Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 décembre 2013 3 04 /12 /décembre /2013 10:27

TRIBUNE LIBRE ET POINT DE VUE !

Ecrit le 3 déc 2013 à 9:08 par Hélène Julien dans Article

Nouveaux rythmes scolaires : enjeux et concordances de la réforme

La réforme des nouveaux rythmes scolaires vient juste après le vote de la loi ouvrant le mariage civil aux personnes de même sexe.

Ce n’est pas un hasard, la situation sociale de notre pays souffre de la complexification des situations famililales, nées de ce « nouvel ordre moral », ou désordre, visant à détruire tout ce qui ressemble au modèle traditionnel, jugé non seulement dépassé, mais clivant et inégalitaire.

Au-delà d’une analyse de cette réforme nouvelle, étonnante encore à un moment où les crises sociales se multiplient, tel un cheval de bataille enfourché désespérément, comme pour légitimer un nouveau combat visant à masquer la détresse de ceux qui grondent légitimement, il s’agit de comprendre le positionnement du gouvernement, qui tente de répondre aux conséquences du libertarisme, sans pour autant accepter de le remettre en cause, méprisant le principe même de subsidiarité, qu’il n’est de tout façon plus possible d’appliquer, la liberté, ou libre-arbitre, ayant été sacrifiée au bénéfice de l’individualisme forcené, au profit du choix individuel à caractère « sacré ».

Il serait réducteur, encore une fois, de crier à la « volonté de destruction de la famille dans son modèle traditionnel ».

Comme pour la loi Taubira, il s’agit avant tout de pourvoir aux manques créés par un système qui se refuse à constater les méfaits et les dégâts de la politique du libre-choix individuel, et légifère à tout-va, comme les Danaïdes remplissent un tonneau sans fond, sans limites.

La loi, les réformes, sont tout ce qui lui reste pour agir contre les conséquences de la destruction du modèle traditionnel de la famille.

a aboli les règles tacites présentes dans la conception du « modèle traditionnel », il faut en créer de nouvelles, correspondant aux nouveaux concepts, ou, au moins, en minimiser les dégâts.


Nos gouvernants n’ont de cesse de nous mettre en face de leur visualisation de ce nouvel état de la société : « aujourd’hui, les familles sont une pluralité de « modèles », il y a des familles monoparentales, des familles recomposées, des familles avec des parents de même sexe, etc. ». Donc, il faut impérativement les reconnaître, dans un souci de cohérence avec l’idéologie libertaire qui les a façonnés.

Le vote de la loi Taubira vise à offrir une situation légale aux personnes qui l’avaient anticipé, en usant de leur « liberté de choix », et ont ainsi créé la nécessité de reconnaître ce qui existe déjà, à l’instar de toutes les lois et jurisprudences concernant la famille et la vie : « je choisis ce modèle, qui est conforme à l’exercice de ma liberté individuelle, donc maintenant, reconnaissez-moi et inscrivez-moi dans l’ordre de la société, en légalisant mon choix ».

On y travaille depuis quarante ans, maintenant, on en a les émanations sociétales, donc on légifère. C’est le nouvel « ordre moral », ou amoral, encore une fois, c’est selon.

La réforme des nouveaux rythmes scolaires a quelque chose d’un peu différent.

Il ne s’agit pas seulement de délivrer les enfants du « déterminisme familial », au sens où l’entend Bourdieu – le sociologue dénonce une lutte des classes intrinsèquement liée au milieu de naissance, qui favorise ou défavorise l’accès au savoir et l’ascension sociale possible de l’individu.

Il s’agit donc encore de pourvoir aux conséquences de la destruction du modèle de la famille « traditionnelle ».

Vous croyez que le Gouvernement veut détruire la famille ?

Regardez autour de vous, sortez un peu de chez vous, la conception traditionnelle de la famille est déjà détruite, dans son essence, et dans la possibilité de son application : le nombre de divorces, le nombre de parents isolés, la précarité des familles vivant sous le régime du concubinage, la conception de la vie humaine comme un choix à taux variable, avec la promotion de l’avortement, de toutes les formes de sexualité, la manipulation des embryons « sans projet parental », utilisé comme du vulgaire matériau de laboratoire..

Que voulez-vous construire là-dessus ?

