Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 janvier 2014 2 21 /01 /janvier /2014 07:13

Le 20 janvier 2014

Valérie Trierweiler est toujours Première dame !

L’indignation est à la mesure de la désinvolture du chef de l’État.

Valérie Trierweiler est toujours Première dame !

L’indignation est à la mesure de la désinvolture du chef de l’État.

Repos à la Lanterne, haut lieu des intimités officielles pendant que les Français sont plus que jamais pris pour des vessies !

Les journalistes continuent de lui attribuer ce titre ronflant et indu, tout en traquant les moindres failles dans la construction matrimoniale du Président.

Et tous les citoyens se demandent si la France sera fustigée, humiliée ou simplement dénigrée lors de la visite d’État aux USA.

Son « compagnon » a rendu une visite à la malade du cœur et de l’ego. Était-ce pour la rassurer ou pour préparer la séparation sans recourir au JAF (juge aux affaires familiales) ?

En tout cas, elle va mieux puisqu’elle est en mesure de tweeter à nouveau. Attention à la suite !

La situation sera clarifiée avant le 11 février, a-t-il déclaré, date charnière dans le cours de la République et opportunément fête de Notre-Dame de Lourdes ! Un miracle est-il espéré d’ici là ?

Sans doute pour prendre un peu de recul, ou bien soigner son désarroi, François Hollande s’est rendu en Corrèze, où il est allé quérir les preuves d’amitiés et de fidélité de ses anciens administrés, comme un pansement sur une brûlure vive.

Le Tulle gras du cordon sanitaire a éloigné importuns et journalistes pour laisser baigner l’intéressé dans une liesse aussi provinciale qu’hypocrite, mais réconfortante…

En tout cas, on comprend que le Président soit contre la disparition des départements.

Celui-ci l’accueillera toujours en dépit des avanies et contretemps, à l’instar de son « ancien » Jacques Chirac, qui apprécie les charmes de ce pays rural adepte des bonnes chairs…

Trois semaines de suspense sont devant nous. Les spéculations, quolibets et autres guignoleries vont fleurir, qui ne rendent pas fiers les citoyens.

Mais heureusement, de fortes voix médiatiques continuent de clamer que la vie privée des présidents reste hors du champ officiel.

Affaire close !

Source et publication : http://www.bvoltaire.fr/henrigizardin/valerie-la-lanterne-en-attendant-le-11-fevrier-date-historique,47949?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=743f11cd4c-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-743f11cd4c-30403221

ET AUSSI

Le 21 janvier 2014

Genève 2, conférence censée trouver un règlement plus ou moins pacifique à la guerre civile ravageant la Syrie depuis trop longtemps, aura un invité surprise : l’Iran.

Sans compter celui qui n’était pas exactement le bienvenu : la Russie.

Au-delà des traditionnelles ritournelles médiatiques opposant gentils démocrates, méchants autocrates et vilains islamistes, comment lire cette bonne nouvelle ?

Comme souvent écrit sur ce site, les rapports de force sont en train de changer en Orient, espace de plus en plus délaissé par les USA.

La nature ayant horreur du vide, Russie et Iran reprennent la main, au grand désespoir des Saoudiens et des Qataris.

En effet, le régime de Riyad est au bord de l’explosion.

Peuple réduit à la portion congrue – où les « nationaux » véritables sont à peine plus nombreux que leurs homologues de Doha (15 %), soit 85 % de population exogène –, qui ne travaille guère, importe tout et dont les troupes, pourtant surarmées, ne tiendraient pas plus d’un quart d’heure devant la garde monégasque.

Pragmatisme anglo-saxon oblige, les Américains sont donc tentés de changer d’alliance, tel que ce fut maintes fois annoncé en ces colonnes.

En ce sens, Téhéran ferait un très bon ami de substitution… Ce qui explique que le président Barack Obama, sans frapper du poing sur la table, a depuis longtemps anticipé ce retournement.

Pour cela, il devra circonvenir la majorité des républicains et une minorité de démocrates.

Nombre de ces derniers sont tenus par les lobbies américano-israéliens à connotation évangéliste. D’autres, plus marqués à gauche, minoritaires, mais encore très influents, sont bien conscients que si le Proche-Orient doit cesser de faire figure de poudrière, il faudra bien qu’un règlement global advienne.

Bref, que la raison reprenne le pas sur la foi et l’exaltation politico-religieuse.

Cette situation nouvelle peut se résumer en deux points. L’un consistant à en finir avec l’alliance fusionnelle avec Israël, tout en maintenant des liens forts avec l’État hébreu ; l’autre, de couper les ponts avec l’Arabie saoudite, dont l’alliance repose désormais plus sur des liens pétroliers que géopolitiques.

Lesquels ont de moins en moins lieu d’être, depuis que l’extraction massive de gaz de schiste pourrait redonner son indépendance énergétique aux USA.

Malgré les rodomontades de Benyamin Netanyahou, dont les relations personnelles d’avec Barack Obama sont notoirement exécrables, Israël sait où peut se jouer sa survie. Sûrement pas avec une nébuleuse islamo-saoudienne ne rêvant que de rejeter les Israéliens à la mer.

Alors, l’Iran et la Russie, pourquoi pas ? Râler contre Téhéran pour le principe, tout en préparant un accord de paix équitable avec les Palestiniens ?

On nous dit que l’affaire serait dans les tuyaux, pas loin d’être négociée, à quelques détails près, dont le statut de Jérusalem serait le plus gros morceau à avaler.

Si cela se vérifiait dans les semaines à venir, tout le monde y trouverait son compte ; hormis les émirs wahhabites.

Voilà qui pourrait expliquer le fait que Tel Aviv ne pipe mot de la présence d’une délégation iranienne à ce Genève 2, alors que Riyad monte sur ses poneys de bois.

Indice concordant, les déclarations fracassantes du président syrien, Bachar el-Assad, aux Échos de ce lundi : « La France est devenue un pays vassal qui exécute la politique du Qatar et de l’Arabie saoudite. Comment les pétrodollars peuvent-ils pousser certains responsables occidentaux, notamment en France, à échanger les principes de la Révolution française pour quelques milliards de dollars ? »

Excellente question.

Tandis que d’autres pays font dans la géopolitique, la France croit faire des affaires. De celles qui sont promises à la faillite, généralement.

Mais entre Valérie et Julie, quel temps de cerveau disponible pour s’occuper de l’Arabie ?

Source : http://www.bvoltaire.fr/nicolasgauthier/geneve-2-liran-y-sera-mais-peut-etre-pas-la-france,48039?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=743f11cd4c-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-743f11cd4c-30403221

Partager cet article

Repost 0

commentaires