Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 janvier 2014 4 02 /01 /janvier /2014 15:02
  • REVUE DE PRESSE !

Roumains et Bulgares libres de venir travailler en France et en Europe

Publié le 02/01/2014 à 08:24, Mis à jour le 02/01/2014 à 10:40 |

Depuis hier, Roumains et Bulgares peuvent travailler librement dans l'ensemble de l'UE./Photo DDM.

Depuis hier, Roumains et Bulgares ont le droit de travailler partout en Europe, donc en France.

Plusieurs dirigeants politiques agitent le spectre d’une immigration massive.

L’Europe économique poursuit sa marche.

Désormais, les Lettons payent en euros et, depuis hier, Roumains et Bulgares peuvent travailler librement dans l’ensemble de l’Union européenne.

En France, comme dans huit autres pays - Allemagne, Autriche, Belgique, Espagne, Grande-Bretagne, Luxembourg, Malte et les Pays-Bas -, ces travailleurs potentiels ne semblent pourtant pas disposés à quitter leur pays pour empocher de meilleurs salaires.

Des sondages montrent qu’une majorité de Roumains et de Bulgares souhaitent rester dans leur pays malgré les salaires bas et le manque de confiance dans la classe politique.

Depuis la chute du communisme (1989), environ trois millions de Roumains et un million de Bulgares ont émigré, pour leur très grande majorité en Espagne et en Italie.

La France et la Grande-Bretagne ont aussi recruté des milliers de médecins et d’aides-soignantes.

Pour autant, cette levée des dernières restrictions sur le marché du travail dans neuf pays de l’UE semble affoler les gouvernements.

En Angleterre, des membres du Parti conservateur ont pressé le Premier ministre, David Cameron, de repousser l’ouverture du marché du travail en estimant que «la vague d’immigrants roumains et bulgares pèsera sur les services publics».

La peur d'une immigration massive

L’Allemagne n’est pas épargnée, où le parti conservateur bavarois - allié de la chancelière Angela Merkel - a exprimé sa défiance contre la levée des restrictions, l’associant à un risque accru «de fraudes aux prestations sociales».

Mais aucune marche arrière n’est possible.

Et la peur d’une immigration massive s’empare des esprits, à gauche comme à droite.

Pourtant en Espagne, pays frappé par la crise, accueille déjà un million de Roumains et de nombreux Bulgares. «La grande majorité des Roumains est très bien intégrée», a déclaré l’ambassadeur d’Espagne en Roumanie.

Dans les métiers de la santé, les écarts de salaires sont assez conséquents : un médecin gagne en moyenne 400 euros par mois en Roumanie ou en Bulgarie.

«Si je pouvais gagner plus en Roumanie, je resterais, car je préfère être dans mon pays et proche de ma famille», a confié Titu Ionut, 32 ans, un ouvrier en construction installé en Espagne.

Pour l’heure, la Commission européenne cherche surtout à calmer le jeu et tempérer les ardeurs populistes, en rappelant que les Roumains et les Bulgares n’ont pas plus de libertés de circuler que tous les nouveaux États membres.

Pour la Commission, cette mobilité s’est toujours soldée «par des effets positifs pour la croissance».

D’ailleurs, Roumains et Bulgares avaient déjà l’autorisation de travailler sans permis dans dix-neuf pays européens et l’interdiction qui pesait dans la plupart des pays du Nord s’est fortement amoindrie.

Pour le Commissaire à l’emploi, Lazlo Andor, restreindre la libre circulation des travailleurs n’est pas la bonne solution pour lutter contre le chômage.

Actuellement, 2 millions d’emplois vacants sont recensés en Europe.

90 000 immigrés en France

La France fait partie des neuf derniers pays de l’Union à lever ces restrictions. John Clancy, porte-parole de la commission européenne, estime «qu’il y a 90 000 citoyens de la Bulgarie ou de la Roumanie déjà installés en France».

La France compte déjà 3 150 médecins roumains, selon l’atlas démographique du Conseil national de l’ordre des médecins (Cnom), publié en juin 2013.

Plus largement, les métiers déjà ouverts aux Roumains et aux Bulgares représentaient 72 % des offres de Pôle emploi, selon le ministère du Travail.

source et publication: http://www.ladepeche.fr/article/2014/01/02/1786555-roumains-bulgares-libres-venir-travailler-france-europe.html#xtor=EPR-1

Partager cet article

Repost 0

commentaires