Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 décembre 2013 1 16 /12 /décembre /2013 08:18
BREVE INCURSION DANS LES BAS-FONDS TROTSKISTES (par Maurice D.)


Voxnr, est aujourd'hui, comme son nom ne l'indique pas clairement, un site web qui veut être "La voix (Vox) du Nationalisme Révolutionnaire" qui "s'oppose au Nouvel ordre mondial".

Il se dit "au-delà de la droite et de la gauche".

Il publie des textes de divers auteurs qui peuvent être aussi bien d'extrême droite (comme ceux d'Oswald Mosley ce travailliste britannique –donc socialiste- qui par antisémitisme fonda le parti fasciste anglais et rejoignit les nazis comme tant d'autres socialistes) que d'extrême gauche (comme ceux du terroriste Carlos), à condition que ces textes soient orientés contre le capitalisme, la mondialisation, les États-Unis et Israël.



C'est donc un site intéressant dans la mesure où il est la preuve, "vivante" si l'on peut dire, que extrême droite et extrême gauche, c'est bonnet blanc et blanc bonnet.

Cela dit, en raison de son antisémitisme déclaré la Commission nationale consultative des droits de l'homme le classe dans les sites "racistes… dans la tradition de l'extrême droite solidariste".


Vous voilà prévenus, ce qui suit est réservé "aux adultes avertis" !


Le 25 avril 2010, Voxnr a publié un article intéressant : "Trotskisme et pédophilie, quand les amis d’Olivier Besancenot aimaient les jeunes enfants…" On y apprend qu'en 1978 les Comités communistes pour l'autogestion (CCA) ont publié une brochure au titre très clair : "Homosexualité et pédophilie".

Les militants du CCA étaient tous des trotskistes issus de deux groupuscules : la Ligue Communiste (qui deviendra "Révolutionnaire" avec Alain Krivine) et le Parti Socialiste Unifié (le PSU de Rocard), qui ont fusionné dans le NPA de Besancenot.

Surprise... alors que l'URSS (nous sommes en 1978, le mur de Berlin existe encore) était extrêmement intolérante avec les pédérastes et les homosexuels qu'elle jetait dans des asiles psychiatriques immondes, nos marxistes français étaient, eux, des supporters enthousiastes de ces deux causes et draguaient via leurs Groupements de Libération Homosexuelle les activistes que l'on n'appelait pas encore LGBT mais qui plaidaient déjà pour le mariage homosexuel.

Cette brochure, donc, "Homosexualité et pédophilie" affirme haut et fort que "homosexualité et pédophilie sont intiment liées" puisque pédés et gouines sont quasiment toujours tentés par les enfants, comme Daniel Cohn-Bendit, qui fit partie de cette gaie confrérie l'a d'ai
lleurs écrit.

En 1975, dans Le Grand Bazar, Dany-le-rouge confesse avoir eu des relations sexuelles avec des enfants de 5 ans dans l'école maternelle de Francfort-sur-le-Main dans laquelle il travaillait.

Je ne sais pas si tous les homos sont pédophiles, mais les aventures de Frédéric Mitterrand ou de Jack Lang à l'époque plaideraient plutôt en c
e sens.

Mais je n'en parle pas puisque ces deux-là ont été couverts par François Mitterrand et bénéficié d'une amnistie, ce qui leur a évité de finir en prison.

La brochure explique vouloir "éduquer les militants et sympathisants des CCA, afin de faire disparaître dans nos rangs les préjugés", ce qui part d'un bon sentiment, mais prétend être la première "réflexion théorique et politique sur la pédophilie élaborée par des pédophiles", ce qui est d'ailleurs faux et prétentieux car Eric Losfeld avait publié en 1970 un "roman" de Charles Duits, "La salive de l'éléphant" qui était un éloge éblouissant mais extrêmement pornographique de toutes les pratiques et perversions sexuelles qui n'étaient pas limitées aux pédérastes, gouines et pédophiles mais ouvertes aussi aux hétéros !

Le chapitre central de la brochure des trotskistes était constitué par un travail de synthèse rédigé par le Front d’action et de recherche pour une enfance différentequi dressait un bilan de "la réalité et de l’actualité des pratiques pédophiles." On y apprenait que la situation faite aux pédophiles dans les sociétés évoluées d’Occident s’apparentait à l’esclavage et que "les amoureux des enfants sont victimes d’un génocide, c’est-à-dire d’une destruction en masse".

La pédophilie y était considérée comme révolutionnaire car "la pratique amoureuse avec les enfants, défi permanent à l’autorité de la famille, est réellement déstabilisante" en constituant une "transgression des rapports sociaux dominants", et l’on assurait les pédophiles que leur seule solution était la révolution car "l’option révolutionnaire est un outil précieux" permettant qu’ils comprennent "leur aliénation par les mécanisme sociaux", et car "la pensée matérialiste est la seule à même d’offrir à l’amoureux des enfants les moyens de sa propre dém
ystification".

Le malheureux Karl Marx a du s'en retourner dans sa tombe !

Une prise de position des seuls pédés et gouines du groupe ? Non ! Il faut savoir que chez les trotskistes, quand un texte est publié il représente toujours la position officielle de l’organisation qui l
’édite.