Cette réforme n’est pas un moyen apaisé, de reconnaître, de rendre légal, une conception de la parentalité. Cette réforme est un moyen de combler les manques que cette conception entraîne : l’augmentation des signalements de maltraitance, la multiplication des affaires, le débordement des services sociaux, la complexification des situations familiales, tout autant de « capteurs » démontrant l’échec des idéologies libertaires ayant détruit le modèle familial traditionnel.

Les foyers voudraient revenir à ce modèle, qu’il ne le pourraient plus. Qu’est-ce qu’un mariage aujourd’hui ? Combien de temps dure-t-il ? Sur quoi fonde-t-on son union ? Et fonder une famille ? Qu’est-ce que cela signifie, aujourd’hui ? Encore une fois, c’est le désir qui a la primeur.

Pour que les désirs soient exaucés, l’idéologie libertaire a conceptualisé le fait de « fonder une famille ». C’est l’intellectualisation de ce qui fut pendant des siècles si simple.

L’enfant est un projet, mû par le désir. L’enfant est programmé, dans l’ordre d’une grille d’évaluations du champ de possibilités : en ai-je les moyens financiers ? Est-ce le bon moment ? Suis-je avec le bon partenaire ? Mon couple est-il assez solide ? Suis-je en assez bonne santé ?

L’intellectualisation a commencé avec le rapport d’Irène Théry qui, à la demande de Ségolène Royal, a conceptualisé la notion de « parentalité » : on n’« est » pas parents, on le devient, plus par le fait de la naissance, de la procréation, mais par les dispositions intellectuelles qui en émanent.

Si le concept de « parentalité » peut avoir des effets heureux, par exemple sur la prise de conscience de la responsabilité qui incombe à celui qui donne la vie, il a surtout permis de favoriser l’émergence de nouveaux « modèles ».

Juger et montrer du doigt les « filles-mères », autrefois, était tout simplement odieux.

Mais conceptualiser cette situation souvent dramatique, comme « naturelle », en faisant rentrer les « familles monoparentales », dans une norme, l’est tout autant. Être égalitariste ne pourvoit pas à la souffrance laissée par l’abandon et la solitude.En fait, vous avez le choix, le droit, d’être malheureux. Mais ne venez pas vous plaindre.

On vous permet de faire vos choix, de garder ou non cet enfant qui vient trop tôt, votre conjoint peut vous laisser choir comme un vulgaire mouchoir, mais ne vous inquiétez pas, on pourvoit.

Votre situation est reconnue, « normale ».

Mais vous devez assumer vos choix sans vous plaindre.

Face à cette multiplication de situations sociales impossibles à entériner, face à ces enfants livrés à ces situations ouvrant la route à toutes les formes de maltraitance et de souffrance, aux enfants sans limites, à la délinquance qui ne cesse de croître, face à l’échec scolaire qui gagne toutes les écoles, le Gouvernement ne sait voir qu’un seul coupable : le « déterminisme familial ». Il faut donc arracher l’enfant à cette « fatalité », et ne surtout pas changer les dispositifs idéologiques qui l’ont engendrée.

Créer de « nouveaux rythmes » scolaires vise à favoriser les apprentissages, le vécu, l’histoire de l’enfant, au sein d’une matrice de substitution : l’école.

L’école va devenir le « parent manquant ».

Il est hors de question d’envisager une seule seconde que la responsabilité de ces situations, incombe à l’idéologie mortifère ayant dévalorisé l’enfant-sujet, en enfant-objet (de désir, « programmé »).

Aujourd’hui, les familles qui manifestent sont celles qui sont restées dans l’« ancien modèle ».

Celles qui voient et vivent le mariage comme un engagement à vie, celles qui vivent la famille comme des responsabilités à vie avec un engagement dans la durée. Les moyens qu’elles s’en donnent sont laissés à leur liberté propre : leurs recours pour y arriver n’appartiennent pas à l’État.

