Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 décembre 2013 2 17 /12 /décembre /2013 08:49

REVUE DE PRESSE

Benoît Duteurtre : "Le péril fasciste"

Le Point.fr - Publié le 13/12/2013 à 15:17

À rebours de ceux qu'obsède la montée des périls, l'écrivain Benoît Duteurtre se réjouit au contraire de vivre dans une France tolérante.

Par BENOÎT DUTEURTRE

À la une du Point.fr

Une rumeur insistante laisse entendre que la France serait en proie - selon l'actualité du jour - à une irrésistible montée de l'homophobie, à une dégradation de la condition des femmes ou à une véritable fièvre raciste.

Quant à moi, probablement trop candide, j'ai l'impression d'observer exactement le contraire ! Mille signes quotidiens démontrent (et je m'en réjouis) que les traits marquants de notre époque sont précisément : la place croissante des femmes dans la société, l'inexorable diminution de l'homophobie, et la disparition du regard "exotique" longtemps jeté par les Français sur tout ce qui n'était pas blanc et catholique.

On m'opposera que je vois par le petit bout de la lorgnette, dans un beau quartier du centre de Paris...

Sauf que j'observe la même chose dans les villages que je connais, où les femmes dirigent des entreprises, où le "métissage" s'installe pacifiquement, où les ex-paysans ne cachent plus leurs enfants gays !

Comment, alors, expliquer ces dérapages qui, de la Manif pour tous aux insultes à Christiane Taubira, font les unes de la presse comme autant de signes inquiétants ?

Une première réponse figure dans la question, les médias adorant monter en épingle toute possibilité de conflit - surtout quand les pouvoirs publics veulent faire oublier leur incurie économique en lançant de bruyantes réformes sociétales.

Mais on dirait aussi que d'irrésistibles schémas "antifascistes" structurent les esprits, même lorsqu'ils ne sont plus vraiment de gauche, et moins encore révolutionnaires : une conviction obsédante selon laquelle la France, depuis 1940, serait un pays toujours à la limite du basculement dans le déshonneur ; et un codicille selon lequel la droite serait par nature raciste, intolérante, et prête à glisser vers l'extrême droite.

La France en avance

D'où le fâcheux succès du mot "nauséabond", employé avec délectation par ceux qui discernent, derrière toute position conservatrice, un possible crime contre l'humanité. Tant de vigilance conduit à s'alarmer de quelques injures misérables adressées à une ministre en exercice ; puis à brandir d'inquiétantes statistiques judiciaires... qui démontrent pourtant que les femmes, les homosexuels ou les gens de couleur trouvent désormais naturel de porter plainte au lieu de plier l'échine.

Même leFront national ne se veut plus raciste ni sexiste ! Rien n'y fait : le thème de la montée des périls est inébranlable, tout comme au temps de mon adolescence gauchiste où l'on se mobilisait contre la dictature giscardienne !

Aujourd'hui, la "radicalisation du discours politique", dénoncée à tout propos, constitue l'arme ultime d'une gauche sans programme.

Les fabricants d'opinion convoquent inlassablement "les années trente" pour souligner la menace. Ils pourraient se rappeler que les Noirs américains, dès cette époque, venaient humer en France un air moins raciste ; que la Parisienne passait pour séduisante et libre ; que les homos anglais préféraient vivre de ce côté-ci de la Manche. Sous la Quatrième République, un métis guyanais présidait le Sénat.

La France était en avance sur Martin Luther King. Aujourd'hui, on la dit raciste, sexiste, homophobe.

Mais sans doute n'est-elle en retard que sur le modèle états-unien qui prétend s'imposer partout avec ses marches et ses fiertés, ses communautés et ses repentances, sa guerre des sexes, sa judiciarisation de tout et de rien.

D'où l'ardeur de certains à vilipender, une fois de plus, cette nation inadaptée aux nouvelles normes mondiales.

Source et publication: http://www.lepoint.fr/editos-du-point/sebastien-le-fol/benoit-duteurtre-le-peril-fasciste-13-12-2013-1769134_1913.php

Partager cet article

Repost 0

commentaires