Or les CCA furent une structure qui eut une vie courte, mais par laquelle transitèrent nombre de cadres importants du trotskisme que l’on retrouva souvent par la suite à Libération quand d'autres essaimèrent en politique.

Mais qui étaient ces cadres trotskistes partouzards et pédophiles ? Bonne question et certains se souviennent encore qu'il y eut parmi eux un certain Lionel Jospin. Mais il y en avait un autre encore plus intéressant, qui siège au gouvern
ement.

Qui ? "Et ben, puisque vous m'posez la question, j'vais vous l'dire" comme dirait Sarkozy, mais pas tout de suite.

Dans son numéro de février 1981 (n°114) L'Etincelle, le bulletin intérieur de la Ligue Communiste Révolutionnaire, publie une motion dénonçant "la répression des désirs réciproques des adultes et des enfants" et prônant "un accord aussi bien dans le mouvement homosexuel que dans le mouvement révolutionnaire sur la suppression de toute loi réprimant une relation adulte-enfant réciproquement consentie et donc sur la suppression de la notion de majorité sexuelle."

Donc, ils persistent et signent, homosexualité et pédophilie sont intim
ement liées.

Et le NPA de Besancenot, issu en droite ligne de la Ligue Communiste Révolutionnaire, n’est jamais revenu sur cette motion ni n’a critiqué l’engagement de ses anciens dans les très pro-pédophiles Comités Communistes pour l’Autogestion.

Il est vrai que faire autrement aurait nécessité trop de reniements tant le trotskisme est étroitement lié à la promotion en France, à partir des années 1960, de toutes les perversions et inversions.

L’individu qui joua alors un rôle central dans cette opération de pourrissement était un bisexuel avoué du nom Boris Fraenkel. Ayant participé à la fondation de l'Organisation Communiste Internationaliste, il rejoignit par la suite la LCR. En 1995, il connut une brève notoriété en révélant qu’il avait été "l’officier traitant" de Lionel Jospin dans la période où celui-ci était un trotskiste infiltré (entrisme) dans l’appareil du Parti Socialiste.

Une autre revue trotskiste, Marge, a publié dans son numéro 4 "Pour le droit d'aimer un enfant", et un autre pédophile et homosexuel trotskiste célèbre, Guy Hocquenghem, journaliste à Libération et Professeur de philosophie à l'université de Paris VIII, a publié dans un épais numéro spécial de la revue Recherches un ouvrage titré "Trois mil
liards de pervers ?"

L’ouvrage est si scandaleux que sa réédition en version numérique, effectuée en 2003, est précédée de cette mise en garde : "Vous entrez dans un espace de publication dont la lecture est fortement déconseillée aux mineurs et aux personnes sensibles. Nous prions les adultes de tenir les enfants et adolescents à l'écart de ces pages." Il est expurgé de son chapitre IV, le plus dégueulasse, consacré… à la pédophilie.

Hocquenghem a fini par mourir du sida, comme son ami Daniel Bensaïd (le 12 janvier 2013) qui fut le mentor d'Alain Krivine et de Besancenot.

Dans son Histoire mondiale de la propagande, Fabrice d'Almeida explique comment l'ennemi était autrefois clairement identifié et "extérieur" au pays : l'Anglais, le "Boche"… et comment il est devenu flou et "intérieur" avec des groupes qui, comme les gauchistes, veulent prendre le pays et détournent à leur profit ses valeurs qu'ils mettent sans cesse en avant pour mieux
les détruire.

Achetez le livre de d'Almeida et écoutez Hollande et Valls...

J'allais oublier ma promesse ! Le cadre trotskiste célèbre et aujourd'hui ministre ayant participé à la promotion de l'homosexualité et de la pédophilie au sein des Comités Communistes pour l'Autogestion (du zizi et de la foufoune) s'appelle…

Vincent Peillon
!

Maurice D.

COMMENTAIRE

Béatrice Bontemps ·

L'article de Maurice D. est paru depuis plusieurs heures. Si nous étions encore dans un pays civilisé, dans un Etat de droit (il y a bien des droits pour les enfants, mais peut-être celui d'être protégé des prédateurs sexuels n'en fait-il pas partie ?), à cette heure, PEILLON aurait déjà été démissionné, le président "Normal" et le premier sinistre, honteux, auraient eux aussi démissionné, et toutes les chaines TV auraient interrompu leurs programmes pour annoncer la nouvelle.
Mais nous vivons en Hollandie, alors un propagandiste de la pédophilie au ministère de l'éducation nationale, quoi de plus normal ?
Et puis un membre du gouvernement qui oeuvre en sous-main pour abolir la notion de majorité sexuelle, ça va dans le sens de l'intégration, celle des adeptes de la" RATP", de la "reconnaissance" (rappelez-vous le rapport de Chantal et Murielle) des apports de ces adeptes à notre civilisation.
Une question pourtant : comment les adeptes de la RATP enfin dé-stigmatisés traiteront-ils les homosexuels - fussent-ils frères en pédophilie - lorsqu'ils auront obtenu en guise de reconnaissance tous les pouvoirs ?

Source et publication: http://www.minurne.fr/breve-incursion-dans-les-bas-fonds-trotskistes-par-maurice-d

Partager cet article

Repost 0

commentaires