Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 décembre 2013 6 07 /12 /décembre /2013 18:15

Innovation : le coup de gueule d'un serial entrepreneur

Le Point.fr - Publié le 06/12/2013 à 20:08 - Modifié le 07/12/2013 à 10:17

Éric Carreel, créateur de Withings, regrette le peu d'intérêt des élites françaises pour les produits et la production en France.

Une erreur stratégique !

Par GUILLAUME GRALLET

À la une du Point.fr

Invité d'honneur de l'observatoire Netexplo à l'occasion de la présentation du livre Voyage dans la société numérique qui rassemble une série d'innovations radicales, Eric Carreel est revenu cette semaine à l'Unesco sur son parcours d'entrepreneur.

Aujourd'hui à la tête de trois entreprises, Withings (balances connectées), Sculpteo (impression 3D) ou encore Invoxia (terminaux de téléphonie fixe), cet entrepreneur de 54 ans vient d'être nommé à la tête d'une mission gouvernementale sur les objets connectés.

Devant l'assistance, il a expliqué : "Beaucoup me demandent ce qu'est innover. Prenez l'exemple de la balance connectée.

Des tas de personnes avaient l'idée avant moi.

Mais, avec Cédric Hutchings, nous sommes tout simplement ceux qui ont osé se lancer dans l'aventure.

Dans quelques années, vous verrez, nos petits enfants ne comprendront pas comment on a pu vivre un jour avec des balances non connectées. (...) En effet, innover, c'est aller de l'avant, parfois tomber et se relever comme on apprend à marcher. Quitte à changer de modèle plusieurs fois : c'est ce que l'on appelle pivoter, et il faut avoir l'agilité pour le faire à tout moment."

Chez Thomson, "une expérience douloureuse"

Pourtant, ce serial entrepreneur a aussi connu la vie dans un grand groupe. Ce fut le cas de 2005 à 2008, lorsqu'il a rejoint Thomson, à qui il avait revendu sa pépite Inventel. Il y occupe alors le poste du directeur technique de la division des produits domestiques du nouvel ensemble. Un beau poste, certes, mais qui ne le rend pas heureux.

"Ce fut une expérience douloureuse. Non seulement je n'aimais pas les réunions à répétition, mais la hiérarchie ne faisait rien pour encourager l'innovation", explique-t-il.

D'ailleurs, Eric Carreel ne tiendra pas dix-huit mois, lassé de "la consanguinité des conseils d'administration, où les entrepreneurs n'ont pas leur mot à dire".

Eric Carreel explique alors : "Je me souviens très bien, j'expliquais aux dirigeants de Thomson qu'un P-DG d'une entreprise technologique doit être à même de faire lui-même la démonstration d'un produit.

Cela permet de répondre du tac au tac à ses clients et partenaires. C'était d'ailleurs le cas de Steve Jobs, et aujourd'hui de Larry Page chez Google" explique-t-il, avant de poursuivre : "Or, bien souvent, à l'époque, on m'expliquait que cette tâche revenait au directeur technique."

Cette vision est d'ailleurs proche de celle de Steven Levy, auteur de L'éthique des hackers (éditions Globe), qui explique que les plus bidouilleurs peuvent être à l'origine des plus belles aventures.

Une erreur stratégique : l'entreprise sans usine

Il se trouve qu'au cours des dix dernières années, les géants de l'électronique française, d'Alcatel à Thomson, ont singulièrement réduit leur activité de production en France. C'était la mode de l'entreprise sans usine : on estimait alors qu'il serait possible de garder la recherche en France en assurant la production à l'autre bout du monde. Mauvaise pioche !

Car, comme l'a prouvé le succès ultérieur de Samsung qui a conservé l'essentiel de ses usines en Corée du Sud, on n'innove jamais aussi bien que si on garde le contrôle de la production.

La recherche appliquée permet en effet d'interagir directement avec le produit.

D'ailleurs, aujourd'hui, Eric Carreel rêverait de produire en France.

"Aujourd'hui, et cela est dommage, l'appareil productif est cassé, il y a des briques à reconstruire, dans le domaine mécanique comme dans l'assemblage", détaille-t-il.

Eric Carreel est aujourd'hui en pourparlers pour produire une partie des dalles de ses balances dans l'Hexagone.

Éric Careel est ingénieur et entrepreneur.Un profil trop peu reconnu en France.​

http://www.lepoint.fr/technologie/innovation-le-coup-de-gueule-d-un-serial-entrepreneur-06-12-2013-1765722_58.php#xtor=EPR-6-[Newsletter-Mi-journee]-20131207

Partager cet article

Repost 0

commentaires