À peine consent-il encore à subvenir à de maigres allocations, tout en profitant de cette stabilité acquise au prix parfois de beaucoup d’efforts et de travail, pour taxer au maximum les foyers ainsi construits.

tyle= »text-align: right; »>« C’est plus facile de manifester dans la rue, entourés de connaissances, que de sortir souvent de chez soi, à la rencontre de l’inconnu, et de chercher à reconstituer le « lien social » avec l’inconnu ou, tout simplement, le prochain. En cela, le rôle des mères de famille sera déterminant pour l’avenir non seulement de nos enfants, mais également du pays. »

Les familles qui manifestent sont souvent exemptes de précarité sociale. On critique souvent, justement, leur côté « bourgeois », on stigmatise facilement les manifestants de la fameuse « Manif pour tous », perçus comme des nantis. On les montre du doigt, on s’en moque allègrement sur tous les plateaux de presse ou de télévision.

Jamais aucun de ces médias, ne se poserait la question de savoir comment ils font pour en être arrivés là. Comme si ce « modèle » était un simple héritage, une transmission simple, correspondant à un milieu préservé.

Une « race » à part et à moquer.

Comme si l’urgence était de les discréditer, face à tous ceux qui pourraient, eux aussi, être tentés de revenir à la conception de la famille, en tant que construction, et plus comme l’aboutissement d’un désir, plus comme l’assouvissement d’un besoin.

Toutefois, l’image de ces familles peut provoquer une juste réprobation, en cela qu’elles sont complètement déconnectées de la réalité sociale.

Elles usent du droit de manifester, sans bénéficier de la légitimité populaire, qui exige qu’elles soient directement « branchées » au système qu’elles critiquent. Or, elles ne le sont plus.

Par nécessité et par repli, ou protectionnisme légitime, elles choisissent le plus souvent de « sortir du système » : sortir de l’école publique pour passer au hors-contrat, où leurs choix seront approuvés et respectés, où leurs enfants ne seront pas d’autres victimes de l’effondrement du système scolaire, et du nivellement par le bas, leurs moyens leur permettent de ne pas connaître les affres des services sociaux, qui surveillent et prennent en charge les foyers « suivis ».

Leurs manifestations n’ont pas de poids car, paradoxalement, elles ne représentent pas un désir d’amélioration de conditions de vie ou d’avenir, mais un refus du système, qu’elles ont d’ores et déjà déserté.

Ces manifestants roses et bleus auront beau tenter d’emboîter le pas sur la rébellion des « Bonnets Rouges », en imitant leurs slogans, en se couvrant la tête de rose pétard, en dansant dans la rue sur de la musique en vogue, ils ne bénéficieront pas de la sympathie traditionnellement accordée aux revendiquants des classes ouvrières…

Ils seront toujours incompris, dans la mesure où ce qu’ils défendent n’appartient plus qu’à eux-mêmes, comme s’ils gardaient jalousement pour eux, le concept qu’ils veulent défendre.

On sort dans la rue pour « défendre la famille », ou « défendre la vie », mais on est incapables d’aborder les personnes voisines ou les copains d’école de nos enfants, qui ne rentrent pas dans les codes.

On manifeste, on ose même utiliser des symboles forts de cette République qui nous a martyrisés, qui nous exècre, mais quand on est « entre nous », on peut se permettre de dire ce qu’on pense vraiment.

Leur repli se légitime, en cela qu’il représente une garantie de plus pour construire durablement leur engagement conjugual et familial. Mais le repli doit rester ponctuel, et seulement pour les plus vulnérables, c’est-à-dire les enfants. Il y a d’autres moyens de résister que d’envoyer ses enfants au feu de l’école en Zep, il y a l’attitude générale dans la vie de tous les jours.

Le repli ne doit jamais se transformer en communautarisme. Si les familles deviennent communautaristes, ce ne sera plus la peine de résister à quoique ce soit. Tout le monde vivra comme il l’entend, dans sa bulle. Et l’État sera trop content de n’avoir qu’à gérer quelques heurts, ci et là, entre les murs.

Comment éviter cela ? Ils n’auraient pas peur de se « mêler » au quotidien de ceux qui leur sont différents, ils n’auraient pas peur de ne pas céder à la tentation des mondanités de milieu, ils oseraient offrir aux défavorisés de la famille un soutien et un exemple au quotidien, en abandonnant leur « repli social », les manifestations en obtiendraient un poids capital pour changer le système, et détruire les préjugés.

