français ne peuvent plus se soigner, du laxisme délibéré de la justice qui génère des sentiments d’insécurité chez les citoyens, ce sont là les dernières étapes avant le dépecage complet de l’Europe et l’élimination programmée de toutes les règles commerciales - ce que prévoient dans le plus grand secret les négociations franco-américaines du Grand Marché Transatlantique et l’étape finale qui sera la normalisation – pour reprendre la terminologie d’un ex agent du KGB – qui est d’installer durablement la République islamique de France.

Une fois que l’ensemble des citoyens aura été déstabilisé ou mis à bout par l’adoption de toutes sortes de lois contraires à la nature humaine, il sera alors aisé à un gouvernement qui a oeuvré à la destruction de tous les repères, de lui faire accepter un régime qui lui promet de tout « remettre à l’endroit ».

La place de l’homme et de la femme dans l’islam ainsi que la justice islamique expéditive correspondront ainsi au paradis perdu de certains citoyens tandis que pour les autres – élevés sans repères, sans sexe défini, sans racines – ces nouvelles règles établies ne feront que combler le vide de leur esprit, vide créé et entretenu depuis leur plus jeune âge.

Des repères mais vis-à-vis desquels ils seront incapables d’exercer le moindre sens critique.

Source : Caroline Corbières http://ripostelaique.com/ecole-avant-cetait-tous-en-rang-maintenant-avec-peillon-cest-tous-a-poil.html

Partager cet article

Repost 0

commentaires