Les manifestant de la « Manif pour tous » et consorts, seraient plus visibles au quotidien, et pas planqués, retranchés, dans leur milieu, ils n’auraient pas besoin d’avoir recours à des méthodes de communication, créant ce clivage entre le culte de l’apparence et le culte du paraître, ils n’auraient pas besoin de « sembler » quoique ce soit pour convaincre.

Ils pourraient même devenir les repères de ceux qui en sont privés, ils pourraient offrir les encouragements pour ceux qui recherchent comment construire durablement, sans avoir bénéficié des « codes » de milieu, pour ceux qui, constatant les possibilités offertes par la « famille traditionnelle », rechercheraient les moyens d’y parvenir.

D’ailleurs, force est de reconnaître que le désir de se marier, de fonder une famille, ne s’est jamais mieux porté. Il suffit de lire les annonces de salons du mariage, les émissions de télévision exposant les réalisations possibles du « Jour J », les expositions de robes de mariée…

L’intérêt des lecteurs est croissant en matière d’aide à l’éducation, à la psychologie de l’enfant, aux méthodes scolaires parallèles, avec un nombre non négligeable de livres et fichiers proposant, par exemple, la méthode syllabique, en contrecarrant les prérequis de l’Éducation Nationale. De nombreuses émissions à succès, retransmettent ces préoccupations inhérentes à tous les Français : les « Maternelles », « Super Nanny »… Il y a une vraie demande !

Cela prouve que le désir de rencontrer « l’homme ou la femme de sa vie », de fonder, de construire une famille, selon le modèle tant décrié par l’intelligentsia gouvernementale depuis les années 70, a encore de beaux jours devant lui, n’en déplaise aux lobbies féministes ou homosexualistes.

Cependant, ce désir doit s’accompagner des moyens, aujourd’hui difficiles à trouver dans son entourage, quand on ne bénéficie pas d’exemples à portée de regard…

L’internet peine à y pourvoir, avec les forums comme « Doctissimo » ou autres, où un nombre conséquent de parents cherche le bon sens et les informations que la disparition des repères a fait perdre. La seule parade que les gouvernements, précédents ou actuel, ont trouvé, est de réfléchir à la possibilité d’instaurer un « permis parental »…

Ainsi, on ne veut pas de limites à l’hédonisme, pas de limites à nos désirs, on veut le totalitarisme du choix, mais en conséquence, même la liberté en prend un sacré coup, parce qu’il faudra bien qu’on vous surveille…

Pour les gouvernements de la République, on a tous les droits en matière de sexualité et de choix, mais on est tout de même des irresponsables en puissance.

Le défi aujourd’hui, pour ceux qui souhaitent vraiment agir, est de trouver, d’inventer, les moyens de se connecter à la réalité sociale, pour mieux lui parler, pour la réinformer, pour proposer les moyens tangibles d’accéder à la construction de la famille, à tous ceux qui l’attendent et l’espèrent. Même si cela inclut le sacrifice du confort trouvé dans le repli.

La protection des familles et de nos enfants n’a pas besoin de ces « huis-clos » mondains, on peut s’en débarrasser.

Sans pour autant sacrifier le bien-être et la qualité des soins requis par les familles, il est possible de saisir le caractère urgent des précarités qui nous entourent, celles auxquelles nous sommes confrontés, en commençant d’abord par renoncer à tout ce qui n’est pas indispensable pour se protéger.

Ces moyens ne se trouvent pas dans les mesures politiques prises par quelques ambitieux, qui, même de bonne foi, se sont retrouvés récupérés par des groupes politiques se contentant de les utiliser pour leur électorat, mais qui n’ont malheureusement jamais orienté leur politique sur de telles convictions…

Il y a beaucoup plus de moyens, qui entraînent de nombreux renoncements, mais qui sont plus originaux.

C’est en effet plus facile de manifester dans la rue, entourés de connaissances, que de sortir souvent de chez soi, à la rencontre de l’inconnu, et de chercher à reconstituer le « lien social » avec l’inconnu ou, tout simplement, le prochain.

En cela, le rôle des mères de famille sera déterminant pour l’avenir non seulement de nos enfants, mais également du pays.

Source : http://www.ndf.fr/poing-de-vue/03-12-2013/nouveaux-rythmes-scolaires-enjeux-concordances-reforme

Partager cet article

Repost 0

commentaires